POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 28 juin 2010

Haïti: les députés européens passent, les sinistrés fulminent

Clarens Renois, Agence France-Presse, Port-au-Prince
La nuit tombe et les esprits s'échauffent au camp de Tabarre, près de Port-au-Prince, où vivent 500 familles sinistrées lors du séisme de janvier. Leur dénuement est total. Et quand des élus européens s'annoncent, les résidents donnent libre cours à leur colère.
«Dites-nous comment faire pour vous aider», lance la députée française Michèle Striffler (Parti Populaire Européen, PPE) en ouvrant la réunion avec les représentants des 3 000 personnes vivant dans ce camp, fait de tentes plantées au bord d'une route boueuse, à une dizaine de kilomètres de la capitale haïtienne.
«Cela ne se passe pas trop bien ici. Nous sommes frustrés. Aucune des promesses faites à notre arrivée il y a trois mois n'ont été tenues. Pas d'école, pas de service de santé, manque de nourriture», égrène Jean Auguste Petit-Frère, vice-président du comité des résidents du village, qui lit dans son cahier la liste des revendications.
«Arrêtez! Vous devez commencer par dire que vous êtes mieux ici!», coupe un membre de la délégation.
«De tous les camps que nous avons visités, celui-ci est le meilleur», ajoute le député italien Niccolo Rinaldi.
Le porte-parole du groupe ne se laisse pas intimider et continue son énumération. «Il nous faut du travail, une clôture pour sécuriser le camp, de vraies maisons...», explique-t-il.
Cette fois, c'est Michèle Striffler qui part à la charge. «Il y a des choses qui marchent, mais vous ne pouvez pas tout attendre des ONG, vous devez me dire ce que nous allons faire ensemble pour améliorer la situation», conseille la députée.
«Les jeunes ne sont pas patients. On nous a promis des choses, c'est vrai, mais il faut savoir attendre. Il ne faut pas être exigeant», tempère Ernest Paul, 69 ans et père de trois enfants, mécontent de la façon dont s'est achevée la rencontre.
Mais Abdon Lubin, un jeune père de famille, insiste: «nous ne pouvons pas continuer à vivre sous des tentes. La chaleur qu'il fait est insupportable. Ca nous rend malades».
«Nous étions venus pour voir ce qui a été fait avec toutes les donations européennes, mais aussi pour vous dire qu'on ne vous oublie pas, que les Nations unies et l'Europe ne vous oublient pas», explique Michèle Striffler.
Arrivés vendredi à Port-au-Prince, la délégation composée de députés membres de la commission du développement du Parlement européen dont Eleni Theocharous (Grèce), Patrice Tirolien (France) et Niccolo Rinaldi (Italie), doit évaluer l'aide européenne à Haïti après le séisme du 12 janvier qui a dévasté le pays le plus pauvre du continent américain.
«Quand je suis arrivée j'étais choquée de voir tant de destructions, je me suis dit qu'on y arrivera jamais. Mais beaucoup a été fait, c'est difficile à voir car il y en a encore pour des années», conclut Mme Striffler.
http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/seisme-en-haiti/201006/28/01-4293806-haiti-les-deputes-europeens-passent-les-sinistres-fulminent.php

La reconstruction d'Haïti est trop lente, dit Ban Ki-moon

Agence France-Presse.-

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a déploré lundi que le versement de l'aide promise par la communauté internationale pour reconstruire Haïti après le séisme n'arrive pas «aussi vite que prévu».
«Je suis préoccupé par le fait que l'aide n'arrive pas aussi vite que prévu», a déclaré M. Ban à des journalistes.
Le chef de l'ONU a indiqué travailler avec l'ancien président américain Bill Clinton, co-président de la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti (CIRH), et les agences onusiennes concernées afin d'«accélérer» le versement de l'aide.
Depuis la conférence des bailleurs de fonds de New York, le 31 mars, qui a prévu de consacrer 10 milliards de dollars à Haïti sur cinq ans pour sa reconstruction, seule une petite partie de l'aide a effectivement été attribuée. Selon les experts, le coût de la reconstruction d'Haïti est évalué à 11,5 milliards de dollars sur dix ans.
M. Ban s'est également inquiété du fait qu'alors que la saison des pluies a commencé en Haïti, il y ait encore de nombreuses personnes devant être «relogées dans des endroits plus sûrs».
Le violent séisme du 12 janvier en Haïti a tué plus de 250 000 personnes et fait près de 1,5 million de sinistrés.
http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/seisme-en-haiti/201006/28/01-4293843-la-reconstruction-dhaiti-est-trop-lente-dit-ban-ki-moon.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_amerique-latine_288_section_POS4

L'ambassadeur canadien veut des élections honnêtes et crédibles

Nous sommes dans l'attente de l'arrêté présidentiel convoquant le peuple en ses comices ". L'ambassadeur du Canada à Port-au-Prince, Gilles Rivard, est clair sur la position du gouvernement canadien. Le diplomate aura dans les prochains jours une nouvelle rencontre avec le chef de l'Etat afin d'évaluer la contribution canadienne pour la réalisation des prochaines élections. Mais le gouvernement de Stephen Harper pose des conditions avant de mettre la main à la poche. Le processus électoral doit être transparent, crédible et démocratique, insiste M. Rivard faisant remarquer qu'il ne s'agit nullement de nouvelles conditions. Il exhorte les autorités à éviter des incidents ou dérapages qui ne contribueraient qu'à miner le processus démocratique.
La légitimité des élus qui sortiront des élections de fin d'année est une priorité pour la communauté internationale. Cette légitimité est liée entre autres au taux de participation des électeurs au scrutin. L'ambassadeur canadien croit qu'il faut tout mettre en œuvre pour que la majorité des citoyens haïtiens exercent leur droit de vote.
Même s'il est impliqué dans les négociations avant le lancement du processus électoral, le diplomate canadien n'a pas voulu commenter la proposition de la société civile relative à la formation d'un nouveau CEP. Cependant M. Rivard assure qu'il y aura des ajustements dans la machine électorale afin d'éviter la répétition des erreurs enregistrées lors des dernières sénatoriales.
Ces ajustements sont en deçà des revendications de la classe politique qui réclame le départ de tous les conseillers électoraux.
Intervenant à la rubrique " Le Point sur le 100.1 " de radio Métropole, le diplomate canadien a soutenu que le plus important pour l'instant est la détermination de la date des élections. Dans cette perspective les pays contributeurs et les organisations internationale, le gouvernement et les autorités électorales haïtiennes multiplient les séances de travail.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17901

Ban Ki moon presse les donateurs de respecter leurs engagements pris à New York

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon a déploré la lenteur enregistrée dans le décaissement de l'aide promise par les membres de la communauté internationale dans le cadre de la reconstruction d'Haïti. Le numéro un de l'organisation mondiale, se dit préoccupé par le fait que les bailleurs n'ont pas encore respecté les engagements pris lors de la conférence de New York, le 31 mars dernier. Monsieur Ban a fait remarquer qu'il travaille actuellement de concert avec le co-président de la CIRH, Bill Clinton, et les agences onusiennes, dans le but d'accélérer le versement de l'aide.
Par ailleurs le diplomate n'a pas caché ses inquiétudes par rapport au nombre élevé de personnes qui se trouve actuellement dans des abris de fortune, alors que la saison pluvieuse a déjà démarré.
Rappelons que la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d'Haïti (CIRH), chargée de gérer les fonds qui seront décaissés en faveur d'Haïti pour sa reconstruction, a tenu sa première réunion la semaine dernière à Port-au-Prince.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17909

Deux Haïtiens honorés par le ministre français de la culture.

Le ministre français de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, a effectué une visite officielle de 3 jours à Port-au-Prince.
Lors de son séjour en Haïti, Fréderic Mitterrand a signé avec son homologue haïtien un accord de coopération en vue de la réhabilitation du ciné, triomphe.
Suivant les clauses de cet accord, les locaux de l'ancien ciné triomphe seront transformés en un centre culture. Les travaux couteront entre sept à neuf millions d'euros.
Par ailleurs, le ministre Mitterrand en a profité pour honorer deux écrivains haïtiens lors d'une cérémonie qui se déroulait au ministère de la culture hier dimanche.
Il a décerné à Francketienne l'insigne de commandeur dans l'ordre des arts et des lettres. Alors que Lyonel Trouillot, quant à lui, recevait, celui de chevaliers des arts et des lettres.
Monsieur Mitterand a également participé à de nombreuses activités culturelles dont une exposition intitulée « Malraux-Saint-Soleil, 25 ans après.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17907

Florent Malouda et Yélé Haïti viennent en aide aux sans abris

Une délégation de Yélé Haïti, présidée par Claudinette, l'épouse de Wyclef Jean, a offert une assistance humanitaire aux résidents de plusieurs quartiers populeux et aux sans abris de certains camps d'hébergement. Plusieurs milliers de vêtements, de chaussures et de kits alimentaires ont été distribués, le week end écoulé à Kenskoff, Grand Ravine et Cite Soleil. L'international français, Florent Malouda, également membre de la délégation, a distribué plusieurs milliers de T shirts aux jeunes de plusieurs camps de la région métropolitaine. Le footballeur français a indiqué que sa présence vise à encourager la communauté internationale à poursuivre l'effort humanitaire initié après le violent.
Tout est à faire a martelé le footballeur originaire de Guyane, espérant que la communauté internationale aidera le peuple haïtien à se relever. Saluant le courage du peuple haïtien Florent Malouda dit avoir été témoin de leurs efforts pour recommencer à vivre. Nommé ambassadeur de Yélé Haïti par Wyclef Jean, Malouda assure que sa visite lui a permis d'évaluer la situation sur le terrain.
Pour sa part Claudinette Jean a annoncé le lancement de plusieurs projets dont des cliniques sanitaires, des cuisines communautaires, des habitats transitionnels et de création d'emplois. D'autres projets permettront de distribuer plus de 1 million de galon d'eau par mois et de mise en terre de plus de 100 000 plantules.
Dans le même temps, les dirigeants de Yélé Haïti se proposent de ranimer la flamme de la solidarité internationale envers Haïti.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17902