POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 26 mai 2011

Daniel Rouzier envisage de créer de nouveaux ministères

Le Premier Ministre désigné, Daniel Gérard Rouzier, annonce la création prochaine de nouveaux ministères pouvant répondre aux priorités du chef de l'Etat. Des ministères de l'Emploi, de la Protection civile ainsi que des collectivités territoriales et de l'aménagement du territoire sont envisagés par le président Martelly. La création de ces ministères serait la première preuve que la création d'emplois et la décentralisation constituent des priorités du gouvernement Martelly. La Direction de la Protection Civile rattachée au ministère de l'intérieur représente également une priorité en raison de la vulnérabilité de plusieurs régions du pays.
Dans le même temps d'autres ministères sont appelés à disparaître. Il s'agit principalement de deux ministères créés après 1994, le ministère à la condition féminine et celui des haïtiens vivant à l'étranger. Le ministère à la condition féminine et au droit de la femme pourrait être intégré dans un ministère des affaires sociales et de la condition féminine et celui de la diaspora retrouverait sa place au sein du ministère des affaires étrangères.
Les organisations de la diaspora et les associations féminines ayant obtenu une reconnaissance de leur droits dans l'amendement de la constitution pourraient reprendre ainsi leur place au sein des différents ministères.
Les changements ne seront effectifs qu'à partir de la prochaine année fiscale prévient M. Rouzier. En attendant il informe qu'une seule personnalité aura la charge des ministères appelés à fusionner.
Les 4 principales priorités du gouvernement Martelly sont l'emploi, l'éducation, l'environnement et le renforcement de l'Etat de droit.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19157

Des ministres nient toute implication dans les fraudes électorales

Les membres de la commission sénatoriale d'enquête sur les fraudes électorales poursuivent inlassablement les auditions. Le ministre de l'intérieur et des collectivités territoriales, Paul Antoine Bien Aimé, a soutenu hier qu'il n'a joué aucun rôle dans la réalisation des élections. Il révèle que son ministère n'a à aucun moment interféré dans le fonctionnement du Conseil Electoral Provisoire (CEP), un organisme autonome. Le chef de la Police, Mario Andrésol, a nié toute implication dans les fraudes électorales. Il rappelle que les policiers n'étaient pas autorisés à pénétrer dans les centres de vote.
M. Andrésol ainsi que les ministres de l'intérieur Paul Antoine Bien Aimé et de la justice, Paul Denis, ont attiré l'attention sur les graves violences enregistrées lors des dernières élections. Le ministre Bien Aimé a souhaité que les acteurs politiques planchent sur les importantes ressources financières utilisées par des candidats et la machine électorale.
Les conseillers électoraux seront appelés à répondre aux questions de la commission en fin de semaine. Les conseillers qui répondront à la convocation devront réfuter les accusations de corruption formulées par des candidats et des organisations de défense des droits humains.
Entre temps la sérénité des membres de la commission sénatoriale est quelque peu perturbée par leur collègue Moise Jean Charles (Inité). Très remonté contre le chef du Parquet qui a émis un ordre d'interdiction de départ à l'encontre des conseillers électoraux, le sénateur Jean Charles veut convoquer le juge Auguste Haricydas.
Visiblement les violons ne s'accordent pas au grand corps, le sénateur Latortue soutient de son coté que le fonctionnement du Parquet est l'objet de la convocation.
LLM / radio Métropole Haïti

La majorité des conseillers font peu de cas de l'invitation du chef du Parquet

Les principaux ordonnateurs du Conseil Electoral Provisoire (CEP) ont boudé l'invitation du commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, Auguste Haricydas. Le président, Gaillot Dorsinvil, le secrétaire général, Leonel Raphaël, et le trésorier, Jacques Belzinc, n'étaient pas présents au Parquet hier. Cette invitation du chef de la poursuite intervenait 4 jours après l'ordre d'interdiction de départ émis à l'encontre des conseillers électoraux accusés de corruption et de fraudes électorales. Seuls trois conseillers Jean Telev Pierre Toussaint, Laurette Croyance et Ginette Cherubin et le directeur général Pierre Louis Opont avaient répondu à l'invitation du chef du Parquet. Lors de l'audition en présence de leurs avocats et d'un juge de paix ils ont été informés du motif de l'interdiction de départ.
Mme Cherubin s'est dit satisfaite de la rencontre et a réitéré sa détermination à rester à la disposition de la justice. Pierre Louis Opont, qui avait des appréhensions est également satisfait des informations fournies par le commissaire Haricydas.
Les 3 conseillers électoraux et le directeur général sont déterminés à collaborer avec le chef du Parquet.
De son coté le commissaire du gouvernement affirme avoir indiqué aux conseillers que l'ordre d'interdiction de départ vise à garantir leur présence lors des audiences de la commission sénatoriale d'enquête sur les fraudes électorales.
Interrogé sur l'absence du président et de 4 autres conseillers, le chef du Parquet a indiqué que ces derniers ont 48 heures pour obtempérer. Il s'agit d'une affaire sérieuse, martèle le chef de la poursuite rappelant les dénonciations par des organismes de défense des droits humains et des élus de cas de corruption impliquant des conseillers électoraux.
M. Haricydas souhaite également interrogé le président du CEP sur les provisions légales ayant conduit a la formation d'un BCEN spécial après la publication des résultats définitifs.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19155

Repons Peyizan présente Daniel Rouzier comme l'homme de la situation

La plateforme Repons Peyizan salue la désignation de l'économiste Daniel Gérard Rouzier comme premier ministre, par le président de la république, Michel Martelly. Au cours d'une conférence de presse ce lundi, le directoire de cette formation politique a sollicité la collaboration du parlement Haïtien dans le cadre du processus de ratification du premier ministre désigné.
Selon Patrick Henry, membre de la plateforme, l'économiste Daniel Rouzier est quelqu'un, sur qui le pays peut compter pour se redresser, puisqu'il symbolise un modèle de réussite.
Il présente monsieur Rouzier, comme un entrepreneur ayant réussi dans le monde des affaires en Haïti.
Par ailleurs Patrick Henry en profite pour dénoncer une catégorie d'individu, qu'il qualifie de flibustiers politiques qui selon lui, vont tout mettre en œuvre afin d'accaparer le pouvoir.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19154

Daniel Rouzier fait montre d'une foi inébranlable en Dieu

" Mes yeux sont fixés sur Dieu dans l'accomplissement de ma tache" dixit Daniel Rouzier, Premier Ministre désigné lors d'une interview exclusive à radio Métropole. C'est la première fois qu'une importante personnalité politique fait référence à sa foi dans la gestion des affaires publiques. M. Rouzier fait toujours référence à Jésus-Christ dans ses interviews. A l'animateur de l'émission Le Point sur le 100.1 il signale que le Christ est au milieu de nous. Ma vie est une prière constante précise cet entrepreneur qui invite ses compatriotes à enquêter sur son comportement en tant que mari, père et chef d'entreprise.
Quoique très impliqué dans les activités du Renouveau Charismatique M. Rouzier se présente d'abord comme un chrétien. Je suis un fervent chrétien précise t-il au journaliste qui le présentait comme un fervent catholique. Cette mise au point a toute son importance et marquera les esprits des millions de chrétiens évangéliques haïtiens.
Sa foi ne l'empêchera nullement d'accomplir efficacement sa fonction de Premier Ministre. Il promet de faire montre de fermeté afin de garantir un climat sécuritaire.
Cet important homme d'affaires considère la fonction de chef de gouvernement comme un sacerdoce. Il devrait vivre dans la simplicité et l'humilité. La lutte contre la corruption et l'enrichissement illicite sera une priorité de son gouvernement. Il y a un luxe anormale dans un pays pauvre insiste M. Rouzier qui promet de prêcher par l'exemple.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19152

Le dossier du Premier Ministre sera bientôt soumis au sénat

Les leaders du sénat haïtien devront ce mercredi décider la formation d'une commission spéciale chargée d'analyser le dossier du Premier Ministre désigné. Les présidents des commissions permanentes et les membres du bureau du grand corps devraient ainsi donner le coup d'envoi du processus de ratification du choix du Premier Ministre. Il s'agit de la première étape du long processus de ratification du choix puis de l'énoncé de politique générale. Le sénat lancera donc le processus en attendant une convocation à l'extraordinaire des députés par le chef de l'Etat. Le sénateur Steven Benoît (A) déplore la lenteur du processus et presse le président Michel Martelly de convoquer la chambre basse.
Interrogé sur l'état du dossier du Premier Ministre désigné, M. Benoît soutient que M. Rouzier répond aux critères constitutionnels. Comme moi il détient une carte de résident aux Etats-Unis, révèle le sénateur Benoît pour qui il faut tout mettre en œuvre pour que le gouvernement entre en fonction avant la mi-juin.
Hier les membres des différents blocs avaient tenu des réunions spéciales afin de faire les premières considérations politiques. Le président du sénat Roudolph Joazile avait émis le vœu que le Premier Ministre désigné rencontre les membres des blocs parlementaires afin de dégager une majorité indispensable pour la formation du gouvernement.
Cette proposition a été bien accueillie par M. Rouzier qui a sollicité des réunions de travail avec les membres des blocs parlementaires. Au cours des dernières 72 heures M. Rouzier a pu s'entretenir avec plusieurs leaders influents du Parlement.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19151

Daniel Rouzier raconte son succes story

L'homme d'affaires Daniel Gérard Rouzier réitère sa détermination à prendre les commandes du gouvernement en vue de changer le pays. Dans une interview à radio Métropole M. Rouzier a levé le voile sur les différentes étapes de sa carrière. Il révèle qu'il n'est pas un économiste en dépit de sa formation en finance. M. Rouzier est détenteur d'une licence en gestion de l'Université de South Florida, d'un MBA en finance et d'une licence en comptabilité de l'Université de Georgetown. Formé à l'école américaine M. Rouzier a résidé pendant plusieurs années aux Etats-Unis avec sa famille avant de regagner Haïti pour la deuxième fois en 1987.
Lesly Delatour, ministre des finances sous le gouvernement militaire, est celui qui avait pu convaincre M. Rouzier à rentrer au pays. Daniel Rouzier travaillera au ministère des finances en tant que membre du cabinet du ministre et restera en poste jusqu'au coup d'état contre le président Lesly Manigat.
Après cette expérience dans l'administration publique, M. Rouzier retrouvera la première entreprise implantée avec des membres de sa famille, Economic Tires (ET). Il s'agit d'une entreprise novatrice spécialisée dans la vente de pneus usagés.
Loin d'être satisfait de ce succès Daniel Rouzier abandonne Economic Tires et se lance dans une nouvelle aventure. Il réussi le pari de créer une entreprise, Sun Auto, concessionnaire de plusieurs véhicules dont Hyundai et Général Motors.
Fort de ses succès il lancera en 2010 la plus grande entreprise privée de production d'énergie électrique, E Power. Il prouve sa capacité de négociation en regroupant 58 entrepreneurs haïtiens, une firme coréenne et des institutions financières internationales dans cette entreprise de 59 millions de dollars.
Pendant cette période il renforce son action philanthropique. Il contribue a titre de bénévole en tant que président du conseil de l'ONG Food for the Poor. Sa tache consiste à vérifier une bonne utilisation des fonds alloués à cette ONG qui fournit 25 000 plats quotidiens et livre 3 000 maisons annuellement aux couches vulnérables.
Depuis l'élection de Michel Martelly, le fondateur de Sun Auto figure parmi les leaders d'équipes préparant le plan d'action du gouvernement.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19150

Préval serait d'avis que l'Inité supporte le gouvernement de Martelly

L'ex président René Préval entend respecter ses promesses relatives à un support au gouvernement de Michel Martelly. Il se positionne désormais en tant que chef de file de l'Inité et exhorte les élus à " accompagner positivement" le nouveau chef de l'Etat dans la formation de son gouvernement révèle le sénateur Joseph Lambert. Selon M. Lambert l'ex chef d'Etat est dans l'ombre mais actif. Une réunion de travail des membres du directoire de l'Inité a eu lieu le week end écoulé afin de définir le comportement de ce regroupement politique. L'ex président Préval s'est entretenu également avec des sénateurs et députés, insiste M. Lambert.
Préval recommanderait aux élus de l'Inité de ne pas faire obstacle au président Martelly afin que celui-ci puisse poursuivre les projets en chantier. La principale option de l'Inité est de permettre au président Martelly de constituer son équipe sans exiger des postes importants.
Le sénateur Lambert semble appuyer le mot d'ordre de l'ex président Préval qui doit faciliter la tache à Martelly. Il revoit ainsi à la baisse ses ambitions et n'entend plus solliciter le portefeuille de l'intérieur.
Cependant le premier secrétaire du sénat, Francky Exius, informe que certains membres de l'Inité ne se sont pas encore décidés à accompagner le président Martelly. Il y a des gens qui son prêts à avancer mais d'autres ne sont pas de cet avis explique t-il estimant qu'il ne veut pas défendre ses intérêts personnels mais ceux de la population.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19149

Porte-parole de la voix des Haïtiens

Le père haïtien Max Délamour visite la boutique solidaire du Secours catholique casteljalousain. photo jean-louis mandicourt

Le père Max Délamour, prêtre catholique haïtien est un rescapé du séisme de Port-au-Prince de janvier 2010. En effet, enseveli pendant plus de deux heures sous les décombres, il doit la vie à quelques paroissiens ayant survécu à la catastrophe. Alors que ses membres étaient déjà engourdis, il doit sa survie respiratoire à un classeur qui lui a protégé le visage. Il raconte l'histoire de son pays avec compassion sans en rajouter, mais les faits sont indescriptibles et les scènes difficilement racontables.
Comme tous les Haïtiens, Max Délamour a perdu de nombreux membres de sa famille. Depuis la catastrophe, un cyclone est venu amoindrir les premiers efforts, mais il relève la tête avec ses concitoyens pour qui il se doit de rester un exemple et un guide spirituel.
Les besoins sont énormes, les organisations non gouvernementales (ONG) et les associations caritatives ont fait et font encore beaucoup. 4 000 écoles et tous les bâtiments administratifs, religieux… sont détruits. Il y a fort à faire et les Haïtiens relèvent les manches.

Témoignage
Si l'argent est indispensable, les Haïtiens ont aussi besoin d'écoles et de savoir-faire pour tout restructurer et reconstruire afin que les jeunes (avenir d'Haïti) reconstruisent le pays.
Malheureusement l'État haïtien, très affaibli, n'a pas les moyens de subvenir aux immenses besoins de la population. Pour le père Max Délamour, son voyage en France est une occasion de remercier les Français qui ont déjà fait beaucoup. Il témoigne de ce qui a été fait et de la situation actuelle en Haïti.
Au cours de sa visite à Casteljaloux, le prêtre haïtien a également visité les installations de la paroisse et s'est rendu à la boutique solidaire, de l'antenne du Secours catholique casteljalousain tenue par Annie Jouys et les bénévoles de l'association, ouverte avec succès depuis plus d'un an dans la cité des Cadets.
http://www.sudouest.fr/2011/05/26/porte-parole-de-la-voix-des-haitiens-409331-3651.php

Le futur premier ministre haïtien veut éliminer la commission de reconstruction

De Trenton Daniel, The Associated Press – Il y a 12 heures PORT-AU-PRINCE, Haïti — L'homme d'affaires choisi pour devenir le prochain premier ministre d'Haïti a déclaré mercredi vouloir se débarrasser de la commission de reconstruction co-dirigée par l'ancien président américain Bill Clinton, et qui a fait l'objet de critiques pour ses lents progrès.
Daniel-Gérard Rouzier affirme que la commission, constituée de 27 membres, est «dysfonctionnelle», et qu'il la remplacerait par une nouvelle agence gouvernementale.
Lors d'une entrevue accordée à l'Associated Press, M. Rouzier a expliqué que la commission, telle qu'elle est aujourd'hui, cesserait tout simplement d'exister. Il ne serait cependant pas question de punir les gens ayant trouvé le concept de l'agence, mais qu'il était parfois nécessaire de réparer ce qui ne fonctionnait pas.
M. Rouzier, qui attend la confirmation de sa nomination par le Sénat haïtien, n'a pas offert de plus amples détails sur sa proposition d'une nouvelle agence de reconstruction.
Il a cependant fait savoir qu'elle répondrait davantage aux besoins du peuple haïtien et demeurerait imputable envers les donateurs internationaux.
L'homme dit espérer que M. Clinton, un envoyé spécial des Nations unies en Haïti qui a effectué plusieurs voyages dans le pays pour présider les réunions de la commission, demeurera actif dans la reconstruction après le séisme de janvier 2010 qui, selon le gouvernement, aurait tué plus de 300 000 personnes et transformé la majeure partie de la capitale en ruines.
«Lorsque vous pouvez compter sur une personnalité de la trempe de M. Clinton, un homme doté d'une grande vision, nous devons le consulter autant que possible, afin de s'assurer que nous employons la bonne stratégie», a fait remarquer M. Rouzier.
Un porte-parole de M. Clinton et les responsables de la Commission haïtienne de reconstruction par intérim n'ont pas immédiatement répondu à des demandes de commentaires.
La commission a été mise sur pied après le tremblement de terre de janvier 2010 car les donateurs internationaux voulaient des assurances que la reconstruction se ferait dans l'ordre, et dénuée de la corruption qui paralyse Haïti depuis longtemps. Elle englobe des représentants du gouvernement américain, de la France, du Japon et d'autres membres de la communauté internationale qui ont le plus contribué à la reconstruction de la «Perle des Antilles».
M. Clinton a co-présidé la commission aux côtés de Jean-Max Bellerive, le premier ministre haïtien sortant, supervisant des réunions visant à discuter les détails de propositions en faveur du déblaiement des gravats, de la construction de logements, ainsi que tenter de créer des emplois dans un pays aux prises avec de graves problèmes même avant le séisme.
La commission a approuvé 86 projets qui nécessiteraient des fonds de 3,2 milliards $ US, mais Haïti n'a pas encore l'intégralité de cette somme et plusieurs personnes se sont plaintes de l'absence apparente de progrès.
Un récent rapport du Bureau américain d'imputabilité a critiqué la commission pour des délais dans l'embauche de personnel, un manque de transparence et pour ne pas avoir atteint les objectifs de reconstruction.
Le mandat de la commission doit prendre fin en octobre, mais pourrait être renouvelé par le gouvernement haïtien.
http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5jHfO28H8zerIyzz5FeghGrtCCOxA?docId=6957047