POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 22 octobre 2010

Cholera epidemic spreads in rural Haiti; 150 dead

By JACOB KUSHNER, The Associated Press
Friday, October 22, 2010; 6:26 PM
ST. MARC, Haiti -- A cholera epidemic was spreading in central Haiti on Friday as aid groups rushed doctors and supplies to fight the country's deadliest health crisis since January's earthquake. At least 150 people have died and more than 1,500 others are ill.
The first two cases of the disease outside the rural Artibonite region were confirmed in Arcahaie, a town that is closer to the quake-devastated capital, Port-au-Prince.
Officials are concerned the outbreak could reach the squalid tarp camps where hundreds of thousands of quake survivors live in the capital.
"It will be very, very dangerous," said Claude Surena, president of the Haitian Medical Association. "Port-au-Prince already has more than 2.4 million people, and the way they are living is dangerous enough already."
Scores of patients lay on the floor awaiting treatment at the St. Nicholas hospital in the seaside city of St. Marc, some of them brushing away flies on mattresses stained with human feces.
One of them, 55-year-old Jille Sanatus, had been there since Thursday night since his son Jordany brought him. A doctor was struggling to stick a needle into his arm.
"He's completely dehydrated, so it's difficult. It's hard to find the vein," said Dr. Roasana Casimir, who had been working nearly without rest since the outbreak began two days earlier.
Casimir finally penetrated the vein and fluid from an IV bag began to trickle in, but half an hour later the father of 10 was dead. Two hospital employees carried the body to the morgue behind the hospital and placed it on the ground for the family to reclaim it for a funeral.
Sanatus' son said the family had been drinking water from a river running down from the central plateau region. Health Minister Alex Larsen said Friday that the river tested positive for cholera.
Imogen Wall, a spokeswoman for the U.N. Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, said the sick patients and the contagious remains of the dead are insufficiently quarantined.
"Part of the problem has been people are moving around a lot, and there hasn't been proper isolation in place at the clinics," she said.
The sick come from across the desolate Artibonite Valley, a region that received thousands of refugees following the Jan. 12 earthquake that killed as many as 300,000 people and destroyed the capital 45 miles (70 kilometers) south of St. Marc. Most of the new arrivals have been taken in by host families.
In addition to the two cholera cases confirmed by the health ministry in Arcahaie, the International Medical Corps said it was investigating other possible cases in Croix-des-Bouquet, a suburb of the capital. Radio reports also said there were two dozen cases of diarrhea on Gonave island.

Cholera was not present in Haiti before the earthquake, but experts have warned that conditions are ripe for disease to strike in areas with limited access to clean water.
"You cannot say it is because of the earthquake, but because of the earthquake the situation here requires a high level of attention in case the epidemic extends," said Michel Thieren, a program officer for the Pan-American Health Organization.
Cholera is a bacterial infection spread through contaminated water. It causes severe diarrhea and vomiting that can lead to dehydration and death within hours.
Larsen, the health minister, urged anyone suffering diarrhea to make their own rehydration serum out of salt, sugar and water to drink on the way to a hospital.
The U.N.'s No. 2 humanitarian official said officials could not yet explain exactly how the outbreak occurred, or when it might end.
"I cannot say that it is under control," Catherine Bragg, the U.N.'s assistant secretary-general for humanitarian affairs, told reporters at U.N. headquarters in New York. "Cholera deaths are preventable, and we're doing everything we can. However, clearly a lot more needs to be done."
The number of cases will continue to grow because Haitians do not have any built-up immunity to cholera, according to Jon Andrus, deputy director of the Pan American Health Organization's Regional Office for the Americas, which is sending medical teams to the neighboring Dominican Republic as a preventive measure.
"We have all the things in place for something we know will get bigger," Andrus said.
At least 150 people have died and more than 1,500 were sick, said to Rob Quick, a specialist with the U.S. Centers for Disease Control and Prevention.
Aid groups and the government were rushing in medical and relief supplies including 10,000 boxes of water purification tablets and 2,500 jerrycans, according to the World Health Organization.
Wall said some 300,000 courses of antibiotics were available in the country and were being prepared for use in the Artibonite.
Outside the hospital in St. Marc, 28-year-old Ismode Mesinord was among dozens of relatives clamoring to get in to see their relatives. She complained security guards would not her in to visit her 1-year-old son.
"I'm worried because he's vomiting and has diarrhea and there's no one to take care of him," she said.
Associated Press writers Mike Melia and Danica Coto in San Juan, Puerto Rico, contributed to this report.http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/10/22/AR2010102205698_2.html

Haiti cholera outbreak feared in rural areas

By Joseph Guyler Delva, Friday, October 22, 2010; 6:21 PM
PORT-AU-PRINCE, HAITI - Haiti's government and its aid partners fought Friday to contain a cholera epidemic that has killed at least 140 people in the nation's worst medical emergency since the Jan. 12 earthquake.
The World Health Organization (WHO) said the virulent diarrheal disease, which has affected more than 1,500 people in central Haiti, would be the first cholera epidemic in a century in the disaster-prone and impoverished Caribbean nation.
The Red Cross and other humanitarian agencies were rushing doctors, medical supplies and clean water to Saint-Marc in the Artibonite region, the outbreak zone north of Port-au-Prince. As of Friday, no cases had been reported in the crowded capital.
One humanitarian worker who visited the main hospital in Saint-Marc called it a "horror scene."
"The courtyard was lined with patients hooked up to intravenous drips. It had just rained, and there were people lying on the ground on soggy sheets, half-soaked with feces," wrote David Darg, of the U.S.-based Operation Blessing International, in an account published on the Thomson Reuters Foundation's AlertNet Web site.
Darg said villagers in the countryside around Saint-Marc were begging for clean water.
The region, Haiti's breadbasket, had received tens of thousands of fleeing survivors from the January quake, which killed as many as 300,000 people and injured thundreds of thousands.
"It is a cholera epidemic," said Dr. Michel Thieren, of the Pan American Health Organization, the WHO's regional office. It was not possible to say whether the epidemic was at its peak, he said, but it was definitely not over.
Haitian Prime Minister Jean-Max Bellerive said the government was worried about the disease spreading to crowded quake survivors' camps in Port-au-Prince, where about 1.5 million people live, and Health Minister Alex Larsen announced an emergency prevention program.
"This disease is very dangerous. It can kill in three hours because once the diarrhea starts it doesn't stop." Larsen said.
Cholera usually comes from consuming water or food contaminated by cholera bacteria and is not likely to spread from person to person. But outbreaks could be potentially explosive among malnourished or displaced people living in unsanitary, crowded conditions, according to the WHO.
- Reuters

Le choléra vu par l’OMS : 3 à 5 millions de cas, environ 100.000 décès annuellement

Tableau classique des causes, caractéristiques et approches curatives de l’une des maladies les plus mortelles au monde jeudi 21 octobre 2010,
Radio Kiskeya
Choléra Principaux points
Le choléra est une maladie diarrhéique aiguë, dont on peut mourir en quelques heures en l’absence de traitement.
Selon les estimations, il y a chaque année 3 à 5 millions de cas de choléra, avec 100 000 à 120 000 décès.
On peut réussir à traiter jusqu’à 80% des cas avec les sels de réhydratation orale.
Les mesures de lutte efficaces s’appuient sur la prévention, la préparation et la riposte.
L’approvisionnement en eau sûre et l’assainissement sont essentiels pour réduire l’impact du choléra et des autres maladies à transmission hydrique.
On considère que les vaccins anticholériques par voie orale sont un moyen complémentaire de lutte, mais ne doivent pas remplacer les mesures classiques.
Le choléra est une infection diarrhéique aiguë provoquée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par le bacille Vibrio cholerae. Selon les estimations, il y a chaque année 3 à 5 millions de cas de choléra, avec 100 000 à 120 000 décès. La brève période d’incubation, de deux heures à cinq jours, renforce la dynamique potentiellement explosive des épidémies.
Symptômes Le choléra est une maladie extrêmement virulente. Touchant les enfants comme les adultes, on peut en mourir en quelques heures.
Environ 75% des sujets infectés par V. cholerae ne manifestent aucun symptôme, bien que le bacille soit présent dans leurs selles pendant 7 à 14 jours après l’infection et soit éliminé dans l’environnement, où il peut potentiellement infecter d’autres personnes.
Pour ceux qui manifestent des symptômes, ceux-ci restent bénins à modérés dans 80% des cas, tandis que chez environ 20% des cas, une diarrhée aqueuse aiguë, s’accompagnant de déshydratation sévère, se développe. En l’absence de traitement, elle peut entraîner la mort.
Les sujets ayant une faible immunité, enfants souffrant de malnutrition ou personnes vivant avec le VIH par exemple, sont davantage exposés au risque de mort en cas d’infection.
Histoire Au 19ème siècle, le choléra s’est répandu dans le monde entier à partir de son réservoir original, dans le delta du Gange en Inde. Les six pandémies qui ont eu lieu par la suite ont tué des millions de personnes sur tous les continents. La pandémie actuelle (la septième) a démarré en Asie du Sud, en 1961, a atteint l’Afrique en 1971, puis les Amériques en 1991. Le choléra est désormais endémique dans de nombreux pays.
Souches de Vibrio cholerae Deux sérogroupes, O1 et O139, sont à l’origine des flambées épidémiques. V. cholerae O1 provoque la majorité des flambées, tandis que O139, identifié pour la première fois au Bangladesh en 1992, est confiné à l’Asie du Sud-Est.
Les souches de V. cholerae non-O1-non-O139 peuvent provoquer des diarrhées bénignes, mais pas d’épidémie.
On a détecté récemment de nouvelles variantes dans plusieurs zones d’Asie et d’Afrique. Selon les observations, ces souches provoqueraient un choléra plus grave, avec des taux de létalité plus élevés. On recommande donc une surveillance épidémiologique attentive des souches en circulation.
Les principaux réservoirs de V. cholerae sont l’être humain et les milieux aquatiques, comme les eaux saumâtres et les estuaires, que l’on associe souvent à des proliférations d’algues. Selon des études récentes, le réchauffement climatique crée un environnement favorable pour ce bacille.
Facteurs de risque et charge de morbidité La transmission du choléra est étroitement liée à une mauvaise gestion de l’environnement. On trouve dans les zones à risque typiques les bidonvilles périurbains, qui ne disposent d’aucune infrastructure de base, ou les camps de réfugiés ou de personnes déplacées, où les besoins minimums en eau propre et en assainissement ne sont pas assurés.
Les catastrophes, avec l’interruption des systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement, ou des déplacements de populations dans des camps mal équipés et surpeuplés, ont pour conséquence d’augmenter le risque de transmission du choléra, si jamais le bacille est présent ou s’il est introduit. Il n’y a jamais eu d’épidémies à partir des cadavres.
Le choléra reste à l’échelle mondiale une menace pour la santé publique et c’est un indicateur clef de l’insuffisance du développement social. On a d’ailleurs observé récemment sa réémergence, parallèlement à l’augmentation continuelle des populations vulnérables vivant dans de mauvaises conditions d’hygiène.
Le nombre des cas de choléra notifiés à l’OMS continue de croître. De 2004 à 2008, cette augmentation a été de 24% par rapport à la période 2000–2004. Rien qu’en 2008, 56 pays ont notifié 190 130 cas, dont 5143 mortels. Mais de nombreux cas ne sont pas recensés à cause des limitations des systèmes de surveillance et de la crainte de sanctions limitant les voyages et les échanges commerciaux. On estime que le bilan véritable de la maladie se chiffre à 3-5 millions de cas et 100 000-120 000 décès par an.
Prévention et lutte Une approche pluridisciplinaire, fondée sur la prévention, la préparation et l’action, accompagnée d’un système de surveillance efficace, est essentielle pour atténuer la gravité des flambées de choléra, l’endiguer dans les zones d’endémie et faire baisser la mortalité.
Traitement
C’est une maladie facile à traiter. On peut guérir jusqu’à 80% des sujets atteints en leur administrant rapidement les sels de réhydratation orale (sachet standard de SRO OMS/UNICEF). En cas de déshydratation très sévère, la perfusion de liquide par voie intraveineuse s’impose. Ces patients nécessitent également des antibiotiques adaptés pour raccourcir la durée de la diarrhée, diminuer les quantités de liquide de réhydratation nécessaires et écourter la durée de l’excrétion des bacilles. On ne recommande pas l’administration de masse des antibiotiques, car elle n’a aucun effet sur la propagation de la maladie et contribue à renforcer les résistances.
Pour garantir un accès rapide au traitement, il faut mettre en place des Centres de traitement du choléra (CTC) dans les populations affectées. Avec une bonne prise en charge, le taux de létalité devrait se maintenir en dessous de 1%.

Action en cas de flambée
Quand on a détecté une flambée, la stratégie habituelle consiste à diminuer la mortalité, en garantissant un accès rapide au traitement, et à juguler la propagation de la maladie, en fournissant une eau sûre, de bonnes conditions d’assainissement et une éducation sanitaire pour améliorer l’hygiène et la manipulation des aliments dans la communauté. L’approvisionnement en eau et l’assainissement représentent un énorme défi, mais ils restent le facteur essentiel pour réduire l’impact du choléra.

Vaccins anticholériques par voie orale
Il en existe actuellement deux types sur le marché. Il s’agit dans les deux cas de vaccins à germes entiers, l’un avec une sous-unité B recombinante, l’autre sans. Tous deux assurent une protection durable de 50%, se maintenant pendant deux ans en situation d’endémie.
L’un des vaccins (le Dukoral) est présélectionné par l’OMS et homologué dans plus d’une soixantaine de pays. On a montré qu’il conférait une protection de 85-90% sur le court terme contre V. cholerae O1 dans toutes les tranches d’âges, pendant 4 à 6 mois après la vaccination.
L’autre (le Shanchol) est en attente de présélection par l’OMS et confère une protection plus longue contre V. cholerae O1 et O139 chez les enfants de moins de 5 ans.
Ces deux vaccins nécessitent l’administration de deux doses à un intervalle allant de sept jours à six semaines. Le vaccin avec la sous-unité B (Dukoral) doit être dilué dans 150 ml d’eau potable pour l’administrer.
L’OMS recommande que la vaccination avec les vaccins actuellement disponibles s’accompagne des mesures de lutte habituellement recommandées dans les zones où le choléra est endémique, ainsi que dans celles où il y a un risque de flambées. Les vaccins assurent un effet sur le court terme, pendant que les activités efficaces à plus long terme, amélioration de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, sont mises en place.
Quand on utilise la vaccination, elle doit cibler les populations vulnérables vivant dans des zones à haut risque et ne pas perturber la mise en œuvre d’autres interventions visant à prévenir ou à endiguer les épidémies de choléra. L’outil de décision de l’OMS en trois étapes a pour but d’aider les autorités sanitaires à décider si elles doivent utiliser les vaccins anticholériques dans les situations d’urgence complexes.
L’OMS n’a jamais recommandé les vaccins anticholériques par voie parentérale, en raison de leur faible efficacité protectrice et de la fréquence élevée des réactions indésirables sévères.

Voyages et échanges commerciaux
De nos jours, aucun pays n’exige plus de certificat de vaccination anticholérique pour autoriser l’entrée sur son territoire. Dans le passé, l’expérience a montré que les mesures de quarantaine et les embargos pour empêcher la circulation des personnes et des marchandises étaient inutiles. On a associé des cas isolés de choléra en relation avec des aliments importés en possession de voyageurs individuels. Par conséquent, il n’est pas justifié de restreindre les importations d’aliments produits dans le respect des bonnes pratiques de fabrication, au seul prétexte que le choléra est épidémique ou endémique dans un pays.
Il est conseillé aux pays limitrophes de régions affectées par le choléra de renforcer la surveillance de la maladie et la préparation nationale pour détecter rapidement d’éventuelles flambées et intervenir, si jamais la maladie devait traverser leurs frontières. En outre, il faut donner aux voyageurs et aux communautés des informations sur les risques potentiels, sur les symptômes du choléra, ainsi que sur les précautions pour l’éviter, et leur indiquer quand et où notifier les cas.

Action de l’OMS Avec son groupe spécial mondial de lutte contre le choléra, l’OMS :
donne des conseils techniques et fournit un appui à la prévention et à la lutte au niveau des pays ;
forme les professionnels de la santé aux niveaux national, régional et international à la prévention, la préparation et l’action contre les flambées de maladies diarrhéiques ;
diffuse des informations et des lignes directrices sur le choléra et les autres maladies entériques à potentiel épidémique, auprès des professionnels de la santé et du grand public.
Source : Organisation mondiale de la santé (OMS)

Haïti ferait face à une épidémie de choléra : 135 morts, selon un nouveau bilan non officiel

Le fleuve Artibonite, principal vecteur de cette épidémie qui aurait affecté 1.500 personnes et dont les autorités se gardent de révéler la nature avant les conclusions des tests réalisés en laboratoire jeudi 21 octobre 2010, Radio Kiskeya
L’épidémie de diarrhée aiguë qui sévit depuis quelques jours dans les départements de l’Artibonite (nord) et du Centre est une manifestation du choléra ayant déjà fait 135 morts alors que 1.500 personnes contaminées ont été hospitalisées, selon le président de l’Association médicale haïtienne (AMH), Dr Claude Suréna.
"On a recensé 135 décès dus au choléra et 1.498 cas de malades atteints de diarrhée. Selon les analyses effectuées en laboratoire, il s’agit bien du choléra", a révélé jeudi à l’AFP le médecin que Radio Kiskeya a tenté de joindre sans succès.
"Les premiers résultats obtenus suite à des analyses en laboratoire montrent qu’il y a une poussée de choléra, mais nous ne connaissons pas encore le type", a déclaré sous le couvert de l’anonymat un responsable qui estime que la mauvaise qualité de l’eau potable est probablement responsable de cette épidémie.
Certaines personnes seraient décédées à leur domicile dans la région de l’Artibonite et dans le Centre, sans avoir pu atteindre les hôpitaux ou centres de santé, selon plusieurs sources médicales.
Le choléra est une maladie hautement contagieuse, capable de tuer en quelques heures et dont la propagation est favorisée par les défaillances des réseaux sanitaires ainsi que l’absence d’hygiène et de soins.
Des éléments de diagnostic scientifiques indiquent, qu’après une incubation de quelques jours, la maladie débute par de violentes diarrhées vidant littéralement l’organisme de son eau. En l’absence de réhydratation immédiate, cette déperdition de liquides est souvent fatale.
Les autorités sanitaires haïtiennes ont annoncé une prise en charge de cette vague de cas de diarrhée aiguë avec des mesures multiples envisagées en fonction de l’évolution de la situation.
Des ONG présentes massivement dans le domaine médical se mobilisent aussi depuis la confirmation de la propagation de l’épidémie dans deux départements du pays. "Nous sommes en train d’évaluer la situation sur le terrain avec les partenaires internationaux et les autorités sanitaires haïtiennes", a fait savoir Fanny Devoucoux, de l’ONG française Acted. spp/Radio Kiskeya

Axan Abellard prône une réforme en profondeur de l'Etat

Le candidat à la présidence du KNDA, Axan Abellard, promet d'engager des réformes qui permettront de moderniser l'Etat s'il est élu lors du prochains scrutin. Intervenant à l'émission Face au public de Télé Métropole, l'ingénieur Abellard a mis l'accent sur la nécessité de lancer des projets de logement dans le cadre du processus de reconstruction.
Il envisage d'adopter des dispositions en vue de protéger l'environnement. Son gouvernement subventionnera le propane afin de lutter efficacement contre le déboisement. La coupe des arbres dans les bassins versants est l'une des principales causes des inondations.
Le chef de file du KNDA promet également d'engager le pays dans le processus de décentralisation. Rappelant que la décentralisation est une condition indispensable du développement économique, M. Abellard se propose de créer des universités publiques dans chaque département.
Dans le même temps il promet de lutter contre la corruption en accélérant la réforme de la justice.
Le candidat du KNDA accorde une grande importance à une gestion saine des ressources de l'Etat. Il soutient qu'il faut gérer dans la transparence les fonds de Petrocaribe. Les leaders de l'opposition réclament des explications sur l'utilisation de plus de 360 000 dollars des fonds de Petrocaribe au cours de deux programmes d'urgence.
LLM / radio Métropole Haïti

L'épidémie de diarrhée créée la panique à Saint Marc

La panique a gagné une partie de la population de Saint Marc alarmée par l'épidémie de diarrhée. Les autorités sanitaires haïtiennes font état d'une cinquantaine de morts tandis que le président de l'Association médicale haïtienne (AMH), Claude Suréna, estime que le bilan est de 130 décès.
Le directeur général du Ministère de la santé, Gabriel Timothe, n'a pas été en mesure de communiquer les résultats des tests effectués par le laboratoire national. Dr. Suréna quant a lui soutient qu'il s'agit d'une épidémie de cholera.
En lançant un appel au calme a la population Docteur Timothée a assuré que le système sanitaire national peut gérer cette épidémie. Il n'y a pas rupture de stocks d soluté et une équipe de 15 infirmières s'est rendue à Saint Marc, révèle le médecin.
Le candidat à la présidence Charles Henry Baker décrit des scènes de désolation dans plusieurs sections communales de Saint Marc. L'homme d'affaires en campagne a mis son véhicule à la disposition de la population pour le transport des malades déshydratés. Il appelle les autorités à agir vite afin d'empêcher une amplification de l'épidémie.
Il faut des sérums intra veineuses pour aider les malades dit-il estimant que plus d'une centaine de personnes sont déjà décédées.
En ce qui a trait aux personnes admises dans les centres hospitaliers, le MSPP assure qu'il s'agit de 800 alors que l'AMH fait état de 1 500.
LLM / radio Métropole Haïti

Volte de face des opposants au processus électoral

La quasi totalité des partis politiques et organisations sociopolitiques de l'opposition se sont impliqués dans la campagne électorale. Le président René Préval, qui avait parié sur une implication inconditionnelle des leaders de l'opposition dans le processus électoral, peut se réjouir d'avoir eu gain de cause. A l'exception de certains membres des directoires de l'Alternative, Rasanblé, Uccade et Libération, l'opposition haïtienne est plus que jamais en piste pour le 28 novembre.
L'ex sénateur Gabriel Fortuné, les regroupements des candidats, les candidats de l'Alternative, le Plap, Margareth Fortuné, André Michel et des leaders de Fanmi Lavalas ont tous rejoint les autres membres de l'opposition. Pour justifier leur revirement ces leaders estiment qu'il faut maintenant lutter contre le président Préval à l'intérieur du processus électoral. Maître André Michel dit avoir constaté une forte mobilisation populaire et entend accompagner le peuple en supportant un candidat à la présidence.
De son coté, l'ex sénateur Fortuné prévoit que le peuple fera échouer le plan de fraude du chef de l'Etat.
C'est au sein de Fanmi Lavalas que le revirement pour les élections aura fait le plus de dégât. René Civil et Jacques Mathelier apportent leur appui à Jean Henry Céant ( Renmen Ayiti) occasionnant du coup une nouvelle friction avec la représentante nationale Maryse Narcisse.
Il est à remarquer que d'autres caciques de Fanmi Lavalas dont sò Anne apportent leur appui à Yves Christallin. D'autres factions du parti d'Aristide ont rejoint Unité, Anacacis Jean Hector et Yvon Neptune.
Alors que M. Christallin a débuté sa campagne à Cité Soleil, le notaire Jean Henry Céant devrait donner le coup d'envoi de sa campagne à Tabarre non loin de la Fondation Aristide.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18373

Le département de L'Artibonite frappé par une forme de cholera

Une forme de choléra est à l'origine des dizaines de décès liés à des diarrhées survenues ces derniers jours en Haïti, a indiqué jeudi une source du ministère haïtien de la Santé publique. "Les premiers résultats obtenus suite à des analyses en laboratoire montrent qu'il y a une poussée de choléra, mais nous ne connaissons pas encore le type", a déclaré la source qui a souhaité garder l'anonymat.
Le directeur général du ministère de la Santé, contacté par téléphone, a annoncé une réunion d'urgence du gouvernement, mais a refusé de confirmer l'information.
"Le gouvernement et les autorités sanitaires vont se rencontrer à l'instant, une annonce sera faite", s'est-il contenté de dire.
Plus de cinquante personnes sont mortes ces derniers jours dans plusieurs villes d'Haïti et des centaines sont hospitalisées suite à une épidémie de diarrhée liée à la mauvaise qualité de l'eau potable, avaient indiqué plus tôt jeudi les autorités sanitaires haïtiennes.
Mais le bilan pourrait être bien plus lourd à en croire les chiffres obtenus directement par l'AFP auprès de médecins haïtiens. Ainsi, 31 personnes seraient décédées à Saint-Marc, 26 à Drouin, 18 à Vérette et 3 à Mirebalis.
AFP
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18372
Un patient atteint du choléra à l'hôpital St. Nicholas,
à Saint Marc.  Crédits photo : Ramon Espinosa/AP
Les autorités haïtiennes et les organisations humanitaires étaient vendredi en état d'«alerte maximale» pour tenter de juguler la maladie.

Haïti est frappé par une épidémie de choléra qui a déjà fait 138 morts. Le gouvernement tente de prendre des mesures pour enrayer la propagation de la maladie.
Plus de 1 500 cas avaient été recensés jeudi soir par les autorités haïtiennes. Il s'agit de la première épidémie de choléra en Haïti en un siècle, a précisé l'Organisation mondiale de la santé. Elle s'est déclarée dans le centre du pays, dans les départements de l'Artibonite et du Plateau central, où se sont réfugiés de nombreux rescapés du séisme du 12 janvier. Il s'agirait de la souche «O1» de choléra, le «type le plus dangereux», selon le ministre haïtien de la Santé Alex Larsen.
http://www.lefigaro.fr/international/2010/10/22/01003-20101022ARTFIG00686-epidemie-de-cholera-en-haiti-au-moins-138morts.php

Le président haïtien confirme l'épidémie de choléra

LEMONDE.FR avec Reuters et AFP 22.10.10
Le président haïtien René Préval a confirmé vendredi 22 octobre que l'île était frappée par une épidémie de choléra qui a déjà fait 138 morts. Le ministre de la santé s'est montré alarmiste, évoquant une épidémie "du type le plus dangereux". L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a en revanche indiqué vendredi attendre les résultats de ses propres tests pour confirmer la présence de la maladie dans le pays, où elle a dépêché des experts venus de Washington pour surveiller l'évolution de la situation sanitaire.

Si l'épidémie était confirmée, il s'agirait de la première survenue de cette maladie en Haïti depuis un siècle, a précisé l'OMS.
"Je suis en mesure de confirmer qu'il s'agit bien du choléra", a de son côté déclaré René Préval à Reuters. "Nous tentons maintenant de nous assurer que la population est pleinement informée des mesures de précaution à prendre pour éviter d'être contaminé", a ajouté le chef de l'Etat, à la sortie d'une réunion avec les autorités sanitaires du pays à Port-au-Prince, la capitale.
L'épidémie s'est déclarée dans le centre du pays, dans les départements de l'Artibonite et du Plateau central, où se sont réfugiés de nombreux rescapés du séisme du 12 janvier. Les équipes médicales internationales présentes à Haïti depuis le tremblement de terre se sont déployées dans la zone épidémique autour de la ville de Saint-Marc. Leur principal souci est d'éviter une propagation de la maladie jusque dans les vastes camps de fortune surpeuplés de la capitale, où le séisme du 12 janvier a fait 1,5 million de sans-abri, outre les 300 000 morts.

1 500 CAS RECENSÉS
Il s'agit de la plus grave alerte sanitaire à Haïti depuis le tremblement de terre. Les autorités attendent les résultats d'examens pratiqués en laboratoires pour déterminer la cause de l'épidémie. Plus de 1 500 cas avaient été recensés jeudi soir par les autorités haïtiennes. Les services hospitaliers sont débordés dans les départements d'Artibonite et du Plateau central, a précisé le docteur Gabriel Thimoté, directeur général du ministère de la santé.
Le choléra est une maladie hautement contagieuse, qui peut tuer en quelques heures, dont la propagation est favorisée par les défaillances des réseaux sanitaires et le manque d'hygiène et de soins. Après une incubation de quelques jours, la maladie débute par de violentes diarrhées vidant littéralement l'organisme de son eau. En l'absence d'une réhydratation immédiate, cette déperdition de liquides est souvent mortelle.
Depuis le séisme, les ONG ont fait part de leurs craintes de voir apparaître des épidémies en raison des mauvaises conditions sanitaires dans lesquelles vit la population. Haïti, où doivent se dérouler des élections présidentielle et législatives le 28 novembre, a par ailleurs été violemment touché dernièrement par les intempéries. Dix personnes sont mortes et trois autres ont été portées disparues ces derniers jours à la suite de fortes pluies.
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2010/10/22/le-president-haitien-confirme-l-epidemie-de-cholera_1430032_3222.html

Charest veut accueillir un forum international sur la langue française

Publié le 22 octobre 2010
(Montreux, Suisse) Le premier ministre Jean Charest a soutenu vendredi qu'il sera encore à son poste en 2012 pour accueillir un forum sur l'avenir de la langue française à Québec. «Je serai là en 2012», a répondu le premier ministre, lorsqu'on lui a fait remarquer qu'il sera alors dans la quatrième année de son mandat.

M. Charest a fait l'annonce de ce projet vendredi en point de presse. Il en fera la proposition dimanche matin au Sommet de la francophonie à Montreux en Suisse.
Le premier ministre a obtenu l'aval du Secrétaire général de la francophonie, Abdou Diouf, mais il n'en a pas discuté avec les chefs d'État ou de gouvernements de la francophonie, pas plus qu'avec le gouvernement Harper. Même le représentant personnel du premier ministre Harper aux travaux menant au Sommet de Montreux n'avait pas été mis au parfum.
Même si la proposition vient de Québec, c'est M. Diouf qui en fera la présentation dimanche matin. «Je prendrai le relais pour proposer que ça se tienne à Québec. Ce sera organisé conjointement par l'OIF et le gouvernement du Québec» a précisé M. Charest.
Il a précisé que ce forum ne vise pas à réunir des acteurs institutionnels. «On veut un forum hors cadre, qui va réunir des gens de tous les milieux, incluant les milieux artistiques, pour que nous puissions aborder des questions concernant l'avenir de la langue française, sa présence, et en faire vraiment sa promotion.»
Dans son esprit, de tels forums devraient suivre le dépôt aux quatre ans des rapports de l'Observatoire de la langue française. «Les forums viendront à leur tour alimenter les Sommets sur les actions concrètes que devraient poser les gouvernements.»
Interrogé sur la proximité d'un tel forum avec la prochaine campagne électorale, M. Charest a déclaré qu'il ne savait pas quand se tiendraient les prochaines élections.

Haïti
C'est samedi, par ailleurs, que le gouvernement du Québec présentera son projet de résolution par laquelle tous les gouvernements de la francophonie s'engageraient à venir en aide en Haïti.
Questionné sur la possibilité que les propositions d'Ottawa et de Québec se portent ombrage les unes aux autres, le premier ministre Charest ne s'est pas inquiété. «Trop fort casse pas», a-t-il répondu, en faisant valoir que le gouvernement fédéral «a toujours joué un rôle très actif en Haïti, avant le séisme et par la suite».

Plainte pour violence conjugale: le SPVM ouvre une enquête interne

Publié le 22 octobre 2010
Daphné Cameron et Catherine Handfield,
La Presse
La police de Montréal (SPVM) a annoncé hier qu'elle ouvrira une enquête interne pour faire la lumière sur les «délais inexplicables» dans le traitement d'une plainte pour violence conjugale dont l'auteure a été poignardée à mort six jours plus tard.
 Marie Altagracia Dorval a été assassinée dans la nuit de samedi à dimanche dans son logement de Montréal-Nord. Son ancien conjoint, Edens Kenol, 34 ans, fait face à des accusations de meurtre prémédité. Près d'une semaine avant le drame, le 11 octobre, la victime de 28 ans avait porté plainte contre le suspect pour harcèlement et violence.
«Selon les documents que j'ai en main à l'heure actuelle, il n'y aurait pas eu de communications avec la plaignante après la plainte, a expliqué Sylvain Brouillette, directeur adjoint de la région Est. Il semble que le suspect n'ait pas été rencontré non plus.»
Le SPVM gère en moyenne chaque année 10 000 dossiers de violence conjugale, dont 7500 sont portés devant les tribunaux, a expliqué M. Brouillette. Mais un homicide est une mort de trop, a-t-il reconnu. «On aurait pu être meilleurs. Nous sommes vraiment désolés du déroulement.»
L'enquête se penchera sur «le processus» de gestion des plaintes et ne ciblera pas nécessairement uniquement les enquêteurs. «S'il y a un nouveau mode de fonctionnement à mettre en place, on le fera, a-t-il assuré. On veut trouver tout de suite les lacunes afin de faire des corrections à court terme.»
"Elle vivait l'enfer»
Le frère de la victime, Miguel Dorval, a dit plus tôt cette semaine à La Presse qu'il craignait qu'il y ait eu négligence dans le dossier de sa soeur. Il n'a pas été possible de le joindre hier pour obtenir sa réaction à l'ouverture de l'enquête interne.
Miguel Dorval, 31 ans, voyait rarement sa soeur cadette. Il avait repris contact avec elle il y a environ six mois, lorsqu'elle a quitté Repentigny pour s'installer à Montréal-Nord avec son conjoint et leurs trois enfants.
Craignant pour sa sécurité et pour celle de ses enfants, elle aurait demandé le divorce, dit-il. Edens Kenol n'acceptait pas du tout la séparation, selon Miguel Dorval. «Elle m'a dit que sa vie avait basculé, qu'elle vivait l'enfer avec son mari.»

Disparition de la fillette
L'an dernier, Edens Kenol a été accusé de voies de fait, de complot et d'entrave à la justice pour une affaire de négligence envers sa fillette de 7 ans. Comme la DPJ songeait à lui enlever la garde de l'enfant, Edens Kenol l'aurait envoyée en Haïti en février 2009 avec sa mère, Marie Altagracia Dorval. Trois mois plus tard, les autorités canadiennes ont finalement retracé la fillette en Haïti et l'ont rapatriée. Marie Altagracia Dorval avait également été accusée dans le dossier.
http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201010/22/01-4334965-plainte-pour-violence-conjugale-le-spvm-ouvre-une-enquete-interne.php

Jean Charest pilote une résolution pour Haïti

ublié le 22 octobre 2010
Gilbert Lavoie, Le Soleil
(Montreux, Suisse) Stephen Harper arrivera peut-être à Montreux avec une aide bilatérale pour Haïti, mais Jean Charest, dont le gouvernement est moins nanti, prendra tout de même la vedette. Conjointement avec le gouvernement de Port-au-Prince, le premier ministre du Québec proposera l'adoption d'une résolution demandant à tous les gouvernements de la Francophonie de s'engager à venir en aide à Haïti.
La ministre québécoise des Relations internationales, Monique Gagnon-Tremblay, en a fait l'annonce jeudi, en point de presse.
«Il y a des pays par exemple, comme le Sénégal, qui a accueilli 163 universitaires haïtiens. Je pense que si tous les pays de la francophonie le faisaient et qu'on multipliait ça par 50, ce serait quand même quelque chose. Mais la déclaration que le Québec signera conjointement avec Haïti, c'est pour mobiliser la francophonie autour d'Haïti pour sa reconstruction.»

En français, s'il vous plaît
Sur un autre sujet, la ministre a révélé que des efforts seront demandés à tous les pays d'utiliser le français lors de leurs interventions dans les rencontres internationales.
«On déplore énormément le fait que des représentants de certains gouvernements vont dans les organisations internationales et s'expriment en anglais au lieu de s'exprimer en français. On me dit parfois que la traduction simultanée n'est pas toujours là. Je comprends que c'est coûteux, mais un pays qui fait partie de l'OIF [Organisation internationale de la francophonie] devrait parler français dans ces organisations internationales. On devrait peut-être avoir une espèce d'espion... je ne sais pas si on devrait appeler ça un espion... pour être en mesure de savoir quel pays s'exprime en anglais alors qu'il devrait le faire en français.»
La ministre a reconnu que la France ne donne pas toujours l'exemple : «On m'a dit qu'il est arrivé que la France s'est exprimée en anglais. On espère que tout le monde va se comporter correctement.»
Par ailleurs, les organisateurs suisses du sommet n'ont pas retenu la recette de Québec qui avait divisé les chefs d'État et de gouvernements en petits groupes de travail, afin de favoriser les échanges. On reviendra donc avec la formule des tours de table, qui donnent lieu à des discours souvent ennuyeux et sans spontanéité.
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201010/21/01-4334877-jean-charest-pilote-une-resolution-pour-haiti.php

Épidémie de choléra: Haïti en «alerte maximale»

Publié le 22 octobre 2010.-
Thony Belizaire, Agence France-Presse
Saint-Marc, Haïti
Les autorités haïtiennes et les organisations humanitaires étaient vendredi en état d'«alerte maximale» pour tenter de juguler l'épidémie de choléra qui a tué au moins 135 personnes ces derniers jours dans le nord du pays.
Selon le ministère haïtien de la Santé, le pays a enregistré 135
morts  et plus de 1000 cas de choléra, précise Catherine Huck,
directrice adjointe pour Haïti du Bureau de coordination
des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

PHOTO: THONY BELIZAIRE, AFP
L'apparition de la maladie a été confirmée vendredi matin par le ministre haïtien de la Santé Alex Larsen, qui a indiqué lors d'une conférence de presse qu'il s'agissait d'une souche «O1» de choléra, le «type le plus dangereux».
Cette variante de la maladie est à l'origine de la majorité des flambées de la maladie dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
«Nous sommes en état d'urgence sanitaire, c'est un nouveau malheur qui frappe le pays qui n'avait jamais connu cette maladie dans le passé», a déclaré le ministre, qui a mobilisé toutes les structures de santé du pays afin de faire face à cette situation.
Le Dr Larsen s'exprimait après une réunion de crise en présence du président René Préval.
La souche de la maladie a été localisée dans le département de l'Artibonite et dans le fleuve du même nom qui traverse la région, qui a connu un afflux de réfugiés, vivant dans des conditions d'hygiène précaires, après le séisme dévastateur du 12 janvier.
Le dernier bilan, communiqué jeudi par les autorités sanitaires haïtiennes, fait état de 135 morts ces derniers jours et plus de 1500 malades hospitalisés.
L'OMS, qui attend le résultat de tests avant de confirmer la présence du choléra, évoquait une «flambée diarrhéique» et un bilan de 150 morts.
Après le séisme qui a fait plus 250 000 morts à Port-au-Prince et dans sa région, les ONG avaient fait part de leurs craintes de voir apparaître des épidémies en raison des mauvaises conditions sanitaires dans lesquelles vivent des centaines de milliers de personnes depuis le séisme, et de l'accès difficile à l'eau potable.
La mobilité de la population au sein des camps de personnes déplacées, facteur de propagation du choléra, est une préoccupation majeure des autorités haïtiennes.
«C'est l'alerte maximale, nous devons rester mobilisés 24 heures sur 24 pour aider le gouvernement à faire face à cette situation», a déclaré le président de l'Association médicale haïtienne, Claude Suréna.
Dans la région touchée par la maladie, les hôpitaux sont débordés par l'afflux de patients et le personnel médical manque, tout comme les médicaments.
Les malades sont parfois soignées à même le sol, comme à l'hôpital Saint-Nicolas de Saint-Marc, une commune située à 96 km au nord de Port-au-Prince, où la détresse se lisait sur le visage des centaines de personnes attendant d'être prises en charge.
«Les malades continuent d'arriver et nous n'avons pas suffisamment d'espace pour les accueillir», a déclaré le Dr Raoul Voncent, responsable de l'unité sanitaire de l'Artibonite. «Nous avons un problème de véhicules pour transporter les malades et de personnels pour les soigner».
Selon des radios locales, des malades sont décédés dans des régions reculées avant même d'avoir pu atteindre les centres de santé.
«Le ministère de la Santé va envoyer trois nouvelles ambulances sur place pour essayer de réduire le temps de trajet des malades», a assuré Gabriel Thimoté, directeur général de la Santé publique.
L'OMS a dépêché des experts pour surveiller la situation.
Le choléra est une maladie hautement contagieuse, qui peut tuer en quelques heures, et dont la propagation est favorisée par les défaillances des réseaux sanitaires et l'absence d'hygiène et de soins.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201010/22/01-4335016-epidemie-de-cholera-haiti-en-alerte-maximale.php