POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 31 mai 2011

Nokero International Teams With American Green International to Bring 1,000 Solar Light Bulbs to Tent City in Haiti

Posted on 05/31/11 at 2:00pm by webmaster Nokero International Teams With American Green International to Bring 1,000 Solar Light Bulbs to Tent City in Haiti
One year after the earthquake, a team of volunteers visited Haiti on a relief effort and saw hundreds lost in the darkness of poverty. Inspired by the people of a tent city in Port-au-Prince, the people at American Green International vowed to return, this time with 1,000 Nokero solar light bulbs, to alleviate the dangerous, unhealthy, and expensive use of kerosene and other fossil fuels for light.
Denver, CO (PRWEB) May 31, 2011
If you want to eliminate the darkness of poverty, start by eliminating the darkness.
These are the words that inspired a team from American Green International, who took more than 200 Nokero solar light bulbs to Haiti one year after the devastating earthquake rocked the Western Hemisphere's poorest country.
What they found there – in the streets and in a tent city in Port-au-Prince - was even worse than they had imagined. Complete darkness descended on the city at night, leaving its residents helpless and unsafe in the dark, unable to see one another, help one another, cook, clean, or even go to the bathroom.
"To bring the lights out there, and see the immediate difference, it's incredible," said Leah Quintal, of American Green International, who has been to Haiti and seen the difference a Nokero solar light bulb can make.
Those who receive a durable, rainproof Nokero solar light bulb see their lives instantly changed. With more time in their day, they are more productive. The $8 US they save each month gives them much-needed money they can spend on food and medicine for their families. With six hours of light per night from their Nokero bulb, their cooking, cleaning, and chores can be done in the evening, leaving more time in the day for work. Perhaps most of all, they feel safer in the dangerous dark of night.
The team saw a tremendous need for solar light, and vowed to return with 1,000 Nokero solar light bulbs to light the entire tent city.
That is why Nokero and American Green are partnering in the Gift of Light for Haiti program, where people can donate solar light to Haiti at GiftOfLightForHaiti.com.
(The project is one of many Nokero projects under way globally - for more information contact Tom Boyd.)
In Haiti's tent cities, what light there is usually comes from kerosene – a dangerous and polluting fuel. More than 1.6 billion people worldwide live without access to electricity, and more than 2 billion more only have intermittent electricity. With no other option, they are forced to buy expensive kerosene, a fuel which leaves black soot in their noses and lungs, and collectively emits 190 million tons of carbon dioxide each year (the equivalent of 30 million cars).
About Nokero
Nokero (short for No Kerosene) was formed in June 2010 by inventor Steve Katsaros to develop safe and environmentally-friendly solar products that eliminate the need for harmful and polluting fuels used for light and heat around the world, and, most importantly, are affordable to the communities that need them.
The light bulb is a shape known around the world. The Nokero solar light's unique bulb shape, its simple yet durable design, and its affordability mean the Nokero solar light bulb is humanity's best chance at ending the practice of burning kerosene.
Read more: http://www.benzinga.com/press-releases/11/05/p1122838/nokero-international-teams-with-american-green-international-to-bring-#ixzz1Nwbvo7On
http://www.benzinga.com/press-releases/11/05/p1122838/nokero-international-teams-with-american-green-international-to-bring-

'Miracle and hope' in Haiti

By Song In-yeup It has been 500 days since a terrible earthquake hit Haiti hard in the center of the Caribbean Sea. As a result Haiti suffered a shortage of daily goods, crime, violent demonstrations and cholera, what we call “a fivefold difficulty.“ But since Feb. 4, Haiti has begun to stabilize and its people go through daily life with hope now, though still in the midst of difficulties.
It is President Michel Joseph Martelly, who took office on May 14 and has ignited a “miracle and hope” in Haiti. South Korean President Lee Myung-bak also congratulated Martelly through his special envoys Yoo Ki-june and Kwon Young-jin.
Martelly, a 50-year-old singer, was only one of the unnoticed minor candidates when he started his campaign last October. The first survey showed 1.5 percent support for him, sixth among 19 candidates, while Manigat had 31.5 percent and Celestin 7 percent.
But he jumped to third by gaining 21.4 percent succeeding Manigat with 31.4 percent and Celestin’s 21.8 percent in the first presidential election held on Nov. 28, 2010. But only Manigat and Celestin, the first and second runner, could stand in the final election slated for Jan. 16.
It was right after the announcement of result of the first presidential election that furious voters began to take to the streets shouting "Celestin Out!" accusing him of illegal campaigning using power and money.
All the major cities in Haiti were covered in black smoke from burning tires. And all the ministries, schools, banks and markets were closed. Even the Port-au-Prince Airport, the only international one in Haiti, was shut. That's why an airplane, loaded with cholera medicine which the Korea International Cooperation Agency (KOICA) was sending to Haiti, could not land there and had to go back to Miami.
The angry protesters' outcries and gun-shots were heard even in my house and tear-gas entered the house unless I kept all windows closed. Nevertheless, the ruling party and Celestin, son-in-law of the President, seemed to stand solid. And Haiti seemed to have no hope.
The U.N., donor countries and nongovernmental organizations (NGOs) could not do their work. Demonstrations went on day after day and the final presidential election scheduled for Jan. 16 was not held and drifted on to an unfixed date. Is Haiti helpless?
It was on Feb. 4 that the ruling party and Celestin surrendered to the power of the people amid increasing demonstrations and a censure from the international society. He resigned his candidacy. Demonstrations ended swiftly and streets were returned to order.
Peace continued until the final presidential election day of March 20 while both small and large political rallies were held in harmony and joy. They looked like festivals. The incredibly large group of voters assembled voluntarily to listen to Manigat and Martelly with no trouble and the two candidates enraptured them. It was indeed a political festival and was carried in order, better than in any advanced country.
Finally, the revolution or miracle of election took place. Martelly, who received 1.5 percent support in the first survey in October and 21.4 percent in the first election of Nov. 28, took 67.7 percent of the votes in the final election of March 28 while Manigat secured only 31.6 percent. Martelly was elected President with an absolute majority.
Martelly's administration started out on May 14 with a lot of hard things to deal with such as recovering from the terrible earthquake, dealing with cholera, poverty, no social and economic infrastructure since 30 years of Father and Baby Duvalier's dictatorship and the repeated coup d'etats over 20 years. But Martelly is filled with strong resolution and energy to sacrifice himself for his country and people.
And almost all of Haitians show strong faith in him. Haiti is strongly united around Martelly. It is indeed a miracle. And it is the beginning of social security and national reconstruction.
The U.N. and international societies including those in Korea have promised to cooperate and provide full support to the new government of Haiti. Martelly is known to have a strong will to make Korea, which accomplished national development in only one generation, as his national model.
It is high time that our country, as a full member of the Development Assistance Committee (DAC) of the Organization for Economic Cooperation and Development (OECD), also should give as much support as we can to Haiti which is beginning to recover from the earthquake's damage.
Of course, we should implement our $10 million which we committed at Donors' Meeting for Haiti held at New York on March 31 last year in timely fashion.
We are living in the 21st century, called an era of globalization. We cannot be considered civilized people if we view Haiti's calamity as a fire beyond the river.
Song In-yeup is the chief representative of the Haiti office of the Korea International Cooperation Agency (KOICA). He can be reached at iysongg@hanmail.net.
http://www.koreatimes.co.kr/www/news/opinon/2011/05/137_87939.html

Haitian color, culture on show during Haitian Day Parade and Festival

BY Lillian Rizzo and Erin Durkin
DAILY NEWS WRITERS
Monday, May 30th 2011, 4:00 AM
Norman Y. Lono for NewsCostumed dancers whirl down Brooklyn's Nostrand Ave. during Haitian Day Parade and Festival. Haitian New Yorkers took over Brooklyn's Nostrand Ave. Sunday for the Haitian Day Parade and Festival.
"I love being here because it shows me that Haiti does exist in New York," said Rodney Chauvet, 34, of East Flatbush, who came with his 9- and 3-year-old daughters. "I try to bring my daughters to all Haitian parades and celebrations. I want to remind them that they aren't only American, they are Haitian."
While most had their minds on song and celebration, attendees were also holding out hope that the recent presidential election win of singer Sweet Micky would bring change to their earthquake-ravaged homeland.
"I hope he brings the modern life ... to Haiti," Chauvet said.
Vanessa Delmas, 20, of East New York, wore a skirt and top fashioned from the Haitian flag as she marched along Nostrand from Martense St. to Foster Ave.
"I don't miss one parade," Delmas said. "I really like the dancing and just enjoying Haitian culture."
Read more: http://www.nydailynews.com/ny_local/brooklyn/2011/05/30/2011-05-30_haitian_color_culture_on_show.html#ixzz1NwZtRunc
http://www.nydailynews.com/ny_local/brooklyn/2011/05/30/2011-05-30_haitian_color_culture_on_show.html?r=news

Haiti's incredible coffee

La Colombe’s founder means to create demand for amazing beans.
By Melissa Dribben
In early April, two weeks before she opened her latest restaurant, Talula's Garden, Aimee Olexy, crowned royalty of the region's culinary scene, met with her coffee supplier to choose beans she would serve at the end of each finely tuned meal.
He'd brought her usual favorites from Nicaragua, Brazil, and Africa. But a stranger in the cache caught her eye.
"What's in that little unmarked bag?" she asked.
The supplier didn't answer. Instead, he brewed a small batch and poured her a cup.
"I loved, loved, loved it," Olexy said. "It was like a coffee I dreamed of in the morning." Unlike so many that seduce you with aroma, then disappoint with a slap to the tongue, this coffee was true to its promise. "The smell matched the taste," she said, with hints of caramel and butterscotch and a toasty finish.
She ordered it - an entire shipping container's worth, about 33,000 pounds.
A month later, Nelson Robinson, 34, a Haitian coffee farmer, stood in the restaurant weeping grateful tears.
The coffee Olexy had fallen for, Haitian Blue Forest, came from Robinson's home in the destitute mountains of southeastern Haiti. The beans had been handpicked from semiwild vines that his great-grandfather and neighbors had planted from heirloom seeds linked to ancient Ethiopia.
Robinson told Olexy and her staff how, as a child, he had watched his father burn most of the family's coffee plantation. Although Haiti was once one of the world's major coffee exporters, politics and economics had conspired to kill off the trade. Precipitous drops in the price along with rising oil costs made the vines more valuable as a fuel source and the land more useful for growing peas.
After finishing college, Robinson had the chance to emigrate to Canada. Instead, he returned home to the family farm and worked with a coffee cooperative, Coopcab, representing 5,000 families.
They were barely getting by when, in January, a tall, odd American loped into the village - Todd Carmichael, cofounder of La Colombe, the Philadelphia-based roasting company.
Since he started the business 17 years ago, Carmichael has traveled around the "planet," as he prefers to say in his caffeinated disquisition, searching for worthy plants and deserving farmers. The 47-year-old coffee savant and world adventurer (he holds the world record for crossing Antarctica solo) says his motives are almost as pure as his product.
"Not that I'm one of these people who believes that business is the answer to everything," he said. "But the absence of business isn't good either."
La Colombe deals directly with farmers, Carmichael said, avoiding middlemen who pocket the profits and leave growers with only pennies on the pound. Haiti's situation was particularly sad.
Japan had been a reliable trading partner for years, buying premium beans at fair prices, said Marcel Duret, Haiti's former ambassador to Japan. Most of the rest of the crop, however, was sold far below its potential value.
Intermediaries paid Haitian coffee growers for an entire harvest up front at very low prices, then transported the goods illegally into Santo Domingo to be blended and sold at a substantial profit.
Eighteen months ago, Carmichael knew little about Haiti. But during a visit to the Library of Congress, he made a discovery. "I was looking at shipping records from the 1700s," he said. "I'm a typica [coffee bean] junkie, and I wanted to know what they were drinking back then." The typica variety has a richer, more authentic flavor, he says, unadulterated by commercial agricultural methods.
The documents Carmichael found showed that in the 1800s, Haiti grew 45 percent of the world's coffee. "So I started calling coffee traders. There are a handful who bathe in this stuff. They move thousands and thousands of containers of it."
Carmichael learned that somewhere near Thiotte in Haiti, a group of farmers was producing spectacular coffee. In January, he hopped a plane to Santo Domingo, rented a truck, and headed for the Haitian countryside.
Cannily blogging for Esquire and videotaping, Carmichael chronicled the 10-day expedition from beginning to end. Bald and lanky, the former long-distance runner looks as if he had stepped out of Outside Magazine in his white T-shirt, jeans, hiking boots, and worn baseball cap. Manic on the good-natured edge of cocky, he hands the video camera to a stranger on the Dominican-Haitian border and has him film the bustling marketplace. Then Carmichael looks into the lens and says, "All this commerce, not one single bag of coffee." He points toward the mountains and vows, "That's going to change."
By the end of the trip, he had found the typica vines growing in as natural a state as he had ever seen. "Each plant produces about 2 to 4 kilos," he said. "Compare that to the big commercial hybrids that can produce 30 to 40 kilos per plant. It's like they're on steroids." He had also tracked down Nelson Robinson and presented his plan.
"They were receiving $1.60 a pound for most of their coffee," Carmichael said. "You can barely survive on that. I'll pay what I believe it to be worth." The best of the coffee, which he would help them process properly, would fetch $5 a pound. "That makes it one of the most expensive green coffees in the world."
For the rest of the crop, he would pay between $3 and $4 a pound, and guarantee to buy 40,000 kilos every year for the next three years. He also invested $100,000 in a state-of-the-art coffee dryer from Brazil to help boost the processing capacity, particularly during rainy season.
Carmichael is not the first American to try to revive the Haitian coffee economy. The difference with La Colombe's plan, he says, is that it works to create demand first.
"I want people to covet this coffee."
Carmichael arranged for Robinson to attend a marketing course the World Bank gave in May, and to visit restaurants and cafes that would serve Haitian Blue Forest: elite places like Ai Fiori on Fifth Avenue in Manhattan and Vetri and Talula's Garden in Philadelphia.
Olexy's decision to put Haitian coffee on her menu was quick but not rash. Preparing for the dinner crowd last week, she brewed herself a French-press carafe full and spent the next hour attending to details. Linens, potted ferns, and cheese presentation.
When Robinson visited, she invited him to her daily staff meeting. Listening to her chefs and servers praise his coffee, he was overwhelmed.
"I am so thankful," Robinson said last week back in Haiti. "It's true that we produce a sacre bon cafe." That, he'd known since childhood, he said, but what moved him was the realization that so many others now know it, too.
"It's the best coffee I've ever tasted," said Carmichael. "I think this could grow into a billion-dollar industry for Haiti."
Read more: http://www.philly.com/philly/business/122851068.html?viewAll=y#ixzz1NwXXpAWe
Watch sports videos you won't find anywhere else
http://www.philly.com/philly/business/122851068.html?viewAll=y

Le processus de ratification du Premier Ministre débute le 1 juin

La première session extraordinaire de la 49 eme législature consacrée à la ratification du choix du Premier Ministre, Daniel Rouzier, débutera le mercredi 1 juin 2011. Quelques heures après la séance en assemblée nationale, M. Rouzier devra soumettre ses dossiers aux commissions des deux chambres en vue de la préparation d'un rapport sur la ratification du choix du premier Ministre. En ce qui a trait à une entente entre l'exécutif et le bloc majoritaire, le président du sénat, Roudolph Joazile, indique qu'aucun accord n'a été conclu. Il assure que les négociations se poursuivront même si les législateurs sont convoqués en session extraordinaire.
Le Premier Ministre désigné envisage de poursuivre le dialogue avec le groupe majoritaire contrôlé par l'Inité en dépit des menaces de plusieurs sénateurs de ce bloc parlementaire.
Interrogé sur le comportement de ses collègues, M. Joazile rappelle que le directoire de l'Inité contrairement au bloc parlementaire GPR ( contrôlé par l'Inité) ne sollicite pas de postes au sein du gouvernement Rouzier. Il appelle les pères conscrits à la sagesse et l'exécutif à la retenue afin de faciliter le bon déroulement des négociations. Pour mettre un terme aux provocations M. Joazile estime que le directoire de l'Inité devra se prononcer clairement sur ce dossier.
Les sénateurs Wenceslass Lambert, Ancaccis Jean Hector et Moise Jean Charles ne sont pas membres du directoire de l'Inité.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19174

Jean Telev Toussaint lève le voile sur des irrégularités du processus électoral

Le vice-président du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Jean Telev Pierre Toussaint, brise son silence en révélant son désaccord avec ses collègues en ce qui a trait au processus électoral. Toujours silencieux dans l'ombre du président Gaillot Dorsainvil, le vice président de l'organisme électoral révèle qu'il avait manifesté sa réprobation en ce qui a trait à la formation du Bureau du Contentieux Electoral National (BCEN), le tribunal suprême ayant rendu les décisions contestées par les observateurs et la communauté internationale. Le processus de formation du Tribunal suprême n'était pas conforme à la procédure, précise t-il révélant que les juges ont été sélectionnés et non désignés par tirage au sort. Il soutient qu'il n'avait pas participé au BCEN ni au BCEN spécial en dépit des insistances du président du CEP.
Se présentant comme un homme honnête, M. Toussaint assure qu'il n'a jamais été impliqué dans les fraudes électorales. Ce juriste rappelle qu'en raison de sa foi chrétienne il ne saurait jeter le déshonneur sur sa famille.
Il s'est toutefois gardé de prendre la défense des autres conseillers accusés d'avoir reçu des pots-de-vin pour faciliter l'élection de plusieurs candidats de l'Inité. " Si des personnes sont impliquées dans ces actes je ne suis pas concerné", dit-il faisant remarquer que des cas de corruption seraient très graves.
Réagissant à la convocation du Parquet, M. Toussaint se dit prêt à répondre à une convocation du commissaire du gouvernement même s'il est convaincu que les conseillers ne peuvent être mis en cause que par la haute cour de justice.
M. Toussaint n'entend plus rester cloitrer dans un silence complice et exhorte ses collègues non impliqués dans les fraudes à faire entendre leurs voix.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19173

Edwin Zeny prend ses distances vis-à-vis de l'Inité

Le sénateur Edwin Zeny prend du recul vis-à-vis de l'Inité en raison du comportement de plusieurs sénateurs réclamant des postes ministériels en échange de la ratification du Premier Ministre. " Je ne suis plus membre du groupe parlementaire de l'Inité", insiste M. Zeny affirmant qu'il a été poussé vers la sortie par certains de ses collègues. Il qualifie d'irrespectueux le comportement de certains sénateurs qui ont réclamé des postes dans les medias moins de 24 heures après une rencontre avec M. Rouzier. Plusieurs sénateurs dont Moise Jean Charles, Wenceslass Lambert et Anacacis Jean Hector avaient réclamé des ministères régaliens tels Justice, Intérieur, Finance et Planification.
Interrogé sur le comportement de ses pairs, l'ex maire de Jacmel croit savoir que Moïse Jean Charles est le porte parole d'une frange de l'Inité et de plusieurs autres partis politiques. Elu dans le Nord, Moise Jean Charles est connu pour être un proche du mouvement Lavalas.
Rappelant que l'ex président Préval avait souhaité que Martelly puisse former son gouvernement sans obstacles, le sénateur Zeny juge normale que l'Inité s'engage dans des négociations avec l'exécutif. Les membres de l'Inité s'étaient rangés à l'avis de M. Préval précise M. Zeny. Je suis un honnête homme je ne peux cautionner ce revirement, martèle l'homme d'affaires rappelant que le rôle des législateurs est de contrôler l'exécutif.
Il croit toutefois que l'Inité pourrait réclamer des postes de direction générale dans l'administration publique. Préconisant la poursuite du dialogue entre l'exécutif et le bloc majoritaire M. Zeny estime qu'un éclatement de ce bloc peut permettre la ratification de M. Rouzier.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19172

Daniel Rouzier doit négocier selon Christian Rousseau.

Les chances de Daniel Rouzier d'accéder à la primature dépendent de sa capacité de négocier avec les blocs politiques au parlement. C'est ce qu'a affirmé, le professeur Christian Rousseau. Intervenant à la rubrique le point sur Radio et Télé Métropole, le professeur Rousseau a indiqué qu'actuellement les partis souhaitent un partage du pouvoir sans préciser ce qu'ils veulent en faire en terme politique.
Monsieur Rousseau estime que les intérêts individuels sont malheureusement priorisés dans le cadre de ces négociations devant aboutir à la ratification du prochain chef de gouvernement.
Par ailleurs Le professeur Christian Rousseau pense qu'il important les problèmes liés à l'amendement de la constitution soient réglés une fois pour toute.
Il réclame des sanctions à l'encontre de tous ceux qui ont tenté, selon lui, de souiller la loi-mère.
Rappelons que monsieur Rousseau est professeur à l'Université d'Etat d'Haïti et ancien membre du Conseil des Sages, une entité qui a été mise en place pendant la période de transition, après le départ de jean Bertrand Aristide en 2004.
EJ/Radio
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19171

La CIRH peut et doit faire mieux selon Jean Max Bellerive

Le premier ministre démissionnaire, Jean Max Bellerive, dit partager le sentiment que la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti (CIRH) peut et doit faire mieux. Le co-président de la CIRH continue cependant à croire en son utilité pour combler des déficiences du système de coordination de l'aide internationale en Haïti.
Comme mentionné par le bureau du Président de la République mercredi soir et lors des récents entretiens entre les deux coprésidents de la Commission, le Président Martelly a clairement confirmé son intention de continuer à améliorer le fonctionnement de cette structure institutionnelle, afin de la rendre encore plus performante au niveau des déboursements des fonds, plus alignée avec les priorités du gouvernement et d'arriver à une plus grande gestion des projets de reconstruction de la part des autorités haïtiennes.
Il reviendra au prochain gouvernement de trouver un accord avec le Parlement sur l'avenir de cette commission, lorsque son mandat actuel prendra fin en octobre 2011.
Jean Max Bellerive a fait ses déclarations en réaction aux rapports de certains medias concernant les travaux de la commission qu'il copréside avec l'ancien président américain Bill Clinton.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19168

dimanche 29 mai 2011

SOUS LES AILES DE MINUIT....PRELUDE AUX PRELIMINAIRES

Sabine se sentait bien.

Putain ! Comme je suis bien se disait-elle à elle-même !
Elle se refusait de plonger sa petite personne dans des considérations très compliquées. Elle se décida sans trop réfléchir de vivre. Vivre surtout pour elle. Se sentir juste vivante.
Vivre en se perdant dans cet univers non maîtrisé. Se fondre dans cet espace à parois floues et branlantes. Peu importe la perte des repères. Encore moins les dimensions faites de lieux et de temps.
Elle n’avait aucune certitude sur cette dimension dont elle faisait comme pour une première fois l’expérience.
Souvent elle se croyait entrain de léviter autour d’innombrables poches d’air bienfaisant, gravitant autour d’elle en mouvements mesurés avec harmonie et cadence. Elle se voyait accompagnée de pétales d’hibiscus et de lauriers blancs…
Par endroit elle se sentait flottée sur un lit de nuages transparents parés d’une blancheur immaculée, maquillant un pan de firmament d’un bleu propre, limpide et pur…
Par moment, son corps semblait suivre la cadence d’une vague interminable, perdue dans une valse tendre et corsée recherchant avec une certaine frénésie le coté d’un rocher millénaire ou l’étendue d’un rivage encore vierge pour s’exploser et s’épanouir en mille gouttelettes de pluie salée…
Ses sens chevauchaient tantôt entre ses rêves les plus inimaginables, tantôt sur la croupe de cette réalité si tangible et intense pourtant si réelle et invraisemblable.
Elle se serait crue en fait entrain de rêver sans la tiédeur de cette paume sur son front. Sans l’agilité de ces doigts qui lui caressaient les cheveux. Sans la douceur satinée de cette main façonnée pour sa peau qui recherchait et explorait ses contours et ses formes.
L’étranger imprimait dans ses moindres gestes, une touche particulière dédiée à la rendre heureuse. Ce fut son explication la plus plausible. Oui, ces gestes qui provoquaient en elle et malgré elle des soubresauts très érotiques se répercutant en secousses non contrôlées sur certains de ces organes ne sauraient être réalisés au hasard.
Sabine pensa un instant à ouvrir les yeux. Elle se résolut tout de suite à ne pas le faire. Elle était convaincue qu’elle ne rêvait pas. Elle était bien en compagnie d’un homme. Quelque part dans u univers pas tout à fait quelconque. Un homme jusque à particulier. Un homme capable d’aborder une pute et surtout être capable de lui consacrer du temps.
Un homme quelque peu bizarre qui, au lieu d’exiger et de réclamer pour son argent était capable de se mettre au service de la pute, de ses sens et de son bonheur.
Elle n’ouvrit point les yeux.
Elle fit le choix de conserver en mémoire la tendresse de ce visage illuminé d’un faisceau d’assurance qui s’approcha lentement du sien. La sérénité de ce regard d’un bleu paisible clair et profond qui, comme une étincelle ultime et soudaine, fit jaillir en elle l’essentielle d’une vie en réveillant des envies qu’elle s’était interdite.
Perdue encore dans ses pensées, ses pores s’ouvraient, ses cheveux s’hérissaient, ses doigts se crispaient, au contact de cette chaleur difforme et malléable à souhait qui dessinait une cartographie aléatoire et nouvelle de sa peau de femme.
Quand elle prenait la forme d’une main, elle parcourait de façon désordonnée et imprévisible ses cheveux, son front, son cou et sa nuque.
Quand elle se dédoublait, elle pouvait se poser à la fois sur son torse et son entrecuisse…
Puis, la chaleur se faisait lèvre charnue pour emprisonner les contours de ses seins bombés retenus a contre cœur par des bonnets dépassés du soutien gorge à bout de souffle.
Puis cette chaleur qui se fit langue tiède et humide pour les pavillons des oreilles et les conduits auditifs.
Elle aurait désiré pouvoir la sentir partout. Pouvoir la sentir ailleurs. Partout en même temps. Qu’elle l’embrasa du bout des cheveux aux ongles des orteils. Mais dans son métier le désir prend souvent une voie à sens unique. Il aborde ce train qui part pour ne plus revenir. Celui du client furtif qui paie pour l’obtenir et l’apprivoiser. Il ne fait pas des paraphernales de la pute de métier. Elle ne l’avait donc pas rangé dans son sac à main le matin avant de quitter sa maison de Cité Taches.
Aussi garda-t-elle encore les yeux fermés et la bouche cousue. Dans ces instants de rêves idylliques le faux pas guette le moindre geste, la moindre réflexion. Pas de faux pas. Pas de faux bond. Pas de mot boiteux ni de sollicitudes bancales.
Elle aimait tellement cet instant qu’elle opta pour ne rien interrompre. Elle choisit une attitude qu’elle connaissait et dominait très bien : la soumission.
Prélude ou préliminaire. Prélude aux préliminaires. Elle y accordait peu ou pas d’importance. Elle souhaitait seulement cet instant continu, infini et éternel.
Elle se sentait pour une fois si vivante…
Jonas Jolivert
29 Mai 2011

Cité Soleil livré aux bandits ..(Aristide est de Retour, les bandits de Cité Soleil aussi!)

Depuis plusieurs semaines, on enregistre dans la commune de Cité Soleil, un regain de violence entrainant chez la population une réelle psychose de peur justifiée par la carence de patrouilles policières et l'impuissance des forces de l'ordre. Haïti: Les bandits armés ont désormais repris du service dans la quasi-totalité des quartiers de Cité Soleil. Des citoyens de cette communauté sont de plus en plus inquiets face à une insécurité galopante. Ils dénoncent la présence de bandits armés dans leurs quartiers, qui rançonnent jour et nuit commerçants et passants, au vu et au su de tout le monde. Cette situation inquiète de plus en plus les résidents de ces quartiers. Le mardi 12 avril, vers 9 heures du matin, des bandits, ont cambriolé l'Institution d'éducation chrétienne, un établissement scolaire de renom qui dessert Cité Soleil depuis plus de trente ans.
Quelques jours plus tard, dans la matinée, aux heures de classe, des bandits armés ont investi l'économat du même centre d'éducation. Ils ont tout emporté et ont même menacé de mort la directrice de cette école qui ne cesse de recevoir depuis lors des appels anonymes. Une situation qui a révolté la conscience des habitants de la commune. Nous avons pu confirmer les informations communiquées par une interlocutrice en interrogeant un policier affecté au sous-commissariat de police de Cité Soleil. D'après cet agent de la force publique, qui déplore le manque d'équipements de la PNH, il y a bien recrudescence de l'insécurité dans le plus grand bidonville du pays.
Récemment, une étudiante d'un prestigieux centre universitaire de la capitale a été agressée par des malfrats qui l'ont dépouillée de tout ce qu'elle avait dans sa voiture au moment où elle sortait du centre hospitalier Sainte-Catherine en compagnie de son fils et de son mari. Plus loin, elle nous explique que la présence des casques bleus ne sert à rien. « Ils restent dans leurs chars. Ils interviennent seulement s'ils sont attaqués », crache la victime. « On vient tout juste de tuer une dame qui essayait de tromper la vigilance de certains bandits», ajoute-t-elle.
A notre arrivée, jeudi matin, dans cette commune, aucun dispositif de sécurité n'était remarqué. Les forces de l'ordre étaient totalement absentes. La frayeur se lisait sur le visage des riverains. La population est victime tous les jours de rapine, de viol, de meurtre, etc. Les écoles, les églises, les boutiques et les maisons ne sont pas épargnées. Des tirs nourris d'armes automatiques sont entendus quotidiennement dans cette commune, ce qui crée des moments de panique au sein de la population. Des individus armés, localisés dans les quartiers de « Ti Ayiti », « Boston », « Bélékou », « Babèt », « Cité Gérard », etc. reprennent leurs opérations criminelles.
« Ce bidonville qui avait été sous le contrôle de gangs armés tente de reprendre son rythme normal. A visage découvert et à toute heure de la journée, des malfrats ne cessent de dépouiller les passants et les résidents de leurs effets, particulièrement les bijoux et les téléphones portables. La faible présence de la police à Cité Soleil n'est pas une garantie pour la sécurité de la population », nous confie un riverain.
Alors que le président de la République Michel Joseph Martelly ne cesse d'exprimer sa volonté de mettre un terme à l'insécurité qui sévit particulièrement dans la zone métropolitaine, les actes de banditisme n'ont pas cessé d'augmenter au cours de la semaine qui a suivi sa prestation de serment. Il faut noter que six personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées la semaine écoulée dans les communes de Delmas et de Pétion-Ville. Ainsi, l'alerte est donnée. Les bandits gagnent du terrain dans la commune. Les cris de détresse viennent presque de partout. Qui doit veiller à la sécurité de la population de Cité Soleil ?
Amos Cincir
mcincir@lenouvelliste.com
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=93048&PubDate=2011-05-27

samedi 28 mai 2011

Centre de réhabilitation pour les personnes victimes de handicaps !

Pour changer la vie des personnes handicapées ! « Chanje Lavi », c'est le nom d'un centre de réhabilitation pour les personnes victimes de handicaps, établi sur le site de l'Hôpital Adventiste de Diquini, dans la commune de Carrefour, au sud de la capitale haïtienne. Ce projet financé par Project Hope et administré en collaboration avec Christian Blind Mission (CBM), PROSTHETIKA et Adventist Health International, a été inauguré ce jeudi 26 mai 2011 en présence du secrétaire d'État à l'Intégration des Personnes handicapées, Dr Michel A. Péan et du directeur général de l'Office national d'Assurance Viellesse (ONA), M. Alix Boyer. Comme son nom l'indique, cette institution se donne pour objectif, selon les responsables, de changer la vie des personnes souffrant de déficiences physiques en Haïti.
Haïti: Les personnes qui souffrent de handicaps physiques dont les cas nécessitent un support psychosocial, des services de prothèse, de physiothérapie (adultes et enfants), d'ergothérapie, d'orthèse et des équipements d'aide à la mobilité, peuvent désormais se référer au centre de réhabilitation Chanje Lavi, à l'Hôpital Adventiste de Diquini, à Carrefour. Tous les services susmentionnés sont offerts gratuitement, c'est ce qu'a indiqué le représentant en Haïti de Project Hope, principal bailleur du projet, le Dr Charles Prospère.
Le secrétaire d'État à l'Intégration des Personnes handicapées, Dr Michel A. Péan qui intervenait dans le cadre de cette inauguration a applaudi à cette réalisation et remercié les partenaires du projet. Il a souligné que ce centre va permettre à davantage de personnes victimes de handicaps à récupérer rapidement et à pouvoir reprendre les activités qu'elles menaient antérieurement à leur situation de handicap.
Pour sa part, le représentant en Haïti de Project Hope, le Dr Charles Prospère, a souligné que « les personnes handicapées en quête de réhabilitation physique et mentale, les gens à la recherche de prothèse etc. et qui ont découvert le centre de réhabilitation Chanje Lavi, ont du coup expérimenté une transformation dans leur conception et commencent à croire encore qu'il leur est possible de vivre comme avant ». Plus loin, le Dr Charles a cité en exemple le cas d'une bénéficiaire des services du centre qui « après trois semaines de physiothérapie pour récupérer les fonctions d'une jambe cassée a avoué se sentir déjà prête à reprendre ses activités de commerce. Le Dr Charles croit qu'avec le support de tout un chacun, le centre Chanje Lavi peut être l'un des plus modernes, des plus respectables, des plus équipés où les Haïtiens en situation de handicap, trouveront encore le courage et la force de croire, d'espérer et de changer leur vie.
L'administratrice de l'Hôpital Adventiste de Diquini, Mme Émilie J. Clotaire, a dans son intervention, indiqué que depuis la fin du mois de janvier, date à laquelle le centre a commencé à fonctionner, « environ 200 prothèses ont été préparées à la physiothérapie, 600 personnes sont reçues par mois ». Elle a aussi mentionné qu'un service communautaire est aussi offert dans les foyers où 20 visites sont effectuées par semaine afin d'encadrer les bénéficiaires et leur apporter un soutien psychosocial.
Le centre de réhabilitation Chanje Lavi reçoit les patients du lundi au vendredi, de 7h a.m. à 3h p.m. Selon la Coordonatrice de CBM en Haïti, Gulie Hard, le centre peut recevoir jusqu'à 80 patients par jour.
http://planete.qc.ca/ayiti/ayiticheri/ayiticheri-2852011-186993.html

Le bilan officiel du séisme haïtien mis en doute

Agence France-Presse, Port-au-Prince Un projet de rapport commandé par l'Agence américaine d'aide au développement (USAID), que l'AFP a pu consulter, met en doute le bilan officiel des victimes du séisme dévastateur du 12 janvier 2010 en Haïti, en mettant en avant des chiffres bien inférieurs.
Selon les autorités haïtiennes, entre 200 000 et 250 000 personnes ont trouvé la mort dans le séisme du 12 janvier 2010.
Le rapport, qui n'est pas finalisé et n'a pas encore été publié, met en avant une estimation selon laquelle entre 46 190 et 84 961 personnes seraient mortes dans la catastrophe.
Cette estimation s'appuie sur un travail d'enquête qui a été mené en Haïti dans les jours qui ont suivi le séisme, puis un an après.
Mark Toner, porte-parole du département d'État qui chapeaute l'agence USAID, a confirmé auprès de l'AFP que l'USAID avait bien commandé ce rapport et qu'il avait été mené sur le terrain avec l'aide du cabinet LTL Strategies, dont le siège est à Washington.
Mark Toner a indiqué qu'il y avait des «incohérences» dans ce projet de rapport. «Nous sommes en train d'examiner ces incohérences avec LTL Strategies pour nous assurer que l'information que nous allons diffuser est exacte», a-t-il déclaré sans plus de précisions.
Le rapport met aussi en doute les derniers chiffres officiels de l'ONU portant sur le nombre de personnes vivant dans la rue. Selon l'ONU, 630 000 personnes vivent sans toit en Haïti. D'après le rapport, la réalité sur le terrain serait plus près d'un chiffre compris entre 5 et 10% du bilan de l'ONU.
«Les résultats de ce rapport, les résultats du programme du (ministère des Travaux publics) et la plupart des autres estimations laissent penser que les chiffres cités sont improbables», dit le rapport commandé par l'USAID.
Intitulé «Évaluations structurelles et déblaiement des débris dans les quartiers d'Haïti touchés par le séisme» (Building Assessments and Rubble Removal in Quake-Affected Neighborhoods in Haiti), ce rapport, s'il est confirmé, pourrait avoir des implications majeures dans l'aide et la reconstruction à venir d'Haïti.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201105/27/01-4403628-le-bilan-officiel-du-seisme-haitien-mis-en-doute.php

Amiral de Québec: la filière haïtienne rouverte

Carl Tardif, Le Soleil
(Québec) Après avoir rebondi d'un pays à l'autre, le ballon international de l'Amiral de Québec s'est finalement arrêté en Haïti. Bloqué à l'origine, le dossier des deux joueuses courtisées par le club de soccer de la W-League a évolué au point de permettre à Maroucheka Pierre-Louis et à Adéline Saintilmond de revêtir l'uniforme pour le premier match de la saison régulière, la semaine prochaine.
La conclusion de l'entente avec ces deux joueuses de l'équipe nationale haïtienne a forcé l'Amiral à fermer la filière tunisienne, du moins pour l'instant. «Ç'a pris du temps, mais nous sommes très heureux du dénouement. Nous avons pris une décision collective, et je ne pense pas que l'on se soit trompés», avouait l'entraîneur-chef de l'Amiral, Samir Ghrib.
Il y a deux semaines, le projet battait de l'aile. Le Soleil avait rapporté que le club ne parvenait pas à se sortir des dédales des services de l'immigration. Installé là-bas pour son travail, l'ancien président de l'Association régionale de soccer de Québec, Michel Vallée, a cogné à la porte de l'ambassadeur du Canada à Haïti.
«Tout a débloqué rapidement par la suite, les filles ont obtenu leur visa. Elles arriveront lundi soir et participeront à leur premier entraînement dès le lendemain. Je ne peux pas encore déterminer leur utilisation pour le début de saison, mais elles seront assurément en uniforme», confirmait Ghrib.
Selon lui, Maroucheka Pierre-Louis est une attaquante costaude, qui joue bien le ballon et qui possède un bon pied. Adéline Saintilmond, que l'on dit habile techniquement, occupe la position de milieu de terrain, pouvant jouer à la fois au centre et à l'aile.
«J'ai pu regarder Manoucheka sur une vidéo tournée pour nous. Si je ne l'avais pas vu, j'aurais dit non à sa venue. Je me base aussi sur l'évaluation de Michel [Vallée], qui connaît bien le soccer féminin. Selon lui, on ne se trompe pas», assurait-il à propos de Pierre-Louis, qui fêtera son 22e anniversaire le 24 juin.

Villeneuve part
L'arrivée de Pierre-Louis et de Saintilmond coïncide avec la perte de Marie-Claude Villeneuve, une arrière centrale de la première heure avec l'Amiral. Celle-ci embrassera sous peu sa carrière de policière à Montréal, ce qui l'obligeait à renoncer à son poste avec le club de soccer.
Le départ de Villeneuve ouvre donc la porte à Frédérique Paradis, membre du programme de l'équipe nationale U-20, au sein du 11 partant. Arianne Paradis passe de joueuse affiliée à membre à part entière de l'équipe. L'Amiral a pris la décision de garder 18 joueuses au lieu de 22, préférant permettre à quatre espoirs de poursuivre leur développement dans les deux clubs AAA de la région.
«Il s'agit de la gestion du bonheur. Je préfère les voir jouer régulièrement dans le AAA et faire appel à leurs services au besoin», précisait le sélectionneur. L'Amiral ouvrira sa saison les 4 et 5 juin à London et à Hamilton. Son premier match local, au terrain synthétique du Collège F.-X.-Garneau, aura lieu le mercredi 8 juin.

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/sports/soccer/201105/26/01-4403217-amiral-de-quebec-la-filiere-haitienne-rouverte.php

Haïti-Politique : Les quatre « E » de Martelly

P-au-P, 27 mai 2011 [AlterPresse] --- La tâche qui attend la nouvelle administration parait immense et tout semble prioritaire, alors que le premier ministre désigné, Daniel Rouzier, poursuit son opération de séduction auprès du Parlement. En attendant d’obtenir ou non sa ratification et de présenter sa politique générale, l’Etat de droit, l’éducation, l’environnement et l’emploi sont les quatre axes déjà dégagés par le président Michel Martelly. Quatre axes comme dans la roue d’un cercle vicieux, où chaque défi en appelle un autre.
A plusieurs reprises, les Nations Unies ont signalé que l’instauration d’un Etat de droit est incontournable. L’absence d’Etat de droit mine les institutions publiques avait d’ailleurs estimé récemment Edmond Mulet, ex-représentant de Ban Ki Moon en Haïti.

« E » pour « en finir avec l’impunité »
Selon Pierre Esperance, du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), le procès de l’ancien dictateur Jean Claude Duvalier représente à la fois « un gros défi pour le gouvernement » et un signe qu’Haïti se dirige dans cette direction. Duvalier est dans le collimateur de la justice haïtienne depuis son retour le 16 janvier dernier. Il est poursuivi entre autres pour crimes contre l’humanité et détournements de fonds.
« Il faut qu’ils[les nouveaux responsables] donnent un signal clair, qu’ils veulent rompre avec l’arbitraire et combattre l’impunité » en contribuant à faire avancer le processus, souligne Esperance.
Les organisations nationales et internationales de droits humains ont résolument les yeux rivés sur l’attitude des nouveaux responsables vis-à-vis du dossier de Duvalier. Plusieurs ont, cette semaine enjoint Michel Martelly, d’« affecter les ressources humaines suffisantes à l’enquête et aux poursuites ».
L’une des faiblesses du système judiciaire haïtien, souvent mise en avant, est sa subordination à l’Exécutif. Pour Pierre Esperance, un Etat de droit implique non seulement un appareil judiciaire indépendant mais que « tous les citoyens soient soumis à la loi sans considérations économiques, sociales ou politiques ».
Instaurer l’Etat de droit suppose aussi la réduction des écarts au sein d’une population dont 68% des habitants vivent avec moins de deux dollars par jour, soit en dessous du seuil de pauvreté.
« Il y a trop d’inégalités », souligne Esperance, et l’Etat de droit implique « des institutions fonctionnelles » qui délivrent les services aux citoyens en ayant « la loi comme boussole ». Il faudra sortir les sinistrés sous les tentes, et préparer un plan de retrait de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti(MINUSTAH), poursuit le responsable du RNDDH entre autres priorités.
« Le retrait de la MINUSTAH ne signifie pas forcément le retour de l’armée d’Haïti… Je ne crois pas que le pays ait besoin d’une armée », précise Esperance plaidant pour une force de police équipée.
La police compte un peu plus de 9 mille agents actifs et Martelly manifeste sa volonté de créer une force de sécurité complémentaire.

« E » pour « éradiquer la misère »
Le président de la République a souvent affirmé son intention de « créer un climat » favorable aux investissements dans le pays considéré comme le mauvais élève en matière de stabilité dans la région. La création d’emplois constitue l’une de ses principales promesses, lui qui a vanté lors de son investiture l’esprit travailleur du peuple haïtien.
Selon un rapport du Bureau International du Travail (BIT) paru en 2010, seules 2,3 millions de personnes sur une population totale de 10 millions d’habitants ont une occupation. Et sur ce chiffre 80% vivent d’emplois informels.
Cependant « il ne s’agit pas d’une question d’emplois mais de conditions de travail et de salaire », affirme Didier Dominique de l’organisation Batay Ouvriye.
Le chef de l’Etat aurait pu montrer sa rupture avec « le statu quo » en réclamant une augmentation du salaire minimum ou au moins le respect de la loi actuelle le fixant à 200 gourdes, explique Dominique.
Le militant rappelle que le président compte appuyer la stratégie d’implantation de zone franche et d’industries de sous-traitance dans le pays. Une stratégie qui, selon lui, a abouti à la destruction de la production nationale et l’exode rural, gage d’un afflux de main d’œuvre pour la sous-traitance. En 2009 ce secteur comptait un peu plus de 300 mille ouvriers et ouvrières.
« Il s’agit d’une démarche des Etats-Unis entamée depuis 30-50 ans et qui n’a abouti qu’à l’appauvrissement et l’exploitation » du pays, analyse t-il.
Didier Dominique juge que le président symbolise en ce sens un « retour en arrière et non le changement ». « Il (Martelly) va mettre une pierre en plus dans l’édifice érigé par les multinationales » et « s’apprête à entrer dans la même logique », anticipe t-il.
Par ailleurs 40% de la population haïtienne travaille dans l’agriculture, selon le BIT. Et dans le milieu rural ce chiffre atteint 72%. Il s’agit d’un secteur marginalisé, ayant une maigre part dans le budget national.
Pour Filfranc Saint-Naré, du Mouvement des Paysans Papaye(MPP), la création d’emploi en milieu rural est une priorité. Selon lui, le gouvernement peut développer toute une série d’activités allant de la construction de routes agricoles à la mise en place de système d’irrigation, « pour que le paysan ne soit pas contraint qu’à prendre une machette [pour travailler la terre] quand il doit envoyer ses enfants à l’école ».
L’administration aura à répondre aux desiderata habituels des planteurs en fournissant encadrement technique, moyens et outils de production, mais aussi en investissant dans la transformation des produits agricoles.
« Aujourd’hui les paysans récoltent mais ils n’ont pas de moulins pour transformer la canne, le manioc », explique Sénaré, appelant aussi à des investissements dans l’élevage.

Eviter une crise environnementale
« Dans plusieurs régions rurales, surtout en période sèche, les pratiques de brulis détruisent non seulement les micros organismes mais aussi les petits arbustes. Et les mornes finissent totalement nues », relève Vilfranc Sénaré. « Il faut rebâtir les forêts de ce pays », ajoute-t-il.
Il appelle en outre à l’« utilisation d’énergies alternatives comme le soleil et l’eau pour réduire la pression qui existe sur les arbres avec le charbon de bois ».
Le charbon de bois représente les trois quart de la consommation en énergie du pays, selon le Bureau des Mines et de l’Energie (BME). En 2006, plus de la moitié des réserves d’arbres du pays était déjà utilisée. [kft apr 27/05/2011 14 :40]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article11093

Haïti-Patrimoine : Le monument de Vertières, vandalisé par des marchands de ferraille !

Correspondance : Wedlyne Jacques P-au-P, 27 mai 2011 [AlterPresse] --- Des individus non identifiés ont récemment emporté, au monument de Vertières (Nord d’Haïti), deux sabres ainsi que la bride du cheval de François Capois, surnommé “Capois La mort”, grande figure héroïque de l’indépendance d’Haïti, apprend l’agence en ligne AlterPresse.
Les objets dérobés faisaient partie du monument historique « Les Héros de Vertières » au Cap-Haïtien, deuxième ville du pays à 248 kilomètres au nord de la capitale Port-au-Prince.
Vertières est le lieu témoin de l’ultime bataille, le 18 novembre 1803, au cours de laquelle les troupes haïtiennes ont terrassé l’armée française et scellé la fondation de la nation.
Le monument, élevé à la gloire des Héros de cette bataille, en 1953 (sous le gouvernement de Paul Eugène Magloire) et classé patrimoine national selon le décret-loi du 23 août 1995, représente quatre (4) Héros et deux (2) Héroïnes.

Il s’agit également d’un site touristique.
Le vol, enregistré au monument historique de Vertières, doit être lié à l’augmentation de la demande de ferraille (débris de pièces de fer, de fonte, d’acier et d’autres métaux) sur le marché national, considère Eddy Lubin, ancien directeur régional de l’institut de sauvegarde du patrimoine national (Ispan) et actuel chargé de mission du ministère du tourisme dans le Nord.
Au même titre qu’à Port-au-Prince et ses banlieues, la récupération d’objets métalliques est une activité courante au Cap-Haïtien, depuis quelques années.
Une fois ces objets métalliques récupérés, leur destination demeure inconnue.
Cependant, cette activité conduit a des actes de sabotage et de vandalisme, visant notamment les câbles installés par la nouvelle compagnie de télécommunication Natcom, notamment dans le Nord et l’Ouest (particulièrement Port-au-Prince et ses périphéries).
Aujourd’hui, même les monuments historiques et touristiques ne seraient pas épargnés dans cette quête aux objets métalliques, attrait d’une demande en hausse sur le marché national.
Vertières n’est pas le premier site, dans le Nord, à subir des actes d’agressions.
La citadelle Lafferrière, érigée par Henri Christophe sur le Bonnêt-à-l’Evêque à Milot (à quelques kilomètres du Cap-Haïtien) est aussi affectée. Des vols subtils de petits boulets de canon (datant de l’époque de l’indépendance nationale en 1804) sont perpétrés, de temps à autre, par des touristes, selon des informations fournies à AlterPresse.
Le marché public (de distribution de biens essentiels à la consommation et autres), dénommé “Cluny” (ancien marché des esclaves à l’époque coloniale), le fort Magny, la place Bréda (sur l’habitation du même nom qui a vu naître le précurseur de l’indépendance d’Haïti, Toussaint Louverture), le centre ville historique du Cap-Haïtien, entre autres, sont victimes d’un phénomène accéléré de bidonvillisation, alors que les habitants vivent sous la menace d’un tremblement de terre qui pourrait être accompagné de tsunami.



« C’est une preuve de la déliquescence de la société, de la faiblesse du sentiment d’appartenance et de l’identité. Cela découle également de la précarité des conditions de vie de la population, condamnée à la survie », relève Eddy Lubin, en guise d’explications.
Pour sa part, Mario Brunache, actuel directeur régional de l’Ispan, impute cette situation aux autorités municipales, qui ont la responsabilité de surveiller et de nettoyer les lieux de patrimoine dans le chef-lieu du département géographique du Nord d’Haïti.
Brunache indique avoir déjà alerté la branche départementale de la police nationale d’Haïti (Pnh), le parquet du tribunal civil et la mairie du Cap-Haïtien, afin de prévenir les actes de vandalisme, d’appréhender et de poursuivre en justice les voleurs, autres auteurs et complices de ces forfaits contre le patrimoine historique du pays dans le Nord.
Un rapport de constat, des forfaits perpétrés, sera dressé avant que des mesures de clôture du site soient envisagées, annonce Brunache. [wj kft rc apr 27/05/2011 12:49]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article11092
Commentaires:
Tout est admis au nom de la survie. Ces piècevolées des monuments historiques seront vendues pour quelques misérables gourdes qui ne suffiront même pas àà couvrir les frais pour le repas d'un jour. Mais comme avec la coupe des arbres, les pauvres ont le droit de manger. On neput pas leur dire d'arrêter de couper les arbres. Pourquoi leur interdiait-on de voler des parties en bronze ou en fer de certains monuments historiques qui en gros ne servent à rien n'est-ce pas? Quand on a faim à quoi sert l'histoire?

Haïti: un FNE pour 2 millions d'enfants

 Le président haïtien Michel Martelly a lancé hier à Port-au-Prince un fonds national pour l'éducation (FNE) en vue de scolariser près de 2 millions de jeunes Haïtiens d'ici la fin de son mandat dans cinq ans, une de ses principales promesses électorales, a constaté un journaliste de l'AFP. "J'apporte un bonne nouvelle pour les enfants d'Haïti avec le lancement d'un consortium de plusieurs secteurs en vue de financer leur éducation", a lancé M. Martelly assurant que la volonté politique existe aujourd'hui pour réaliser l'objectif d'enseignement primaire universel dans son pays.
Le Fonds pour l'éducation en Haïti sera financé à partir d'un prélèvement de 5 centimes sur les appels internationaux entrant en Haïti et d'une contribution de 1,50 dollar sur chaque transfert de fonds internationaux.
En Haïti, la grande majorité des 4 millions d'enfants en âge d'être scolarisés ne fréquente aucun établissement d'enseignement faute de moyens financiers et 75% des enfants des zones rurales n'ont pas accès à l'éducation", selon des statistiques fournies par les autorités.
"Les fonds que nous allons recueillir en concertation avec les partenaires de la téléphonie et des institutions de transfert seront destinés à financer l'école obligatoire et gratuite pour les plus démunis en Haïti", a indiqué M. Martelly.
Le nouveau président prévoit ainsi de collecter 180 millions de dollars sur les appels internationaux pour son programme d'éducation. Les fonds seront gérés par un comité public-privé et les comptes seront gérés par une firme internationale indépendante "par souci de transparence", selon une note de la présidence haïtienne.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/27/97001-20110527FILWWW00310-haiti-un-fne-pour-2-millions-d-enfants.php

jeudi 26 mai 2011

Daniel Rouzier envisage de créer de nouveaux ministères

Le Premier Ministre désigné, Daniel Gérard Rouzier, annonce la création prochaine de nouveaux ministères pouvant répondre aux priorités du chef de l'Etat. Des ministères de l'Emploi, de la Protection civile ainsi que des collectivités territoriales et de l'aménagement du territoire sont envisagés par le président Martelly. La création de ces ministères serait la première preuve que la création d'emplois et la décentralisation constituent des priorités du gouvernement Martelly. La Direction de la Protection Civile rattachée au ministère de l'intérieur représente également une priorité en raison de la vulnérabilité de plusieurs régions du pays.
Dans le même temps d'autres ministères sont appelés à disparaître. Il s'agit principalement de deux ministères créés après 1994, le ministère à la condition féminine et celui des haïtiens vivant à l'étranger. Le ministère à la condition féminine et au droit de la femme pourrait être intégré dans un ministère des affaires sociales et de la condition féminine et celui de la diaspora retrouverait sa place au sein du ministère des affaires étrangères.
Les organisations de la diaspora et les associations féminines ayant obtenu une reconnaissance de leur droits dans l'amendement de la constitution pourraient reprendre ainsi leur place au sein des différents ministères.
Les changements ne seront effectifs qu'à partir de la prochaine année fiscale prévient M. Rouzier. En attendant il informe qu'une seule personnalité aura la charge des ministères appelés à fusionner.
Les 4 principales priorités du gouvernement Martelly sont l'emploi, l'éducation, l'environnement et le renforcement de l'Etat de droit.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19157

Des ministres nient toute implication dans les fraudes électorales

Les membres de la commission sénatoriale d'enquête sur les fraudes électorales poursuivent inlassablement les auditions. Le ministre de l'intérieur et des collectivités territoriales, Paul Antoine Bien Aimé, a soutenu hier qu'il n'a joué aucun rôle dans la réalisation des élections. Il révèle que son ministère n'a à aucun moment interféré dans le fonctionnement du Conseil Electoral Provisoire (CEP), un organisme autonome. Le chef de la Police, Mario Andrésol, a nié toute implication dans les fraudes électorales. Il rappelle que les policiers n'étaient pas autorisés à pénétrer dans les centres de vote.
M. Andrésol ainsi que les ministres de l'intérieur Paul Antoine Bien Aimé et de la justice, Paul Denis, ont attiré l'attention sur les graves violences enregistrées lors des dernières élections. Le ministre Bien Aimé a souhaité que les acteurs politiques planchent sur les importantes ressources financières utilisées par des candidats et la machine électorale.
Les conseillers électoraux seront appelés à répondre aux questions de la commission en fin de semaine. Les conseillers qui répondront à la convocation devront réfuter les accusations de corruption formulées par des candidats et des organisations de défense des droits humains.
Entre temps la sérénité des membres de la commission sénatoriale est quelque peu perturbée par leur collègue Moise Jean Charles (Inité). Très remonté contre le chef du Parquet qui a émis un ordre d'interdiction de départ à l'encontre des conseillers électoraux, le sénateur Jean Charles veut convoquer le juge Auguste Haricydas.
Visiblement les violons ne s'accordent pas au grand corps, le sénateur Latortue soutient de son coté que le fonctionnement du Parquet est l'objet de la convocation.
LLM / radio Métropole Haïti

La majorité des conseillers font peu de cas de l'invitation du chef du Parquet

Les principaux ordonnateurs du Conseil Electoral Provisoire (CEP) ont boudé l'invitation du commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, Auguste Haricydas. Le président, Gaillot Dorsinvil, le secrétaire général, Leonel Raphaël, et le trésorier, Jacques Belzinc, n'étaient pas présents au Parquet hier. Cette invitation du chef de la poursuite intervenait 4 jours après l'ordre d'interdiction de départ émis à l'encontre des conseillers électoraux accusés de corruption et de fraudes électorales. Seuls trois conseillers Jean Telev Pierre Toussaint, Laurette Croyance et Ginette Cherubin et le directeur général Pierre Louis Opont avaient répondu à l'invitation du chef du Parquet. Lors de l'audition en présence de leurs avocats et d'un juge de paix ils ont été informés du motif de l'interdiction de départ.
Mme Cherubin s'est dit satisfaite de la rencontre et a réitéré sa détermination à rester à la disposition de la justice. Pierre Louis Opont, qui avait des appréhensions est également satisfait des informations fournies par le commissaire Haricydas.
Les 3 conseillers électoraux et le directeur général sont déterminés à collaborer avec le chef du Parquet.
De son coté le commissaire du gouvernement affirme avoir indiqué aux conseillers que l'ordre d'interdiction de départ vise à garantir leur présence lors des audiences de la commission sénatoriale d'enquête sur les fraudes électorales.
Interrogé sur l'absence du président et de 4 autres conseillers, le chef du Parquet a indiqué que ces derniers ont 48 heures pour obtempérer. Il s'agit d'une affaire sérieuse, martèle le chef de la poursuite rappelant les dénonciations par des organismes de défense des droits humains et des élus de cas de corruption impliquant des conseillers électoraux.
M. Haricydas souhaite également interrogé le président du CEP sur les provisions légales ayant conduit a la formation d'un BCEN spécial après la publication des résultats définitifs.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19155

Repons Peyizan présente Daniel Rouzier comme l'homme de la situation

La plateforme Repons Peyizan salue la désignation de l'économiste Daniel Gérard Rouzier comme premier ministre, par le président de la république, Michel Martelly. Au cours d'une conférence de presse ce lundi, le directoire de cette formation politique a sollicité la collaboration du parlement Haïtien dans le cadre du processus de ratification du premier ministre désigné.
Selon Patrick Henry, membre de la plateforme, l'économiste Daniel Rouzier est quelqu'un, sur qui le pays peut compter pour se redresser, puisqu'il symbolise un modèle de réussite.
Il présente monsieur Rouzier, comme un entrepreneur ayant réussi dans le monde des affaires en Haïti.
Par ailleurs Patrick Henry en profite pour dénoncer une catégorie d'individu, qu'il qualifie de flibustiers politiques qui selon lui, vont tout mettre en œuvre afin d'accaparer le pouvoir.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19154

Daniel Rouzier fait montre d'une foi inébranlable en Dieu

" Mes yeux sont fixés sur Dieu dans l'accomplissement de ma tache" dixit Daniel Rouzier, Premier Ministre désigné lors d'une interview exclusive à radio Métropole. C'est la première fois qu'une importante personnalité politique fait référence à sa foi dans la gestion des affaires publiques. M. Rouzier fait toujours référence à Jésus-Christ dans ses interviews. A l'animateur de l'émission Le Point sur le 100.1 il signale que le Christ est au milieu de nous. Ma vie est une prière constante précise cet entrepreneur qui invite ses compatriotes à enquêter sur son comportement en tant que mari, père et chef d'entreprise.
Quoique très impliqué dans les activités du Renouveau Charismatique M. Rouzier se présente d'abord comme un chrétien. Je suis un fervent chrétien précise t-il au journaliste qui le présentait comme un fervent catholique. Cette mise au point a toute son importance et marquera les esprits des millions de chrétiens évangéliques haïtiens.
Sa foi ne l'empêchera nullement d'accomplir efficacement sa fonction de Premier Ministre. Il promet de faire montre de fermeté afin de garantir un climat sécuritaire.
Cet important homme d'affaires considère la fonction de chef de gouvernement comme un sacerdoce. Il devrait vivre dans la simplicité et l'humilité. La lutte contre la corruption et l'enrichissement illicite sera une priorité de son gouvernement. Il y a un luxe anormale dans un pays pauvre insiste M. Rouzier qui promet de prêcher par l'exemple.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19152

Le dossier du Premier Ministre sera bientôt soumis au sénat

Les leaders du sénat haïtien devront ce mercredi décider la formation d'une commission spéciale chargée d'analyser le dossier du Premier Ministre désigné. Les présidents des commissions permanentes et les membres du bureau du grand corps devraient ainsi donner le coup d'envoi du processus de ratification du choix du Premier Ministre. Il s'agit de la première étape du long processus de ratification du choix puis de l'énoncé de politique générale. Le sénat lancera donc le processus en attendant une convocation à l'extraordinaire des députés par le chef de l'Etat. Le sénateur Steven Benoît (A) déplore la lenteur du processus et presse le président Michel Martelly de convoquer la chambre basse.
Interrogé sur l'état du dossier du Premier Ministre désigné, M. Benoît soutient que M. Rouzier répond aux critères constitutionnels. Comme moi il détient une carte de résident aux Etats-Unis, révèle le sénateur Benoît pour qui il faut tout mettre en œuvre pour que le gouvernement entre en fonction avant la mi-juin.
Hier les membres des différents blocs avaient tenu des réunions spéciales afin de faire les premières considérations politiques. Le président du sénat Roudolph Joazile avait émis le vœu que le Premier Ministre désigné rencontre les membres des blocs parlementaires afin de dégager une majorité indispensable pour la formation du gouvernement.
Cette proposition a été bien accueillie par M. Rouzier qui a sollicité des réunions de travail avec les membres des blocs parlementaires. Au cours des dernières 72 heures M. Rouzier a pu s'entretenir avec plusieurs leaders influents du Parlement.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19151

Daniel Rouzier raconte son succes story

L'homme d'affaires Daniel Gérard Rouzier réitère sa détermination à prendre les commandes du gouvernement en vue de changer le pays. Dans une interview à radio Métropole M. Rouzier a levé le voile sur les différentes étapes de sa carrière. Il révèle qu'il n'est pas un économiste en dépit de sa formation en finance. M. Rouzier est détenteur d'une licence en gestion de l'Université de South Florida, d'un MBA en finance et d'une licence en comptabilité de l'Université de Georgetown. Formé à l'école américaine M. Rouzier a résidé pendant plusieurs années aux Etats-Unis avec sa famille avant de regagner Haïti pour la deuxième fois en 1987.
Lesly Delatour, ministre des finances sous le gouvernement militaire, est celui qui avait pu convaincre M. Rouzier à rentrer au pays. Daniel Rouzier travaillera au ministère des finances en tant que membre du cabinet du ministre et restera en poste jusqu'au coup d'état contre le président Lesly Manigat.
Après cette expérience dans l'administration publique, M. Rouzier retrouvera la première entreprise implantée avec des membres de sa famille, Economic Tires (ET). Il s'agit d'une entreprise novatrice spécialisée dans la vente de pneus usagés.
Loin d'être satisfait de ce succès Daniel Rouzier abandonne Economic Tires et se lance dans une nouvelle aventure. Il réussi le pari de créer une entreprise, Sun Auto, concessionnaire de plusieurs véhicules dont Hyundai et Général Motors.
Fort de ses succès il lancera en 2010 la plus grande entreprise privée de production d'énergie électrique, E Power. Il prouve sa capacité de négociation en regroupant 58 entrepreneurs haïtiens, une firme coréenne et des institutions financières internationales dans cette entreprise de 59 millions de dollars.
Pendant cette période il renforce son action philanthropique. Il contribue a titre de bénévole en tant que président du conseil de l'ONG Food for the Poor. Sa tache consiste à vérifier une bonne utilisation des fonds alloués à cette ONG qui fournit 25 000 plats quotidiens et livre 3 000 maisons annuellement aux couches vulnérables.
Depuis l'élection de Michel Martelly, le fondateur de Sun Auto figure parmi les leaders d'équipes préparant le plan d'action du gouvernement.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19150

Préval serait d'avis que l'Inité supporte le gouvernement de Martelly

L'ex président René Préval entend respecter ses promesses relatives à un support au gouvernement de Michel Martelly. Il se positionne désormais en tant que chef de file de l'Inité et exhorte les élus à " accompagner positivement" le nouveau chef de l'Etat dans la formation de son gouvernement révèle le sénateur Joseph Lambert. Selon M. Lambert l'ex chef d'Etat est dans l'ombre mais actif. Une réunion de travail des membres du directoire de l'Inité a eu lieu le week end écoulé afin de définir le comportement de ce regroupement politique. L'ex président Préval s'est entretenu également avec des sénateurs et députés, insiste M. Lambert.
Préval recommanderait aux élus de l'Inité de ne pas faire obstacle au président Martelly afin que celui-ci puisse poursuivre les projets en chantier. La principale option de l'Inité est de permettre au président Martelly de constituer son équipe sans exiger des postes importants.
Le sénateur Lambert semble appuyer le mot d'ordre de l'ex président Préval qui doit faciliter la tache à Martelly. Il revoit ainsi à la baisse ses ambitions et n'entend plus solliciter le portefeuille de l'intérieur.
Cependant le premier secrétaire du sénat, Francky Exius, informe que certains membres de l'Inité ne se sont pas encore décidés à accompagner le président Martelly. Il y a des gens qui son prêts à avancer mais d'autres ne sont pas de cet avis explique t-il estimant qu'il ne veut pas défendre ses intérêts personnels mais ceux de la population.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19149

Porte-parole de la voix des Haïtiens

Le père haïtien Max Délamour visite la boutique solidaire du Secours catholique casteljalousain. photo jean-louis mandicourt

Le père Max Délamour, prêtre catholique haïtien est un rescapé du séisme de Port-au-Prince de janvier 2010. En effet, enseveli pendant plus de deux heures sous les décombres, il doit la vie à quelques paroissiens ayant survécu à la catastrophe. Alors que ses membres étaient déjà engourdis, il doit sa survie respiratoire à un classeur qui lui a protégé le visage. Il raconte l'histoire de son pays avec compassion sans en rajouter, mais les faits sont indescriptibles et les scènes difficilement racontables.
Comme tous les Haïtiens, Max Délamour a perdu de nombreux membres de sa famille. Depuis la catastrophe, un cyclone est venu amoindrir les premiers efforts, mais il relève la tête avec ses concitoyens pour qui il se doit de rester un exemple et un guide spirituel.
Les besoins sont énormes, les organisations non gouvernementales (ONG) et les associations caritatives ont fait et font encore beaucoup. 4 000 écoles et tous les bâtiments administratifs, religieux… sont détruits. Il y a fort à faire et les Haïtiens relèvent les manches.

Témoignage
Si l'argent est indispensable, les Haïtiens ont aussi besoin d'écoles et de savoir-faire pour tout restructurer et reconstruire afin que les jeunes (avenir d'Haïti) reconstruisent le pays.
Malheureusement l'État haïtien, très affaibli, n'a pas les moyens de subvenir aux immenses besoins de la population. Pour le père Max Délamour, son voyage en France est une occasion de remercier les Français qui ont déjà fait beaucoup. Il témoigne de ce qui a été fait et de la situation actuelle en Haïti.
Au cours de sa visite à Casteljaloux, le prêtre haïtien a également visité les installations de la paroisse et s'est rendu à la boutique solidaire, de l'antenne du Secours catholique casteljalousain tenue par Annie Jouys et les bénévoles de l'association, ouverte avec succès depuis plus d'un an dans la cité des Cadets.
http://www.sudouest.fr/2011/05/26/porte-parole-de-la-voix-des-haitiens-409331-3651.php

Le futur premier ministre haïtien veut éliminer la commission de reconstruction

De Trenton Daniel, The Associated Press – Il y a 12 heures PORT-AU-PRINCE, Haïti — L'homme d'affaires choisi pour devenir le prochain premier ministre d'Haïti a déclaré mercredi vouloir se débarrasser de la commission de reconstruction co-dirigée par l'ancien président américain Bill Clinton, et qui a fait l'objet de critiques pour ses lents progrès.
Daniel-Gérard Rouzier affirme que la commission, constituée de 27 membres, est «dysfonctionnelle», et qu'il la remplacerait par une nouvelle agence gouvernementale.
Lors d'une entrevue accordée à l'Associated Press, M. Rouzier a expliqué que la commission, telle qu'elle est aujourd'hui, cesserait tout simplement d'exister. Il ne serait cependant pas question de punir les gens ayant trouvé le concept de l'agence, mais qu'il était parfois nécessaire de réparer ce qui ne fonctionnait pas.
M. Rouzier, qui attend la confirmation de sa nomination par le Sénat haïtien, n'a pas offert de plus amples détails sur sa proposition d'une nouvelle agence de reconstruction.
Il a cependant fait savoir qu'elle répondrait davantage aux besoins du peuple haïtien et demeurerait imputable envers les donateurs internationaux.
L'homme dit espérer que M. Clinton, un envoyé spécial des Nations unies en Haïti qui a effectué plusieurs voyages dans le pays pour présider les réunions de la commission, demeurera actif dans la reconstruction après le séisme de janvier 2010 qui, selon le gouvernement, aurait tué plus de 300 000 personnes et transformé la majeure partie de la capitale en ruines.
«Lorsque vous pouvez compter sur une personnalité de la trempe de M. Clinton, un homme doté d'une grande vision, nous devons le consulter autant que possible, afin de s'assurer que nous employons la bonne stratégie», a fait remarquer M. Rouzier.
Un porte-parole de M. Clinton et les responsables de la Commission haïtienne de reconstruction par intérim n'ont pas immédiatement répondu à des demandes de commentaires.
La commission a été mise sur pied après le tremblement de terre de janvier 2010 car les donateurs internationaux voulaient des assurances que la reconstruction se ferait dans l'ordre, et dénuée de la corruption qui paralyse Haïti depuis longtemps. Elle englobe des représentants du gouvernement américain, de la France, du Japon et d'autres membres de la communauté internationale qui ont le plus contribué à la reconstruction de la «Perle des Antilles».
M. Clinton a co-présidé la commission aux côtés de Jean-Max Bellerive, le premier ministre haïtien sortant, supervisant des réunions visant à discuter les détails de propositions en faveur du déblaiement des gravats, de la construction de logements, ainsi que tenter de créer des emplois dans un pays aux prises avec de graves problèmes même avant le séisme.
La commission a approuvé 86 projets qui nécessiteraient des fonds de 3,2 milliards $ US, mais Haïti n'a pas encore l'intégralité de cette somme et plusieurs personnes se sont plaintes de l'absence apparente de progrès.
Un récent rapport du Bureau américain d'imputabilité a critiqué la commission pour des délais dans l'embauche de personnel, un manque de transparence et pour ne pas avoir atteint les objectifs de reconstruction.
Le mandat de la commission doit prendre fin en octobre, mais pourrait être renouvelé par le gouvernement haïtien.
http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5jHfO28H8zerIyzz5FeghGrtCCOxA?docId=6957047

mercredi 25 mai 2011

Haiti's quake refugees brave sea and uncertainty for new life in Amazon

Haitians fleeing 2010 earthquake chaos are enduring long journeys and border-town limbo for a fresh start in Brazil

Each night they gather on Brazil Avenue under the amber glow of street lamps. Perched on the wall of a convenience store they talk politics, crack jokes, and sing along to mobile phone music from home. As darkness envelops Iñapari, a riverside border town in the Peruvian Amazon, the sound of French Creole and Haitian Compas songs fills the air.

"We have come here in search of a better life," said Baptiste Suppler, a 29-year-old from Haiti's fourth-largest city, Gonaïves.
Suppler is one in a wave of Haitian migrants determined to build a new life in the Brazilian Amazon.
He pointed across the river Acre, separating Peru's Iñapari from the Brazilian border town of Assis Brasil, representing the last hurdle towards a fresh start in South America's largest and wealthiest nation. "Our objective is to reach Brazil," he added.
According to the Brazilian authorities at least 1,500 Haitians have entered the Amazon region since a 7.0 magnitude earthquake devastated their country on 12 January 2010, killing about 200,000.
After a gruelling, month-long journey via the Dominican Republic, Panama, Ecuador, Bolivia, Peru and sometimes Colombia, Haitian migrants arrive at remote border towns like Iñapari and wait for the chance to cross into the Brazilian Amazon. Once there many try to find construction jobs on Amazonian infrastructure projects, such as the Santo Antonio and Jirau hydroelectric dams. "I chose Brazil, and many Haitians choose Brazil, because in 2014 there will be a World Cup," said Esdras Hector, who left Haiti on 11 March and made it to the Brazilian Amazon on 15 April after a four-week pilgrimage by plane, bus and on foot. "A lot of Haitians know Brazil will need a lot of workers to work during this time."
Brazilian authorities have been caught off guard by the sudden influx of Haitians. Unsure how to classify the migrants, federal police officials received orders to refuse entry to new arrivals while a solution was sought, they said. For now, the Brazilian border was closed, theoretically at least.
But for the Haitians stranded in Iñapari, many heavily in debt, turning back is not an option. Some bide their time, hoping the border will reopen in a few months; others have already begun hiring coyotes (people smugglers) to guide them on a perilous illegal trek through the jungle into Brazil.
"They won't give up … they are just one step away from realising their dreams," said Maria Cardozo Mouzully, 49, who owns Hospedaje Iñapari, a riverside guesthouse on the Peruvian side of the border that now houses many Haitians. In the absence of support from the local government, Mouzully ceded many of her hotel rooms and her kitchen to Haitian migrants left in limbo by the decision to seal the border. "What are we supposed to do? Kill them? Watch them starve to death outside our front door?"
Go about 71 miles east from Iñapari and you reach Epitaciolândia, a small Brazilian town currently home to about 160 Haitian migrants who reached Brazil before the border closed. Among the mostly male group are university graduates, bricklayers, electricians and preachers, all sleeping on the floor of a gymnasium while waiting for papers letting them stay legally and work. To fill the time they play cards, read the Bible and do odd jobs for ranchers.
"[The] disaster destroyed my country," said Esdras Hector, 27, who hoped to learn Portuguese to land a job with the UN. "I know if I use my brain in Brazil I will realise my dream to help my family."
But for many, attempting to build a new life in Brazil has come at great personal cost.
Silvaine Doris, a 46-year-old shampoo seller, who lost her brother and sister in the earthquake, left her daughter aged seven and 11-year-old son behind in Port-au-Prince in the care of a niece.
"As soon as I bought my ticket … I started to cry," she said.
These days her home is the Pousada Sao Jose, a guesthouse in Brasiléia, an Amazonian town near Brazil's border with Bolivia and Peru. "I've come here because of the economic problem. We don't have anything – no jobs. All we could do was come here in search of a better future."
Haitians represent the largest portion of this new wave of Amazon migrants, but over five days in the region, four men from Bangladesh, one from Liberia and one from Nigeria talked to the Guardian. Pakistani and Tanzanian migrants are also said to have arrived.
Peter John Prince, 27, from Liberia, said he was living in Ivory Coast until some months ago when his brother, owner of a sportswear shop, was killed by rebels. "I am a refugee … I had to get away because I don't want to die."
Beside him stood Frank Jideofor, 23, from Nigeria's oil-rich Bayelsa state. His left arm was amputated after he was shot by the same men who murdered his father, a government official. Why had he come to Brazil? "For the life-safe. They burnt our house, they shot me … because my father didn't support them."
Back on Brazil Avenue, Suppler and his fellow Haitian travellers were mulling over the options. "Our situation is difficult. For now, the border is closed." What would he do? "I will wait." How long for? He crossed his fingers and looked towards the sky. "Persévérance."
Chasing the dream
Throughout much of the 19th and 20th centuries migrant workers flocked to South America chasing the "Brazilian dream".
Foreign workers were widely seen as a key ingredient for economic growth, particularly after Brazil abolished slavery in 1888.
Germans were among the first to arrive, colonising large areas of southern Brazil from the 1820s onwards. In some corners of Brazil's deep south, German is still spoken as a first language.
Between the mid-1870s and 1920 as many as 1.5 million Italian immigrants touched down in south and south-east Brazil. Today there are about 25 million Brazilians of Italian descent.
Between 1908 and the 1960s up to 250,000 Japanese immigrants arrived, many fleeing rural poverty.
The majority set sail for Sao Paulo and went to work in the region's coffee plantations; others headed for the Amazon.
Today Brazil is said to house the largest Japanese population outside Japan. Last year's census counted at least 2 million Brazilians of Asian descent.
http://www.guardian.co.uk/world/2011/may/25/haiti-earthquake-migrants-new-amazon

Help for Haiti Brings Cholera Instead

About 10 months after the 7.0 magnitude hit Haiti in 2010, the country was stricken with a cholera outbreak that killed nearly 5,000 people. There were more people who were killed in the violence that spread due to the outbreak than were killed in the actual Earthquake.
The Cholera outbreak sparked “witch hunts” throughout the country, which resulted in the deaths of at least a dozen people. Also, violent protests and riots broke out.
At the time, many Haitians believed that the U.N. caused the epidemic. Then, the U.N. denied the accusation. However, it has been reported that the U.N. is now taking partial responsibility for the outbreak.
The U.N. has conceded and states that the 2010 Cholera outbreak in Haiti was caused by Nepalese peace-keepers stationed in the country after the earthquakes. Though many people suspected that these peace-keepers were the cause, the U.N. originally denied those accusations until recently.
The U.N. now accepts some responsibility for the outbreak due to the information found in one of their own reports. It seems that a panel concluded that Nepalese camps were “not sufficient to prevent fecal contamination” of the river.
The U.N. also stated that it should be common procedure to immunize any U.N. peace-keepers traveling from and to cholera-affected locations. To further protect from another outbreak, camps should also chemically treat their waste.
However, what is really interesting about this concession is that the U.N. is putting some responsibility back onto Haiti. The U.N. report states:
“The introduction of this cholera strain as a result of environmental contamination with feces could not have been the source of such an outbreak without simultaneous water and sanitation and health care system deficiencies.”
Essentially, the U.N. was saying that Haiti was partially at fault because the outbreak would not have escalated to the point that it did if the Haitian government had supplied its own people with clean water and better hospitals. Nevermind that the entire country had just suffered a 7.0 earthquake.
Clean drinking water and better health care is always a good thing. However, it is somewhat careless for the U.N. to put this blame back onto Haiti.
The U.N. brought the disease into the country. Prior to the arrival of the Nepalese peace-keepers, there was no outbreak of cholera in Haiti for more than a century.
***
Note: News reporters reading this story, please add meta-tag “original-source” with the URL of this page as the value, to provide fair credit for the original reporting of this story to Top Secret Writers. At the very least, please link back to this story. We link to you when appropriate, so please offer the same courtesy. Thank you.
http://www.topsecretwriters.com/2011/05/help-for-haiti-brings-cholera-instead/

Haïti : que prépare Jean-Bertrand Aristide ?

Depuis sa réinstallation à Port-au-Prince, l’ancien président Aristide s’abstient d’apparaître en public et entretient le mystère sur ses intentions. Du coup, certains s’inquiètent… Sur la route de Tabarre, dans la banlieue nord de Port-au-Prince, des ouvriers s’affairent autour de la résidence de Jean-Bertrand Aristide. Les branches des arbres sont taillées, et les murs fissurés par le dernier séisme, restaurés. « Il est ici, je le vois parfois faire le tour de sa propriété », raconte un voisin. Depuis son allocution télévisée du 18 mars, jour de son retour en Haïti après sept ans d’exil en Afrique du Sud, l’ancien président fait profil bas. Il reçoit régulièrement des amis, mais ne fait aucune apparition publique et s’abstient de mettre les pieds dans sa fondation, pourtant située… en face de chez lui, de même que dans son université, un peu plus loin. « Nous ne l’avons pas revu depuis 2004, confie un agent de sécurité, mais je crois qu’il est capable de se présenter à la prochaine présidentielle sous les couleurs de Fanmi Lavalas, son parti. »
Officiellement, Aristide n’est plus qu’un citoyen comme les autres. Il se consacre à l’éducation (ouverture prochaine d’une filière médecine à l’université) et envisage d’apporter son aide aux sinistrés du séisme. S’il a respecté sa promesse de ne pas interférer dans le scrutin du 20 mars, il serait naïf de croire qu’il a définitivement renoncé à la politique. Depuis la fin du mois de mars, Fanmi Lavalas se reconstruit peu à peu, même s’il a dû faire face, le 29 mars, à la défection de l’ancien Premier ministre Yvon Neptune. « Le comité exécutif remet le parti en branle en vue du congrès national du mois de décembre, puis des élections communales et sénatoriales de l’an prochain, confirme un cadre. Pour le moment, Aristide ne souhaite pas se présenter à la présidentielle, mais nous allons tenter de le faire changer d’avis. »
Même si les procédures judiciaires engagées contre lui (pour détournement de fonds et trafic de drogue) sont en panne, l’ex-« président des pauvres » va devoir compter avec de nouveaux acteurs sur la scène politique : les puissances étrangères, le nouveau président, Michel Martelly, son prédécesseur, René Préval. Certes, il conserve des partisans dans les quartiers populaires de Bel-Air et de Cité-Soleil, mais il n’est plus aussi populaire qu’avant. Et s’il fait encore peur, c’est parce que personne ne sait ce qu’il a en tête. « Et s’il armait à nouveau les jeunes ? » s’inquiète un enseignant.
Justine Spiegel, envoyée spéciale en Haïti.
Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Haïti : que prépare Jean-Bertrand Aristide ?
Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2627p0060-061.xml1/exil-detournement-de-fonds-rene-preval-afrique-du-sudhaiti-que-prepare-jean-bertrand-aristide.html

Perche. L’ancien curé de Mortagne-au-Perche au cœur de la misère haïtienne

Mardi 24 mai 2011 à 23:00 par zeperche
Un an après le terrible séisme qui a frappé Haïti, et tué plus de 200 000 personnes, le père Denis Mary, ancien curé de la paroisse Sainte-Céronne, a passé vingt-deux jours sur place. «¼J’étais en totale immersion.¼»
Avant de se rendre sur place, l’ancien curé a lu deux livres universitaires sur Haïti pour savoir où il mettait les pieds.
De ce voyage, de ses rencontres le prêtre en a tiré quelques documents qu’il présentera sous forme de diaporama le vendredi 10 juin, à 20 heures, à la salle des fêtes.
Retour sur un voyage qui a renforcé son amour pour les autres.
L'ancien curé de Mortagne-au-Perche s'est rendu à
Port-au-Prince, pour mieux se rendre compte de la misère d'Haïti,
un an après le séisme.

Pourquoi avoir choisi de vous rendre à Haïti ?
«L’occasion immédiate est de connaître une ONG (organisation non gouvernementale) mortagnaise, Ke Kontré. Arrivant à la retraite, j’étais heureux d’aller à Port-au-Prince pour vivre des épreuves que tout le monde n’a pas subi. Je voulais vivre aux côtés de ce peuple : écouter leur joie, leurs difficultés, en étant sur leur lieu de vie.»

Humainement, comment avez-vous vécu cette immersion ?
«Cela m’a redynamisé. Cette immersion m’aide à voir toutes ces petites choses que font les hommes au quotidien chez nous. Je ne vois plus que positif. J’étais déjà un homme qui regardait la joie de vivre. Mais cela s’est accentué : parce que j’ai rencontré des hommes et des femmes qui, dans la misère, sont magnifiques. C’est dans ces situations que l’on voit la beauté de l’Homme, sa grandeur dans sa façon de la vivre.»

Comment partager cette expérience ?
«Je ne peux que le dire, qu’en parler. C’est par mes actes quotidiens et par ma façon d’être ; je ne suis pas chef d’Etat, je ne suis pas mécène, je ne suis pas une ONG. Je suis simplement un prêtre qui regarde et qui fait caisse de résonance.»

Quel accueil vous a-t-il été réservé ?
«J’ai été très bien accueilli ; il y avait tous les amis de l’ONG. Mais pas seulement : j’ai été accueilli par la société des prêtres de Saint-Jacques. J’ai passé huit jours avec eux. Avec eux, j’ai aussi rencontré des Haïtiens.»

Les gens ont-ils le moral ?
«La première image de mon diaporama représente une jeune femme haïtienne. Elle est bien habillée et souriante. Deux heures par jour, elle prépare et donne à plein d’enfants un plat de riz à la sauce pois. C’est son travail ; elle est très joyeuse, très heureuse. Elle sert cinq cents rations de riz par jour ! Pour les enfants, c’est leur seule nourriture pour la journée. Sûrement qu’ils mangent des fruits chez eux.»

Comment est la vie de tous les jours ?
«L’Etat reste corrompu : tout s’achète. On garde tout pour soi, on fraude, on triche ! Cela n’empêche pas les gens de se débrouiller, d’arriver à survivre, si bien que ce sont des gens très chaleureux, très démonstratifs. Ils gardent le sourire et leur dignité. On n’est pas triste là-bas mais on n’attend plus rien de l’Etat. Pendant l’élection présidentielle, les seuls arguments en campagne étaient : “Moi, je suis kapab’” ou bien “Moi j’ai les mains propres“. Cela en dit long…»

Quelles images vous ont le plus marqué ?
«C’est un pays où il y a de la violence quotidienne, ce qui fait que moi, étranger, je n’ai pas pu me promener à pied : mes amis n’ont pas voulu prendre le risque d’un kidnapping, d’une rixe ; ni le jour, ni la nuit ! Je n’ai pu me promener à Port-au-Prince qu’en 4×4.
L’armée et la gendarmerie sont absentes. Par contre, il y a 9 000 policiers et 15 000 gardes de sociétés privées ! Même les écoles sont sous surveillance.
Les bandes font leur loi, c’est vrai. Je rappelle que nous avons connu la même chose en France, en 1 792 avec des groupes d’individus qui rasaient tout : là où il y a la misère, il y a la violence.»

Quel est l’avenir d’Haïti ?
«La ville est bâtie entre trois montagnes et la mer. En cent ans, la population est passée de 50 000 à 3 millions de personnes. La reconstruction est à l’ordre du jour, mais comment faire ? Il faut que la campagne devienne attirante et que l’on puisse y gagner sa vie. L’avenir de développement d’Haïti passe par la campagne. Il y a tout ce qu’il faut pour que le peuple vive : de l’eau, du soleil et de la bonne terre. Cela dit, il faut que les techniques agricoles s’installent pour nourrir les peuples.»

Propos recueillis par
Amine El Hasnaouy.
Pratique. Témoignage du père Denis Mary, vendredi 10 juin, à 20 heures, à la salle des fêtes de Mortagne-au-Perche.
http://www.le-perche.fr/2011/05/24/perche-lancien-cure-de-mortagne-au-perche-au-coeur-de-la-misere-haitienne/

Haiti-Cuba-Éducation : Toujours pas un sou pour les 400 boursiers haïtiens à Cuba

P-au-P., 25 mai 2011 [AlterPresse] --- Les boursiers haïtiens des facultés de médecine #1 et #2 de Santiago et ceux de Manzanillo, à Cuba, continuent de réclamer du ministère haïtien de la santé les arriérés de 7 mois d’une allocation mensuelle de 50 dollars accordée par le gouvernement haïtien. Cette situation, révélée par la presse depuis plusieurs semaines, dure encore, en dépit des démarches formelles effectuées par les étudiants et des dispositions techniques mises en place pour faciliter le transfert des fonds.
Dans une correspondance adressée le 7 mai dernier au ministre démissionnaire de la santé Alex Larsen, les dirigeants étudiants de ces facultés ont sollicité le bénéfice de l’urgence pour le déblocage des fonds.
Les étudiants mettent en avant la nécessité pour eux de recevoir cet argent avant le début de la période des vacances en raison de graves difficultés économiques auxquelles ils font face et de l’urgence de se procurer à leur frais un billet d’avion pour retourner en Haïti.
Selon des informations communiquées à AlterPresse, l’ancien Président René Préval avait passé des instructions pour le déblocage des ces fonds bien avant son départ. Une source gouvernementale a indiqué que les montants seraient déjà disponibles sur le compte du Ministère de la santé.
Un contrat a été signé entre la firme haïtienne Mediacom , représentante de la compagnie canadienne Carribbean Transfers pour le paiement des allocations aux étudiants haïtiens. Cependant jusqu’à date le Ministère de la santé n’a versé aucun montant à la Mediacom en dépit des garanties financières réclamées par ce ministère, apprend AlterPresse.
Ives Marie Chanel , directeur de Mediacom, a effectué du 5 au 8 mai 2011 une visite à Santiago de Cuba en vue d’évaluer le déroulement du processus de distribution des cartes de débit devant permettre aux 466 étudiants haïtiens de recevoir les arriérés de six mois ( octobre 2010 à mars 2011 ) d’allocations.
Chanel estime être pénalisé par cette situation. « Le Ministère haïtien de la santé a exigé de la Mediacom une lettre de caution de garantie d’exécution. Nous avons soumis cette lettre depuis le 26 avril, nos fonds sont bloqués et nous n’avons pas reçu un centime du Ministère. Nous sommes en train de perdre de l’argent et des opportunités », fait-il remarquer.
La CT a déjà émis des cartes de débit pour tous les étudiants et 75% des cartes ont été déjà retirées par les étudiants au bureau local de la Fincimex, représentant de la Caribbean Transfers à Santiago de Cuba, apprend-on de source étudiante. [apr 25/05/2011 08 :20]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article11079