POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 2 novembre 2011

Grèce: "Il n'y a jamais excès de démocratie"

Le référendum grec sur le plan d'aide européen suscite des réactions contrastées dans la presse européenne. Les uns évoquent l'incertitude qu'il fait peser sur l'Europe. D'autres jugent qu'il est temps de demander leur avis aux Grecs. Extraits.

L'annonce faite par Athènes, lundi, d'un référendum sur le plan européen d'allègement de la dette grecque suscite des réactions très contrastées dans la presse européenne. Les uns évoquent l'incertitude qu'il génère, et le risque de voir le pays basculer dans la faillite. D'autres jugent qu'il est temps de demander aux Grecs leur avis sur les douloureuses mesures qu'ils doivent assumer.
Hystérie collective
"Qui consulte le peuple menace l'Europe", ironise le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. "C'est ce qu'expriment les marchés et depuis 24h les dirigeants politiques. Nous assistons à l'effondrement des idées républicaines." Le quotidien libéral dénonce "l'hystérie collective" des marchés et des dirigeants européens. Il se moque de l'"horreur" avec laquelle a été accueillie l'annonce de cette consultation en "Allemagne, en Finlande, en France puis en Grande-Bretagne". Le quotidien estime que "Papandréou montre le chemin à suivre pour l'Europe (...) dans laquelle le peuple a des droits".

Les peuples, directement ou via leurs élus, doivent rester maîtres du jeu
"Il n'y a jamais excès de démocratie", renchérit Maroun Labaki dans le quotidien belge Le Soir. "Les peuples, directement ou via leurs élus, doivent rester maîtres du jeu. Nul n'avait crié au scandale lorsque les Français ou les Néerlandais avaient été appelés, en 2005, à se prononcer sur la "Constitution" européenne. Ils avaient dit "non". Et l'Europe avait pris du retard. Nul n'avait crié au scandale lorsque les Irlandais avaient été appelés, en 2008, à se prononcer sur le Traité de Lisbonne. Ils avaient dit "non". Et l'Europe avait pris du retard. Voici dix jours, nul ne s'est davantage offusqué de voir Angela Merkel exiger un deuxième sommet européen pour pouvoir, entre les deux, aller chercher un feu vert du Bundestag", conclut l'éditorialiste.

"Des Verts allemands aux banquiers français, tout le monde a été interrogé sur l'accord"
Ce référendum est l'occasion d'une "véritable participation du peuple, dans la patrie de la démocratie", admet également le Südddeutsche Zeitung (centre gauche) qui ajoute que "la décision du Premier ministre mérite le respect". Pour le quotidien de Munich, les pays de la zone Euro devraient laisser au gouvernement grec non pas une seule sortie de crise (plan A), mais un " plan A, B ou C."
"Des Verts allemands aux banquiers français, tout le monde a été interrogé sur l'accord de sauvetage conclu à Bruxelles la semaine passée, tout le monde, sauf le peuple qui doit en supporter les conséquences", souligne le Guardian. Le quotidien voit pourtant là "le calcul d'un parieur qui sait que 60% de la population est contre les termes de l'accord, mais que 70% des Grecs sont contre la sortie de la zone euro." Le Guardian envisage trois scénarios possibles dans les semaines qui viennent: des élections anticipées sous la pression de l'opposition, des élections consécutives à l'implosion du Pasok, le parti de Papandreou ou bien le vote "oui" au référendum.

"Un suicide par peur de la mort"
Le quotidien allemand Die Zeit évoque, lui, les difficultés auxquelles est confronté Papandréou. Il rappelle que la majorité des Grecs le considèrent comme un "traître" et affirme qu'il est "haï du peuple". Personne n'a de respect pour lui, ni l'Europe ni les Grecs ni son propre parti.
Si Papandréou en est arrivé à cette décision, c'est parce qu'il était acculé, plaide le site de l'hebdomadaire allemand Spiegel; Ce référendum "ressemble à un acte de désespoir évoquant le principe dramatique du suicide par peur de la mort". Pourtant, le journal de Hambourg voit trois bonnes raisons de tenir ce scrutin: redonner une légitimité à ce Premier ministre, élu avant la crise, pour gouverner; mettre l'opposition, qui pratique l'obstruction, devant ses responsabilités; enfin, la Grèce est confrontée à une spirale de contestation dans la rue, rappelle le Spiegel. "Si la majorité de la population décide elle-même du plan de sortie de crise, les grèves et les manifestations seront probablement délégitimées", analyse-t-il.

Fou ou nihiliste?
La presse britannique hésite. Le Daily Telegraph, qui titre sur la "folie" de George Papandreou, considère que ce référendum est "ridicule". "M. Papandréou, qui n'est ni fou ni nihiliste aura sans doute agi de la sorte sous une pression irrésistible, juge de son côté The Independent. "Il est acculé par une opposition irresponsable qui promet une cure de guérison indolore. En déléguant cette décision, Papandréou imagine sans doute que c'est la seule voie possible pour faire accepter la réalité à ses opposants et pour effrayer le peuple grec afin que celui-ci admette que l'alternative serait pire que le plan de sauvetage européen."

"Erreur colossale"
Bien qu'il reconnaisse le courage politique et la détermination personnelle dont a fait preuve Georges Papandreou depuis qu'il affronte la crise grecque, le quotidien espagnol El Pais juge que le Premier ministre grec fait "une erreur colossale" en convoquant ce référendum. "Ce type de scrutin binaire peut être sujet à toutes sortes de démagogies populistes, avec le risque qu'en dernier ressort, les citoyens ne se prononcent pas sur une mesure concrète mais sur deux années de sacrifices qui ont exaspéré la société grecque". Et le quotidien rappelle l'expérience des référendums en France en Irlande ou aux Pays-Bas, où selon lui, la mauvaise humeur sociale a souvent prévalu sur la question soumise aux urnes.
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/grece-il-n-y-a-jamais-exces-de-democratie_1047020.html

CULTURE - Le prix le plus prestigieux de la littérature a été remis ce mercredi à Alexis Jenni...

Ils étaient quatre à se ronger les sangs ce mercredi matin, quatre à attendre la reconnaissance suprême du petit monde littéraire français. Carole Martinez, Alexis Jenni, Sorj Chalandon et Lyonel Trouillot espéraient recevoir le Goncourt ce mercredi à 13h. Et c'est le petit favori, Alexis Jenni (Gallimard), qui remporte finalement le prestigieux prix de littérature pour son premier roman, «L’art français de la guerre». «Hier j'ai énormément rêvé mais avant je n'osais pas y croire», confie-t-il à 20 Minutes. «Je me restreignais, je voulais garder les pieds sur terre. Mais ma foi c'est fait, je suis fier et heureux. C'était cinq années de travail. Normalement on se construit livre après livre, et là tout m'est donné en un clin d'oeil, j'ai un peu peur de me réveiller», poursuit-il, avant de remercier son éditeur. «Ce prix est un bonheur exquis. Je voudrais dire que je pourrai faire mieux la prochaine fois mais je ne vois pas comment».
Encensé par la critique et avec déjà 56.000 exemplaires vendus, «L’art français de la guerre» est une fresque entre Indochine et Algérie, qui interroge l’héritage de vingt ans de guerres coloniales. Recevoir le Goncourt dès son coup d’essai, c’est une chance rare, mais pas inédite: Jonathan Littell avait par exemple eu cet honneur en 2006, avec Les bienveillantes.
Alexis Jenni, «un jeune homme décalé qui a beaucoup d'audace»
L'auteur fait ainsi «une entrée fracassante dans la littérature», selon Bernard Pivot. «Depuis le début, je pense beaucoup de bien de ce titre rebelle qui n'obéit à personne. C'est un étrange roman, une chevauchée des guerres françaises», confie la femme de lettres Edmonde Charles-Roux à 20 Minutes. «Les discussions ont été tendues, mais il a quand même gagné au premier tour», explique-t-elle avant d'ajouter: «Moi-même j'ai eu le Goncourt pour mon premier roman. On en sort différent, on se sent plus fort.» Régis Debray, lui, indique que le livre d'Alexis Jenni «parle de la France de notre héritage avec des personnages dont l'ambiguité est riche, romanesque, et pose la question de ce que nous sommes aujourd'hui (...) Comment se fait-il que ce professeur de biologie, jeune, audacieux, écrive en 2011 notre héritage colonial? C'est un jeune homme décalé qui a beaucoup d'audace, il dérange, et c'est important de déranger parfois».
Le prix Renaudot remis à Emmanuel Carrère
Ce mercredi, chez Drouant à Paris, une autre récompense a été remise à un auteur: le prix Renaudot. Le lauréat est Emmanuel Carrère avec le livre Limonov (P.O.L). Frédéric Begbeider, qui avait voté pour lui, se dit «très heureux». Il s'agit du douzième livre de l'auteur, et également du moins sombre.
En 2010, le Goncourt avait couronné Michel Houellebecq pour La carte et le territoire (Flammarion), le Renaudot Virginie Despentes pour Apocalypse bébé (Grasset).
—Charlotte Pudlowski
http://www.20minutes.fr/article/816314/alexis-jenni-remporte-prix-goncourt

Bilan sur la mission en Haïti

Le père Dehoux, responsable de l’orphelinat
de Saint-François-d'Assise en Haïti. (Photo: gracieuseté)
Simon Bousquet-Richard Léger est de retour
Jeanne d'Arc Léger, mère de Nicole Léger, est de retour d'Haïti avec de bonnes nouvelles : la première brique de l'orphelinat a été posée, des arbres fruitiers sont plantés et deux orphelines ont été diplômées. Mais le travail n'est pas terminé et les besoins restent grands à l’orphelinat de Saint-François-d'Assise.
Rappelons que la femme de 82 ans, accompagnée de six anciens scouts et guides québécois, était partie en Haïti pour venir en aide au père Dehoux, responsable de l’orphelinat de Saint-François-d'Assise, qui s'était effondré à la suite du séisme de janvier 2010.

Reconstruction de l'orphelinat
Au lendemain de la catastrophe, le groupe de Mme Léger avait envoyé des tentes pour abriter les orphelins. Après huit mois sous les tentes, les enfants avaient été abrités dans un vieux hangar de tôle, où ils s'y trouvent toujours. Grâce à la générosité des gens d'affaires du Québec qui ont permis de recueillir 200 000$, la construction du nouveau bâtiment a enfin pu commencer.
« Il manque encore 100 000$ pour la finition du bâtiment. Par exemple, à l'heure actuelle, ce ne sont pas toutes les fenêtres qui auront des vitres. Même s'il ne fait pas très froid, il y a quand même des insectes », précise Mme Léger, qui invite la population à acheter des briques au coût de 25 $ sur le site www.corporationperedehoux.org. Les fonds amassés serviront également à réparer le bâtiment abritant les religieuses.
L'ingénieur Maxime Dehoux, frère du père Dehoux, était du voyage de Mme Léger. Après le départ du groupe, ce dernier resta sur place pour superviser la construction. La construction devrait être terminée d'ici un an et Mme Léger compte bien repartir en mission à ce moment.

Des actions qui portent fruits
L'objectif du groupe de Mme Léger est de rendre l'orphelinat autonome. Pour cela, 300 arbres fruitiers ont été plantés. Chaque orphelin a la responsabilité de son arbre. Il n'y a pas que les arbres qui sont parrainés, les citoyens québécois peuvent aussi parrainer les orphelins. Ce système a permis à deux orphelines d'obtenir des diplômes en psychologie et en comptabilité. La petite maison de Port-au-Prince, financée par l'organisme, abrite 11 autres orphelins, afin de leur permettre d'accéder à l'éducation.

Des besoins
« Il y a tellement de besoins, j'aimerais lancer un cri à la population de Pointe-aux-Trembles pour qu'elle aide l'œuvre du père Dehoux. En Haïti, il n'y a pas d'organisme qui aide la population. L'œuvre du père Dehoux est quelque chose de concret », déclare Mme Léger.
L'un des objectifs de la mission était de dresser la liste des besoins de l'orphelinat. Parmi ces items, Mme Léger est à la recherche d'une machine à coudre qui fonctionne à pédale et de matériel de couture, qui permettront aux religieuses de confectionner leurs propres uniformes et ceux des enfants.
Aider l’orphelinat de Saint-François-d'AssisePour acheter des briques au coût de 25 $ ou faire un don, visiter le site http://www.corporationperedehoux.org/
http://www.avenirdelest.com/Actualites/Vos-nouvelles/2011-10-28/article-2790515/Bilan-sur-la-mission-en-Haiti/1
La Grèce change tout son état-major militaire

Le Grèce a annoncé mardi un changement de tout son état-major militaire, au milieu d’une crise politique qui pourrait entraîner la chute du gouvernement après la décision surprise d’organiser un référendum en Grèce sur le plan de sauvetage européen du pays.
Un conseil de sécurité de l’Etat, réuni sous la présidence du Premier ministre Georges Papandréou, a remplacé les quatre têtes de l’armée, le chef d’état-major des armées, les chefs d’état-major de l’armée de Terre, de la Marine et de l’Armée de l’air, et a déchargé de leurs fonctions une douzaine d’officiers de l’Armée et de la Marine, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué publié dans la soirée.
Source : http://www.liberation.fr/monde/01012369113-la-grece-change-tout-son-etat-major-militaire

Inondations: le bilan monte à 427 morts en Thaïlande
Au moins 427 personnes ont été tuées dans les inondations historiques qui ravagent la Thaïlande depuis trois mois, soit une augmentation de plus de 40 morts par rapport au bilan de mardi, ont indiqué mercredi les autorités.
Mardi, elles avaient fait état de 385 morts. Le bilan officiel ne compte jusqu’à présent aucun décès à Bangkok, dont plusieurs quartiers dans le nord et l’ouest de la ville sont noyés depuis plus d’une semaine, sous parfois plus d’un mètre d’eau.
Source: http://www.liberation.fr/monde/01012369133-inondations-le-bilan-monte-a-427-morts-en-thailande

Fin des subventions des USA à l'UNESCO : l'intimidation après l'entrée de la Palestine

Lundi, la Palestine est devenue un Etat Membre de l'UNESCO. A la suite de cette décision, les Etats-Unis ont décidé de retirer leurs subventions menaçant l'avenir de l'agence de l'ONU.
La nouvelle est tombée lundi soir, quelques heures après le vote en faveur de l’adhésion de la Palestine comme Etat Membre de pleins droits au sein de l’UNESCO. Les Etats Unis ont fait savoir qu’ils couperaient les subventions allouées à l’organisation, soit 22% du budget total de l’agence onusienne (plus de 80 millions de dollars).
Washington a estimé que l’entrée de la Palestine dans les rangs des Etats Membres était prématurée, à quelques mois de la décision de l’Assemblée Générale de l’ONU (dont nous connaissons déj0 tous l’issue), et que les fonds injectés dans des programmes éducatifs, des programmes culturels, de la gestion du patrimoine mondial immatériel et matériel n’étaient plus la priorité des Etats-unis.
Un coup dur pour l’UNESCO. Après le vote, la Directrice Générale, Irina Bokova exprimait déjà son inquiétude sur l’avenir de la stabilité budgétaire de l’agence. Son visage fermé à l’annonce de l’entrée de la Palestine sonnait comme un coup de massue plutôt qu’une bonne nouvelle. Elle envisageait déjà l’après, le futur proche, celui d’une agence qui allait devoir gérer des programmes avec un budget réduit de 1/5ème !
L'avenir de l'UNESCO menacé
Et ce n’est que le premier coup de tonnerre. Suite à cette décision de Washington, d’autres pays ont fait savoir qu’ils seraient probablement sur le point de retirer leurs fonds, tels qu’Israël ou le Canada.
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/209719;fin-des-subventions-des-usa-a-l-unesco-l-intimidation-apres-l-entree-de-la-palestine.html

Après l'admission des Palestiniens à l'Unesco, la réponse d'Israël
Israël va construire 2000 logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie et geler provisoirement le transfert de fonds dus à l'Autorité palestinienne, en guise de rétorsion à l'admission de la Palestine à l'Unesco.
C'est une réponse en forme de rétorsion qu'a donné mardi Israël à l'admission de la Palestine à l'Unesco en annonçant plusieurs mesures qui ne vont pas dans le sens d'un rétablissement du dialogue. Israël a annoncé la construction de 2000 logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie et le gel provisoirement du transfert de fonds dus à l'Autorité palestinienne.
"Ces mesures ont été prises par le forum des huits principaux ministres sous la présidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu en guise de sanction après le vote à l'Unesco", a précisé une source gouvernmentale israélienne. Sous couvert de l'anonymat, un haut responsable israélien donne des détails : "Nous allons construire 2.000 logements, dont 1.650 logements à Jérusalem, et le reste dans les implantations de Maalé Adoumim et d'Efrat (au sud de Bethléem en Cisjordanie)". "Il a également été décidé de geler à titre provisoire, jusqu'à ce qu'une décision définitive soit prise, les transferts de fonds destinés à l'Autorité palestinienne", a-t-il ajouté. Ces fonds, d'un montant d'environ 50 millions de dollars par mois, correspondent au remboursement des droits de douane et de TVA prélevés sur les produits destinés aux Palestiniens qui transitent par les ports et aéroports israéliens. Cet argent assure 30% du budget de l'Autorité palestinienne et permet de payer 140.000 fonctionnaires palestiniens.
http://lci.tf1.fr/monde/moyen-orient/apres-l-admission-des-palestiniens-a-l-unesco-la-reponse-d-israel-6801715.html

UNESCO : les palestiniens remercient Juppé et Sarkozy. Israël aussi !
Les Palestiniens obtiennent le statut de membre à part entière de l’Unesco. Une adhésion “prématurée” pour de nombreux diplomates. Les Américains et les Israéliens menacent de couper leur financement aux activités de l’Unesco. La France salue la victoire diplomatique des palestiniens. Le gouvernement de Ramallah remercie Sarkozy et Juppé.
La résolution a été adoptée par 107 voix pour, 52 abtentions et 14 voix contre, parmi les pays présents. La France a voté pour, en dépit de ses mises en garde ces derniers jours contre une démarche qu’elle jugeait prématurée. La quasi-totalité des pays arabes, africains et latino-américains se sont prononcés pour l’adhésion. “Les Palestiniens empruntent un chemin qui n’est pas à 100% satisfaisant, qui n’est pas le plus productif… Ce n’est pas productif que d’aller d’abord aux conclusions”, c’est-à-dire à l’Unesco avant l’examen de la candidature à l’ONU, estimait pourtant la ministre française de l’Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, en déplacement à Jerusalem.
http://jssnews.com/2011/10/31/victoire-palestinienne-a-lunesco-un-organisme-qui-devrait-fermer-dans-les-prochains-mois/

Syrie: la Ligue arabe doit présenter un plan de sortie de crise
LE CAIRE (AP) — La Ligue arabe doit dévoiler au Caire un plan contre les violences en Syrie, qui appelle au retrait des chars et des véhicules blindés déployés dans les rues et à la tenue d'élections libres, selon des sources diplomatiques.
Mardi soir, des médias syriens ont rapporté que Damas avait accepté un plan présenté par l'organisation régionale, mais un haut responsable de la Ligue arabe a affirmé qu'elle n'avait pas encore reçu de réponse de la Syrie.
Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20111102.FAP7394/syrie-la-ligue-arabe-doit-presenter-un-plan-de-sortie-de-crise.html