POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 5 mars 2018

Migración haitiana: ¿Qué hay dentro del sobre amarillo y por qué se repite en los vuelos chárter?

Migración haitiana: ¿Qué hay dentro del sobre amarillo y por qué se repite en los vuelos chárter? .
El artículo ha llamado la atención por repetirse a menudo en quienes desembarcan en el aeropuerto de Santiago. Según la Fundación Fré, su origen se relaciona a agencias radicadas en Puerto Príncipe. .
04 de Marzo de 2018 | 15:07 |.
Por Consuelo Ferrer Durán, Emol 432 .
José Manuel Vilches, Emol. SANTIAGO.- .
La imagen de un avión Boeing 767 sin logo y la de decenas de ciudadanos de Haití descendiendo de él fueron capturadas en video y posteriormente divulgadas por internet hasta alcanzar una amplia difusión esta semana. El registro abrió varias teorías conspirativas y algunas preguntas, siendo quizás la más repetida si Chile se estaba convirtiendo o no en un país racista. .
Pero entre las inquietudes que surgieron, una ha adquirido especial interés por tratarse de un detalle demasiado común: la existencia de un sobre de color amarillo, aparentemente de tamaño oficio o carta, que la mayor parte de los pasajeros del video portan en sus manos. .
Las tesis alrededor de su existencia fueron variadas, apuntando algunos a que probablemente los vendían en la terminal de Puerto Príncipe, hasta otros que sospechaban que en él provenía dinero de la ONU, que llegaba a manos del Gobierno como parte de una especie de convenio secreto de intercambio de migrantes. .
Lo cierto es que fuentes policiales confirmaron a Emol que el sobre contiene "documentos personales de cada viajero", entre ellos el pasaporte, la reserva de un hotel y dinero en efectivo para justificar la solvencia económica de la estadía. .
Pero, ¿por qué todos los sobres son iguales? .
Paquetes migratorios de color amarillo .
Para empezar a explicar el fenómeno, el director ejecutivo de la Fundación Fré, José María del Pino, cuenta que lo que sabe lo ha escuchado de muchos migrantes que llegan hasta la organización y que le cuentan. .
Propone, después, un escenario hipotético: "Supongamos que soy un haitiano que quiere migrar, estoy en Puerto Príncipe pero no estoy bancarizado, por lo tanto no tengo cómo acreditar mi dinero para ingresar a otro país. .
Tampoco sé cómo llegar, pero sí sé que quiero migrar, porque mis condiciones de vida no son las mejores", afirma. .
"En torno a la migración han surgido verdaderas agencias de viaje que no están enfocadas en el turismo, sino que en la migración" José María del Pino "Lo que ha ocurrido en Haití, y que históricamente ocurrió con destinos como Canadá, EE.UU., Brasil y ahora con Chile, es que en torno a la migración han surgido verdaderas agencias de viaje que no están enfocadas en el turismo, sino que en la migración", añade. .
Entonces explica la forma en que funcionan: Se vende no solamente el pasaje, sino que "entregan el dinero con el que van a acreditar que tienen recursos para entrar". "Lo que viene dentro del sobre amarillo es toda la documentación del viaje, más el dinero en efectivo que se exige a cualquier turista que entra al país", cuenta. .
El monto no sería necesario si, por ejemplo, los migrantes contaran con tarjeta de crédito. .
Dinero prestado .
La base del negocio es que el efectivo que la agencia le otorga a los migrantes tiene que volver a ella, para lo que el director ejecutivo de la Fundación Fré asegura que existen "patas" en Chile. .
"Se paga como paquete aéreo y muchas veces el compromiso es que llegando a Chile y teniendo trabajo empiecen a enviar las remesas. Además pagan un delta por la pasada, que ronda un 10%: Si les prestaron US$3 mil, tienen que devolver US$3.300", comenta. .
"Nosotros tenemos información de migrantes que nos han contado directamente que a cambio de eso sus familias quedan amenazadas en Puerto Príncipe. .
Ellos tienen que pagar las remesas y el dinero que les prestaron para sacar la amenaza que pesa sobre sus familias", complementa. .
Los vuelos sin logo .
Del Pino cuenta, además, que dichas “agencias de viaje” son las mismas que contratan los vuelos chárter, o a pedido, para realizar viajes a Chile. Es decir, los aviones sin logo. "Las agencias de viaje los arriendan o se alían con una de esas empresas. En esos vuelos chárter hay gente que estuvo meses esperando", explica. .
Asegura también que los pasajeros que vuelan en aerolíneas como Latin American Wings (LAW) no llegan todos con el mismo sobre, porque reúnen los documentos por su cuenta. Dice que él ha visto, por ejemplo, sobres transparentes. .
"Nadie está articulando esto como una gran mano maestra. Esto es propio de organizaciones que se han generado en torno a un país que pasa por una crisis humanitaria, donde la necesidad de migrar es muy grande José María del Pino. "A mi juicio, estas agrupaciones sí cometen delito de tráfico de migrantes", afirma. .
El problema, comenta, es que el negocio funciona desde Puerto Príncipe. "No tenemos, como país, ninguna acción para poder fiscalizar", dice. Ocurre, según su entendimiento, porque la migración haitiana tiene características humanitarias: .
"Es muy resiliente, ellos están dispuestos a pagar, a endeudarse, a todo con tal de llegar a otro país y mejorar su calidad de vida". "Ahí es donde otros, y no los migrantes, cometen delitos, aprovechándose de esa desesperación, e inventan asociaciones ilícitas que lucran con la migración. No son los migrantes el problema, no es que el Estado esté recibiendo plata de la ONU en esos sobres", comenta. .
"Nadie está articulando esto como una gran mano maestra: esto es propio de organizaciones que se han generado en torno a un país que pasa por una crisis humanitaria, donde la necesidad de migrar es muy grande", concluye.
Fuente: Emol.com -.
http://www.emol.com/noticias/Nacional/2018/03/03/897202/Migracion-haitiana-Que-hay-dentro-del-sobre-amarillo.html

mercredi 21 février 2018

A Government-funded charity has denied allegations its staff sexually exploited survivors of the 2010 Haiti earthquake by exchanging food and money for sex.

World Vision, an evangelical Christian charity, have been accused of forcing Haitians to have sex in order to be given World Food Programme aid, according to a report in the Mail on Sunday.
It claims a former World Vision worker made the allegations about the British-funded charity – which received £17 million from the UK Government last year – following the scandal over the use of prostitutes by Oxfam officials, also in Haiti.
A statement from World Vision said the allegation ‘misrepresents our actions and omits key findings from our investigations which we described publicly several years ago’.
The statement said ‘evaluations’ carried out by World Vision ‘highlighted a number of issues in government-run camps; of nepotism, sexual exploitation and inaccurate record-keeping’.
It went on: ‘World Vision’s extensive investigations into these issues revealed that those involved in sexual exploitation were not World Vision staff.
‘They were community volunteers and cash-for-work beneficiaries themselves.’
Meghan Markle was an ambassador for the charity (Picture: World Vision) The charity said it reported the issues to authorities and implemented training and follow-up procedures to ‘cut down on these practices’.
If anybody wants to report ‘inappropriate behaviour’ by World Vision employees they should report it to their whistleblower hotline, the statement added.
Meghan Markle was an ambassador for the charity until last year and previously made a visit to Rwanda to support the work done by the charity.
It is the latest of Britain’s major charities to be shaken by allegations of sexual abuse after it was revealed Oxfam aid workers abused children and used prostititues in Haiti, the Ivory Coast and Southern Sudan.
A Save the Children report from a decade ago suggested ‘significant’ abuse was being carried out by aid workers from unspecified charities overseas, with Oxfam admitting it was aware of the report.
The 2008 report resurfaced on Friday and detailed horrifying abuse including food in return for sex acts and a 15-year-old girl being offered the equivalent of £2 and some chocolate to perform a sex act on ‘a couple of humanitarian men’.
More than 340 people were spoken to in total, revealing ‘inadequate’ safeguarding against ‘significant levels of abuse of boys and girls’, much of which was inflicted during emergencies and went unreported.
The report – which uncovered ‘every kind of child sexual abuse and exploitation imaginable’ – found that children were fearful of telling anyone about what was happening because they thought they might lose out on future aid.
Save the Children recommended the establishment of a global watchdog to evaluate how agencies tackled abuse, including the launch of an effective complaints procedure.
The report came to light just hours after Oxfam chief executive Mark Goldring said the backlash against the charity is ‘out of proportion’ and suggested no-one had ‘murdered babies in their cots’.
To report sexual exploitation by World Vision employees collect call the confidential Whistleblower Hotline on +1-503-726-3990 or report it online at http://worldvision.ethicspoint.com Source: http://metro.co.uk/2018/02/18/british-charity-backed-meghan-markle-denies-staff-sexually-abused-haiti-earthquake-survivors-7321759/amp/?__twitter_impression=true

dimanche 18 février 2018

Oxfam admits man dismissed over Haiti prostitution scandal in 2011 was rehired later that year in Ethiopia

Oxfam says it is examining how 'serious error' happened
Oxfam re-hired one of the aid workers sacked over alleged sexual misconduct in Haiti just months later, it has emerged.
The charity apologised for the “serious error” shortly after Desmond Tutu became the latest high-profile figure to step down as an ambassador.
A spokesperson confirmed that the man was dismissed from his post in Haiti in 2011 but subsequently hired as a consultant in Ethiopia from October to December that year.
“Hiring him, even in an emergency as a short-term consultant, was a serious error and should never have happened,” a statement said.
“We are still checking how this occurred but it further highlights that we need an organisation and sector-wide approach to the vetting and recruitment of both staff and consultants, especially in emergencies where there is pressure to fill posts quickly in order to help save lives.
“We are now checking whether there were any issues in Ethiopia while he was there.”
The man was among four members of Oxfam staff to be dismissed over the alleged use of prostitutes in Haiti, although the extent of their involvement is unclear.
Oxfam's head of safeguarding: In one instance 'a woman had been coerced to have sex in exchange for aid'
Three others, including the country director Roland van Hauwermeiren, resigned before the end of an internal investigation in 2011.
The Charity Commission has launched a statutory investigation into Oxfam after claiming it failed to “fully and frankly disclose material details” of allegations against its staff.
The Government has warned that aid agencies failing to offer adequate assurances about their safeguarding processes and transparency could have funding withdrawn, while Labour is calling for a full inquiry.
Archbishop Emeritus Tutu became the latest high-profile figure to distance himself from Oxfam as the scandal continued on Thursday.
The South African Anglican leader said he was “deeply disappointed by allegations of immorality and possibly criminality involving humanitarian workers linked to the charity”, which he had supported for many years.
“He is also saddened by the impact of the allegations on the many thousands of good people who have supported Oxfam’s righteous work,” a spokesperson added, confirming he had retired from the position of global ambassador.
Actress Minnie Driver resigned earlier this week, followed by Senagalese singer Baaba Maal, while former ambassador Livia Firth, the wife of actor Colin, said the men involved had “betrayed all who put their faith in them”.
“It would be a tragedy to see this relief work and advocacy stopped,” she added.
”Oxfam must do everything in its power to heal the damage to those who depend on both its work and the good faith and generosity of its supporters.“
Mr Van Hauwermeiren, the Belgian aid worker at the heart of the scandal, claims reports of his activities as Oxfam’s country director for Haiti and previously in Chad included ”lies and exaggerations“.
"A lot of people, including in the international media, will be blushing with shame when they hear my version of the facts,” he told De Standaard.
"It is not that I deny everything. There are things that are described correctly. But there are many lies and exaggerations.
"Parties every week? Fancy villas? Women paid with money from the organisation?"
He indicated the revelations had taken a personal toll, telling the paper: "It is especially bad that my family no longer want to see me."
Corporate support for Oxfam has been wavering and although the charity says it is too early to tell the impact of the crisis” on donations, it revealed 1,270 people cancelled their direct debits between Saturday and Monday - almost double the average of 600 cancellations per month.
The scandal already caused the resignation of the charity’s deputy chief executive Penny Lawrence, who said she took “full responsibility” for the alleged use of prostitutes by senior staff in Haiti and on a previous placement in Chad.
A subsequent country director for Haiti, Damien Berrendorf, was sacked last year but had no connection to the previous case.
Oxfam said Mr Berrendorf, who was in the post from 2012 to 2017, was dismissed for mismanagement.
“The dismissal was not related to sexual misconduct and was not connected to the case in 2011, however, there were allegations of inappropriate behaviour,” a spokesperson added.
“As soon as the allegations were reported via Oxfam’s whistleblowing line, they were investigated and the individual was dismissed.”
It came as the International Development Secretary met with the National Crime Agency (NCA) discuss how they could jointly tackle sexual exploitation and abuse in the aid industry.
The NCA has been “closely monitoring” allegations and confirmed it has a range of powers to investigate sexual offences committed outside the UK and support foreign security forces.
Penny Mordaunt has threatened to cut Oxfam’s public funding, which totalled £31.7m in 2016/17, and that from other charities that fail to reassure the Government vulnerable people are safeguarded.
“No organisation is too big, or our work with them too complex, for me to hesitate to remove funding from them if we cannot trust them to put the beneficiaries of aid first,” she said.
The Government has written to all British charities working overseas demanding “absolute assurances” that they are protecting vulnerable people and referring complaints to authorities.
A new unit dedicated to reviewing safeguarding in the aid sector and stopping “criminal and predatory individuals” being employed by other charities has been created, and a global register of development workers may be established.
The International Development Committee is to hold an urgent session on Tuesday to question Oxfam UK's chief executive Mark Goldring and its chair of trustees, Caroline Thomson.
Save the Children's chief executive, Kevin Watkins, is due to give evidence on wider sexual exploitation in the aid sector and a Government representative will be present to explain its knowledge of the problem.
SOurce: http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/oxfam-haiti-prostitution-scandal-dismiss-aid-worker-rehired-ethiopia-2011-abuse-charity-latest-a8212466.html

The scale of sex abuse at the hands of UN workers could be huge. The shocking fact is paedophiles target aid organisations

In early 2017 the United Nations Secretary General admitted to 145 incidents involving 311 victims in 2016 alone, mainly in peace operations. Many of the victims were children
Andrew MacLeod @AndrewMMacleod
This piece was originally published on 20 September 2017. It has been updated to reflect developments in the story.
This week the news has been dominated by allegations of sexual misconduct by Oxfam aid workers. It has been reported that workers representing the charity in war-torn Haiti hired prostitutes who may have been underage, and downloaded illegal material.
Since this information came into the public sphere, the Department of International Development has called for answers and the Charity Commission has launched a statutory inquiry into the organisation.
However, as I reveal below, the sexual misconduct perpetrated by Oxfam workers is only the tip of the iceberg. When we look to the scandal that has engulfed the UN for decades, which was first explored on these pages in March 2017, things become a lot more sinister.
The UK’s National Criminal Intelligence Service, which registers and monitors the activities of paedophiles, has warned as far back as 1999 that the scale of paedophiles in the international aid world is on a level with sex tourism.
This at first may seem shocking. But when one realises the good work of police forces to detect, prevent and prosecute paedophiles in our own communities is gaining in effectiveness, it is perhaps a predictable consequence that predatory paedophiles target the developing world.
The sad truth then is the easiest way for a paedophile to gain access to children in the developing world is to work for a children’s charity.
What then are the aid agencies, particularly the United Nations, doing for training, prevention, detection and prosecution of paedophiles in order to send the signal that the aid world is no easy target?
The truth is sadly, not enough, and it is time for the UK Government, that funds the UN and NGOs, to make our view heard.
In early 2017 the United Nations Secretary General admitted to 145 incidents involving 311 victims in 2016 alone, mainly in peace operations. We covered this on these pages earlier this year.
Sadly, the 311 victims are only those who were brave enough to come forward to report the rapes and abuse.
Many of the victims were children.
The UN Secretary General confessed that this was only the tip of the iceberg. But how big is the iceberg?
In September 2017 in New York, the Secretary General made a startling admission at a high-level meeting on the wings of the UN General Assembly meeting.
Antonio Guterres said “sexual exploitation and abuse is not a problem of peacekeeping, it is a problem of the entire United Nations. Contrary to the information spreading that this is a question related to our peacekeeping operations, it is necessary to say that the majority of the cases of sexual exploitation and abuse are done by the civilian organisations of the United Nations, and not in peacekeeping operations.”
If the majority of cases are outside of peace operations, the admitted 311 cases in peace operations are less half the reported victims in a single year. The total may well be over 600 of known victims.
In the United Kingdom about 14 per cent of rapes are reported. If we assume slightly less rapes are reported against the United Nations, a safe assumption given the environments in which the United Nations works, and assume 10 per cent, then that 600 victims could represent 6,000 real victims, in only one year – many of whom are children.
That could mean 60,000 in a decade. Andrew Mitchell says Oxfam 'did report the matter to the Department for International Development but he wasn't informed What is the United Nations doing in training, prevention, detection and prosecution of these crimes?
When one looks at the United Nations’ own website and filters the data to see accusations for child sex crimes that have been investigated by the United Nations, found to be upheld, how many of these people have been reported back to police forces for prosecution?
Not a single one – by the UN’s own data on their own data base. Thousands of victims and not one person in jail.
So what should we demand of the UK Government?
If we are to continue to support the good works of the UN in other areas we must demand the best in class training, prevention, detection and prosecution of sexual abusers, particularly when it involves children. The United Kingdom should demand that the UN demonstrate that the organisation we fund has the best in class systems for training, prevention, detection and prosecution of child abusers.
In September 2017 the UK did, through ex-Department for International Development head Priti Patel, deliver letters to UN agencies saying that funding will be contingent on cracking down on child abuse.
The UK Government should be congratulated for this. But what about prosecution?
Admittedly prosecution of peacekeeping soldiers can be problematic with responsibility falling to “troop-providing countries” but no such escape exists from prosecution of United Nations’ core staff.
Unfortunately, there is a Convention on United Nations Privileges and Immunities which gives legal protection from prosecution for a UN staff member performing his or her duties. Amazingly some think that child abuse falls within the definition of “performing duties” and therefore legal immunity from prosecution should apply.
If this turns out to be true and we put protection of child rapists before the protection of children, something is severely wrong.
The UK Government should demand from the United Nations that it clearly states the organisation’s position on child abuse. Does the UN think perpetrating, aiding or assisting in child abuse is really “performing duties”? Will the UN insist on legal immunity for its staff?
If by some moral abhorrence some person in the United Nations could even consider that child abuse is part of their duties, the convention allows the Secretary General to waive immunity “in the interests of justice”.
What more justice can there be than protecting children from rape?
The United Kingdom must demand from the United Nations a permanent waiver of legal immunity for child sex crimes.
What better action by the UK Government could there be than to ask for the UN to have the best in class training, prevention, detection and prosecution mechanisms to stamp out child abuse by UN staff?

When it comes to child sex abuse in aid work, the Oxfam revelations are just the tip of the iceberg

Shocking revelations on BBC’s Newsnight on Friday 9 February saw former Oxfam head Dame Barbara Stocking admit that she “knew for years” after an internal Oxfam investigation that sexual exploitative behaviour has been going on at Oxfam. The behaviour included hiring prostitutes in earthquake-torn Haiti – who may have been underage – and downloading illegal material. It was revealed that the aid workers involved in such acts moved from aid job to aid job with spotless references.
Worse, Oxfam only reported accusations to its board, but not to prosecutors.
However, such behaviour is the tip of the iceberg.
There is a growing realisation that the worst of crimes – child abuse and child rape – make up a component of detailed and long-standing sex abuse accusations against UN and NGO aid workers, and peacekeeping soldiers. If you doubt this, have a look for yourself – I wrote about the lack of action but six months ago.
Oxfam is far from alone with sexual harassment, rape and child rape accusations. The problem is becoming more well known in the entire aid industry. The UK’s former National Criminal Intelligence Service, which registered and monitored the activities of paedophiles, warned as far back as 1999 that the scale of the problem of paedophiles in the aid world is on a level with sex tourism.
As disgusting as it might seem, as authorities crack down on paedophilia in the developed world, predatory paedophiles are now going to the developing world to gain access to children. According to authorities’ warnings, one of the paedophiles’ chosen methodologies to gain access to children is to join a children’s charity.
Shocking, but once you think about it, horribly easy to believe.
Surely then, child-related charities working overseas must have a higher than normal obligation to prevent, detect and prosecute predatory paedophiles who join their networks?
Yet, from the top, we have no leadership.
Kofi Anan and Ban Ki Moon, two former UN secretaries general, both list their failure to crack down on paedophilia as one of their professional regrets. The UN’s Field Support website lists ongoing accusations of sex abuse and ongoing accusations of child rape. The problem is not just a past problem – it is a present and future scourge that will threaten the entire aid industry if we don’t fix it.
This topic is difficult reading for many people. I understand people would rather shy away from the issue of child rape. Just in typing the words for this article I feel uncomfortable. One of the reasons that the Catholic Church avoided responsibility for so long is that it was too difficult for people, especially Catholics, to accept that their institution was responsible for covering up heinous acts.
Andrew Mitchell MP: ‘Oxfam must respond with complete transparency’
It is similar in aid.
I am a former aid worker and thus am part of a group on Facebook, “Fifty Shades of Aid”. This group is made up of former and current aid workers with almost 17,000 members. There has been a lot of discussion on the Oxfam revelations and the broader topic of sex abuse by aid workers.
There have been many good comments about the need to clean and fix the industry. But there have been other comments, including: “The allegations of child abuse here are speculated by the media and adding to the witch hunt mentality” and: “Please also remember that The Times is on a huge anti-aid tirade”.
Do some people hate aid? Yes. Do some right-wing libertarians want to rip down the whole aid system? Yes. But do you defend the aid system by hiding its biggest shame, child abuse? No.
I understand the “shoot the messenger” mentality. Many Catholics still feel that the Church has been unfairly targeted. Many aid workers will feel the same. But like many Catholics, many aid workers will, now and in the future, have to ask themselves: “What did I do to try and stop it?”
You can only defend the aid system by weeding out the problem. And the law does have a solution.
Sex tourism laws in Australia, UK, USA and elsewhere make it unlawful to have sex with a child anywhere in the world. But it is also a crime to aid, abet and counsel child sex crimes.
When are we finally going to realise that turning a wilful blind eye encourages these paedophiles? When will people like Dame Barbara Stocking, if they knew for years and did not report these people to police, realise that they are or should be guilty of a crime?
Former International Development Secretary Priti Patel understood this problem. Patel led an international effort at the last UN General Assembly to finally take this seriously. She proposed a new protocol of all accusations against UK nationals to be jointly investigated by the UN and UK prosecuting authorities. Where has this got to now Patel has gone?
Where is the new whistleblowing round-table to be hosted in the first half of 2018 in the UK, that Patel promised to the world last September? I am waiting to see what Patel’s successor at the Department for International Development (DFID), Penny Mordaunt, will do.
Organisations like Hear Their Cries are doing massively good work to raise awareness of the issue. However, celebrity aid ambassadors, such as Emma Watson and Angelina Jolie and others, should cease their ambassadorial roles until they have faith that the problem is fixed. This would bring it to the forefront.
The British people are rightly disgusted about the acts of child sex tourists – predatory paedophiles – and should be disgusted by the paedophiles that make their way in to the aid Industry, particularly because the British public are paying for aid workers to undertake their crimes.
While a sex tourist pays his or her own way to their favourite child hotspot, an aid worker is paid, insured, housed and flown by DFID, together with well-meaning and good people, donating their money in the hope that it will make someone else’s life better.
But we now need to take the bitter pill and have the hard discussions. Agencies we put faith in have a big problem, and the problem needs to be fixed.
Andrew MacLeod is a visiting professor to King’s College London, chairman of Griffin Law, and a former high-level UN official
Source:
http://www.independent.co.uk/voices/oxfam-aid-work-prostitutes-un-workers-child-sex-abuse-harassment-dfid-a8204526.html

Oxfam was told of aid workers raping and sexually exploiting children in Haiti a decade ago

Exclusive: CEO sent 2008 report warning of rape, assault and exploitation on ‘significant scale’ in Haiti
izzie Dearden Home Affairs Correspondent @lizziedearden
Aid agencies including Oxfam were warned that aid workers were sexually abusing children in Haiti a decade ago, The Independent can reveal.
Children as young as six were being coerced into sex in exchange for food and necessities, according to a damning report by Save the Children, which called for urgent action including the creation of a global watchdog.
Its research exposed abuse linked to 23 humanitarian, peacekeeping and security organisations operating in Haiti, Ivory Coast and what was then Southern Sudan.
READ MORE
Oxfam to appoint independent commission to investigate sex claims
Ex-Oxfam Haiti director denies prostitution allegations
Oxfam re-hired aid worker sacked over sexual misconduct in Haiti
“Our own fieldwork suggests that the scale of abuse is significant,” the report concluded. “Every agency is at risk from this problem ... existing efforts to keep children safe from sexual exploitation and abuse are inadequate.”
It identified “every kind of child sexual abuse and exploitation imaginable”, including rape, prostitution, pornography, sexual slavery, assaults and trafficking.
One 15-year-old girl in Haiti told how “humanitarian men” exposed themselves and offered her the equivalent of £2 to perform a sex act.
“The men call to me in the streets and they ask me to go with them,” said another Haitian girl. “They do this will all of us young girls.”
Oxfam executive director: ‘I’m appointing a high-level commission’
A six-year-old girl described being sexually assaulted and a homeless girl was given a single US dollar by a “man who works for an NGO” before being raped and severely injured, while boys were also reportedly raped.
When asked why the abuse was not reported, children said they feared losing aid, did not trust local authorities, did not know who to go to, felt powerless or feared stigma and retaliation. “The people who are raping us and the people in the office are the same people,” said one girl in Haiti.
by Taboola Sponsored Links Several children said they knew of cases where international aid workers had left the country while wanted by police, or where abusers had been disciplined or assigned to a different post.
The research took place in 2007, when Haiti was experiencing a food crisis driven by rocketing prices, natural disasters and climate change.
It was three years before the alleged sexual misconduct by Oxfam staff that has sparked national outcry and demands for change.
Corinna Csaky, who wrote the report, said an advance copy was sent to the CEO of Oxfam and all major international NGOs, adding: “In our cover letter we emphasised that our research revealed a sector wide problem but we didn’t implicate any one particular organisation by name.”
“Yes, you can have your code of conduct and policies and enforcement mechanisms but child protection is about educating women and girls about their rights, about knowing where to get help if you feel under threat, what is reasonable and what you can say no to.
“It’s the environment that makes abuse possible.”
Ms Csaky, a global child development adviser who no longer works for Save the Children, said that the charity was receiving “anecdotal” reports of sex abuse in the field more than a decade ago.
“It basically got to a stage where we thought ‘we need to find out more – how widespread is this?’” she added.
“What I found surprising was that it was a problem for every organisation, regardless of what they delivered, what kind of organisation they were.
“It was something everybody needed to take seriously and on a personal level just the sheer age of some of the victims, the lack of recourse and the sense of total and utter powerlessness on the part of them and their communities was shocking.”
Ms Csaky declined to name the 23 organisations implicated but said they were across the “full spectrum” of aid agencies, NGOs, peacekeeping forces and UN agencies.
“We organised events to talk about these issues and the solutions where all of these donors and implementers were parts of those conversations,” she added, saying the report sparked meetings and reforms within the UN.
It called for effective local complaints mechanisms for victims to combat “chronic underreporting”, a new global watchdog to monitor the international response and for governments to prioritise tackling the root causes of abuse.
A spokesperson for Oxfam said: “As a result of the Save the Children report, a senior member of Oxfam staff visited Haiti to assess the situation for himself and measures were put in place.
“However, these measures proved insufficient and could have been compromised by staff who were were later investigated by Oxfam and found guilty of misconduct.”
The British Government has demanded “absolute assurances” that all British charities operating abroad are protecting vulnerable people and referring complaints to authorities in the wake of revelations about Oxfam.
The Charity Commission has launched a statutory inquiry and the International Development Secretary, Penny Mordaunt, said Oxfam had agreed not to bid for new government funding until her department “is satisfied that they can meet the high standards we expect”.
“We want to ensure that programmes we are already financially committed to are being delivered appropriately by Oxfam or any other Dfid partner,” Ms Mordaunt said.
“Clearly Oxfam have a long way to go before they can regain the trust of the British public, their staff and the people they aim to help. The actions and attitude of the organisation over the coming weeks will be critical.
“I am determined that we do our utmost to prevent exploitation and abuse happening – and ensure that where it does happen it is identified and dealt with appropriately.”
Oxfam has pledged to publish an internal investigation it mounted in 2011 over allegations of sexual and other misconduct in Haiti, which resulted in several members of staff being sacked and others including the country director resigning.
As part of a plan to “stamp out abuse”, the charity is launching an independent review of its culture, creating a global database of accredited referees.
The reforms include more than doubling the number of people working in safeguarding while increasing annual funding to £720,000.
“What happened in Haiti and afterwards is a stain on Oxfam that will shame us for years, and rightly so,” said Oxfam International’s executive director, Winnie Byanyima.
“Right now I have two utmost priorities for Oxfam: continuing to provide support to the millions of vulnerable people we work with around the world, and learning vital lessons from our past mistakes to make sure such abuse and exploitation does not happen again.”
Oxfam GB’s chief executive Mark Goldring, who has resisted pressure to resign, said the charity had “betrayed people’s trust” and would work with the Government, the Charity Commission and others to reform.
More than 1,000 direct debits to the charity were cancelled over the weekend and the Government threatened to cut £31.7m annual public funding for Oxfam.
A report released on the future of international NGOs last year warned that they were being threatened by the actions of national governments delegating the response to increasingly “politicised” crises to their own agencies and militaries.
Andrew MacLeod, a former UN official, told The Independent the outrage sparked by the Oxfam scandal could be a “sustained turning point for change”, adding: “This isn’t an excuse to cut aid, this is an excuse to fix aid.”
Mr MacLeod, who represents a charity targeting sexual abuse by UN agencies, said: “It’s taken nine years to get to this point where we’re getting some change peacekeepers but the problem is far bigger than that ... this is an opportunity to reform the charity sector completely and permanently.”
http://www.telegraph.co.uk/news/2018/02/17/oxfam-warned-decade-ago-crisis-sex-abuse-among-worlds-aid-workers/

mercredi 7 février 2018

Enterrés vivants, drogués, fous : en Haïti, les zombies existent vraiment

Un extrait des "zombies" de Philippe Charlier et Richard Guérineau (DR/Le Lombard)
Grand entretien avec Philippe Charlier, anthropologue et médecin légiste, auteur d'un livre sur les zombies.
Par Renée Greusard
Publié le 06 février 2018 à 15h24 En Haïti, on voit des hommes et des femmes enterrés (dans la terre et tout) revenir parmi les vivants. C'est ce que l'on apprend dans la fabuleuse bande dessinée de Philippe Charlier (médecin légiste et anthropologue) et Richard Guérineau (dessinateur) : "les Zombies" (Lombard).
Et tout bouge alors. Car jusqu'ici on voyait ces personnages au plus simple, comme des morts-vivants au teint verdâtre, débraillés, décidés à ne pas nous laisser prendre le petit déjeuner tranquille. Au mieux (restes de quelques cours de ciné à la fac), on avait observé (malins) qu'ils étaient souvent (toujours ?) une métaphore de l'exclusion sociale.
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les zombies...
Philippe Charlier est parti sur place, enquêter, interroger des zombis, mais aussi des professionnels qui travaillent sur la question, des neurologues, des médecins, des chercheurs. Et c'est une histoire bien plus fascinante que celle qui occupe nos séries et nos films.
Une histoire de drogue administrée comme un poison (qui éteint le corps puis le plonge dans un état d’hébétude), de tribunaux sociaux vaudous, de vengeances intimes, de troubles psychiatriques, de vivants enterrés comme des morts. Et de morts ramenés à la vie. Interview.
Qu'est-ce qu'un zombi, en Haïti ?
Il y a trois grands types de zombis.
Le premier, c'est le zombi toxique, celui dont l'empoisonnement a été décidé par une société secrète (les bizangos, les cochons gris, par exemple) parce qu'on considère qu'il fait du mal à la société. Un violeur, un assassin, un captateur d'héritage, ce genre de choses. Et on va lui dire : "Si tu ne t'arrêtes pas, il va t'arriver quelque chose de pire que la mort." Et être un zombi, en effet, c'est pire que la mort.
C'est aussi celui qui a été empoisonné par sa belle-mère, par exemple, ou quelqu'un qui lui veut du mal et qui a demandé à le "zombifier". Et ça, c'est un mésusage du poison "légalement" utilisé par le vaudou [la loi haïtienne punit cependant la "zombification", NDLR] . Le deuxième type de zombi, c'est le zombi psychiatrique. Ce sont des gens qui considèrent qu'ils ont visité le royaume des morts. Ils ont dîné, comme ils disent, avec "Baron Samedi" et "dame Brigitte". Cela obéit généralement à des cas de schizophrénie ou d'autres pathologies.
Et puis, il y a un dernier cas, qui est le zombi social. Après une catastrophe naturelle (et, malheureusement, Haïti est souvent touché par des tremblements de terre, des raz-de-marée ou des cyclones), le père, la mère ou quelqu'un d'important dans la famille a disparu. Il est remplacé par quelqu'un d'autre. Ici, tout le monde se ment. On fait passer cette personne pour un zombi (quitte à lui créer des fausses cicatrices, changer son prénom, ou lui créer des souvenirs) en sachant très bien que ce n'est ni la personne de la famille ou un zombi. Tout le monde le sait mais personne ne le dit. C'est un jeu. Et c'est un peu comme "le Retour de Martin Guerre" : le but, c'est de combler le vide d'une personne disparue.
Et donc, quand on lit "le Nouvelliste", un des grands quotidiens nationaux, en Haïti, on lit des histoires de zombis. Ce ne sont pas forcément des zombis toxicologiques vaudous, ce sont parfois des zombis psychiatriques ou sociaux, mais en tous cas, ils font la une de la presse.
Mais on dit "zombie" en Haïti ? Le mot existe ?
Oui, sauf qu'on ne met pas le "e" final ! Zombie avec un "e", c'est le zombie américain. Sachant que les zombis n'existent qu'en Haïti. Il y a quelques rares cas publiés au Cameroun et en Afrique du Sud mais l'Haïti a quasiment le monopole des zombis.
La tétrodotoxine, TTX, drogue utilisée pour zombifier en Haïti, est-elle prise dans d'autres contextes ?
Si vous utilisez cette drogue pour vous-même, ce ne sera pas super...
En revanche, si vous allez dans certains grands restaurants japonais, vous pourrez manger du poisson globe, "le fugu". Le poison se trouve partout à l'intérieur, mais pas dans la chair du poisson (même si on ne mange qu'une arête, on peut mourir). Et le but c'est, évidemment, ni de devenir un zombi, ni de tomber dans un état de mort apparente mais de ressentir le picotement sur le bout des lèvres, le tout début de l'action de la drogue.
Au Japon, on appelle même cela "le jeu de la mort". Et on ne mange pas ce plat dans n'importe quel restaurant, le chef doit avoir un diplôme particulier. Il doit pouvoir manger son poisson lui-même. S'il survit, il a le droit de le servir. C'est tellement dangereux que l'empereur et l'impératrice du Japon n'ont pas le droit d'en manger. Ça n'a pas un goût fantastique, paraît-il...
Quelqu'un qui reviendrait d'entre les morts, chez nous, se ferait rejeter. Cela n'arrive jamais en Haïti ?
En Haïti, on n'a pas peur de la mort car on vit avec en permanence. Elle fait partie de la vie quotidienne. Quand on sort de l'avion et qu'on prend la route de l'aéroport pour aller à Port-au-Prince, on voit des maisons funéraires un peu partout.
Et on a l'impression en parlant avec les gens que le séjour sur terre n'est là que pour préparer le séjour divin, ultime et définitif. Il faut donc bien réussir sa mort et on met toute sa vie à la préparer. Dans l'allégresse la plus totale. Les funérailles sont hyper-joyeuses. On met presque plus d'argent dans son enterrement que dans son mariage.
Les zombis que vous avez rencontrés, dans le cadre de vos recherches, étaient des zombis psychiatriques ou toxiques ?
Il y en a une qui était à mi-chemin entre le zombi social et psychiatrique : Adeline. Elle est aujourd'hui dans un hôpital psychiatrique car il y a eu des désordres trop importants. Mais sont-ils la conséquence d'un empoisonnement ou d'un trouble psychiatrique ? On ne sait pas... En tous cas, ses enfants l'ont reconnue et son mari refuse d'aller la voir. C'est peut-être donc son mari qui a "zombifié" cette femme-là.
J'ai aussi rencontré un homme qui, a priori, avait subi un empoisonnement par sa belle-mère. Il a été empoisonné sans être convoqué par une société secrète, donc c'est un mésusage par un prêtre vaudou (un bokor) de ce type de toxiques. Lui n'est pas allé jusqu'au tombeau. Il s'est réveillé dans le drap funéraire alors qu'il allait être déclaré mort. C'est passé à très peu de choses.
Oui, parce que pour préciser et pour les lecteurs qui ne vous ont pas lu, les zombis toxiques sont quand même enterrés, ils voient la terre tomber sur eux... C'est un véritable enfer !
Oui, c'est vivre sa propre mort et sans certitude en plus qu'on vienne vous rechercher. Sans compter qu'ils sont souvent dans un cercueil qui se trouve lui-même dans un caveau.
Ce qui est passionnant dans ce que vous racontez sur l'aspect psychiatrique des zombis, c'est qu'on reconnaît des pathologies qu'on ne nomme pas de la même manière en Occident. Chez nous, on pourrait parler de dédoublement de personnalité, de schizophrénie...
Oui, à titre d'exemple, je consulte en maison d'arrêt, dans les Hauts-de-Seine. Parmi certains patients, on en a quelques-uns qui sont persuadés d'être une autre personne (donc une inversion de personnalité, peut-être de la schizophrénie).
Certains sont d'origine afro-caribéenne et on pourrait tout à fait les qualifier de zombis. Ils obéissent radicalement aux critères de la zombification. Ils disent qu'ils ont subi un maléfice.
C'est ça qui est intéressant, c'est qu'avec un regard occidental, on les étiquette schizophrènes, avec un regard d'anthropologue, on les étiquette "zombifiés". Donc c'est assez difficile de poser un diagnostic précis et tout diagnostic doit être un diagnostic d'ethno-psychiatrie. Et parfois certains patients ne sont pas considérés comme des cas psychiatriques, ils ne sont pas malades. Ils adhèrent totalement à leurs croyances.
J'ai été intéressée par le cas de Clairvius Narcisse, mort une première fois en 1962 et une seconde en 1994. Vous dites qu'il a beaucoup plu aux femmes après sa zombification. C'est sexy d'être un zombi ?
En théorie non, le zombi, on s'en écarte un peu. On fait quand même attention. Il y a une once de défiance, sinon de respect. Clairvius Narcisse était plutôt beau gosse, il avait du bagout. Il avait un grand succès. C'était le premier zombi médiatisé. Il a fait des conférences dans des universités américaines. Il a eu du succès pas seulement avec des Haïtiennes mais aussi avec des Américaines, qui se sont dit "ah tiens, qu'est-ce que ça ferait de coucher avec un zombi ?"
Donc, ce schéma anthropologique là en rencontre un autre qui est celui de la fascination que peuvent avoir des Occidentaux pour 1. le surnaturel, 2. l'exotisme, 3. la mort.
Tout cela peut expliquer ses succès féminins. Il a bien profité de sa deuxième vie ! Il a souffert dans son cercueil, mais après...
Il y a aussi une dimension économique car les zombis sont parfois transformés en travailleurs, non ?
Tout à fait, ce sont de nouveaux esclaves. Ils perdent complètement leur libre arbitre. Ils n'ont pas les mêmes prénoms. Ils sont alimentés par terre comme les esclaves, sur une feuille de bananier. En plus, on leur impose un régime sans sel et parfois des barbituriques pour les maintenir dans un état d'hébétude. En gros, c'est une camisole chimique.
Mais ils ont été empoisonnés pour devenir des esclaves ? 
Non, le but ce n'est pas qu'ils deviennent des esclaves mais qu'ils ne fassent plus de mal à la société quand ils ont été condamnés (dans le cadre d'une société secrète vaudoue) ou qu'ils ne fassent plus de mal à une personne en particulier (dans ce cas-là, c'est un mésusage).

Le but, c'est d’annihiler leur force négative et ensuite, puisqu'ils sont comme des légumes, autant en profiter. Le bokor (prêtre vaudou) se rembourse en utilisant ces zombis, à son service comme aides ménagères, gardes d'enfants, esclaves sexuels pour certaines femmes (rarement pour les hommes) et surtout dans les champs de canne à sucre.
Cet aspect économique recouvre la fonction sociale du zombie hollywoodien ensuite, non ? Il incarne toujours ceux que nous rejetons…
Oui, dans les premiers films d'Hollywood, comme "White Zombie"notamment, on voit d'ailleurs que les zombies travaillent justement dans les champs de canne à sucre et qu'ils ne parlent pas.
Mais l'idée explorée n'est pas encore celle de la mort contagieuse. Il y a encore des rituels d'empoisonnement.
Le zombie actuel de "Walking Dead", c'est vraiment le fantasme de la mort contagieuse. Quand un mort vous touche, vous êtes mort d'emblée et vous transmettez à votre tour la mort.
Donc c'est un degré épidémiologique supplémentaire. On est au-delà de la peste, de la fièvre jaune ou de la tuberculose.
En fait, l'Occident, en rencontrant la culture zombi, l'a exploitée pour répondre à ses propres angoisses ?
Oui, le concept a été utilisé et transformé. Or les angoisses occidentales tournent précisément autour des grandes épidémies. Ce qui explique aussi le pasteurisme, les vaccinations, les antibiotiques. Mais en nous-mêmes, on a aussi cette peur de l'autre. Le zombie est donc toujours différent et étranger.

Mais comment la culture zombi est passée d'Haïti aux Etats-Unis ?
Des anthropologues américains sont venus en Haïti. D'autant plus que l'île était sous domination américaine. Il y a notamment William Seabrook qui a écrit "l'Ile magique". Et en fait, tous ces livres ont été lus ensuite par des scénaristes américains qui ont décidé de transformer tout ça en "la Nuit des morts-vivants".
Rajoutez à cela la fascination pour le vaudou qui a existé avec des croyances un peu comparables aux Etats-Unis (Nouvelle-Orléans, Louisiane, Floride aussi). Tout cela était aux portes des Américains…
Il y a des cas de résurrections dans la Bible. Et si Jésus était un zombi ?
[Rires] C'est une hypothèse assez audacieuse. Pourquoi pas ? Il faudrait en parler avec des théologiens. Mais Lazare avant lui meurt, ce que Jésus ne supporte pas. Et Jésus lui dit : "Lève-toi et marche."
Il y a donc aussi, derrière tout ça, le fantasme de vouloir faire revenir les morts, non ?
Pas vraiment. En fait, le fantasme, ce n'est pas de faire revenir les morts, c'est de jouer avec. On provoque un décès aux yeux de tous en sachant très bien que ce n'est pas la vraie mort, mais en même temps... Si jamais on ne va pas la chercher, la personne meurt quand même.
A la fin du livre, vous parlez de la fonction sociale du zombi et vous dites qu'on peut l'appliquer en Occident. Comment ça ?
Ce schéma du zombi haïtien, de mort social, c'est-à-dire d'une personne volontairement exclue de la société parce qu'elle fait du mal ou parce qu'elle ne présente plus d'intérêt, existe aussi chez nous.
Les personnes âgées, les détenus de longue peine, les mélancoliques, les cas psychiatriques, tout ça, c'est exactement le même "pattern" pour reprendre l'expression de Claude Lévi-Strauss. Il y a des morts sociales partout.
Renée Greusard
Journaliste

samedi 27 janvier 2018

Presunta adopción ilegal de niños haitianos: tribunal entrega cuidados personales a madre biológica

Este viernes se realizó una audiencia en el Juzgado de Familia de Puerto Montt para ver la situación proteccional de las dos niñas y el niño haitianos que vivían con una familia adoptiva de Puerto Varas, en una presunta adopción ilegal que está siendo investigada por el Ministerio Público. La jueza Patricia Casas resolvió respecto a los cuidados personales de los tres hermanos (nueve años las mellizas y cinco años el niño).
Lo ocurrido en la audiencia es reservado; sin embargo, se dio a conocer que el tribunal determinó que por incompetencia territorial el caso no puede seguir radicado aquí y la causa tendría que ser tomada por el Juzgado de Familia de Puerto Varas, por el domicilio de los pequeños.
Su madre biológica llegó a Chile hace tres días, por lo que los cuidados personales le fueron entregados a ella. Los niños seguirán en la casa de la mujer que los trajo a Puerto Varas, mientras su mamá permanezca en el lugar, pero si ella cambia de domicilio tendrá que llevarse a sus hijos con ella.
Esta causa de Familia es aparte, pero paralela de lo que lleva el Ministerio Público y toda la situación queda a la espera de lo que avance la investigación en materia penal.
El director regional (s) del Sename, Víctor Argandoña, indicó que “como Servicio Nacional de Menores estamos preocupados por la situación de estos niños, así como lo estaríamos ante cualquier situación donde se vean involucrados menores en hechos de esta misma naturaleza; sin embargo, en relación a lo que se ha resuelto hoy en la audiencia, atendido el carácter de ésta, no podemos manifestarnos”.
Andrés Martínez, abogado experto en derechos de niños, explicó que “el Tribunal de Familia va a tener que ver sobre el cuidado final de los niños y establecer si existe o no una vulneración de derechos. Como medida precautoria, los niños están protegidos al quedarse con la madre biológica y todo es transitorio, a la espera de ver un peritaje de recursos protectores, que tienen la mamá y papá putativos en Puerto Varas, y que los tienen de hecho con ellos”.
Añadió que el Tribunal de Familia tiene que ver primero si hay una vulneración de derechos y pedir a los padres chilenos que definan cuál será el proceder respecto al estatus de los niños siguiendo el procedimiento de adopción o entregar a los niños a la madre biológica. Lo que se tiene que aclarar, es el estatus como extranjeros de los niños en Chile, por ejemplo, que los menores cuenten con una visa permanente para Chile y cédula chilena como ciudadano extranjero.
Source: http://www.soychile.cl/Puerto-Montt/Policial/2018/01/26/513482/Presunta-adopcion-ilegal-de-ninos-haitianos-tribunal-entrega-cuidados-personales-a-madre-biologica.aspx

samedi 23 décembre 2017

PDI de San Antonio detuvo a un hombre por abusar sexualmente de su asesora del hogar

21.12.2017 El imputado de 41 años de edad contactó a una ciudadana de nacionalidad haitiana para hacer labores domésticas en su domicilio ubicado en la comuna de El Tabo y se aprovechó que la mujer no hablaba español, ni conocía el sector donde se encontraba.
Detectives de la Brigada Investigadora de Delitos Sexuales y Menores de la Policía de Investigaciones (PDI) detuvieron a un hombre por el delito de abuso sexual perpetrado en la comuna de El Tabo.
De acuerdo a lo indicado por la policía civil, el hombre de 41 años de edad, contactó a una ciudadana de nacionalidad haitiana para realizar labores de aseo en su domicilio ubicado en el balneario de San Carlos, lugar donde por medio de la fuerza procedió a agredirla sexualmente aprovechando que la víctima no hablaba español, ni tampoco conocía el sector de su residencia.
La PDI, en coordinación con el Ministerio Púbico, estableció la responsabilidad del imputado en este hecho mediante diversas diligencias investigativas que permitieron obtener antecedentes para determinar su autoría, siendo puesto a disposición del Juzgado de Garantía de San Antonio para su control de detención.
Source: http://www.soychile.cl/San-Antonio/Policial/2017/12/21/506986/PDI-de-San-Antonio-detuvo-a-un-hombre-por-abusar-sexualmente-de-su-asesora-del-hogar.aspx

jeudi 21 décembre 2017

Haïti-Culture/Carnaval 2018 : Vers un possible bras de fer entre la Mairie de Port-au-Prince et l’Exécutif

P-au-P, 20 déc. 2017 [AlterPresse] --- Un possible bras de fer s’annonce entre la Mairie de Port-au-Prince et l’Exécutif en ce qui concerne l’organisation du Carnaval 2018 en Haïti.
La Mairie de Port-au-Prince se dit stupéfaite de la formation par arrêté présidentiel d’un comité pour l’organisation du carnaval national 2018, dont elle est totalement exclue, dans une note dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.
Elle déplore le fait que le maire de Port-au-Prince, Youri Chévry, ait été nommé « membre d’honneur » dudit comité, sans avoir été consulté préalablement.
L’organisation du carnaval reste et demeure une prérogative municipale, rappelle-t-elle.
Le fait par l’Exécutif de créer un comité en excluant la Mairie des démarches constitue une tentative pour « priver la commune de ses prérogatives légitimes dans l’organisation du carnaval », estime-t-elle.
Cet acte « ne fait qu’affaiblir, une fois de plus les institutions républicaines », dit-elle.
La Mairie de Port-au-Prince annonce qu’elle va continuer les planifications du Carnaval 2018, entamées depuis plus d’un mois.
Néanmoins, elle dit rester ouverte à toute collaboration franche et sans diktat.
Le 11 novembre dernier, la mairie de Port-au-Prince a organisé une rencontre de travail avec diverses personnalités du secteur artistique et culturel, qui se sont mises d’accord sur le thème du carnaval 2018 : « Ayiti jan l dwe ye » (Haïti, telle qu’elle doit être).
Les ministères de la culture et du tourisme auraient boudé son invitation à participer à ces séances de travail sur l’organisation de l’évènement, déplore la note de la Mairie.
Selon l’arrêté présidentiel, le carnaval national aura lieu les dimanche 11, lundi 12 et mardi 13 février 2018, sans préciser dans quelle ville.
Le comité chargé d’organiser le carnaval national, créé par cet arrêté est constitué de 12 personnalités dont certaines ont été membres du comité 2017.
Le carnaval national 2017 a eu lieu dans la ville des Cayes (Sud), dans le but officiel d’encourager les mouvements économiques dans le département après les dégâts causés par le passage du cyclone Matthew, les lundi 3 et 4 mardi octobre 2016, selon le vœu du président Jovenel Moïse.
La Mairie de Port-au-Prince qui s’est opposée visiblement à cette décision avait organisé son carnaval dans la commune, les dimanche 26, lundi 27, et mardi 28 février 2017.
Le président élu Jovenel Moïse avait même annoncé que les Carnavals nationaux 2018, 2019 et 2020 se tiendraient, respectivement, à Port-au-Prince, au Cap-Haïtien et aux Gonaïves.
Sous la présidence de Michel Martelly, le Carnaval national a été délocalisé à trois reprises, notamment dans la ville des Cayes, en 2012, au Cap Haïtien (Nord), en 2013, et aux Gonaïves (Artibonite, Nord), en 2014, avant de retourner à Port-au-Prince, en 2015 et 2016.[rjl emb gp apr 15 :55]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article22494#.WjtzNlvWyUk

Un Cep permanent en Haïti dans la présente conjoncture, une "voie périlleuse", selon cinq députés

Ils demandent au Sénat de surseoir au processus de désignation des représentants du pouvoir législatif
jeudi 21 décembre 2017
P-au-P, 20 déc. 2017 [AlterPresse] --- Cinq (5) députés demandent au président du Sénat, Youri Latortue de surseoir au processus de désignation des représentants du pouvoir législatif devant concourir à la formation du Conseil électoral permanent (Cep), en attendant le fonctionnement normal des pouvoirs publics, dans une lettre dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.
Ceci permettrait d’éviter qu’il soit formé "un Cep permanent de sélection Tèt kale, partisan et corrompu", soutiennent Joseph Manès Louis, Roger Millien, Printemps Bélizaire, Sinal Bertrand (Fanmi lavalas) et Jean Robert Bossé (Organisation du peuple en lutte, Opl), députés signataires de cette lettre.
Les députés déclarent d’entrée de jeu n’avoir aucune objection à ce que le président Jovenel Moise ait pu convoquer l’assemblée nationale à l’extraordinaire en vue de se pencher, entre autres, sur la désignation de ses trois représentants au Cep, suivant le vœu de l’article 192 de la Constitution du 29 mars 1987 amendée.
Toutefois, ils estiment qu’il n’est pas « politiquement et constitutionnellement opportun de conduire aveuglément le parlement dans cette voie périlleuse qui risquerait de balancer le pays dans l’instabilité, le chaos ».
Ces considérations « relativement simples » sont justifiées par le fait que le pouvoir exécutif est donc incapable d’inspirer confiance au peuple haïtien. « D’autant que ce pouvoir regorge de fonctionnaires soupçonnés de graves faits de corruption », avancent-ils.
Le pouvoir exécutif est exercé par un « président inculpé » des faits de blanchiment des avoirs et épinglé par le rapport de la commission sénatoriale d’enquête, et un ministre de l’intérieur, lui aussi mouillé dans ledit rapport et un premier ministre évadé fiscal, rappellent les députés.
De plus, il vassalise le pouvoir judiciaire et fonctionne au grand mépris de l’article 175 de la constitution du 29 mars 1987 amendée.
Si l’on s’en tient aux récentes déclarations du président devant quelques compatriotes de la communauté haïtienne en France, le mardi 12 décembre 2017, le pouvoir judiciaire dans sa grande majorité est corrompu.
Le chef de l’Etat a déclaré qu’il avait nommé sous pression plus d’une cinquantaine de magistrats corrompus, rappellent les députés.
Ils disent constater que le pouvoir législatif, dans sa majorité délègue ses pouvoirs au président, très remarquable dans sa formule dictatoriale « Le Président a parlé, point barre ».
À titre d’exemple, ils citent les votes de la loi organique de l’Unité centrale de renseignement financiers (Ucref) ainsi que celui de loi budgétaire 2017-2018 dans laquelle plus de quatorze (14) articles de la Constitution ont été violés, la prétendue remobilisation des Forces armées d’Haïti ( Fadh), entre autres.
Les députés recommandent des pourparlers immédiats avec l’ensemble des organisations de la société civile sur la base des dispositions de l’article 289 de la constitution aux fins de former un Conseil électoral provisoire.
Ce dernier aura pour mandat de finaliser le processus des élections des assemblées, de réaliser le renouvellement du tiers du Sénat et l’organisation des législatives de 2019 pour le renouvellement de la chambre des députés.
Le 20 septembre 2017, une liste de 36 personnalités, dont 9 femmes, aspirant à briguer trois postes au prochain organisme électoral permanent, a été publiée par le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (Cspj).
Les noms de 46 candidates et candidats figureraient sur une liste officielle de personnalités, aspirant à représenter le parlement à cette nouvelle institution électorale.
Divers secteurs, notamment politiques, continuent de dénoncer le mode opératoire de l’exécutif pour constituer un Conseil électoral permanent.
Selon le texte, dit amendé de la Constitution de 1987, l’organisme électoral permanent devrait comprendre neuf (9) membres, dont trois seront choisis, respectivement, par le pouvoir exécutif, le Cspj ainsi que l’Assemblée nationale, avec une majorité de 2/3 de chacune des deux chambres. [la emb gp apr 20/12/2017 11 :50]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article22490#.WjtyU1vWyUk

mercredi 13 décembre 2017

Haïti: «La corruption est un crime contre le développement» estime Jovenel Moïse

Le président haïtien effectue en ce moment sa première visite en Europe depuis son arrivée au pouvoir en février dernier. Ce mardi 12 décembre, il a participé au sommet sur le climat, organisé par la présidence française. En marge de cette rencontre d’une cinquantaine de chefs d’Etats et de gouvernements, RFI a pu s’entretenir avec Jovenel Moïse pour évoquer quelques-uns des grands thèmes qui agitent en ce moment la société haïtienne.

RFI : Un grand sujet agite en ce moment la société haïtienne : la corruption. Pour prendre un exemple : un rapport d’une commission d’enquête du Sénat pointe du doigt une quinzaine d’anciens ministres et deux ex-Premiers ministres pour la mauvaise gestion, voire le détournement des fonds du programme Petrocaribe. On parle de milliards de dollars initialement censés financer des projets économiques et sociaux en Haïti. Et vous, monsieur le président, vous affirmez être le seul à avoir la solution contre ce fléau qui empêche votre pays à se développer. Concrètement, quelle est cette solution ?

Jovenel Moïse : La corruption est un mal endémique dans mon pays. La lutte contre la corruption ne peut pas et ne doit pas être utilisée pour régler les comptes personnels ou pour faire la chasse aux sorcières contre des ennemis politiques. Pendant les vingt-cinq dernières années, Haïti a connu beaucoup de problèmes. De la surfacturation dans l’acquisition des biens de l’Etat, aux fonctionnaires qui reçoivent leur salaire mais ne sont nulle part. Parfois, ces fonctionnaires sont même à l’étranger. Des contractuels inactifs qui ne fournissent aucun service, et ce système dur depuis des générations. La corruption est devenue si endémique qu’elle infecte presque toutes les institutions du pays. C’est pourquoi je dis : la corruption est un crime contre le développement.

Il faut s’armer de courage, de volonté politique : si l’Etat et doté de feuilles de routes avec des objectifs précis, si à tous les échelons les dirigeants appliquent les lois, si les ressources sont utilisées pour fournir des services au peuple, si les routes sont bien construites et à des cours réels, si les fonctionnaires utilisent bien les ressources de l’Etat, Haïti changera d’avenir. Tout ceci requiert la volonté et le courage politiques, ainsi que la compétence administrative et technique.

Sous mon administration, la lutte contre la corruption ne peut pas être une posture pour tromper les gens. Elle est dans le vote et la publication des lois contre la corruption, le renforcement de la justice, la réforme de l’administration publique. Elle est dans la révision des procédures de passation de marché, dans l’établissement du système du prix de référence pour empêcher les situations de surfacturation. Depuis mon arrivée au pouvoir, le coup de travaux a été dans certains cas divisé par dix. J’entends poursuivre ce chemin pendant l’ensemble de mon quinquennat.

RFI : Quel est, selon vous, le rôle de la justice dans ce combat contre la corruption. Et comment expliquez-vous que jusqu’à présent aucun procès d’envergure pour des faits de corruption n’ait eu lieu en Haïti ?
 Jovenel Moïse : Je suis le garant de la bonne marche des institutions. L’Etat est composé de trois pouvoirs, le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. Je dois garantir le respect de l’indépendance de ces trois pouvoirs. Mais je m’engage à travailler pour que le pouvoir judiciaire soit au service du peuple. Je sais que le problème de la corruption est qu’il s’agit d’un système. Je dois combattre ce système. Et c’est pour cela que nous sommes en train de travailler aujourd’hui pour qu’il y ait des réformes réelles au niveau du pouvoir judiciaire.

RFI : Un ancien membre de votre gouvernement, le ministre des Affaires sociales, a dû quitter votre équipe gouvernementale au mois d’août en raison de soupçons de corruption, justement. Et aucune poursuite judiciaire n’a été engagée contre lui. Pourquoi ?
 Jovenel Moïse : La justice dans tous les pays du monde, comme en Haïti, c’est un processus long. C’est la raison pour laquelle, en tant que garant de la bonne marche des institutions, je suis en train de travailler pour qu’il y ait des décisions de justice plus justes, plus rapides et plus équitables. Et en ce qui concerne ce ministre, je dois vous dire que je sais qu’une enquête est ouverte.

RFI : Depuis quelques mois, des centaines de jeunes Haïtiens quittent quotidiennement leur pays natal, direction l’Amérique latine, et notamment le Brésil et le Chili. Il s’agit pour la plupart du temps de jeunes diplômés qui cherchent un meilleur avenir dans un autre pays. Pour Haïti ces départs représentent une perte considérable. Quelles mesures prenez-vous pour stopper cette véritable hémorragie ?

Jovenel Moïse : La meilleure politique contre la fuite des cerveaux est la poursuite sans relâche de la modernisation et du progrès. Figurez-vous que ce gouvernement est en train de prendre des dispositions pour que finalement la révolution industrielle arrive en Haïti.
La meilleure politique migratoire est la modernisation des institutions afin que l’Etat puisse jouer pleinement son rôle régulateur : fournir les services de base, créer des conditions pour attirer des investissements en proposant une formation de qualité, en améliorant le cadre des affaires pour créer des emplois, renforcer la classe moyenne et redonner de la confiance surtout aux jeunes. Pour que les jeunes ne soient plus orientés vers l’extérieur à la recherche d’éducation, de soins de santé, des emplois. C’est un processus long.

RFI : L’une de vos principales promesses de campagne était de l’électricité pour tous, dans l’ensemble du pays, 24h/24h. Dix mois après votre arrivée au pouvoir, où en êtes-vous de cette promesse ?
 Jovenel Moïse : Ce qui a manqué est une stratégie pour produire plus d’énergie à moindre coût, la distribuer et la commercialiser au mieux. Forte de ce constat, mon administration s’est armée de courage politique pour engager la nation dans la bonne direction sur ces trois points : construire un réseau électrique national, produire une quantité suffisante d’énergie à l’aide de sources propres et renouvelables. Je veux parler de l’éolienne, du solaire, de l’hydroélectrique, et de la biomasse. Cette approche est actuellement en cours dans diverses localités.

RFI : Est-ce que vous pouvez nous donner un exemple concret ?
 Jovenel Moïse : Les Irois, c’est à la pointe de l’extrême sud-ouest d’Haïti. Nous sommes en train d’y construire une centrale mixte. Il s’agit d’un projet innovant, avec un système intégré, solaire, éolien, stockage, et diesel. Cela veut dire qu’il y a quatre matrices énergétiques sur une seule plateforme. Aujourd’hui, l’électricité est démocratisée en Haïti. Ce n’est pas comme avant quand l’EDH en avait le monopole.

Aujourd’hui ce monopole n’existe plus. N’importe quelle entreprise peut venir en Haïti. D’ailleurs il va y avoir un appel à la manifestation d’intérêt à partir de la fin de ce mois. Et cet appel va permettre à toutes les entreprises du monde entier de venir en Haïti dans une compétition transparente pour produire, distribuer et vendre de l’électricité.

RFI : Vous êtes venu à Paris pour participer au sommet sur le climat, organisé par la présidence française. Haïti fait partie de ces pays très affectés par les effets du changement climatique. Que demandez-vous au pays les plus pollueurs ?

Jovenel Moïse : C’est très simple : l’empreinte d’Haïti en matière de gaz à effet de serre est pratiquement nulle alors qu’Haïti est l’une des principales victimes des conséquences du changement climatique, notamment en termes de fréquence et violence des cyclones.
Par exemple, l’ouragan Matthew du 3 au 4 octobre 2016 a détruit les deux tiers de notre Produit Intérieur Brut en moins de 48 heures. Nous souhaitions le respect des engagements des pays développés pour alimenter le fonds vert climat - à hauteur de 100 milliards de dollars américains minimum à partir de 2020 - et le soutien technique et financier pour l’adaptation, la recherche, l’innovation, le transfert de technologies et le renforcement de nos capacités. Il faut agir de manière concertée et durable.

RFI : Pensez-vous pouvoir vous faire entendre ?

Jovenel Moïse : Si on ne veut pas m’entendre aujourd’hui, on va quand même m’entendre demain parce que nous sommes tous habitants d’une seule planète. Ce n’est pas Haïti seule, mais la planète entière qui est menacée.
http://www.rfi.fr/ameriques/20171212-haiti-interview-president-jovenel-moise-climat-corruption

Gremio empresarial lanza "manual práctico" para contratar trabajadores extranjeros Fuente: Emol.com - http://www.emol.com/noticias/Economia/2017/12/11/886828/Gremio-empresarial-lanza-Manual-Practico-para-contratar-trabajadores-extranjeros.html

SANTIAGO.- La participación laboral de inmigrantes en la agricultura aumentó de 6.898 en 2015 a 10.566 en 2017, lo que representa un incremento de 35%, según cifras del INE.
Ante este escenario, la Sociedad Nacional de Agricultura (SNA), con la cooperación técnica de la Organización Internacional del Trabajo (OIT) a través de su Oficina para Actividades de Empleadores, preparó el "Manual Práctico para Contratar Extranjeros", que da a conocer de manera fácil las diferentes alternativas de contratación que existen en el agro, según el tipo de documentación con que cuente cada inmigrante.
El documento explica "de forma clara y sencilla los requisitos, condiciones y obligaciones" que establece la legislación chilena para la celebración de los contratos laborales con trabajadores extranjeros.
 El presidente de la SNA, Ricardo Ariztía, señaló que "mejorar la calidad de vida de los extranjeros en Chile depende mucho de su acceso a seguridad social a través de trabajos en los que les ofrezcan contratos que se ajusten a la ley.
En ese sentido, estamos seguros de que este pequeño manual será de mucha ayuda tanto para empleadores como para empleados, ya que ofrece información de muy fácil comprensión sobre cómo contratar inmigrantes según su situación particular".
Por su parte, el director de la OIT para el Cono Sur, Fabio Bertranou, dijo que "la inmigración laboral en Chile es una realidad y está realizando una contribución importante al desarrollo productivo de Chile. Es por ello que destacamos el esfuerzo de los gremios empleadores, en particular la SNA, en promover las buenas prácticas y el cumplimiento de la legislación laboral en la contratación de trabajadores migrantes".
Encuesta SNA: Peruanos y haitianos se posicionan en el agro
A juicio del gremio agricultor, el manual cobra mayor importancia considerando los datos arrojados por una encuesta que la SNA aplicó a sus consejeros con el fin de conocer la realidad del trabajo inmigrante en el sector agrícola. Según los consultados, haitianos y peruanos representan el 58% y el 21%, respectivamente, de trabajadores extranjeros que se desempeñan en el agro. Además, reveló que los empleadores valoran la mano de obra extranjera, ya que un 47% planea contratar a más inmigrantes en la siguiente temporada. Mientras que un 63% reconoce que no sabe o le resulta difícil el trámite de formalización de empleados foráneos.
 Fuente: Emol.com - http://www.emol.com/noticias/Economia/2017/12/11/886828/Gremio-empresarial-lanza-Manual-Practico-para-contratar-trabajadores-extranjeros.html

Un ciudadano haitiano muere y otros cuatro quedan con riesgo vital tras choque en Pudahuel

Un ciudadano haitiano muere y otros cuatro quedan con riesgo vital tras choque en Pudahuel

El auto en que se movilizaban impactó de frente contra un camión. Los sobrevivientes fueron derivados a diversos recintos asistenciales.
12 de Diciembre de 2017 | 11:03 | Por Francisco Águila V., Emol 33
Emol SANTIAGO.-
Una persona muerta y otras cuatro en riesgo vital, todos de nacionalidad haitiana, es el resultado de un accidente automovilístico ocurrido esta mañana en la ruta G-182, en la comuna de Pudahuel.
El teniente Fabricio Briones de la Sección de Investigación de Accidentes del Tránsito (SIAT) de Carabineros, explicó que el hecho ocurrió a las 7:30 horas cuando por causas que investigan un auto marca Chevrolet modelo Corsa impactó de frente contra un camión.
A raíz del violento choque, en el lugar perdió la vida el conductor del vehículo menor, mientras que sus acompañantes quedaron con diversas fracturas y con riesgo vital.
 "Podríamos acreditar que hubo alta velocidad de los vehículos, por la proyección de éstos (la distancia entre uno y otro), la deformidad con que quedaron y las lesiones con que quedaron las personas" Fabricio Briones, teniente de la SIAT
El oficial añadió que si bien se investigan aún las causas del hecho, se estableció preliminarmente que el auto en el que iban los extranjeros es el que habría traspasado el eje de la calzada, chocando de frente con el vehículo de carga.
"Podríamos acreditar que hubo alta velocidad de los vehículos, por la proyección de éstos (la distancia entre uno y otro), la deformidad con que quedaron y las lesiones con que quedaron las personas", manifestó el teniente Briones.
En ese sentido, el funcionario policial agregó que "los cuatro sobrevivientes tienen sus pasaportes" y que fueron derivados a diferentes recintos asistenciales. "Ahora estamos periciando el cadáver de la persona fallecida con la finalidad de saber si tiene alguna cédula o pasaporte, para conocer su identidad.
Pero si no la encontramos lo hará el Servicio Médico Legal, cuando haga la autopsia", anunció. Hasta ahora se desconoce si es que los afectados iban o volvían de trabajar, aunque hasta ahora los efectivos policiales creen que el fallecido habría ido a buscar a sus compatriotas al aeropuerto de Santiago, situación que deberá ser esclarecida en las próximas horas.
Mientras que el conductor del camión quedó detenido por la responsabilidad que podría tener en el fatal accidente. Fuente: Emol.com -
http://www.emol.com/noticias/Nacional/2017/12/12/886982/Un-ciudadano-haitiano-muere-y-otros-cuatro-quedan-con-riesgo-vital-tras-accidente-de-transito-en-Pudahuel.html

MANNO CHARLEMAGNE, MORT D'UN TROUBADOUR HAÏTIEN

Par François-Xavier Gomez
— 12 décembre 2017 à 11:02
Chanteur engagé le plus célèbre de son pays, il avait été contraint à l'exil avant de devenir, à la chute de la dictature du clan Duvalier, maire de Port-au-Prince.
En 1986, le cinéaste américain Jonathan Demme fait plusieurs voyages en Haïti, où il est le témoin des convulsions de la fin de la dictature du clan Duvalier : le «déchoucage», soit la chasse aux «tontons macoutes» et autres éléments liés à l’ancien régime, les espoirs placés dans une nouvelle société, le poids des traditions héritées de l’Afrique… Il en tire en 1987 un documentaire, Haiti : Dreams of Democracy. Deux ans plus tard, le futur réalisateur de Philadelphia et du Silence des agneaux rassemble dans la compilation Konbit, Burning Rhythms of Haiti les sons qui ont accompagné la révolution. Ce disque sera pour beaucoup d’amateurs la porte d’entrée dans l’univers luxuriant des musiques de la Première République noire. Au milieu des cadences trépidantes du kompa (l’ancêtre du zouk), on y trouvait un morceau qui dans son dépouillement guitare-voix donnait la chair de poule: Ayiti pa Foré de Manno Charlemagne.
Dylan et Cuba
En cette ère pré-Internet, les renseignements étaient rares sur ce twoubadou à la voix fiévreuse, qui évoquait autant le protest-song anglophone de la génération Dylan que la nueva trova de la Cuba socialiste. Joseph Emmanuel Charlemagne est né en périphérie de Port-au-Prince en 1948. Père absent, mère expatriée en Floride, il est élevé par une tante. A 15 ans, il est arrêté et torturé par les tontons macoutes, la milice de la dictature qui terrorisait la population avec de prétendus pouvoirs magiques.
Après avoir fondé un mini-jazz (orchestre dansant), le jeune «Manno» rejoint le mouvement mizik angajé et compose ses premiers brûlots. A la fin des années 70, le duo contestataire qu’il forme avec Marco Jeanty se fait connaître sur les ondes de Radio Haïti Inter. Mais leur popularité grandissante dans les milieux étudiants les met en danger. Après un album enregistré en 1978, Charlemagne s’exile aux Etats-Unis, puis à Montréal où il vivra longtemps. De cette période date le Mal du Pays, une de ses rares chansons en français.
En mars 1986, dans les semaines qui suivent la fuite de Bébé Doc, le dernier tyran de la dynastie Duvalier, il rentre au pays où il est acclamé. Il fonde un chœur sous forme de konbit (coopérative): Koral Konbit Kalfou. Son disciple le plus célèbre, Beethova Obas, en est issu. Les structures démocratiques tentent de s’installer dans un environnement chaotique, où les règlements de comptes se multiplient. Manno Charlemagne sera lui-même grièvement blessé dans une fusillade lors d’un concert. Cette situation lui inspire Ayiti pa Foré, acide chronique de l’après-Duvalier : «Si Haïti n’est pas une jungle, pourquoi y trouve-t-on tant d’animaux ?»
Bouillonnement de chanteurs engagés dans la Caraïbe
La chanson appartient au 33 tours Oganizasyon Mondyal, ouvrage militant qui superpose à la grille d’accords folk une grille de lecture marxiste de l’histoire. Manno n’est pas un cas unique, depuis la décennie précédente, la Caraïbe est un bouillonnement de chanteurs engagés : Peter Tosh et Bob Marley en Jamaïque, Andrés Jimenez à Porto Rico, Luis Días dans le pays voisin de Haïti, la République Dominicaine, Guy Konkèt en Guadeloupe…
Et l’engagement de Charlemagne ne s’arrête pas aux textes des chansons. Il accompagne l’ascension de Jean-Bertrand Aristide, prêtre défroqué devenu le porte-parole des déshérités, et de son mouvement, Lavalas («l’avalanche»). «Titid» est réélu président en 1994 (son premier mandat avait été écourté par un coup d’Etat militaire) et son ami Manno devient en 1995 maire de Port-au-Prince, la capitale, pour un mandat de quatre ans. L’expérience lui laissera un goût amer. Echaudé, il retourne aux Etats-Unis, s’installe à Miami où il chante au restaurant Le Tap Tap, épicentre de la vie culturelle de Little Haïti. Il se produit aussi dans les universités et enregistre de nouveaux disques. Atteint d’un cancer du poumon, il désirait finir ses jours dans son pays. Dernière volonté qui n’a pu se réaliser: Manno Charlemagne est mort dimanche dans un hôpital de Miami Beach, à 74 ans. Quelques mois après son ami Jonathan Demme, qui lui offrit un petit rôle dans son film la Vérité sur Charlie.
François-Xavier Gomez
http://next.liberation.fr/musique/2017/12/12/manno-charlemagne-mort-d-un-troubadour-haitien_1615990

mercredi 6 décembre 2017

Haitiano “héroe” denunció haber sido estafado con el dinero que le obsequió Farkas


El pasado 18 de noviembre es recordado debido a que se registró uno de los actos más valerosos contemplados en el último tiempo y el cual guarda relación con el haitiano Richard Joseph, quien saltó a la fama por salvar a una mujer que cayó desde el noveno piso de un edificio en Independencia y, para lograrlo, amortiguó la caída con su propio cuerpo.
De inmediato fue entrevistado por distintos medios de prensa, matinales, e incluso la Presidenta de Chile, Michelle Bachelet, lo recibió gustosa en el Palacio de la Moneda. Tanto conmovió su caso a la opinión pública que el millonario y filántropo Leonardo Farkas, a través de su cuenta oficial en la red social Twitter, se ofreció a entregarle al valeroso hombre dos millones de pesos para pagar su atención médica (unos 3.100 dólares).
Pero tras su recuperación, los días felices para Joseph se acabaron, debido a que según informó en su edición de hoy El Mercurio, el oriundo de Haití finalmente ocupó la cifra para comprarse un auto, aunque finalmente habría sido estafado por inescrupulosos. Joseph con el dinero que le otorgó el millonario quiso comprarse un flamante auto, marca Suzuki modelo Switf, cuyo valor en el mercado ronda los $8.000.000, aunque en uno de los avisos del portal Yapo se ‘ofertaba’ en sólo dos millones, cifra que el ‘héroe’ de Independencia’ podía cancelar gracias al dinero entregado por el ex ‘hombre-orquesta’.
En primera instancia el hombre abonó $1.700.000, al vendedor, mientras que luego complementaría el monto total acordado. Pero finalmente la venta no fue concretada puesto que el automóvil fue arrendado por dos personas a un rent a car de Viña del Mar, y consecuentemente, fue encargado por robo tras no ser regresado durante la tarde del domingo.
La empresa dueña del vehículo pudo dar finalmente con el mismo, debido a que el auto disponía de un sistema GPS y fue finalmente encontrado en una casa de la comuna de Lo Prado, por lo que requirió de efectivos de Carabineros para dar con él. En tanto, en la vivienda dos ancianos revelaron que Joseph les pagaba una cifra por cuidar la máquina. Debido a eso Guillermo Cancino, propietario del inmueble, quedó detenido por los efectivos policiales por receptación y será formalizado.
Por su parte Richard Joseph, explicó su versión de la historia, según señalaron en la 44ª comisaría. “Él quiso hacer una denuncia por estafa. Sin embargo, cuando se le dijo que tenía que mostrar algún comprobante de la transacción, ya sea depósito, transferencia, no tenía ningún papel que acreditara el pago y se fue”.
Este tema ha sido abordado profusamente en las redes sociales, debido a que muchos argumentan que Richard Joseph fue irresponsable al dilapidar la cifra donada por Farkas en un auto, siendo que se le entregó el monto para gastos médicos que derivaron de la acción que lo convirtió en ‘héroe’ a los ojos de la ciudadanía. Pero otros culparon al millonario por entregar ‘descuidadamente’ dinero sin pedir recibos o que el dinero se gastó efectivamente para lo que fue entregado.
Fuentes: https://www.guioteca.com/redes-sociales/haitiano-heroe-denuncio-haber-sido-estafado-con-el-dinero-que-le-obsequio-farkas/

lundi 27 novembre 2017

Haitiano "héroe" en Chile relata su historia y el drama detrás de un éxodo

VALENTINA BASTÍAS ATIAS/ EFE Ayer Richard Joseph salvó a una mujer que cayó desde un noveno piso y por su acción fue reconocido incluso por la Presidenta Michelle Bachelet.
Richard Joseph es uno de los más de 1.500 haitianos anónimos que aterrizan en Chile cada semana en busca de una mejor vida, pero de la noche a la mañana un hecho fortuito lo tornó en un aplaudido héroe contemporáneo, reconocido incluso por la presidenta Michelle Bachelet en el Palacio La Moneda.
Joseph, quien calcula haber relatado esta historia más de treinta veces a los diversos medios de prensa que tocan a su puerta, hace memoria nuevamente y cuida de que no se le escape ningún detalle sobre cómo salvó la vida de una mujer que cayó de un noveno piso, hace exactamente una semana.
"Nunca pensé que al salir de mi casa, en un par de horas sería tan famoso", comienza, sentado en un sillón de su casa en el municipio santiaguino de Lo Prado, mientras intenta mantener su pierna estirada, dolorido por la lesión que le provocó el incidente.
"Me bajé de un autobús y había un grupo de personas con cara de preocupación en la calle, y me paré a ver qué pasaba. Miré hacia arriba y vi una mujer colgada de un balcón, con ganas de matarse", relata.
Confiesa, con su teléfono móvil en la mano, que cuando vio la escena tomó de inmediato el aparato para "grabar y no perder el momento", sin embargo sintió "que iba a presenciar algo terrible", y que "no había nada más que hacer que salvarla". "Me sentí electrificado", dice.
"Era lógica: si tengo sed tomo agua, si ella se iba a suicidar, tenía que salvarla. Así de simple", subraya firme, a sabiendas de que su mensaje ha traspasado las fronteras chilenas, y captado a la prensa rusa, de Canadá, Estados Unidos, Francia y otros países.
Ese sábado, caluroso de primavera, cerca de las 16:00 hora local (19.00 GMT), Joseph amortiguó con sus brazos la caída de una mujer de identidad desconocida que se lanzó del piso nueve de un edificio en el municipio de Independencia, y quedó grave de salud, pero fuera de riesgo vital.
"Cuando la vi venir me concentré, nunca medí el riesgo que significaba para mi. Cayó en mis brazos, la fuerza dobló mi cadera, mi rodilla, pero la velocidad de su trayectoria se redujo en un 15 % y el impacto fue menor", detalla, en un esfuerzo por recordar la información entregada por el cuerpo médico.
Desde ese momento, y hasta hoy, Joseph aún recibe de camisa y pantalón de vestir a los periodistas, mientras se recupera de una esguince antes de retomar sus labores como promotor turístico en el aeropuerto de Santiago. Los vecinos de Joseph le gritan "héroe" cada vez que se asoma a la calle, y los transeúntes lo felicitan con palmas en la espalda y un "buena negro", no obstante este inmigrante de 40 años que llegó hace tres años a Chile desde República Dominicana, se muestra todavía incrédulo y nublado ante tanta congratulación.
"No pensé que un hecho así iba a dar la vuelta al mundo, estoy muy sorprendido. Creo que hubiese pasado lo mismo si un chileno salva a la señora, y no un haitiano, pero quien sabe, parece que hacemos más ruido", declara, un poco confuso, consciente de que el masivo éxodo de haitianos ha causado revuelo en Chile y el planeta.
Respecto del aumento del flujo migratorio, consecuencia de las condiciones económicas y sociopolíticas de su país, que lo mantienen distanciado de sus dos hermanas en Miami y de su hija en Punta Cana, Joseph hace un breve repaso de lo que ha sido la bienvenida, a su juicio, de los haitianos a Chile y otros países de la región.
"Los chilenos hacen diferencia con los haitianos, no sé si es por piedad o porque somos muy distintos. No tenemos el lazo que une a los latinoamericanos, que es la cultura española", sostiene.
La venida haitiana a Chile, que alcanzaría ya los 60.000 ciudadanos residentes, ha derivado en un choque entre pueblos que ha aflorado sentimientos de racismo y discriminación, pero también la apertura social y cultural del país más austral del mundo, en favor de sus vecinos próximos y también de los más alejados.
"Cada día para los haitianos es más difícil llegar acá, encontrar un lugar para vivir, y peor para alguien que no tiene trabajo", dice, y asegura que Chile es uno de los países que regulariza más rápido a los inmigrantes, ya que se les exige un contrato de trabajo para obtener una visa, y no al revés.
Afirma, sin embargo, que la "escasez laboral" ha hecho que muchos de sus compatriotas se sientan parte de la "suciedad" chilena, abocados al comercio ambulante ilegal para sobrevivir, y enfrentados a las agresiones, la xenofobia y la presión de las policías, pero aún así "no están dispuestos a regresar".
Joseph ya tiene tiempo en Chile, y contribuye con su experiencia a la inclusión sociocultural entre haitianos y locales a través de su organización Buena Onda, integrada por 25 de sus coterráneos y próxima a expandirse. Pese a tildar de "sentido común" su actuar hace una semana, Joseph juega por un rato a ser el héroe, y se siente doblemente orgulloso de haber difundido en esta pasada "el valor haitiano"
Source: http://www.soychile.cl/Santiago/Sociedad/2017/11/26/501735/Haitiano-heroe-en-Chile-relata-su-historia-y-el-drama-detras-de-un-exodo.aspx

mercredi 13 septembre 2017

Fotos] Haitianos radicados en Osorno disputaron un partido con internos de la cárcel

Ayer El amistoso de beibifútbol fue organizado por una iglesia evangélica para integrar a estos inmigrantes.
En lo que fue una inédita jornada, un equipo de haitianos radicados en Osorno disputó el fin de semana un duelo amistoso de beibifútbol ante una selección de internos de la cárcel local, que tuvo lugar al interior del penal.
Se trató de una iniciativa organizada por el pastor de una iglesia evangélica de Francke, Arturo Ibarra, como una forma de integrar a estos inmigrantes, cuyo número ha crecido durante el último tiempo en la ciudad.
“Desde junio comencé a recibir a ciudadanos haitianos y ya tengo como 30. La gran mayoría juega fútbol o practica deporte, así que decidimos comenzar a jugar encuentros amistosos tal como lo hicimos en Gendarmería”, comentó el pastor.
Y aunque el resultado fue favorable para los internos del Centro Penitenciario por 12 a 5, todos los participantes destacaron el espíritu deportivo y la integración que brinda el deporte.
http://www.soychile.cl/Osorno/Sociedad/2017/09/12/486943/Fotos-Haitianos-radicados-en-Osorno-disputaron-un-partido-con-internos-de-la-carcel.aspx

samedi 9 septembre 2017

Irma: à Haïti, les sinistrés blâment les mauvaises infrastructures

Haïti se réjouit de ne pas avoir été autant affectée que prévu par l'ouragan Irma mais, le long de la route qui relie Cap-Haïtien à la frontière dominicaine, les sinistrés des inondations enragent contre cette voie qu'ils considèrent responsable de leur situation.
«Jamais on n'avait de tels dégâts à cause des cyclones avant la construction de la route», témoigne Luckner Manigat, 52 ans, qui est né et a passé toute sa vie dans la zone de Malfety, aujourd'hui partiellement sous les eaux.
D'un côté de la voie asphaltée, les maisons sont intactes et rien ne laisse suggérer que des pluies torrentielles se sont abattues pendant la nuit. De l'autre, les habitants vont et viennent dans leurs habitations envahies par certaines par un mètre d'eau, avec l'espoir de sauver ce qui pourrait encore l'être.
«L'eau de pluie n'a plus de voies d'évacuation : les petits ponts qu'ils ont prévus sont totalement insuffisants» explique Luckner, avant d'enlever son pantalon pour refaire un nouvel aller-retour dans sa maison inondée.
L'asphaltage des 70 kilomètres reliant la deuxième ville haïtienne à la frontière dominicaine a été réalisé entre 2006 et 2008 par l'entreprise italiano-domincaine, Ghella. Le chantier avait été financé à hauteur de 40,8 millions d'euros par l'Union européenne, comme part du soutien de l'UE à l'État haïtien dans l'amélioration de son réseau routier.
«C'est la quatrième fois que l'eau m'envahit comme ça depuis que la route existe», dénonce Ketlie Mesidor. «Est-ce-que c'est l'ingénieur qui a été chargé de faire cette route qui est un crétin ou qui ne connait pas exactement son métier mais, si c'était moi, j'aurais pensé à une bonne façon d'évacuer l'eau pour qu'il n'y ait pas des inondations partout comme ça», accuse l'institutrice dont le logement et l'école sont inondés.
Peur du choléra Solidaires avec leurs voisins, ceux vivant de l'autre côté de la route nationale tentent d'aider au mieux en partageant le peu de nourriture qu'ils ont.
«Aucune organisation ne nous a rien apporté, pas même de l'eau potable. Nous sommes des êtres humains quand même. Et pour l'hygiène, il faut qu'ils apportent du savon, du chlore parce que l'eau dans laquelle on est depuis hier soir est chargée de matières fécales. Le choléra est toujours là : après Irma, il faut encore qu'on sauve nos vies», s'inquiète Ketlie Mesidor, encore trempée jusqu'à la taille.
Interrogée par l'AFP sur l'infrastructure routière, la délégation de l'UE en Haïti a expliqué que «l'entretien des routes relève de l'État haïtien au travers du Fonds d'entretien routier, que l'UE appuie financièrement et techniquement mais dont les actions sont activées sur initiative du ministre haïtien».
Revenu sur la route nationale trempé jusqu'au nombril, Luckner Manigat ne croit pas que les autorités de son pays vont se pencher sur l'amélioration de la zone où il vit.
«Après la deuxième inondation, on avait fait une assemblée, un ministre était venu pour entendre nos problèmes mais, vous savez, ces messieurs ont mis les rapports dans les tiroirs. Quand le malheur arrive, là on les voit mais sinon non : ils ne font jamais de prévention, par négligence», conclut-il avec résignation.
http://www.lapresse.ca/international/caraibes/201709/08/01-5131588-irma-a-haiti-les-sinistres-blament-les-mauvaises-infrastructures.php

lundi 4 septembre 2017

Montivilliers. Le Collectif des femmes bénévoles pour Haïti jette l’éponge. Les dons ont été répartis entre plusieurs associations.

C’était un bel élan de solidarité qui depuis 2010 unissait un groupe de femmes au peuple haïtien, victime d’un terrible séisme. Sensible à la détresse des populations dans le besoin, le Collectif de femmes bénévoles de Montivilliers pour Haïti a vu le jour et, année après année, a collecté des produits de première nécessité pour les faire expédier grâce à l’association Ti’Moun du Havre. Des liens d’amitié se sont ainsi créés entre Montivilliers et les enfants haïtiens, heureux de recevoir vêtements, produits d’hygiène, matériel scolaire et même jouets pour Noël.
Malheureusement, le sort s’acharne sur ces populations démunies. Les cartons préparés en 2016 ne partiront pas, des difficultés administratives majeures et les nouvelles mesures gouvernementales très exigeantes d’Haïti bloquent tout projet d’expédition depuis des mois. Confrontées à la nécessité de rendre le lieu de stockage à la municipalité le 1er septembre, les bénévoles, Nadine Lecomte à leur tête, ont dû mettre un terme à leur action. La mort dans l’âme mais soucieuses de partager, elles ont réparti les cartons entre Emmaüs, Les Sabots d’argent, Les Restos du cœur et la Croix Rouge. Elles tiennent à « remercier tous nos donneurs depuis sept ans. Nous refermons notre livre avec mélancolie mais tellement de fierté et de réussite ». Très émus, Emma et Tony, leurs contacts en Haïti, remercient aussi pour les dons reçus.
Source:http://www.paris-normandie.fr/region/montivilliers--le-collectif-des-femmes-benevoles-pour-haiti-jette-l-eponge-CB10777317

mardi 11 juillet 2017

Éditions MONSIEUR TOUSSAINT LOUVERTURE. …

Je ne saurai plus dire dans quelles circonstances je fis la connaissance de cette maison d’édition. Mais je sais très bien pourquoi je suis devenu fan. Oui ! Pour le nom. Pas celui de l’éditeur que je n’arrive toujours pas à retenir si je l’ai appris un jour. Il a eu les couilles d’appeler sa maison d’édition « MONSIEUR TOUSSAINT LOUVERTURE !!!

Peut être suis-je tombé sur ce nom en faisant un Google sur le « Premier des Noirs » pour une conférence. Ou étais-je entrain de scruter pour des raisons particulières le monde de l’édition ?
Ce qui est sûr c’est que je me suis arrêté pour lire tout ce que la presse et les spécialistes du genre disaient des éditions MTL.
Je suis un vrai passionné de Toussaint Louverture. Et pour mes compatriotes haïtiens, ma passion n’a d’égale que le culte que je voue à Jean Jacques Dessalines.
J’ai senti une certaine indignation en constatant qu’un individu s’était approprié le nom de cet illustre personnage pour une entreprise privée. Je me demandais est-ce qu’il avait ce droit. Est-ce que je pourrais monter une entreprise et l’appeler Martin Luther King, Nelson Mandela ou Napoléon Bonaparte ? Il y a des écoles, des institutions éducatives ou sociales qui portent ces noms, mais pas un restaurant, ni une pharmacie ni une…maison d’édition
Tout dépendait donc du type ou de l’orientation de l’entreprise ?
Je me suis rendu sur le site de cette maison d’édition qui dit ne publier que des chefs-d’œuvre ! Ce n’est sans doute pas le mot utilisé. Car l’éditeur manie avec une dextérité sympathique et acceptable l’art de vous remballer ! En fait il demande à l’écrivain de le surprendre ! Et ceci suffit pour plier son manuscrit et se le mettre entre les jambes comme le font les petits chiens déçus.
J’avoue que dans mon subconscient je cherchais une raison pour pouvoir lui faire comprendre que l’on n’associe pas un tel nom à du n’importe quoi. Puisque je n’avais plus le temps de fouiller et de trouver ce que disent les lois sur l’utilisation des noms propres appartenant à un patrimoine universel, je me suis donné d’autres objectifs.
Au fil du temps, j’ai vu que beaucoup de gens en disaient du bien. Là je ne me réfère pas aux likes des réseaux sociaux qui ne sont pas toujours très fiables. Quelle que soit l’immensité du non-sens que vous pouvez accoucher sur un réseau, il y aura toujours du monde pour liker.
Je me suis fait mon idée moi-même de tout ce qui se disait en lisant quelques livres.
Puis j’ai continué à en acheter juste pour voir s’aligner dans les rayons de ma bibliothèque ce joli nom « MONSIEUR TOUSSAINT LOUVERTURE » ou le « MTL ».
Ma dernière expérience date seulement de quelques jours. J’ai fait un petit tour sur le site pour passer une commande. Là il y a toujours un petit truc assez communicatif qui te procure un bon moment sans avoir l’impression que tu dépenses ton argent. La commande une fois passée, le courrier électronique que je reçois s’inscrit dans ce même registre de confiance et de proximité.
Quelques jours plus tard je récupère mon colis dans ma boîte aux lettres. Jusque là rien d’étonnant.
Je défais le carton et là la surprise prend forme.
Il était plus de 22 heures. J’étais rentré du boulot quelques minutes auparavant. J’avais le choix entre sortir les bouquins ou ranger le carton.
Mon attention fut attirée par l’emballage de chaque livre fait à l’aide de pages de bandes dessinées. Au lieu de sacrifier l’emballage au profit de l’objet emballé, je me suis dit que quelqu’un qui travaille dans le monde des belles lettres ne pourraient jamais se faire complice en favorisant un geste irrespectueux. Je me suis donc assis devant ma table basse. J’ai posé le carton et j’ai parcouru les images et les textes écrits sur les papiers qui entouraient et protégeaient les livres. Ils racontaient les tournées en bars de deux jeunes. Je pris donc des ciseaux pour découper minutieusement les petites bandes adhésives maintenant et joignant les bords de l’emballage sans en abîmer le papier contenant textes et dessins.
Le colis contenait entre cinq ou six livres. Je repris le même geste pour chaque élément du carton comme un sportif de haut niveau exécutant les gammes de sa routine avant une grande compétition.
Je laissai le dernier colis pour la fin. Celui qui se distinguait par un « cadeau » écrit à la main, flanqué d’un petit cœur aussi dessiné à la main. Dans l’emballage, un grand titre : Et quelquefois j’ai comme une grande idée ! Un grand roman dans un bel objet-livre ! Et joignant l’utile à l’agréable, ce livre était lui aussi flanqué de son petit calepin arborant les mêmes parures extérieures que celles du livre, avec un complément d’idée complétant le titre : « Ce serait dommage de ne pas la noter » !
Ce fut un moment très sympathique autour du livre fait d’instants pendant lesquels les livres étaient de vrais acteurs. J’ai imaginé quelqu’un entrain de préparer ce colis en prenant soin de chaque livre comme un objet précieux et délicat. A la réception je ne pouvais pas avoir ni une attitude ni un comportement différent.
Moi qui avais pensé pour des raisons pratiques ou bidon faire l’essai des versions électroniques proposées par l’édition, je me rends compte que quand une bonne écriture trouve sa place dans un beau livre, la lecture commence sur une meilleure note. A ce jour je suis encore très content d’ajouter des livres avec ces mots, MONSIEUR TOUSSAINT LOUVERTURE dans les rayons de ma bibliothèque.
Dr Jonas Jolivert
Marseille 11/07/2017