POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 1 décembre 2011

Vassar Haiti Project helps village gain new school, clean water

On its 10th anniversary, the Vassar Haiti Project has embarked on a new mission to build a five-room medical clinic for the people of Chermaitre, a small, mountainous village in Haiti lacking plumbing or electricity.
“The clinic will be open twice a month and may see perhaps 70 to 80 patients a day,” said Andrew Meade, project founder and co-chairman.
Construction is t to begin next month, he said, followed by a group trip to the village in March.
The building project follows a decade of charity work in and around the village, which is about 100 miles northwest of Port-au-Prince. The group funds the work through the sale of Haitian art. The group’s works include the construction of a kindergarten through grade six school and a gravity-driven clean-water system at a nearby well.
The Vassar Haiti Project began with the idea to provide one meal a day to students of the village’s one-room school. “They felt that if the students were fed, they would come to school,” said co-chairwoman Lila Meade, who is married to Andrew Meade.
Haiti, where one out of eight children die before they reach age 5, is the poorest country in the Western Hemisphere, according to the U.S. Central Intelligence Agency. With a population of about 9.9 million, life expectancy is 62 years for women and 59 for men.
“The original school in Chermaitre was a one-room structure,” Andrew Meade said. “It had no windows. They had to close the school when it rained because there was no way to stay dry.”
The Meades began purchasing Haitian artwork to sell in the U.S. By doing this, they said, they were able to give Haitian artists a livelihood while raising funds to set up a food program at the school.
For the first few years, most of the art sales went to pay for the food program. As sales grew, they began to pay for teachers’ salaries and school supplies. Artwork included paintings and iron sculpture, often made from recycled oil drums.
In 2005, construction began on a seven-room school.
“It was built one room at a time,” he said.
Andrew Meade, who is director of international services at Vassar, said the original volunteer team consisted of friends and family, including daughters Lily and Kristen.
A handful of Vassar students soon joined the group.
After years of canceled trips due to hurricanes and political strife, a crew of nine Vassar Haiti Project volunteers arrived in Haiti in 2007.
“We flew in to Cap-Haitien,” Andrew Meade said. “From there it was a four-hour drive to Gros Morne, the nearest city to Chermaitre, and another 90 minutes from there, in a four-wheel-drive vehicle.”
When the road ended, the group began the 90-minute uphill trek to Chermaitre.
“We rounded a corner and about 150 school kids and teachers were singing welcome in Haitian Creole,” he said.
While in Haiti, the group purchased art from the local market in Cap-Haitien and walked among the unfinished rooms of the new school in Chermaitre.
In 2008, they made another visit. By that time, the school was serving about 200 students.
“There were a lot of tears and a lot of pride,” Andrew Meade said.
Devastating quake
Then came the magnitude 7.0 earthquake in January 2010, causing an estimated 230,000 deaths, according to the U.S Department of State. With the earthquake’s epicenter less than 20 miles west of Port-au-Prince, more than half a million people fled to other areas of Haiti.
“We did not see any structural damage in Chermaitre,” Andrew Meade said. “However, the population temporarily increased by 25 percent in the year following the earthquake due to refugees. Attendance at the school went up to 340 students during this time.”
Basic needs
Those intimate with Haiti say the earthquake made an already desperate situation worse. Poughkeepsie resident Sabrina Jaar Marzouka, a native of Port-au-Prince, worked for a time as the assistant director for Haiti’s Center for Development and Health.
“The vast majority of Haitians were not having their basic needs met before the earthquake, and after it happened, things got worse,” she said.
Massive death, injury and destruction of infrastructure exacerbated problems in the country, including the lack of clean water and sanitation, poverty and hunger, she said.
“You have to meet basic needs,” she said. “You can’t teach a child how to read and write without food in their stomachs.”
Marzouka, now Dutchess County Department of Health assistant commissioner, said the project’s small-steps approach made sense in a country where the need is so great. “They go there to assess basic needs and get a sense of what’s going on right on the ground,” she said.
A subsequent outbreak of cholera that followed the quake spurred the group to embark on a new initiative to bring clean water to Chermaitre.
“Now a series of cisterns and PVC piping brings water to a well right by the school,” Andrew Meade said.
The group has since focused on four primary initiatives in Haiti: improving access to education, health care and clean water, and aiding in reforestation efforts through the planting of fruit and lumber trees. The organization has helped to plant 5,000 apricot, oak, cedar, lemon and mango trees. In March, volunteers will observe schools and a hospital in Cap-Haitien, work in a nearby medical clinic for a day and once again make the steep hike to Chermaitre.
Meade said the project, which has almost 100 volunteers, offers its members a profound learning experience.
“They’re exposed to the idea that it is possible for one human being to make a difference – that sometimes it just takes one idea to create fundamental, positive change in the world,” he said.
Andrew Meade, who is director of international services at Vassar, said the original volunteer team consisted of friends and family, including daughters Lily and Kristen.
A handful of Vassar students soon joined the group.
After years of canceled trips due to hurricanes and political strife, a crew of nine Vassar Haiti Project volunteers arrived in Haiti in 2007.
“We flew in to Cap-Haitien,” Andrew Meade said. “From there it was a four-hour drive to Gros Morne, the nearest city to Chermaitre, and another 90 minutes from there, in a four-wheel-drive vehicle.”
When the road ended, the group began the 90-minute uphill trek to Chermaitre.
“We rounded a corner and about 150 school kids and teachers were singing welcome in Haitian Creole,” he said.
While in Haiti, the group purchased art from the local market in Cap-Haitien and walked among the unfinished rooms of the new school in Chermaitre.
In 2008, they made another visit. By that time, the school was serving about 200 students.
“There were a lot of tears and a lot of pride,” Andrew Meade said.
Massive death, injury and destruction of infrastructure exacerbated problems in the country, including the lack of clean water and sanitation, poverty and hunger, she said.
“You have to meet basic needs,” she said. “You can’t teach a child how to read and write without food in their stomachs.”
Marzouka, now Dutchess County Department of Health assistant commissioner, said the project’s small-steps approach made sense in a country where the need is so great. “They go there to assess basic needs and get a sense of what’s going on right on the ground,” she said.
A subsequent outbreak of cholera that followed the quake spurred the group to embark on a new initiative to bring clean water to Chermaitre.
“Now a series of cisterns and PVC piping brings water to a well right by the school,” Andrew Meade said.
The group has since focused on four primary initiatives in Haiti: improving access to education, health care and clean water, and aiding in reforestation efforts through the planting of fruit and lumber trees. The organization has helped to plant 5,000 apricot, oak, cedar, lemon and mango trees. In March, volunteers will observe schools and a hospital in Cap-Haitien, work in a nearby medical clinic for a day and once again make the steep hike to Chermaitre.
Meade said the project, which has almost 100 volunteers, offers its members a profound learning experience.
“They’re exposed to the idea that it is possible for one human being to make a difference – that sometimes it just takes one idea to create fundamental, positive change in the world,” he said.
http://www.poughkeepsiejournal.com/article/20111201/NEWS01/312010016/Vassar-Haiti-Project-helps-village-gain-new-school-clean-water?odyssey=tab%7Ctopnews%7Ctext%7CPoughkeepsieJournal.com

Sustaining Haiti through permaculture

By: Emily Felder December 01, 2011
Over Thanksgiving break I told my grandfather that I was making a documentary on Haitian agriculture and permaculture gardening, and how to effectively implement sustainability practices into its economy. He rolled his eyes and said, “How is it that on the same island, you have one country that is a success, and the other a complete and total disaster?” He was referring to Haiti’s neighboring country, the Dominican Republic. Before I could reply he said, “Good luck, kid, Haiti is a lost cause.”

His words stung, but he had a point.
How do you take a concept from a developed nation and apply it successfully to a developing country? I don’t like calling Haiti a “third world country,” as to me it implicates stagnation, immobility and – as not so eloquently stated by my grandfather – a sense of despair. But our generation can prove him and many others like him wrong.
Permaculture gardening is quickly gaining recognition as a sustainable form of agriculture, but how can it be successfully taught and implemented in a country like Haiti? It’s the poorest country in the Western hemisphere. It is a country experiencing political upheaval, fragmented infrastructure, rampant disease, violence and crime, ecological destruction from hurricanes and a devastating earthquake in 2010 that only further crippled the nation.
According to the World Health Organization, data collected from 2005 to 2007 indicated that 57 percent of the Haitian population, estimated to be approximately 10 million individuals, was living below the minimum level of dietary energy consumption. This means that the majority of the national population is “undernourished or food-deprived.”
There is no readily available data to determine the national capacity of Haitians who are getting degree training in nutrition or nutrition in medical curricula. Additionally, there is no data of nutrition governance and the “general government expenditure on health as [percentage] of total government expenditure” as of 2009 was valued at only 6.1 percent of the gross domestic product. Health expenditure includes health services, family planning, nutritional activities and emergency aid. This excludes government expenditure on water and sanitation.
Here in the United States, it’s easy to start a garden. You can pick up all the equipment you need in the gardening section at any Home Depot. If you want to buy locally you can always head to the Amherst Farmers Supply. There are plenty of local, organic farms, and on our very own campus a permaculture garden. I’m thankful that these forms of agriculture are so readily available.
But Haiti’s soil is contaminated. More often than not there is no access to clean water. You could give a Haitian all the tools needed to start a garden, but where, exactly, do you suggest they begin to cultivate?
I could continue with more unbelievably dire statistics but I will spare you for now. My future film, however, will not be as modest.
Permaculture gardening could, if implemented correctly, significantly improve health conditions, increase GDP and economic infrastructure, and create a sense of community for the Haitian population. Permaculture relies on not only understanding botanical and agricultural sustainability, but a definite group effort as well. We’ve seen the positive effects of permaculture practices right here on our own campus: education, cooperation and sustainability. Oh, and let’s not forget healthy, organic food.
It’s going to take not only time and money to provide Haitians the means for such an initiative, but a complete understanding of their history, ecological conditions and their socio-economic and cultural spheres.
And, well, my camera’s ready to do just that.
Emily Felder is a Collegian columnist. She can be reached at efelder@student.umass.edu.
http://dailycollegian.com/2011/12/01/sustaining-haiti-through-permaculture/

Le secteur de l'eau et les PME en Haïti vont bénéficier d'un soutien spécialisé

BEI - Banque Européenne d'Investissement - 30/11/2011 18:11:12
Dans le cadre de son action globale dans les Caraïbes, la BEI a décidé de poursuivre son engagement en Haïti et de soutenir plusieurs projets dans les secteurs de la finance, de l'eau et de la santé. Ces projets ont été lancés à l'occasion d'une visite de spécialistes de la BEI, responsables des opérations de prêt dans la région.
« La Banque européenne d'investissement peut aider Haïti de différentes manières, notamment en appuyant financièrement la croissance du secteur privé et en partageant son savoir-faire afin d'assurer l'approvisionnement en eau potable et l'assainissement à Port-au-Prince. La collaboration étroite avec des institutions locales expérimentées permettra d'améliorer les conditions de vie et d'encourager les nouvelles initiatives dans le pays. La Banque européenne d'investissement s'engage à soutenir la reconstruction en cours et le développement d'Haïti, » a déclaré Plutarchos Sakellaris, vice-président de la BEI.
« Ce nouvel investissement de l'Union européenne en Haïti témoigne une fois encore de sa détermination à soutenir la reconstruction et le développement du pays. Par le biais de cet engagement de la Banque européenne d'investissement en faveur d'Haïti, l'UE démontre qu'elle reste un partenaire fiable et durable d'Haïti, déterminée à utiliser les différents instruments dont elle dispose pour élargir les possibilités d'investissement dans le pays », a expliqué Jeroen Witkamp, chef du département Économie et gouvernance de la délégation de l'Union européenne en Haïti.
« Nos relations avec la BEI datent de 1995 et nous en sommes très satisfaits. Cette nouvelle enveloppe de 5 millions d'euros qui nous sera confiée à titre de prêt, va nous permettre de supporter un plus grand nombre de PME, et ainsi renforcer nos actions sur un créneau difficile, mais combien essentiel pour le développement économique du pays. L'assistante technique qui accompagne ce prêt va certainement contribuer à un renforcement de nos capacités ainsi qu'à une meilleure formalisation des PMEs que nous finançons. » a déclaré Thony Moïse, Directeur Général Délégué, Société Financière Haïtienne de Développement.
« Avec ce prêt, ACME aura la possibilité de poursuivre la mise en oeuvre sa mission d'accompagner les micro entrepreneurs et d'élargir son offre de services à travers tout le pays. Les conditions du prêt favoriseront aussi une baisse des taux offerts aux clients. », a déclaré Sinior Raymond, Directeur Général, ACME.
La Banque européenne d'investissement a décidé de soutenir un programme spécifique de financement des petites et moyennes entreprises en vue de contribuer à la croissance du secteur privé en Haïti. Pour ce faire, elle a fait une dotation d'une enveloppe de 5 millions d'EUR, qui sera géré localement par la Société Financière Haïtienne de Développement S.A. (SOFIHDES), sous forme de prêt. Ce programme sera complété par le financement de l'Action pour la coopération avec la micro-entreprise (ACME) destiné aux entreprises de très petite taille dans le cadre d'un mécanisme de prêt de 3 millions d'EUR. Ces deux institutions jouissent d'une longue expérience du secteur privé haïtien. La SOFIHDES dessert actuellement environ 150 PME à travers le pays, tandis que l'ACME accorde des prêts dans 27 succursales à plus de 28 000 (vingt huit mille) emprunteurs disséminés dans cinq des dix départements du pays.
Les opérations de prêt que la BEI mènera avec ces deux partenaires financiers locaux seront libellées en monnaie locale pour réduire le risque de change pour les institutions locales. Elles comprendront également un volet « assistance technique » pour garantir le respect des meilleures pratiques, le renforcement des capacités et l'utilisation optimale des fonds. Ce programme comportera une formation sur le financement des PME, sur la gestion des risques liés au crédit et sur la mise en place de contrôles pour lutter contre le blanchiment d'argent. Cette assistance tiendra compte des énormes défis sociaux et des enjeux économiques spécifiques qu'Haïti doit relever et portera, pour l'essentiel, sur la contribution à son développement d'ensemble.
L'amélioration durable du secteur de l'eau dans la région de Port-au-Prince bénéficiera également de l'assistance apportée par la Banque européenne d'investissement. Les installations d'eau et d'assainissement haïtiennes souffrent d'un manque d'investissements chronique et d'un entretien inadéquat, auxquels s'ajoutent les problèmes engendrés par le séisme de janvier 2010.
La BEI va financer des études de faisabilité concernant le prolongement et la modernisation du réseau de distribution d'eau potable et d'assainissement du haut de la ville de Port-au-Prince, l'un des quartiers les plus mal desservis de la capitale.
L'équipe de la BEI visitera également un hôpital géré par Médecins sans Frontières à Tabarre, qui a été partiellement financé par un don de la Banque immédiatement après le tremblement de terre (600 000 EUR).
http://www.newspress.fr/Communique_FR_248643_1796.aspx

AINSI VA LE MONDE CE PREMIER DECEMBRE 2011

Laurent Gbagbo comparaitra le 5 décembre devant la CPI

L’ancien président Laurent Gbagbo comparaitra le lundi 5 décembre 2011 devant la Cour pénale internationale (CPI) pour une première audience de pure forme. Une procédure expresse à quelques jours des élections législatives en Côte d’ivoire qui se dérouleront le 11 décembre.
L’audience de comparution initiale dans l’affaire à l’encontre de Laurent Koudou Gbagbo est programmée le lundi, 5 décembre 2011 à 14h00 (heure locale de La Haye) a déclaré la Cour pénale internationale (CPI). À l’issue de cette première comparution qui est de pure forme, vérification de l’identité, information sur les droits... la Chambre préliminaire fixera la date de l’audience de confirmation des charges, étape suivante dans la procédure préliminaire. Selon la Cour, Laurent Gbagbo "aurait engagé sa responsabilité pénale individuelle, en tant que coauteur indirect, pour quatre chefs de crimes contre l’humanité à raison de meurtres, de viols et d’autres violences sexuelles, d’actes de persécution et d’autres actes inhumains, qui auraient été perpétrés dans le contexte des violences post-électorales survenues sur le territoire de la Côte d’Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011…

http://www.afrik.com/article24257.html


Côte d'Ivoire : le camp Gbagbo se retire de la "réconciliation
Le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo; a annoncé mercredi qu'il suspendait sa participation à "tout processus de réconciliation" en Côte d'Ivoire après le transfèrement de l'ex-président à la Cour pénale internationale (CPI). Selon cette formation, qui entend œuvrer au "retour" de son champion, "cette opération n'est qu'une mascarade et une parodie de justice mises en œuvre par le président Alassane Ouattara pour obéir aux injonctions de ses parrains".
Ecroué dans la nuit de mardi à mercredi, M. Gbagbo comparaîtra lundi pour la première fois devant la CPI, qui le soupçonne de crimes contre l'humanité commis lors des violences post-électorales de 2010-2011.

Londres ferme son ambassade
La France et l'Allemagne ont annoncé hier le rappel de leur ambassadeur en Iran pour protester contre la mise à sac de l'ambassade britannique la veille à Téhéran. Un peu plus tôt la Grande-Bretagne a annoncé qu'elle avait ordonné la fermeture immédiate de l'ambassade d'Iran à Londres et avait fermé la sienne à Téhéran. «Tout le personnel diplomatique iranien doit quitter le Royaume-Uni dans les quarante-huit heures», a déclaré le secrétaire au Foreign office. Mardi, des dizaines de manifestants avaient envahi les bâtiments de sa représentation à Téhéran pour protester contre de nouvelles sanctions imposées par Londres. Le Conseil de sécurité de l'ONU et Washington ont condamné ces incidents. http://www.20minutes.fr/ledirect/834132/londres-ferme-ambassade

La presse turque s'interrogeait jeudi sur les motifs d'un Libyen lourdement armé qui a blessé la veille deux gardiens devant un palais ottoman d'Istanbul. L'homme, qui conduisait une voiture immatriculée en Syrie, a perpétré son attaque le jour même où Ankara annonçait des sanctions contre le régime syrien. Les journaux turcs, qui citent des témoins, soulignent que l'assaillant, un ressortissant libyen de 36 ans arrivé à Istanbul dimanche, selon les autorités, a crié "je suis la Syrie" en arabe avant d'ouvrir la feu devant le palais de Topkapi, haut lieu touristique de la métropole.
Le quotidien Taraf a vu dans cet acte "un message pour Ankara" qui a adopté une ligne dure pour protester contre le régime du président Bachar Al-Assad, lequel réprime depuis mars un mouvement de contestation en Syrie. L'éditorialiste du journal rappelle que le président syrien avait accusé la Turquie de vouloir faire "revivre l'empire ottoman" dans la région et que Topkapi symbolise la gloire de cet empire, qui avait aussi régné sur l'actuelle Syrie. "Est-ce que cette attaque a été commanditée par les services secrets syriens ?" s'interroge le commentateur, qui pense que "quelqu'un souhaite avertir la Turquie au sujet de la Syrie".
http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/12/01/attaque-d-istanbul-interrogations-de-la-presse-turque-qui-jette-le-doute-sur-damas_1611517_3214.html

Quelle marge de manœuvre pour le nouveau Premier ministre Abdelilah Benkirane ?
Nommé Premier ministre, Abdelilah Benkirane a semblé écarter toute logique de confrontation avec le Palais. Toutefois, la cohabitation entre le roi, son entourage et le leader islamiste s'annonce pleine d'incertitudes. Analyse.
Par Marc DAOU
Sans surprise, Abdelillah Benkirane, le chef du parti islamiste marocain Justice et développement (PJD) a été nommé mardi 29 novembre Premier ministre par le roi Mohammed VI, qui lui a confié la tâche de former un nouveau gouvernement.
Il s’agit d’une grande première pour le royaume chérifien qui n’a encore jamais été gouverné par un parti islamiste, mais aussi pour le PJD qui n’a jamais participé à un gouvernement, se contentant jusqu’à présent du rôle de l’opposant numéro un au Parlement. La cohabitation entre le monarque, son entourage et le leader islamiste s’annonce donc pleine d’incertitudes…
http://www.france24.com/fr/20111130-maroc-nouveau-premier-ministre-abdelilah-benkirane-pjd-analyse-mohamed-vi-pouvoir-islamistes?ns_campaign=highlights&ns_source=google_news&ns_mchannel=autopromo&ns_fee=0&ns_linkname=20111130_maroc_nouveau_premier_ministre_abdelilah_benkirane


Belgique : un accord de gouvernement après 535 jours de crise
Enfin ! Au terme d'une crise politique de 535 jours - un record mondial - la Belgique va pouvoir se doter d'un gouvernement. A la suite d'un accord de principe trouvé mercredi soir, celui-ci sera appelé à être dirigé par un francophone, Elio Di Rupo. Concluant les négociations engagées depuis août, les six partis politiques flamands et francophones ont scellé un compromis sur le programme du futur cabinet.
Une source proche des discussions confirme «un accord global» portant «sur la réforme de l'Etat, le socio-économique et le programme du gouvernement». Avant de sceller l'accord, les négociateurs doivent procéder ce jeudi à une ultime relecture du lourd document (185 pages). Il restera à le faire approuver ce week-end par les congrès des partis et à répartir les portefeuilles. Le gouvernement devrait alors pouvoir prêter serment en début de semaine prochaine, refermant ce chapitre difficile de l'histoire de la Belgique
http://www.leparisien.fr/international/belgique-un-accord-de-gouvernement-apres-535-jours-de-crise-01-12-2011-1747310.php

Nucléaire iranien: l'UE accroît ses sanctions mais hésite sur un embargo pétrolier
L'Europe compte accroître jeudi ses sanctions contre l'Iran du fait de son programme nucléaire controversé, deux jours après le saccage de l'ambassade britannique à Téhéran, mais hésite à franchir le pas d'un embargo contre le secteur stratégique du pétrole iranien. En raison du dossier nucléaire, les ministres européens des Affaires étrangères réunis à Bruxelles doivent officiellement placer 143 nouvelles sociétés et organisations iraniennes, ainsi que 37 personnes supplémentaires, sur les listes déjà existantes des gels d'avoirs et des interdictions de visa de l'UE. Un accord de principe a déjà été conclu au niveau des diplomates à ce sujet. Cette décision fait suite au rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qui vient d'étayer dans un rapport les soupçons des Occidentaux selon lesquels Téhéran, malgré ses démentis, a travaillé à la fabrication d'une arme atomique…..
http://www.lepoint.fr/monde/nucleaire-iranien-l-ue-accroit-ses-sanctions-mais-hesite-sur-un-embargo-petrolier-01-12-2011-1402641_24.php

Egypte : Les frères musulmans en pole position
Sous les cris «Allah ou akbar» (Dieu est grand), les militants massés devant le quartier général du parti au Caire célèbrent une victoire qu’ils espèrent depuis quatre-vingt ans. «C’est la volonté de Dieu qui a triomphé aujourd’hui», tonne un leader du parti.
La place Tahrir est en berne. Dans ce lieu emblématique de la révolution, où les irréductibles révolutionnaires prennent toujours possession des lieux, l’ambiance est plutôt morne. «J’ai bien peur que nos rêves se brisent avec la victoire des Frères musulmans et des salafistes. Tant de sacrifices pour voir des forces réactionnaires arriver en tête des premières élections démocratiques», lâche Ayman du Mouvement du 6 avril, sans se résigner. «Nous allons poursuivre notre révolution, même si nous nous soumettons au verdict des urnes.
Cela dit, nous n’accepteront pas la dictature», a-t-il clamé. Pendant que ces «deux Egypte» se regardent avec méfiance, les résultats préliminaires confirment l’arrivée en tête des islamistes (Frères musulmans et salafistes de Hizb Al Nour) dans plusieurs gouvernorats. Le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), bras politique des Frères musulmans, devancerait dans la plupart des circonscriptions, notamment dans les gouvernorats du Caire, de Fayoum, de la Mer Rouge et d’Assiout (Sud). Il est suivi de la formation salafiste, Hizb Al Nour, et du parti Les Egyptiens libres.
http://www.elwatan.com/international/egypte-les-freres-musulmans-en-pole-position-01-12-2011-149307_112.php

Etats-Unis: coup dur pour les anti-Wall Street, des camps démantelés, appel à une journée d'action
LOS ANGELES (AFP) - Les autorités américaines ont porté un nouveau coup aux anti-Wall Street en démantelant dans la nuit deux de leurs plus gros campements à Los Angeles et Philadelphie, deux semaines après l'évacuation des manifestants new-yorkais à l'origine du mouvement.
Au total, quelque 350 personnes ont été arrêtées au cours de ces expulsions qui marquent un nouveau coup dur pour le mouvement, qui peine à trouver un second souffle depuis son apparition à New York le 17 septembre.
Cependant, les militants anti-capitalistes des villes californiennes San Diego, Los Angeles et Oakland, dont le port avait dû être fermé il y a deux semaines en raison d'une action, ainsi que de Portland (Oregon, nord-ouest), Tacoma et Seattle (Etat de Washington) ont annoncé une journée d'action le 12 décembre lors de laquelle ils comptent fermer les ports….
http://www.liberation.fr/depeches/01012374962-etats-unis-coup-dur-pour-les-anti-wall-street-des-camps-demanteles-appel-a-une-journee-d-action