POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 19 mai 2012

Danny Glover: the good cop 2/2



He found fame as a policeman in the Lethal Weapon films, but it's his political activism that really drives him. He talks about his beloved Haiti, Obama's disappointing presidency and his friendship with Mel Gibson


What about Aristide's alleged human rights abuses and corruption? "He's a human being – none of us is perfect. But whatever he has done, he has never done with the intention of harming his people. He built more schools than at any time since the revolution; he improved healthcare. Each time he's come back, he's put his life in danger. He could have stayed in exile."

But, to the disappointment of many – including Barack Obama – Aristide didn't. Last year, Glover flew with Aristide from South African exile to Port-au-Prince. "It's shameful the South Africans may have worked with US and France to stop him returning," says Glover. When they arrived at Port-au-Prince, Glover was in Aristide's car as they drove from the airport. "That car could only move as fast as people around allowed it. That was one of the most moving things in my life. That's one story I'm going to tell my grandson."
Does his country's stance on Haiti outrage him? "A great deal of US policy is centred around exclusion and destabilisation. You take the largest party out of the process [Aristide's Fanmi Lavalas] – what kind of an election is that? We have a very interesting dilemma in Haiti at the moment. The current president Martelly was the choice of the state department and France and Canada, but if you'd had a free election, he would never have been elected."
How does he feel now about the US's first black president whose 2008 candidacy he endorsed? Glover laughs. "I'm not into personality worship. It's essential that you clearly denounce those things you disagree with. Everything he has done in terms of war, I'm opposed to. How much of that is him following the line and how much his own thought processes, we don't know. The bottom line is I think he's a good man."
Glover recalls that in 2002 or 2003, as a member of the board of the Algebra Project, a US scheme to improve maths skills among disasdvantaged children, he took part in a discussion on the future of education in Chicago. "A young state senator walked in and got involved in the discussion. I have to believe he'd come there because of a sincere desire to learn more and do something about that. He hasn't delivered. We're still waiting."
Glover and I are sharing a sofa in an upstairs room. Below there's a conference going on called Invest in Caring Not Capitalism: The Wages for Housework Campaign 40 Years On. It's been organised by a group called Global Women's Strike, one of whose leading members is Selma James, women's rights campaigner and CLR James's widow, who is promoting her new book Sex, Race and Class – the Perspective of Winning: A Selection of Writings 1952-2011.
Glover, despite his gender, feels at home. "Like Selma was saying, I'm into building caring as opposed to capitalism." The world knows Glover as Detective Roger Murtaugh in the Lethal Weapon film franchise, as the brutish husband Albert Johnson in The Color Purple, as maverick alien-battling narcotics cop Michael Harrigan in Predator 2, as the laughably impotent US president in the eco-disaster movie 2012 and as Nelson Mandela in the TV movie. He's just about to start work on Stephen Frears' HBO film about Muhammad Ali's refusal to fight in Vietnam in which he will play Thurgood Marshall, the first African-American US supreme court judge.
But it also knows him as an actor who has said "hey" to radical political intervention activism more times than Angelina Jolie, George Clooney, Mark Ruffalo and Sean Penn combined. He's regularly on picket lines, campaigning for prisoners, speaking against US militarism and giving talks at Occupy protests. In 2004, he was arrested outside the Sudanese embassy in Washington during a protest about Darfur. In 2010, he called on all actors at the 2010 Academy awards to boycott Hugo Boss in support of a pay dispute. He's been an ambassador for Unicef, fought against apartheid through a campaign group called the TransAfrica Forum and sits on the boards of several groups, including The Black Aids Institute and the Jazz Foundation of America.
At 65, he could readily spend weekends dozing poolside in California rather than busting his hump at a fundraiser in this rain-soaked dime of a country. Where did that enduring political commitment come from? Glover locates it in January 1959 when he witnessed how his parents, Carrie and James, both postal workers, celebrated the Cuban revolution with their union. "I was a 12-year-old kid watching these workers celebrate. I never forgot that. I was around that union a lot and surreptitiously, vicariously listened to what they talked about, how they would strategise about an action. All that was part of my acculturation as a child."
A few years later, Glover disappointed his parents. "About 1964 I supported the Nation of Islam because of Malcolm, you know? My mother was a Christian and said the Nation of Islam are nothing but a bunch of hoodlums. She was a mother looking out for her child. Plus, she was trying to grapple with the generational dynamics of what was happening. Her maturation was grounded in the civil rights movement."
But how did this rad activist become a movie star and befriend one of Hollywood's most disreputable conservatives, Mel Gibson? "I never thought I was going to be a Hollywood star." During his 20s and early 30s he worked in community development projects in San Francisco. Stage acting was a sideline. Then he discovered Athol Fugard, the South African writer best known for Brecht-inflected anti-apartheid plays. "Once I started doing Fugard, I became more entrenched in my political work. I could see how you could use your work as an actor as a platform. He became my writer."
In 1982, he was seen, aged 36, in an off-Broadway production of Fugard's Master Harold … and the Boys by Robert Benton. The film director cast Glover in his 1984 Depression-era picture Places in the Heart as a black hobo turned farmhand opposite Sally Field, who won an Oscar for her performance as a Texan widow struggling to run the family farm. His movie career then took off. The following year he starred opposite Whoopi Goldberg in Steven Spielberg's adaptation of Alice Walker's novel The Color Purple, as Celie's abusive husband.
It is his performances opposite Gibson as an LAPD cop in four Lethal Weapon movies, though, that made Glover most famous. What's his take on the charges of homophobia, antisemitism, domestic violence and racism against his former co-star? "Mel's my friend. I can't pass judgment on a man's life. I know my working relationship with him was wonderful – absolutely unequivocally.
"We don't agree on everything. My take on women's rights may be different from his. I know Mel is a wonderful human being, a wonderful father. When I've asked him to do things on a couple of occasions, he's done them for me. When I asked him to help raise money for the UN's development programme, he came through."
Glover yawns. "Are we good?" he asks, ever avuncular. "Because I think I'm done." He needs a nap before he makes his fundraising speech for Haiti in the evening.
Downstairs, the afternoon's panel discussion about the struggles against poverty, ecological devastation, military occupation, war, asylum and immigration is in full flow. Glover won't be part of it, even though his radical credentials are unimpeachable. A few minutes later, I return to find all 6ft 4in of him curled up on that sofa asleep. It would have been a shame to wake him.
http://www.guardian.co.uk/film/2012/may/18/danny-glover-good-cop?newsfeed=true

Haïti pour l'authenticité


Lise Giguère
Agence QMI
Bien difficile d'oublier l'ampleur du désastre causé par le tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti et la désolation qui a suivie.
Ajouter une légende
Deux ans plus tard, le ministère du Tourisme entame un programme dont l'objectif principal est de transmettre une autre image du pays et de montrer que le tourisme est désormais possible, mais également souhaitable. Pour cela, un nouveau logo coloré et affichant la joie de vivre et une invitation aux tours opérateurs et aux journalistes à découvrir les multiples trésors de ce pays qui ne se résume pas à Port-au-Prince.
«Quoi, tu vas à Haïti? Je trouve ça honteux. C'est du voyeurisme!» m'ont lancé certains amis et collègues. Pour eux, visiter Haïti c'est se repaître du malheur qui a frappé le peuple.
S'il est vrai que le pays conserve encore de profondes cicatrices, aussi bien dans ses structures que dans le cœur de ses habitants, que l'on ressent un malaise à s'attabler dans un bon restaurant alors que la désolation est encore bien présente, il n'en demeure pas moins que contrairement à ce que l'on pourrait croire, les touristes y sont espérés. Pas seulement pour leur apport financier, mais également parce que leur présence dans les hôtels et les restaurants permet la création d'emplois. Alors, tourisme voyeur ou tourisme solidaire?
«Tourisme solidaire», a répondu sans aucune hésitation Didier Boulard, dont l'hôtel Port Morgan, situé sur l'Île à Vache, accueille chaque année de nombreux Québécois. Dans ce havre de paix qui surplombe la mer, le chaos de Port-au-Prince semble faire partie d'un autre monde.
Rassurée par ce cri du cœur, j'observe désormais d'un autre œil tous ces rescapés qui vivent encore dans des abris de fortune en terre battue et en tôle, même si ma gorge se serre parfois devant les enfants à demi nus, les femmes surchargées ou les hommes qui déplacent les pierres à main nus. J'ose regarder leurs yeux et j'y vois des sourires et une main tendue pour souhaiter la bienvenue.
Du coup, une pensée étrange me gagne: comment se fait-il que personne ne mendie, chose pourtant courante dans de nombreux pays pauvres qui n'ont pas été frappés par la tragédie haïtienne? En effet, en une semaine complète de circuits à travers le pays, jamais on ne me demandera de sous et l'on acceptera même volontiers de se faire photographier.

Des trésors méconnus
Peuple attachant, marqué par un lourd passé, les Haïtiens sont fiers de leur histoire. À Port-au-Prince, deux endroits méritent d'être visités: le Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH) et le Musée de la canne à sucre. Dans les deux cas, on se familiarise avec le lourd héritage laissé par l'esclavage.
En délaissant le centre-ville de Port-au-Prince, ses bons restaurants et ses hôtels d'affaires, on prend la direction de la côte des Arcadins, un secteur florissant dans les années 80 où même le Club Med avait réquisitionné la plus belle plage.
Bien que délaissé par les touristes, le secteur a bien été conservé et les charmants hôtels que l'on y trouve n'ont rien à envier à leurs voisins des Caraïbes. Mention spéciale à l'hôtel Moulin sur mer et à son musée privé Ogier-Fombrun qui complète magnifiquement la visite du MUPANAH. Mention également au Club Indigo, l'ancien Club Med désormais accessible à tous et au Wahoo Bay Beach, sympathique lieu de rendez-vous de la jeunesse.
Sur la route, arrêt obligatoire à Nouailles où des artisans travaillent la tôle battue pour en faire des œuvres d'art qui ont même réussi à attirer l'attention de la styliste américaine Donna Karan.
Alors que les amateurs d'histoire choisissent la visite de Fort Drouet, découvert depuis seulement 2009, d'autres partent à l'assaut de la cressonnière, une expédition porteuse d'images inoubliables montrant Haïti comme un véritable paradis terrestre où verdure, fleurs, eau et fruits se disputent l'espace.

Du Nord au Sud
Que l'on parte vers le Sud, vers la ville de Jacmel, ou au Nord, vers Cap-Haïtien, les projets de réfection sont légion et devraient nécessiter quelques années. On veut rénover les édifices coloniaux, refaire les routes (une nécessité), organiser des circuits en nature, améliorer les infrastructures pour recevoir les bateaux de croisière et faciliter les vols internationaux.
Bref, on attend le touriste et on désire absolument lui montrer qu'Haïti n'a pas qu'un visage de misère, mais qu'il possède de nombreux trésors comme ses jolies plages, ses petites criques isolées, ses chutes d'eau, ses cascades, ses petites villes coloniales, sa mer qui hésite entre le bleu, l'émeraude ou le turquoise, son imposante citadelle, ses forts chargés d'histoire, ses sanctuaires vaudou, ses montagnes, ses îles, mais surtout son peuple fier et accueillant.
Haïti ne se résume pas à Port-au-Prince et aux cicatrices du tremblement de terre. Haïti est aussi un pays magnifique qu'il faut se donner la peine de parcourir. Bien sûr, c'est un pays pauvre, mais c'est peut-être justement pour cela qu'il offre encore cette authenticité que l'on déplore trop souvent ne plus retrouver quand on voyage.
Notre collaboratrice était l'invitée du ministère du Tourisme haïtien.
http://fr.canoe.ca/voyages/destinations/mexiqueetcaraibes/archives/2012/05/20120518-145350.html



Haiti – Social : Le Président Martelly appelle à la solidarité et à l’union de tous ce 18 mai 2012, à Arcahaie


Le Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, accompagné de la Première Dame, Mme Sophia Martelly, et du Premier Ministre, M. Laurent Salvador Lamothe, a commémoré, ce vendredi 18 Mai, à l’Arcahaie, la création du Drapeau haïtien.
La cérémonie qui s’est déroulée sous le signe de la convivialité et du patriotisme, a rassemblé les personnalités de tous les secteurs vitaux du pays– le Gouvernement, le Parlement, le pouvoir judiciaire, les corps diplomatique et consulaire, le clergé, le corps universitaire, les organisations locales et internationales, … –autour d’un signe commun à tous les Haïtiens d’Haïti et de la diaspora, le bicolore national, symbole des luttes des ancêtres pour l’Indépendance d’Haïti.
L’homélie de circonstance prononcée par l’Archevêque de Port-au-Prince, Mgr Guire Poulard, secondé par le Curé de la paroisse, le Rév. Père Julien Estiverne, a abondé sur la nécessité pour que les autorités octroient une plus grande importance à l’unité, et fassent preuve d’une plus grande crainte de Dieu dans l’exercice de leurs fonctions.
Après la messe à l’Eglise St-Pierre de l’Arcahaie, le Président de la République a ensuite déposé une gerbe de fleurs sur la Place d’Armes de cette ville aux pieds du monument de l’Empereur Jean-Jacques Dessalines, fondateur de la Patrie et de Catherine Flon, couturière du drapeau, avant d’observer une minute de recueillement à la mémoire de ces aïeux, et de s’adresser à la Nation depuis la Tribune officielle.
Le premier citoyen de la ville, le maire Jean Yvon Nestor et le député de l’Arcahaie, Jean Dany Duvert, croient que ces 209 ans de commémoration constituent une précieuse occasion pour tous de reprendre espoir, de s’unir aux efforts de changement et de progrès du Chef de l’Etat, et de s’adapter aux idéaux de fraternité, d’égalité et de liberté qui nous ont été dictés par les héros de notre indépendance.
Le Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, M. Réginald Paul, a fait état d’un patriotisme universitaire basé sur l’évaluation des systèmes de pouvoir et l’arbitrage entre gouvernants et gouvernés, élus et mandants, l’université elle-même et l’Etat. Le Recteur de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH), M. Jean Vernet Henry, a lancé pour sa part un appel à la reconquête de la souveraineté nationale dont les leviers seront la réforme de l’université, la promotion de la recherche, la sauvegarde des valeurs culturelles, …
« Pourquoi attendons-nous les malheurs et les catastrophes pour nous mettre ensemble ? Pourquoi ne sommes-nous pas à l’écoute de nos cœurs ? », a insisté de son coté le Chef de l’Etat dès les premières minutes de son discours. Cet appel à l’union des Haïtiens et à leur engagement à l’expansion de la Nation, traduit l’extrême complaisance du Chef de l’Etat dans la recherche d’alternatives à la reconstruction d’Haïti.
Le Président de la République a insisté sur la nécessité du vivre-ensemble, d’une sincère collaboration qui va au-delà de nos divergences, attitudes incompatibles à la commémoration du 18 Mai dont l’ampleur nous vaut la notoriété et la fierté de Premier Peuple noir de l’histoire.
Le Chef de l’Etat qui salue la ratification et l’installation de son nouveau Premier Ministre Laurent S. Lamothe, appelle les Haïtiens à devenir une communauté d’hommes libres, conscients de la mission qui leur unit tous, contre tous les fléaux politiques, économiques, environnementaux mondiaux qui frappent les sociétés.
Le Président Martelly, tout en appelant la communauté haïtienne à l’aider à freiner le déboisement et à combattre tous les handicaps majeurs qui obstruent le lendemain du peuple haïtien, reconnaît la nécessité de la réforme de l’Université, condition essentielle à la valorisation de la culture, au développement de la personne et la reconstruction de la nation haïtienne.
Le Président de la République croit en l’étendue du drapeau, symbole qu’au-delà de toutes nos différences idéologiques, nous sommes et resterons toujours un Peuple uni, toujours prêt à livrer bataille pour garantir notre dignité et notre liberté.
Le 18 Mai, fête du drapeau et de l’Université, est un mariage spécial conçu, dans une perspective de souveraineté intellectuelle par l’ancien Ministre de l’Education Nationale Dantès Bellegarde en 1920, pour initier aux jeunes le symbolisme du drapeau et la nécessité de sa préservation.
http://www.haitinews509.net/2012/05/haiti-social-le-president-martelly-appelle-a-la-solidarite-et-a-lunion-de-tous-ce-18-mai-2012-a-arcahaie/

A Cannes, Sean Penn appelle Obama à soutenir le président haïtien

L'acteur-réalisateur américain Sean Penn a appelé vendredi le président américain Barack Obama à soutenir son homologue haïtien Michel Martelly, en annonçant sa soirée cannoise de collecte de fonds en faveur du pays dévasté par un puissant séisme en janvier 2010. Baptisée "Carnaval in Cannes", cette soirée organisée à l'invitation du Festival de Cannes, qui devrait comporter un droit d'entrée conséquent et des ventes aux enchères, sera présentée par le couturier italien Giorgio Armani.
Les fonds seront collectés au profit de trois associations humanitaires: celle de Sean Penn, J/P Haitian Relief Organization (J/P HRO), Artists for Peace and Justice, créée par le réalisateur canadien Paul Haggis et Happy Heart's Fund, de la mannequin tchèque Petra Nemcova, tous trois présents à Cannes.
"Il est temps que notre très élégant et formidable président des Etats-Unis se tienne aux côtés de l'espoir incarné par le nouveau président Michel Martelly", a expliqué Sean Penn, interrogé sur le message politique qu'il souhaitait transmettre.
"Il y a une obligation humaine à aller aider Haïti", a-t-il ajouté tandis que Paul Haggis rappelait l'engagement de l'acteur-réalisateur dès les premiers jours après le séisme du 12 janvier 2010.
Sur les actions concrètes à mener sur place, l'acteur américain a jugé que l'éducation était "primordiale" et qu'il fallait "aussi des routes pour relier les villes, une infrastructure de base".
"Mais la clé, c'est la création d'emplois pour qu'ils n'aient plus besoin de nous, sauf comme touristes", a-t-il martelé, regrettant que la mobilisation n'intervienne, à Haïti comme ailleurs, que dans les situations d'urgence, avant de retomber rapidement.
"Ce ne sont pas seulement les célébrités qui ne sont allées à Haïti que pour une journée, c'est le monde entier, c'est l'ensemble des médias, vous tous", a-t-il lancé.
Estimant qu'il y avait "de la magie à Haïti", Sean Penn a également confié qu'il essayait "d'inciter d'autres réalisateurs à aller travailler là-bas". Petra Nemcova a de son côté annoncé qu'elle avait un projet d'organisation d'un défilé de mode sur place.
L'acteur-réalisateur américain Sean Penn a appelé vendredi le président américain Barack Obama à soutenir son homologue haïtien Michel Martelly, en annonçant sa soirée cannoise de collecte de fonds en faveur du pays dévasté par un puissant séisme en janvier 2010.