POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 10 octobre 2009

BARAK OBAMA ET SON PRIX NOBEL DE LA PAIX…


Le jury du fameux prix Nobel s’est définitivement trompé. On ne va pas mâcher ni jouer sur les mots. Que les puristes ne prennent pas cette opinion partagée par tous les habitants de la planète comme une attaque personnelle contre l’insigne président américain.

Si tout le monde a été surpris en commençant par le récipiendaire lui-même, c’est qu’il ne le méritait pas. Si le jury avait choisi un autre personnage plus méritoire en matière de « lutte ou engagement en faveur de la paix », personne n’aurait crié au scandale du fait que le président américain n’aurait pas été choisi.

Ce prix qui a toujours représenté une des plus grandes et nobles distinctions perdra à partir de cette année de son sérieux et son superbe.

Les discours pro-la-paix, les discours qui dénotent une tendance au virage dans la politique étrangère des Etats-Unis disposés à s’asseoir sur sa toute-puissance pour écouter et collaborer avec les autres sont des discours à applaudir et à encourager. Mais il ne faut pas aller au-delà de ces applaudissements et tomber dans l’obamamanie et l’obamaphylie outrancière.

On ne prime pas des discours. Oui on prime les discours ; mais dans la catégorie littérature. Que Barak Obama gagne un prix Nobel de littérature pacifiste, on l’accepte ; mais avec le prix Nobel de la paix le jury a poussé le bouchon un peu loin.

Si on doit primer les discours et les promesses que les membres du jury fassent attention autour des élections présidentielles et ils ne seront que dans l’embarras du choix… Pour un prix à Obama attendons des actions concrètes car : Guantanamo est encore ouverte, Cuba est encore sous embargo, les forces américaines sont encore en Irak et en Afganistan. Qui prône la paix, fait la guerre…n’est-ce pas ?
DL pou HRV

Crash d’un avion de l’ONU : 11 casques bleus tués

Tous les membres du contingent uruguayen qui étaient à bord de l’appareil ont péri dans la catastrophe, non loin de la frontière haïtiano-dominicaine

vendredi 9 octobre 2009, Radio Kiskeya
Un avion de la Mission de stabilisation de l’ONU en Haïti (MINUSTAH) s’est écrasé vendredi dans la commune de Ganthier (environ 40 km au nord-est de Port-au-Prince), causant la mort des onze occupants de l’appareil, ont indiqué les Nations Unies et la Police Nationale.
"Il n’y a aucun rescapé. Il s’agissait de personnel militaire et d’un avion uruguayen", a précisé à New York la porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, Michèle Montas.
Le crash s’est produit dans la localité de "Pays Pourri", 5e section communale de Ganthier, une région montagneuse située près de la frontière avec la République Dominicaine, selon un responsable de la police locale, Marc-André Cadostin.
En raison de l’inaccessibilité de la zone, des hélicoptères onusiens ayant survolé le lieu de l’accident n’ont pu se poser. A leur arrivée, les secours à pieds envoyés sur place n’ont trouvé aucun survivant.
Dans un premier temps, la découverte de six corps avait été annoncée. Par la suite, le bilan s’est nettement alourdi passant à onze morts.
Cet accident constitue la plus grave catastrophe aérienne ayant frappé la force onusienne depuis le début de son déploiement en Haïti en 2004.
La MINUSTAH compte environ 9.000 militaires et policiers internationaux issus majoritairement des pays d’Amérique latine. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6244

CEP : Au moins quatre secteurs maintiennent leurs représentants

vendredi 9 octobre 2009, Radio Kiskeya Radio Kiskeya a appris qu’au moins quatre secteurs ont confirmé le maintien de leurs représentants respectifs au Conseil électoral provisoire dans le cadre des consultations initiées par le chef de l’Etat sur l’avenir de l’institution.
Des sources proches du CEP informent que le pasteur Leonel Raphaël, représentant des églises protestantes, Jacques Gaillot du secteur des handicapés, Jacques Belzin, représentant du secteur syndical et Ginette Chérubin, désignée par des organisations féminines, ont été reconduits.

Pour sa part, Laurette Croyance de l’église épiscopale anglicane serait sur le point d’être également confirmée à son poste. Toutefois, une telle décision n’avait pas encore été notifiée officiellement vendredi au Président René Préval.

Dans des correspondances séparées adressées aux différents secteurs concernés, le chef de l’exécutif leur a donné jusqu’à mardi prochain (13 octobre) pour décider de la reconduction ou du renvoi des membres du CEP. spp/Radio Kiskeya

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6245

La Fondation Carter offre 200 000 dollars pour la lutte contre la malaria et la filariose

Au cours d'une brève visite à Port-au-Prince, l'ancien président américain, Jimmy Carter, a annoncé un don de 200 000 dollars sur 10 ans à Haïti et la République Dominicaine dans le cadre de la lutte contre la malaria et la filariose. L'ex-président américain a rappelé que ces deux pays sont les seuls de l'hémisphère n'ayant pas parvenu à éradiquer la malaria. Au cours d'un point de presse au Palais National, M. Carter a mis l'accent sur l'importance de ce plan pour Haïti qui compte un taux de prévalence de la malaria de 5%. Il a également révélé que le traitement de la malaria et la filariose peut être réalisé à un coût réduit soit environ 1,50 américain par personne.
Pour sa part le président haïtien, René Préval s'est réjoui de l'implication de la Fondation Carter dans la lutte contre la malaria. Il a rappelé qu'entre 1957 et 1985 le pays a été quasiment déclarée libre de malaria.

M. Préval estime que les troubles politiques enregistrés ces 30 dernières années ont contribué à un accroissement du taux de prévalence. Puisque" la maladie ne connaît pas de frontière, nous devons faire des efforts dans les deux pays ", a martelé le chef de l'Etat.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15910

L'USAID lance un projet de relance de la production agricole

Les responsables de l'Agence américaine pour le développement international (USAID) ont donné le coup d'envoi hier du projet Initiative bassins versants pour les ressources naturelles et environnementales (WINNER) qui vise à promouvoir une croissance économique durable tout en protégeant l'environnement. L'USAID souhaite augmenter la productivité des agriculteurs en encourageant les pratiques de gestion des ressources naturelles afin de réduire la vulnérabilité environnementale, infrastructurelle et économique d'Haïti, à travers le projet Winner financé à hauteur de 126 millions de dollars.


Le projet sera réalisé dans trois régions, La Plaine du Cul-de-Sac, Cabaret et Gonaïves par la firme Chemonics international sur une période de 5 ans.


Au cours de la cérémonie officielle de lancement, le président haïtien, René Préval, a mis l'accent sur le rôle primordial que doit jouer le secteur paysan dans cette initiative. Il plaide pour une " véritable mobilisation des populations rurales et l'intensification agricole qui permettra de produire plus sur moins de terre". M. Préval a soutenu que l'Etat doit adopter des dispositions pour moderniser l'agriculture.


Le président Préval a également attiré l'attention sur la nécessité de réaliser une croisade nationale pour le reboisement des mornes et l'adoption de dispositions permettant de vulgariser l'utilisation d'énergies alternatives au charbon de bois tels le propane et le biodiesel ainsi que l'énergie solaire et éolienne.


De son coté, l'ambassadeur américain à Port-au-Prince, Kenneth Merten, a assuré que le projet WINNER, servira à augmenter la production agricole et encouragera de bonnes pratiques d'aménagement des ressources naturelles. Le diplomate espère le projet WINNER contribue à augmenter la production agricole et à procurer des revenus aux nombreuses familles haïtiennes.


Par ailleurs, le directeur du projet Jean Robert Estimé a annoncé que 8 millions de dollars seront investis dans les plaines du Cul-de-Sac/Gonaïves au cours de l'exercice 2009 – 2010.


LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15909