POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 11 mai 2011

Haitian side Tempete FC became the third team to reach the semifinals of the Caribbean club championship, outlasting Caledonia AIA of Trinidad on penalties after a 1-0 loss.

Sunday's result in St. Marc, Haiti, left the two sides tied on aggregate 1-1, sending the series to the tiebreaker where Tempete prevailed 3-2. Tempete joins Guyana's Alpha United and Trinidad's Defence Force in the semifinals. Three teams will qualify from the Caribbean Club Champions Cup for next season's CONCACAF Champions League.
The remaining club to reach the semifinals will be either the defending champion Puerto Rico Islanders or Walking Boyz of Suriname. The Islanders needed an injury time strike by Jamie Cunningham on Saturday to earn a 1-1 draw with Walking Boyz in the first leg of their second-round encounter.
The second leg is set for Bayamon, Puerto Rico, on Saturday.
In St. Marc, Haiti, Akim Armstrong's goal in the sixth minute equalized for Caledonia, but Kareem Joseph, Daniel Cyrus and Nuru Muhammad failed convert their penalty shootout chances.
Chedlin Francouer was credited with the winning penalty after Eliphene Cadet and Wisnick Germinor converted their chances.
http://boxscorenews.com/haitis-tempete-moves-into-cfu-club-semifinals-p19517-68.htm

Figge seeks volunteers to package food for Haiti

Posted Online: May 10, 2011, 4:35 pm Press release submitted by Susan Horan
The Figge announces the fall exhibition, Restoring the Spirit: Celebrating Haitian Art and the recent reinstallation of the Figge's Haitian Gallery with an event on May 18. The upcoming exhibition celebrates Haiti's complex visual traditions and the devotion of artists to creative endeavors in the face of national adversity. The exhibition will open September 17 and run through January 15, 2012.
The Figge's Haitian Collection is one of the first and most comprehensive collections of Haitian art in the United States. The collection was established through a gift from Davenport native Dr. Walter E. Neiswanger and charts the growth and development of the country's rich artistic tradition from its origins in the 1940s through today.
Now on view in the reinstalled Haitian Gallery is the triptych Azaka, Agro Rex by Edouard Duval-Carrie. Duval-Carrie, who was featured in the solo exhibition, Migration of the Spirit at the Figge in 2006, will have work included in Restoring the Spirit exhibition. Duval-Carrie will visit the Figge on October 13 to lead a "Thursdays at the Figge" art talk on his experiences as a Haitian artist.
On May 18, in honor of Haitian Flag Day, the Figge will host an event to celebrate the announcement of the exhibition and the recent Haitian Gallery reinstallation. The Figge is partnering with Kids Against Hunger Your Quad-Cities to bag life saving food which will be delivered to Haiti.
Kids Against Hunger is an international food relief organization working to save the lives of starving people. The local chapter has provided over 500,000 meals to starving people in Haiti, Honduras, and Nicaragua, many of whom suffer from malnutrition and resort to eating mud cakes to stave off the hunger. In addition, they have provided nearly 60,000 meals to hungry people in the Quad Cities. The bagged meals, made up of rice, soy, six vegetables and twenty-one vitamins and minerals, provide a nutritionally complete meal and cost $0.25 per meal.
The Figge is seeking over 100 volunteers to help bag food from 2:30pm to 4:30pm on the May 18. Individual cash donations of $20 are encouraged to help cover the cost of these meals. For a fee of $360, teams of 12 volunteers can sign up to create 1440 meals in an hour.
Leading the bagging efforts will be Keith Donohue. Donohue is the founder of Positive Present®, an organization devoted to making a positive impact through philanthropy. His organization is currently embarking on a unique project called "50Give," where Donohue will trek cross-country to volunteer in each of the 50 states as well as Canada, Mexico and the District of Columbia. Travelling by car, plane or boat, Donohue will devote over five months of his time helping various nonprofits, charities and other worthy causes.
Donohue volunteers at one non-profit in each state and has chosen to spend his time in Iowa volunteering at the Figge. In addition to helping bag food, Donohue will help in the administrative offices and assist Figge outreach staff with an elementary program in the Davenport School District.
There will be a brief program at 2pm with remarks by Figge staff and community members. Haitian gallery tours will be offered at 2pm, 3pm and 4pm by Sally Ruggeberg, a Figge Docent who has spent time volunteering in Haiti.
To volunteer, please contact Jennifer Brooke at the Figge Art Museum 563.326.7804x2048 or j.brooke@figgeartmuseum.org
For more information on 50Give and Keith Donohue visit www.50give.com/contact.
For more information on Kids Against Hunger Your Quad-Cities, contact John Kessler at info@kahqc.com or 309.762.0437.
This event is being sponsored by Thrivent Financial for Lutherans. As the country's largest fraternal benefit society, Thrivent Financial for Lutherans does much more than offer financial services. It offers programs and outreach opportunities where members can connect with each other, learn new things, and help their communities. Thrivent Financial for Lutherans supports two foundations that address a variety of needs and serve charitable purposes that support individuals, organizations and communities.
For more information on Thrivent Financial for Lutherans contact Tom Brooke at 326.650.2389 or Thomas.Brooke@Thrivent.com
http://qconline.com/archives/qco/display.php?id=543386

What's going on in Haiti?

BY WINSOME TRUDY
Wednesday, May 11, 2011
MAJOR happenings on the international scene in recent weeks have displaced Haiti from the headlines. But there are some interesting developments, some with far-reaching implications for the Caribbean Community (Caricom). This may change after Saturday, May 14, when Michel Martelly will be inaugurated as president. Hopefully, some of this may be in favour Caricom.
By the time this column appears there will undoubtedly be more news, but so far I have not heard of one Caricom leader, besides the president of Suriname, who has been officially invited to the inauguration. While it is entirely possible that the current Caricom chairman will be eventually invited, the delay suggests that the mindset of Martelly and/or his 'kitchen-cabinet' is arguably not quite in Caricom's favour.
MARTELLY… there is an emerging suspicion that he holds no real interest in forging links with Caricom
BOURTERSE... the only Caricom leader so far invited to Martelly’s inauguration
ARISTIDE... supported by Caricom
MARTELLY… there is an emerging suspicion that he holds no real interest in forging links with Caricom 1/3
There is an emerging suspicion that Martelly holds no real interest in forging links with the community. While it is still early days, the silence is deafening. Further, there are reports out of Suriname that he is to make an early visit to that country, accompanied by American-Haitian hip-hop singer Wyclef Jean.
That announcement further stated that the president of Suriname, Desi Bouterse, is to lead his country's delegation to the inauguration. Assuming this report to be true, it certainly leads one to question Martelly's motives, especially if no other invitation to Caricom leaders is forthcoming.
Bouterse was elected as president of Suriname on July 19, 2010 and installed on August 12, 2010. A convicted drug trafficker, he is currently facing trial for his alleged role in executing 15 political opponents in 1982 when he previously ruled the country. Although he was convicted in The Netherlands, he remains free in Suriname. If Martelly's earliest regional initiatives involve flirtations with Bouterse, then this could complicate his relations at home and abroad.
Given Suriname's reputed military preoccupations, the new Haitian leader could be seeking support from that corner of the region in re-establishing Haiti's army. After all, he did indicate that to be among his aims, while on the campaign trail.
Martelly did make an early start by visiting the US, considered to be Haiti's bastion of support. We have yet to see how he will continue warm relations with other countries such as Brazil, Mexico, Venezuela and Cuba, all of which have offered significant assistance since and before the earthquake.
Call it naivety on my part, but I expected that Caricom, if not openly courted like other more resource-rich countries and/or regions, would have been among the first invitees to his inauguration at least, given our linkages in the recent past. That being said, it is well known that his views of Caricom may be coloured by a misguided perception of a connection to former President Jean-Bertrand Aristide.
As is also well known, Mr Martelly is no fan of Aristide, and given that perception, may feel that Caricom is not a friend to be courted. That would be a mistake. It would be political naivety to view Caricom's intervention in the impasse involving the ouster of Aristide from leadership by US forces as the regional community 'watching the back' of a friend.
Any unbiased observer would have seen that for these feisty independent countries, it was a matter of respect for the sovereignty of a member of its own community with which it has formidable historic links. Hence any such unprovoked interference would, and could not have been condoned.
Radio Métropole made the other important disclosure that Martelly proposes to nominate Daniel Rouzier as prime minister. Clearly this would leave Jean Max Bellerive out in the cold. There were earlier indications that Bellerive, said to be a cousin of the president-elect, was Martelly's initial choice, given the outgoing prime minister's vast experience and familiarity with state affairs. But Martelly's supporters are much less tolerant, especially given the present climate of change.
This most likely means that Rouzier will replace Bellerive as co-chair (with Bill Clinton) of Haiti's Interim Recovery Commission. Such a decision must however be endorsed by Parliament where the Inite party (led by outgoing President Preval) has majority representation and where Martelly (who was not fielded by a political party) is not represented. But the new Parliament may cut him some slack if there is to be any progress for the country. Indeed, the appointment of Rouzier may be a masterstroke in more ways than one.
Said to be an economist, Rouzier is also a successful businessman, philanthropist and devout Christian. He should be favoured by the Americans; he heads the Haitian branch of Food For the Poor, a US-based charity that describes itself as Christian. More significantly from a Caricom perspective, he is Jamaica's honorary counsel general, having been thus appointed since June 2010.
Despite all sounds of support elsewhere on the global circuit, it is very unlikely that at this stage of its development, especially given its strong commitment to national sovereignty, that Haiti can make significant headway without Caricom's assistance. In fact, it is important to both sides that relations remain cordial, if not good. As the most populated country in Caricom, Haiti's market holds strong potential for the region and is presently being actively courted by private sector interests throughout the community.
Caricom, on the other hand, in addition to its offer of technical support, is committed to championing Haiti's campaign for sovereignty on the world stage. There is enough historical evidence of developing countries like Haiti being enticed to become a mere appendage of powerbrokers, donor countries and grant providers in the global community that hold out promises of assistance, that sometimes prove to be deceptive.
All things considered, we hope that Haiti's relations with Caricom will improve and move beyond good to excellent. But right now the ball is predominantly in Martelly's court. Caricom leaders have already given strong indications that they are prepared to dance. But obviously, while they can lead Haiti to the water, they certainly cannot force them to drink.
Hopefully, too, at the end of the day, whatever decision the new president makes will show that he is a worthy descendant of Toussaint-Louverture, exhibiting the makings of a true leader capable of sound choices in the interest of Haiti, including decisions that bring the country more fully in line with its Caricom family.
Read more: http://www.jamaicaobserver.com/columns/What-s-going-on-in-Haiti_8782396#ixzz1M2qJUGru
http://www.jamaicaobserver.com/columns/What-s-going-on-in-Haiti_8782396

Congresswoman Waters Supports Bill Requiring Presidential Report on Relief to Haiti

Washington – Congresswoman Maxine Waters (D-Calif.), a strong advocate for the Haitian people in the U.S. Congress, spoke today from the House floor in support of H.R. 1016 - Assessing Progress in Haiti Act. The bill later passed the House without opposition. Congresswoman Maxine Waters' remarks
“I rise to support this bill to measure the progress of recovery efforts in Haiti following last year’s devastating earthquake, and I thank my friend and colleague, Congresswoman Barbara Lee, for introducing this bill.
“Immediately following the earthquake, there was an outpouring of sympathy from people in the United States and around the world. I introduced H.R. 4573, the Debt Relief for Earthquake Recovery in Haiti Act, which was signed into law in April of last year. This law led to the cancellation of approximately $828 million of Haiti’s debts, freeing up resources for the Government of Haiti to use for earthquake recovery efforts.
“The United Nations held a donors’ conference, which I attended, and the international community pledged a total of $9.9 billion in reconstruction funds – including $5.3 billion for the first two years.
“Yet more than one year later, little if any of the money has reached the people of Haiti. According to the U.S. Agency for International Development (USAID), 680,000 displaced people are still living in tent camps. I visited some of these camps, and the conditions were appalling. There is a critical need for food, clean water and sanitation facilities. A deadly outbreak of cholera has already killed more than 4,800 people and infected more than 280,000 people. The effects of the epidemic were exacerbated by the lack of clean water and sanitation infrastructure.
“Foreign aid without transparency will accomplish nothing.
“We owe it to the Haitian people – and the American people – to find out how much of this money was actually delivered to Haiti and where the money went. That is why I strongly support this bill, which requires the President to report on the status of post-earthquake relief, recovery, reconstruction, and development efforts in Haiti. The report must evaluate coordination among various international agencies and donors; the extent to which U.S. and international efforts are in line with the priorities of the Government of Haiti; and mechanisms for Haitian civil society to participate in recovery efforts.
“I am in awe of the strength and resiliency of the Haitian people. We owe it to them to assist them in their time of need. We also owe it to them to make certain our assistance reaches the people who need it most.
“I urge my colleagues to support this bill, and I yield back the balance of my time.

http://www.sflcn.com/story.php?id=10290

Alain Juppé attendu à l’investiture de Michel Martelly

Le chef de la diplomatie française doit arriver à Port-au-Prince vendredi mardi 10 mai 2011,
Le ministre français des affaires étrangères et européennes, Alain Juppé, devrait conduire la délégation de son pays samedi à la cérémonie d’intronisation du nouveau Président haïtien, Michel Martelly, a appris mardi Radio Kiskeya de sources diplomatiques françaises à Port-au-Prince.
M. Juppé est attendu dans la capitale vendredi.
Actuel maire de Bordeaux, plusieurs fois ministre et ancien premier ministre de Jacques Chirac de 1995 à 1997, le chef de la diplomatie française, qui a succédé en février à Michèle Alliot-Marie, effectuera sa première visite en Haïti.
Selon Fritz Jean-Louis, membre du bureau de passation chargé de la transmission des pouvoirs entre le Président sortant, René Préval, et son successeur, une dizaine de chefs d’Etat étrangers devraient assister à l’investiture de Martelly, 50 ans, ancien chanteur de Compas surnommé "Sweet Micky".
Pour l’instant, seule la présence du Président dominicain, Leonel Fernàndez, a été officiellement annoncée.
Des travaux sont en cours sur la place des Nations Unies au Bicentenaire (sud-ouest de Port-au-Prince) et sur le site du Palais National (siège de la Présidence), gravement endommagé par le séisme dévastateur du 12 janvier 2010, en vue du déroulement de la cérémonie de passation des pouvoirs entre MM. Préval et Martelly. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article7739

Haïti-Amendement Constitutionnel : Mission accomplie ?

P-au-P., 9 mai 2011 [AlterPresse]--- Les députés et sénateurs réunis en assemblée nationale ont procédé dans la nuit du 9 mai au premier amendement de la constitution de 1987, à l’issue d’une séance marathon, par moment houleuse, et qui a suscité de l’inquiétude au sein de divers secteurs estimant que des acquis démocratiques étaient en péril. Tout juste avant minuit, la déclaration d’amendement a bénéficié du vote favorable de 81 parlementaires, tandis que 10 se sont abstenus et il n’y a eu aucun vote contre.
Par cet amendement, une nouvelle institution nommée Conseil Constitutionnel a été crée avec pour attribution de se prononcer sur la constitutionnalité des lois.
Les parlementaires ont également introduit dans la constitution haïtienne le principe de la nationalité multiple, ce qui permet aux Haitiens dotés de plusieurs nationalités d’occuper certaines fonctions dans la sphère politique.
En même temps, l’accession à certaines hautes fonctions, notamment président, premier ministre, sénateur et député, demeurent réservés à des Haïtiens qui n’ont pas eu à prendre une autre nationalité.
Le parlement a également fait entrer dans la constitution le principe de quota de 30% en faveur de la représentation féminine dans les services publics.
Les parlementaires sont revenus sur l’amendement de l’article 134.1 pour pouvoir accorder la possibilité à un président d’accomplir deux mandats consécutifs et ont ainsi maintenu le principe antérieur de deux mandats séparés par un intervalle de 5 ans.
Cet article a notamment été dénoncé par le sénateur Steeven Benoit (Alternative) qui a laissé la séance après avoir souligné que cet article ne figurait pas dans la déclaration d’amendement telle qu’elle a été signée par les membres de la commission parlementaire de réflexion sur le document.
Le président de la commission, le sénateur Annik Joseph (Alternative), a admis que les modifications introduites l’ont été après des consultations répétées avec le président sortant René Préval et le président élu Michel Martelly.
Les parlementaires ont également reculé sur les dispositions transitoires, qui prévoyaient la prolongation de mandat des députés et de plusieurs sénateurs ainsi que la nomination prochaine des maires par l’Exécutif. Ceux qui sont en poste actuellement sont arrivés au terme de leur mandat en novembre 2009.
Les secteurs démocratiques avaient fait part de leurs inquiétudes par rapport à l’opération d’amendement qui, selon eux, a fermé la porte à la participation citoyenne en éliminant, par exemple, les assemblées territoriales.
Comme plusieurs autres voix, le sénateur Andris Riché (Alternative), qui a boudé la séance, a qualifié l’opération d’ « assassinat de la démocratie ». Dans une intervention à la station privée Radio Kiskeya, il a condamné l’attitude de ses pairs, y compris ceux élus sous la même bannière que lui. Il n’a pas compris l’empressement des parlementaires à accomplir en moins de 48 heures ce qui devrait se faire en 4 mois.
Soumise par le président sortant René Préval à la 48e législature en fin de session, le 4 septembre 2009, cette déclaration a été approuvée le 14 septembre.
Inaugurée avec 4 mois de retard le 27 avril dernier, il appartenait à la 49e législature de se prononcer sur la déclaration d’amendement dans un délai ne dépassant pas ce lundi avant minuit, correspondant à la fin de la première session parlementaire, suivant les prescrits constitutionnels.
L’amendement constitutionnel entrera en vigueur après sa publication par l’exécutif dans le journal officiel « Le Moniteur ». [gp apr 10/05/2011 06:00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article11013

Haïti-Amendement de la Constitution : Coup de théâtre !

mardi 10 mai 2011
Par Sylvestre Fils Dorcius
P-au-P., 10 mai 2011 [AlterPresse]--- La 49e législature, réunie en Assemblée nationale, a, à 23 heures 53 (heure locale), quelque 7 minutes de la fin de la première session parlementaire, lundi 9 mai, adopté la déclaration de l’amendement de la Constitution du 29 mars 2011.
L’ensemble du texte de la déclaration d’amendement, après adoption ou rejet de chaque article modifié ou supprimé séparément, sans grand débat, a bénéficié du vote favorable de 81 parlementaires, tandis que 10 se sont abstenus et il n’y a eu aucun vote contre.
Réalisée avec beaucoup de difficultés, entre autres – suspension répétée de séance, empressement, prise de parole limitée à l’approche de la fermeture de la session - la séance a réservé bien des surprises.
« Je note des fautes graves dans cette séance en Assemblée nationale. Mes collègues de la commission bicamérale ont trafiqué le rapport final. Ils ont présenté à l’assemblée des articles qui ne figuraient pas dans le document original », dénonce le sénateur Steven Benoit (Alternative/Ouest) qui, visiblement vexé, a abandonné la séance.
Steven Benoit a crié au scandale au moment où ses pairs s’apprêtaient à adopté l’article 134.1 de la déclaration qui admet deux mandats consécutifs pour un président.
« Les membres de la commission, chargés de finaliser le rapport, ont rajouté cet article, ainsi que plusieurs autres, à l’insu de plusieurs autres membres de la commission », s’insurge Benoit.
Tout en s’inscrivant en faux contre les allégations de son collègue, le président de la Commission bicamérale, le sénateur François Anick Joseph (Alternative/Artibonite), a précisé, cependant, qu’ « il y avait 6 ou 7 brouillons du document. »
« Bloqué à certain moment pour finaliser notre travail au niveau de la commission, nous avions du contacter le président sortant René Préval, instigateur de cet amendement, qui nous a proposé une issue à propos de l’harmonisation des mandats », précise le sénateur François Anick Joseph.
En vue de faciliter encore plus le travail final de la commission, le président élu Michel Joseph Martelly a été, lui aussi, contacté, indique le président de la commission.
« En effet, à la fin de notre travail samedi matin, les deux principaux concernés à savoir le président sortant René Préval et le président élu Michel Joseph Martelly nous ont envoyé leur représentant respectif toujours pour nous assurer que notre travail s’achève en bonne et due forme », précise François Anick Joseph.
Plusieurs articles de la déclaration d’amendement, dont ceux ayant rapport à la nationalité et les critères d’éligibilité des postes électifs, ont suscité des prises de gueules entre plusieurs parlementaires les unes plus virulentes que les autres.

Et ils ont voté…
Minuit près. L’heure n’est plus aux verbiages mais à l’action et surtout pas n’importe quelle action, murmurent certains parlementaires et des membres de l’assistance.
« Si nous ne pouvons pas adopter l’article 285 concernant notre mandat tout l’amendement tombe », déclarent, à l’unisson, des parlementaires.
L’article 285 stipule : « les mandats des élus en fonction, à l’entrée en vigueur des amendements portés à la Constitution haïtienne de 1987, sont réglés comme suit : le président de la République est en fonction de sa prestation de serment au 7 février 2016 ; les députés sont en fonction jusqu’au deuxième lundi de janvier 2016. »
« Les sénateurs élus aux élections d’avril 2009 et de mars 2011 sont en fonction jusqu’au deuxième lundi de janvier 2016, et les sénateurs élus en avril 2006 sont en fonction jusqu’aux élections d’octobre 2013 », poursuit l’article.
23 heures 53. Le débat à ce moment prend une nouvelle allure. Des sénateurs et députés s’apprêtent déjà à plier bagage.
Inquiet d’un éventuel rejet de la déclaration d’amendement, le sénateur Kelly C. Bastien, un des responsables de la Plate-forme Inite, tente, avec succès, de ramener ses collègues à la raison.
« Il nous faut sauver, avant minuit, le processus d’amendement déjà fin prêt, je propose d’enlever la partie qui concerne les ‘dispositions transitoires’ et de revenir sur le vote favorable accordé à l’article 134.1 pour résoudre le problème. Ce serait peine perdue si minuit arrive sans qu’une décision soit prise. Tout le travail sera remis pour 5 ans », souligne Kelly Bastien.
Suite à cette intervention de l’ancien président du sénat, à l’appel au vote du sénateur Jean Rodolph Joazile (Inite/Nord’Est), président de l’assemblée nationale, les parlementaires ont adopté la déclaration d’amendement peu avant minuit.
Pour Joazile, la séance donnant lieu au vote favorable du premier amendement de la constitution du 29 mars 1987 est un « succès ».
Cette séance a été également l’occasion pour l’Assemblée nationale de clôturer les travaux de la première session de la 49e législature.
Les députés devraient partir en vacances pour un mois. Mais ils seront certainement convoqués en Assemblée nationale extraordinaire pour l’investiture du président élu Michel Joseph Martelly, le 14 mai, date à laquelle, selon l’article 298 de la Constitution modifiée, le présent amendement entrera en vigueur, après sa publication dans le journal officiel Le Moniteur. [sfd gp apr 10/05/2011 14 :30]

http://www.alterpresse.org/spip.php?article11016

L'université Paris 8 vue par un étudiant haïtien

Quel point commun entre Michel Foucault, Gilles Deleuze et Jacques Lacan ? Ces 3 grands intellectuels du XXe siècle sont passés par l’université Paris 8, créée à Vincennes dans la foulée de Mai 1968 et installée depuis 1980 en Seine-Saint-Denis. Conditions d’études, filières, pédagogie… grâce à notre reportage, faites connaissance avec les spécificités de cette fac à dominante lettres et sciences humaines, qui compte 40 % de salariés et 35 % d'étrangers.

Très internationale, l’université Paris 8 compte plus d’un tiers d’étrangers. Le témoignage de Jean-Herold Paul, originaire de Port-au-prince, et en fin de thèse.
Arrivé en 2004 à Paris 8 comme étudiant, Jean-Herold Paul est déjà un “ancien” de l’université de Saint-Denis. Ce jeune philosophe et poète haïtien a pu bénéficier des relations anciennes entre l’École normale de Port au Prince et l’université francilienne. Cette année, ce presque trentenaire finalise sa thèse de doctorat consacrée à l’objectivité scientifique. En parallèle, il donne quelques heures de cours en tant qu’ATER (attaché temporaire d’enseignement et de recherche).
Soutenu à son arrivée par l’administration de Paris 8
Depuis son arrivée à Saint-Denis, Jean-Herold a eu le temps de voir le campus se transformer, de nouveaux bâtiments sortir de terre et la pelouse envahir d’anciens terrains vagues. Il y a même un petit potager avec framboisiers, entretenu par les étudiants de géographie.
Les débuts de Jean-Herold en France ont été difficiles, surtout la 1re année. “Je suis arrivé tout seul, sans famille en France et je n’avais pas de bourse.” Le jeune homme a alors apprécié l’ouverture des personnels de l’université : “L’administration se préoccupe beaucoup des étudiants.”

Des profs très disponibles
Autre atout de cette université : l’importance de l’ouverture internationale et l’accueil en grand nombre d’étudiants étrangers. Lui-même a pu en bénéficier en partant quelques mois étudier en Allemagne à l’université de Stuttgart. Depuis, Jean-Herold assume la coordination du master binational entre Paris 8 et Stuttgart.
“Par rapport à la Sorbonne où des amis étudient, les enseignants à Paris 8 sont très ouverts et disponibles. Et le département de philosophie a été fondé par Michel Foucault, ce qui lui confère une idéologie particulière. Dans l’orientation de leurs travaux de recherche par exemple, les doctorants ont une plus grande liberté”, estime le jeune Haïtien. Depuis, Jean-Herold a même rencontré son épouse à l’université et a fondé une famille.

http://www.letudiant.fr/etudes/fac/portrait-de-fac-l-universite-paris-8-14369/l-universite-paris-8-vue-par-un-etudiant-haitien-17010.html

Le maire à l’écoute

Publié: 11 mai 2011 00:00 Signer des ententes pour la reconstruction d’Haïti, c’est bien beau, mais concrètement, qu’est-ce la Ville de Montréal fait? – M. Pelletier
D’emblée, je tiens à vous dire que la Ville de Montréal a déjà des gens sur le terrain en Haïti et que nous travaillons étroitement à la fois avec les autorités de Port-au-Prince et des représen­tants de la diaspora haïtienne d’ici pour soutenir la reconstruction du pays. Le terrible séisme dont a été victime Haïti en janvier 2010 a touché profondément l’ensemble des Montréalais et davantage encore nos concitoyens d’origine haïtienne. Depuis, avec les autres villes canadiennes, nous avons conçu un Programme de coopération que l’Agence canadienne de développement international a accepté de financer.
D’ailleurs, comme vous le mentionnez dans votre question, notre ville a établi une entente avec Port-au-Prince. Cette entente, qui a pour but d’établir les grandes lignes des activités de coopération entre nos deux villes, a été signée lundi à l’hôtel de ville de Montréal, en présence du maire de Port-au-Prince, Muscadin Jean-Yves Jason.
Avec cette entente, nous nous assurons que nos activités servent directement les intérêts de la population de la capitale haïtienne. Sur le plan institutionnel, nous aidons la mairie à se réorganiser afin que les citoyens retrouvent une vie normale et se réapproprient leur ville. Pour cela, certains de nos employés iront donner un coup de main à leurs confrères haïtiens. Quelques interventions toucheront également certains autres quartiers afin de répondre à des demandes précises de la population, par exemple, un accès à de l’eau potable ou l’installation de lampadaires afin que les habitants et particulièrement les femmes et les filles puissent se déplacer en toute sécurité.
Plusieurs autres projets sont également inscrits dans l’entente signée avec le maire Jason. Notre but est d’élaborer nos interventions à partir de besoins exprimés directement par les citoyens.
Au cours des deux prochaines années, donc, nous serons aux côtés de nos amis de Port-au-Prince et nous les accompagnerons dans leurs efforts pour reconstruire un pays, une ville et, surtout, un environnement qui permettent aux Haïtiens de faire des projets d’avenir.
Le maire de Montréal répond maintenant aux questions des lecteurs de Métro un mercredi sur deux.
Pour lui faire parvenir une question : gerald.tremblay@journalmetro.com
– Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro.

http://www.journalmetro.com/paroles/article/856990--le-maire-a-l-ecoute

L'Assemblée nationale donne le droit de vote à la diaspora haïtienne

Agence France-Presse 10/05/2011 15h17
PORT-AU-PRINCE - Les parlementaires haïtiens réunis en Assemblée nationale ont introduit des changements dans la constitution dont le principe de la «nationalité multiple» qui permettra aux quatre millions d'Haïtiens vivant en dehors du pays de voter mais pas de briguer un mandat.
Parmi les changements introduits dans la constitution adoptée en 1987, un an après la chute de la dictature des Duvalier (1957-1986), les parlementaires ont pour la première fois admis le principe de la «nationalité multiple» en faveur des Haïtiens vivant en dehors du pays.
Toutefois, les parlementaires ont décidé lundi soir que les Haïtiens de l'étranger ne pourront pas briguer des postes électifs ni occuper des fonctions gouvernementales sans avoir au préalable abandonné la nationalité acquise à l'étranger.
«C'est une marche en arrière», estime Edwin Paraison, ministre des Haïtiens vivant à l'étranger. Il rappelle qu'une loi votée en 2002 avait déjà permis aux Haïtiens ayant opté pour une autre nationalité d'occuper des postes ministériels.
Le ministre se réjouit néanmoins que les membres de la diaspora haïtienne, près de 4 millions de personnes, puissent maintenant participer à la vie électorale de leur pays. «Nous avons attendu 25 ans pour obtenir de l'État le droit de vote pour les Haïtiens vivant en dehors du pays», a-t-il dit.
«C'est une bonne chose. Pour les prochaines élections, la diaspora aura le droit constitutionnel de voter», analyse Robert Faton un expert haïtien, professeur de sciences politiques à l'Université de Virginie aux États-Unis.
«C'est une question très sensible, je crois que les gens ont un problème avec le fait que des personnes de l'extérieur puissent briguer des postes électifs», a commenté M. Faton qui vit aux États-Unis.
Lundi soir, les parlementaires ont aussi rejeté l'idée d'accorder au président d'Haïti la possibilité de pouvoir se succéder à lui même après un premier mandat de 5 ans.
Le président élu Michel Martelly, qui entre en fonction le 14 mai, ne pourra donc pas briguer un second mandat en 2016.
M. Faton justifie ce rejet par la crainte des Haïtiens de voir qu'un président qui bénéficie de deux mandats consécutifs ne trouve un moyen de rester plus longtemps au pouvoir (a vie). «C'est la peur d'avoir un président trop fort», conclut-il.
http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/2011/05/20110510-151726.html