POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 25 mai 2011

Haiti's quake refugees brave sea and uncertainty for new life in Amazon

Haitians fleeing 2010 earthquake chaos are enduring long journeys and border-town limbo for a fresh start in Brazil

Each night they gather on Brazil Avenue under the amber glow of street lamps. Perched on the wall of a convenience store they talk politics, crack jokes, and sing along to mobile phone music from home. As darkness envelops Iñapari, a riverside border town in the Peruvian Amazon, the sound of French Creole and Haitian Compas songs fills the air.

"We have come here in search of a better life," said Baptiste Suppler, a 29-year-old from Haiti's fourth-largest city, Gonaïves.
Suppler is one in a wave of Haitian migrants determined to build a new life in the Brazilian Amazon.
He pointed across the river Acre, separating Peru's Iñapari from the Brazilian border town of Assis Brasil, representing the last hurdle towards a fresh start in South America's largest and wealthiest nation. "Our objective is to reach Brazil," he added.
According to the Brazilian authorities at least 1,500 Haitians have entered the Amazon region since a 7.0 magnitude earthquake devastated their country on 12 January 2010, killing about 200,000.
After a gruelling, month-long journey via the Dominican Republic, Panama, Ecuador, Bolivia, Peru and sometimes Colombia, Haitian migrants arrive at remote border towns like Iñapari and wait for the chance to cross into the Brazilian Amazon. Once there many try to find construction jobs on Amazonian infrastructure projects, such as the Santo Antonio and Jirau hydroelectric dams. "I chose Brazil, and many Haitians choose Brazil, because in 2014 there will be a World Cup," said Esdras Hector, who left Haiti on 11 March and made it to the Brazilian Amazon on 15 April after a four-week pilgrimage by plane, bus and on foot. "A lot of Haitians know Brazil will need a lot of workers to work during this time."
Brazilian authorities have been caught off guard by the sudden influx of Haitians. Unsure how to classify the migrants, federal police officials received orders to refuse entry to new arrivals while a solution was sought, they said. For now, the Brazilian border was closed, theoretically at least.
But for the Haitians stranded in Iñapari, many heavily in debt, turning back is not an option. Some bide their time, hoping the border will reopen in a few months; others have already begun hiring coyotes (people smugglers) to guide them on a perilous illegal trek through the jungle into Brazil.
"They won't give up … they are just one step away from realising their dreams," said Maria Cardozo Mouzully, 49, who owns Hospedaje Iñapari, a riverside guesthouse on the Peruvian side of the border that now houses many Haitians. In the absence of support from the local government, Mouzully ceded many of her hotel rooms and her kitchen to Haitian migrants left in limbo by the decision to seal the border. "What are we supposed to do? Kill them? Watch them starve to death outside our front door?"
Go about 71 miles east from Iñapari and you reach Epitaciolândia, a small Brazilian town currently home to about 160 Haitian migrants who reached Brazil before the border closed. Among the mostly male group are university graduates, bricklayers, electricians and preachers, all sleeping on the floor of a gymnasium while waiting for papers letting them stay legally and work. To fill the time they play cards, read the Bible and do odd jobs for ranchers.
"[The] disaster destroyed my country," said Esdras Hector, 27, who hoped to learn Portuguese to land a job with the UN. "I know if I use my brain in Brazil I will realise my dream to help my family."
But for many, attempting to build a new life in Brazil has come at great personal cost.
Silvaine Doris, a 46-year-old shampoo seller, who lost her brother and sister in the earthquake, left her daughter aged seven and 11-year-old son behind in Port-au-Prince in the care of a niece.
"As soon as I bought my ticket … I started to cry," she said.
These days her home is the Pousada Sao Jose, a guesthouse in Brasiléia, an Amazonian town near Brazil's border with Bolivia and Peru. "I've come here because of the economic problem. We don't have anything – no jobs. All we could do was come here in search of a better future."
Haitians represent the largest portion of this new wave of Amazon migrants, but over five days in the region, four men from Bangladesh, one from Liberia and one from Nigeria talked to the Guardian. Pakistani and Tanzanian migrants are also said to have arrived.
Peter John Prince, 27, from Liberia, said he was living in Ivory Coast until some months ago when his brother, owner of a sportswear shop, was killed by rebels. "I am a refugee … I had to get away because I don't want to die."
Beside him stood Frank Jideofor, 23, from Nigeria's oil-rich Bayelsa state. His left arm was amputated after he was shot by the same men who murdered his father, a government official. Why had he come to Brazil? "For the life-safe. They burnt our house, they shot me … because my father didn't support them."
Back on Brazil Avenue, Suppler and his fellow Haitian travellers were mulling over the options. "Our situation is difficult. For now, the border is closed." What would he do? "I will wait." How long for? He crossed his fingers and looked towards the sky. "Persévérance."
Chasing the dream
Throughout much of the 19th and 20th centuries migrant workers flocked to South America chasing the "Brazilian dream".
Foreign workers were widely seen as a key ingredient for economic growth, particularly after Brazil abolished slavery in 1888.
Germans were among the first to arrive, colonising large areas of southern Brazil from the 1820s onwards. In some corners of Brazil's deep south, German is still spoken as a first language.
Between the mid-1870s and 1920 as many as 1.5 million Italian immigrants touched down in south and south-east Brazil. Today there are about 25 million Brazilians of Italian descent.
Between 1908 and the 1960s up to 250,000 Japanese immigrants arrived, many fleeing rural poverty.
The majority set sail for Sao Paulo and went to work in the region's coffee plantations; others headed for the Amazon.
Today Brazil is said to house the largest Japanese population outside Japan. Last year's census counted at least 2 million Brazilians of Asian descent.
http://www.guardian.co.uk/world/2011/may/25/haiti-earthquake-migrants-new-amazon

Help for Haiti Brings Cholera Instead

About 10 months after the 7.0 magnitude hit Haiti in 2010, the country was stricken with a cholera outbreak that killed nearly 5,000 people. There were more people who were killed in the violence that spread due to the outbreak than were killed in the actual Earthquake.
The Cholera outbreak sparked “witch hunts” throughout the country, which resulted in the deaths of at least a dozen people. Also, violent protests and riots broke out.
At the time, many Haitians believed that the U.N. caused the epidemic. Then, the U.N. denied the accusation. However, it has been reported that the U.N. is now taking partial responsibility for the outbreak.
The U.N. has conceded and states that the 2010 Cholera outbreak in Haiti was caused by Nepalese peace-keepers stationed in the country after the earthquakes. Though many people suspected that these peace-keepers were the cause, the U.N. originally denied those accusations until recently.
The U.N. now accepts some responsibility for the outbreak due to the information found in one of their own reports. It seems that a panel concluded that Nepalese camps were “not sufficient to prevent fecal contamination” of the river.
The U.N. also stated that it should be common procedure to immunize any U.N. peace-keepers traveling from and to cholera-affected locations. To further protect from another outbreak, camps should also chemically treat their waste.
However, what is really interesting about this concession is that the U.N. is putting some responsibility back onto Haiti. The U.N. report states:
“The introduction of this cholera strain as a result of environmental contamination with feces could not have been the source of such an outbreak without simultaneous water and sanitation and health care system deficiencies.”
Essentially, the U.N. was saying that Haiti was partially at fault because the outbreak would not have escalated to the point that it did if the Haitian government had supplied its own people with clean water and better hospitals. Nevermind that the entire country had just suffered a 7.0 earthquake.
Clean drinking water and better health care is always a good thing. However, it is somewhat careless for the U.N. to put this blame back onto Haiti.
The U.N. brought the disease into the country. Prior to the arrival of the Nepalese peace-keepers, there was no outbreak of cholera in Haiti for more than a century.
***
Note: News reporters reading this story, please add meta-tag “original-source” with the URL of this page as the value, to provide fair credit for the original reporting of this story to Top Secret Writers. At the very least, please link back to this story. We link to you when appropriate, so please offer the same courtesy. Thank you.
http://www.topsecretwriters.com/2011/05/help-for-haiti-brings-cholera-instead/

Haïti : que prépare Jean-Bertrand Aristide ?

Depuis sa réinstallation à Port-au-Prince, l’ancien président Aristide s’abstient d’apparaître en public et entretient le mystère sur ses intentions. Du coup, certains s’inquiètent… Sur la route de Tabarre, dans la banlieue nord de Port-au-Prince, des ouvriers s’affairent autour de la résidence de Jean-Bertrand Aristide. Les branches des arbres sont taillées, et les murs fissurés par le dernier séisme, restaurés. « Il est ici, je le vois parfois faire le tour de sa propriété », raconte un voisin. Depuis son allocution télévisée du 18 mars, jour de son retour en Haïti après sept ans d’exil en Afrique du Sud, l’ancien président fait profil bas. Il reçoit régulièrement des amis, mais ne fait aucune apparition publique et s’abstient de mettre les pieds dans sa fondation, pourtant située… en face de chez lui, de même que dans son université, un peu plus loin. « Nous ne l’avons pas revu depuis 2004, confie un agent de sécurité, mais je crois qu’il est capable de se présenter à la prochaine présidentielle sous les couleurs de Fanmi Lavalas, son parti. »
Officiellement, Aristide n’est plus qu’un citoyen comme les autres. Il se consacre à l’éducation (ouverture prochaine d’une filière médecine à l’université) et envisage d’apporter son aide aux sinistrés du séisme. S’il a respecté sa promesse de ne pas interférer dans le scrutin du 20 mars, il serait naïf de croire qu’il a définitivement renoncé à la politique. Depuis la fin du mois de mars, Fanmi Lavalas se reconstruit peu à peu, même s’il a dû faire face, le 29 mars, à la défection de l’ancien Premier ministre Yvon Neptune. « Le comité exécutif remet le parti en branle en vue du congrès national du mois de décembre, puis des élections communales et sénatoriales de l’an prochain, confirme un cadre. Pour le moment, Aristide ne souhaite pas se présenter à la présidentielle, mais nous allons tenter de le faire changer d’avis. »
Même si les procédures judiciaires engagées contre lui (pour détournement de fonds et trafic de drogue) sont en panne, l’ex-« président des pauvres » va devoir compter avec de nouveaux acteurs sur la scène politique : les puissances étrangères, le nouveau président, Michel Martelly, son prédécesseur, René Préval. Certes, il conserve des partisans dans les quartiers populaires de Bel-Air et de Cité-Soleil, mais il n’est plus aussi populaire qu’avant. Et s’il fait encore peur, c’est parce que personne ne sait ce qu’il a en tête. « Et s’il armait à nouveau les jeunes ? » s’inquiète un enseignant.
Justine Spiegel, envoyée spéciale en Haïti.
Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Haïti : que prépare Jean-Bertrand Aristide ?
Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2627p0060-061.xml1/exil-detournement-de-fonds-rene-preval-afrique-du-sudhaiti-que-prepare-jean-bertrand-aristide.html

Perche. L’ancien curé de Mortagne-au-Perche au cœur de la misère haïtienne

Mardi 24 mai 2011 à 23:00 par zeperche
Un an après le terrible séisme qui a frappé Haïti, et tué plus de 200 000 personnes, le père Denis Mary, ancien curé de la paroisse Sainte-Céronne, a passé vingt-deux jours sur place. «¼J’étais en totale immersion.¼»
Avant de se rendre sur place, l’ancien curé a lu deux livres universitaires sur Haïti pour savoir où il mettait les pieds.
De ce voyage, de ses rencontres le prêtre en a tiré quelques documents qu’il présentera sous forme de diaporama le vendredi 10 juin, à 20 heures, à la salle des fêtes.
Retour sur un voyage qui a renforcé son amour pour les autres.
L'ancien curé de Mortagne-au-Perche s'est rendu à
Port-au-Prince, pour mieux se rendre compte de la misère d'Haïti,
un an après le séisme.

Pourquoi avoir choisi de vous rendre à Haïti ?
«L’occasion immédiate est de connaître une ONG (organisation non gouvernementale) mortagnaise, Ke Kontré. Arrivant à la retraite, j’étais heureux d’aller à Port-au-Prince pour vivre des épreuves que tout le monde n’a pas subi. Je voulais vivre aux côtés de ce peuple : écouter leur joie, leurs difficultés, en étant sur leur lieu de vie.»

Humainement, comment avez-vous vécu cette immersion ?
«Cela m’a redynamisé. Cette immersion m’aide à voir toutes ces petites choses que font les hommes au quotidien chez nous. Je ne vois plus que positif. J’étais déjà un homme qui regardait la joie de vivre. Mais cela s’est accentué : parce que j’ai rencontré des hommes et des femmes qui, dans la misère, sont magnifiques. C’est dans ces situations que l’on voit la beauté de l’Homme, sa grandeur dans sa façon de la vivre.»

Comment partager cette expérience ?
«Je ne peux que le dire, qu’en parler. C’est par mes actes quotidiens et par ma façon d’être ; je ne suis pas chef d’Etat, je ne suis pas mécène, je ne suis pas une ONG. Je suis simplement un prêtre qui regarde et qui fait caisse de résonance.»

Quel accueil vous a-t-il été réservé ?
«J’ai été très bien accueilli ; il y avait tous les amis de l’ONG. Mais pas seulement : j’ai été accueilli par la société des prêtres de Saint-Jacques. J’ai passé huit jours avec eux. Avec eux, j’ai aussi rencontré des Haïtiens.»

Les gens ont-ils le moral ?
«La première image de mon diaporama représente une jeune femme haïtienne. Elle est bien habillée et souriante. Deux heures par jour, elle prépare et donne à plein d’enfants un plat de riz à la sauce pois. C’est son travail ; elle est très joyeuse, très heureuse. Elle sert cinq cents rations de riz par jour ! Pour les enfants, c’est leur seule nourriture pour la journée. Sûrement qu’ils mangent des fruits chez eux.»

Comment est la vie de tous les jours ?
«L’Etat reste corrompu : tout s’achète. On garde tout pour soi, on fraude, on triche ! Cela n’empêche pas les gens de se débrouiller, d’arriver à survivre, si bien que ce sont des gens très chaleureux, très démonstratifs. Ils gardent le sourire et leur dignité. On n’est pas triste là-bas mais on n’attend plus rien de l’Etat. Pendant l’élection présidentielle, les seuls arguments en campagne étaient : “Moi, je suis kapab’” ou bien “Moi j’ai les mains propres“. Cela en dit long…»

Quelles images vous ont le plus marqué ?
«C’est un pays où il y a de la violence quotidienne, ce qui fait que moi, étranger, je n’ai pas pu me promener à pied : mes amis n’ont pas voulu prendre le risque d’un kidnapping, d’une rixe ; ni le jour, ni la nuit ! Je n’ai pu me promener à Port-au-Prince qu’en 4×4.
L’armée et la gendarmerie sont absentes. Par contre, il y a 9 000 policiers et 15 000 gardes de sociétés privées ! Même les écoles sont sous surveillance.
Les bandes font leur loi, c’est vrai. Je rappelle que nous avons connu la même chose en France, en 1 792 avec des groupes d’individus qui rasaient tout : là où il y a la misère, il y a la violence.»

Quel est l’avenir d’Haïti ?
«La ville est bâtie entre trois montagnes et la mer. En cent ans, la population est passée de 50 000 à 3 millions de personnes. La reconstruction est à l’ordre du jour, mais comment faire ? Il faut que la campagne devienne attirante et que l’on puisse y gagner sa vie. L’avenir de développement d’Haïti passe par la campagne. Il y a tout ce qu’il faut pour que le peuple vive : de l’eau, du soleil et de la bonne terre. Cela dit, il faut que les techniques agricoles s’installent pour nourrir les peuples.»

Propos recueillis par
Amine El Hasnaouy.
Pratique. Témoignage du père Denis Mary, vendredi 10 juin, à 20 heures, à la salle des fêtes de Mortagne-au-Perche.
http://www.le-perche.fr/2011/05/24/perche-lancien-cure-de-mortagne-au-perche-au-coeur-de-la-misere-haitienne/

Haiti-Cuba-Éducation : Toujours pas un sou pour les 400 boursiers haïtiens à Cuba

P-au-P., 25 mai 2011 [AlterPresse] --- Les boursiers haïtiens des facultés de médecine #1 et #2 de Santiago et ceux de Manzanillo, à Cuba, continuent de réclamer du ministère haïtien de la santé les arriérés de 7 mois d’une allocation mensuelle de 50 dollars accordée par le gouvernement haïtien. Cette situation, révélée par la presse depuis plusieurs semaines, dure encore, en dépit des démarches formelles effectuées par les étudiants et des dispositions techniques mises en place pour faciliter le transfert des fonds.
Dans une correspondance adressée le 7 mai dernier au ministre démissionnaire de la santé Alex Larsen, les dirigeants étudiants de ces facultés ont sollicité le bénéfice de l’urgence pour le déblocage des fonds.
Les étudiants mettent en avant la nécessité pour eux de recevoir cet argent avant le début de la période des vacances en raison de graves difficultés économiques auxquelles ils font face et de l’urgence de se procurer à leur frais un billet d’avion pour retourner en Haïti.
Selon des informations communiquées à AlterPresse, l’ancien Président René Préval avait passé des instructions pour le déblocage des ces fonds bien avant son départ. Une source gouvernementale a indiqué que les montants seraient déjà disponibles sur le compte du Ministère de la santé.
Un contrat a été signé entre la firme haïtienne Mediacom , représentante de la compagnie canadienne Carribbean Transfers pour le paiement des allocations aux étudiants haïtiens. Cependant jusqu’à date le Ministère de la santé n’a versé aucun montant à la Mediacom en dépit des garanties financières réclamées par ce ministère, apprend AlterPresse.
Ives Marie Chanel , directeur de Mediacom, a effectué du 5 au 8 mai 2011 une visite à Santiago de Cuba en vue d’évaluer le déroulement du processus de distribution des cartes de débit devant permettre aux 466 étudiants haïtiens de recevoir les arriérés de six mois ( octobre 2010 à mars 2011 ) d’allocations.
Chanel estime être pénalisé par cette situation. « Le Ministère haïtien de la santé a exigé de la Mediacom une lettre de caution de garantie d’exécution. Nous avons soumis cette lettre depuis le 26 avril, nos fonds sont bloqués et nous n’avons pas reçu un centime du Ministère. Nous sommes en train de perdre de l’argent et des opportunités », fait-il remarquer.
La CT a déjà émis des cartes de débit pour tous les étudiants et 75% des cartes ont été déjà retirées par les étudiants au bureau local de la Fincimex, représentant de la Caribbean Transfers à Santiago de Cuba, apprend-on de source étudiante. [apr 25/05/2011 08 :20]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article11079