POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 20 août 2012

Le parc Sainte-Thérèse en chantier

Le parc Sainte-Thérèse, à Pétion-Ville, est en pleine rénovation après avoir été libéré de la plupart de ses occupants. Les travaux avancent rapidement pendant que plusieurs dizaines de familles sont encore logées sur le site. John Smith Sanon Jeudi 16 août 2012, 10 h a.m : sur le vaste terrain entouré de tôles neuves, des ouvriers sont à pied d’œuvre. Ils sont plusieurs dizaines à s’activer au milieu des tas de remblais empilés çà et là au parc Sainte-Thérèse. Bòs Jean (nom d’emprunt) transporte de l’eau autres ouvriers qui s’occupent du mortier. Bòs Jean, comme tous ses coéquipiers, ne souhaite pas être interrogé. Le seul bruit qu’on peut entendre, c’est celui du malaxeur à mortier.
Plus loin, entre un amas de gravier et une pile de terre, M. Denis est assis tranquillement sur un bout de bloc, juste à côté de sa tente en bâche, pour admirer le travail des ouvriers. Flanqué de sa chemise blanche, de son pantalon kaki et de son képi bleu, affichant une mine distraite, il n’hésite pas à confier qu’il a hâte de quitter ces lieux. « La mairie avait promis de nous évacuer d’ici, mais depuis qu’ils ont commencé avec ce programme, nous autres, nous ne faisons qu'attendre souligne-t-il, souhaitant quitter cet espace où la poussière et la pluie leur font la guerre dans les plus brefs délais. « Hier soir, l’eau est montée très haut à cause de la pluie et nous avons eu peur », ajoute-t-il.
Ils sont encore plusieurs familles sous des tentes en très mauvais état. Il y en a qui sont partis chez des amis, d’autres n’ont nulle part où aller et sont obligés de rester, selon ce qu’ont révélé ces derniers. Le programme de délogement entamé il y a deux mois, par la mairie de Pétion-Ville, de concert avec l’OIM, n’a pas permis totalement de débarrasser l’espace jusqu’à présent. En dépit des efforts des autorités pour déloger les 800 familles qui y vivaient depuis le 12 janvier, en leur donnant la modique somme de 21 000 gourdes, environ 33 tentes sont encore sur le terrain.
Le prochain ministade Sainte-Thérèse ne va pas tarder à être sur pied, selon l’ingénieur en chef du chantier, Delva Pierre Wilmax, de la firme de construction CECOSA, qui en a la charge. Prudent dans ses propos, l’ingénieur Wilmax n’a pas voulu fournir plus de détails concernant l’accord entre le gouvernement haïtien et la firme CECOSA pour la construction de ce centre sportif qui doit être électrifié et doté de toilettes, d’un terrain de basket-ball, etc. Cependant, il assure que les travaux devraient être achevés d’ici à décembre prochain. C’est Olivier Martelly, conseiller du président de la République en matière de jeunesse et de sport, qui est responsable du projet de construction de dix centres sportifs, dont celui de Sainte-Thérèse, sur tout le territoire national dans le cadre du projet « Sport pour le changement », lancé par le président Martelly après son investiture. John Smith Sanon smithsanon@gmail.com Twitter: @smithsanon http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=108150

Aucun commentaire: