POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 29 mai 2009

Le directeur de l'OAVCT réclame une nouvelle enquête de la Cour des Comptes

Le directeur général de l'Office Assurance Véhicules contre tiers (OAVCT), Edrick Léandre, et son avocat, Fritzo Canton, affirment que le rapport d'audit de la Cour Supérieur des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) comporte des failles énormes. Ils réclament la reprise du processus qui selon eux était vicié à la base. Maître Canton estime que les enquêteurs ont fait montre de méchanceté et de mauvaise foi dans le dossier. Il assure que toutes les dépenses effectuées par M. Léandre ont été autorisées par la CSCCA.
Faisant remarquer que les contrats signés ont été approuvés, le juriste signale qu'aucun contrat n'avait atteint le plafond de 7 millions de gourdes. M. Léandre a présenté aux journalistes des documents prouvant que les dépenses, dont l'acquisition d'une génératrice, ont été réalisées régulièrement. " L'autorisation de décaissement pour la génératrice a été signée par le président de la CSCCA", ajoute t-il.
Maître Canton dénonce de nombreux vices de forme dans l'enquête, tel l'absence de requête d'informations complémentaires à la direction générale de l'OAVCT. " La Cour a pour devoir de réapprécier le dossier dans tous ses états procéduraux et financiers", martèle M. Canton déplorant qu'une clameur publique soit en train de ternir l'image de M. Léandre.
Le rapport d'audit de la Cour Supérieur des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) a indiqué que M. Léandre a dépensé de manière irrégulière 17 millions de gourdes appartenant à l'OAVCT. LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15289

Le décanat de la faculté de Médecine et le rectorat de l'UEH sont solidaires

Les membres du rectorat de l'Université d'Etat d'Haïti (UEH) ont clairement exprimé hier leur refus de répondre à l'une des principales revendications des étudiants de la Faculté de Médecine, relative au renvoi des membres du décanat. Le recteur Jean Vernet Henry et le vice recteur aux recherches, Fritz Deshommes, sont satisfait de la performance des membres du décanat qui ont été élu régulièrement.
Le recteur dénonce les attaques contre plusieurs professeurs, dont le docteur Roudolph Malebranche, membre du conseil des chefs de départements de la faculté de médecine. Le docteur Malebranche a réitéré sa détermination à s'acquitter de sa tache rappelant que les membres du décanat ont été élus par les différentes composantes de la faculté.
Jean Vernet Henry invite les étudiants à mettre un terme aux manifestations de rues afin de favoriser le lancement d'un processus de dialogue. Il fait remarquer que des professionnels enseignant depuis une trentaine d'années ne sauraient être impliqués dans un complot pour détruire la faculté. " Les problèmes ne peuvent être résolus par des manifestations de rues, il y a des mécanismes qui permettent de résoudre les crises", dit-il faisant valoir que la concertation est le meilleur moyen de résoudre ces problèmes.
La doyenne de la Faculté de médecine, Gladys Prosper, tout en invitant les étudiants à regagner leurs salles de classes, menace d'infliger des sanctions aux leaders du mouvement. Les membres du rectorat ont manifesté leur volonté de s'entretenir avec une délégation des étudiants protestataires.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15284

Décès à Miami (Floride) du père Gérard Jean Juste

L’un des plus farouches défenseurs de Jean Bertrand Aristide et de Lavalas, Jean Juste serait décédé d’un accident cérébral
Mercredi 27 mai 2009,
Radio Kiskeya
Le père Gérard Jean Juste (62 ans) est décédé mercredi soir à Jackson Memorial Hospital (Miami, Floride) où il était hospitalisé depuis déjà plusieurs jours. Il ne serait apparemment pas décédé de leucémie dont il souffrait, mais plutôt d’un accident cérébral, selon Me Ira Kurzban qui a représenté le Centre haïtien des réfugiés dans diverses actions en justice contre le gouvernement américain. Le centre, fondé à la fin des années 70, a été dirigé pendant longtemps par le défunt.
Avant de s’être taillé la réputation de farouche défenseur de l’ancien président Jean Bertrand Aristide et de son parti Lavalas, Gérard Jean Juste s’était fait connaître dans les années 80 dans la bataille en faveur des droits des réfugiés haïtiens aux Etats Unis, pour la plupart des « boat-people ». Nombre d’haïtiens du Sud de la Floride lui doivent aujourd’hui la légalisation de leur statut.
Adepte au départ de la théologie de la libération, comme d’ailleurs Jean Bertrand Aristide, le père Gérard Jean Juste a connu des déboires au sein de l’Eglise catholique tant en Haïti qu’aux Etats-Unis où, pendant longtemps, interdiction formelle lui était faite d’exercer librement son sacerdoce.
En Haïti, il avait fondé sa propre église, la Paroisse Sainte-Claire, à Petite Place Cazeau (Delmas).
Incarcéré sous le gouvernement de transition de Gérard Latortue pour implication présumée dans le meurtre sur la personne du journaliste, poète et diseur Jacques Roche, en juillet 2005, Gérard Jean Juste devait par la suite bénéficier d’une mesure de main levée d’écrou (ou liberté provisoire) pour raison humanitaire.
Son nom a longtemps circulé dans le secteur Lavalas comme un potentiel candidat à la présidence. [jmd/Radio Kiskeya]
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article5924