POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 10 juin 2009

La privatisation de la Téléco s’effectue à l’insu du Parlement, dénonce le sénateur Anacacis

Mauvaise gestion et gabegie caractérisent, selon lui, l’équipe gouvernementale
mercredi 10 juin 2009, Radio Kiskeya
Le sénateur Jean Hector Anacacis (Ouest, LESPWA) s’est insurgé mardi contre le fait que le processus de privatisation de la Téléco se déroule tout à fait à l’insu du Parlement.
Le parlementaire réputé proche du chef de l’Etat, René Préval, dirige la Commission Travaux publics, transports et communications du Sénat. A ce titre, il estime qu’il aurait dû être informé des décisions prises concernant l’avenir de l’unique entreprise de télécommunications de l’Etat. Il a fait part de ses appréhensions concernant une éventuelle liquidation de celle-ci.
Furieux de la façon dont les choses se passent, Jean Hector Anacacis a annoncé la convocation imminente par la commission qu’il dirige de tous les responsables concernés, en l’occurrence le ministre des Travaux publics, le ministre des Finances, le Conseil d’Administration de la Banque centrale et le directeur général de la Téléco.
Le Gouverneur de la banque centrale, Charles Castel, a lancé lundi la phase décisive de privatisation de la Téléco, l’une des entreprises qui a servi de vache laitière à la plupart des gouvernements haïtiens, jusqu’à son déclin récent.
Anacacis a par ailleurs exprimé son insatisfaction du bilan de ses 9 mois de gestion présenté lundi à la tribune du parlement par le chef du gouvernement, Mme Michèle Duvivier Pierre Louis. « N’étaient les travaux d’infrastructure réalisés par le Centre National d’Equipements (CNE), la 1ère ministre n’aurait absolument rien à annoncer », a déclaré le parlementaire.
Il a enfin dénoncé mauvaise gestion et gabegie en ce qui concerne le fonctionnement de l’équipe au pouvoir. [jmd/Radio Kiskeya]
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article5955
Notre commentaire :
Qu’est-ce qu’il avait établi et promis comme programme le candidat supporté par le « grand Sénateur Anacacis Jean Hector ?

Intensification du mouvement de protestation des étudiants

Le mouvement des étudiants de l'Université d'Etat d'Haïti (UEH) pour réclamer l'augmentation du salaire minimum s'est intensifié hier mardi avec l'implication de plusieurs autres secteurs dans les manifestations.

Plusieurs milliers de personnes ont défilé au Champ de Mars et à l'avenue Christophe en contournant les dispositifs mis en place par les forces de l'ordre. En dépit d'une forte averse la cinquième journée de manifestation s'est déroulée avec l'érection de barricades et des jets de pierres qui ont provoqué l'utilisation des gaz lacrymogène par les forces de l'ordre.

Un véhicule de l'administration publique a été incendié à l'avenue Christophe alors que plusieurs autres voitures portant des plaques officiels ont été des cibles de jets de pierres par un groupe d'étudiants retranchés à l'école Normale Supérieure (ENS).

Dans l'aire du Champ de Mars les activités économiques ont fonctionné au ralenti. Plusieurs entreprises ayant dû baisser leurs rideaux de fer.

Outre la publication de la loi sur le salaire minimum, les étudiants ont réclamé également la libération de leurs camarades incarcérés à la prison de l'Arcahaie. Les manifestants s'étaient divisés en plusieurs branches compliquant ainsi la tache des agents de l'ordre déployés en nombre imposant au Champ de Mars.

L'intensification du mouvement des étudiants est intervenue alors que les parlementaires sont dans l'attente d'une objection du chef de l'Etat à la loi fixant le salaire minimum à 200 gourdes. Selon le ministre chargé des relations avec le Parlement, le chef de l'Etat dispose de 8 jours pour formuler une objection.

LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15341

Le gouvernement entend sévir contre les fauteurs de troubles

Le secrétaire d'état à la sécurité publique Luc Eucher Joseph s'est dit préoccupé par la détérioration de la situation sociale et de l'ordre public depuis plusieurs jours au centre ville suite à des manifestations d'étudiants.
Le gouvernement de la République et la police nationale ont fait des efforts énormes pour maintenir un climat sécuritaire et stable dans le pays mais, ces mouvements sont de nature à mettre en péril ces acquis", a indiqué le secrétaire d'Etat à la sécurité dans une interview à radio Métropole.
M Joseph a tenté de justifier l'utilisation du gaz lacrymogène lancé par les policiers pour contrecarrer les actions des manifestants.
"Le gaz est proportionnel à l'action des étudiants ‘' a martelé Luc Eucher Joseph qui a dû même coûp exiger que l'action publique soit mise en mouvement contre tous les fauteurs de troubles.
A noter que le mouvement des étudiants qui a pris une nouvelle tournure depuis plusieurs jours vise officiellement à obtenir du pouvoir central la publication de la loi sur le salaire minimum votée à 200 gourdes par le parlement.
RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15345

Les parlementaires tardent à voter la loi sur la passation des marchés publics

Les députés ont brillé par leur absence 24 heures après la fin officielle des vacances parlementaires. Une quarantaine de députés avaient répondu à la convocation du président de la chambre basse pour le vote de la loi sur la passation des marchés publics. Le président de la chambre des députés, Levaillant louis Jeune, n'a pas caché sa déception face à l'intensification de l'absentéisme des parlementaires.
Lors de la séance en assemblée nationale, en début de semaine le président du sénat, Kelly Bastien et la Première Ministre Michèle Pierre Louis avaient mis l'accent sur l'importance de ce projet de loi, indispensable à l'annulation de la dette d'Haïti.
Michèle Pierre Louis avait invité les élus à voter la loi sur la passation des marchés publics dans le meilleur délai, rappelant qu'elle est une conditionnalité des institutions financières internationales pour l'effacement de la dette d'Haïti. Espérant que la loi sera votée avant le 12 juin, la Première Ministre rappelle que les institutions financières internationales sont disposées à effacer 900 millions de dollars américains de dette et 50 millions du service de la dette.
Par ailleurs, dans son discours à l'occasion de la rentrée parlementaire avait mis l'accent sur les progrès accomplis par son gouvernement dans le domaine sécuritaire. Au nombre des efforts notables de l'exécutif, Michèle Pierre Louis cite la sortie de la 20 eme promotion de la PNH, le processus de formation continue des cadres intermédiaires de la police, l'inauguration de 14 commissariats dans le sud et le lancement des travaux de construction de l'Inspection de la PNH.
LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15344

Les autorités haïtiennes multiplient les rencontres après la découverte du virus A (H1N1) en république dominicaine

Les autorités haïtiennes lancent un nouvel appel au calme à la population haïtienne après la découverte de 72 cas avérés de grippe A(H1N1) en République Dominicaine.
Une nouvelle rencontre doit se tenir entre les autorités sanitaires des deux pays le 15 juin prochain, en vue de définir un plan de surveillance et un protocole de traitement des personnes atteintes de la grippe A(H1N1) à l'échelle de l'île. .
Lundi dernier Les ministres de la santé d'Haïti, Alex Larsen et de la République Dominicaine, Bautista Rojas Gòmez, s'étaient déjà entretenus à la frontière, autour du dossier. .
Les responsables ont annoncé d'autres rencontres bilatérales sur la question dans le but de limiter les dégâts.
La situation devient de plus en plus préoccupante en République dominicaine. Il ne se passe pas un jour sans qu'il y ait des cas suspects ou confirmés.
La plupart des cas avérés sont identifiés dans le District national (44), les autres ont été découverts au niveau de la capitale (Santo-Domingo), ainsi que dans certaines provinces dont La Altagracia, Peravia, Santiago, La Romana, Samaná et Monte Plata.
Officiellement aucun cas n'a été signalé pour le moment en Haïti, les autorités haïtiennes demandent à la population de continuer à observer les règles d'hygiène élémentaires qui sont indispensables pour limiter les risques de contamination et de propagation du virus. .
RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15343
---------------
Haïti Recto Verso commente :
Il est invraisemblable de croire qu’il n’y ait pas encore eu de cas de grippe en Haïti. Pour ceux qui lisent les journaux et suivent les nouvelles sur internet ces informations seront gobées et digérées facilement cependant pour nous qui connaissons le fonctionnement du pays en matière de santé nous sommes persuadés qu’il s’agit d’un vrai fouttage de gueule.
L’énorme majorité des haïtiens qui seront affectés de cette grippe n’iront voir aucun médecin. Les statistiques seront plus que faussées.
Il faut juste se rappeler que dernièrement un médecin a retrouvé un méningiome intracrânien ç une jeune femme de 24 ans après une crise convulsive. Les parents de cette dame n’ont pas voulu croire à la relation cause à effet entre la tumeur cérébrale et la crise d’épilepsie et a refusé catégoriquement une prise en, charge médicale.
Aujourd’hui j’imagine très bien ou se trouve cette jeune dame et surtout dans quel état.
Donc à d’autres cette histoire de grippe non décelée en Haïti !

Réactions tout azimut autour des revendications des étudiants

Des personnalités ont exprimé des points de vue divergents sur l'opportunité de la manifestation des étudiants visant à réclamer la publication de la loi sur le salaire minimum.


Une rencontre entre les dirigeants de l'Association des Industries d'Haïti (ADIH) et les membres de la commission parlementaire des affaires sociales est prévue ce mercredi. Le député Steven Benoît annonce que les débats porteront sur les mesures de compensation à adopter après le vote de la loi. Comme préalable à la rencontre le parlementaire exige la communication des états financiers de ces entreprises de la sous traitance.

Le député de Petit Goave, Jean Limonji, a invité les membres des autres secteurs de la vie nationale à apporter leur appui au mouvement des étudiants. Toutefois il encourage les manifestants à faire valoir leurs points de vue sans avoir recours à la violence.

De son coté le porte parole de la PNH, Frantz Lerebours, s'insurge contre les critiques à l'endroit des forces de l'ordre qui auraient fait un usage excessif des gaz lacrymogène. Rappelant que les gaz sont lancés en direction des manifestants, M. Lerebours explique que les vents peuvent causer un changement de direction.

Il fait remarquer qu'il s'agit de dommages collatéraux et précise que les agents de l'ordre continueront à utiliser la même méthode pour protéger les libertés publiques et les droits des citoyens.

De nombreux résidents de la capitale apportent leur appuient au mouvement des étudiants visant à obtenir la publication de la loi sur le salaire minimum. Toutefois certains Port-au-Princiens déplorent les actes de violence perpétrés par les étudiants qui ont entraîné une perturbation des activités économiques.

Par ailleurs, la ministre du commerce, Marie Josée Garnier a indiqué que les négociations se poursuivent autour du salaire minimum. Révélant que seulement 9% des ouvriers perçoivent 70 gourdes, madame Garnier se prononce pour une augmentation progressive du salaire minimum.
LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15342