POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 23 octobre 2015

Paul Haggis' quest for Peace and Justice in Haiti

BY JON DEKEL,
CANADA.COM SEPTEMBER 14, 2012
Five years ago, Canadian director Paul Haggis read an Italian article about a man named Father Rick Frechette. Frechette, an American, arrived in Haiti some 20 years previous for theological reasons but soon found what the children of the poverty stricken nation were in dire need of, even more so than faith, was a doctor.
Spending his weekdays studying in New York and weekends in the slums of Port-au-Prince, in 1988, Frechette attained a medical degree from the New York College of Osteopathic Medicine and had been working in the slums of the country's beleaguered capital ever since. Haggis, three years removed from the Oscar success of Crash and having just finished writing and directing the political film, In The Valley of Elah, was moved by Frechette’s story. So much so that he booked a ticket to Port-au-Prince and went to meet the the good doctor.
“He just seemed like an incredible man so I decided to go down and find him,” Haggis recalls, a slight glaze crossing his eyes. “I remember hanging out with him all day, watching him work in the slums… I’d seen poverty before; I’d never seen this level of poverty.”
As night fell, the two fast friends retired to Frechette’s guesthouse.
“We drank a lot of wine, ate a lot of pasta -- because there are a lot of Italians volunteering there -- and bonded. His stories are just remarkable. All the stories he’s done.
“I saw what he was doing, which was so much for so little, and figured I had to do something to help.”
Half a decade later, Artists for Peace and Justice, the charitable origination which Haggis heads, has raised nearly $10 million for Haiti’s impoverished youth. However, at the time, few in native North America had even heard of the nation which shares an island, Hispaniola, with the Dominican Republic.
“It was very hard to get attention,” Haggis says of his early attempts to raise awareness and money for Haiti. “It’s the poorest country in the western hemisphere, one of the poorest countries in the world, and it’s just off our shores.”
“The Canadians used to go there, it was a vacation spot under [dictators] Papa Doc and Baby Doc and I think it’s a country that we, the western world, helped to rape,” he continues. “France, Britain, America, we did a real number on these people for a long time and so it was really important to me to start this cycle back.”
Sitting on a couch in the lobby of the InterContinental hotel in downtown Toronto mere hours from APJ’s Toronto Film Festival annual charity lunch – which will end with big stars like Jude Law and Alexander Skarsgard witness a moving acoustic set by The Arcade Fire, raising over $550,000 (U.S.) in the process -- Haggis recalls his initial fundraising effort, which involved Frechette, a man who spent a good portion of his life in Haitian slums, coming to Haggis’ Los Angeles home to break bread with his friends.
“He didn’t recognize any of them. He would say, ‘You know that attractive blonde woman there?” I’d say, “Charlize Theron?” he’d say, “What does she do?” and I’d explain that she’s an actress. The only one he recognized was Barbra Streisand, that he knew,” Haggis laughs.
“From there I would take friends down to Haiti and show them the work that was being done and that was when we decided to start our own organization,” he explains. “The donations that were being given through another organization, so much of it was being eaten up by organization costs. And I thought those were way too high so I found a way to minimize that.”
And then, at the dawn of 2010, the earthquake hit and suddenly everybody knew where Haiti was.
Shortly after news of the quake's impact got out, Haggis managed to get in touch with Frechette. When he asked him what supplies he needed, Father Rick simply replied, “Cash.”
Gathering $50,000 in a duffle bag, Haggis tried to make his way to Haiti but, understandably, was having little luck. Stuck at Miami International airport for two days, Haggis eventually made it to Port-au-Prince thanks to pal Sean Penn, who flew out from L.A. to give him a ride.
“I can only imagine what Dresden looked like after the war, and that’s what it looked like,” Haggis recalls of his experience after touching down in January of 2010. “So you see something like that and it’s easy to put that on a screen to move people.”
“Our main objective for APJ initially was to help Father Rick, it was more about creating a better health system. After the earthquake hit we decided it needs to be about education,” Natasha Koifman, a Canadian publicist who has sat on APJ’s advisory board since 2009 recalls. “We need to help Haitians help themselves”
With that new mandate, APJ set its sights on a new goal: to build the first free high school for the children of Port-au-Prince's slums.
“So January 11 is when the earthquake hit and on January 23 Paul and I planned an event at his house that raised over $4 million,” Koifman explains. The Academy of Peace and Justice was completed last year.
“There are 14,000 registered charities in Haiti. Over 12,000 of those have a mandate for education. Not one of those had ever built a high school before we came around,” Haggis, who drew the first concept for the school on a napkin, says. “We go straight to the people. We supply the means, the money. Our school there, which is the very first free high school for the children of the poor, is designed by Haitians, built by Haitians and administrated by Haitians.
“We let them decide what they want instead of being the neo-colonialists who swagger in saying, ‘We know what’s best for you.' Which is what most other folks do there. And because of that they’re really ineffective.”
Next up for the organization is an arts institute.
“We absorbed a film school down there. We got the money to buy a beautiful lot and we got money from the We Are The World foundation to build a recording studio, a recording school and an audio engineering school so we’re slowly, well, not that slowly, we’re putting together a technical school.” Haggis boasts. “And bands like The Arcade Fire (whose singer Regine Chassagne has Haitian roots) are involved."
“We are effective because we can make decisions quickly and act quickly” he explains, moments before heading out to finish the final touches on the afternoon’s lunch, then immediately back to Rome where he’s filming his latest film, Third Person.
An artist for peace and justice’s work is never done.

With No Clear Frontrunner in Haiti’s Upcoming Presidential Election, Polls Indicate Possibility of a Runoff

October 22, 2015
Posted by Jasmine Nelson
Voter-Haiti-AP_700With Haiti’s plethora of presidential candidates, polls show some aspirants rising to the top, though the frontrunner remains unclear. Two polls give different results of voters’ first choice among 54 candidates. The likeliest scenario? No candidate will get more than 50 percent of the vote on Election Day, October 25, and a runoff will take place December 27.

The election marks a second run for president by Jude Célestin of the Alternative League for Progress and Haitian Emancipation party, or LAPEH. Célestin ran in 2011 under the Unity Party of then-President René Préval, but dropped out when the Organization of American States contested the first-round of voting results, which originally put Célestin ahead of Michel Martelly, who eventually became president. With a Swiss education in mechanical engineering, Célestin took a job in the government’s road construction agency in 1997, becoming director in 2006 under Préval. Célestin is running on a campaign platform to boost job creation and fight government corruption. He has also voiced support for harmonious relations with the Dominican Republic.

Jovenel Moïse is the presidential candidate representing the current ruling Haitian Tèt Kale Party, or PHTK. Moïse is promising to further the Martelly administration’s efforts on education and tourism. As head of Agritrans, Haiti’s first agricultural free zone dedicated to exporting bananas, Moïse is also a proponent of creating jobs and increasing exports through the agricultural sector. “In terms of arable land, we have nothing to envy of other producers at the level of the Caribbean,” he said. This summer, Haiti’s Departmental Electoral Office of Litigation (BCED) considered accusations that Moïse used a portion of Agritrans funds to finance his electoral campaign, but ultimately approved his candidacy in June. The presidential bid is Moïse’s first political race.

Presidential candidate and former Senator Moïse Jean-Charles has long been one of the Martelly government’s most vocal critics. He first entered the Senate in 2009 as a representative of the country’s North department, where he served on the Foreign Affairs, Natural Resources and Rural Development, Finance, and Agricultural committees. He also won three terms as Milot mayor from 1994 to 2004.

Though Jean-Charles represents the Pitit Desalin party, he was a mayor under the banner of Fanmi Lavalas—the party of Haiti’s first democratically elected president, Jean-Bertrand Aristide.
Read more at as-coa.org
http://atlantablackstar.com/2015/10/22/haiti-presidential-candidates-polls/

Haiti Officials Promise Peaceful Vote

Associated Press
October 22, 2015 8:55 AM
PORT-AU-PRINCE, HAITI

About a dozen top Haitian officials appeared on state television Wednesday in an effort to reassure anxious voters that they will keep their promises of organized, fair and peaceful elections this weekend.
If they indeed pull it off, it would be the first time in Haiti's young democracy that a vote was not plagued by disorder and fraud allegations. Elections have never been easy in Haiti, and authorities have made similar pledges after messy first rounds in recent decades.
On Wednesday afternoon, the prime minister, various Cabinet members, the police chief and the elections director spoke on the national broadcast about preparations for Sunday elections that will see Haitians casting ballots for president, Parliament and local offices.
Looking directly into a TV camera, Prime Minister Evans Paul told Haitians citizens that the weekend balloting will be held as scheduled and voters will be respected.
"Everybody prepare to go vote, there will be elections,'' Paul said, adding that "a lot of money has been spent, a lot of energy has gone into'' getting ready for this year's three-round electoral cycle. Electoral officials say the total cost of the elections is $69 million, only $14 million put up by Haiti.
Delays and disorder troubled the first round of legislative elections on Aug. 9, which saw just 18 percent voter turnout. That balloting was billed as a crucial test of the country's electoral system ahead of the first-round presidential vote this weekend.
Yet numerous polling stations had to wait hours for ballots after voting was supposed to start at dawn that day. In some areas, voters grew exasperated after being told they couldn't vote because their names weren't on official lists. And some voting centers were so badly marred by violence and intimidation that balloting was cancelled in 25 districts.
But about 2 months later, Pierre Louis Opont, head of the country's Provisional Electoral Council, said authorities have identified all the weak spots and made various changes, including firing three staffers. He asserted there will be no organizational disarray for Sunday's balloting.
"We are sure that security will be in place so that everybody can come out and vote in peace,'' Opont asserted, adding that he's confident that all of the country's roughly 13,700 voting centers will be open at 6:00 a.m. sharp as scheduled.
When a Haitian journalist asked him about the allegations of biased tallies at tabulation centers and an overall lack of transparency, Opont said the electoral council would put out a statement about their "methods'' of tallying votes at some point after the Oct. 25 contest.
Calm and transparent elections are unprecedented in Haiti, where many voters are skeptical of the fairness of the electoral process, given the country's recent history of tumultuous or just plain messy votes. For most of its history, Haitians were ruled by dictatorships.
The Provisional Electoral Council has repeatedly been criticized for votes plagued by disorganization, ballot irregularities and fraud allegations. In 2006, a former electoral council chief was forced to flee the country after he was accused of trying to manipulate results and attackers looted and burned his farmhouse.
While Haiti struggles with significant voter apathy due to chronic failures by the government, there are also voters like Derosier Amos, a university student in agricultural science, who say they are determined to make their voices heard Sunday. "I'm going to vote no matter what because I think it is my responsibility as a citizen,'' he said.
http://www.voanews.com/content/haiti-officials-promise-peaceful-vote/3018262.html

En Haïti, des élections tendues pour sortir de l'impasse

Par Victoria KOUSSA —

22 octobre 2015 En Haïti, des élections tendues pour sortir de l'impasse
Depuis cinq ans, aucune élection n’est arrivée à terme en Haïti. Les électeurs de l’Etat de la Caraïbe vont choisir dimanche 25 octobre leur président, leurs députés, leurs sénateurs et leurs maires. Quelques jours avant les scrutins, le pays le plus pauvre des Amériques est déjà secoué par la violence.

54 candidats à la présidence

«L’union fait la force», telle est la devise de Haïti. Mais le nombre considérable de prétendants à la présidence n’est pas très rassurant sur les possibilités de la mettre en pratique. Sur les 54 candidats, seule une quinzaine a déjà fait ses preuves sur la scène politique haïtienne.

Parmi eux, cinq sont donnés favoris dans le sondage réalisé par Sigma Stat Consulting Group, dont Maryse Narcisse (Fanmi Lavalas) et Jude Célestin (Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation d’Haïti) qui arrivent en tête. Quant aux autres concurrents, ils sont inconnus du grand public.

Le passé de l’actuel président, Michel Martelly, cultive leur espoir d’être élu : il était chanteur. Un président de la République qui a pris en 2011 la suite d’une histoire politique complexe, avec trente ans de dictature et quelques coups d’Etat. L’enjeu de son mandat : panser les plaies haïtiennes à la suite du séisme dévastateur de janvier 2010, qui a causé la mort de 250 000 personnes et mis plus d’1,5 million d’Haïtiens à la rue. Une épidémie de choléra s’est développée après la catastrophe naturelle et transformée en crise sanitaire : depuis 2010, 9 000 Haïtiens en sont morts. Le virus était arrivé sur l’île avec les Casques bleus venus du Népal, un an avant le drame. Chaque année, des milliers de nouveaux cas sont signalés. L’année 2015 comptabilise plus de 20 000 malades supplémentaires.

Cinq ans après le séisme, près de 85 500 personnes s’entassent encore dans des bidonvilles, d’après Amnesty International. Sur 10,3 millions d’habitants, plus de la moitié vit sous le seuil de pauvreté, avec moins de 2,5 dollars par jour.

Une élection placée sous haute surveillance
Dimanche, ils seront 5,8 millions d’électeurs inscrits à être appelés aux urnes. Les Haïtiens choisiront leurs 142 maires, élus en un tour, qui prendront leurs fonctions fin décembre. Puis, 111 députés et 18 sénateurs seront élus pour occuper les chaises vides du Parlement, une absence qui se fait sentir depuis janvier. Les élections législatives ont déjà été repoussées après de violents affrontements en août, où quatre personnes sont mortes.
Quant au futur président élu, il prendra ses fonctions en février. Une élection présidentielle qui risque, une fois encore, d’être contestée. «En Haïti, nous n’aimons pas perdre. Les 53 perdants à la présidentielle vont s’entendre pour dire qu’il y a eu fraudes», déclare Kesner Pharel, un économiste haïtien, à l’AFP.
Ces dernières semaines, cinq officiers de police ont été tués aux alentours de la capitale, Port-au-Prince, à cause de violences urbaines. Plus de 10 000 policiers nationaux assureront la sécurité du pays dimanche, aux côtés des 2 730 Casques bleus de la Minustah (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti). Une équipe d’observateurs de l’Union européenne a également été envoyée sur place pour surveiller la tenue du scrutin.
Victoria KOUSSA
http://www.liberation.fr/planete/2015/10/22/en-haiti-des-elections-tendues-pour-sortir-de-l-impasse_1408049

Haïti: Cité Soleil, le bidonville dont se jouent gangs et politiciens

Par Falila Gbadamassi@GeopolisFTV
Publié le 21/10/2015
Les gangs et les politiciens contribuent à faire empirer le quotidien des habitants de Cité Soleil, le plus grand bidonville de l'hémisphère Nord. Comme souvent, à l'approche d'un rendez-vous électoral en Haïti, la commune est livrée à la violence de criminels prêts à tout pour s'arroger un pouvoir qui sera chèrement revendu aux candidats prêts à payer pour remporter des voix.
L’atmosphère s’est tendue à quelques jours du scrutin présidentiel du 25 octobre 2015, dont les Haïtiens n’attendent pas grand-chose. «On nous promet des emplois mais quand ils seront élus, on les verra juste passer dans leur gros 4X4 avec leurs amis», affirme une vendeuse ambulante de fruits à Port-au-Prince, la capitale haïtienne, interrogée par l’AFP. «Pour nous le peuple, ça ne sert à rien d'aller voter», poursuit-elle.
Peut-être, mais «le peuple», celui qui vit à Cité Soleil dans la plus grande des précarités, est devenu un enjeu électoral. Fini le temps où le dictateur Jean-Claude Duvalier et son épouse, sous leurs allures charitables, jetaient des billets par les fenêtres de leur voiture aux «pauvres» Haïtiens qu’ils pillaient de façon éhontée. A l'heure de la démocratie, on achète dorénavant les voix des démunis.
La politique à Cité Soleil, une affaire de gangs
Cité Soleil, fief de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide sous la dictature de Jean-Claude Duvalier, est devenu au fil des ans une commune où criminalité et politique sont intimement mêlées. Aristide n'est d'ailleurs pas étranger au phénomène. En 1990, quand il est porté au pouvoir, c’est à Cité-Soleil qu’on se réjouit le plus du plébiscite dont le prêtre fait l’objet, se souvenait Anne Fuller du Miami Herald en 2003 dans un témoignage publié sur le site du groupe de recherche Haïti Democracy Project.
Il décevra très vite cette base électorale mais prendra le soin de la maintenir sous son joug. Au début des années 2000, quand il revient de nouveau au pouvoir, ses soutiens sont des jeunes gangsters qui sèment la terreur dans Cité Soleil. En 2002, Jean-Bertrand Aristide nomme même un certain Fritz Joseph maire du bidonville. Le jeune homme est un ancien du Front révolutionnaire armé pour le progrès d’Haïti, plus tard baptisé Front pour l'avancement et le progrès haïtien (FRAPH), un groupe paramilitaire qui fit chèrement payer aux populations du bidonville leur soutien au prêtre-président quand il fut renversé en 1991, après quelques mois de règne. Comment avait-il pu prendre cette décision?
«La réponse réside dans la continuité entre le FRAPH, un groupe paramilitaire sous une dictature militaire, et les gangs qui soutiennent (alors en 2003) le président Aristide», analysait la journaliste Anne Fuller. Les gangs, réminiscences parfois des Chimères (ces milices qui avaient aidé Aristide à se maintenir au pouvoir), continuent de terroriser au quotidien les habitants du ghetto.
Des violences ont provoqué vendredi 16 octobre à Cité Soleil, le grand bidonville de l'hémisphère Nord qui s’est créé aux abords de la capitale Port-au-Prince, la mort de deux femmes enceintes et d’au moins 13 personnes, selon l’agence américaine Associated Press (AP). Selon certaines sources, elles auraient été causées par des opérations de police qui visent les gangs sévissant dans le ghetto. D’autres expliquent qu’elles sont le résultat d’affrontements entre bandes rivales, à l’instar du journal Le Nouvelliste, l’un des deux quotidiens haïtiens. Près de 2000 personnes ont quitté le bidonville pour fuir les violences.
Argent contre voix
Esaïe Bochard, l'un des agents intérimaires de l'exécutif à Cité Soleil, a confié à l'AP que la police mène effectivement des opérations contre les gangs pour garantir la sécurité avant les élections générales. Le responsable confirme que ces violences ont un lien direct avec la politique. «Les nouvelles violences, enregistrées à Cité Soleil, s’expliquent par le fait que des candidats aux prochaines élections veulent avoir le contrôle de ce bidonville, qui représente une zone électorale importante», confirme Rovelson Apollon, le coordonnateur national de l’observation à la Commission épiscopale justice et paix (Jilap), cité par Alterpresse. Le site d’information haïtien ajoute : «Pour ce faire, les candidats influenceraient les groupes de gangs pour y parvenir.»
Le quotidien canadien Le Devoir relayait déjà la pratique dénoncée par un ancien journaliste lors de la présidentielle de 2011. «Les dirigeants haïtiens ont l'habitude d'accaparer les bandits pour qu'ils les aident politiquement», confiait-il au quotidien «en froissant le pouce et l'index pour signifier qu'ils le font en échange d'argent».
Haïti en miniature Depuis le début de l’année 2015, une guerre sans merci pour le pouvoir a commencé en prévision des élections générales, rapporte Le Nouvelliste. «C’est ainsi que fonctionne la politique à Haïti. Certains politiciens distribuent de l’argent (pour s’acheter des voix) et les gangs tuent pour le récupérer», a confié à l’AP le musicien et activiste Gueldy René. De même, également sollicitée par AP, Jessica Hsu, directrice de l’organisation à but non lucratif Haiti Communitere, qui conduit des projets avec les résidents du bidonville Cité Soleil, fait le même constat. L'humanitaire estime que ces populations défavorisées sont de nouveau utilisées comme des «pions» par les politiciens. «C’est ce qui arrive à chaque fois ici», conclut-elle.
«Si vous prêtez attention deux minutes aux propos de la majorité des candidats à la présidence, vous pouvez être convaincus qu'ils nous viennent de la planète Mars», confiait Frantz Duval, le rédacteur en chef du Nouvelliste, à l'AFP. En d’autres termes, nombre des 54 candidats à la présidence d’Haïti, pays le plus pauvre des Amériques, sont déconnectés des problèmes de leurs compatriotes. Le sort réservé par les politiciens à Cité Soleil, concentré des maux qui rongent Haïti, laisse très peu de place à l'optimisme.

Brest. Le Stang Alar sauve l’arbre emblématique d’Haïti

Le genévrier d’Ekman est victime de la déforestation qui touche le petit Etat des Caraïbes.
 Le conservatoire botanique de Brest est parvenu à en faire cent micros boutures.
C’est l’un des arbres les plus rares du monde ! Il ne reste que quelques individus du genévrier d’Ekman, dont seulement sept à Haïti, dont il est l’emblème.
Classé depuis 1998 sur la liste des espèces en « danger critique d’extinction », il vient pourtant d’être sauvé d’une disparition soudaine.
Le conservatoire botanique national du Stand Alar a réussi à mettre au point une méthode de multiplication de l’arbre.« Pendant deux ans, nous avons tenté plusieurs techniques, explique-t-on au conservatoire. Et finalement, nous sommes parvenus à obtenir 100 micros boutures à partir d’une technique in vitro. » Ces micros boutures sont aujourd’hui soigneusement conservées en milieu stérile et pourront à leur tour être « multipliées à l’infini ».
La partie n’est toutefois pas totalement gagnée, puisqu’il faudra encore réussir la phase délicate de l’enracinement.

Réintroduction en vue
Le genévrier d’Ekman a longtemps été utilisé pour la sculpture en raison de sa couleur rougeâtre et de ses belles rainures. Ses branches servaient aussi de bois de chauffage. Ne fructifiant pas, il ne peut se reproduire d’une façon classique.
D’où le programme lancé en 2013 pour sa sauvegarde. Cette initiative a aussi permis de réaliser un inventaire botanique de la forêt des pins à Haïti.Ce pays, qui se partage l’île d’Hispaniola avec la Républicaine dominicaine, est l’un des plus touchés au monde par la déforestation.
Elle est notamment dû à la pauvreté de cet Etat, où les forêts sont abattues pour produire du bois de charbon et offrir des surfaces agricoles.
À terme, le programme mené au conservatoire botanique doit permettre de réintroduire des genévriers d’Ekman sur son sol d’origine.

http://www.ouest-france.fr/brest-le-stang-alar-sauve-larbre-emblematique-dhaiti-3786574

Présidentielle en Haïti: une campagne sans enthousiasme

Près de six millions d’électeurs sont appelés aux urnes en Haïti, ce dimanche 25 octobre, pour le second tour des législatives, les municipales et le premier tour de la présidentielle. La campagne doit se terminer vendredi soir, c’est donc la dernière ligne droite pour les nombreux candidats qui veulent succéder au président sortant, Michel Martelly. Mais la population ne semble pas impliquée dans ces élections.
Avec notre envoyée spéciale à Port-au-Prince, Stefanie Schüler

Cinquante-quatre hommes et femmes sont en lice pour la magistrature suprême en Haïti. Et à quelques heures de la fin de la campagne présidentielle, les prétendants multiplient leurs déplacements à travers le pays. Les militants collent toujours des affiches à l’effigie de leur champion sur chaque centimètre disponible dans l’espace public. Des enceintes montées sur des camionnettes diffusent de la musique populaire, entrecoupée par des messages des candidats qui appellent la population à voter. « On dirait qu’on est en plein carnaval », répètent de nombreux Haïtiens. Mais tout ce brouhaha ne semble pas susciter l’engouement des électeurs.

Méfiance vis-à-vis de la classe politique
Le manque d’implication de la population dans la campagne présidentielle s’explique avant tout par l’absence totale d’un débat de fond. Pas de thèmes qui s’imposent, ni de visions nouvelles pour le pays. Une très grande majorité de personnes interrogées disent qu’elles sont dans l’incapacité de faire un choix parmi 54 candidats qui ne proposent pas de réels programmes politiques et qui sont donc soupçonnés par les électeurs de ne défendre que leurs intérêts personnels.
La méfiance de la population vis-à-vis de la classe politique est omniprésente.
Le premier tour des élections législatives, organisé le 9 août dernier, a été émaillé de violences et d’irrégularités, à tel point qu’il va falloir revoter dans près d’une circonscription sur quatre. Rien que dans le département de l’Artibonite, le vote de 5 circonscriptions sur 15 a été invalidé. « Cela n’augure rien de bon pour dimanche prochain », expliquait mercredi après-midi un travailleur social de la ville des Gonaïves.
Pour l’instant, la situation est calme dans le pays, mais les habitants attendent le jour du vote avec une appréhension certaine.
http://www.rfi.fr/ameriques/20151022-haiti-population-attend-elections-apprehension

Appel au calme avant les élections en Haïti

La communauté internationale a appelé aujourd'hui tous les acteurs politiques haïtiens au calme avant la tenue des élections générales dimanche pour éviter la répétition des incidents qui ont émaillé la précédente journée de vote en août. Alors que les partisans des différents candidats à la présidence multiplient les rassemblements et défilés dans les rues de la capitale Port-au-Prince, le secrétariat général de l'ONU a exhorté "tous les partis politiques, les candidats et leurs partisans à conclure leurs campagnes électorales de manière pacifique".
L'Organisation des Etats Américains (OEA), qui va déployer 125 observateurs électoraux à travers le pays dimanche, a demandé au public "d'être patient au cours des élections car la complexité de l'organisation d'une élection pendant laquelle seront simultanément choisis un président, des députés, des sénateurs et des conseils municipaux pourrait retarder l'ouverture des bureaux de vote et le déroulement du scrutin". Pour veiller à la bonne tenue des opérations électorales, l'Union européenne a également dépêché une mission d'observation. Dans un communiqué diffusé mardi, Elena Valenciano, qui dirige cette mission de 74 membres, encourageait "les candidats, les partis politiques et leurs sympathisants à maintenir un climat de civisme, de sérénité et de tolérance".
La communauté internationale, qui a fourni à Haïti une aide de plus de 30 millions de dollars pour l'organisation des scrutins présidentiel, législatifs et locaux, veut à tout prix éviter de voir se reproduire les incidents du 9 août dernier. Ce jour-là, la tenue du premier tour des élections législatives avait été fortement perturbée par des fraudes et des violences obligeant le conseil électoral provisoire à annuler le scrutin dans près d'un quart des circonscriptions du pays. Le premier défi pour Haïti est de parvenir à gérer la logistique qui découle de l'organisation, le même jour, de quatre scrutins différents. En août, alors qu'il n'y avait que deux urnes par bureau, l'exigüité des locaux et le manque de matériel avaient empêché les électeurs d'exercer leur droit civique sereinement.

Haïti: élections en quête de légitimité

Par Sébastien Tanguay
The Associated Press
Les Haïtiens devront élire les deux tiers de leur Sénat et les deux candidats qui s’affronteront au deuxième tour de l’élection présidentielle du 27 décembre prochain, si aucun prétendant n’obtient de majorité ce dimanche.
Haïti reprend le chemin des urnes ce dimanche pour élire 142 maires, 111 députés et 18 sénateurs lors du deuxième tour des élections législatives, en plus de participer au premier tour du scrutin qui doit déterminer son prochain président parmi les 50 candidats – et les 4 candidates – en lice pour le poste. Malgré l’enjeu, plusieurs craignent un taux de participation anémique. Métro a fait le point.
Réparer les institutions cassées
Les chaises du parlement haïtien sont vides depuis que, en janvier dernier, une crise profonde entre le pouvoir exécutif et l’opposition a rendu l’institution complètement dysfonctionnelle. La machine électorale du pays a également connu des ratés au cours des cinq dernières années: l’élection présidentielle de ce dimanche sera la seule à avoir lieu dans les délais légaux. Les élections législatives et locales, elles, ont pris plus de trois ans de retard.
«Sous [le président Michel] Martelly, les institutions se sont affaissées, explique Junia Barreau, qui fut vice-consule d’Haïti à Montréal de 2005 à 2011. Il a joué le rôle d’un superprésident, mais pendant ce temps, l’appareil judiciaire et le processus électoral se sont brisés.»
Des déportés qu’on éclipse
Quelque 250 000 personnes sont menacées de perdre leur nationalité depuis que Saint-Domingue a décidé de déporter les personnes d’origine haïtienne en situation d’irrégularité vivant sur son territoire. Un enjeu qui n’a pas été assez soulevé pendant la campagne présidentielle, selon Jennie Laure Sully, chercheuse à l’IRIS et militante du comité d’action contre la décision 168-13.
«Le gouvernement dominicain effectue des rafles dans des quartiers et ramène tout le monde aux frontières, parfois sans avertir. Des milliers d’Haïtiens s’entassent maintenant dans des camps à la frontière, sans nourriture et sans eau», dénonce Mme Sully.
Haïti en chiffres
Haïti est à l’image des élections qu’il tiendra dimanche: complexe.
• 8,7 G$. Haïti disposait d’un budget de 8,7 G$ en 2014 selon la Banque mondiale, soit 3 G$ de moins que Toronto.
• 2,50 $. La moitié des Haïtiens, soit 500 000 personnes, vivent avec moins de 2,5 $ par jour.
• 50%. La moitié des dépenses faites en santé en Haïti proviennent des organisations non gouvernementales qui y travaillent.
• 1%. Le choléra, qui a infecté 20 000 personnes en 2014 selon la Banque mondiale, ne tue plus que 1% des Haïtiens atteints.
• 10 000. Quelque 10 000 policiers surveilleront les élections dimanche.
• 85 500. Cinq ans après le séisme du 12 janvier 2015, 85 500 Haïtiens vivent toujours dans des camps de fortune.
«Malgré tous leurs problèmes, les Haïtiens se sont tenus debout et ont réclamé la liberté de s’exprimer. Il y a eu une véritable prise de parole en Haïti, et ce, malgré les menaces qui ont cherché à faire taire les débats.» -Junia Barreau, vice-consule au consulat d’Haïti à Montréal de 2005 à 2011. Selon elle, malgré l’affaissement des institutions constaté sous la présidence de Michel Martelly, une conscience citoyenne s’est fait jour parmi la population haïtienne.
«Le gros défi, c’est la sécurité»
«Les Haïtiens sont extrêmement politisés, croit Junia Barreau, ancienne vice-consule au consulat d’Haïti de Montréal contactée par Métro. Les gens ont dû manifester pour avoir des élections, après tout.»
Comment, alors, expliquer la faiblesse du taux de participation qui caractérise les scrutins en Haïti? «Pour que la population aille voter, il faut créer un climat de sécurité, souligne Mme Barreau. Des violences électorales ont fait près de 20 morts ces dernières semaines. Le gros défi dimanche, ce sera d’assurer la sécurité.»
Taux de participation
18%
Lors du premier tour des élections législatives qui a eu lieu le 9 août dernier, seulement 18 % des Haïtiens se sont rendus aux urnes, selon le Conseil électoral provisoire (CEP). En 2011, lors du deuxième tour des élections présidentielles qui a porté Michel Martelly au pouvoir, moins de 25 % des électeurs avaient exercé leur droit de vote.
http://journalmetro.com/monde/862165/haiti-elections-en-quete-de-legitimite/