POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 5 novembre 2010

Marines stand by off coast of storm-battered Haiti

By PAULINE JELINEK

The Associated Press
Friday, November 5, 2010; 12:21 PM
WASHINGTON -- U.S. Marines are standing by on the USS Iwo Jima off the coast of Haiti, preparing to help take relief supplies to the nation being battered by Hurricane Tomas.
Speaking by telephone from the amphibious ship, Lt. Col. Chris S. Richie says he planned to start sending helicopters Friday to assess humanitarian needs, but those flights were canceled after the storm turned into a hurricane.
Richie is head of a force that has been on a humanitarian mission in the Caribbean and Latin America since mid-July. The Iwo Jima, with 500 Marines, was pulled out of its planned humanitarian mission in nearby Suriname to sail to Haiti.
Richie said the Marines will be part of a larger effort including the United Nations and the U.S. Agency for International Development.

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/11/05/AR2010110503659.html

Hurricane Tomas floods quake-shattered town

By JACOB KUSHNER, The Associated Press
Friday, November 5, 2010; 12:10 PM
LEOGANE, Haiti -- Hurricane Tomas flooded the earthquake-shattered remains of a Haitian town on Friday, forcing families who had already lost their homes in one disaster to flee another. In the country's capital, quake refugees resisted calls to abandon flimsy tarp and tent camps.
Driving winds and storm surge battered Leogane, a seaside town west of Port-au-Prince that was near the epicenter of the Jan. 12 earthquake and was 90 percent destroyed. Dozens of families in one earthquake-refuge camp carried their belongings through thigh-high water to a taxi post on high ground, waiting out the rest of the storm under blankets and a sign that read "Welcome to Leogane."
"We got flooded out and we're just waiting for the storm to pass. There's nothing we can do," said Johnny Joseph, a 20-year-old resident.
The growing hurricane with 85 mph (140 kph) winds, was battering the western tip of Haiti's southern peninsula and the cities of Jeremie and Les Cayes.
One man drowned while trying to ford a river in an SUV in the rural area of Grand-Anse, said civil protection official Pierre Andre. The hurricane had earlier killed at least 14 people in the eastern Caribbean.
The center of the storm was about 140 miles (230 kilometers) west of Port-au-Prince, draping charcoal clouds over the city. Steady rain turned the streets of the capital into flowing canals that carried garbage through the city. Farther north in Gonaives, a coastal city twice inundated by recent tropical storms, police evacuated more than 200 inmates from one prison to another.
Aid workers are concerned the storm will worsen Haiti's cholera epidemic, which has killed more than 440 people and hospitalized more than 6,700 others.
In Leogane, an earthquake camp suddenly became an island as floodwater surged around it, stranding hundreds of people in their tents.
Closer to the shore, water poured into the Leogane home of Abdul Khafid, swirling around the furniture. His family grabbed its most important items - birth certificates, a radio and a computer - and headed to their mosque to spend the night.
Haiti's civil protection department had urged people living in camps for the 1.3 million Haitians made homeless by the Jan. 12 earthquake to go to the homes of friends and family.
But many ignored the advice, fearing their few possessions might be stolen or they might even be denied permission to return when the storm is over.
Most of Haiti's post-quake homeless live under donated plastic tarps on open fields. Much is private land, where they have been constantly fighting eviction. A September report from U.N. Secretary-General Ban Ki-moon said 29 percent of 1,268 camps studied had been closed forcibly, meaning the often violent relocation of tens of thousands of people.
Late Thursday, Tomas passed to the east of Jamaica, where schools remained closed and public transportation was stalled on Friday as the island struggled with widespread flooding from a previous storm.

Patrice Edmond, a maid who caught a ride into Kingston, said buses were not operating.
"I barely got a drive to come over, but I'm a determined person," she said.
Ninety miles (150 kilometers) northwest of the storm's eye at the U.S. Navy base at Guantanamo Bay in southeastern Cuba, the military cleared away any debris that could fly off in strong winds, suspended flights, canceled school and closed the harbor to recreational craft.
Tomas was moving to the north-northeast at about 12 mph (19 kph) and tropical-storm-force winds extended as far as 140 miles (220 kilometers) from the center, according to the U.S. National Hurricane Center in Miami.
Forecasters warned of a dangerous storm surge that would generate "large and destructive waves" and raise water levels up to 3 feet (nearly 1 meter) above normal tide levels. It also predicted rainfall of 5 to 10 inches (12 to 25 centimeters) for much of Haiti and the Dominican Republic, which share the island of Hispaniola.
Port-au-Prince's airport was expected to be closed through Friday, American Airlines spokeswoman Mary Sanderson said.
Post-earthquake reconstruction has barely begun and even the building of transitional shelters - sturdier than makeshift tents, but not solid houses - has been slow. Large installments of long-term funds, including a promised $1.15 billion from the United States, have not arrived. The State Department now says it still has to prove the money won't be stolen or misused.
As rebuilding lags, the United Nations and aid groups have been giving people reasons to stay in camps, providing aid and essential services such as medicine. That continued Thursday as residents reluctant to leave were given reinforcing tarps and other materials.
"We have always said that the best way to protect people in camps is to make camps as resistant as possible to any weather," said Imogen Wall, spokeswoman for the U.N. Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. "(Evacuation) doesn't make sense ... on a practical level, on a large scale."
Residents of the nearly 8,000-person government relocation camp at Corail-Cesselesse threw bottles at aid workers trying to get them to leave their ShelterBox tents for schools, churches and an abandoned prison nearby.
"If we go away, other people are going to move in our place! We want to stay here because we don't have another place to go," said 29-year-old Roland Jean.
Camp officials finally convinced several hundred people to leave Thursday afternoon on trucks provided by U.N. peacekeepers. An AP reporter found that while the school, church and abandoned hospital chosen as shelters for them were large and undamaged, they had no water or usable toilets.

Tomas killed at least 14 people when it slammed the eastern Caribbean country of St. Lucia as a hurricane Saturday. It will cost roughly $500 million to repair flattened banana fields, destroyed houses, broken bridges and eroded beaches on the island, according to Prime Minister Stephenson King.
A hurricane warning was issued for the southeastern Bahamas and the Turks and Caicos Islands, on the storm's path once it emerges from the strait between Haiti and Cuba.
In Little Inagua Island, the owners of the island's only grocery store brought in extra supplies this week to ensure no one would be short of food or plywood.
"It was a mad rush," said Father Glover, 27, a priest at St. Philips' Anglican Church in Matthew Town, the island's only settlement. "A lot of people have been battering down the hatches and securing their homes."
The airport in Turks and Caicos closed on Friday as tourists walked outside and observed the gathering storm clouds.
"It's a shame that we can't enjoy the stuff that we came here to do, but we are still going to stay," said Shelly Schulz, 37, of New York state, who arrived four days ago with her husband and three children.
Associated Press television producer Chris Gillette in Leogane, writers Jonathan M. Katz and Evens Sanon in Port-au-Prince, Megan Reynolds in Nassau, Bahamas, Howard Campbell in Kingston, Jamaica, Vivian Tyson in Turks and Caicos Islands contributed to this report.
http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/11/05/AR2010110500910_3.html?hpid=artslot

Le choléra pourrait gagner du terrain

Publié le 05 novembre 2010
Laura-Julie Perreault, La Presse
Les autorités haïtiennes ont ordonné, hier, la
fermeture  des écoles, et commencé à évacuer  les
camps de fortune érigés après le séisme de janvier
où s'entassent plus d'un million de personnes.
Photo AP

Malgré les nombreux efforts déployés pour contenir l'épidémie, le choléra continue de gagner du terrain en Haïti. Et l'arrivée de la tempête tropicale Tomas fait craindre le pire.
Comme à Sainte-Lucie, où Tomas vient de passer, la tempête pourrait causer des glissements de terrain en Haïti et endommager les fragiles infrastructures sanitaires ainsi que le système d'approvisionnement en eau. Les pluies qui accompagnent la tempête pourraient aussi contribuer à disperser dans tout le pays des eaux contaminées par le choléra.
«L'épidémie est à peu près contenue pour le moment, mais on craint que la tempête ne détruise tout ce que nous avons fait au cours des dernières semaines», a dit hier Marie-Ève Bertrand, responsable des communications de l'organisme humanitaire CARE, que La Presse a jointe à Port-au-Prince.
Depuis le mois dernier, CARE, comme nombre d'organismes humanitaires en Haïti, distribue de l'eau propre, des tablettes de purification d'eau et de l'information sur le choléra.
Par ailleurs, des cliniques d'urgence ont été ouvertes dans les zones les plus touchées ainsi que près de la capitale, en prévision d'une éventuelle propagation. Des dizaines de milliers de sachets de réhydratation et de comprimés d'antibiotiques, principaux traitements du choléra, ont été acheminés vers Haïti.
Malgré tout, l'Organisation mondiale de la santé dénombrait hier 442 morts et 6700 hospitalisations. À ce jour, des cas ont été signalés dans 5 des 10 départements d'Haïti. Pour le moment, la capitale est épargnée.

Source soupçonnée
L'apparition du choléra en Haïti sème la controverse. Aucune donnée n'indique que le pays y ait déjà été exposé.
Puisque la maladie est particulièrement répandue en Asie du Sud (la bactérie est originaire du delta du Gange), les yeux se sont vite tournés vers les Casques bleus du Népal, basés près de l'Artibonite. Des manifestants ont réclamé leur départ.
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a d'abord tenté de calmer les esprits, expliquant que les troupes risquaient peu d'être à l'origine de l'épidémie, mais de nouvelles analyses faites aux États-Unis ont démontré que la souche de choléra détectée en Haïti est semblable à celle qui a causé une épidémie au Népal juste avant que les soldats soient envoyés en Haïti.
Seulement 20% des personnes qui contractent la maladie ont des symptômes légers, et 5% ont des symptômes graves qui, s'ils ne sont pas traités, peuvent causer la mort. Il se peut qu'une personne ne se rende jamais compte qu'elle est porteuse de la bactérie.
«On ne doit surtout pas faire de spéculation sur la source. Nous n'avons pas assez de recul. Il faut surtout tout faire pour prévenir l'épidémie», a dit la Dre Claire Lise Chaignat, jointe au siège social de l'OMS.
http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/ouragan-tomas-en-haiti/201011/05/01-4339574-le-cholera-pourrait-gagner-du-terrain.php

Le ciel sur la tête

Publié le 05 novembre 2010 à 05h00

Mis à jour à 05h00
Agnès Gruda, La Presse
Il y a six semaines, une pluie torrentielle accompagnée de fortes bourrasques s'est abattue soudainement sur Port-au-Prince. Le déluge n'a duré que 30 petites minutes. Assez pour tuer cinq personnes, causer des blessures à des dizaines d'autres et arracher des milliers de tentes dans les camps de sinistrés de la capitale.
Si une pluie d'à peine une demi-heure a pu faire autant de dégâts, imaginez ce qui attend Haïti à l'approche d'une véritable tempête tropicale, potentiellement un ouragan, qui devait commencer à déverser ses trombes d'eau cette nuit, et continuer à s'acharner sur ce pays infortuné pendant toute la journée d'aujourd'hui.
Les organisations humanitaires poursuivaient une véritable course contre la montre, hier après-midi, alors que le ciel déjà entièrement couvert laissait tomber une pluie fine sur Port-au-Prince.
La Croix-Rouge canadienne, par exemple, achevait de monter ses derniers abris solides, conçus pour résister aux intempéries. Depuis le tremblement de terre du 12 janvier dernier, près de 2000 de ces abris ont été érigés, notamment à Léogâne, ville qui a été presque rayée de la carte par le séisme. Chacun de ces abris peut abriter une famille. Deux abris de plus, c'est deux familles de moins sous les tentes...
Des équipes de CARE-Canada parcouraient les camps de la capitale pour diffuser des informations sur les précautions à prendre pour traverser la tempête. Idéalement: trouver des amis ou de la famille capables de les accueillir dans une vraie maison, pendant quelques jours.
De son côté, OXFAM stockait de l'eau potable et quadrillait les camps pour rappeler les règles d'hygiène à prendre quand les eaux contaminées reflueront dans les rues de la ville. «Dans les camps, l'atmosphère est chargée», a constaté Julie Schindall, porte-parole de l'organisme.
D'une certaine manière, Haïti a de la chance: Tomas survient à la toute fin de la saison des cyclones. Et ça fait des mois que tous se préparent pour cette éventualité. Les ONG présentes depuis le 12 janvier ont déployé le maximum d'efforts pour minimiser les dégâts. Médecins sans frontières, par exemple, a eu le temps d'évacuer son hôpital gonflable, a pu loger tous ses patients dans ses installations à travers le pays, et est prête à accueillir les victimes de la tempête.
Mais en même temps, il faut avoir marché dans les rues de Port-au-Prince pour comprendre à quel point cette ville est vulnérable face aux rafales qui lui foncent dessus.
La capitale est bâtie sur des collines. Les égouts à ciel ouvert sont
constamment bouchés à cause des détritus. Et l'eau qui déborde descend vers le bas de la ville. De l'autre côté, il y a la mer. Et la menace d'une grande vague balayant les quartiers riverains.
«Historiquement, l'eau fait plus de dommages en Haïti que le vent», note Julie Schindall. «Ce que nous craignons le plus, ce sont les noyades», précise Marie-Ève Bertrand, de CARE.
À cette fragilité fondamentale s'ajoute une couche supplémentaire: celle du séisme du 12 janvier. Dix mois après cette catastrophe, 1,3 million de personnes vivent toujours dans des abris de fortune. En temps normal, ils auraient pu se réfugier temporairement dans des écoles ou d'autres bâtiments publics. Mais il n'y a pas de temps normal en Haïti. Ces infrastructures ont été détruites.
La situation affecte tout le monde, y compris les ONG. Plusieurs employés de la Croix-Rouge, par exemple, sont installés... dans des tentes. Des tentes solides et bien arrimées. Mais des tentes quand même.
A-t-on déjà vu une telle menace peser sur autant de gens aussi vulnérables? «Je ne dirais pas que la situation est sans précédent, mais elle est certainement très, très inhabituelle», dit Stephanie Bunker, du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU.
«Les gens ont perdu leur maison, le pays a connu le choléra, et maintenant, ils attendent que le ciel leur tombe sur la tête», se désolait Marie-Ève Bertrand.
Au moment d'écrire ces lignes, la force de frappe de Tomas restait incertaine. Haïti se préparait au pire scénario, mais pouvait encore espérer y échapper. Ne restait plus qu'à se croiser les doigts...
http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/agnes-gruda/201011/04/01-4339493-le-ciel-sur-la-tete.php

Haïti: Tomas provoque des glissements de terrain

Publié le 05 novembre 2010
Clarens Renois, Agence France-Presse
Port-au-Prince
L'arrivée de l'ouragan Tomas en Haïti a provoqué vendredi des débuts de glissements de terrain dans le sud du pays, où des toitures ont été emportées, alors qu'à Port-au-Prince un camp de déplacés était inondé, ont indiqué des médias et la protection civile.
Un camp de Port-au-Prince situé près de l'ancien palais présidentiel, où vivent plusieurs milliers de déplacés après le séisme du 12 janvier, avait les pieds dans l'eau vendredi matin, a annoncé Vision 2000, une radio de Port-au-Prince.
Il n'arrête pas de pleuvoir à Port-au-Prince depuis jeudi soir, a constaté un journaliste de l'AFP. Les habitants de la capitale tentaient vendredi matin de protéger leurs maisons en fixant les tôles qui servent de toit.
À Pétion-ville, dans le nord de Port-au-Prince, les habitants coupaient vendredi matin les branches d'arbre qui pourraient s'avérer dangereuses.
Dans la nuit de jeudi à vendredi, le Centre américain des ouragans (NHC), a fait repasser Tomas de la catégorie des tempêtes tropicales à celle des ouragans, à la suite de l'accélération de ses vents.
À 3h ce matin heure de Montréal, Tomas se trouvait à 280 km à l'ouest de Port-au-Prince et à 235 km au sud de la ville cubaine de Guantanamo, selon le NHC.
Tomas, dont les vents atteignent les 130 kmh, se déplace à 15 kmh vers le nord-est. Son centre «va passer près de la partie occidentale d'Haïti ce matin (vendredi)», puis à proximité de Cuba, des Bahamas et des îles Turks et Caïcos», a ajouté le centre américain.
L'ouragan a déjà fait un mort dans le pays. Jeudi soir, le ministre de l'Intérieur, Paul-Antoine Bien-Aimé, a annoncé qu'une personne était décédée en tentant de traverser une rivière en crue dans un véhicule.
http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/ouragan-tomas-en-haiti/201011/05/01-4339674-haiti-tomas-provoque-des-glissements-de-terrain.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS2

Haiti : une tragédie depuis trop longtemps !

La Fondation France Libertés est régulièrement interpeller pour savoir comment elle intervient en Haïti.

Notre action depuis une dizaine d'année avec un partenaire du centre du pays est en stand bye car avec la crise actuelle, il est très difficile de mettre en oeuvre des actions pérennes. Nous sommes sans réponses !
Nous laissons donc faire les organisations d'urgence et de post urgence qui sont plus aptes que nous pour aider à la reconstruction d'Haiti.
La situation est particulièrement difficile un an après la catastrophe.
Mais elle était tout sauf bonne avant le tremblement de terre et nous l'oublions souvent.
Il faut donc maintenant aider à faire qu’Haïti trouve un équilibre démocratique qu'il n'a jamais connu depuis son indépendance.
La vidéo en lien un peu plus bas apporte une vision intéressante de proximité.
Il faut imaginer des actions d'expertises dans tous les domaines pour permettre aux Haïtiens de reconstruire eux mêmes leur pays.
Nous saluons donc cette approche très pragmatique et encourageons les acteurs susceptibles d'apporter une aide pragmatique à ne pas oublier Haiti et à trouver les modes pour enseigner leurs savoirs faire aux Haïtiens.
A défaut de pouvoir agir directement, aidons à ne pas oublier Haïti et recherchons les modes opératoires pour aider ceux qui peuvent agir !
http://www.ted.com/talks/lang/fre_fr/peter_haas_haiti_s_disaster_of_engineering.html
http://www.lepost.fr/article/2010/11/02/2290892_haiti-une-tragedie-depuis-trop-longtemps.html

TEMPÊTE TOMAS - Les humanitaires dans "une course contre la montre"

Publié le 05/11/2010 à 13:12 Le Point.fr
HAÏTI
Source AFP
Les agences humanitaires de l'ONU sont entrées, vendredi, dans une course contre la montre avant l'arrivée de l'ouragan Tomas à Haïti où 1,3 million de personnes déplacées depuis le séisme de janvier sont menacées par une nouvelle catastrophe. "C'est la course contre la montre, il n'y a pas une minute à perdre pour être prêt pour l'arrivée de l'ouragan", a expliqué la porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Elizabeth Byrs lors d'un point de presse.
"Les agences de l'ONU sont sur le pied de guerre, car elles craignent qu'au minimum un demi-million de personnes soient affectées par cet ouragan", a-t-elle ajouté à l'AFP, relevant que ce chiffre pourrait s'avérer nettement supérieur étant donné le nombre de déplacés toujours dans les camps. L'Organisation internationale des migrations (OIM) estime ainsi que les vents violents ainsi que les fortes pluies que devrait provoquer Tomas menacent les 1,3 million de personnes déplacées dans le pays depuis le séisme qui a dévasté la capitale Port-au-Prince et ses environs le 12 janvier.
La préoccupation pour ces personnes est d'autant plus forte qu'elles sont déjà exposées à une épidémie de choléra qui a fait près de 450 morts selon les autorités haïtiennes. L'Ocha comme l'Organisation mondiale de la santé s'attendent à une augmentation du taux d'infection, car les précipitations devraient augmenter le volume d'eau polluée. "Les humanitaires ont essayé de se préparer du mieux possible, mais gérer trois catastrophes ensemble, les conséquences du tremblement de terre, le choléra et maintenant l'ouragan représente un vrai défi", a insisté Mme Byrs.
http://www.lepoint.fr/monde/tempete-tomas-les-humanitaires-dans-une-course-contre-la-montre-05-11-2010-1258887_24.php