POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 20 août 2012

Taiwan-built resettlement village in Haiti inaugurated

Savane Diane, Haiti, Aug. 18 (CNA) A resettlement project in Haiti funded and built by Taiwan to house 1,000 people who lost their homes during a magnitude-7 earthquake in 2010 was inaugurated Saturday. The village of Hope, which includes housing for 200 families and an elementary school, as well as a 300-hectare area suitable for agriculture, was fully funded by Taiwan's Ministry of Foreign Affairs and the Red Cross Society of the Republic of China. Thomas Jacques, Haiti's minister of agriculture, natural resources and rural development, expressed hope that the US$5.5 million project will provide a place for the quake victims to settle in Savane Diane, which is located 230 km from the capital, Port-au-Prince. The residents will also be taught agricultural techniques by a technical team from Taiwan's International Cooperation and Development Fund, which will show them how to grow crops such as corn and sorghum, said Jacques. In addition, children in the village will be able to attend the school from this October, said Jacques, adding that his ministry will also cooperate with the country's Health Department to set up clinics in the village. Republic of China Ambassador to Haiti Liu Bang-zyh, who attended the inauguration ceremony, explained that the decision to locate the village at Savane Diane, which was less seriously hit by the earthquake than some other parts of the country, was in line with Haiti's urban development policy. He said Haiti's government also hopes to develop a remote area in north in order to create a regional balance in the population. Donus Eliriste, who moved into the village with his family, expressed gratitude for the help from Taiwan's government. (By Leaf Chiang and Hanna Liu) http://focustaiwan.tw/ShowNews/WebNews_Detail.aspx?Type=aALL&ID=201208190018

In One of Haiti's Roughest Neighborhoods, a Second Chance (Port-au-Prince)

DAVID BROWN ASSOCIATED PRESS PORT-AU-PRINCE, Haiti — In helping give birth to modern cities, disaster has been a useful, if cruel, midwife. In the months following Haiti's massive earthquake in 2010, people hoped it might be true here, too. There was plenty of precedent. The Chicago fire of 1871 left one-third of the city's population homeless. The city's economy, however, grew faster in the year after the fire than in the year before it. The earthquake and fires that struck San Francisco in 1906 destroyed 28,000 buildings. Almost overnight, it cleared vast areas on which a healthier and more handsome city was built. By now, though, it seems unlikely that Haiti's capital will be similarly transformed by the earthquake that damaged or destroyed about 180,000 buildings in the metropolitan area. The best intentions and money pledged will not come close to what is needed to turn Port-au-Prince into a modern city with wider streets, bigger houses, more public space, and water and sanitation for all. But one neighborhood, Ravine Pintade, gives a hint of what is possible on a small scale. It has been transformed. A giant pile of rubble — bigger in volume than the Washington Monument — has been carted away. The ravine's slopes have been stabilized with 7,900 feet of retaining walls. Nearly 8,000 feet of buried pipe carries rainwater that used to sluice through the streets. The footpaths that residents used to joke were "too narrow for a rat to get down" are now four feet wide. More than half the community's 900 families have a new house or had repairs done to the one they were in. Almost every new dwelling has a system for capturing rainwater for washing and bathing. People can buy potable water for a small price from five community-run kiosks. Groups of houses share 23 septic tanks and 100 bucket-flush toilets, which can be locked for privacy. Twenty solar-powered lights illuminate streets. No one would call the rebuilt Ravine Pintade a model neighborhood. But it is far better than it was. More important, it is a product of Haitian planning and labor — and is what the residents wanted in almost every detail, including the not-very-good ones. "There are a lot of people spending a great deal of time planning unrealizable actions," the project manager, Aram Khachadurian, said of the past two years of Haiti rebuilding. "The balance of planning and doing should be shifted more in the direction of doing, even now." Khachadurian, 55, works for CHF International, a charity based in Silver Spring, Md., that was originally called the Cooperative Housing Foundation. He was previously a banker, a real estate developer and a regional planner for New York City. Named "Katye" — the Creole word for "neighborhood" — the project was paid for with $8.5 million from the U.S. Agency for International Development. CHF and another nonprofit, San Diego-based PCI (formerly Project Concern International), were the "implementing partners." The project employed about 55 people — only four were non-Haitians — and provided $1.4 million in direct economic stimulus to the community. The most visible change is 260 new one-story dwellings and 75 two-story ones. Steel-framed, with wood and composite walls, they are expected to last at least 25 years. Less apparent but equally important, Khachadurian said, is the "local ownership" — something many projects pay lip service to but few achieve. "We had quite a different approach," he said. "Everybody was involved in everything." Roughly $12.4 billion has been pledged in private and international post-earthquake aid to Haiti through this year. At least a third of that total went toward emergency relief for earthquake victims: food, water, shelter, medical care and cash. Whether the rest of the aid would have been enough to turn Port-au-Prince into a modern city is uncertain. The reconstruction of Chicago, San Francisco and many other disaster-damaged cities was financed by economic growth, not charity. Haiti's stagnant economy assured that was not going to happen here. But there were other reasons, as well. Less than a quarter of recovery aid (which could pay for long-term rebuilding) went to Haiti's government, according to an analysis by the Center for Global Development, a Washington think tank. Charities, non-governmental organizations and contractors continued to be the main conduits for help and money. That has been true for decades, thanks to the country's legendary instability and reputation for corruption. (Since 1806, 56 presidents have served, with fewer than a dozen completing their terms.) Governance has continued to be difficult. The current president, Michel Martelly, has had two prime ministers since taking office in May 2011. Most experts say that a well-funded, strong national government — or its equivalent, such as an occupying army — is necessary to execute projects such as repaving streets, laying water and sewer lines, and forcing changes to lot sizes. "Because the money went to NGOs, I don't think it was ever realistically an option" to modernize Port-au-Prince, said Vijaya Ramachandran, an economist at the Center for Global Development and co-author of the report. "NGOs don't work at the level of rebuilding cities." Her fellow author, Julie Walz, added, "You can't rebuild an entire city through one project here, one project there." But you can rebuild a neighborhood. Ravine Pintade is a 40-acre, V-shaped gash in the hills above downtown Port-au-Prince. It was poor and dangerous before the earthquake. The disaster did not make it more prosperous or safe. Rebuilding the area was a high priority for Haiti's government because it was heavily damaged and many of the residents were living in a displaced-persons camp in a downtown park. However, there was only enough money to rebuild one side of the ravine. The north side was chosen because CHF and PCI had "strong existing community relationships" there, Khachadurian said. As it turned out, that asymmetry was the source of recurrent trouble during the 17 months of reconstruction. Participation was voluntary. People were not forced to get new dwellings if their own house was salvageable and they wanted to fix it up. Residents were consulted about design and were expected to find solutions to showstopping problems. When the project was finished in May, maintenance of common spaces and infrastructure became the residents' responsibility. The project engineers started with a test plot in which 30 house lots were cleared and new dwellings were built while the residents lived on-site in tents. It quickly became clear, however, that that strategy was not practical for the whole project. Hundreds of families would need to find temporary housing. "We met with the community and said: 'We need to start work on this date. What do we do?' " Khachadurian recalled. It turned out that most people had friends or relatives with whom they could stay. For the few who did not, tent sites would be found. Another big problem was that wider paths and outdoor places to sit were neighborhood priorities but there was not any unoccupied land for them. As the project evolved, 201 households agreed to reduce the size of their plots, 171 agreed to reshape them, and 51 agreed to share their plots with another family by living in two-story houses. "New" land was also created by building vertical retaining walls where dirt slopes had taken up space. "We were able to create huge changes in the public spaces, but it was adding up centimeters at a time," Khachadurian said. There were limits, however, to the project managers' deference to local wishes. The plan called for six water kiosks, where the public could buy chlorinated drinking water. Space was found for five. The only place the community could agree on for the sixth was was in the middle of a widened and rehabilitated road. The engineers said no. There are only five water kiosks now. Crime temporarily halted the project several times. South-side thugs forced a contractor at gunpoint to deliver sacks of cement to their side of the ravine, which was not part of the project. Someone robbed a contractor, again at gunpoint, as he distributed payroll. A south-sider stoned the construction headquarters, shouting that his neighborhood was being left out, and in return was severely beaten. There were ongoing annoyances. Ralph Chery, the 39-year-old Haitian in charge of erecting the dwellings, said that in some parts of the neighborhood his crew had to work extra-long days and lug out uninstalled steel, cables and plywood each night. "Not everyone in the neighborhood is a beneficiary," he said, noting that thieves lived on both sides of the ravine. Khachadurian, who speaks French and Creole, visited the south side several times and did some rubble removal there as a gesture of goodwill. He told the residents he understood their resentment. He said he would try to get a project for their half of the ravine, too. In December, one of the Haitian engineers was kidnapped. Work was halted again. For three days and nights people from both neighborhoods looked for the man. The searchers included the stone thrower and a man who had once come into the project office courtyard wielding a machete. On the fourth day, after his family paid ransom, the engineer was put out of a car on a nearby street, shaken but unhurt. That night, people from both sides of the ravine gathered in the courtyard to welcome him back. (The current belief is the kidnappers, never identified, were not from either neighborhood.) It was a "West Side Story" moment, only with a happy ending. "There was a triumphant look in their eyes," Khachadurian said, choked with emotion at the memory. "I just felt the message coming from these people — 'We're going to have our conflicts, we're not going to be totally honest sometimes, but in the end this is our project. You can count on us.' And it really was true." CHF has a proposal pending with the World Bank for $10 million to do a Katye-like project on the south side of Ravine Pintade. It just got an invitation to come in and talk. bc-haiti (TPN) http://www.northjersey.com/news/international/166663216_In_One_of_Haiti_s_Roughest_Neighborhoods__a_Second_Chance__Port-au-Prince_.html?page=all

Le parc Sainte-Thérèse en chantier

Le parc Sainte-Thérèse, à Pétion-Ville, est en pleine rénovation après avoir été libéré de la plupart de ses occupants. Les travaux avancent rapidement pendant que plusieurs dizaines de familles sont encore logées sur le site. John Smith Sanon Jeudi 16 août 2012, 10 h a.m : sur le vaste terrain entouré de tôles neuves, des ouvriers sont à pied d’œuvre. Ils sont plusieurs dizaines à s’activer au milieu des tas de remblais empilés çà et là au parc Sainte-Thérèse. Bòs Jean (nom d’emprunt) transporte de l’eau autres ouvriers qui s’occupent du mortier. Bòs Jean, comme tous ses coéquipiers, ne souhaite pas être interrogé. Le seul bruit qu’on peut entendre, c’est celui du malaxeur à mortier.
Plus loin, entre un amas de gravier et une pile de terre, M. Denis est assis tranquillement sur un bout de bloc, juste à côté de sa tente en bâche, pour admirer le travail des ouvriers. Flanqué de sa chemise blanche, de son pantalon kaki et de son képi bleu, affichant une mine distraite, il n’hésite pas à confier qu’il a hâte de quitter ces lieux. « La mairie avait promis de nous évacuer d’ici, mais depuis qu’ils ont commencé avec ce programme, nous autres, nous ne faisons qu'attendre souligne-t-il, souhaitant quitter cet espace où la poussière et la pluie leur font la guerre dans les plus brefs délais. « Hier soir, l’eau est montée très haut à cause de la pluie et nous avons eu peur », ajoute-t-il.
Ils sont encore plusieurs familles sous des tentes en très mauvais état. Il y en a qui sont partis chez des amis, d’autres n’ont nulle part où aller et sont obligés de rester, selon ce qu’ont révélé ces derniers. Le programme de délogement entamé il y a deux mois, par la mairie de Pétion-Ville, de concert avec l’OIM, n’a pas permis totalement de débarrasser l’espace jusqu’à présent. En dépit des efforts des autorités pour déloger les 800 familles qui y vivaient depuis le 12 janvier, en leur donnant la modique somme de 21 000 gourdes, environ 33 tentes sont encore sur le terrain.
Le prochain ministade Sainte-Thérèse ne va pas tarder à être sur pied, selon l’ingénieur en chef du chantier, Delva Pierre Wilmax, de la firme de construction CECOSA, qui en a la charge. Prudent dans ses propos, l’ingénieur Wilmax n’a pas voulu fournir plus de détails concernant l’accord entre le gouvernement haïtien et la firme CECOSA pour la construction de ce centre sportif qui doit être électrifié et doté de toilettes, d’un terrain de basket-ball, etc. Cependant, il assure que les travaux devraient être achevés d’ici à décembre prochain. C’est Olivier Martelly, conseiller du président de la République en matière de jeunesse et de sport, qui est responsable du projet de construction de dix centres sportifs, dont celui de Sainte-Thérèse, sur tout le territoire national dans le cadre du projet « Sport pour le changement », lancé par le président Martelly après son investiture. John Smith Sanon smithsanon@gmail.com Twitter: @smithsanon http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=108150

La sélection nationale s'impose 1-0 aux dépens du Don Bosco

Enock Néré La sélection nationale A s’est imposée (1-0) jeudi contre le Don Bosco en match amical disputé au stade Sylvio Cator. C’est l’attaquant de l’Aigle Noir et l’enfant de Cité Soleil, Wedson Anselme surnommé Suker qui a inscrit l’unique but de la partie en seconde période. La sélection nationale n’a pas montré grand-chose au cours de cette partie. Quelquefois, on avait l’impression que le fond de jeu du Don Bosco qui n’occupe que l’avant dernière place au classement du championnat national, ressemblait plus à la production d’une sélection nationale que celle fournit par la sélection elle-même. Cependant, le technicien cubain ne disposait pas vraiment d’une sélection nationale complète. Plus d’une dizaine de joueurs concernés par le match de championnat devant opposer le Baltimore au Victory vendredi était mis en disponibilité. Ainsi, Alain Vubert, Peter Germain, Nicodème Beaugé…étaient mis au repos. La sélection nationale devrait rencontrer l’Irak au cours de cette semaine en match amical, mais cette confrontation a été remise à cause d’un problème d’agencement de calendrier. La sélection nationale devrait faire son entrée en éliminatoires le 7 juillet prochain en match comptant pour les éliminatoires de la Digicel des Nations de la Caraïbes. http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=108195

Martelly remet le CCPDI sous les projecteurs

Conseil consultatif présidentiel pour le développement économique et l’investissement (CCPDI). C’est tellement plus facile à évoquer en abrégé. « Effacé » est aussi, selon un grand nom du secteur privé, un bon abrégé désignant cette structure, créée par le président Michel Joseph Martelly en septembre 2011. Eclipsé, ce Conseil, « appelé à développer des stratégies novatrices pour attirer des investissements directs et étrangers en Haïti », revient dans l’actualité. En moins de 72 heures, deux coprésidents ont été nommés pour le diriger : l’ex-ministre de l’Intérieur, Thierry Mayard-Paul et l’industriel Grégory Mevs. Le second remplaçant le premier, confirment des sources gouvernementales. Sans entrer dans le détail de la "mésaventure" de l'aîné des frères Mayard-Paul, on commente la nomination de Mevs, certains sans abréger les éloges et d'autres les calembours mouillés d’acide. « On est enchanté », confie Stéphan Coles, coordonnateur du Forum économique du secteur privé, vendredi 17 août 2012. « Le forum est à sa disposition pour l’aider et le supporter dans cette entreprise », ajoute Coles, qualifiant l’industriel de " figure proéminente du secteur privé ". Dans le même tempo, Marc Antoine Acra, vice-président de l’ADIH, suit et voit en Mevs un pont entre le secteur privé haïtien et les entrepreneurs étrangers. « C’est bon d’avoir un membre du secteur privé comme co-chairman de ce conseil. Il pourra faire le lien entre les entrepreneurs locaux et internationaux », indique-t-il. En Grégory Mevs, Marc Antoine Acra voit " un défenseur des avantages du secteur privé haïtien ". « Je me passe de commentaires », confie, aussi froid que l’Arctique, le président de l’AMCHAM, Philippe Armand. Un autre homme d’affaires boulimique d’infos, comme aux dominos, "passe" ou presque. Circonspet, il exprime toutefois ses doutes sur d’éventuelles retombées pour le secteur privé dans son ensemble après la nomination de Grégory Mevs. « C’est le sers toi toi-même », indique-t-il, avec le sarcasme du vieux sage assis au bord de la route, témoin des agissements pour le moins égoïste d’hommes et de femmes d’affaires ayant leur entrée au palais national depuis des lustres. « Je ne sais pas ce que fait concrètement ce Conseil. J’espère au moins que la présence de Grégory permettra au public d’avoir des informations », espère une autre figure du secteur privé. « Il n’y a pas grand-chose à communiquer. Au départ, ça marchait plutôt bien avec des hommes d’affaires étrangers. Mais, très vite, les élans ont été cassés. Il y eut d'autres priorités, comme la nomination d’un Premier ministre », confie un expatrié informé du fonctionnement du CCPDI, reconnaissant qu’il « n’a pas vu grand-chose depuis le lancement du conseil » composé, outre de Bill Clinton, de l’ex-président de la Colombie, Alvaro Uribe, la star haïtienne Wyclef Jean, Michaëlle Jean, l’Envoyée spéciale de l’Unesco pour Haïti, des anciens Premiers ministres Jose Maria Aznar (Espagne), Percival Patterson (Jamaïque) et de Dennis O’Brien, l’actionnaire principal de la compagnie Digicel. Comme l’année dernière, des membres du CCPDI participeront aux activités du Clinton global initiative à New York au mois de septembre. On redira que « Haïti is open for business » alors que les mesures concrètes pour attirer les investissements tardent à être adoptées. Cela, sans parler des grands chantiers qui n’ont pas encore été ouverts comme annoncé lors de la conférence des investisseurs de fin 2011, au Karibe Convention Center. Comme le Marriott ou l’hôtel des Artistes de l’aéroport, selon un homme d'affaires. On n'a aucune nouvelle aussi du projet de construction d'un complexe commercial sur les ruines de Hasco (Haitian american sugar company). Seul le parc industriel de Carocal marche avec des perspectives d'emplois qui risquent d'être en deçà des prévisions, ajoute-t-il. CCPDI a bossé Contrairement à ce que l’on croit et malgré l’absence de ressources financières, le CCPDI a fait un travail très important, rétorque Georges Andy Réné, secrétaire exécutif du Conseil et actuel directeur général du Centre de facilitation des investissements (CFI), le troisième en 15 mois. « On a travaillé sur trois axes. On a lancé un processus de réforme des assurances en créant le Groupe de travail sur les Assurances. Ce groupe a proposé un projet de loi qui a été discuté entre les acteurs du secteur et le gouvernement. On est arrivé à deux textes finaux dont l’un sur l’organisme de supervision du secteur des assurances », explique Georges Andy René, ajoutant que des rencontres ont été effectuées ainsi que des prospections pour attirer des investisseurs dans le secteur de l’énergie. Selon M. René, l’une des missions du CCPDI est de faire des recommandations sur les réformes en vue de renforcer le cadre des affaires, sans négliger le renforcement des contacts au sein des réseaux, des relations des personnalités composant ce Conseil. Reconnaissant que ledit Conseil pouvait être qualifié « d’effacé », Georges Andy René souligne que c’était un choix. Le conseil n’avait pas à faire la promotion de ses actions mais travailler au renforcement du cadre des affaires en général, indique-t-il. Entre-temps, « des textes légaux et réglementaires seront adoptés afin de garantir et d'accorder toutes les facilités aux investisseurs ». « L'État et les collectivités territoriales entreprendront tous les travaux susceptibles d'améliorer l'attractivité d'Haïti, comme centre d'investissement », promettait Martelly le 8 septembre 2011. « Nous sommes conscients des retards que le pays a accumulés par rapport à ses amis, sur le chemin de l'investissement. C'est pourquoi j'ai voulu tout mettre en œuvre pour bâtir une économie haïtienne dynamique, génératrice de croissance et créatrice d'emplois », selon le président, dont l’administration peine à trouver les rails et la cohésion dans son action. « Le Conseil consultatif, avec les personnalités qui le composent, est un excellent outil devant contribuer à améliorer l'image du pays à l'étranger et faire d'Haïti le haut lieu de l'investissement direct étranger de la Caraïbe », avait indiqué Martelly, qui remet ledit Conseil sous les projecteurs en nommant Grégory Mevs, un partenaire en affaires de Bill Clinton, dit-on. Clinton a vivement souhaité sa présence comme coprésident du CCPDI, d'après des sources concordantes. C'est la première fois qu'une personnalité de l'envergure de M.Grégory Mevs accepte un poste public. Roberson Alphonse roberson_alphonse@yahoo.com http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=108176

Pour la refondation du système éducatif haïtien

Les responsables de 18 universités haïtiennes et canadiennes se sont réunis jeudi soir à Port-au-Prince pour signer le protocole d'entente instituant le Consortium interuniversitaire pour la refondation du système éducatif haïtien (CIRSEH). « Jamais avant autant d'universités se sont mobilisées dans un effort concerté d'appui à la modernisation de l'enseignement en Haïti », s'est exclamé le nouveau ministre de l'Education nationale, Vanneur Pierre. Des universités haïtiennes privées ainsi que l’Université d’Etat d’Haïti ont réussi à s’entendre pour former avec des universités canadiennes un Consortium interuniversitaire pour la refondation du système éducatif haïtien (CIRSEH). Réunis jeudi à l’hôtel Karibe, les différents partenaires de cette initiative ont qualifié d’historique la signature du protocole d’entente qui, selon plus d’un, aidera à corriger des dérives au niveau du système éducatif haïtien à travers toutes ses composantes. « Le protocole d’entente que nous signons aujourd’hui est important puisqu’il symbolise l’engagement de l’Etat haïtien à cet effort résolu en vue de la reconfiguration du secteur de l’éducation en général et du système d’enseignement supérieur en particulier », a déclaré le ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, Vanneur Pierre. « Jamais avant autant d’universités se sont mobilisées dans un effort concerté d’appui à la modernisation de l’enseignement en Haïti », a-t-il soutenu au cours de la cérémonie à laquelle ont pris part l'ambassadeur du Canada en Haïti, Henri-Paul Normandin, des cadres du MENFP, entre autres. Selon le ministre, le CIRSEH représente pour le pays une nouvelle et autre façon de faire de la coopération internationale. « Il ne s’agit plus de poser nos problèmes tels la fragilité institutionnelle, la faiblesse de l’Etat, comme des caractéristiques inhérentes et indépassables. Il nous faut, au contraire, nous atteler à les comprendre, pour mieux les connaître, les maîtriser et les surmonter », a indiqué le titulaire du MENFP, qui participait à l’un de ses premiers grands événements, depuis son installation à ce poste il y a quelques jours. Conscient des différents problèmes du système éducatif haïtien, le ministre estime que s’attaquer aux différents problèmes de ce système requiert « un important éventail d’expertises ». La mise en place du CIRSEH, s’est-il félicité, en est une première réponse. Car le Consortium devrait accompagner l’Etat haïtien dans le développement de son système éducatif par la mise en place du Plan opérationnel du ministère de l’Education nationale. « Nous nous sommes résolument engagés dans le renforcement des capacités nationales et dans le développement des compétences locales pour pouvoir faire face aux divers problèmes que nous rencontrons, a lancé le ministre. Il ne fait aucun doute que la réussite de ce pari passe nécessairement par le renouvellement de notre enseignement supérieur. » De leur côté, des recteurs d’universités haïtiennes n’ont pas caché leur satisfaction face à ce consortium dont on attend désormais les retombées positives. « Nous avons réussi à nous entendre pour une bonne cause », s’est réjoui Jean Robert Charles, de l’Université autonome de Port-au-Prince. « C’est la première fois qu’on donne naissance à une entreprise innovante de ce genre où plusieurs universités se mettent ensemble pour réaliser un projet commun qui sera non seulement bénéfique pour Haïti, mais aussi pour nos partenaires canadiens », a ajouté le professeur, soulignant que le CIRSEH sera un lieu de dialogue, où tous les grands dossiers seront traités, toutes les grandes questions sur le système éducatif haïtien posées. Une dizaine d’institutions haïtiennes publiques et privées d’enseignement supérieur font partie du CIRSEH. Du côté canadien, on compte l’Université du Québec et deux de ses constituants, à savoir l’UQAM et l’UQTR, l’Université Laval, l’Université de Moncton, l’Université d’Ottawa, l’Université de Sherbrooke et l’Université de Montréal. Valéry Daudier http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=108184

Haïti-économie : Grégory Mews Co-président du Conseil pour l’investissement

Le bureau de communication de la présidence a annoncé vendredi que l’homme d’affaires Grégory Mews a été nommé par le président Michel Martelly comme co-président du Conseil consultatif présidentiel pour le développement économique et l’investissement. L’ex-ministre de l’intérieur Thierry Mayard-Paul est l’autre co-président de ce conseil qui avait été formé avec l’ancien président américain Bill Clinton. Avec la nomination de ces deux co-présidents, on ignore si M. Clinton fait toujours partie du conseil. « Le Conseil Consultatif Présidentiel pour le Développement Economique et l’Investissement est appelé à développer des stratégies novatrices pour attirer des investissements directs en Haïti, accompagner l’Administration publique et lever les freins pour libérer la croissance économique », lit-on dans la note du bureau de communication de la présidence. http://www.hpnhaiti.com/site/index.php/economie/6896-haiti-economie-gregory-mews-co-president-du-conseil-pour-linvestissement

Haïti-Argentine: une place publique porte le nom d’Haïti

La municipalité de la province Resistencia vient d'inaugurer une place publique baptisée au nom d’Haïti en hommage aux Haïtiens qui résident dans la capitale de Chaco, la place est située à l'intersection de l'avenue Avalos et la rue Entre Rios, selon un collaborateur de Haïti Press Network. La cérémonie a été dirigée par l’intendante municipale Aida Ayala et le conseiller en chef des communications et de la culture de l'Ambassade d'Haïti à Buenos Aires, M. Jeançois Joseph. “Cette espace verte portant le nom d’Haïti, “Plazoleta République d'Haïti”, représente l'inclusion sociale des Haïtiens à Resistencia”, a déclaré le responsable de la municipalité en signant un accord avec la communauté internationale pour l’entretien de la place. Accompagné par l´orchestre Municipal "Gusberti Luis Omobono", ont été chantés les strophes des hymnes nationaux de l'Argentine et Haïti tandis que le ténor Ariel Gomez a interprété la chanson officielle de la province "Canta tu canto Chaco". Deux plaques commémoratives des fêtes nationales haïtiennes ont été dévoilées par le maire de la province de Chaco où vivent une petite communauté haïtienne de 30 personnes. "Ce programme vise à diffuser la culture de ceux qui ont fait Resistancia et les gens d'Haïti qui y font partie avec tous les autres citoyens. L'origine de notre terre est juste un mélange de Races", a ajouté un responsable de la zone. "Nous encourageons les frères haïtiens à propager leur culture, leurs particularités et des grandes valeurs pour les peuples d'Amérique latine," a-t-il poursuivi. « Pour nous, c'est un honneur qu´une place de cette ville porte le nom de notre République, nous sommes donc profondément reconnaissants ", a déclaré pour sa part, l'ambassadeur d'Haïti, Jeançois Joseph. Resistencia est la capitale de la province de Chaco située au Nord Est d´Argentine. Fondée en 1878, cette province compte plus d´un millions d´habitants pour une superficie de 99 633 km2, plus de 3 fois celle d’Haïti avec une population 8 fois inférieure. Petit Maxonley http://fr.hpnhaiti.com/site/index.php/hait-diaspora-trait-dunion/santo-domingo/6880-haiti-argentineune-place-publique-porte-le-nom-dhaiti

Haïti-Cuba-coopération : arrivée d'une brigade de vétérinaires cubains

Les dix premiers vétérinaires d'une brigade de 23 spécialistes cubains sont arrivés la semaine dernière en Haïti dans le cadre d’une coopération avec le ministère de l’agriculture, a appris Haiti Press Network. Au cours de leur mission de 2 ans, les vétérinaires cubains travailleront pour le renforcement du Ministère de l’agriculture dans ses programmes de développement de la production de viande et de lait. Selon le ministère, les vétérinaires cubains tous des spécialistes de haut niveau, ayant chacun entre 20 et 30 ans d'expérience de terrain, vont être déployés dans les 10 départements du pays. Ils vont encadrer particulièrement 75 jeunes vétérinaires haïtiens revenus au pays entre 2006 et 2008, après des études à Cuba, dont une quarantaine travaillent au Ministère dans des programmes de vaccination et de surveillance des maladies animales. http://www.hpnhaiti.com/site/index.php/internationale/6909-haiti-cuba-cooperation-arrivee-dune-brigade-de-veterinaires-cubains