POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 8 avril 2011

La Commission Intérimaire prêt à entamer une nouvelle étape

Le co-président de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d'Haïti (CIRH), Jean Max Bellerive, a donné hier le coup d'envoi d'une réunion de cet organisme autour du thème " Accélérer le progrès à travers l'atteinte des objectifs de la reconstruction". Au cours de deux journées de travail les membres du Conseil d'administration évalueront le travail de la commission intérimaire et dégageront des perspectives. Dans l'intervalle une rencontre avec le président élu, Michel Martelly est au programme. Les membres de la commission intérimaire veulent savoir si le prochain chef d'Etat est déterminé à proroger le mandat de l'organisme qui arrive à terme le 21 0ctobre 2011. Le Premier Ministre Bellerive assure que ces rencontres permettront de faire le bilan de l'action de la commission intérimaire.
Le bilan n'est pas négatif, a martelé M. Bellerive qui attire l'attention sur la nécessité de passer à une nouvelle étape puisque le pays se trouve à un tournant de son histoire. Les membres de la CIRH veulent réaliser un projet conçu par et pour les haïtiens, a précisé le Premier Ministre haïtien faisant remarquer que le renforcement des institutions reste l'une des priorités de cet organisme.
Les membres du conseil d'administration de la CIRH veulent analyser les différentes options pour un plan de sortie au terme des 18 mois de l'état d'urgence. Trois options sont possibles selon M. Bellerive, disparition complète ou reconduction avec un mandat transformé ou encore formation de l'agence de développement. Il soutient que la CIRH doit proposer une alternative au prochain gouvernement.
L'évaluation permettra d'identifier les déficiences et les besoins spécifiques de chaque grand ministère. Des propositions concrètes seront ensuite adressées aux différents partenaires, l'Etat haïtien, les donateurs et la CIRH.
L'expert indépendant de l'ONU sur la situation des droits de l'homme en Haïti, Michel Forst a participé à la première journée de cette rencontre de la CIRH.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18989

Haiti-Reconstruction : Faut-il réorienter la CIRH ?

 P-au-P., 08 avril 2011 [AlterPresse] --- Le gouvernement sortant plaide en faveur du renforcement de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haiti (CIRH) et de l’harmonisation des plans de l’organisme avec ceux de l’État en vue de la réussite des actions envisagée.
 Le directeur général adjoint du Ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE), Wilner Valcin, estime que la CIRH doit prendre en compte les objectifs fixés dans le Document stratégique national pour la croissance et de la réduction de la pauvreté (DSNCRP).
Le fonctionnaire, qui intervenait jeudi 7 avril, à l’ouverture de la réunion plénière de deux jours de la CIRH, appelle à prendre en compte des facteurs de développement dans le cadre de reconstruction du pays.
« Dans le cadre de la mise en œuvre des projets de la CIRH, il faut tenir compte du renforcement des capacités des institutions étatiques, déjà définis clairement à travers douze points dans le DSNCRP, si l’on veut qu’Haïti soit un pays émergeant dans les prochaines années », souligne Wilner Valcin.
Le directeur général adjoint du MPCE met aussi l’accent sur la « nécessité » de déconcentrer les activités du gouvernement pour diminuer la vulnérabilité aux catastrophes naturelles et arrêter la surconcentration des activités à Port-au-Prince au bénéfice d’un meilleur équilibre économique et social.
Intervenant également durant la première journée de la réunion de la CIRH, l’expert indépendant des Nations Unies pour les droits humains, Michel Forst insiste sur l’obligation qu’ont les dirigeants de travailler pour le respect des droits (civils et politiques) de tous les citoyens haïtiens.
Selon Michel Forst, qui prône la mise en application du concept « approche par les droits », la reconstruction du pays doit aussi passer par le respect des droits des citoyens.
Au cours de cette réunion de deux jours de la CIRH, plusieurs thèmes sont à l’ordre du jour, dont : enlèvement des débris, agriculture et sécurité alimentaire, énergie, éducation, santé, gestion des catastrophes, eau et assainissement et logement. 

Préval propose un débat sur l'efficacité de l'ONU en Haïti

Dans son discours par devant le conseil de sécurité de l'ONU, le chef de l'Etat haïtien, René Préval a jeté un pavé dans la marre en attirant l'attention sur la nécessité de réévaluer l'action de l'ONU dans son pays. Il estime que ce débat est nécessaire d'autant plus que des missions militaires sont présentes depuis 18 ans dans ce pays non confronté à un conflit armé.
M. Préval a proposé aux membres du Conseil de sécurité, un débat sur l'efficacité de l'intervention de l'ONU en Haïti depuis 1993. Il a rappelé que l'instabilité en Haïti était principalement due au sous-développement, soit, en d'autres termes, à l'insatisfaction des droits socioéconomiques les plus élémentaires de la population. Les chars, les blindés et les militaires auraient dû céder la place aux bulldozers et aux ingénieurs, à davantage d'instructeurs de police et d'experts en appui à la justice et au système judiciaire et pénitentiaire, a fait valoir le chef de l'Etat.
La dissuasion militaire n'est qu'un des aspects de la quête de stabilité, mais elle ne saurait se confondre avec elle, a-t-il dit. La stabilité ne sera conquise que par les Haïtiens eux-mêmes, avec la solidarité de la communauté internationale qui pourra les accompagner dans l'édification des institutions spécialisées indispensables à l'état de droit.
Par ailleurs, le Président Préval a invité le prochain gouvernement à pratiquer une gouvernance d'apaisement, d'ouverture, d'inclusion, de dialogue, de respect des droits d'association et d'expression. Il a souhaité que l'opposition adopte une attitude positive et de collaboration avec les nouveaux élus. Dans le même temps il exhorte la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti (CIRH) à plus de célérité et d'efficacité.
LLM / radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18986
Commentaires:
On ne reprochera certainement pas au président Preval de n'avoir pas essayer de changer les contours de la mission de l'ONU. Il avait déjà de mandé par le passé de changer MINUSTAH en MINUSDAH!
Il n'est pas le seul à être convaincu que les militaires ne sont en principe d'aucune utilité pour un pays qui ne connait pas de conflit. Le représentant de l'OEA en Haïti avait fait le même constat et il a été limogé!

Haïti: Manigat ne contestera pas les résultats

THE ASSOCIATED PRESS
Publié: 08 avril 2011 13:43
PORT AU PRINCE, Haiti - La candidate qui aurait pris le deuxième rang lors de la présidentielle haïtienne du 20 mars, l'ancienne première dame Mirlande Manigat, a fait savoir vendredi qu'elle n'entend pas contester les résultats préliminaires qui accordent une confortable avance à son rival, le chanteur populaire Michel «Sweet Micky» Martelly.
Le porte-parole de Mme Manigat, Jean-Junior Joseph, a indiqué qu'elle doute de l'exactitude des résultats préliminaires qui ne lui accordent que 32 pour cent des voix, mais elle n'entend pas contester le tout auprès du conseil électoral.
M. Joseph n'a pas précisé pourquoi la campagne de Mme Manigat croit que ces résultats sont inexacts. Il a aussi refusé de dire pourquoi la candidate ne contestera pas les chiffres.
Les résultats préliminaires accordent 68 pour cent des voix à M. Martelly. Les résultats définitifs sont attendus le 16 avril.