POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 11 janvier 2010

Sécurité Frontalière: CESFRONT enverra plus de militaires à la Frontière haïtianno-dominicaine

Auteur : Bethania Apolinar - 1/11/2010

LE PLAN: ETABLIR UN DISPOSITIF DE SECURITE ET DE CONTROL PERMANENT AUNIVEAU DES POINTS FORMELS D’ENTREE ET DE SORTIE DU PAYS, ET SUR D’AUTRES ZONE DESIGNEES.


Santo Domingo.- Le Corps Spécialisé de Sécurité Frontalière Terrestre (CESFRONT) augmentera, dans le courant du premier trimestre de cette année, de 500 à 700 le nombre  le nombre d’agents en service à la frontière, et à 900 pour la fin de l’année 2010, afin de combattre avec plus d’efficacité les menaces d’immigration illégale, le trafic d’armes, et de drogues, le terrorisme, la traite de blanche, la contrebande de marchandises et la destruction de l’environnement.

L’augmentation du personnel du CESFRONT fait partie des plans de croissance prévu pour cette année, qui incluent aussi la modernisation de ses équipements de communication, une nouvelle logistique de transport et un ravitaillement de l’équipe personnel et technique.

LE projet de sécurité frontalière rentre dans le cadre du Plan Stratégique Vision Forces Armées 2008-2010, mis en œuvre durant la gestion du Lieutenant général Pedro Rafael Peña Antonio, secrétaire des Forces Armées.

Les explications concernant ce projet ont été offertes par le chef du Corps Spécialisé, général de l’Armée, Francisco José Gil Ramirez, au cours d’une rencontre avec le directeur du journal Listin Diario, Miguel Franjul et le sous directeur Fabio Cabral, au siège des Forces Armées.

 Il a déclaré que pour cette année, le CESFRONT accordera une attention particulière à ses ressources humaines, à l’entrainement et à l’instruction, aux infrastructures, aux armes et équipements, la logistique et le ravitaillement et aux statistiques.


Pour atteindre ces objectifs, le budget du CESFRONT pour l’année en cours a subi une augmentation de 22 pour cent passant de 59.7 millions de pesos en 2009 à 77 millions de pesos en 2010.

En 2009, le CESFRONT a enregistré des augmentations fiscaux d’appui à partir des perceptions douanières au niveau des quatre portes d’entrée de Migration et de Douanes de Dajabon, Elias Piña, Jimani et Pedernales, en plus des postes qui opèrent à Manzanillo, Cabo Rojo, pour un montant total de 313.601.996 pesos.

Comme résultat des contrôles réalisés au niveau de la frontière, durant les deux dernières années, près de 52.000 étrangers  ont été rapatriés dont 50.996 sont des citoyens haïtiens. Ont été saisis des centaines de portions de cocaïne, de marihuana, et de crack ; des milliers de sacs de riz, d’ails, d’oignions de charbon et aussi 760 cartons d’œufs et de boissons énergisantes.

ENSEIGNEMENT DU CREOLE ET ENTRAINEMENT DE BASE

Le CESFRONT ha dessiné un plan d’entrainement et de capacitation pour orienter et instruire son personnel dans ces domaines qui sont vitaux pour le un travail professionnel adéquat.


EN plus de l’entrainement militaire de base et un cours de CREOLE, les instructions comprennent  des connaissances élémentaires en matière de migration, douanes, substances narcotiques contrôlées, droits humains et droit international et humanitaire, contre-terrorisme, éléments d’intelligence générale ; ces derniers enseignés par la Direction Générale D’Intelligence J-2.

Les membres du CESFRONT, militaires et civils, sont aussi capacités en techniques d’opérations frontalières enseignées par le Bureau de Custom and Border Patrol (CBP) des Etats-Unis d’Amérique.

CONTROL PERMANENT DE LA LIGNE FRONTALIERE

MISSION:GENERAL GIL RAMIREZ

Effectuer des patrouilles et établir des postes de contrôle, observation et interpellation en appliquant  toutes les mesures de coordination nécessaires pour le développement des opérations conjointes avec les différentes agences détachées tout le long de la frontière.

EQUIPEMENTS

COLONEL PICCINI: PROJETS

Le CESFRONT se trouve en plein dans un processus de renforcement qui inclut des moyens modernes de transport, des équipements de communication, des campements mobiles de réaction rapide, des points mobiles de contrôle et des enceintes militaires.

VISION:CORPS SPECIALISE

Contrôler et assurer la frontière moyennant la capacitation continue  et rénovée de ses membres. En servant d’entité coordonnatrice des opérations conjointes avec les autres institutions et agences détachées dans la zone.