POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 1 novembre 2009

Haiti-Gouvernement-Destitution : L’ONU, inquiète

La MINUSTAH souhaite la mise en place d’un nouveau gouvernement dans les meilleurs délais
vendredi 30 octobre 2009
P-au-P., 30 oct. 09 [AlterPresse] --- L’Organisation des Nations Unies (ONU) craint que la destitution de la première ministre Michèle Pierre-Louis ce 30 octobre par le sénat affecte la stabilité du pays, mais souligne que c’est une affaire de politique interne.
« C’est une affaire qui relève du sénat haitien », déclare la porte-parole Michèle Montas lors d’une conférence de presse.
Montas considère « légitime » la préoccupation des médias quant à la stabilité politique en Haiti, mais a réitéré que la décision a été prise par le sénat haitien.
Les conséquences de cette décision dépendront de la rapidité avec laquelle un nouveau gouvernement sera mis en place, ajoute la porte-parole.
Dans un communiqué, la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH) souhaite la mise en place d’un nouveau gouvernement le plus tôt possible.
« Il est (…) essentiel de procéder dans les meilleurs délais à l’installation d’un nouveau Premier Ministre et d’une nouvelle équipe gouvernementale, afin d’éviter tout risque de retour à une période d’instabilité qui pourrait compromettre les perspectives encourageantes apparues récemment dans le domaine des investissements et de la création d’emplois », souligne la MINUSTAH.
La mission onusienne rend hommage au travail accompli par Michèle Pierre-Louis au cours des 14 derniers mois « pour permettre au pays, en dépit d’un contexte international particulièrement difficile, de se remettre des dégâts sans précédent causés par les ouragans de l’été 2008 et de préparer la relance de l’économie ».
Par 18 voix en faveur de la destitution de Michèle Pierre-Louis et une abstention, le sénat, dominé par la plateforme Espoir, partenaire du président René Préval, a voté le renvoi de la première ministre, dont la gestion a été jugée « catastrophique ». [gp apr 30/10/2009 16 :00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article8940

Haiti-Gouvernement-Destitution : La France souhaite la formation d’un gouvernement dans un bref déla

vendredi 30 octobre 2009
P-au-P., 30 oct. 09 [AlterPresse] --- La France souhaite la formation d’un nouveau gouvernement « dans des délais aussi brefs que possible » en Haiti, suite à la destitution par le sénat ce 30 octobre de la première ministre Michèle Pierre-Louis.
La France forme ce voeu « afin d’éviter tout risque de retour à l’instabilité politique », indique une communication officielle, dont a pris connaissance AlterPresse.
La France continuera d’accompagner le peuple haïtien et les autorités du pays dans leurs efforts de consolidation de la paix et de la stabilité en faveur du développement, indique la même source.
La France rend hommage au travail accompli par le gouvernement de Michèle Pierre-Louis au cours de ces quatorze mois, « durant une période difficile, marquée par les désastres survenus à l’automne 2008 et par la crise internationale dont l’impact sur les populations a également été important ».
La France est « particulièrement reconnaissante » des efforts accomplis par Michèle Pierre-Louis pour relancer l’économie du pays et attirer les investissements étrangers. 
Haiti-Gouvernement-Destitution : Les États-Unis appellent à la nomination rapide d’un premier ministre

Destitution du chef du gouvernement : Position de l’Ambassadeur des Etats-Unis à Port-au-Prince, Kenneth Merten

"Craintes que ce changement de leadership [...] n’affecte l’enthousiasme et l’efficacité des efforts des investisseurs et d’autres partenaires dans les initiatives de support à Haïti"
vendredi 30 octobre 2009, Radio Kiskeya
Déclaration de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique suite au vote de censure adopté par le Sénat haïtien à l’endroit du Premier Ministre Michèle Pierre-Louis
Le gouvernement des Etats-Unis respecte les résultats du processus démocratique en Haïti, selon lesquels le Sénat de la République a enlevé sa confiance au gouvernement du Premier Ministre Michèle Pierre-Louis. L’avenir d’Haïti est entre les mains du peuple haïtien.
Madame Michèle Pierre-Louis a été une personne intelligente, ouverte au dialogue, et bien informée. Elle a su valablement représenter les intérêts de son pays et a été un partenaire important dans le dialogue continu entre Haïti et les États-Unis. Les efforts déployés par Madame Pierre-Louis et son gouvernement dans le cadre du processus de reconstruction suite au passage des ouragans de l’année 2008 et du développement économique méritent un hommage spécial. Nous avons été honorés de travailler avec Madame Pierre-Louis et son gouvernement ; nous serons heureux de poursuivre cette relation de travail positive que nous avons eue avec le gouvernement de Madame Pierre Louis, avec le prochain Premier Ministre.
Ces changements interviennent à un moment crucial dans les efforts qu’ont entrepris les Etats-Unis et ses partenaires de la communauté internationale pour renforcer le bien-être démocratique, économique et social d’Haïti. Nous attendons avec impatience la confirmation dans les meilleurs délais du nouveau Premier Ministre en conformité avec le processus démocratique. Nous craignons que le changement de leadership en ce moment de l’histoire puisse affecter l’enthousiasme et l’efficacité des efforts en cours pour encourager des investisseurs et d’autres partenaires dans les initiatives de support à Haïti. Nous souhaitons donc qu’un nouveau Premier Ministre soit confirmé le plus rapidement possible.
Nous encourageons tous les Haïtiens à travailler ensemble et avec la communauté internationale dans un esprit de coopération en vue de faire face aux nombreuses urgences du pays et afin de maintenir Haïti sur le chemin du développent durable. (Fin texte)
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6291

JEAN MAX BELLERIVE : PREMIER MINISTRE DESIGNE

Le ministre de la Planification et de la coopération externe, Jean Max Bellerive, désigné premier ministre, quelques heures après la destitution par le Sénat du chef du gouvernement, Mme Michèle Pierre Louis
La Chambre basse prête à le ratifier rapidement, selon son président
Le chef de l’Etat, René Préval, a formellement procédé vendredi matin à la désignation de M. Jean Max Bellerive, ministre de la Planification et de la coopération externe du gouvernement Préval/Pierre-Louis, moins de 24 heures après la motion de censure prise par le Sénat contre la première ministre Michèle Duvivier Pierre Louis.
Avant de signer les documents administratifs relatifs à cette désignation, M. Préval, conformément à la Constitution de 1987 en vigueur, avait appelé en consultation les présidents des deux chambres du Parlement haïtien, MM. Kelly Bastien et Louis-Jeune Levaillant.
Lors d’un point de presse à l’issue de la rencontre, le président de la Chambre basse, le député Levaillant a laissé entendre, sans donner de précision, que le chef de l’Etat avait soumis 3 noms, dont celui du ministre de la Planification du gouvernement démissionnaire. Le choix de M. Bellerive s’est révélé être le plus indiqué en raison de sa longue carrière dans l’administration publique haïtienne et de sa maîtrise du domaine et des dossiers de la coopération internationale, a –t-il ajouté.
M. Levaillant a enfin exprimé la disponibilité de la Chambre basse à ratifier le nouveau premier ministre afin que le pays soit rapidement doté d’un nouveau gouvernement.
Économiste de formation, Jean-Max Bellerive a fait ses débuts dans les affaires publiques à la fin de 1999 à titre de directeur du Bureau électoral départemental (BED) de l’Ouest du Conseil Electoral Provisoire (CEP), lors des élections de l’année 2000.
M. Bellerive a travaillé à l’élaboration d’un programme d’apaisement social et d’un autre visant une réforme de l’administration publique sous le gouvernement d’Aristide. Il a aussi été chef de cabinet du premier ministre Jean-Marie Chérestal (2001-2002) et membre du cabinet du premier ministre Yvon Neptune. [jmd/Radio Kiskeya]

A propos d’une « séance historique » au Sénat:Renvoi "programmé" du chef du gouvernement

vendredi 30 octobre 2009, Radio Kiskeya
Le sort en est jeté ! Ils ont voté ! Ils l’ont fait ! Contre vents et marées ! Comme annoncé !
Au terme d’une séance-marathon de plusieurs heures, les 18 sénateurs de LESPWA ont renvoyé la première ministre Michèle Pierre Louis.
Le débat parlementaire comptait-il ? Les arguments des uns et des autres allaient-ils influencer la majorité parlementaire ? Bien sûr que non.
Plus qu’une impression, mais une certitude : il fallait que Michèle Pierre Louis soit renvoyée ! C’était fait à minuit trente quatre ! Mission accomplie.
Mais ? Car il y a toujours un mais.
L’entreprise ne s’est pas révélée des plus aisées pour la majorité de LESPWA et alliés. Le Dr Kelly Bastien, dont l’apparente candeur politique en a reçu un rude coup, a finalement montré ce dont il était capable.
Les arguments étaient de taille ! Jamais certains ne croiraient que le Droit et la Constitution seraient si âprement défendus par des parlementaires qui n’ont certes pas été parmi les grands bénéficiaires du gouvernement Pierre Louis. L’histoire retiendra les noms des sénateurs Youri Latortue, Roudy Hérivaux, Evallière Beauplan, Andris Riché qui ont réussi, par leurs arguments et leur intrépidité, à mettre à nu le mobile bassement politique du camp de LESPWA.
La prestation, marquée du sceau de la rectitude, de la sénatrice Edmonde Supplice Beauzile n’est pas également passée inaperçue.
Le Sénat et le parlement dans son ensemble ne sortiront pas indemnes de la situation née de la séance de jeudi soir. Car, désormais, du parlement haïtien, il faudra parler de l’avant et de l’après 29 octobre 2009. Il est clairement apparu que, comme au bon vieux temps, l’institution s’est complètement mise au service d’un pouvoir politique, ou même d’une personnalité politique. De quoi demain sera-t-il fait ?
Inquiétudes. Préoccupations.
LESPWA et ses alliés, le président Préval lui-même, pourront-ils gérer les retombées de ce retour délibéré aux pratiques caractéristiques d’une époque qu’on croyait à jamais révolue ?
Marvel DANDIN
30 octobre 2009
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6289

Sénat : La Première ministre Michèle Pierre-Louis destituée comme prévu

Une décision contestée de Lespwa et alliés qui, malgré l’opposition acharnée de la minorité, a décidé le renvoi du gouvernement au bout d’une séance historique lourde de conséquences pour le pays

Le Sénat haïtien, contrôlé par la majorité présidentielle Lespwa, a adopté tôt vendredi une motion de censure controversée contre la Première ministre Michèle Duvivier Pierre-Louis par 18 voix pour, 0 contre et une abstention, à l’issue d’une séance marathon marquée par des débats intenses et houleux entre partisans et adversaires de l’interpellation.

Sans surprise, les Sénateurs de Lespwa et alliés ont renvoyé Mme Pierre-Louis et son gouvernement qui ne s’étaient pas présentés au Parlement arguant que les motifs de l’interpellation n’étaient pas précisés alors que l’issue du vote était connue à l’avance.
Seul le Sénateur Jean William Jeanty (Konba/Nippes, sud-ouest) a fait abstention.
Le vote s’est déroulé peu après minuit (00h34 locales et 05h34 GMT) en l’absence de six Sénateurs qui avaient auparavant dénoncé l’inconstitutionnalité de la séance en s’appuyant notamment sur les articles 107 et 107.1 de la constitution relatifs à la limitation des pouvoirs du corps législatif (Chambre des Députés et Sénat) en session extraordinaire, comme c’est le cas actuellement.
Youri Latortue (AAA/Artibonite, nord), Rudy Hérivaux (Lavalas/Ouest), Evallière Beauplan (Pont/Nord-Ouest), Andris Riché (OPL/Grand’Anse, sud-ouest), Edmonde Supplice Beauzile (Fusion/Centre) ont abandonné la salle de séance au terme d’un réquisitoire solidement argumenté qui risque de jeter le doute sur la légitimité de ce vote de censure.
Non contents d’avoir souvent pris le dessus dans les débats sur des membres d’une majorité restés pour la plupart sans réaction et accusés d’exécuter l’agenda du Président René Préval, les leaders de l’opposition au Sénat ont d’ailleurs annoncé leur intention de poursuivre leur croisade contre l’illégalité du vote qui s’est déroulé sur deux jours. A cet effet, une correspondance sera adressée à la Première ministre Michèle Pierre-Louis pour lui demander de continuer à exercer ses fonctions en ignorant la motion de censure.
Pour leur part, les représentants de la majorité au pouvoir ont approuvé une résolution en trois points selon laquelle le bureau de la Chambre haute doit signifier sa destitution à Michèle Pierre-Louis et inviter le chef de l’Etat à engager des consultations avec les présidents des deux Chambres en vue de désigner un nouveau Premier ministre.
Dans ce qui pourrait être, de l’avis de certains observateurs, une victoire à la Pyrrhus, le président du Sénat, Kély Bastien, issu de Lespwa, a probablement perdu des plumes. En manque d’autorité sur une assemblée tempétueuse, il a adopté une posture jugée trop partisane et manquant de hauteur de vue. Son leadership risque d’être désormais mis à mal.
Amie proche du Président René Préval, mais en froid avec ce dernier depuis quelques mois, la Première ministre destituée, qui bénéficiait du soutien de la communauté internationale, était arrivée à la Villa d’Accueil (siège de la Primature) il y a tout juste un an, en septembre 2008.
Deuxième Première ministre de l’histoire d’Haïti -après Claudette Werleigh (1995-1996) -, elle est également devenue le deuxième chef de gouvernement à être censuré après son prédécesseur Jacques-Edouard Alexis, sévèrement sanctionné par le Sénat, le 12 avril 2008, à la suite d’émeutes de la faim meurtrières qui avaient menacé la stabilité du pays.
Haïti fait face à nouveau à un vide politique risqué, à quelques mois d’échéances constitutionnelles cruciales devant conduire, fin 2010, aux élections présidentielles et au moment où s’amorçait une certaine relance de l’économie après des années d’agonie et d’interminables turbulences politiques. spp/Radio Kiskeya

Jean Max Bellerive nouveau premier ministre désigné

Le chef de l'État haïtien a fait choix de Jean Max bellerive comme nouveau chef du gouvernement en remplacement de Madame Michèle Duvivier Pierre Louis qui a été destituée dans la nuit de jeudi à vendredi par les sénateurs membres de la Plateforme Politique Lespwa et alliés.
Dans une correspondance adressée aux présidents des deux chambres, M. Préval a confirmé le choix fait de Jean Max Bellerive comme chef du prochain gouvernement.
Le président de la République a ajouté deux nouveaux points au menu de la convocation à l'extraordinaire du corps législatif en date du 23 septembre dernier, à savoir : la ratification du choix du premier ministre et le vote de confiance de sa déclaration de politique générale.
Plusieurs secteurs de la société haïtienne, ont élevé la voix pour dénoncer le limogeage de la première ministre, Michèle Pierre-Louis par les parlementaires proche du pouvoir en place.
EJ
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16014

La Minustah souhaite la désignation d'un nouveau premier ministre


Les responsables de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) affirment avoir pris acte de la motion de censure adoptée par le Sénat à l'encontre du gouvernement de Michèle Pierre Louis.
Tout en rendant hommage au travail accompli par Mme Pierre Louis au cours de ces 14 derniers mois, la Minustah salue " l'esprit de collaboration constructive dont les membres du gouvernement ont fait preuve dans leurs échanges avec les partenaires internationaux d'Haïti.
Faisant remarquer que le renvoi du gouvernement intervient à un moment critique dans les efforts de stabilisation, les responsables de la mission onusienne souhaitent la formation d'un nouveau gouvernement dans le meilleur délai. " Il est donc essentiel de procéder dans les meilleurs délais à l'installation d'un nouveau Premier Ministre et d'une nouvelle équipe gouvernementale, afin d'éviter tout risque de retour à une période d'instabilité qui pourrait compromettre les perspectives encourageantes apparues récemment dans le domaine des investissements et de la création d'emplois", précise le communiqué.
Dans le même temps la mission onusienne appelle tous les secteurs de la société haïtienne, à œuvrer en vue de relever les nombreux défis et échéances auxquels le pays est confronté, et répondre aux besoins et aux aspirations du peuple haïtien.
LLM

Les sénateurs Latortue, Herriveaux et Beauplan, principaux orateurs de la séance d'interpellation

10 heures d'intervention n'ont pas permis aux principaux orateurs du grand corps, Youri Latortue, Rudy Heriveaux et Evaliere Beauplan de d'empêcher le renvoi du gouvernement de Michèle Pierre Louis. Les sénateurs Heriveaux ( Lavalas) Beauplan (PONT), Latortue (AAA) ont pu au cours de leur intervention fait etat de l'inconstitutionnalité de l'interpellation de la Première Ministre.
Le sénateur Latortue a fait valoir que le sénat étant en session extraordinaire selon l'article 107 de la constitution il ne saurait y avoir interpellation. " Les sénateurs sont tenus de respecter le menu de la convocation du chef de l'Etat", a martelé Youri Latortue.
Cet argument a été rejeté par le vice président du sénat, Michel Clérié, qui a rappelé que le sénat siège en permanence.
Les trois sénateurs se sont évertués à sensibiliser le président du sénat Kelly Bastien sur l'inconstitutionnalité de la séance. En dépit des efforts des trois sénateurs ayant bénéficié de l'appui du sénateur Andrice Riché, le président du sénat a soutenu que les deux arguments qui s'affrontaient se valent.
Même s'il a admis que le sénat était en session extraordinaire, le sénateur Bastien n'a pas répondu aux attentes des trois sénateurs qui réclamaient l'annulation de la séance.
Sous les protestations véhémentes des trois sénateurs, le président du sénat a réalisé le vote qui a permis à l'assemblée de rejeter la proposition du sénateur Latortue.
Les 18 sénateurs de Lespwa se sont retrouvés seuls dans la salle à l'issue d'un débat à huit clos. Ces sénateurs de Lespwa et alliés ont voté pratiquement à l'unanimité le renvoi du gouvernement de Michèle Pierre Louis.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16011

Le groupe minoritaire au sénat demande au premier ministre d'ignorer la motion de censure


Le groupe minoritaire au sénat annonce leur intention de poursuivre leur campagne contre l'illégalité du vote qui s'est déroulé au sénat de la république
Une correspondance sera adressée à la Première ministre Michèle Pierre-Louis pour lui demander de continuer à exercer ses fonctions en ignorant la motion de censure déclare youry Latortue
Le parlementaire continue de s'appuyer notamment sur les articles 107 et 107.1 de la constitution relatifs à la limitation des pouvoirs du corps législatif (Chambre des Députés et Sénat) en session extraordinaire, comme c'est le cas actuellement.
Les arguments présentés par le groupe minoritaire sur l'inopportunité de la séance d'interpellation de la première ministre Pierre-Louis n'ont pas ébranlé la position des 18 autres sénateurs qui prévoyaient de destituer le gouvernement.
Le sénat fonctionne en permanence et peut, en conséquence, décider « souverainement » d'interpeller tout membre du gouvernement, ont argué quelques-uns des 18 sénateurs en faveur de la motion de censure, et dont beaucoup n'ont pipé mot pendant le débat soutenu par les autres sénateurs
Reste à savoir maintenant la position de Michèle Pierre-Louis qui était à la tète du gouvernement et combien de temps prendra le président René Préval pour choisir un nouveau premier ministre et convoquer, à nouveau, le corps législatif à l'extraordinaire
RHD 

Le sénat haïtien renvoi le gouvernement de Michèle Pierre-Louis

Comme annoncé depuis quelques jours, la majorité présidentielle au sénat de la république a décidé de renvoyer l´équipe de Michèle Duvivier Pierre-Louis sous prétexte d' « une situation d'insécurité grave et d'une réalité dramatique de la faim » qui frapperaient le pays.
Après plus de 10 heures de débats souvent houleux 18 sénateurs ont vote en faveur de la destitution et une abstention. .
Le groupe minoritaire, composé de 6 sénateurs, a laissé l'hémicycle avant la phase finale de la séance, arguant que les normes ne permettaient pas de poursuivre les travaux après minuit. .
Le sénat a voté en même temps une résolution qui considère désormais Michèle Pierre-Louis en tant que première ministre démissionnaire et demande au président René Préval de prendre les dispositions nécessaires pour combler le vide gouvernemental. .
RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16009

Le premier ministre haïtien ne s'est pas présenté à la séance d'interpellation

Le premier ministre haïtien qui est menacée de renvoi par une majorité de parlementaires de la Plate forme présidentielle lors d'une séance d'interpellation ne s'est pas présenté au parlement ce jeudi 29 octobre 2009

Quelques heures avant la tenue de la séance Michelle Pierre-Louis a, dans une lettre envoyée au Sénat, indiqué qu'elle ne se présentera pas au parlement.
Le premier ministre estime inutile une telle démarche puisque la décision des sénateurs interpellateurs de destituer son gouvernement est déjà arrêtée.
D'autre part, le Premier ministre affirme qu'elle n'a pas pu obtenir les documents relatifs à l'interpellation qu'elle exigeait du Sénat mercredi après-midi, avant d'inviter les sénateurs de Lespwa (Espoir) à prendre leurs responsabilités.
Une copie de la lettre du premier ministre a été distribuée à tous les sénateurs
RD