POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 22 avril 2010

Haïti: gel de l'évacuation forcée des camps

Agence France-Presse
Port-au-Prince
Le gouvernement haïtien a décidé jeudi un moratoire de trois semaines des évacuations forcées des camps de sinistrés du séisme établis sur des terrains privés, écoles ou autres, en raison des «tensions» que cela engendre, a indiqué un responsable de l'ONU dans le pays.
Depuis près de deux semaines, les autorités ou des propriétaires avaient intimé à des milliers de personnes de quitter les terrains où elles avaient trouvé refuge après le séisme du 12 janvier.
Quelque 7300 personnes qui s'étaient installées dans le stade de Port-au-Prince avaient notamment été évacuées il y a dix jours et la semaine dernière les 10 000 Haïtiens vivant dans une école de la capitale avaient reçu l'ordre de quitter les lieux rapidement.
«On en a discuté avec le gouvernement ce matin et un moratoire de trois semaines» a été décidé «car il y a beaucoup de tensions», a déclaré le chef de la Mission de l'ONU en Haïti (MINUSTAH), Edmond Mulet, lors d'une conférence de presse consacrée aux 100 jours après le séisme.
«Il y a les élèves qui veulent rentrer dans leurs écoles pour continuer leurs études, il y a les déplacés qui sont installés dans les écoles. Alors au lieu d'avoir des affrontements, un moratoire a été établi», a-t-il ajouté, précisant que des «groupes de travail» seraient créés pour trouver des solutions.
Le représentant spécial de l'ONU en Haïti a souligné la nécessité d'«aider les personnes qui sont dans les écoles» car «il y a une raison pour laquelle elles ont cherché une solution pour se sauver et sauver leurs familles».
L'ONU a déjà ouvert deux camps en périphérie de Port-au-Prince afin d'accueillir les 10 000 déplacés en grand danger avec la saison des pluies et celle des cyclones et elle «est en train d'accélérer la préparation d'autres terrains», a poursuivi M. Mulet.
Le séisme a fait entre 250 000 et 300 000 morts et plus d'un million de déplacés, selon un nouveau bilan donné par M. Mulet.
La typhoïde s'empare de Cité Soleil
Les camps de sinistrés installés dans l'immense bidonville de Cité Soleil connaissent une hausse de fièvres typhoïdes depuis deux semaines et le début de la saison des pluies, ont indiqué jeudi à l'AFP des personnels de Médecins sans frontières (MSF) travaillant dans ce quartier de Port-au-Prince.
«On assiste à de plus en plus de cas de diarrhées et de fièvres typhoïdes depuis deux semaines, on est en train de faire des surveillances épidémiologiques très strictes», a déclaré Ilaria Piorta, coordonnatrice médicale de l'Hôpital Sainte-Catherine Laboure, un établissement de 100 lits cogéré par Médecins sans frontières (MSF) et les autorités haïtiennes.
«On a vu une augmentation depuis les deux dernières semaines, il n'y a pas un quartier spécifique, c'est un petit peu éparpillé partout à Cité Soleil», poursuit cette Italienne travaillant pour MSF-Belgique, notant que pour le moment aucun décès lié à la typhoïde n'était à déplorer.
«Avec la pluie qui a démarré, les conditions de vie (dans les camps et le bidonville) sont difficiles», abonde Karel Janssens, responsable de l'établissement, notant beaucoup de cas de «fièvres typhoïdes, diarrhées, paludisme et infections respiratoires».
Et comme ce bastion des gangs, qui s'y sont violemment affrontés entre 2004 et 2007, se trouve au bord du littoral et parfois sous le niveau de la mer, car une partie du terrain s'est affaissé lors du séisme du 12 janvier, les inondations menacent.
«On a toujours eu ici des inondations. On est à 100 mètres de la mer et la nappe phréatique monte très vite avec la pluie, alors on a des travaux à faire car la moitié de l'hôpital est inondée une heure après la pluie», indique M. Janssens.
Le tremblement de terre du 12 janvier a fait entre 250 000 et 300 000 morts selon l'ONU et jeté à la rue près de 1,2 million de personnes.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/seisme-en-haiti/201004/22/01-4273283-haiti-gel-de-levacuation-forcee-des-camps.php

Haïti: le séisme a fait entre 250 000 et 300 000 morts

Agence France-Presse
Port-au-Prince
Le séisme du 12 janvier en Haïti a fait entre 250 000 et 300 000 morts, a indiqué jeudi le chef de la Mission de l'ONU dans le pays (MINUSTAH), Edmond Mulet, demandant au Conseil de sécurité l'envoi de 800 policiers de plus pour sécuriser les camps de sinistrés.
La protection civile haïtienne évoquait jusqu'à présent le chiffre de plus de 220 000 morts.
«Il y a eu plus du double de morts ici qu'à l'occasion de la bombe atomique d'Hiroshima», où quelque 140 000 personnes sont décédées le 9 août 1945, ou dans les mois qui ont suivi, a rappelé M. Mulet, représentant spécial de l'ONU en Haïti, lors d'une conférence de presse au lendemain des 100 jours depuis le séisme.
«Dans l'histoire de l'humanité on n'a jamais vu un désastre naturel de cette dimension», a-t-il estimé, soulignant que 120% du PIB d'Haïti avait disparu sous la force de la secousse de magnitude 7.
La journée de mercredi «a marqué le centième jour depuis le séisme dévastateur qui a frappé Haïti et fait entre 250 000 et 300 000 morts, plus de 300 000 blessés et plus d'un million de personnes déplacées», a déclaré M. Mulet, qui a remplacé le Tunisien Hedi Annabi, mort dans l'effondrement du quartier général de l'ONU dans le pays.
Il a salué «le courage, la résilience et l'esprit de solidarité dont les Haïtiens ont fait preuve pour faire face aux difficultés depuis la catastrophe», se disant «encouragé par le nombre d'enfants qui depuis le début du mois sont de retour dans les salles de classe».
Évoquant le processus de reconstruction du pays, il a estimé qu'«Haïti se trouve sur la bonne voie» mais qu'il fallait «faire preuve d'un optimisme prudent».
Il a ainsi appelé à ne pas «sous-estimer l'ampleur de la tâche et des défis auxquels est confronté Haïti», soulignant que «la reconstruction doit être dirigée par les Haïtiens».
Reprenant son expression de «République d'ONG» pour qualifier Haïti, il a estimé que si bon nombre des 10 000 organisations non-gouvernementales présentes dans le pays «sont très sérieuses», «il y en a beaucoup, beaucoup d'autres que le gouvernement aimerait connaître», car agissant sans se coordonner avec les autorités locales.
M. Mulet a en outre annoncé qu'il se rendrait à New York la semaine prochaine «pour présenter le rapport du secrétaire général (de l'ONU, Ban Ki-moon) sur la MINUSTAH au Conseil de sécurité et pour participer aux délibérations du Conseil en vue d'un ajustement du mandat» de la Mission.
Jugeant «très critiques» les 12 ou 18 mois à venir, il a présenté cinq points autour desquels la MINUSTAH devra concentrer son action: promouvoir la stabilité politique en aidant l'organisation d'élections rapides, coordonner l'aide humanitaire «post-désastre», «maintenir un climat sécuritaire sûr et stable», soutenir le gouvernement haïtien dans la mise en oeuvre de «son» plan de reconstruction, et «aider Haïti à reconstruire son capital humain».
Au niveau de la sécurité, il a indiqué que la MINUSTAH allait s'attacher à «aider la PNH (Police nationale haïtienne) à assurer une présence plus visible» pour protéger les sinistrés vivant dans les quelque 1200 camps qui ont fleuri après le séisme et permettre la tenue des élections d'ici la fin de l'année.
Si le Conseil de sécurité accepte les recommandations de M. Mulet, les effectifs de la police de l'ONU passeront à 4391 hommes, soit près de 800 de plus qu'actuellement.
En ajoutant les militaires déployés, dont il ne demande pas un accroissement, cela porterait les forces de la MINUSTAH à plus de 13 300 hommes, assistés par plus de 2000 civils.

La Caricom sera membre de la commission intérimaire

Une délégation de la Communauté Caraïbeenne conduite par l'ex Premier Ministre de la Jamaïque, Percival Noël James Patterson a effectué la semaine dernière une visite en Haïti afin de préparer la mise en œuvre de la Commission Intérimaire de Reconstruction d'Haïti (CIRH). Cette commission aura la charge de gérer les projets financés par la communauté internationale au cours des 18 prochains mois. Le ministre chargé des relations avec le Parlement Joseph Jasmin avait indiqué hier que les organisations ayant contribué à l'allégement de la dette d'Haïti pourront designer un membre au sein du Conseil d'administration de la CIRH.
M. Patterson était à la tête d'une délégation de 12 personnes dont le secrétaire général adjoint de la Caricom Colin Granderson et plusieurs hommes d'affaires jamaïcains. Les membres de la délégation se sont entretenus le mercredi 14 avril avec le chef de l'Etat haïtien René Préval autour des grands axes de la coopération entre l'organisation caraïbéenne et Haïti.
Le président haïtien a remercié la Caricom pour sa volonté d'accompagner un membre de la famille caraïbénne en difficulté. La rencontre a permis aux membres de la délégation d'obtenir des informations sur les mécanismes de fonctionnement de la Commission Intérimaire de Reconstruction d'Haïti (CIRH).
Au cours de leur visite des membres du secteur privé jamaïcain, représentants des secteurs manufacturiers, des télécommunications et de la construction ont fait part de leur volonté d'améliorer les échanges avec le secteur privé haïtien.

LLM / Radio Métropole Haïti

Un site internet pour traquer les 9,9 milliards$ d'aide à Haïti

Agence France-Presse

Les Nations-unies lancent www.refondation.ht, un site internet devant permettre de suivre l'utilisation des 9,9 milliards de dollars promis par la communauté internationale pour reconstruire Haïti, dévasté par un séisme le 12 janvier.
Ce site, alimenté par le Programme des Nations-unies pour le développement (PNUD) et le gouvernement haïtien, est destiné à «garantir l'utilisation transparente et responsable» des fonds promis lors de la conférence des donateurs de New York, fin mars, indique l'ONU dans un communiqué.
«Le système suit l'argent de la promesse (de don) à la réalisation» des projets, est-il écrit.
Ce site «répond à toutes les inquiétudes qu'a la communauté internationale à propos de comment cet argent va être dépensé, par qui et pour quoi», a déclaré Nigel Fisher, en charge de la coordination de l'aide de l'ONU.
«Il permet également aux Haïtiens de suivre l'utilisation de ces fonds et de tenir responsables leurs élus», a-t-il souligné.
À New York, 138 États et plusieurs organisations internationales s'étaient engagés le 31 mars à verser à Haïti 5,3 milliards de dollars sur les deux prochaines années, et 9,9 milliards au total pour les trois prochaines années et au-delà.
Le séisme du 12 janvier a fait au moins 220 000 morts et quelque 1,3 million de sans-abri en Haïti, principalement dans la capitale Port-au-Prince.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/seisme-en-haiti/201004/22/01-4273106-un-site-internet-pour-traquer-les-99-milliards-daide-a-haiti.php

Haïti Reconstruction : Préval dévoile le profile de la Commission Intérimaire

Le chef de l'Etat haïtien René Préval a entrepris cette semaine d'agencer les différents outils légaux afin de favoriser le fonctionnement de la Commission Intérimaire de Reconstruction d'Haïti (CIRH). Cette commission, créée pour une période de 18 mois, comptera 17 personnalités haïtiennes et étrangères dont certaines auront des droits de vote. L'arrêté règlementant le fonctionnement de la commission a été publié hier dans le journal Officiel Le Moniteur, a précisé M. Préval au cours d'une conférence de presse. L'arrêté ne précise pas l'identité des représentants des institutions, membres du conseil d'administration de la CIRH. La commission chargée de gérer le 5.3 milliards de dollars promis par la communauté internationale sera coordonnée par l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU, Bill Clinton et le Premier Ministre haïtien Jean Max Bellerive.
Le gouvernement, le pouvoir judiciaire ainsi que les collectivités territoriales désigneront chacun deux membres tandis que le Sénat, la Chambre basse, le secteur privé et le secteur syndical désigneront chacun un représentant. Les personnalités haïtiennes au nombre de 10 collaboreront avec 10 personnalités étrangères représentant la Caricom et les bailleurs de fonds.
La commission comptera également des représentants qui n'auront pas droit de vote. Il s'agit d'un représentant de l'OEA, des ONG locales, des ONG internationales et de la diaspora.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17609

Reconstruction: L'UE veut passer de la parole aux actes

Une importante mission de L'UE, conduite par le Commissaire européen au développement, Andris Piebalgs est attendue ce vendredi 23 avril en Haïti, où elle va lancer les premiers projets de reconstruction financés par l'Union européenne (UE). Le haut responsable européen profitera de cette première visite en Haïti pour signer cinq conventions de financement de projets soutenus par la Commission européenne, dont la contribution pour la reconstruction et le développement d'Haïti s'élève à 460 millions d'euros.
« Je veux garantir au peuple haïtien que l'UE respectera ses promesses. Le futur d'Haïti est entre les mains de ses dirigeants et de ses citoyens, mais l'Europe sera un partenaire déterminé à leurs côtés. », a déclaré Andris Piebalgs, à la veille de sa visite en Haïti.
Selon un communiqué de l'UE, ces projets portent principalement sur la reconstruction de l'état, des infrastructures scolaires et routières, et des services sociaux.
Lors de cette visite au pays, le Commissaire Piebalgs aura également des entretiens avec le Président Préval et le Premier Ministre Bellerive, ainsi qu'avec des représentants du secteur privé et des ONG.
Rappelons que lors de la conférence des donateurs, le 31 mars dernier, l'Union Européenne s'était engagée à verser 1.2 milliards dans le cadre de la reconstruction d'Haïti.
E /Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17615

Une solution à la pénurie de carburant ?

Un pétrolier contenant plus de deux cent mille barils de produits pétroliers, est à l'attente en rade de Port -au -Prince depuis mercredi soir. L'annonce a été faite par le président de l'Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers, Randolph Rameau. Le responsable de l'ANADIPP a indiqué que cette importante cargaison devrait aider à atténuer la pénurie d'essence constatée dans les stations de service depuis quelques jours.
Intervenant durant le journal du matin de radio Métropole, le Président de L'ANADIPP soutient que la ruée vers les pompes la semaine passée a eu lieu à une période où les réserves étaient presque épuisées.
Il a fait remarquer que, l'arrivée d'une petite cargaison de 102 000 barils s'est avérée insuffisante pour enrayer ce phénomène.
Monsieur Rameau demande aux consommateurs de faire montre de discipline lorsqu'ils se présenteront aux pompes à essence pour s'approvisionner, car il y aura assez de carburant pour tout le monde.
Une légère amélioration a été observée, entre temps, dans la distribution des produits pétroliers dans la capitale. Cependant, de longues files d'attentes sont, toujours visibles devant les pompes à essence.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17613

Haïti-Élections: L'opinion des haïtiens partagées sur la possibilité de la tenue des élections

Le président René Préval confirme que les membres de la mission d'évaluation électorale de l'ONU ont entamé des consultations auprès des personnalités et institutions haïtiennes et de la communauté internationale afin de déterminer si les prochaines joutes peuvent se tenir avant la fin de cette année. En réponse aux propos de l'opposition qui affirme que les élections ne sont pas possible en raison du manque de crédibilité du Conseil Electoral Provisoire (CEP), René Préval leur rappelle que le CEP a été constitué sur la base d'un consensus.
Les élections doivent être réalisées de manière à assurer la continuité démocratique et la stabilité politique, a dit M. Préval, réaffirmant sa volonté de céder le pouvoir au terme de son mandat en 2011.
Les opinions dans la population sont partagées sur l'opportunité d'organiser des élections générales à la fin de cette année. Plusieurs estiment que des élections ne sont pas possibles dans le contexte actuel, soulignant les conditions de vie actuelle et l'absence d'infrastructures permettant l'organisation et la tenue de bonnes élections. D'autres contestent la tenue d'élections en l'absence de leaders politique crédible capable de guider la population. Néanmoins certains indiquent, qu'il serait important que les élections se tiennent de manière à permettre à un nouveau gouvernement constitutionnel d'assurer la continuité démocratique et accélérer le départ des actuelles autorités au profit d'autres, plus dynamiques et plus proche des préoccupations de la population.
Mais, tous craignent ou mettent en garde contre le risque d'élections truquées susceptibles d'être une source d'instabilité.
N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17612

Le mouvement de protestation contre la loi d'urgence ne faiblit pas aux Cayes

Une nouvelle manifestation antigouvernementale a été enregistrée hier au Cayes (Sud). Plusieurs dizaines de personnes ont défilé dans les rues pour réclamer le retrait de la loi d'urgence et le départ du président Préval. Les manifestants se sont rendus dans certains quartiers populeux notamment La Savanne afin de formuler leurs revendications. Aucun incident n'a été enregistré au cours de cette marche organisée par Baz Revlisyone Sud. Les leaders du mouvement entendent maintenir la pression et annoncent une nouvelle marche pour ce jeudi.
Le mouvement de protestation contre la loi d'urgence ne faiblit pas aux Cayes contrairement aux autres villes de province dont Gonaïves, Miragoane et Hinche.
Tandis que les manifestants défilaient dans les rues, deux leaders d'organisations populaires ont été interrogés par le commissaire du gouvernement. Ces personnes avaient été convoquées par le Parquet après la manifestation de vendredi dernier.
Trois juristes et chefs de partis politiques, Youri Latortue (AAA), Osner Févry (Conaced) et Renold Georges (ALAH) s'étaient rendus aux Cayes afin d'apporter leur appui aux militants.
Le sénateur Latortue estime que le gouvernement a commencé à violer les droits fondamentaux des citoyens. Il se déclare déterminé à poursuivre la lutte pour le respect des droits fondamentaux et du droit de contrôle des législateurs.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17610

Haïti-Gros Morne: Nouveau départ

Originaire du nord du pays, Ilija est rentré chez lui après le tremblement de terre. Il était parmi les 150 000 nouveaux sans abri qui ont quitté Port-au-Prince en quête d'un nouveau départ. Il a de la chance d'être en vie mais le drame ne l'a pas épargné. Ses deux nièces qui habitaient avec lui sont mortes sous les décombres de leur maison ainsi que plusieurs de ses proches. « J'ai besoin de trouver du travail pour payer les obsèques de ma famille, » a-t-il indiqué. Ses amis et voisins lui ont avancé l'argent nécessaire pour les funérailles et il est déterminé à les rembourser. « Je cherche simplement à travailler pour recommencer ma vie, » a-t-il ajouté.
Pour aider les victimes du séisme, le PAM met en place des activités de « vivres contre travail ». Ces activités permettent de réparer les routes, améliorer les systèmes d'irrigation, construire des entrepôts et prévenir l'érosion du sol. Grâce à ce programme, les haïtiens comme Ilija reçoivent de la nourriture et de l'argent pour participer aux activités de reconstruction.
A Gros Morne, ville d'origine d'Ilija, le PAM s'associe avec MPGM, une organisation haïtienne de microcrédit, pour réparer les routes et planter environ 50 000 arbustes et arbres qui enrichiront le sol et augmenteront la production des mangues, une partie intégrante de l'économie locale. Ilija passe plusieurs heures par jour à planter des arbres.
Les projets de reboisement contribuent à briser le cycle de déforestation qui appauvrit le sol en nutriments et augmente les risques d'inondations. Ces projets offrent un revenu stable aux familles leur assurant un meilleur avenir. Ils permettront également de limiter la coupe des arbres pour en faire du bois de chauffage.
 N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17608