POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 18 mai 2011

Local woman continues work with Haitians

By JAIME CONE / Reformer Staff
Posted: 05/17/2011 03:00:00 AM EDT
BRATTLEBORO -- When Mariam Diallo first began raising money for Haiti, she fasted outside the Brattleboro Food Co-op, where she works in the deli, and collected more than $2,000. That was in June of last year, about five months after an earthquake left Haiti in ruins.
But she didn't stop there. She returned from her two-month stay as a volunteer at Bon Samaritan orphanage more determined than ever to continue helping the children who live there.
She helped organize a fundraising drive at local schools, where she taught the children about Haiti and spoke about her experiences during her trip.
The students and other members of the community donated
"The kids loved everything," Diallo said.
She said it's important for Americans to continue helping Haiti with the same enthusiasm they initially displayed after the earthquake, as she has seen firsthand that living conditions have not improved for many Haitians.
"They still need a lot of help," she said. "People are still living in tents after a year-and-a-half ... there's no running water; I visited someone in a camp who said she has to wake up at 4 a.m. to get water because there is such a long line during the day."
"I work with the kids while I'm there. I sleep with them, eat with them ... we do games; I speak French, so I teach them how to read and write in French," Diallo said. "Most had never been in school until they went to the orphanage, so some are 8 years old and still learning their ABCs."
She said a 2-year-old became especially attached to her during her most recent trip. The little girl even slept in her bed, and Diallo gave her medicine and cared for her when she was sick.
"She was with me 24 hours a day," Diallo said. "I think about her every day. I call her every day, and I sing her a song in French."
She said she is absolutely sure that she will return to the orphanage.
"I have to," she said. "I cannot abandon them; they became a part of my life. Every time I leave, I feel like I am letting them down just like they have been let down before."
Between her first and second visits, things stayed about the same at the orphanage, she said. The only noticeable change in the living conditions was the addition of beds, which Diallo helped purchase during her first trip.
"I asked them what they really wished to have, and they all said they wanted beds to sleep on, so we bought some beds for them. They said they are sleeping a lot better," Diallo said.
Crime has been increasing lately in the town of Croix-des-Bouquets, where the orphanage is located, and the next step is to hopefully move the facility to a safer area.
Diallo's current goal is to raise enough money to help the orphanage find and purchase a larger plot of land where they can grow their own crops.
"The kids don't eat fruits and vegetables very much," Diallo said. "The food is basic -- usually rice and beans every day of the week, twice a day or sometimes once a day."
It will cost about $6,000 to buy the land and another $6,000 to build a new facility, Diallo said.
She's continuing to move forward with her fundraising, not just to collect money but also to help keep Haiti in people's thoughts.
"I want people to still think about it and not forgot," Diallo said.
Residents interested in contacting Diallo to find out how to assist on her next visit to Haiti may contact her via e-mail at mariam_d@hotmail.com.
Jaime Cone can be reached at jcone@reformer.com or 802-254-2311, ext. 277.

http://www.reformer.com/ci_18076706?source=most_viewed

Man accused of fraud in Haiti project cancels Reno house-building event

A Reno businessman accused in a lawsuit and by former employees of defrauding churches and individuals in a plan to build homes in the U.S. and ship them to Haitian earthquake victims has canceled a house-building event planned for Saturday in Reno.

Mike Stickler said Monday that he has sent refunds to the people who registered on his website for the Help Build Hope Haiti project and paid a $57 or $67 fee. The Reno Gazette-Journal was not able to confirm this claim.
Reno churches that signed up as sponsors and gave between $12,500 to $23,000 said they have not been reimbursed.
Stickler declined to say how many people had signed on, but said it was fewer than the 200 that would be needed “to make a viable build.” The “sponsors” — those who signed contracts to participate and contributed at a higher rate — would be refunded according to their contracts, he said.
Stickler’s decision follows a Reno Gazette-Journal investigation published in April that found that a year after he began gathering funds for his Haiti home-building group, most of the money was gone and many of the lead workers and churches quit the project claiming Stickler misused the funds.
Despite the controversy, Stickler said on May 6 that he planned to go forward with the build event in Reno, but on Sunday he sent an email saying it wasn’t going to happen.
He said his group would continue with the project “and the future city-builds over the next five years.”
“Our goal to build 5,000 homes for those in dire need continues,” he said.
Meanwhile, the Reno Police Department is investigating bounced-check claims against Stickler, and the Nevada Secretary of State’s office is working with the Attorney General’s office on an investigation into Stickler’s business practices.
Two Texas groups that had put up $23,000 each for the project have filed a lawsuit against Stickler claiming he made false claims to secure the funds and a Kentucky group sued Stickler claiming he did not have permission to use the Help Build Hope trademarked name.
http://www.rgj.com/article/20110516/NEWS/110516021/Man-accused-fraud-Haiti-homes-project-cancels-Reno-house-building-event-?odyssey=mod%7Cnewswell%7Ctext%7CLocal%20News%7Cs

Cholera alert in Dominican Republic

Neither Haiti nor the Dominican Republic had a confirmed case of cholera in more than a century until the outbreak began in October. Stephanie GarlowMay 17, 2011 14:49
An upsurge in new cholera cases has prompted the Dominican Republic to declare a state of alert in areas of the capital.
Sixteen people have been hospitalized with suspected cholera cases, and there have been two deaths in recent days, reports the BBC.
More than 4,500 have died in neighboring Haiti from cholera since last October, according to the United Nations.
Monitoring has been increased in 17 mainly poor neighborhoods in Santo Domingo. The health ministry is urging people to take extra care with hygiene.
Neither Haiti nor the Dominican Republic had had a confirmed case of cholera in more than a century until the outbreak began in October.
The Dominican Republic detected its first case of cholera in mid-November in a Haitian migrant who crossed the border between the two countries.
After the January 2010 quake, the Dominican Republic imposed a moratorium on deportations of Haitians. But this January, the government once again began deporting undocumented Haitians. As of mid-March, the Dominican military had deported nearly 7,000 Haitians.
The government has defended the deportations, saying they are done in the name of preventing the spread of cholera.
Relations between the two countries have historically been tense:
Dominicans see Haitians as their rivals, their natural enemies, a feeling that has roots in the 22-year Haitian occupation of the Dominican Republic in the 1800s. Dominican dictator Rafael Trujillo was almost single-handedly responsible for the modern anti-Haitianism sentiment ... . As part of a campaign to “whiten” Dominican society, he infamously ordered the massacre of an estimated 6,000 Haitians living near the border in 1937.
http://www.globalpost.com/dispatches/globalpost-blogs/que-pasa/dominican-republic-haiti-cholera

Supermodel Petra Nemcova Brings Education to Earthquake Ravaged Haiti

By DAVID MUIR (@DavidMuirABC)
and MICHAEL MURRAY

May 17, 2011
A year and a half later, Haiti is still reeling from the devastation caused by the earthquake that struck the country in the late afternoon on January 12, 2010. ABC News has followed up repeatedly with the still-ravaged country, this week traveling to Port au Prince, the capital of Haiti, with supermodel Petra Nemcova to find out how her charity, the Happy Hearts Fund, is helping to bring education to Haitian children.
Gone are the military planes, the crates of food and medicine flown to Haiti, but rubble can still be found on the streets. Tent cities house the homeless. Just as staggering is the fact that 50 percent of school-aged children in Haiti are not getting to school.
Nemcova was in Thailand in December 2004 when the Tsunami hit. She and her fiancé were swept away by the powerful wall of water. Her pelvis was crushed to pieces, but she managed to clutch onto a tree and hold on for 8 hours until help came. Her fiancé was swept into the ocean and perished.
During those eight hours, she could only listen as children begged for help. She was powerless to come to their aid.
"I was not able to help those children," Nemcova told ABC News. "You heard them screaming for help and after some time you couldn't hear their voices anymore."
Today, ABC News was there as Nemcova's Happy Hearts Fund opened their first school in Haiti. It's the 51st school the organization has built in disaster zones all over the world.
Immediately, a wave of local residents came to see the new school, eager for a moment of joy in a bleak landscape. The old school was a shabby tent that barely protected students from the elements.
Kindergarteners filled the classroom; most of them have tragic stories.
Five-year-old Stayshama told us her mother died in the earthquake. Another young boy told us he lost his father.
Nemcova knows that her school is just the beginning of the massive effort needed to rebuild schools in Haiti so that the country can have a future, but every story needs a beginning.
http://abcnews.go.com/International/petra-nemcova-brings-education-earthquake-ravaged-haiti/story?id=13624771

Haïti-Politique : Désignation prochaine d’un nouveau Premier ministre (Multimédia)

P-au-P., 17 mai 2011 [AlterPresse]--- A peine entré en fonction le samedi 14 mai 2011, sans avoir encore eu le temps nécessaire pour consulter les grandes archives administratives du pays, le nouveau président de la république, Joseph Michel Martelly, commence déjà à courtiser le parlement en vue de désigner son Premier ministre, selon les informations parvenues à l’agence en ligne AlterPresse. 48 heures seulement après son investiture, le 56e chef d’État haïtien s’est entretenu, le lundi 16 mai, avec le sénateur Jean Rodolph Joazile (président du sénat) et le député Sorel Jacinthe (président de la chambre basse), tous deux membres de la plateforme « Inite » (Unité).
Jusqu’à la journée de mardi 17 mai, prévue pour la poursuite des échanges entre l’Exécutif et le législatif, aucune information sur le contenu des pourparlers n’est révélée dans la presse.
La réunion du 16 mai 2011 aurait, entre autres, tourné autour du choix d’un nouveau chef du gouvernement, apprend AlterPresse auprès d’une source du parlement, qui ne souhaite pas révéler son identité.
« Assurément, le choix du Premier ministre figurerait dans le menu de cette rencontre. Car, le président Martelly a une obligation constitutionnelle de se concerter avec les présidents des deux branches du parlement, avant de désigner un Premier ministre », indique la source.
Intervenant sur des stations de radio de la capitale, peu avant la tenue de la rencontre, lundi, le président de l’assemblée nationale, Jean Rodolphe Joazile, s’est gardé de confirmer ou d’infirmer le choix de l’homme d’affaires et économiste Daniel Gérard Rouzier, comme Premier ministre pressenti.
« Je ne peux rien vous dire à ce sujet. Formellement, je ne suis pas informé de ce choix », répond le sénateur Joazile à un journaliste.
Comme tant d’autres chefs de file de partis politiques, le président du grand corps Jean Rodolphe Joazile qui, visiblement développe une « bonne » relation « politique » avec le président Martelly, forme le voeu que « le chef de l’État désigne une personne capable de faire l’équilibre entre les différentes forces politiques du pays ».
Le directeur du cabinet de la nouvelle présidence, Thierry Mayard-Paul, avait pourtant confirmé, récemment dans la presse, le choix, par Martelly, de Daniel Gérard Rouzier pour remplacer Joseph Jean-Max Bellerive à la tête du nouveau gouvernement.
L’intéressé, en l’occurrence Gérard Rouzier, citant ses proches, s’est dit à la disposition du président, rapportaient des médias de la capitale la semaine dernière.
Rouzier a fait partie de la délégation qui a accompagné Martelly, alors président élu, à Washington lors de discussions avec la secrétaire d’État américaine, Hillary Roddham Clinton, et des responsables de plusieurs institutions financières internationales.
« Effectivement, l’actuel président du pays a une obligation constitutionnelle de consulter le président du sénat et celui de la chambre des députés avant de désigner un Premier ministre », précise, dans une interview à AlterPresse, Joseph Jasmin, ministre démissionnaire en charge des relations entre l’Exécutif et le Parlement, citant l’article 137 de la Constitution.
« Pourvu qu’aucun parti politique ne détient la majorité au Parlement, le président Martelly se voit obligé de contacter d’abord le président et le vice-président de l’assemblée nationale avant de désigner un nouveau chef du gouvernement pour remplacer Jean-Max Bellerive », fait savoir Jasmin.
Après avoir consulté les présidents des deux chambres, le président ne peut pas s’assurer, pour autant, que son choix soit totalement accepté, rappelle Jasmin.
« Certes, aucun parti ne détient la majorité au parlement, mais l’assemblée nationale est plurielle. Donc, chaque parti représenté au parlement peut conditionner son vote. Le hic, c’est que les présidents des deux chambres sont tous deux de la plateforme « Inite » (Unité). Donc, il faut clairement définir les négociations avant (…) », ajoute Jasmin, membre du directoire de la plateforme « Inite »..
Outre le regroupement « Inite », il y a les plateformes « Alternative », et « ansanm nou fò » qui disposent également d’un grand nombre de parlementaires.
Jasmin se dit prêt à faciliter le dialogue entre l’Exécutif et le Parlement pour favoriser les « négociations politiques… » avant la désignation du nouveau chef du gouvernement, au cas où Martelly le sollicite à cette fin.
Au parlement, le nouveau président de la république Michel Joseph Martelly ne peut compter que sur trois députés, élus, comme lui, sous la bannière de la plateforme « Repons Peyizan » (Réponse des paysans). [sfd rc apr 17/05/2011 14:32]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article11054

MON 18 MAI A MOI...QUELLE NOSTALGIE!

Au lendemain du 7 Février 1986, patriotisme, démocratie et démagogie, dans un exercice accompli de mélange de genres, ont été fondu dans le creuset de la célérité non contrôlée au nom du politiquement correct.

Nous avions appliqué sans réfléchir et sans broncher une certaine attitude de table rase en nous disant qu’il fallait non seulement bannir le régime mais aussi effacer son œuvre sans en laisser la moindre trace.
En acceptant benoitement que tout ce qui se faisait avant était par définition mauvais.
Aujourd’hui, 18 mai, jour commémorant la création de notre drapeau, un des premiers maillons de notre identité naissante, tandis que le gouvernement tout neuf de Monsieur Michel Martelly voudrait mettre l’accent sur la souveraineté nationale, il m’est venu à l’idée de réfléchir sur ce qu’il en reste aujourd’hui de ce patriotisme que nous cultivions comme une fierté.
Pour ce faire, je n’ai nullement l’intention de rentrer dans le champ des politologues avertis qui dominent les expressions savantes ingurgitées sur les bancs des hautes écoles et les murs des insignes universitaires de renom. « Chaque bourrique devant braire dans son pâturage », je m’attèlerai seulement à des souvenirs qui me reviennent et qui ne cessent de me faire frissonner.
Si vous avez l’âge de notre président tout neuf ou si vous êtes de sa génération, ce que je vais évoquer ne vous sera ni inconnu ni indifférent.
Que vous rappellent donc les célébrations du 18 mai ?
En effet le 18 mai représentait une de ces journées ou les écoliers étaient tous inviter à parader devant le palais national. Oui cela ne se faisait pas seulement le 18 mai. On paradait aussi beaucoup de 22 de beaucoup de mois. Je ne me rappelle plus l’intérêt de plusieurs 22. Mais c’était sympa car cela permettait de quitter l’école et les cours de dictée et la rigwaz du professeur, ou les cours de calculs, le chapitre des règles de trois et encore la rigwaz du professeur et que dire des formules autour de la fameuse « allées en croix autour d’un jardin ».
Vous verrez que, par ce récit je ne fréquentais ni le Lycée français ni « l’Union School ».
En effet pour le 18 mai, l’occasion était quand même excellente car on célébrait la fête du drapeau. On était tous convoqués –sauf les trop-petits – proprement tenus dans nos uniformes impeccables propres, soutenus par des chaussures reluisantes à souhait, les cheveux divinement coiffés.
Pas de place pour le hasard. Ni pour la brebis galleuse de l’école. Avant le départ on était tous soumis à une inspection minutieuse et ceux dont la tenue pouvait déceler un accroc aux exigences de l’heure étaient écartés et punis.
On partait vers les tribunes du Champ de Mars. Oui le Champ de Mars d’antan ! On partait en chantant gaiement
"Nous te voulons chère patrie
Puissante et forte à tous les yeux
Nous te voulons terre bénie
Digne à jamais de nos aïeux

Libre et prospère ils t'ont léguée
A leur enfants nous qui t'aimons
Avec ardeur dans la mêlée
Pour ton salut nous lutterons

Refrain :
C'est nous jeunesse étudiante
C'est nous les grands, nous les petits
Demain la gloire d'Haïti
Les cœurs joyeux, l'âme fervente
Toujours en avant nous irons
La tête altière et haut les fronts?.

En avant tous et d'un pied ferme
Car nous voulons faire sentir
Que par-dessous notre épiderme
Coule un sang pur prêt à jaillir

Pour te laver pour te défendre
De toute injure à ton renom
A tous ceux-là qui veulent tendre
A te salir nous dirons "Non !"

Refrain:
C'est nous jeunesse étudiante
C'est nous les grands, nous les petits
Demain la gloire d'Haïti

Les cœurs joyeux, l'âme fervente
Toujours en avant nous irons
La tête altière et haut les fronts

Déployons-là notre bannière
Qu'elle rayonne à tout jamais
Dans la clarté dans la lumière
D'une Haïti croissant en paix.

Et s'il nous faut faire la guerre
Sans crainte ni peur, sans lâcheté
Nous irons tous comme à Vertière
Combattre pour la liberté. »

Nous partions, nous les moins petits défiler devant le palais national. Puis nous assistions à la parade des lycéens portant des uniformes rappelant ceux des militaires. Ils exécutaient des figures dignes des corps les plus exigeants et les mieux entraînés.
Je me rappelle encore les intégrants des fameux Corps d’Honneur du Lycée Alexandre Pétion qui à l’époque inspiraient le gouvernement pour ses recrutements pour l’académie militaire de Port-au-Prince!
La jeunesse du pays s’imbibait à travers l’hommage rendu à ce symbole, d’un sentiment patriotique socle d’une fierté naturelle.
En 1986 nous avions fait table rase, nous avions accueilli et adopté le néant pour construire et progresser. Le nihilisme peut être érigé en courant philosophique. Mais seul Dieu a su créer à partir de rien.
Pour créer, pour fonder, pour grandir, il faut une base. Il faut des modèles. Il faut des points de départ.
Aujourd’hui, quand tous les haïtiens rêvent de faire du 14 mai 2011 le J1 de l’an I pour Haïti, j’aimerais que la société haïtienne dans son ensemble, prenne conscience des valeurs que nous avions laissées sur les routes, durant notre pénible et cruel pèlerinage sur les chemins tortueux de la démocratie.
Ces valeurs sont encore là. Eparpillées sur les terrains abandonnés par manque d’utilité. Elles sont encore recroquevillées dans les boîtes ou ont été rangées nos coutumes jugées peu modernes, trop archaïques…Elles sont partout. Elles attendent le temps du recyclage. L’heure des Mea Culpa.
Rien ne sert d’avoir un institut du patrimoine dédié à conserver des objets et à créer des postes pour des amis, si des éléments forts et indispensables de ce patrimoine sont rongés par l’oubli et corrodés l’indifférence. Un élément essentiel de notre lègue est justement notre mémoire. Ce devoir de mémoire reste l’essentiel de toutes les attitudes tendant à réunir des éléments pour refonder l’identité haïtienne.
La mémoire de nos erreurs comme la mémoire de nos prouesses; la mémoire de nos héros comme la mémoire de nos concitoyens, parfaits inconnus ; la somme des mémoires individuelles comme notre mémoire collective, voici un ciment sui-generis, un socle plus que solide pour construire et fonder une nation.
Enfin pourquoi pas? Des écoliers paradant devant le palais national arborant les couleurs patriotiques. Un 18 mai. Au rythme de :“

Nous te voulons chère patrie
Puissante et forte à tous les yeux
Nous te voulons terre bénie
Digne à jamais de nos aïeux

Libre et prospère, ils t'ont léguée
A leur enfants nous qui t'aimons
Avec ardeur dans la mêlée
Pour ton salut nous lutterons

18/05/2011
Decky Lakyel pour Haïti Recto Verso http://haitirectoverso.blogspot.com