POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 15 février 2010

Haïti: accueil "sobre" pour Sarkozy


"Un accueil sobre, mais digne" sera réservé demain au président Nicolas Sarkozy lors de la visite du premier chef d'Etat français dans l'ancienne colonie de Saint-Domingue indépendante depuis 1804, a-t-on appris lundi de source diplomatique haïtienne.
"Cette visite s'effectue dans une ambiance de deuil", a fait remarquer lundi le président René Préval. "Je ne veux pas créer une situation particulière, le protocole sera un protocole de deuil", a-t-il ajouté.
Depuis le tremblement de terre du 12 janvier qui a frappé Haïti tuant plus de 217.000 personnes et jetant plus d'1 million d'Haïtiens à la rue, "il y a eu beaucoup de présidents et de chefs de gouvernement à visiter Haïti", a rappelé le président Préval qui a cependant reconnu "des liens spécifiques historiques et culturels" entre les deux pays liés par la langue.
"Nous sommes toujours en période de deuil, c'est dans ce cadre que la visite se fait, il ne serait pas bon pour Haïti et pour la République française de singulariser cette visite", a conclu le chef de l'Etat haïtien.
Pour le protocole, on s'affaire néanmoins à mettre les dernières touches au programme de la visite dans une ville traumatisée par le choc du 12 janvier.
"Le protocole sera sobre mais le président Sarkozy sera reçu avec les honneurs dus à son rang", a confié une source diplomatique.
Le président haïtien René Préval, le Premier ministre Jean-Max Bellerive et des membres du gouvernement accueilleront le président français à son arrivée à l'aéroport international de Port-au-Prince sous contrôle des forces américaines depuis un mois environ, a-t-on appris.
Selon le programme de la visite, les deux présidents survoleront la capitale en hélicoptère avant d'avoir des entretiens en tête à tête dans les jardins du palais présidentiel haïtien effondré le 12 janvier.
"Les entretiens se dérouleront sous une pergola dressée dans les jardins du bâtiment en ruines que la France a promis de reconstruire", selon le président Préval.
Les deux hommes devraient également visiter un camp de sans-abri non loin de l'ambassade de France à Port-au-Prince.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/02/16/01011-20100216FILWWW00355-haiti-accueil-sobre-pour-sarkozy.php

Une nouvelle averse accentue la précarité dans les centres d'hébergement

Une nouvelle averse a été enregistrée hier dimanche dans la région métropolitaine. Plusieurs centaines de milliers d'individus, regroupés dans des terrains ou des places publiques, ont une nouvelle fois été confrontée à une détérioration de leur situation déjà précaire.
Les tentes rudimentaires, fabriquées avec des tissus, non pas pu protéger les vêtements et les effets personnels de ces sinistrés.
Les autorités haïtiennes et les représentants de la communauté internationale sont préoccupés par le début de la saison pluvieuse, souhaitée par les agriculteurs mais redoutée par plus d'un million de personnes notamment dans la région métropolitaine.
L'organisation anglaise Shelter Box a annoncé la distribution de 2 000 tentes par jour dans les prochaines semaines. Des tentes ont été déjà distribuées à Port-au-Prince, Léogane et Jacmel, indiquent les responsables locaux de Shelter Box qui envisagent d'apporter une aide à d'autres villes. Les Etats-Unis annoncent également leur intention de distribuer des tissus en plastic et des matériaux de construction d'abri pouvant résister à la pluie.
Entre temps des parlementaires haïtiens et des dirigeants d'organisations internationales recommandent la construction de maisons solides pour les sans abris. L'Organisation Internationale pour la Migration (OIM) promet de lancer des projets de construction de maison au cours des prochaines semaines.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16965

Succès populaire des 3 journées de jeûne

Des millions de croyant ont participé à la série de trois journées de jeûne organisée par les dirigeants des églises haïtiennes le week end écoulé.
Les haïtiens encore sous le choc du violent séisme du 12 janvier, se sont rassemblés au Champ de Mars et dans leurs quartiers afin de prier pour la nation. Il y a eu de grands rassemblements sans discrimination de religion principalement au cours des deux premières journées.
Les chrétiens se sont rendus dans leurs églises respectives hier dimanche poursuivant dans une ambiance moins traditionnelle les prières et louanges pour Haïti.
A Carrefour, des églises ont organisé une grande procession afin de clôturer le programme. Des centaines de personnes avec leur système de sonorisation ont lancé des slogans et chanté des cantiques pour rendre gloire à Dieu.
Dans le même temps, les responsables de la ligue des Pasteurs de Carrefour ont organisé des réunions spéciales au cours des trois journées.
Les dirigeants des églises protestantes, catholiques, anglicanes, musulmanes ainsi que les francs maçons et vodouisants avaient appelé à l'organisation de ces jeûnes, un mois après le violent tremblement de terre du 12 janvier. Certaines églises ont respecté le mot d'ordre de 12 heures par jour sans nourriture.
LLM

Remaniement ministériel : vers la poursuite des consultations initiées au Sénat

Des représentants de divers secteurs attendus au Sénat
Les consultations initiées au Sénat en vue de la formation éventuelle d’un nouveau gouvernement devraient reprendre à partir de ce lundi avec des représentants de divers secteurs de la vie nationale, a annoncé samedi le sénateur de l’Ouest Jean Hector Anacacis, membre de la Commission politique formée au Grand corps en raison de la grave situation créée par la catastrophe du 12 janvier.
Le parlementaire qui passe généralement pour être assez proche de l’Exécutif, assure que ses pairs sont d’avis qu’un remaniement ministériel doit être opéré. Personnellement, il se dit opposé à toute formule de table rase, soucieux, dit-il, de la légitimité constitutionnelle dont ceux appelés à diriger le pays en ces moments difficiles doivent être dotés.
Le porte-parole de la Plateforme Alternative et dirigeant de la Confédération Unité Démocratique (sigle créole KID), Evans Paul, est lui aussi en faveur de la formation d’un nouveau gouvernement. Mais, il préconise davantage l’idée d’une nouvelle vision des choses de la part d’une équipe gouvernementale. « L’important n’est pas d’intégrer un gouvernement ou de bénéficier d’un emploi, mais d’avoir d’autres approches qui permettent d’aboutir à des résultats », ajoute-t-il.
Pour Evans Paul, l’approche politique et la méthode du gouvernement expliquent que le gouvernement ne soit pas parvenu à répondre aux attentes de la population, un mois après le tremblement de terre.
Le directeur exécutif de l’Initiative de la Société Civile (ISC), Rosny Desroches, croit également en la nécessité d’un changement de gouvernement. L’équipe conduite par le Premier ministre Jean Max Bellerive souffre d’un sérieux déficit de communication et le départ des députés et d’un dernier tiers du Sénat à partir du second lundi de mai 2010 risquent de plonger le pays dans de sérieux problèmes d’ordre institutionnel, avance Desroches à l’appui de sa proposition de changement de gouvernement.
Rosny Desroches appelle à une large consultation en vue de l’établissement d’un consensus sur la façon dont le pays sera dirigé, du second lundi de mai à la fin du mandat du président René Préval. [jmd/Radio Kiskeya]

Haiti : Recyclage économique

"Je n'ai rien d'autre à faire depuis quelques temps, je vis avec ce travail": perché sur un tas de ruines dans une décharge, Edmond Dimanche, 40 ans, récupère tiges de métal et briques dans les décombres du tremblement de terre qui a dévasté Port-au-Prince le 12 janvier.
Il montre de la ferraille extraite du béton armé, des tôles et toutes sortes de matériaux plastiques, papier ou tissu enchevêtrés dans les gravats. "On les vend petite monnaie", dit-il dans un français mâtiné de créole, c'est-à-dire moins d'un dollar.
La maison d'Edmond Dimanche s'est écroulée il y a un mois et ce travail de recyclage lui permet de survivre, dans la rue. Les camions venus d'un peu toute la ville déversent la manne à mesure que les décombres sont ramassés, et un petit commerce s'est organisé.
"Je passais par là et je me suis arrêté pour acheter", explique un entrepreneur qui a garé sa camionnette devant la décharge, située près de l'aéroport de la capitale haïtienne. "On peut faire des maisons, des ponts, tout ce qu'on veut avec ça", déclare-t-il, sans vouloir donner son nom.
A "l'atelier de Mme Jimmy" aussi, on utilise cet expédient pour poursuivre un semblant d'activité. "La maison à côté s'est écroulée et les gens qui ne sont pas morts sont partis", explique Beathony Blaise, 26 ans, qui supervise une dizaine d'ouvriers dans cette cour encombrée de grilles, de meubles en fer forgé et de briques.
Alors il paie des ouvriers pour aller lui chercher les matériaux qui lui manquent depuis que le séisme a paralysé l'économie haïtienne. Ca revient moins cher mais "il y a beaucoup de travail à faire", insiste-t-il en désignant une longue tige de fer brisée en plusieurs morceaux cabossés.
Mais ensuite, comme autrefois, la tige se transforme en fenêtre, en balcon dentelé, en chaises à bascule. Et ça se sait. "On a gagné 5.000 gourdes depuis le séisme", annonce le responsable qui s'estime chanceux de survivre "quand les gens n'ont même pas de tente, pas à manger".
L'atelier "faisait 40.000 gourdes par mois avant".
Derrière, armé d'un burin, Anous Cadet s'attaque à une brique de ce béton très compact qui a causé la perte de la plupart des bâtiments et habitations de la région. Méthodiquement, il attaque le mortier - mélange de sable et d'eau qui lie les briques entre elles - et en débarrasse totalement la brique.
Il la dépose sur la pile et entame la suivante. "On va essayer de les vendre", assure Beathony Blaise, en précisant que l'usine de briques, de l'autre côté du mur, a arrêté le travail depuis le 12 janvier.
L'artisan préférerait néanmoins acheter les matériaux de base "avec de l'argent, ce serait plus facile que d'aller chercher quelque chose qui ne nous appartient pas".
Au sol, des bouts de tuyaux en plastique rigide. "On va essayer de les réparer et de les installer sur un plafond. Il va bientôt pleuvoir, on va les nettoyer, les mettre bout à bout et essayer de capter l'eau du ciel", explique-t-il. "Ca c'est pour nous, on ne va pas le vendre".
AFP

Haiti : Les américains partent


Hier le Général Douglas Fraser a annoncé que l'armée américaine ne compte plus que 13.000 militaires sur le terrain, juste après le séisme du 12 janvier, il y a eu jusqu'à 22.000 soldats américains sur le sol haïtien.

"Il y a environ 13.000 militaires, hommes et femmes, qui soutiennent l'effort d'aide en Haïti" a expliqué le Général Fraser lors d'une conférence de presse. Il en a profité pour signaler que le gouvernement haïtien reprenait peu à peu le contrôle de l'aéroport Toussaint Louverture pendant la journée.

Le Général Fraser a cependant refusé de dire avec précision jusqu'à quand l'armée américaine resterait sur le terrain, assurant qu'elle serait présente tant que ce sera nécessaire.

N/ Radio Métropole Haïti

Haïti : Stephen Harper en Haïti, lundi et mardi

Le premier ministre Canadien, Stephen Harper se rendra en Haïti demain pour une visite de 2 jours. Il rencontrera les autorités haïtienne, prendra la mesure de la situation humanitaire sur le terrain et discutera du processus de reconstruction.
Communiqué officiel
Le Premier ministre Stephen Harper se rendra en Haïti les 15 et 16 février pour prendre la mesure de la situation humanitaire sur le terrain et discuter du processus de reconstruction.
« Les Canadiens et Canadiennes se sont montrés généreux en ouvrant rapidement leur cœur et leur portefeuille à la suite du séisme qui a dévasté l'île, a indiqué le Premier ministre. Bien que nous continuions de collaborer avec le gouvernement d'Haïti à la prestation de l'aide humanitaire d'urgence, nous devons parallèlement envisager les défis liés à la reconstruction en respectant les principes de durabilité, d'efficacité et de responsabilisation. »
Le Premier ministre s'entretiendra avec le président haïtien, M. René Préval, et avec le premier ministre haïtien, M. Jean‑Max Bellerive, des difficultés relatives aux efforts de secours et des priorités quant à la reconstruction du pays. Il rencontrera également plusieurs Canadiens et Canadiennes qui participent à la prestation de l'aide humanitaire sur le terrain.
« Je suis très fier des Canadiens et Canadiennes qui accomplissent un travail remarquable pour aider la population d'Haïti à reconstruire son pays, a ajouté le Premier ministre. Ils réussissent réellement à changer la vie des gens que ce soit en fournissant de l'eau, des abris et des soins médicaux ou en participant à la reconstruction et à la promotion de la sécurité. »
Le rôle de leadership que joue le Canada est révélateur des liens profonds qui unissent depuis longtemps les deux pays. Environ 100 000 Canadiens et Canadiennes sont d'origine haïtienne et un grand nombre de familles canadiennes ont été directement touchées par cette catastrophe.

Haïti : Réouverture de l'aéroport ce vendredi

Un responsable militaire américain a annoncé que l'aéroport international Toussaint Louverture  pourra accueillir dès vendredi les vols commerciaux de différentes compagnies aériennes.
Le général Darryl Burke, commandant en second des Forces aériennes Sud a déclaré dans une interview qu'American Airlines commencerait ses vols vers Port-au-Prince le 19 février, suivie peu après par Air Canada et Air France.
Le séisme a fortement endommagé le terminal de l'aéroport mais l'éclairage ainsi que la partie du terminal qu'utiliseront les compagnies aériennes ont été réparés. Le contrôle aérien, assuré après le tremblement de terre par des militaires américains, est progressivement transféré à des contrôleurs haïtiens. Actuellement ils opèrent entre 6h00am et 3h00pm et à partir du 19 février, ils travailleront de 6h00 à 10h00pm, a indiqué le Général Burke.
N/ Radio Métropole Haïti