POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 7 septembre 2009

Le décanat de la Faculté de Médecine annonce la reprise des cours

La doyenne de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, Gladys Prospère, est déterminée à reprendre les activités académiques après 4 mois de manifestation et de grève. Selon un communiqué du décanat les étudiants devront porter la blouse blanche réglementaire et être munis de leur badge d'identification.
Cette détermination du décanat de la FMP contraste avec la motivation de certains étudiants protestataires pour qui cette rentrée permettra de débattre autour des revendications des étudiants. Toutefois de nombreux étudiants ont manifesté leur volonté de reprendre les cours.
On notera qu'aucune entente n'a été trouvée entre les étudiants et le décanat après 4 mois de crise.
Pourtant les dirigeants de la faculté de Médecine sont clairs, cette rentrée doit permettre la reprise des cours et des stages en vue de sauver l'année académique interrompue en avril dernier.
Cette reprise des activités s'effectue dans une situation particulière marquée par la présence de policiers haïtiens qui étaient parvenus il y a une semaine à déloger les un groupe d'étudiants grévistes.
La crise à la faculté de Médecine s'est répandue dans plusieurs autres facultés de l'Université d' Etat d' Haiti (UEH).
La semaine dernière des étudiants avaient verrouillé les portes de plusieurs facultés afin de manifester leur solidarité avec leurs collègues de la FMP, victime selon eux d'une agression du Rectorat et de la PNH.
Ils ont déploré un retour aux pratiques dictatoriales et à la violation de l'espace universitaire.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15771

Haïti parlement ; les députés se préparent pour la séance d'interpellation des trois ministres du gouvernement

Les préparatifs vont bon train pour la séance d'interpellation des trois ministres du gouvernement prévue pour ce mardi à la chambre basse.
La lettre d'interpellation a été déjà acheminée aux intéressés.
Du coté des députés interpellateurs, ils se préparent à faire face à d'éventuels critiques car La décision d'interpeller les ministres Dorsainvil, Julien et Exumé ne jouit pas de l'appui de tous les parlementaires.
Entre temps le deputé Délouis Félix est chargé de rédiger l'acte d'accusation contre le ministre de l'Économie et des Finances, Jonas Cofy, celui du ministre de la Culture et de la Communication, et Arsène Dieujuste, celui de la Justice et de la Sécurité publique. Selon ces députés, les ministres concernés ont prouvé leur incapacité à assumer leurs responsabilités.
Dans les couloirs de la Chambre basse, cette interpellation est interprétée comme un règlement de comptes, une réponse au refus du gouvernement d'accorder un 14e mois de salaire aux employés de la Fonction publique.
RHD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15770

Les sénateurs sont dans l'attente du projet d'amendement de la constitution

Les sénateurs sont dans l'attente du projet d'amendement de la constitution

Vendredi dernier les 18 sénateurs ont validé les pouvoirs des élus du 21 juin mettant ainsi fin à une saga de plus de deux mois consacrée aux contestations des résultats des sénatoriales.

La séance de validation a eu lieu 24 heures après une visite de courtoisie du nouvel ambassadeur américain à Port-au-Prince, Kenneth Merten.

L'agenda des pères conscrits demeure chargé puisqu'ils devront plancher sur l'épineux dossier de l'amendement constitutionnel et sur la loi de finance 2009- 2010.Le gouvernement a soumis vendredi dernier à la chambre basse le projet d'amendement de la constitution de 1987.

Les sénateurs devront attendre la décision des députés qui pour l'instant sont préoccupés par l'interpellation de trois ministres du gouvernement Pierre Louis.

Le sénateur Youri Latortue a fait remarquer que le grand corps devra se prononcer sur la proposition d'amendement avant la fin de la 2 eme session ordinaire de la 48 eme législature.

Même si le sénat siège en permanence, le sénateur Latortue met l'accent sur la nécessité de respecter les prescrits constitutionnels.

Le chef de l'Etat doit obtenir l'adhésion de 20 sénateurs pour que le processus d'amendement puisse être lancé.La Plateforme Lespwa, qui détient une majorité relative au grand corps, devient donc un interlocuteur incontournable pour le président Préval qui avait récemment annoncé son divorce d'avec cette plateforme.

LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15768

Timide rentrée des classes en raison de la crise économique

La rentrée des classes 2009 -2010 a été timide ce lundi en dépit de l'appel à la mobilisation lancé par le ministre de l'éducation nationale, Joël Desrosiers Jean Pierre. Il a annoncé que cette année sera consacrée au renforcement de l'appui pédagogique dans les établissements scolaires.
Le ministre de l'Education a également fait état de l'appui du gouvernement aux familles par le biais de plusieurs programmes de subvention de manuel scolaires et de cantines.
Plus de 1 800 000 ouvrages ont été subventionnés à 70 % explique Joël Desrosiers Jean Pierre qui révèle que son ministère s'est engagé à faire des dons d'ouvrages dans certaines écoles publiques.
Les ouvrages subventionnés ont été mis à la disposition des parents il y a une semaine en raison de retards dans le décaissement des fonds.
De longues files d'attente sont visibles dans plusieurs succursales de la maison Henry Deschamps, principal éditeur de manuel scolaire.
Le ministre de l'éducation sera au cours de cette année confrontée à la grogne des enseignants réclamant des arriérés de salaire.
Joël Desrosiers Jean Pierre informe que 7 millions de gourdes ont été mobilisés en vue de lancer le processus de paiement des arriérés de salaire.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15767

Almeyda conditionne la question migratoire à la réforme constitutionnelle

Il valorise les visions du Bono Center et la note éditoriale du journal Hoy
Rédigé par: Loyd PEÑA (l.pena @ hoy.com.do)

Le secrétaire de L'Intérieur et de la police, le docteur Franklin Almeyda, hier, a salué l'approche de la caution du centre Bono et de l'éditorial du journal « Hoy » au sujet du statut de l'immigration du pays, mais a rappelé que la régularisation de cette situation est envisagée sur trois ans, En plus il faut attendre ce que finalement aura fixé la nouvelle Constitution sur la nationalité dominicaine.
Il a indiqué que dans l'intervalle, l'intervention de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a été sollicitée pour voir si elle peut arranger avec le gouvernement haïtien, un retour volontaire des Haïtiens dans leur pays, comme une première phase du Plan de régularisation des étrangers en République dominicaine.
Il a dit que l'OIM s'est engagée à ouvrir des discussions avec les autorités haïtiennes, et que le temps est actuellement en attente d'une réunion avec le secrétaire de l'Intérieur et les autorités de l'immigration de ce pays.
Almeyda a révélé que la réglementation du plan de migration comprend également des Dominicains qui vivent illégalement à l'étranger, pour lesquels un registre consulaire sera établi pour leur venir en aide là ou ils se trouvent.
"Pour cela nous avons parlé avec le consul général à New York, où nous voulons célébrer un événement pour obtenir les opinions des dominicains, et juste comme cela a été fait au Mexique pour protéger les sans-papiers Mexicains vivant aux États-Unis, nous voulons faire aussi quelque chose du même genre, "a t-il déclaré dans une interview accordée aujourd'hui.
Toutefois, il reconnaît que le problème qui nécessite une solution immédiate est la présence des Haïtiens dans le pays, pour lequel dit-il, on doit commencer à travailler pour mettre des contrôles au niveau de la frontière, des ports et des aéroports.
«Les approches du Centre Bono sur le poids de la porosité de la frontière, nous paraissent intéressantes, parce que la frontière doit être soumise au contrôle de l'immigration, ce qui correspond aux forces armées, a-t-il rappelé.
http://www.hoy.com.do/el-pais/2009/9/7/292583/Almeyda-supedita-tema-migratorio-a-reforma-constitucional

Plaidoyer pour la protection des travailleurs domestiques

Un forum à Santiago examine les moyens de protéger les droits de ces femmes, beaucoup d’entre elles de nationalité haïtienne.
Rédigé par: RICARDO RODRIGUEZ ROSA (ricardo_rguez@hotmail.com)


SANTIAGO. Des travailleurs domestiques Dominicains et haïtiens participent depuis hier au premier forum binational, en vue de rechercher des moyens pour protéger les droits des femmes travaillant dans les maisons.
L'activité, qui a lieu dans la salle de réunion de l’hôtel Aloha Sol et qui se termine ce dimanche après-midi, est parrainée par le Centre de Solidarité, en partenariat avec l'Association des travailleuses domestiques d'Haïti et de l'unité syndicale haïtienne actions constructives.
Pour la République Dominicaine participent les associations des travailleuses domestiques et la femme de la région du Cibao et le Centre Puente.
Le forum est soutenu par la Confédération nationale de l'unité syndicale (CNUS).
Eulogia famille, vice-président de la Confédération nationale de l'unité syndicale qui participe au conclave, a souligné qu'une grande partie des travailleurs nationaux domestiques viennent des zones rurales et du pays voisin, dont les droits sont limités par la législation dominicaine.
Elle a déclaré que de telles réunions sont réalisées pour permettre aux travailleurs d’apprendre à connaître leurs droits et pouvoir les réclamer ", tandis que nous, nous nous engageons à promouvoir de nouvelles lois qui renforcent leurs actions en justice."
Famille a souligné qu'à l'heure actuelle le Bureau International du Travail (OIT) fait la promotion de la législation en vigueur en 2011 et nous essayons de contribuer à en faire une convention, le droit et la justice pour les travailleurs domestiques.
Il a expliqué que, bien que ces fonctionnaires contribuent de manière significative à l'économie, tant au niveau national et qu’en Haïti « elles n’ont aucun droit, car elles sont ignorées, On ne leur accorde aucun avantage ni de vacances et elles sont même renvoyées sans l'octroi de leurs avantages juridiques."
Autres personnalités présentes lors du conclave sont Cathy Feingold, directeur du Centre de Solidarité, Victoria Garcia, de l'Association des travailleuses domestiques; Marilis Perez du Centre Pont et Gladys Pena, Association Unies pour la femme.

http://www.elnacional.com.do/nacional/2009/9/5/25760/Aboga-por-proteccion-empleadas-domesticas