POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 28 octobre 2009

Haïti va diligenter via la chancellerie la remise des témoins

Auteur: SORANGE BATISTA (s.batista@hoy.com.do)
Traduction : Haïti Recto Verso

Le Procureur fiscal de Jimani, Ruddy Alberto Perez, a déclaré hier que la Police Haïtienne  a décidé faire des démarches via la secrétairerie des Relations Extérieures la remise aux autorités dominicaines des deux citoyens haïtiens qui affirment avoir assister au massacre commise à Jimani contre trois de leurs compatriotes. 
Le Magistrat a dit que des gestions sont en cours avec l'ambassade dominicaine de Port-au-Prince  afin d'accélérer le processus, car les individus connus comme « el mayimbe » et «  Tican » feront partie de la ronde des détenus qui sera réalisée en présence du survivant Mésilus Désir et dix dominicains.
Sur ce dernier, le magistrat a dit  qu'ils e trouve actuellement admis à l'hôpital General Melenciano, de Jimani, en attente des interrogations susceptibles de faire la lumière sur la massacre survenue dans la zone forestière de Jimani appelée Madre Fresca.
http://www.hoy.com.do/el-pais/2009/10/27/299506/Haiti-tramitara-via-Cancilleria-la-entrega-de-dos-testigos

Les éleveurs de la région frontalière protestent

Auteur: JOSE ALFREDO ESPINAL (joseespinal.hoy@gmail.com)
Traduction: Haïti Recto Verso
Ils ont défilé par les rues de Dajabon avec les bœufs et les vaches que très souvent sont volés par des bandes de bandits qui, selon ces éleveurs, sont intégrées par des haïtiens et des dominicains qui ruinent leur vie économique. Ils ont réclamé une surveillance militaire mas effective. Ils calculent les pertes pour cette année à plus de 6.00.000 de pesos.
Dajabon.- Les éleveurs de la ligne Nord-est et de la zone frontalière ont marché hier en compagnie de  vaches, bœufs, chevaux pancartes des récipients  en aluminium destinés à transporter le lait pour exiger une surveillance militaire plus effective pour contrôler le vol du bétail perpétré par des dominicains et des haïtiens.
Ils ont dénoncé le fait que pour cette année uniquement, plus de 182 vaches ont disparu, ce qui selon leur affirmation leur a causé des pertes  évaluées à plus de 6.000.000 de pesos.
Ils sont inquiets de la situation  qui les menace de faire succomber le secteur si  rien n'est fait pour résoudre le problème.
La marche débuta à 10.00 du matin du local de l'association des éleveurs, situé à la rue Président Henriquez, a parcouru les rues Dulce de Jesus Selfleur, Duarte, 27 Février et la rue Beller. Ils ont remis des documents contenant leurs demandes au directeur du Corps Spécialisé de Sécurité Frontalière, colonel Ramon Vargas Muñoz, et au consul haïtien de Dajabon, Monsieur Jean Baptiste.
Ramón Cordero
Nous demandons aussi des autorités, la réparation des chemins vicinaux très abîmés, ce qui est responsable de certaines difficultés pour transporter nos marchandises.
http://www.hoy.com.do/el-pais/2009/10/28/299544/Protesta-de-ganaderos-fronterizos

Interpellation du premier ministre : Le sénateur Yvon Buissereth n'entend pas faire marche arrière

Le sénateur Yvon Buissereth, a précisé que le chef du gouvernement devra s'expliquer devant le sénat ce 29 octobre dans le cadre de la séance d'interpellation.
L'élu du sud a minimisé les déclarations de la première ministre Michèle Pierre Louis annonçant que les comptes relatifs à l'utilisation des fonds du programme petro caribe seront sujets à 3 audits séparés.
Pour le parlementaire, le premier ministre aurait mieux fait de ne rien dire, sinon remettre sa démission au chef de l'Etat sous peine d'être sanctionnée par les parlementaires.
Le gouvernement de madame Pierre Louis n'a pas réussi à livrer la marchandise, voilà pourquoi il doit partir", a lancé le sénateur du Sud, faisant savoir qu'il était persuadé de sa non efficacité seulement 3 mois après l'entré en fonction de la première ministre. .
Son sort dépendra des arguments qu'elle aura à présenter aux sénateurs pour que les parlementaires renouvellent leur confiance dans l'équipe gouvernementale ou pour obtenir un vote de censure ajouté Yvon Buissereth.
L'interpellation de Michèle Duvivier Pierre Louis est une initiative d'un groupe de sept sénateurs, dont Le sénateur Yvon Buissereth élu sous la bannière du parti Fanmi lavalas mais proche de la majorité présidentielle. RD

Réaction des députés autour de l'interpellation du premier ministre

Des députés appellent les sénateurs interpellateurs à se ressaisir pour éviter une crise gouvernementale au pays.
Le député Pierre Eric Jean Jacques invité au journal du matin de Radio Métropole estime que le moment n'est pas propice pour renvoyer le gouvernement.. Une telle décision, estime-t-il, peut déstabiliser le pays. .
Le député Denis Saint Fort croit pour sa part que le moment était mal choisi pour interpeller le chef du gouvernement. .
Il faut éviter de faire retomber le pays dans une situation d'instabilité avec un gouvernement qui ne peut que liquider les affaires courantes au cas où madame Pierre Louis ne serait pas remplacée dans l'immédiat. .
Même réaction du coté du président de la Chambre basse, Levaillant Louis-Jeune, qui se demande si on peut confier l'organisation des prochaines législatives à un gouvernement demissionaire .
Le député de Desdune estime, cependant, que les raisons avancées par les sénateurs pour interpeller le gouvernement sont fondées. .
A la demande des sénateurs de la Plateforme politique Lespwa et alliés, la locataire de la Villa d'Accueil est appelée à s'expliquer ce jeudi sur sa gestion. .
RD.

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15998



Achetez un nouveau PC et bénéficiez de Windows 7 dès sa sortie ! En savoir plus

La séance d'interpellation du premier ministre aura-t- elle lieu ?

A moins de 24 heures de la tenue de la séance d'interpellation du premier ministre, il n'y a toujours pas de confirmation si oui ou non Michèle Duvivier Pierre Louis compte se présenter jeudi au Sénat.
Madame Pierre Louis est menacée de renvoi par une majorité de parlementaires de la Plate forme présidentielle. .
Dans une adresse à la nation hier mardi la première ministre a fait savoir qu'elle est consultation avec ses conseillers pour savoir quelles stratégies utiliser, dans le cadre de son interpellation. .
Elle a estimé que les sénateurs interpellateurs ont agi de manière inélégante en posant leur action pendant qu'elle se trouvait en dehors du pays. .
De sources concordantes on apprend que, des diplomates accrédités à Port-au-Prince ont eu diverses rencontres avec le chef de l'État haïtien, au Palais national, et avec la Première ministre, à la Primature, en vue de trouver un compromis pour éviter la destitution du gouvernement. .
L'interpellation de Michèle Duvivier Pierre Louis est une initiative d'un groupe de sept sénateurs, dont la majorité est issus de Lespwa, la plate-forme présidentielle. .
RD

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15999



Nouveau Windows 7 : Simplifiez votre PC ! Trouvez le PC qui vous convient.

Le gouvernement est préoccupé par la situation des enfants en domesticité

Le Ministère des Affaires sociales et du Travail (MAST) a organisé de concert avec la Pan American Développement Fondation (PADF), une conférence sur la problématique de la domesticité en Haïti. Cette conférence de deux jours s'inscrit dans le cadre d'un vaste mouvement de sensibilisation contre la maltraitance et les abus exercés contre des enfants privés d'éducation et de loisirs.
La directrice générale de l'Institut de Bien-être Social et de Recherche (IBERS), Jeanne Bernard Pierre, a soutenu que tous les secteurs doivent se pencher sur le phénomène de la domesticité qui persiste dans notre société. Selon la directrice de l'IBESR, les enfants en domesticité sont souvent l'objet de toutes sortes de discriminations qui portent atteinte à leur dignité et à leur développement personnel.
Elle a mis l'accent sur l'urgence d'adopter des mesures contraignantes pour combattre ces actes. " Les lois qui existent ne sont pas suffisantes pour éradiquer la domesticité", insiste-madame Pierre Louis.
De son coté, le ministre conseiller de l'Ambassade des Etats-Unis à Port-au-Prince, David E. Lindwall, a soutenu que les haïtiens doivent pouvoir faire face à la réalité. " Les solutions doivent venir des Haïtiens", explique M. Lindwall dans son intervention. La croissance économique est nécessaire pour apporter un revenu aux familles haïtiennes, afin qu'il soit possible à beaucoup d'enfants de grandir au sein de leurs propres familles... ",assure t-il.
Par ailleurs, le chef de la section Droits de l'homme de la PADF, le Dr Hervé Rakoto Razafimbahiny, estime qu'il est urgent de trouver une formule qui puisse protéger les droits des enfants en domesticité. " Nous devrons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour permettre à ces enfants d'avoir accès à l'éducation, aux soins de santé et de vivre dans des familles où ils puissent manger convenablement", a précisé M. Razafimbahiny.
Cet avis est partagé par le président de la fondation, Jean Robert Cadet, qui lui-même était un enfant en domesticité. " Il y a 10 ans depuis que je prête main forte à la lutte contre la domesticité", soutient M. Cadet qui salue l'action du gouvernement dans le domaine.
LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15999



Achetez un nouveau PC et bénéficiez de Windows 7 dès sa sortie ! En savoir plus

Le prix Métropolis bleu 2010 attribué à l'écrivain haïtien Dany Laferrière

L'écrivain haitien Dany Laferrière a remporté Le Grand Prix international Metropolis Bleu 2010 pour l'ensemble de son œuvre.
Avec ce prix doté d'une bourse de 10 000 dollars, la Fondation Métropolis bleu veut souligner l'ensemble de la carrière de l'auteur de l'Enigme du retour, roman sorti cette année aux éditions Boréal et nominé pour les prestigieux prix Médicis et Fémina.
Dany Laferrière est aussi en final du prix littéraire Femina en France. Le nom du lauréat sera connu le 9 novembre 2009.
RD

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16001



Nouveau! Découvrez le Windows phone Samsung Omnia II disponible chez SFR. Cliquez ici

La Première Ministre propose des audits sur les fonds d'urgence

Dans une adresse à la nation 48 heures avant la séance d'interpellation, la Première Ministre Michèle Pierre Louis a fait part de son amertume en raison du manque d'élégance des sénateurs dans la procédure d'interpellation. Elle déplore que la correspondance ait été acheminée à la Primature alors qu'elle participait à une conférence internationale.
Tout en annonçant qu'elle se prépare à répondre à la convocation des sénateurs, Mme Pierre Louis a dénoncé le tollé injustifié autour de l'utilisation des 197 millions de dollars du programme d'urgence. Elle souligne que des enquêtes administratives doivent permettre de prouver une éventuelle mauvaise gestion de ces fonds.
La Première Ministre affirme que l'inspection générale du ministère des finances, la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) et un auditeur externe seront chargés de réaliser un audit sur l'utilisation de ces fonds. De plus Mme Pierre Louis rappelle qu'elle avait soumis aux parlementaires des documents en janvier et mai 2009 sur les contrats signés dans le cadre du programme d'urgence.
L'objectif de la démarche de Mme Pierre Louis est de mettre enfin un terme aux accusations de détournement de fonds portées à l'encontre des membres du gouvernement.
Dans son discours, Michèle Pierre Louis a déclaré à plusieurs reprises qu'elle veut sortir la tête haute de cette situation.
LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15997



Nouveau! Découvrez le Windows phone Samsung Omnia II disponible chez SFR. Cliquez ici

Les cadavres des trois haïtiens assassinés en République Dominicaine identifiés ; imposition des mesures de coercition contre deux impliqués.

Jimani.- Les cadavres des trois haïtiens assassinés et brûlés dans une zone éloignée de la communauté rurale d'ici ont été identifiés, tandis que le juge d'instruction a imposé des mesures de coercition contre deux détenus  et a  relâché d'autres  individus en relation avec le crime.

Les haïtiens qui ont été surpris entrain de couper des arbres pour fabriquer du charbon de bois sur la montagne el Behuco entre Boca Cachon et Los pinos del eden sont : Deni Désir Dimitri (Denil Desir Dinitre), Micouly Jolicoeur (Miculi Jolucu) et Jolicoeur Ansy (Jolico Ansil).

Le juge d'instruction a dicté des mesures de coercition contre Manuel Matos (Lico) âgé de 46 ans et Domingo Féliz Cuevas (Muma), de 40 ans.

Le magistrat a donc appliqué les alinéas 1 et 4 de l'article 226 du Code Pénal, qui stipulent une interdiction de sortir du pays et l'obligation de se présenter devant le ministère publique le 25 de chaque mois.

Le juge d'instruction de ce district de la province  Indépendance a dicté des ordres de liberté en faveur d'autres personnes arrêtées et traduites devant la justice.

Ceux contre qui les ordres de coercition ont été prononcés résident dans la communauté de Boca Cachon.

Les haïtiens furent tués par balles par des supposés dominicains quand ils ont été surpris entrain de couper des arbres pour fabriquer du charbon de bois, puis ils ont été jetés dans  des fours à charbon et finirent calcinés.

Auteur: TEUDDY A. SANCHEZ.

Traduction Haïti Recto Verso



Nouveau Windows 7 : Trouvez le PC qui vous convient. En savoir plus.

Interpellation du chef du gouvernement : les sénateurs interpellateurs apparemment "invariables", en dépit d’une adresse à la nation de Mme Michèle Pierre Louis

A ce stade, plus question d'audit, déclare le sénateur Yvon Buissereth (Lavalas)

Les sénateurs interpellateurs seraient toujours disposés à adopter jeudi une motion de censure à l'encontre de la première ministre Michèle Duvivier Pierre Louis si elle ne répond pas de façon satisfaisante aux questions qui lui seront posées.

Le sénateur Yvon Buissereth (Sud, Lavalas) qui s'est exprimé mardi en ces termes au nom de ses collègues, a rejeté l'idée d'un audit de la gestion du fond d'urgence de 197 millions de dollars émise par le chef du gouvernement. Il n'est plus question de cela, déclare-t-il. Elle devra venir s'expliquer au Sénat ou démissionner, a-t-il ajouté.

Le sénateur a fait vibrer la corde nationaliste à une question d'un journaliste sur les pressions exercées par des « pays amis » d'Haïti pour que la première ministre ne soit pas renvoyée. « Nous sommes un pays souverain, nous ne recevrons de diktat de personne », a-t-il solennellement déclaré.

Pour Buissereth, Mme Pierre Louis n'ayant pas élue, mais ratifiée par le Parlement, celui-ci peut à tout moment la renvoyer.

Intervenant mardi dans le débat après un mutisme inhabituel, le sénateur de la Grande Anse, Andris Riché (OPL), prévient que le « coup » ne passera. Il assure en ce sens que les interpellateurs ne disposent pas effectivement de la majorité requise pour renvoyer le gouvernement et qu'ils vont être surpris d'un tel fait lors de la séance.

« Indécente et inacceptable, la démarche des sénateurs de LESPWA (Plate forme politique ayant porté René Préval au pouvoir en 2006) et leurs alliés de projeter le renversement du gouvernement à ce moment crucial de la vie nationale », s'est exclamé Andris Riché. Il importe que tous les gens sérieux de ce pays se soulèvent afin de faire échec à une telle entreprise, a-t-il ajouté.

Les députés Jean Marcel Lumérant et Cholzer Chancy croient eux aussi inopportun de renvoyer le gouvernement. La ratification d'un premier ministre par une chambre convoquée à l'extraordinaire sur un menu déterminé, est tout à fait impossible, a conclu Lumérant.

Des dirigeants politiques, tels Victor Benoît (Fusion) et Evans Paul (KID) ont exprimé mardi leur refus de prendre position en faveur de l'un ou de l'autre des 2 camps de la même famille politique qui s'affrontent. Ce ne sont pas, de plus, les intérêts du pays qui sont au centre de ce conflit, déclarent-ils.

D'autres réactions venant de divers secteurs ont été enregistrées mardi concernant l'interpellation du chef du gouvernement. [jmd/Radio Kiskeya]

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6283

 

 



Nouveau Windows 7 : Trouvez le PC qui vous convient. En savoir plus.

Interpellation : Pas encore de confirmation de la présence jeudi au Sénat de la première ministre Michèle D. Pierre Louis

Elle annonce un « audit croisé » de la gestion des 197 millions et dénonce qu'on lui ait envoyé une lettre d'interpellation en son absence, « comme cela se faisait dans le passé »

Dans une adresse pré-enregistrée ce mardi à la nation, la première ministre Michèle Duvivier Pierre Louis s'est gardée d'indiquer si elle compte se présenter jeudi au Sénat où elle est menacée de renvoi par une majorité de parlementaires de la Plate forme présidentielle LESPWA insatisfaits de son bilan, et notamment de la gestion du fond d'urgence de 197 millions de dollars américains mis à sa disposition après les 4 ouragans et tempêtes tropicales ayant frappé le pays en été 2008.

Affirmant accepter le principe de l'interpellation, Mme Pierre Louis a toutefois indiqué avoir initié des consultations en vue de savoir « comment avancer dans le dossier ».

Concernant le fond d'urgence dont l'utilisation controversée est l'un des motifs de l'interpellation, le chef du gouvernement annonce avoir ordonné un « audit croisé » qui sera mené par la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (principal Tribunal administratif du pays), l'Inspection Générale des Finances et un auditeur externe. Elle a formé le vœu que les résultats de cet audit détermineront s'il y a eu malversations et, si c'est le cas, qui en sont les auteurs. Elle espère aussi que ces résultats mettront un terme définitif aux « accusations fantaisistes » ayant cours dans le pays au sujet de l'utilisation de ces fonds.

Sur un ton pathétique, Mme Pierre Louis a relevé le fait que, « comme par le passé », la lettre d'interpellation a été acheminée à la Primature en son absence.

Avant d'en venir à ces considérations, Mme Pierre Louis a présenté ses sympathies aux victimes des récentes inondations à Carrefour (banlieue sud de Port-au-Prince), notant au passage que, pour des interventions d'urgence, des moyens faisaient défaut au Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (TPTC).

Elle a également présenté des sympathies aux parents de compatriotes tués récemment en République dominicaine, avant d'apporter des explications sur sa récente participation à Stockholm (Suède) aux journées européennes du développement. A ce sujet, en réponse à certaines critiques, elle précise avoir effectué le déplacement exclusivement aux frais de l'Union Européenne et en compagnie de seulement deux collaborateurs.

Dans le cadre de cette adresse à la nation, Mme Pierre Louis s'est livrée à un véritable tour d'horizon des initiatives prises par son gouvernement dans divers domaines, notamment en matière de coopération internationale. L'allègement de 1.2 milliards de la dette externe du pays n'a pas été obtenu sans effort, souligne-t-elle. Au nombre des autres résultats obtenus, Mme Pierre Louis cite la certification d'Haïti par le président américain Barack Obama pour la Loi Hope, la réorientation de l'aide des Etats-Unis à Haïti, le nouveau partenariat défini avec l'Union Européenne. Elle n'a par contre dit mot des réalisations enregistrées dans le cadre de la coopération trilatérale Venezuela-Cuba-Haïti.

Le chef du gouvernement a également mis l'accent sur d'importants efforts accomplis en matière de réforme de l'administration publique et de mise en place d'instruments et d'institutions indispensables au remodelage de l'Etat.

Mettant l'accent sur le fait que, pour le moment, Haïti n'est éligible qu'à l'aide humanitaire, le chef du gouvernement a fait ressortir l'importance de l'option d'ouverture du pays aux investisseurs étrangers. En ce sens, Mme Pierre Louis salue la nomination de Bill Clinton au poste d'envoyé spécial des Nations Unies en Haïti et l'ensemble des initiatives qu'il a prises, notamment le récent forum d'investisseurs étrangers qu'il a organisé dans le pays. Elle se réjouit également de la tenue récente à Port-au-Prince du forum des entreprises de la Grande Caraïbe.

De l'ensemble des initiatives prises, il pourrait résulter la création d'emplois avant la fin de l'année, annonce Mme Pierre Louis.

Au nombre des divers programmes conçus par son gouvernement, il y en a un qui, dit-elle, lui tient particulièrement à cœur. Il s'agit de celui relatif à la réforme de l'Etat civil qui ouvre la perspective de l'identification de tous les haïtiens. Ce programme est financé par la Banque Interaméricaine de Développement (BID) à hauteur de 10 millions de dollars.

Répondant implicitement à des critiques sur sa politique sociale, Mme Pierre Louis exprime sa frustration face aux maigres moyens de l'Etat par rapport aux immenses besoins de la population. Mais, elle estime que l'Etat n'a pas pour mission d'aider chaque citoyen en particulier, mais plutôt d'offrir des services de base et de contribuer à la résolution des problèmes collectifs. Néanmoins, l'Etat arrive quand même à prendre en compte certaines demandes particulières.

Mme Pierre Louis a réaffirmé les sentiments altruistes qui l'ont motivée quand elle a accepté de remplir la fonction de premier ministre. Elle soutient enfin être animée des mêmes sentiments et se dit prête, si elle doit partir, à laisser le poste la tête haute. [jmd/Radio Kiskeya]

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6282



Nouveau Windows 7 : Trouvez le PC qui vous convient. En savoir plus.

Interpellation : Washington et le reste de la communauté internationale soutiennent la Première ministre

Ballet diplomatique à Port-au-Prince ; la Secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, fait part de ses préoccupations au Président René Préval qui aurait affirmé être pour rien dans ce qui s'annonce comme un nouvel écueil politique pour Haïti ; Michèle Pierre-Louis envisagerait d'ignorer la séance d'interpellation de jeudi, selon le Miami Herald

La communauté internationale, les Etats-Unis en tête, est très préoccupée par l'éventualité d'une nouvelle crise politique en Haïti que pourrait provoquer un départ du pouvoir précipité de la Première ministre Michèle Duvivier Pierre-Louis qui doit faire face jeudi au Sénat à une interpellation à hauts risques.

Citant des sources gouvernementales contactées dans la capitale fédérale américaine, le Miami Herald rapporte dans son édition de lundi que la Secrétaire d'Etat Hillary Clinton a téléphoné au Président René Préval, le week-end écoulé, pour lui exprimer ses préoccupations. Elle en a profité pour rappeler que le chef du gouvernement continuait de jouir du soutien des Etats-Unis.

Le quotidien de la Floride révèle que lors de cette conversation téléphonique, M. Préval a rétorqué au chef de la diplomatie américaine qu'il n'était pas impliqué dans la demande d'interpellation et n'avait surtout pas le contrôle des Sénateurs hostiles à Michèle Pierre-Louis, pourtant issus dans leur majorité de la plateforme présidentielle Lespwa. Le journal relaie des critiques selon lesquelles les dernières sénatoriales partielles du 21 juin -marquées par de graves accusations de fraude et une très faible participation de l'électorat- ont considérablement renforcé la position du Président de la république à la Chambre haute.

D'autre part, le Miami Herald fait état de diverses rencontres séparées que des diplomates accrédités à Port-au-Prince ont eues pendant toute la journée de lundi au Palais National et à la Primature, respectivement avec le chef de l'Etat et la Première ministre, pour tenter de trouver un compromis capable d'empêcher le renvoi du gouvernement.

Trois des Sénateurs favorables à l'interpellation se sont également réunis avec René Préval qui, soutient l'un des participants, Michel Clérié (Fusion/Grand'Anse, sud-ouest), aurait affiché une parfaite neutralité.

"Ils ne peuvent pas faire cela, ce n'est pas encourageant pour les investissements étrangers. Tout cela est très frustrant", a indiqué au Miami Herald un diplomate ayant requis l'anonymat en raison de la sensibilité de ce dossier à caractère domestique.

Très discrète depuis son retour dimanche soir en Haïti à l'issue d'un voyage en Suède consacré aux Journées européennes du développement, Mme Pierre-Louis n'aurait pas l'intention de se présenter jeudi à la séance d'interpellation, craignant de "se faire humilier".

A ce propos, le quotidien américain affirme que toutes les options resteraient ouvertes pour le chef du gouvernement. Elle entend se battre jusqu'au bout, mais une éventuelle démission avant l'heure fatidique n'est pas à écarter non plus. D'intenses rumeurs allant dans ce sens ont d'ailleurs circulé lundi tant en Haïti qu'à l'étranger.

Michèle Pierre-Louis a, par ailleurs, fait lundi soir une adresse à la nation dans laquelle elle a tenté de défendre le bilan de son gouvernement et est revenu sur son engagement citoyen et son patriotisme qui l'avaient porté à accepter ses responsabilités actuelles.

Dimanche soir, un petit groupe de supporters avait accueilli le chef de la Primature à son arrivée à l'aéroport international Toussaint Louverture. "Nous sommes fatigués des changements de gouvernement", s'étaient-ils exclamés.

Seul membre de l'équipe Préval/Pierre-Louis à s'exprimer publiquement, le ministre du tourisme, Patrick Delatour, croit que les parlementaires doivent mesurer à tête reposée les conséquences qu'aura leur décision de renverser le gouvernement.

"Ils doivent comprendre que les solutions que peut apporter n'importe quel gouvernement aux problèmes font partie d'un processus, un processus lent", a-t-il confié au Miami Herald. "La chute de ce gouvernement ne signifie pas que le prochain gouvernement sera en mesure de résoudre les problèmes beaucoup plus vite. Définitivement, c'est le processus de résolution des problèmes qui va s'arrêter net et nous devrons retourner à la case départ", a estimé le ministre Patrick Delatour.

Se montrant largement partisan du maintien à son poste de Michèle Pierre-Louis, l'influent quotidien de la Floride met en avant le retour progressif d'Haïti sur la carte internationale des affaires avec la récente mission de l'Envoyé spécial de l'ONU, Bill Clinton, à la tête de plusieurs centaines d'investisseurs potentiels. L'accent est également porté sur les efforts du chef du gouvernement qui viseraient à soulager les souffrances de la population et à enclencher le processus de reconstruction du pays.

Dans cette optique, le renvoi dans le contexte actuel de la locataire de la Primature serait de nature à replonger le pays dans l'instabilité, de l'avis du Miami Herald et de ses différents interlocuteurs.

Les élus de Lespwa, qui forment la majorité présidentielle au Sénat, se montrent déterminer à infliger un vote de censure à la Première ministre sommée de fournir des explications sur l'inefficacité de la politique gouvernementale et la dilapidation présumée des 197 millions de dollars qui avaient été affectés au plan d'urgence mis en place après le passage dévastateur, en 2008, de quatre ouragans et tempêtes tropicales.

Amie proche du chef de l'Etat, Michèle Pierre-Louis était arrivée, il y a un an, à la tête du gouvernement, quelques mois après la chute de son prédécesseur, Jacques-Edouard Alexis, que le Sénat avait censuré suite aux meurtrières émeutes de la faim qui avaient fortement secoué Haïti, en avril 2008. spp/Radio Kiskeya

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6280



Achetez un nouveau PC et bénéficiez de Windows 7 dès sa sortie ! En savoir plus

Des dispositions en vue en cas de renvoi de la première ministre Michèle Pierre Louis

Rencontre à ce sujet entre le chef de l'Etat et des sénateurs


Des dispositions en vue du remplacement rapide de la 1ère ministre, Michèle Duvivier Pierre Louis, au cas où elle écope d'une motion de censure jeudi au Parlement, ont été évoquées lors d'une rencontre le week-end écoulé entre le chef de l'Etat et trois sénateurs, dont le vice-président du Sénat Michel Clérié (Grande–Anse, Sud-Ouest, élu sous la bannière de la Fusion des sociaux -démocrates).

« Il s'agit d'éviter tout vide institutionnel dans le pays », a précisé lundi le sénateur Clérié, ajoutant que la question de la ratification du choix d'un nouveau premier ministre peut toujours être annexée au menu de la convocation à l'extraordinaire de la Chambre basse.

La première lettre de convocation de Mme Pierre Louis comportait un vice de forme. Une seconde lettre lui a donc été envoyée, informe Clérié.

Selon le sénateur de la Grande-Anse, ses collègues sont nombreux à vouloir renvoyer le gouvernement en raison de son faible bilan et du peu de réalisations effectuées avec les 197 millions de dollars de fonds d'urgence débloqués l'année dernière suite au passage dévastateur de 4 ouragans et tempêtes tropicales sur le pays.

Pour le sénateur de l'Ouest John Joël Joseph (Plate forme présidentielle LESPWA), le bilan de la 1ère ministre Pierre Louis est nul. Les progrès réalisés en matière de stabilisation sont menacés, ajoute-t-il. Plus d'une vingtaine de sénateurs seraient déjà disposer à voter une motion de censure à l'encontre de Mme Pierre Louis, informe le parlementaire.

Le sénateur Wencesclass Lambert (Sud-Est, LESPWA) estime justifiée l'interpellation du chef du gouvernement. Cependant, à la différence de son collègue John Joël Joseph, il pense que tout dépendra de l'exposé qu'aura à réaliser Mme Pierre Louis par-devant le Sénat si elle répond à la convocation.

Pour sa part, le sénateur du Nord-Ouest, Evallières Beauplan (PONT), renouvelle son appui à la première ministre Michèle Pierre Louis. Mais, il lui conseille de démissionner si la tendance actuelle se maintient au Sénat. Il lui suggère de délivrer auparavant un message dans lequel elle apportera des explications sur sa gestion, afin de sortir la tête haute de cette situation et de ménager ses chances pour un éventuel « vote » dans le futur.

Le président de la Chambre des députés, Levaillant Louis Jeune (élu sous la bannière de la Fusion), estime que le moment n'est pas propice au renvoi du chef du gouvernement. Il reconnaît cependant le droit des sénateurs d'exercer leurs prérogatives en la matière, notant que l'interpellation en soi ne devrait pas constituer un drame dans la mesure où elle entre dans le cadre normal de la vie parlementaire.

Selon la Constitution haïtienne, la séance d'interpellation se termine toujours pas un vote de censure ou un vote de confiance. Dans le premier cas, le premier ministre renvoyé et son gouvernement restent en place pour liquider les affaires courantes jusqu'à l'entrée en fonction d'un nouveau chef de gouvernement. [jmd/Radio Kiskeya]


Le chef de l'état discute avec des parlementaires de l'après Michèle Duvivier Pierre Louis

Le chef de l'tat s'est entretenu avec des parlementaires question de prendre des dispositions en vue du remplacement rapide de la 1ère ministre, Michèle Duvivier Pierre Louis, en cas du renvoi du gouvernement.
L'information a été révélée à la presse par le vice-président du Sénat Michel Clérié ( élu sous la bannière de la Fusion des sociaux –démocrates) mais très proche de la majorité présidentielle.
« Nous étions trois sénateurs à rencontrer le chef de l'Etat pour lui demander de commencer à préparer la succession de Michèle Duvivier Pierre-Louis a précisé l'élu de la grand 'Anse
Ce dernier a indiqué que la lettre d'interpellation a été déjà acheminée au bureau du premier ministre.
« Le président Préval ne s'était montré ni favorable, ni défavorable à notre démarche », a encore confié le parlementaire.
Selon lui la démarche de renvoyer le premier ministre est intervenue suite au constat d'échec du gouvernement.
L'interpellation de Michèle Duvivier Pierre Louis est une initiative d'un groupe de sept sénateurs, dont la majorité est issus de Lespwa, la plate-forme présidentielle.
RD

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15991



Nouveau Windows 7 : Simplifiez votre PC ! Trouvez le PC qui vous convient.

Le renvoi du gouvernement peut déstabiliser le pays selon Youri Latortue

Le sénateur Youri Latortue a estimé lundi que l'interpellation du premier ministre haïtien, Michèle Duvivier Pierre Louis est un mauvais signal pour les investisseurs qui visitent Haïti ces derniers jours.
Le parlementaire déclare que le moment n'est pas propice pour renvoyer le gouvernement.
Une telle décision peut déstabiliser le pays a-t-il fait savoir. « La Chambre des députés est déjà convoquée en session extraordinaire par l'Exécutif le chef de l'Etat ne pourra plus la convoquer pour statuer sur la ratification d'un nouveau Premier ministre. » a-t il lancé.
Il serait mieux de chercher à résoudre les problèmes existants au lieu de procéder à une interpellation, ce qui pourrait compliquer davantage la situation en plongeant le pays dans une instabilité politique, a fait remarquer M. Latotue.
Le parlementaire a aussi fait savoir que la démarche de renvoyer le chef du gouvernement est intervenue suite à une réunion au palais national.
Michèle Duvivier Pierre Louis a été Ratifiée au parlement peu après les cyclones dévastatrices de l'été 2008.
RD

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15992



Nouveau Windows 7 : Simplifiez votre PC ! Trouvez le PC qui vous convient.

A deux jours de son interpellation le chef du gouvernement sort de son mutisme

Le premier ministre haïtien dans une adresse à la nation a tenté ce mardi 27 octobre 2009 à deux jours de son interpellation de défendre l'action de son gouvernement.
Le premier ministre a d'entrée de jeu rappelé les circonstances dans lesquelles elle a accédé à la primature.
Elle dit avoir reçu des Fonds Petro-Caribe la somme de cent quatre vingt dix sept millions cinq cent soixante mille dollars américains (US$ 197,560,000.00) pour faire face a la situation d'urgence créée par le passage de quatre (4) cyclones et ouragans en Eté 2008.Car fait-elle remarquer la tâche s'annonçait rude pour le nouveau cabinet.
La mise à la disposition du gouvernement et du pays de ce montant a permis de créer de nombreux emplois même temporaires, d'augmenter la production nationale, de réhabiliter des écoles, centres de santé, tribunaux, commissariats etc, a-t- elle ajouté.
Dans cette adresse à la nation Madame Pierre Louis réclame un audit de la cour supérieur des comptes, de l'inspection générale des finances ou de n'importe quel autre service indépendant sur l'utilisation de ces fonds par son équipe, car si je dois partir je sortirai la tête haute a lancé le premier ministre,
Elle dit avoir pris connaissance de la lettre d'interpellation des sénateurs, mais déplore que ces derniers aient choisi de le faire en son absence (elle était en voyage en Suède) .
Michèle Pierre Louis est revenue sur son engagement citoyen et son patriotisme qui l'avaient porté à accepter ses responsabilités actuelles.
Tout en reconnaissant aux parlementaires le droit d'exercer leurs prérogatives constitutionnelles, elle promet de rencontrer ses conseillers sur l'attitude à adopter face à son interpellation au Sénat de la République
A
la demande des sénateurs de la Plateforme politique Lespwa et alliés, la locataire de la Villa d'Accueil est appelée à s'expliquer sur sa gestion.
RD.

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15994



Nouveau! Découvrez le Windows phone Samsung Omnia II disponible chez SFR. Cliquez ici

Le dossier de Jean Dominique confié à un nouveau magistrat

Un nouveau juge a été désigné pour mener le dossier de du PDG de Radio Haïti Inter, Jean Léopold Dominique, assassiné le 3 avril.
Il s'agit de Me Ivickel Dabrésil, juge à la Cour d'Appel, informe Le secrétaire général de S.O.S Journalistes-Haiti et président de la Commission Indépendante qui travaille sur les cas des journalistes assassinés, Joseph Guyler C. Delva
Il faut un juge disposé et déterminé à rencontrer des personnes à l'étranger et en Haïti qui affirment disposer d'informations probantes pouvant aider à faire aboutir l'enquête, a dit M. Delva.
Il revient également, a-t-il dit, au gouvernement de mettre à la disposition de ce juge les moyens adéquats, garantissant l'aboutissement de ce dossier a encore précisé M. Delva. Lors d'une conférence de presse au local de S.O.S Journalistes
Selon ce dernier « Le juge est prêt à lancer immédiatement son enquête pourvu que les moyens requis lui soient octroyés.
RD

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15993



Nouveau Windows 7 : Trouvez le PC qui vous convient. En savoir plus.