POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 15 juillet 2010

Les bandits font une nouvelle victime à Pétion-Ville

Le nom de Pierre Lionel Jourdain, tué chez lui à Pèlerin 5, vient allonger la liste des personnes tuées ces dernières semaines jeudi 15 juillet 2010, Radio Kiskeya
Pierre Lionel Jourdain, un résident de Pèlerin 5, un quartier situé dans les hauteurs de Pétion-Ville (banlieue est de la capitale), a été abattu de cinq balles dans sa résidence par des cambrioleurs déchaînés, lors d’une opération menée dans la nuit de mardi à mercredi (13-14 juillet), a appris Radio Kiskeya de sources proches de la victime.
Imperturbables, les meurtriers ont d’abord atteint M. Jourdain de deux coups de feu tirés de l’extérieur alors qu’ils tentaient de forcer la porte bloquée de l’intérieur. Après avoir fait sauter les derniers verrous pour investir la maison située à l’impasse Albin, ils ont achevé la victime de trois autres balles.
Ces bandits devaient par la suite emporter tout ce qu’ils avaient jugé utile.
La femme de Pierre Lionel Jourdain n’a eu la vie sauve qu’en se cachant sans éveiller le moindre soupçon sur sa présence dans la résidence.
Ce nouveau décès porte à une dizaine le nombre de meurtres commis par des bandes criminelles ces dernières semaines.
Malgré des mesures destinées à les neutraliser annoncées par la police, les gangs armés continuent à faire la loi en semant la terreur nuit et jour dans des différents secteurs de la zone métropolitaine, particulièrement à Pétion-Ville. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6875

Haiti-Séisme-Six mois : L’information concernant la restitution de la dette de la France à Haiti est un canular, selon l’ambassade française à P-au-P

P-au-P., 15 juil. 2010 [AlterPresse] --- L’information qui a circulé dans la soirée du 14 juillet concernant la restitution de la dette de la France à Haiti n’en est pas une, « c’est un canular », a déclaré à AlterPresse l’ambassadeur de France en Haiti, Didier Lebret. « C’est un pur canular, dont je ne sais pas s’il était essentiellement destiné à faire sourire ou à créer un problème dans les relations franco-haitiennes là où il n’y en a pas », poursuit le diplomate.
« C’est un détournement de site officiel », ajoute Didier Lebret, en précisant que le site officiel « diplomatie.gouv.fr » a été détourné en « diplomatiegov.fr ».
« Ils ont repris la maquette du site » et « même des contenus complets », souligne l’ambassadeur.
L’ambassadeur prévient que le gouvernement français « se réserve la possibilité de poursuivre en justice les auteurs de ce qui constitue un délit ».
« C’est un malheureux canular. Ils ont profité du 14 juillet pour donner le plus de publicité possible à cette affaire », conclut-il.
AlterPresse s’excuse de n’avoir pas été assez vigilante par rapport à une telle machination.
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9706
Commentaires:
Haiti Recto Verso avait lu avec un certain scepticisme cette nouvelle qui etait loin d'avoir une allure serieuse et officielle. En effet dans la realite de la situation financiere de la france de l'Europe et du monde on ne voyait pas ou la France allait pouvoir sortie 21 millards d'euros pour restituer la dette de l'independance.

Haiti-Elections : Une trentaine de partis politiques répondent à l’invitation du CEP en l’absence des principales formations d’opposition

P-au-P., 15 juil. 2010 [AlterPresse] --- 38 partis politiques ont répondu, ce 15 juillet 2010, à l’invitation du Conseil Électoral Provisoire (CEP) pour une rencontre autour du processus électoral. Cependant, les principales formations d’opposition, dont les regroupements Altermative pour la Démocratie et le Progrès (Alternative), Rasanble et Plateforme des Patriotes Haitiens (PLAPH) ont boudé cette rencontre, constate un reporter d’AlterPresse.
Initialement prévue le 12 juillet, cette réunion de l’organisme électoral avec les partis politiques avait du être reportée.
Cette date du 15 juilllet est également retenue par Fanmi Lavalas pour une manifestation antigouvernementale à l’occasion du 57 e anniversaire de naissance du leader du parti, l’ex-président Jean-Bertrand Aristide (un ancien prêtre de l’église catholique romaine, né le 15 juillet 1953 à Port-Salut, ville côtière du Sud d’Haïti), en exil en Afrique du Sud.
La mobilisation anti-Préval a été relancée deux jours après la fin de la retransmission des matches du mondial de football 2010, qui se sont déroulés du vendredi 11 juin au dimanche 11 juillet en Afrique du Sud.
Durant cette période, une trêve a été observée à cause de l’engouement de la population pour la coupe du monde de football.
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9707
Commentaires:
Trente partis politiques (pour beaucoup aussi insignifiants que cewrtains partis de l'opposition) c'est un nombre correcte pour legitimer des elections presidentielles en Haiti.
Sak pa la va pedi rasyon yo!

Haïti/France/ Habitat social : Bientôt une mission de la Caisse des dépôts et consignations

P-au-P, 15 juillet 2010 [AlterPresse] --- A partir du dimanche 26 juillet 2010, la Caisse des dépôts et consignations de France (Cdc) conduira dans le pays une mission de 4 mois sur l’ingénierie financière en matière de financement de l’habitat social, apprend l’agence en ligne AlterPresse. « On va mettre à disposition du pays ce qu’on a de mieux dans le domaine, parce que la Caisse des dépôts gère, depuis 200 ans, tous les investissements, équipements publics, collectifs de nos territoires, de nos collectivités territoriales. Ça va de la création de villes nouvelles à des infrastructures plus modestes dans telle ou telle ville », déclare l’ambassadeur de France accrédité en Haïti, Didier le Bret.
Le logement et le développement durable sont parmi les 4 priorités actuelles de la Cdc, qui financera entièrement sa mission de 4 mois en Haïti. [kft rc apr 15/07/2010 13:49]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9708
Commentaires:
Entre mision et mission la vie continue. Entre des missions adaptees et des missions extemporanees, la vie continue. Au cours de notre voyage en Haiti il y a deux semaines, nous avions eu le bonheur de rencontrer un "missionnaire" qui travaillait sur les contours d'une ebauche de securite sociale tiers payant en Haiti. A un moment de la conversation, entre deux bouchees de salades et deux gorgees de biere prestige il a su confesser que pour lui Haiti etait tres interessant dans le contexte du post modernisme, car Haiti presentait l'exemple de tout ce qu'il ne fallait pas faire.
Un regard avait suffi pour lui faire comprendre que son cynisme etait mal venu et inutile. Entre ce type de missionnaire et une ONG qui envoie des missions pour pratiquer des massages tantriques aux haitiens au lendemain du 12 janvier, Mon coeur ne balance plus! (DL 15/07/2010)

Haiti-Séisme : Des experts pour une réinvention du système éducatif et scientifique haïtien

Port-au-P, 15 Juil. 2010 [AlterPresse]---Des experts en politique scientifique et en éducation réunis à Porto Rico à l’initiative de la branche caribéenne de l’association américaine pour l’avancement de la science (AAAS) ont plaidé en faveur d’une réinvention des sciences de l’éducation en Haïti.
Ces experts venus des Etats-Unis, d’Haïti et de Porto Rico ont discuté les 12 et 13 juillet derniers sur une meilleure contribution à la reconstruction des capacités scientifiques et éducationnelles d’Haïti afin de permettre au pays de se remettre du séisme du 12 janvier et faciliter la relance de son économie à long terme.
« Nous pensons que le progrès des sciences et de l’éducation scientifique en Haiti sera un élément clé du développement durable et du bien-être des haïtiens », soutient Jorge Colon, président de la section caribéenne de l’AAAS.
Les mesures et recommandations adoptées lors des ateliers de travail sur la reconstruction scientifique d’Haiti seront présentées aux gouvernements américain et haïtien et aux membres des organismes internationaux d’aide au développement, toujours dans la perspective de faire progresser la capacité scientifique d’Haïti, précise Colon.
Le doyen de l’école d’administration de l’Université de Porto Rico (UPR) et également ancien professeur invité à la faculté des Sciences en Haïti (UEH), Paul Latortue, affirme que beaucoup de travail reste à faire pour promouvoir l’éducation scientifique en Haiti à cause des lacunes des professeurs et un manque de laboratoires, tout en se disant honoré du fait que l’université de Porto Rico (UPR) et la section caribéenne de l’AAAS soient engagées dans cet effort.
Le secteur de l’éducation en Haïti a connu de graves pertes lors du tremblement de terre du 12 janvier, ayant fait officiellement trois cent mille morts et autant de blessés. [rh gp cer apr 15/07/10 16 :40]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9710

Haïti-France : Signature de trois conventions

P-au-P, 15 juillet 2010 [AlterPresse] --- Le gouvernement haïtien a signé ce 15 juillet trois conventions de coopération avec la France lors d’une brève cérémonie tenue au ministère de l’économie et des finances, a constaté AlterPresse. Les documents ont été paraphés par le ministre de l’économie et des finances, Ronald Baudin, et l’ambassadeur francais en Haiti, Didier Lebret. L’une des conventions concerne le financement à hauteur de 6 millions d’euros d’un projet d’amélioration de l’environnement, du cadre de vie et de la santé publique au bénéfice des populations du Cap-Haitien et des Gonaïves (Nord).
Ce projet a pour objectif de renforcer les capacités techniques de programmation et d’intervention, d’après Ronald Baudin.
« Il s’agit de structurer dans ces deux municipalités des services qui vont se charger de l’actualisation du plan local d’urbanisme, de la gestion des déchets, de la programmation des infrastructures et équipements municipaux ainsi que de l’évaluation du potentiel fiscal et de la définition d’une nouvelle façon d’appliquer les taxes communales dans ces villes », révèle le ministre de l’économie.
Dans le cadre de ce projet des décharges seront mis en place dans les deux villes et, au Cap Haïtien plus particulièrement, un inventaire du patrimoine bâti sera réalisé.
Les gouvernements haïtien et français ont signé également une entente pour étendre le projet sectoriel intégré qui a déjà permis, grâce à un financement de 5,4 millions d’euros, la construction et la réhabilitation de périmètres irrigués dans les plaines de Arcahaie (Ouest) et de St Marc (Nord).
Avec un financement additionnel de 4,1 millions d’euros ce projet permettra la production de vivres à Arcahaie et à Montrouis (Ouest), la valorisation des lacs collinaires du Plateau Central et la formation de conseillers et d’agents dans ce département.
« On s’attaque à des régions […] qui sont pourvoyeuses de biens alimentaires, agricoles pour la capitale. Donc une fois encore en consolidant la province on aide la capitale pour son approvisionnement alimentaire. Les démarches ne sont pas opposées. On n’a pas besoin de tout concentrer à Port-au-Prince. Il faut traiter les territoires », souligne l’ambassadeur de France en Haïti, Didier Le Bret, mettant en relief « les vertus » des différents projets.
Une autre convention a été signée pour l’octroi d’1 million d’euros à un fonds d’expertise au bénéfice de la commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (Cirh).
Les deux pays se sont par ailleurs entendu sur deux amendements portant sur des accords signés en 2008, afin de « répondre à des besoins nouveaux qui sont apparus après le 12 janvier 2010 », indique Ronald Baudin. [kft gp apr 15/07/2010 13:25]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9711

Haiti-Élections : Le CEP sort un nouveau calendrier électoral

P-au-P, 15 Juillet 2010 [AlterPresse] --- Le Conseil Électoral Provisoire (CEP), a lancé officiellement ce 15 juillet le processus des élections législatives et présidentielles prévues pour le 28 novembre prochain en publiant un nouveau calendrier électoral. Le CEP prévoit de publier dès ce 16 juillet la liste des partis et des candidats agrées pour les législatives, soit 866 à la députation et 98 au sénat, suivant un document remis à AlterPresse.
Ces candidats de plus d’une cinquantaine de partis ont été agréés pour les élections qui devaient se réaliser le 28 février et qui avaient du être reportées à cause du terrible tremblement de terre du 12 janvier.
Le dépôt de candidatures pour les présidentielles doit se faire entre le 1er et le 7 aout, selon ce calendrier, qui a été proposé par les membres du CEP à des représentants de partis politiques lors d’une rencontre le 15 juillet à Juvénat (Pétionville, périphérie est).
Les principales formations d’opposition, dont les regroupements Altermative pour la Démocratie et le Progrès (Alternative), Rasanble et Plateforme des Patriotes Haitiens (PLAPH) ont boudé cette rencontre, a constaté un reporter d’AlterPresse.
L’institution électorale promet de procéder le 19 juillet prochain à l’enregistrement des nouveaux partis politiques pour la présidentielle. Entre-temps, le CEP travaille à mettre à jour la liste électorale, a tenu à rappeler le directeur général Pierre-Louis Opont.
Il indique que l’institution recrute en ce sens des agents techniques pour la mise en œuvre des centres d’opération, de vérification et de confirmation d’adresse des électeurs.
L’inscription, ouverte dans tous les Bureaux électoraux communaux (Bec) du pays, prendra fin le 20 juillet prochain.
Le budget alloué à l’organisation du premier tour des élections présidentielles et législatives s’élève à 29 millions de dollars américains. Les trois quarts du montant, qui ne sont pas encore disponibles, sont promis par des partenaires internationaux.
Les conseillers électoraux, dont le départ est réclamé par l’opposition et des organisations de la société civile, donnent la garantie qu’ils organiseront des élections transparentes.
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9709

Le gouvernement exige plus de transparence de la part des ONG

La cohabitation entre les autorités gouvernementales et les ONG représentent un défi pour les acteurs impliqués dans le processus de reconstruction d'Haïti. Le président René Préval, le Premier Ministre Jean Max Bellerive et l'émissaire spécial du secrétaire général de l'ONU, Bill Clinton, ont attiré l'attention sur l'importance d'une bonne coordination entre les ONG et le gouvernement durant le phase de reconstruction.
Lors d'une cérémonie spéciale le 12 juillet, le chef de l'Etat haïtien s'était gardé d'aborder l'épineux dossier des montants alloués aux ONG. " Je ne cherche pas à connaître les montants qui leur ont été octroyés cela ne me regarde pas", a déclaré M. Préval. Comme pour indiquer la voie à suivre le président haïtien a publié le rapport des montants encaissés par l'Etat haïtien.
Le gouvernement haïtien invite les ONG à faire montre de transparence dans la gestion des fonds de la reconstruction. Cette transparence semble être une condition pour l'établissement d'un partenariat entre le gouvernement et les ONG.
Le Premier Ministre Jean Max Bellerive a mis l'accent sur les argumentaires du chef de l'Etat. Il soutient qu'il faut à cette phase plus de coordination, de dialogue et d'échanges entre le gouvernement et les ONG. Dans son intervention M. Bellerive a affirmé que le gouvernement et la Commission Intérimaire de Reconstruction (CIRH) doivent être informés des ressources humaines et financières disponibles auprès des ONG afin que tous les acteurs puissent exécuter un seul plan de reconstruction.
Cet avis est partagé par le coprésident de la CIRH, Bill Clinton. Il soutient que la transparence est l'une des conditions pour l'obtention de financement de la part de la commission. L'ex président des Etats-Unis confirme que le gouvernement haïtien a déjà fourni des informations et a autorisé des audits sur les fonds décaissés par les donateurs.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17992
Commentaires:
Moins de blabla, plus d'actions. Que les mains qui dirigent soient visibles partout a tout moment dans chaque instance.

Plusieurs leaders politiques entendent bouder l'invitation des autorités électorales

Des dirigeants de plusieurs partis et regroupements politiques annoncent qu'ils ne participeront pas à la séance de travail de ce jeudi avec les autorités électorales. Les chefs de file du Plaph, Alternative, Rasanblé, Libération, Ucadde continuent de réclamer le renvoi du CEP. L'un des principaux dirigeants de Rasanblé, Turneb Delpé, soutient que l'objectif principal des partis de l'opposition est d'intensifier la mobilisation antigouvernementale. L'ex sénateur Delpé se réjouit du succès des manifestations à Port-au-Prince, Petit Goave, Miragoane et Jacmel au cours de la journée du 12 juillet. L'objectif principal des 4 regroupements de l'opposition est la démission du président Préval et la formation d'un gouvernement de salut public.
De son coté, le secrétaire général du Plaph, Himmler Rébu, donne l'assurance que les dirigeants de cette plateforme ne répondront pas à l'appel d'un CEP décrié par la classe politique.
Au Cap Haïtien et à Hinche des candidats ont organisé hier des manifestations devant les locaux des BED en vue de réclamer le départ des conseillers électoraux. A Hinche le leader du Mouvement Paysan de Papaye, Chavannes Jean Baptiste, a soutenu que le sit-in est un signal avant le coup d'envoi de la mobilisation contre le chef de l'Etat coupable selon lui d'avoir violé la constitution.
D'autres formations politiques dont le Combite pour Rebâtir Haïti envisagent de participer à la séance de travail avec les autorités électorales.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17991
Commentaies:
Rien de nouveau dans le firmament politique haitien. L'eternelle opposition des opposant endemiques s'organisent. Avant meme la realisation des prochaines elections, ceux qui ont vecu toute leur vie politique du cote de l'opposition ont fait le choix d'esquiver des scores fameliques proches des 3% en annoncant leur volonte de boycotter des elections reclamees et voulues par la communaute internationale.
L'histoire de nos elections de l'ere postduvalerienne regorge de pages decrivant des boycott et des abstentions. Jean Bertrand Aristide avait concouru et gagne des elections contre un certain pasteur protestant Arnold Dumas. Plusieurs annees de crises n'avaient jamais pu desarconner Aristide avant les manifestations des etudiants universitaires accapaprees par le groupe des 184 et le mouvement militaire de Guy Phillipe.
Aujourd'hui, Haiti est surveille de pres par les forces de l'ONU dont la mission essentielle c'est la construction de la democratie. Cette construction se fait effectivement s'il y a fin et changement de mandat et de president a cahque terme. Donc il est difficile d'imaginer Preval quitter le pouvoir avant la fin de son mandat. Il est ausi difficile d'imaginer que les mobilisations dans le contexte actuel puissent etre assez fortes pour pousser les organisateurs voiles de ces joutes a changer d'avis.
Messieurs les politiciens qui courrez surtout apres l'electorat de Jean Bertrand Aristide, essayez de vous reveiller et voir la situation de notre pays en face.

Gaillot Dorsainvil affirme que la machine électorale est en branle

Le président du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Gaillot Dorsainvil, affirme que la machine électorale est déjà en branle. Les autorités électorales ont lancé hier mercredi le processus de recrutement des membres des Centres d'opération et de Vérification. Les responsables des Bureaux Electoraux Communaux (BEC) sont chargés du processus de recrutement qui prendra fin le 20 juillet 2010. Dans le même temps, M. Dorsainvil révèle que le gouvernement a déjà décaissé 7 millions de dollars pour la réalisation des prochaines élections. Il s'agit de la contribution de l'Etat haïtien à la réalisation des joutes dont le coût s'élève à 28 millions de dollars.
En ce qui a trait à l'invitation de ce 15 juillet, le président et le directeur général de l'organisme électoral informent que des dispositions ont été prises afin de contacter tous les responsables des partis politiques. Certains regroupements ayant changé d'adresse après le 2 janvier n'ont pu être touché par la lettre d'invitation du CEP. Les responsables du CEP souhaitent que les dirigeants des partis politiques participent à cette rencontre qui s'inscrit dans le cadre d'un dialogue avec les acteurs.
Le directeur général du CEP, Pierre Louis Opont, espère que les partis politiques répondront favorablement à cet appel au dialogue. Le dialogue devrait permettre de corriger certains problèmes, insiste t-il.
Les élections auront lieu à la fin de cette année, martèle M. Opont soulignant que de nouvelles dispositions seront adoptées afin de favoriser des échanges permanents entre le CEP et les partis politiques. Appelant au dégel des relations entre le CEP et les partis, M. Opont dit espérer que les dirigeants des partis qui boycotteront la rencontre de ce 15 juillet pourront rejoindre le processus en cours de route.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17990

Ecosoc souhaite la poursuite de l'assistance humanitaire aux haïtiens

La transition de la phase des secours à celle de la reconstruction d'Haïti a été au centre des débats du Conseil économique et social (ECOSOC) de l'ONU le 13 juillet 2010. Dans son intervention le Président du Groupe spécial sur Haïti, le canadien Robert McNee a soutenu que l'assistance humanitaire demeurait nécessaire, que la reprise était lente et la reconstruction demeurait encore au stade de la « planification ». La transition ne pourra réussir sans l'intervention du Gouvernement haïtien et d'un effort accru de la communauté internationale, a martelé M. McNee tout en assurant que " les conditions pour jeter les bases d'un développement sont aujourd'hui réunies".
De son coté l'Envoyé spécial du Gouvernement d'Haïti auprès du Secrétaire général des Nations Unies, M. Leslie Voltaire, a expliqué que le plan de 11 milliards de dollars présenté pour la reconstruction prévoit une refondation territoriale, économique, sociale et institutionnelle du pays. Rappelant que la phase d'urgence n'était pas encore achevée, M. Voltaire a souligné que 2% seulement des plus de 10 milliards promis avaient été décaissés. Il a fait remarquer que la population était mécontente, exprimant l'espoir que la Commission intérimaire parviendra à mettre en place une reconstruction décentralisée.
Pour sa part la présidente de la Croix-Rouge haïtienne, Michaële Amédée Gédéon, a mis l'accent sur l'importance d'une étroite coopération entre les pouvoirs publics et les organisations non gouvernementales (ONG). Elle explique que « le rôle des organisations humanitaires est de subvenir aux besoins d'urgence à court terme, et non de se substituer aux pouvoirs publics à long terme ».
L'Envoyé spécial adjoint des Nations Unies pour Haïti, M. Paul Farmer, et le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour Haïti et Coordonnateur résident par intérim des Nations Unies en Haïti, M. Nigel Fisher, avaient également pris part aux débats de l'Ecosoc.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17989
Commentaires:
Apres six mois, apres des conferences intellectuelles, des debats universitaires et des propositions de toutes les formes et couleurs, Haiti et ses haitiens croupissent sous les decombres dans la poussiere et le soleil au zenit d'un mois de juillet. On continue avec des debats pour redire ce qui a toujours ete dit sur Haiti. Des conferences pour sortir de vraie palissade sur la question et la problematique d'Haiti.
Les intervenants cites dans cet article n'ont rien dit de nouveau. Ils n'ont rien dit du tout.
On aimerait voir un peu plus d'actions et d'activites que ces rethoriques passe-partout pondues dans les cercles intellectuels qui trop souvent tournent le dos ou surfent sur la realite haitienne cruelle et dure pour les autres qui attendent de vraies reponses.
De la paroles aux actes chers specialistes....Faites comme si!

Haïti: cérémonie du souvenir, six mois après le séisme

Agence France-Presse, Port-au-Prince.-
Une cérémonie du souvenir a débuté lundi à Port-au-Prince, six mois après le séisme qui a fait plus de 250 000 morts, alors que les Haïtiens s'impatientent de voir les milliards de dollars promis par la communauté internationale se traduire en projets concrets.?
Sous une tente, au milieu des ruines du Palais national, le ministre de l'Intérieur Paul-Antoine Bien-aimé a ouvert la cérémonie du «souvenir», en remerciant «la communauté internationale, les ONG et les citoyens étrangers» pour leur aide, en présence du président René Préval et de plusieurs ministres.
«Nous allons continuer à aider les gens dans les camps mais aujourd'hui nous voulons aussi lancer officiellement la phase de reconstruction», a déclaré le président Préval au cours de la cérémonie, qui intervient six mois jour pour jour après le séisme dévastateur du 12 janvier.
Des représentants de l'ONU, l'ancien président américain Bill Clinton qui co-préside avec le premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive le Comité intérimaire pour la reconstruction d'Haïti (CIRH) et l'acteur Sean Penn étaient aussi présents.
Bill Clinton s'est engagé à faire un important effort de transparence dans l'utilisation de l'argent envoyé à Haïti.
Sean Penn a quant à lui indiqué à la chaîne américaine CBS qu'il était venu «avec l'idée de passer deux semaines pour essayer d'aider». «On le doit» aux Haïtiens «quand on voit la force de ces gens qui n'ont jamais connu le confort», a dit l'acteur, regrettant le désintérêt des médias.
À Port-au-Prince, l'impatience des Haïtiens est grandissante face à la lenteur de la reconstruction, notamment pour les centaines de milliers de personnes qui vivent toujours dans des abris provisoires.
«Quand on nous a demandé de venir dans ce camp, on nous avait promis des maisons... où sont-elles?», se demandait Jean-Auguste Petit-Frère à l'approche de la commémoration des six mois, en désignant un modèle d'habitation érigé par une société jamaïcaine et évalué à 15 000 dollars l'unité.
Selon l'ONU, près de 4 000 maisons de 18 mètres carrés ont été construites dans le cadre d'un premier projet qui en prévoit 10 000.
La Croix-Rouge française qui promet de bâtir 30 000 maisons transitionnelles en collaboration avec la Croix-Rouge américaine vient de lancer les travaux pour 500 habitations dans un village à l'est de la capitale.
«Cela prendra du temps pour reloger les 1,5 million de sans-abri disséminés à travers un millier de camps. L'État doit trouver des terrains pour 90% des sinistrés qui étaient des locataires», explique un fonctionnaire de l'ONU.
Trois mois après une conférence internationale qui s'est déroulée à New York et au cours de laquelle la communauté internationale a promis plus de 10 milliards de dollars sur 5 ans à Haïti, très peu d'argent est parvenu au pays, les plus pauvre du continent américain.
«C'est le travail que fera (...) Bill Clinton: convaincre les bailleurs de verser les fonds promis», rappelait il y a quelques jours Nigel Fischer coordonnateur humanitaire de l'ONU en Haïti.
Selon les experts, le coût de la reconstruction d'Haïti est évalué à 11,5 milliards de dollars sur dix ans.
http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/seisme-en-haiti/201007/12/01-4297591-haiti-ceremonie-du-souvenir-six-mois-apres-le-seisme.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4298404_article_POS3

«D'une lenteur désespérante»

Paule Vermot-Desroches, Le Nouvelliste
(TROIS-RIVIÈRES) Les caméras se sont peut-être éloignées des décombres, le tourbillon de la vie a peut-être emmené la population à tourner son attention ailleurs, les Haïtiens de la région n'ont pas pour autant baissé les bras, six mois après le tremblement de terre qui a dévasté leur pays d'origine. Du même coup, alors que les missions humanitaires se poursuivent, des gens de partout dans la région continuent de donner temps et argent au peuple haïtien dans l'espoir de meilleurs lendemains.
Lorsque la tragédie est survenue, en janvier dernier, Claude Bélizaire avait bien du mal à s'éloigner du téléphone. Ce retraité originaire d'Haïti et habitant à Trois-Rivières attendait avec impatience des nouvelles de tous les membres de sa famille, coincés là bas.
«Aujourd'hui, on sait ce qui est arrivé à tout le monde. J'ai un cousin qui a été retiré sans vie des décombres plusieurs jours après le tremblement de terre. Mais la plupart des membres de ma famille ont pu s'en sortir», raconte M. Bélizaire.
Ce dernier s'était associé au Comité de solidarité Trois-Rivières en janvier dernier pour inciter la population à participer à l'aide d'urgence qui devait être apportée au peuple haïtien. Six mois plus tard, c'est une autre forme d'aide que Claude Bélizaire apporte à son peuple.
«Il y a le Groupe de réflexion et d'action pour une Haïti nouvelle qu'il s'est formé au Québec et nous sommes plus de 1000 personnes dans différentes régions qui se rencontrent régulièrement. Ce dont Haïti a besoin, c'est de bras et de cerveaux en ce moment. Nous travaillons entre autres à l'élaboration de plans pour la reconstruction du pays», signale Claude Bélizaire, en précisant que ce regroupement n'est pas un parti politique, mais plutôt un regroupement de ressources humaines et de compétences.
«Le peuple haïtien, en ce moment, a plus confiance en ceux qui n'ont pas une ambition politique en leur venant en aide», remarque M. Bélizaire, qui ajoute que le rapport du Groupe de réflexion et d'action pour une Haïti nouvelle devrait être publié très bientôt et est attendu des autorités haïtiennes.
«Pour le peuple, c'est d'une lenteur désespérante en ce moment là-bas. Il y en aura pour bien plus que dix ans à reconstruire le pays», croit Claude Bélizaire.
Générosité
Durant les semaines qui ont suivi le tremblement de terre, la population de la Mauricie et du Centre-du-Québec a fait parvenir plus de 80 000 $ au Comité de solidarité Trois-Rivières pour envoyer une aide d'urgence. «Les gens ont été très généreux, et les dons continuent de rentrer encore aujourd'hui», a remarqué Annie Lafontaine, membre du comité qui s'est récemment rendue en Haïti pour poursuivre la mission à laquelle l'organisme est associé.
Mme Lafontaine a eu l'occasion de constater à quel point la situation était toujours chaotique à Port-au-Prince, même six mois plus tard. Selon elle, l'inertie du gouvernement haïtien a mené à une absence de coordination des secours et de la reconstruction. «La Croix-Rouge veut bien bâtir, mais tout est encore encombré. Quand j'étais là-bas, je n'ai pratiquement pas vu de machinerie lourde. Le Canada a aussi sa part de responsabilité. On envoie des tanks en Afghanistan, je ne peux pas croire qu'on ne peut pas envoyer de tracteurs en Haïti», lance-t-elle.
La mission à laquelle participait Mme Lafontaine visait notamment à identifier les besoins les plus pressants pour venir en aide à un groupe luttant contre la violence faite aux femmes, dont les besoins urgents en logements. Selon elle, c'est surtout à ce niveau que les gens de la région peuvent continuer de s'impliquer: en appuyant les organismes de la société civile comme la Croix-Rouge et Développement et Paix.
http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/201007/15/01-4298404-dune-lenteur-desesperante.php