POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 14 octobre 2009

Des bandits tentent de refaire surface au centre commercial de Port-au-Prince

Un jeune homme a été tué et une femme blessée lors d'un braquage au centre commercial de Port-au-Prince hier matin. Les bandits qui circulaient à bord de motocyclette ont eu le temps de prendre la fuite rapportent des témoins. Quelques heures après l'incident les forces de l'ordre ont lancé une vaste opération afin d'appréhender les auteurs du crime a indiqué le porte parole a.i de la PNH, Gary Desrosiers. Il révèle que trois individus qui avaient en leur possession des armes illégales ont été appréhendés au cours de l'opération qui a également permis d'interpeller une cinquantaine de chauffeurs de taxi-moto.
Ces derniers mois les motos ont été utilisés par des bandits pour perpétrer leurs forfaits dans la région métropolitaine. Le développement quelque peu anarchique des taxi-moto dans la région métropolitaine préoccupe les autorités sécuritaires qui essaient avec les autorités municipales de contrôler les utilisateurs de ces véhicules.
Le maire de Port-au-Prince a récemment lancé un programme en vue de doter les taxi-motocyclistes d'un uniforme spécial comprenant casque de protection et numéro d'identification.
Les autorités souhaitent différencier les taxi-motocyclistes de ceux qui utilisent cet engin pour pouvoir échapper aux forces de l'ordre après avoir commis un crime.
Le porte parole de la PNH explique que l'un des individus armés appréhendés hier a avoué qu'il s'apprêtait à commettre un hold up.
Les autorités policières entendent resserrer l'étau sur les taxi-moto afin de contenir la tentative de résurgence des actes de violence dans la région métropolitaine.
LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15930

Le nouvel ambassadeur de France salue le renforcement de la coopération avec Haïti


Le nouvel ambassadeur de France à Port-au-Prince, Didier Le Bret a remis hier ses lettres de créances au chef de l'Etat haïtien, René Préval. Le diplomate s'est réjoui de la bonne santé des relations franco-haïtiennes soulignant qu'au cours des dernières années plus de 5 ministres français ont visité Haïti.
Outre le renforcement des relations sur le plan politique, M. Le Bret a soutenu que la France accorde une grande importance à la coopération économique. Il a rappelé que l'Etat haïtien vient de bénéficier d'une remise de dette de plus d'un milliard de dollars. Dans le même temps il a fait remarquer que le gouvernement français apporte une contribution de 54 millions d'euros pour la réalisation de projets de développement à travers le pays.
En ce qui a trait aux perspectives, le nouvel ambassadeur français annonce le financement de la route Hinche – Cap Haïtien. " L'Agence Française de Développement contribuera à hauteur de 40 millions d'euros pour la réalisation de cette route", explique M. Le Bret qui fait état du financement d'autres projets d'infrastructure par le gouvernement français.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15931

MOMENTS DIFFICILES EN PERSPECTIVE POUR LES HAITIENS RESIDANT A HATO MAYOR, REPUBLIQUE DOMINICAINE.

Les citoyens haïtiens habitant les quartiers de Hato Mayor, (Est de la République Dominicaine) risquent de vivre des moments assez difficiles après l'assassinat présumé d'un mototaxiste dominicain perpétré par deux haïtiens.
Monsieur Luis Anibal Cruz, de 54 ans aurait été attaqué à coup de bâtons et de coups de marteau par deux haïtiens résidant à San Pedro De Macoris pour lui voler sa motocyclette et son argent. Il aurait décédé quelques heures plus tard des suites de ses blessures alors qu'il recevait des soins dans un centre hospitalier de la région.
Selon un article paru dans l'édition digitale du journal dominicain EL NUEVO DIARIO sous la plume de Manuel a Vega, l'un des présumés assassins, Charleston Augustin âgé de 35 ans a été fait prisonnier et aurait été tabassé en prison par d'autres détenus. L'autre assassin est activement recherché. Ce genre de crime est carrément néfaste à une saine convivialité entre les dominicains et les haïtiens.
Très souvent, après des actes odieux de ce genre des groupes de dominicains laissent poindre un antihaitianisme poussé qui peut aller jusqu'à la prise en main de l'action de la justice. LA réaction des riverains dominicains souvent ne se limitent pas à des demandes d'expulsion radicale mais des actions directes souvent violentes du type « chasse à l'homme » avec des réponses virulentes à déplorer.


Nouveau! Découvrez le Windows phone Samsung Omnia II disponible chez SFR. Cliquez ici

LE CONSEIL DE SECURITE DE L’ONU RENOUVELLE LE MANDAT DE LA MINUSTAH POUR UNE ANNEE SUPPLEMENTAIRE

Sans secret ni surprise, les 15 membres du Conseil de Sécurité de l'ONU ont approuvé hier à l'unanimité la demande de renouvellement de la MINUSTAH présentée par son secrétaire général Ban Ki-moon. L'objectif recherché par le prolongement du mandat de la mission est de consolider les progrès obtenus en matière de stabilité en Haïti depuis le déploiement des casques bleus.

Le Conseil de sécurité de l'ONU considère que la situation (sociale, politique et économique du pays représentent des facteurs de menace pour la paix et la stabilité malgré les progrès obtenus jusqu'ici.

Le renouvellement de la MINUSTAH a été fait quelques jours après la survenue d'un grave accident d'avion au cours duquel périrent 6 soldats de nationalité uruguayenne et 5 soldats jordaniens.

Un autre drame a touché juste avant le contingent policiaco-militaire de l'ONU quand trois soldats résultèrent blessés dans les suites d'un accident de la circulation qui a coûté la vie à un citoyen haïtien assis dans le local d'un restaurant.

Selon les autorités de Port Salut, l'endroit ou l'accident a eu lieu, les missionnaires de l'ONU revenaient de la plage et sous l'emprise de l'alcool auraient perdu le contrôle du véhicule qui aurait  percuté le civil décédé.

Se basant sur la situation actuelle du pays, le secrétaire général de l'ONU avait sollicité des modifications au sein des composantes de la mission. Sa demande a été écoutée puisque la MINUSTAH comptera à partir d'aujourd'hui moins de militaires (6940 au lieu de 7.000) et plus de policiers (2221 au lieu de 2.000 !)



Vous cherchez l'intégrale des clips de Michael Jackson ? Bing ! Trouvez !

Naître humain, Vivre en haïtien et mourir en animal

L'histoire s'achève à Villa Vasquez. Une petite commune de la République Dominicaine. Là ou s'achève des milliers d'histoires. Des histoires semblables ou seuls les acteurs changeant de visage ou de noms et  jouent toujours le même rôle.

Il s'appelait Jean Baptiste Antoine. Peu importe le nom. Il avait 44 ans. Peu importe son âge. Il avait cru comme beaucoup d'autres que naître de l'autre côté de la rivière aurait changé son karma.

Pour survivre il voulut forcer le destin et traversa le « massacre » à pied. A contre courant à contre sens et  à contre jour.

Qui sait. Peut être avait il sillonné pendant plus de dix heures les sillons dénudés et arides de la chaîne du Bahoruco ?

Peu importe, il y est parvenu. La terre promise ! Là ou coulent, le travail, les discriminations  et de quoi manger. Là il faut savoir fermer les yeux, veiller à ce que les oreilles restent bouchées, courber l'échine et marcher sur sa propre dignité. Juste pour avoir droit à quelques bouchées de manioc bouilli, saupoudré d'un soupçon de blanc d'œuf ou de hareng.

Il avait fini par s'adapter et s'intégrer harmonieusement dans sa condition d'immigrants-sans-papiers comme il s'était accommodé dans sa carapace d'haïtien depuis sa naissance.

Avant la dernière scène de Villa Vasquez, personne ne s'était inquiétée de savoir s'il avait de la famille, une ou des femmes. Cinq ou dix enfants.

Pourtant il n'était pas malheureux. Sous une tonnelle en bordure d'un champ en friche il avait l'habitude de se réunir avec des amis.

Doté d'une certaine inconscience bien venue et superbement calculée, il aimait s'asseoir de dos à l'ouest et tout ce qui s'y trouve. Ses pas dans l'eau. Ses trébuchements sur les sentiers abrupts. Les regards hagards de ses géniteurs. L'air perdu et vague du voyageur de l'inconnu de sa vieille mère attendant la mort. Ses racines…Haïti

Il prêtait peu d'attention à ceux qui ironisaient son accent et son mauvais espagnol. Mais dans une contrée ou l'espoir se dessine surtout en gris et en terre battue, tout était bon à prendre. Rire, remède infaillible.

Jean Baptiste n'avait pas trop réfléchi au futur. Ni proche. Ni lointain. Les jours se bousculaient à sa porte. Chacun avec son lot d'exigences.

Ce matin sous la tonnelle de Villa Vasquez, il racontait sa dernière blague. Il riait à tue tête et en cascade. Avec le plus beau rire de l'imbécile heureux. Tout à coup, il fut surpris par une déchirante douleur. Des céphalées, des coliques, des précordialgies, une angine. Peu importe. Il ne le dira à personne. Il avait appris aussi à maîtriser sa douleur.

Mais celle là était vraiment intense. Insupportable. Il voulut une dernière fois courber l'échine ; mais la douleur griffonna une ignoble grimace sur son visage qui se déforma et le terrassa.

L'assistance mit du temps à comprendre. Personne ne lui porta secours. Il ferma les yeux et cessa de vivre…

La  nouvelle ameuta davantage les gens que l'expression hideuse de cette douleur extériorisée malgré lui. Les curieux se sont rassemblés pour écouter le récit de ceux-là qui avaient eu l'insigne privilège de voir mourir quelqu'un qui était bien vivant avant sa mort.

De l'autre côté de a la rivière il n'existe pas de mort naturelle. Il y a toujours une relation anticartésienne de cause à effet.

Trouver les causes de la mort n'était pas à l'ordre du jour. La réalité de la situation se dessina quand la multitude des curieux laissa place à un tableau plus que sombre. Il n'y eut que ce silence.  Pas un cri, pas de larmes. Ni un pleureur ni  de chorale de pleureuses professionnelles. Pas de famille. Pas de parents.

Les curieux s'en allèrent. Le corps de Jean Baptiste gisait à même le sol. Sa peau noire luisait encore couverte de fine couche de poussière blanche incorporée à l'épiderme.

Ceux qui l'écoutaient deux heures plus tôt se regardaient entre eux. Etonnés de ne pas ressentir de tristesse particulière. En fait cet individu n'était qu'un parfait inconnu. Ils ne savaient rien de lui. Si ce n'est qu'il était haïtien et qu'il s'exprimait en un mauvais dominicain qui faisait rire.

Le groupe diminua progressivement en nombre. Le silence devint de plus en plus lourd au fil des heures qui défilaient sans tenir compte qu'un cadavre non réclamé gisait au milieu de ces terres qui se perdaient à l'horizon. On n'entendait que zouzoument des cohortes de mouches qui arrivaient en battant de l'aile, attirées par l'odeur déjà pestilentielle d'un corps en décomposition.

Quelques chiens de rues, galeux et affamés commencèrent aussi à s'approcher  d'une proie inhabituelle mais facile.

Plus le jour tombait, plus le corps inerte de Jean Baptiste prenait du volume et se déformait. Les rumeurs ont vite fait le tour de l'ensemble des quartiers de Villa Vasquez. Elles étaient de toute sorte. Revues augmentées et corrigées jusqu'aux oreilles des autorités locales. La situation devenait inquiétante. Presque humainement insupportable. Le cadavre d'un haïtien sans papiers servait de nourriture à une bande de chiens affamés. C'est au moins ce qu'a appris le maire champêtre de Villa Vasquez.

La situation exigeait une action énergique et ferme pour le salut des habitants de la Ville. La municipalité ne dispose pas de fonds destinés à enterrement d'haïtiens sans papiers et indigents.

La peur d'être submergé sous le poids nauséabond d'une odeur pestilentielle de chair humaine en décomposition, réveilla de vocations de bienfaiteurs à un grand nombre d'habitants de Villa Vasquez qui généreusement cotisèrent et contribuèrent  à l'achat d'un cercueil premier prix.

Le maire champêtre, une sorte de « chef section » de l'autre côté de la rivière se chargea d'accompagner Jean Baptiste libéré enfin de son fardeau vers une dernière demeure.

Il est né humain, il a vécu en haïtien, il est mort en animal de l'autre côté, là ou il trouva du travail, des discriminations et de quoi manger.

Auteur  D.L le 14/10/09



Nouveau! Tout Windows vous suit partout. Découvrez les Windows phones. Cliquez ici.