POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 14 septembre 2010

.UN launches anti-rape campaign in Haiti

By ANITA SNOW, Associated Press Writer UNITED NATIONS -- The United Nations is launching a campaign to combat the rape of Haitian earthquake victims living in camps for the homeless, the U.N.'s top official in the country said Monday.
Edmund Mulet, who heads the U.N. stabilization mission in the country, told the 15-member Security Council that police and soldiers in the U.N.'s peacekeeping force are being trained how to handle rape and other sexual violence at the camps, and to ensure medical care for victims. He said a public relations campaign is under way to teach people how to prevent and respond to rape and other sexual attacks.
"I remain concerned by the situation in the camps where vulnerable groups, particularly women and children, are at risk of sexual and gender-based violence," Mulet said, describing actions taken since Secretary-General Ban Ki-moon wrote a report on Haiti last month.
Mulet said that a 200-member U.N. police force keeps a permanent presence in six especially high-risk camps housing 135,000 people, but that it's impossible to regularly patrol all the camps.
More than 1.3 million Haitians were displaced by the January quake, and many remain homeless, living in camps where women and children are vulnerable to attack.
Mulet also said that the Nov. 28 presidential and legislative elections must be "credible and legitimate" to ensure security in the still-fragile Caribbean nation.
"Institutional weakness, combined with the displaced persons' camps, the resurgence of gang activity and the characteristic instability of the Haitian electoral season, contribute to creating a volatile security environment," he said.
Sexual attacks at the camps have been a concern since shortly after the magnitude-7 temblor ravaged the Western Hemisphere's most impoverished and least developed country, and killed an estimated 230,000 to 300,000 people.
The U.N. peacekeeping force known as MINUSTAH, with nearly 12,000 soldiers and police deployed nationwide, is charged with maintaining stability and security in Haiti during reconstruction. The force has been in Haiti since mid-2004 after then-president Jean-Bertrand Aristide went into exile amid widespread unrest.
U.S. Ambassador Susan Rice said the United States remains concerned about vulnerable people in the camps and said that efforts to stop sexual and gender-based violence "must be part of a wider effort to empower women throughout the reconstruction process."
Rice called the U.N.'s progress toward preparing security for the November elections "positive" and said "peaceful and credible elections and the transfer of power to a new government will be key milestones of Haiti's progress."
Britain's deputy U.N. Ambassador Philip Parham also praised peacekeepers' efforts to ensure electoral security, and said it was critical that the Haitian National Police be involved.
The U.N. force "must continue to do its utmost to aid the development of local policing capabilities" so that the Haitian police force no longer relies on U.N. troops "as the main providers of security" in the country.
Read more:
 http://www.miamiherald.com/2010/09/13/1823013/un-launches-anti-rape-campaign.html#ixzz0zXq6l1XE
http://www.miamiherald.com/2010/09/13/1823013/un-launches-anti-rape-campaign.html

Taiwan charity sends eco-friendly blankets as aid

TAIPEI, Taiwan -- A Taiwanese Buddhist charity is helping disaster victims stay warm - and eco-friendly - with fleece blankets made from recycled plastic bottles. The Tzu Chi Foundation, known for performing good works for those in need, dispatched thousands of the eco-blankets to survivors of this year's massive earthquake in Haiti and soon will be shipping more to flood survivors in Pakistan.
Thousands of volunteers produce the blankets after washing and sorting plastic bottles at garbage yards around Taiwan.
Retiree Lan Li-yue says she and her co-workers are happy to work for free because they are heeding a call from Tzu Chi head Cheng Yen to reduce non-biodegradable garbage to a minimum.
"Others had given up turning recycled bottles into blankets because of the high wage bill involved," she said. "But we do the work for nothing."
Even without wage costs, producting the eco-friendly blankets costs three to five times what conventional blankets cost to produce, but Tzu Chi insists the expenditure is well worth it.
Foundation official Liu Tsong-yen says the process makes a lasting product out of garbage. "We try not to recycle pollution in dispensing our aid items," Liu said. "People don't dump our blankets after use like they do with plastic bottles."
The blankets are produced at Taiwanese textile factories that collaborate with a company Tzu Chi established to make a series of eco-friendly items, including shirts, scarfs and tote bags. The finished blankets are grey, and, after being cut from huge rolls, measure about two meters by two meters (six feet by six feet).
Much of Tzu Chi's success stems from its transparency in dispensing funds and its efforts to ensure that aid items go to those who need them most.
Liu said the blankets will be distributed, along with food and medical supplies, next month after staff inspects afflicted areas to get the lay of the land.
"We hand-deliver items directly victims to avoid waste and dislocation," he said.
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/09/14/1823746/taiwan-charity-sends-eco-friendly.html#ixzz0zXpCPZpz
http://www.miamiherald.com/2010/09/14/1823746/taiwan-charity-sends-eco-friendly.html

Companies plan Haiti hotel

Haiti's quake-damaged hotel industry is poised to expand because a Haitian family and an Argentine entrepreneur plan to build a 240-room hotel near the Port-au-Prince international airport.
BY TRENTON DANIEL
tdaniel@MiamiHerald.com
One of Haiti's most powerful families and an Argentine entrepreneur are swiftly trying to build a state-of-the-art hotel in the Port-au-Prince area, marking the latest effort to house visitors involved in post-earthquake reconstruction.
``The idea is this: To rebuild Haiti you are going to need engineers and business people and they are going to need a place to stay,'' said Edmund Miller, another partner in the project. ``What place makes the most sense? That's at the airport and not up in Petionville. Hopefully, this will help get the reconstruction going.''
The announcement on Monday to build the hotel near Port-au-Prince's Toussaint L'Ouverture International Airport comes as the airport itself undergoes renovation and the nation at large struggles to recover from the January earthquake. The tremor claimed more than 230,000 lives and made 1.5 million people homeless.
Recovery efforts since then have brought relief workers and others from around the world -- only to find housing at a premium as hotel rooms in the Port-au-Prince metropolitan area have filled up. Many of the established hotels in the capital were either damaged or destroyed in the 7.0-magnitude temblor.
Organizers are planning to break ground by the end of 2010 on a parcel of land owned by the Mevs family, and finish construction within 18 months. Rolando Gonzalez-Bunster, an Argentine entrepreneur, also is involved. He is the president and chief executive officer of Basic Energy Ltd., which has holdings in the Dominican Republic.
The hotel, which has yet to be named, will be operated by a U.S. firm. Youri Mevs, managing partner of the Haiti-based WIN Group, declined to identify the firm, citing that negotiations were still under way.
$33 MILLION PROJECT
The fully enclosed, $33 million project will be developed next to the airport on 5.3 acres owned by the family. An on-site power plant, water treatment and sewage system will ensure the hotel is self-contained.
Designed by the Caribbean firm OBM International, the property will provide facilities that can accommodate up to 400 guests. It will also include a gym, a swimming pool, spa, and lounges -- all amid a tropical setting. Organizers also promise to comply with international earthquake building standards.
``Once this hotel is up, it will show we can provide value for a clientele,'' Mevs said.

PAST ENDEAVORS
Efforts to develop Haiti's hotel sector are nothing new.
The heyday of Haitian tourism came between the 1950s and 1970s, when foreigners toured art galleries, dined on the cuisine, and indulged in tropical revelry. The bulk of visitors today are members of the Haitian diaspora, business people, missionaries and aid workers.
In the aftermath of the 1986 ouster of Jean-Claude ``Baby Doc'' Duvalier, tourists opted to stay away, and Club Med, which opened in 1975, closed. It reopened in 1995, only to close a few years later. Around that time, the Holiday Inn yanked its affiliation from a downtown hotel.
Despite years of sporadic unrest, the hotel industry hobbled along, even expanded.
But when the quake shook Haiti on Jan. 12, some 250,000 residences and 30,000 commercial buildings collapsed or were severely damaged, including the famed Montana Hotel. Around 200 guests died in the hotel crash.

ENCOURAGING SIGN
South Florida Haitians watching reconstruction efforts say they welcome the hotel, noting how it would bring desperately needed jobs to Haiti as it tries to rebuild.
``Any type of new business is just positive for the country because it's job creation,'' said Marie Bell, a member of a watchdog group of South Florida Haitian professionals called the January 12th Committee. ``There are going to be jobs in constructing the hotel, selling food [and] selling furniture.''
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/09/14/1823342/companies-plan-haiti-hotel.html#ixzz0zXna2H1g
http://www.miamiherald.com/2010/09/14/1823342/companies-plan-haiti-hotel.html

Through the Eyes of a Haitian Child

Finding hope and inspiration as Haiti struggles to rebuild
 Photo by Boris Vazquez-Cor
The International Christian School in collaboration with Friends of the Orphans, announced a one-of-a-kind photography and art exhibit titled Through the Eyes of a Haitian Child, on display for one weekend only at the Museum of Contemporary Art (MOCA) in North Miami.
The exhibit opens a window into the life of Haitian children in the aftermath of January's devastating, 7.0- magnitude earthquake. The exhibit will run from Sept. 24 through Sept. 26, and admission is free and open to the public.
In June, a group of dedicated Friends of the Orphans volunteers, led by International Christian School principal and Key Biscayne resident, Ines Lozano, and photographer Boris Vazquez-Cordoves, traveled to Haiti to visit the Friends of the Orphans programs and conduct an art/photography project with children from Port au Prince's tent cities.
The result is Through the Eyes of a Haitian Child, which captures the life and emotion of these children's lives through their art and photographs.
Place: Museum of Contemporary Art
Address: Pavilion Gallery, 770 NE 125th Street, North Miami, FL 33161
Contact Name: Ana Martinez
Contact Email: amartinez@socialmiami.org
Contact Phone: 305-663-6211
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/09/13/1821034/through-the-eyes-of-a-haitian.html#ixzz0zXlAkUvZhttp://www.miamiherald.com/2010/09/13/1821034/through-the-eyes-of-a-haitian.html

After rough 2009, remittances on rise

LILLY ECHEVERRIA / MIAMI HERALD STAFF Latin American and Caribbean economies rebounding
BY MIMI WHITEFIELD and NADEGE CHARLES
Mirlande Rosilme of Miami sends money to family in Haiti 'all the time'
at Unitransfer.
mwhitefield@miamiherald.com
After the Jan 12 earthquake in Haiti, Pierre Lopez doubled the amount he sends to his family in remittances.
Lopez, 49, a part-time hotel cleaner who lost his wife and 19-year-old daughter in the catastrophe, scrapes by on $400 every two weeks. He used to send $150 to his parents monthly. Now it's $300.
Fueled by a desire to help relatives, remittances to Haiti are expected to increase this year.
But recently these money flows have gone through a rough patch. Remittances to Latin American and Caribbean nations sank 12 percent as the U.S. and global economies hit the skids last year.
The authors of a recent World Bank briefing paper say remittances began to bottom out during the last quarter of 2009 and such money transfers now appear to be on the rise to El Salvador, Honduras, Guatemala and Jamaica.
As for Haiti, the briefing paper said, the post-earthquake decision to grant temporary protected status to 200,000 Haitians living in the United States without proper documents not only makes them eligible to work legally but could increase remittances by as much as $360 million this year.
Officially, about 1 million Haitians live abroad but the number could be far higher. The Haitian diaspora sent an estimated $1.32 billion in remittances to Haiti last year, down from $1.41 million recorded the previous year. In 2008, remittances accounted for a fifth of the Haitian economy.
After the January quake, lines at money transfer companies were long as Haitians rushed to help their devastated country. Jean-Marc Piquion, a vice president at Hollywood-based Unitransfer, a unit of Unibank, Haiti's largest commercial bank, said business has tapered off slightly.
``Of course we saw an increase immediately after the earthquake. he said. ``Family members were frantically trying to send cash.''
Although the company has seen an uptick of new customers sending money to Haiti, he said the average money transfer from Florida to Haiti right now is between $110 to $115, a slight decrease from last year.
Mexicans living abroad sent nearly $22 billion in remittances last year -- tops in Latin America -- but many who sent money home were involved in construction-related work or nonskilled labor where there have been heavy job losses during the recession. Last year remittances were down 15.7 percent from 2008.
And the high unemployment rate in the United States continues to have an adverse effect on Mexican remittances. During the first half of this year, the Bank of Mexico says remittances were down just over 4 percent.
Still, the authors of the World Bank briefing paper said that remittances to Latin America and the Caribbean didn't fall as sharply as private capital flows to the region as investors pulled out of emerging markets.
Overall, World Bank researchers said remittances to the region are expected to increase this year by an estimated 5.7 percent and also grow in 2011 but probably won't reach the levels of 2008.
Even though money remains tight and job prospects uncertain for many who send money home, Lopez said he's willing to sacrifice.
``Sometime I don't eat. If I have $100, I know $70 is automatically for Haiti,'' he said.
Lopez said the money is used to care for his elderly parents who fled Port-au-Prince after the quake and now live with extended family in northwest Haiti.
``When I was in school in Haiti my mother sold bottles of water in a bucket she carried on her head to pay for my education. It's my turn to take care of her,'' he said.
http://www.miamiherald.com/2010/09/12/1818525/after-rough-2009-remittances-on.html
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/09/12/1818525/after-rough-2009-remittances-on.html#ixzz0zXjufFTg

Des élections libres et crédibles avec les partis, prédit le président du CEP

Ecartant d’un revers de main les récriminations des partis abstentionnistes contre l’ulilisation non autorisée de leurs emblèmes, Gaillot Dorsinvil se félicite de l’avancement du processus électoral lundi 13 septembre 2010, Radio Kiskeya
Le président du Conseil électoral provisoire, Gaillot Dorsinvil, a réitéré lundi la volonté de l’institution de tenir des élections transparentes et démocratiques en dehors de toute "manipulation politique des résultats", au moment où est lancée une phase cruciale du processus électoral, la formation des bureaux de vote.
S’exprimant lors d’une conférence de presse, M. Dorsinvil s’est félicité du bon déroulement jusque là des préparatifs en précisant que des conseillers électoraux se trouvaient lundi en province à la tête de plusieurs missions destinées à former les BV.
Tous les 66 partis politiques qui s’étaient fait enregistrer en vue de leur participation aux présidentielles et législatives du 28 novembre seront associés à la mise en place des bureaux dont ils feront partie
Le jour du scrutin, les partis et plateformes politiques dirigeront les bureaux de vote, a souligné Gaillot Dorsinvil qui a, une fois de plus, tenté de dissiper les inquiétudes sur l’intention qu’on prête au CEP de vouloir orienter les élections au profit du parti officiel INITE.



Réagissant aux questions des journalistes relatives aux mises en garde répétées de plusieurs partis de l’opposition contre l’utilisation de leurs noms et emblèmes sur les bulletins de vote, le président de l’organisme électoral affirme qu’en vertu de l’article 104 de la loi électorale ils ne sont pas habilités à ordonner des retraits de candidature. Alors que la polémique enfle avec les protestations en cascade des formations politiques abstentionnistes, Dorsinvil répète, ce qu’avait dit avant lui le directeur général du CEP, Pierre-Louis Opont, que seuls les candidats peuvent se retirer de la course électorale.
A ce propos, une dizaine de prétendants ont signifié au CEP leur décision de ne pas prendre part aux législatives de novembre. Cependant, leur requête ne sera pas prise en compte parce que le délai imparti n’a pas été respecté, explique le patron de l’institution électorale, présent seul, comme à l’ordinaire, devant la presse.
Sur le financement de l’ensemble du processus électoral, les conseillers électoraux n’ont aucun souci à se faire. Tous les bailleurs de fond internationaux entendent respecter les engagements auxquels ils ont souscrit.
Quant aux partis politiques engagés dans la course désireux de bénéficier du financement public disponible, ils sont invités à adresser au Conseil électoral provisoire une lettre conforme aux exigences multiples de la loi électorale.
Enfin, s’agissant des propagandes électorales qui fleurissent sur les murs de la capitale et des villes de province, Gaillot Dorsinvil exhorte la justice à sévir contre les partis responsables de l’inscription de ces graffitis.
Outre la Présidence de la république, 11 sièges au Sénat et 99 à la Chambre basse seront en jeu lors du scrutin du 28 novembre qui risque d’être controversé. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7039

Pas d’épidémies ni troubles sociaux, mais, Haïti est en situation précaire, selon l’ONU

Devant le Conseil de sécurité, le chef de la MINUSTAH, Edmond Mulet, met l’accent sur "l’importance primordiale" des prochaines élections pour l’avenir du pays et de la démocratie lundi 13 septembre 2010, Radio Kiskeya
Malgré les énormes dégâts provoqués par le tremblement de terre du 12 janvier, Haïti n’a pas connu une "deuxième vague de désastres épidémiques ou de troubles sociaux", a affirmé lundi à New York, devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour Haïti, Edmond Mulet, en qualifiant ce bilan de "succès relatif et précaire".
Plus loin, le chef de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH) a fait savoir qu’Haïti est confrontée à des "défis à court et long termes tels que l’organisation des élections, le maintien de l’ordre dans les camps, la reconstruction liée à la question de la gestion des débris et la relocalisation des déplacés".
Pour que ces défis soient relevés, le pays devra miser sur le "leadership décisif de son gouvernement" et sur "l’appui continu de la communauté internationale". "Des élections dont les résultats seront acceptés par tous les haïtiens représentent une étape importante dans cette direction", a poursuivi Edmond Mulet.
Dans la foulée, il a laissé entendre que les présidentielles et législatives du 28 novembre revêtent "une importance capitale, car elles mèneront à l’élection de ceux qui guideront l’Etat lors de la reconstruction pendant les cinq années à venir".
"Il est donc primordial que celles-ci soient crédibles et légitimes afin de mener à la formation d’un gouvernement et d’une Assemblée nationale disposant de mandats clairs et incontestés. Il est également primordial d’encourager la plus grande participation possible de la population", a martelé le diplomate guatémaltèque.
La MINUSTAH, en collaboration avec l’Organisation des Etats américains (OEA), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et d’autres partenaires sur le terrain, apportera un soutien logistique et sécuritaire à l’organisation du scrutin tout en assurant la coordination de l’assistance électorale internationale.
En ce qui concerne la situation sécuritaire, elle reste "généralement calme, bien que fragile", a fait remarquer M. Mulet qui attribue cette situation à plusieurs facteurs "la faiblesse des institutions, conjuguée à la présence des camps de déplacés, la résurgence des activités de gangs et l’instabilité qui caractérise les périodes électorales en Haïti".
Parallèlement, il ne cache pas ses préoccupations face à l’exposition des femmes et des enfants aux violences sexuelles enregistrées dans les camps d’hébergement.
Selon les observations du chef de la MINUSTAH, les besoins humanitaires immédiats des déplacés du 12 janvier ont été "largement comblés". Il souligne qu’outre des distributions de biens humanitaires essentiels, plus de 150.000 personnes ont été recrutées dans le cadre du programme argent et nourriture contre travail (cash for work).
Il a aussi fait état du début de la construction d’abris transitoires solides qui s’élèveront à 139.000 d’ici la mi-2011.
Enfin, commentant sur un ton critique le processus de reconstruction post-séisme, le diplomate guatémaltèque a invité les bailleurs de fonds à honorer leurs promesses à Haïti le plus tôt possible. "A l’heure actuelle, si l’on exclut les allègements de dette, 506 millions de dollars, soit 18,9% de promesses pour 2010, ont été déboursés", a-t-il déploré.
Dans son dernier rapport sur Haïti soumis lundi au Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’ONU a recommandé le renouvellement du mandat de la MINUSTAH et souhaité le maintien tel quel de ses composantes militaire et policière jusqu’à l’avènement du successeur du Président René Préval, le 7 février 2011.
Déployée en Haïti depuis 2004, la force onusienne qui comptait 9.000 militaires et policiers avant le 12 janvier a vu ses effectifs augmenter depuis la catastrophe à l’origine de 300.000 morts, 300.000 blessés et 1,5 million de sans-abri. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7043

33 millions de dollars pour un hôtel d’affaires près de l’aéroport de Port-au-Prince

Un établissement de 240 chambres, le premier du genre ici, qui sera réalisé avec des capitaux haïtiens et internationaux lundi 13 septembre 2010, Radio Kiskeya
Un important entrepreneur argentin opérant dans le secteur énergétique et agricole, Rolando Gonzalez-Bunster, a annoncé lundi à Miami la construction, en partenariat avec la famille Mevs, l’une des plus grosses fortunes d’Haïti, du premier hôtel d’affaires dans l’aire de l’aéroport international de Port-au-Prince avec une capacité de 240 chambres.
Selon une dépêche de Reuters, d’un coût total de 33 millions de dollars, le projet doit démarrer d’ici la fin de l’année pour s’achever dans 18 mois.
Considéré comme l’investissement le plus significatif annoncé depuis le séisme dévastateur du 12 janvier, le nouvel établissement hotelier sera construit conjointement par Basic Energy Ltd company de M. Gonzalez-Bunster et le Win group appartenant aux Mevs.
Le premier partenaire est considéré comme un leader dans le secteur de l’électricité en République Dominicaine tandis que le second possède le plus grand terminal privé d’Haïti où des navires marchands accostent régulièrement.
La famille Mevs a offert le terrain sur lequel sera érigé l’hôtel, a confié Edmund Miller qui participe également au projet susceptible de générer des emplois.
Conçu par OBM International, une firme basée en Floride, l’établissement sera doté de salles de conférence pouvant contenir plus de 400 personnes.
M. Miller ajoute qu’outre les fonds privés déjà mobilisés, la construction se fera aussi avec des engagements multilatéraux notamment de la Banque interaméricaine de développement (BID) et de la Corporation financière internationale de la Banque Mondiale. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7041

Plus d’une centaine de fugitifs déjà jugés et condamnés

Ils seront considérés comme des condamnés par contumace, sils refusent de se rendre, prévient la doyenne du tribunal civil de Port-au-Prince, Me Jocelyne Casimir lundi 13 septembre 2010, Radio Kiskeya
Plus de 100 évadés du 12 janvier toujours en cavale ont été déjà jugés et condamnés, a annoncé lundi au micro de Radio Kiskeya la doyenne du tribunal civil de Port-au-Prince, Jocelyne Casimir.
A l’expiration du délai légal prévu en la matière, tous les coupables seront considérés comme des condamnés par contumace s’ils persistent dans le refus de se reconstituer prisonniers.
Plusieurs appels ont été lancés en vain à l’endroit des fugitifs, affirme le juge Casimir.
Des plus de 5.000 détenus qui s’étaient échappés du Pénitencier National, la prison civile de Port-au-Prince, à la faveur du tremblement de terre, seulement quelques centaines ont été capturés à nouveau.
Sur un autre plan, la section correctionnelle du tribunal de première instance de la capitale a repris son fonctionnement et planche actuellement sur les demandes de divorce antérieures à la tragédie du 12 janvier.
Pour les procès au civil, ils ne peuvent toujours pas se tenir faute d’espace disponible, indique la doyenne Jocelyne Casimir. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7042

Bénévole pour la Croix-Rouge Vicky Chainey porte son expertise en Haïti

14 septembre 2010
Isabelle Pion, La Tribune
(Sherbrooke) Cette fois, le sinistre ne sera pas simulé. Trois fois, Vicky Chainey a travaillé à SOS Catastrophe, un projet étudiant mis sur pied à l'Université de Sherbrooke. Mais cette fois, ce sera réel. Cette chargée de cours de l'UdeS s'envole pour Haïti, à titre de bénévole de la Croix-Rouge (CR).
Imacom, Andréanne Lemire
C'est justement en travaillant à l'organisation de SOS Catastrophe que la jeune femme de 35 ans a appris à mieux connaître les activités de la Croix-Rouge, pour qui elle s'investit comme bénévole depuis quelques années.
Vicky Chainey est donc intervenue, par exemple, auprès de sinistrés dans différents contextes, à titre d'intervenante, services aux sinistrés et mesures d'urgence, pour l'équipe d'intervention de Sherbrooke de la Croix-Rouge canadienne.
Si elle avait été disponible, elle se serait d'ailleurs déplacée à titre de bénévole lorsque le feu a ravagé une coopérative d'habitation de la rue Galt Ouest, la semaine dernière. «Dans des cas de sinistre, les pompiers et les policiers ont autre chose à faire que de rassurer les gens. On aime mieux qu'ils s'occupent d'éteindre le feu», dit-elle en souriant à propos de la présence rassurante de la Croix-Rouge.
http://www.cyberpresse.ca/la-tribune/sherbrooke/201009/14/01-4315412-benevole-pour-la-croix-rouge-vicky-chainey-porte-son-expertise-en-haiti.php

Journées de la culture : 10 000 artistes en trois jours

Publié le 14 septembre 2010
Nathaëlle MorissetteLa Presse
Avec l'organisation de 2500 activités nécessitant la participation de 10 000 artistes et de 3000 organismes partout au Québec, les Journées de la culture récidivent une fois de plus cette année, du 24 au 26 septembre.
Le coup d'envoi de la programmation, sur le thème Culture à volonté!, a été donné hier. Un total de 337 municipalités du Québec accueilleront une variété de démonstrations, de circuits guidés, d'expérimentations permettant de découvrir plusieurs formes d'art.
En ces 14es Journées, qui offrent une augmentation de 18 % d'activités par rapport à l'an dernier, les organisateurs ont décidé de rendre hommage au peuple haïtien, éprouvé par le tremblement de terre de janvier dernier.
Dans le cadre de Viv Ayiti, une cinquantaine d'artistes haïtiens investiront des lieux et des institutions culturelles de la métropole comme l'École nationale de théâtre, la Tohu et la Grande Bibliothèque. Le dimanche 26 septembre, le spectacle Haïti debout, mis en scène par Rodney St-Éloi, permettra à une quinzaine d'écrivains, de chanteurs et de musiciens d'origine haïtienne de monter sur les planches du Lion d'or.
Huit personnalités agiront à titre d'ambassadeurs. Les comédiens Christian Bégin, Valérie Blais, Normand Chouinard, Françoise Faucher, Jack Robitaille, l'artiste visuel René Drouin, l'humoriste Sam Khullar et le rappeur Ricardo Lamour.
Rappelons qu'à Montréal, un service de navettes gratuites permettra aux gens de se déplacer pour assister aux différentes activités. Autre nouveauté: les Journées de la culture sortent pour la première fois des frontières québécoises et se dérouleront simultanément dans plusieurs provinces canadiennes qui ont décidé d'importer chez elles ce grand happening artistique

http://www.cyberpresse.ca/arts/201009/14/01-4315344-journees-de-la-culture-10-000-artistes-en-trois-jours.php
RelaxNews

L'aéropot international d'Haïti   va voir la construction
de son premier hôtel. Photo: AFP

La construction du premier hôtel à l'aéroport international de Port-au-Prince devrait booster l'économie locale et les infrastructures touristiques du pays des Caraïbes, moins d'un an après le tremblement de terre qui a dévasté le pays.
Le projet de 33 millions de dollars va débuter fin 2010, près de l'aéroport international Toussaint Louverture de Port-au-Prince, et fournira du travail à des centaines de travailleurs de la région.
La construction de l'établissement de 240 chambres par l'entrepreneur argentin Rolando Gonzalez-Bunster et le groupe WIN basé à Haïti devrait prendre 18 mois.
Une fois terminé, le bâtiment offrira des points de vente de nourriture et de boisson, une salle de sport, une piscine, un spa, le tout dans le style créole.
Le tourisme à Haïti s'est pratiquement arrêté suite au tremblement de terre qui a survenu sur l'île le 12 janvier, qui a détruit en grande partie Port-au-Prince, y compris la moitié des chambres d'hôtels.
Mais depuis la reconstruction a commencé, et les hôtels sont maintenant perçus comme un élément vital pour l'amélioration des infrastructures de commerce nécessaires à une reprise sur le long terme.
Selon différentes sources, l'hôtel Oasis, qui était déjà en construction au moment du tremblement de terre, et a souffert de nombreux dégâts, sera le premier nouvel hôtel à ouvrir courant novembre 2011, à Pétionville, non loin de Port-au-Prince.
http://www.cyberpresse.ca/voyage/autres-destinations/afrique/201009/14/01-4315336-le-premier-hotel-a-laeroport-de-port-au-prince-ouvrira-en-2012.php

Les sinistrés haïtiens s'accrochent à leurs tentes

Un million d'Haïtiens, dont une proportion importante
vivent déjà dans un camp de réfugié, pourraient avoir besoin
d'un nouvel abri. Photo: AFP

Publié le 14 septembre 2010
Louise Leduc, La Presse
Igor devrait épargner Haïti, mais les fortes pluies qui secouent déjà le pays en pleine saison des ouragans ont amené les autorités à décréter «l'alerte orange», signifiant un risque important d'inondations. Jusqu'à un million de personnes - déjà sous les tentes ou pas - pourraient avoir besoin d'un nouvel abri. Encore faut-il que les Haïtiens consentent à bouger, ce qui est loin d'être acquis.
Il pleut des cordes, à Port-au-Prince, mais les sinistrés refusent de quitter leur tente et c'est là l'un des principaux problèmes, explique en entrevue téléphonique hier à La Presse Jean-Yves Jason, maire de Port-au-Prince.
«Les sinistrés sont convaincus que s'ils restent dans les camps, le gouvernement va finir par leur donner la maison qu'ils réclament. Ils préfèrent donc rester là et ils refusent d'aller ailleurs, malgré l'annonce de cyclones et de possibles glissements de terrain», dit M. Jason.
Où voudrait-on que les gens se dirigent? Vers des «abris collectifs», explique M. Jason.
Et en quoi consiste un «abri collectif» ? Il s'agit d'entrepôts désaffectés, vers le port, par exemple. Combien de personnes dans ces abris collectifs? Un millier, typiquement, répond M. Jason.
Là se trouve peut-être un élément de réponse à ce refus de partir. Quand on a au moins cela, une petite tente à nous tout seuls, aussi soumise aux éléments soit-elle, et que l'on nous incite fortement à aller vivre avec 999 autres personnes, a-t-on vraiment envie de partir?
Sophie Chavanel, responsable des communications pour la Croix-Rouge, se trouve à Port à Port-au-Prince et oui, il en pleut un coup, dit-elle. Il fait un gros soleil une minute, puis hop, le gros, gros coup d'eau. «Et ici, on n'a pas les mêmes systèmes d'irrigation qu'à Montréal, si bien que quand il pleut, tout déborde», dit-elle tout en se souvenant en riant un peu qu'il arrive aussi qu'à Montréal, sous les viaducs...
Mais les gens vivent-ils dans les tentes, les deux pieds dans l'eau? Très variable, répond Mme Chavanel. «Certains camps ont de très bons systèmes d'irrigation. C'est le cas des camps de l'organisme parrainé par Sean Penn, notamment.»

Rumeurs de fraude

Il reste que la rumeur persistante veut que les 300 000 personnes au Champ-de-Mars, par exemple, ne soient pas aussi sinistrées qu'on le croit. Déjà, un organisme humanitaire avait confirmé à La Presse, il y a quelques mois, que certains se rendaient sous la tente, de jour, pour y être minimalement pris en charge et aidés, pour aller ensuite dormir à la maison ou dans ce qui en tient lieu.
«J'entends la même chose que vous, dit Mme Chavanel, mais je ne peux confirmer cette information. Ce que je peux vous dire, c'est que nous multiplions les évaluations de familles véritablement vulnérables et que par exemple, à Port-au-Prince, nous assurons encore, chaque jour, l'approvisionnement de 2,4 millions de litres d'eau par de gros camions-citernes.»
La saison des ouragans ne saurait être une surprise. La Croix-Rouge avait déjà prévu le coup et a réparti aux quatre coins du pays 16 lieux d'entreposage contenant du matériel pouvait dépanner 125 000 familles - des couvertures, des trousses d'hygiène, quelques casseroles, des filets anti-moustiques, etc.
Le maire de Port-au-Prince, Jean-Yves Jason - que l'on a joint à Miami où il se trouvait - explique que les autorités réfléchissent depuis environ deux mois à la nécessité de déplacer les sinistrés pendant la saison des ouragans.
Même si l'ouragan Igor ne devrait pas passer directement sur Haïti, de fortes pluies, des vagues importantes et des rafales de vent, surtout sur le Nord-Ouest, sont prévues sur le pays entre demain et vendredi. C'est la prochaine grosse menace qui pèse sur Haïti.

Selon le Centre national américain des ouragans, Igor est jusqu'ici un ouragan de catégorie 4, mais il pourrait passer à la catégorie 5, sur une échelle de 5.
Avec l'Agence France-Presse



Plusieurs organisations sociopolitiques du Nord réclament le départ des casques bleus

Ces dernières semaines des responsables de plusieurs organisations sociopolitiques du Nord ont organisé des manifestations anti-Minustah. Vendredi dernier les manifestants ont réclamé le départ des forces onusiennes qui ont perpétré selon eux plusieurs exactions dans le pays. A l'initiative du Mouvement des Jeunes Nationalistes (MJN), plusieurs dirigeants et militants d'organisations politiques et de la société civile du Nord ont pris part à la marche qui a permis de condamner la mort d'un adolescent dans un baraquement de la Minustah. Les protestataires ont réclamé justice pour Gerald Jean Gilles, tué par pendaison.
Les circonstances du décès de ce jeune n'ont toujours pas été élucidées. Les casques bleus ont fait valoir qu'ils avaient découvert le corps inerte du jeune à l'aube. Cette version des faits est contestée par les parents de la victime et plusieurs personnalités de la cité christophienne.
Le président du sénat, Kelly Bastien, avait appelé les autorités à réaliser une enquête afin de faire la lumière sur ce crime. Devant le baraquement du contingent népalais au Cap Haïtien, les manifestants ont réclamé justice pour le jeune Jean Gilles.
Le coordonnateur du MJN, John Latortue, a dénoncé les multiples exactions des casques bleus à Port-au-Prince et dans diverses régions du pays. Il rappelle les agressions dont ont été victimes des étudiants de la faculté Ethnologie de l'UEH.
Les manifestants ont dénoncé le silence complice des autorités haïtiennes dans ce dossier. Les responsables de la Minustah qui avaient dépêché une mission dans le Nord n'ont à ce jour fourni aucune explication sur les causes du décès de l'adolescent. Le sénateur Bastien s'était interrogé sur le fonctionnement de la mission onusienne qui a pris l'initiative de violer les conventions internationales en recrutant un mineur dans son personnel.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18248
Commentaires:
C'est bien que des jeunes puissent manifester contre ce qui leur semble paraître incorrect. Cependant, de là à demander le départ des asoldats de la minustah c'est autre chose.
Dans la conjoncture actuelle la présence de la Minustah est l'un des seuls signes visibles d'une certaine autorité en Haïti.
Aujourd'hui, les besoins de la reconstruction se congnent contre l'obstacle de la fragilité voire inexistence de nos institutions. La survie d'Haïti est marquée du sceau de la vulnérabilité.
Et ça, les haïtiens ont beaucoup de mal à le comprendre et à l'admettre.