POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 20 juin 2009

Haïti élections ; Le leader de L'alliance démocratique lance un appel au boycott.

Le leader de L'alliance démocratique appel au boycott du deuxième tour des élections sénatoriales prévues pour ce dimanche 21 juin dans les neuf des dix départements géographiques.
Evans Paul s'en prend au président du CEP qui a écrit au commissaire du gouvernement pour exiger que l'action publique soit mise en mouvement contre un militant lavalas qui avait fait état de l'opération « Portes clouées » annoncée pour ce dimanche par le parti de Fanmi Lavalas..
Evans Paul invite le président du CEP, Frantz Gérard S. Verret à se ressaisir car selon lui Il n'y aura pas d'élections dimanche. .
Le Conseil Electoral Provisoire (CEP) a formellement requis jeudi la mise en mouvement de l'action publique contre le nommé Ansyto Félix, membre de Fanmi Lavalas pour son appel public au boycott du second tour des sénatoriales partielles de dimanche prochain.
Citant l'article 13 du Code d'instruction criminelle, la correspondance du président de l'organisme électoral au commissaire du gouvernement rappelle à ce dernier la responsabilité qui lui incombe en la matière.
Rappelons que Le parti politique « L'alliance démocratique « n'avait pas participé au premier tour de ces élections visant à combler les postes vacants au sénat de la république.
RD

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15386

Haïti élections ; La minustah prête à aider la PNH à maintenir l'ordre

La mission des nations unies se dit prête à aider la police nationale a assuré la sécurité de la population dans le cadre du deuxième tour des élections sénatoriales partielles.
Un « plan de sécurité» a même été mis en place selon la porte parole des nations unies qui a rencontré la presse hier jeudi.18 juin.
Composé de militaires, de policiers onusiens et d'agents de la Police nationale d'Haïti (PNH), ce plan de sécurité prévoit une répartition des forces de sécurité sur l'ensemble du territoire haïtien et aux abords des centres de vote, précise Sophie Boutaud de la Combe, porte-parole de la Minustah.
A Port-au-Prince, les soldats brésiliens, péruviens, népalais, jordaniens et sri lankais sécuriseront le déroulement des opérations de vote, en appui aux policiers haïtiens.
Les militaires argentins seront déployés dans les régions du Nord-Ouest et du Haut Artibonite. Les Népalais seront en campement dans le Centre et le Bas-Artibonite.
Dans le Sud-Est, ce sont les militaires jordaniens qui assureront la circulation pendant le processus, tandis que les Uruguayens seront déployés dans la Grande Anse (Sud-Ouest). .

Pour Sophie Boutaud de la Combe Les forces de l'ordre agiront quand elles auront à agir en appui à la police nationale. La porte parole des nations unies réagissait face au climat de tension qui persiste dans la capitale à la veille des élections.
Le chef de la section Assistance électorale de la Minustah Marc Plum, à quant a lui encouragé les électeurs à se rendre massivement aux urnes le jour du 21 juin.
22 candidats sont en lice dans le cadre du deuxième tour des sénatoriales partielles devant compléter le sénat de la république.
RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15385

Steven Benoît appelle le chef de l'Etat à engager le dialogue avec les étudiants

Le député Steven Benoît, père de la loi sur le salaire minimum, espère obtenir l'appui de la majorité de ses collègues en vue de faire échec à l'objection du chef de l'Etat. Révélant que André Apaid, un des chefs de file de l'ADIH, multiplie les rencontres avec les élus autour du dossier, Le député de Pétion ville déplore le refus des hommes d'affaires de soumettre les documents relatifs à l'état financier des entreprises.
Steven Benoît estime que les élus doivent faire montre de vigilance puisqu'ils doivent rejeter ou approuver une partie de l'objection. Tout en faisant remarquer que la procédure constitutionnelle n'est pas claire, le député Benoît croit que l'acceptation d'une objection causera l'annulation de la loi.
Réagissant au mouvement de protestation des étudiants, le député Benoît a rappelé que les revendications sur le salaire minimum sont justes. Toutefois le parlementaire critique le recours à la violence, rappelant que les forces de l'ordre doivent appréhender les casseurs.
Invitant les étudiants à prendre leurs distances vis-à-vis de certains groupes qui ont leur propre agenda, Steven Benoît appelle à un dialogue entre le président Préval et les étudiants protestataires. Il croit que le début des négociations permettra de mettre un terme au mouvement.
Dans le même temps, le maire de Port-au-Prince, Jean Yves Jason Muscadin, a proposé ses bons offices en vue de la recherche d'une solution à la crise.
LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15384

Fin ce vendredi de la campagne électorale pour le second tour des sénatoriales partielles

Les candidats ont jusqu'à minuit pour convaincre les électeurs dans le cadre du deuxième tour des sénatoriales partielles. La campagne électorale arrive à son terme ce vendredi 19 juin selon ce qu'a annoncé le CEP.
Comme pour le 1er tour de ces élections, la campagne électorale a été très timide dans la capitale haïtienne et dans les villes de province.
Les candidats sont moins actifs : Pas de pancarte ni d'affiche - à de rares exceptions -, pas de photo ni t-shirt non plus.
Dans plusieurs endroits de la région métropolitaine, les affiches publicitaires du Conseil électoral provisoire (CEP) sont les seules à inciter la population à prendre le chemin des urnes le 21 juin.
Le CEP avait enregistré, lors du premier tour, un taux de participation d'environ 10% des électeurs inscrits. Pour ce second tour, l'organisme électoral a intensifié sa campagne de mobilisation de l'électorat.
Les Conseillers électoraux disent s'attendre à un meilleur taux de participation.
Par ailleurs A quelque heure de la fermeture de la campagne électorale, le ministère de l'Intérieur invite les partis politiques retenus pour le second tour des sénatoriales partielles à récupérer leur financement pour la campagne électorale.
Les intéressées sont pries de passer au service de la comptabilité pour retirer leur chèque.
RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15383

Les autorités électorales affirment que tout est fin prêt pour les joutes

Les autorités lavalas ont adopté une nouvelle stratégie dans le cadre du second tour des sénatoriales. Le Conseil Electoral Provisoire (CEP) n'entend plus ignorer les menaces contre les électeurs et les membres de la machine électorale.
Dans une correspondance au commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, le président du CEP, Frantz Gérard Verret, a souhaité que l'action publique soit mise en mouvement contre l'un des chefs de file du parti lavalas qui appelle au boycott des joutes. Le président de l'organisme électoral révèle que Ansyto Felix a distribué des tracts pour menacer les électeurs.
Dans le même temps les autorités gouvernementales et électorales n'ont imposé aucune restriction sur la circulation des véhicules. L'interdiction de circulation des véhicules de transport en commun avait été identifiée comme l'une des causes du faible taux de participation des électeurs au premier tour des sénatoriales. Le taux de participation des électeurs dans le département de l'Ouest oscillait autour de 2 % lors du scrutin du 19 avril.
Le directeur général du CEP, Pierre Louis Opont, assure que tout est fin prêt pour le bon déroulement du second tour des sénatoriales. 9911 bureaux de vote sont les disponibles les 4 millions 113 mille inscrits sur les listes électorales.
M. M. Opont révèle que 40 000 employés font partie de la machine électorale. Les superviseurs, orientateurs, membres des bureaux de vote, agents de sécurité ainsi qu'une centaine d'opérateurs du centre de tabulation sont mobilisés pour le 21 juin.
En ce qui a trait aux ressources humaines, le directeur général du CEP donne l'assurance que les fonds nécessaires sont disponibles pour le don déroulement des joutes.
LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15382

Un militant lavalas tué lors des funérailles de Gérard Jean Juste

Un jeune homme a été tué lors d'accrochages entre manifestants lavalas et casques bleus de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah) à l'occasion des funérailles du père Gérard Jean Juste. La victime atteinte d'un projectile à la bouche a succombé à ses blessures quelques minutes plus tard rapportent des militants lavalas qui ont dénoncé une agression des casques bleus de la Mission onusienne.
Une panique a régné devant la cathédral de Port-au-Prince où des centaines de sympathisants lavalas assistaient aux obsèques du père Jean Juste, une des figures de proue du parti Lavalas.
En colère les manifestants lavalas ont transporté le cadavre devant le palais National afin de signifier l'implication du président Préval dans le crime. Des dizaines de pare-brises de véhicules ont été également cassées par les manifestants hostiles à la présence des troupes onusiennes en Haïti.
Des parlementaires dont Fabien Esdras et David Geneste se trouvaient dans l'enceinte de la cathédral au moment des incidents.
Le député de Carrefour, Fabien Esdras critique l'agression des casques bleus qui selon lui ont fait feu sur l'église. Le parlementaire qui aurait perdu des documents importants dans la confusion qui a suivi la panique, soutient que les casques bleus brésiliens ont tiré à hauteur d'homme.
Le député de Petite Rivière de Nippes, Laurore Edouard, déplore également le comportement des casques bleus qui ont eu recours à la violence. Il envisage de convoquer les membres du gouvernement afin de faire le point sur l'opportunité de la présence des casques bleus.
De son coté, la porte parole de la Minustah, Sophie Bouteau de Lacombe, rejette les accusations faisant état de l'assassinat d'un militant lavalas. Elle explique que les soldats onusiens avaient tiré des coups de feu en l'air afin de disperser les agresseurs.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15381