POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 16 septembre 2011

La nueva vida de Andrea Pietra junto a su hija haitiana

¡Mamá orgullosa!
Martes 13 de Septiembre de 2011

La actriz y su pareja, Daniel Grinbank, adoptaron una beba de Haití a la que llamaron Stephanie. Así, cumplieron el gran sueño de sus vidas: formar una familia. ¡Mirá!
“Desde hace mucho tiempo que quiero ser madre, pero por ahora el hijo no llega. Si no viene en forma natural, lo buscaré por otros métodos. Y si de esa forma tampoco llega, no tengo ningún problema en adoptar”. Con estas palabras, Andrea Pietra lamentaba hace tres años su ardua búsqueda por conseguir lo que hoy es un hecho y llena su vida de amor.

Junto a su pareja, el empresario Daniel Grinbank, adoptaron una beba de Haití y la actriz cumplió su sueño de ser mamá. Pese a no lograr quedar embarazada, Andrea Pietra pudo concretar su deseo y, con mucho amor, lleva adelante su vida junto a Stephanie, una niña que, por razones de restricciones legales impuestas por Pietra, no se conoce públicamente su rostro.
“Daniel y Stephanie están enamorados profundamente. Es un padre increíble, la baña todos los días, se ocupa muchísimo”, comentó la flamante mamá a la revista Luz apenas adoptó a la beba.
Hoy, a seis meses de haber cumplido su sueño, Andrea es una mamá todoterreno: pasea a su hija por Palermo, la lleva a la guardería, la va a buscar e, incluso, se cortó el pelo porque asegura que, cuando le a de comer, la nena la llena de puré.
“Stephanie es alegre, vital, duerme y come bien. Está contenta siempre y es muy cariñosa”, comentó, orgullosa, su madre.
Sin dudas, misión cumplida para Andrea Pietra.
http://www.ciudad.com.ar/espectaculos/84287/la-nueva-vida-de-andrea-pietra-junto-su-hija-haitiana

La CSBE accueillera une vingtaine d’étudiants étrangers cette année

6 Septembre 2011

En fin de semaine dernière, douze Haitiens sont débarqués en Beauce afin de suivre une formation dans les centres de formation professionnelle de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin. Ce groupe vient rejoindre quatre autres élèves étrangers qui sont arrivés depuis peu soit deux Haïtiens, un Réunionnais et un Ivoirien. En cours d’année, six autres nouveaux arrivants en provenance d’Haïti, de la Côte d’Ivoire et du Maroc, ce qui portera à 22 le nombre d’élèves étrangers cette année.
Ces jeunes âgés pour la plupart dans la vingtaine. Sur le lot, il y a seulement trois filles dans le groupe actuel. Bien que ces élèves aient une bourse d’excellence du gouvernement québécois, ils sont arrivés en Beauce avec bien peu d’effets personnels et peu d’argent d’après la responsable de ce dossier à la CSBE, Chantal Doyon. « Il y en a trois qui ont été pris en charge par des familles d’accueil. Nous avons aussi organisé une collecte pour recueillir des couvertures, des oreillers et de la vaisselle », précise-t-elle.
Les nouveaux venus ont été jumelés à des « parrains » et des « marraines », qui auront pour tâche de faciliter leur intégration à notre communauté. « Pour eux, c’est complètement différent de ce qu’ils connaissent. C’est tout un choc culturel ! » explique Mme Doyon.
Les 16 premiers étudiants étrangers inscrits en formation professionnelle dans des secteurs où les perspectives d’emploi sont favorables en Chaudière-Appalaches. Ces domaines d’études ont été ciblés par le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles, Emploi Québec et l’organisme Éducation internationale.
Douze d’entre eux seront au CIMIC en dessin industriel, mécanique industrielle, soudage-montage, techniques d’usinage, fabrication de structures métalliques et mécanique automobile. Les deux autres suivront la formation Opération d’équipements de production à Saint-Joseph, au centre de formation des Bâtisseurs.
L’objectif de former ces immigrants est notamment de pallier le problème de rareté de la main-d’œuvre en région. « En faisant le choix d’attirer des étudiants de l’étranger, la Commission scolaire va dans les sens des recommandations du Sommet socioéconomique de Beauce-Sartigan. Les gens du milieu des affaires avaient été clairs : il faut attirer des immigrants dans notre région, pour le bien de l’économie », a conclu Mme Doyon.
Par: Jean-François Fecteau
http://www.enbeauce.com/detail-actualite.asp?ID=23474

Wyclef Jean est fan de Sarah Palin

Il semblerait que le rappeur des Fugees Wyclef Jean soit un fervent supporter de la star des Républicains et l'ex-candidate à l'élection présidentielle américaine Sarah Palin. Interrogé par le Womens Wear Daily, celui qui s'est récemment présenté à l'élection présidentielle haïtienne a fait l'éloge de Madame Palin : "Elle est cool. Parce qu'à la fin de la journée, je suis pour le peuple C'est ça les Etats-Unis : chacun devrait avoir le droit de dire 'Regardez, je peux faire le boulot !'". On repassera pour l'argumentaire, mais en tout cas l'idée que Wyclef apprécie Sarah Palin ne plaît pas à ses proches : "Je ne dis pas qu'elle pourrait être le prochain président, vous voyez, mais il y a quelque chose de fou en elle. On en débat beaucoup à la maison. A chaque fois que je parle de Sarah Palin, les gens pensent que je suis fou, mais je l'apprécie, vraiment. Je peux apprécier qui je veux, on est aux Etats-Unis, non ?". En attendant, lorsqu'on voit comment s'est soldée la candidature de Wyclef pour l'élection en Haïti, on comprend mieux ce choix.
http://musique.jeuxactu.com/news-wyclef-jean-est-fan-de-sarah-palin-8932.htm

4,5 millions d’Haïtiens ne mangent pas à leur faim

Ecrit par Christophe Cavailles International sept 16, 2011
À la fin d’une visite de trois jours en Haïti, le nouveau Directeur régional du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Gemmo Lodesani, a exprimé son inquiétude face au niveau d’insécurité alimentaire dans le pays.
« Beaucoup de travail a été accompli depuis le séisme, a-t-il déclaré, mais il y a encore 4,5 millions d’Haïtiens qui n’ont pas accès régulièrement à des quantités suffisantes d’aliments nutritifs. »
La plus récente enquête d’évaluation de la sécurité alimentaire, dirigée par la Coordination nationale de la sécurité alimentaire et appuyée par le PAM, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et d’autres partenaires, est en train d’être finalisée. Les résultats préliminaires indiquent que plus d’une année et demie après le séisme, la faim demeure un problème pour beaucoup d’Haïtiens.
Les prix des denrées alimentaires sont à la hausse dans le pays, ce qui ajoute un fardeau additionnel pour les familles qui tentent de se remettre des conséquences du tremblement de terre.
Les opérations du PAM sont menées en collaboration étroite avec le gouvernement et en accord avec les priorités établies pour la reconstruction d’Haïti. Pour être en mesure de continuer ses programmes au niveau planifié jusqu’à la fin de l’année scolaire en juin 2012, l’agence a besoin de 50 millions de dollars supplémentaires.
http://www.toulouse7.com/2011/09/16/45-millions-dhaitiens-ne-mangent-pas-a-leur-faim/