POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 12 mai 2010

Jacques Edouard Alexis condamne le comportement anti démocratique de l'opposition

Depuis le renversement de son gouvernement en avril 2008, l'ex-Premier Ministre Jacques Edouard Alexis avait adopté une nouvelle stratégie. Tout en poursuivant son activité politique en tant que coordonnateur de Lespwa, M. Alexis s'était gardé de faire des commentaires dans les medias sur la vie politique Hier 11 mai, l'ex-Premier Ministre a mis un terme à son silence pour condamner la démarche des leaders de l'opposition qui veulent renverser le gouvernement de Préval.
Ces dernières semaines les dirigeants de l'opposition ont organisé des manifestations antigouvernementales dans plusieurs villes afin de favoriser l'avènement d'un gouvernement de transition.
M. Alexis rejette cette option qui a causé trop de torts au pays. Il estime que ces dirigeants de partis veulent un gouvernement de facto parce qu'ils ne peuvent conquérir le pouvoir par la voie des urnes. L'impopularité est donc le vrai motif du mouvement de ces leaders qui sont également opposés a la tenue des élections insiste  t-il
M. Alexis qui dit avoir constaté les dégâts causés par le gouvernement de transition de 2004- 2006 appelle à l'organisation des élections. Il invite les acteurs politiques à œuvrer pour éviter un vide constitutionnel qui peut engendrer une grave crise.

Dans le même temps, l'ex Premier Ministre caresse le désir d'accéder à la magistrature suprême de l'Etat. Il a tenu a rappeler qu'il est un membre de Lespwa et Inité, le mouvance présidentielle au pouvoir.

Cependant Jacques Edouard Alexis affirme qu'aujourd'hui il n'est pas officiellement candidat mais il continue sa réflexion sur cette option.

M. Alexis a apporté son appui à René Préval, 24 heures après la première grande manifestation antigouvernementale de l'opposition depuis 2006.

LLM / Radio Métropole Haïti

Kelly Bastien relativement satisfait du travail de la 48e législature

La possibilité de former une Assemblée Constituante en Haïti afin de doter le pays d'une nouvelle constitution est à l'étude. C'est ce qu'a révélé le Président du Senat de la République. Kelly Bastien soutient que la question a été évoquée avec le chef de l'Etat toutefois le Président René Préval n'a aucun droit de prendre une telle décision, fait remarquer le numéro un (1) du Senat.
Intervenant à la rubrique le point sur le 100.1 de Radio Métropole le docteur Kelly Bastien a estimé qu'une telle initiative presidentielle devrait impliquer la participation de tous les secteurs du pays.
Par ailleurs, le president du Senat a dressé un bilan mitigé des réalisations de la 48 eme legislature.
Il affirme avoir la conscience tranquille en ce qui à trait a un certain nombre de décisions prises par le parlement.
Monsieur Bastien a precisé qu'il s'est toujours efforcé de respecter la constitution et les reglements interieurs du Senat de la Republique.
Interrogé sur le fonctionnement du Grand corps apres le depart de ce nouveau tiers, le parlementaire a indiqué que le quorum devient beaucoup plus fragile avec la presence de seulement 16 senateurs.
Le Senat haïtien va devoir fonctionner avec un quorum fragile avec le depart de ces dix (10) nouveaux parlementaires qui étaient élus pour quatre (4) ans.
EJ/Radio Metropole Haiti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17708

4 mois après le violent séisme Josette Sheeran effectue une visite sur le terrain

La Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Josette Sheeran, a entamé hier mardi une visite de 48 heures en Haïti. Mme Sheeran a pu rendre visite hier à des familles qui bénéficient de l'aide alimentaire du PAM. Au cours de cette première journée de son séjour la directrice exécutive du PAM s'est rendue dans une école publique pour assister à une distribution de nourriture. La visite de Mme Sheeran intervient alors que ce mercredi marque le quatrième mois depuis le passage du violent séisme du 12 janvier. Au cours des premiers mois d'urgence le PAM a distribué une aide alimentaire à plus de deux millions d'Haïtiens.
Récemment l'agence onusienne a lancé une série de campagnes ciblées à l'intention des enfants et des femmes. Les responsables du PAM indiquent que 72.000 repas sont distribués quotidiennement aux enfants de 5 à 16 ans dans 148 écoles de Port-au-Prince. Ils annoncent que ce programme sera étendue dans les villes de province.






Outre l'implication dans le programme de cantine scolaire, le PAM distribue également des compléments alimentaires à plus de 16.000 femmes et 53.000 enfants de moins de 4 ans.






Dans le même temps des paniers repas sont distribués à près de 300.000 familles vulnérables. Des ONG et les autorités locales haïtiennes sont impliquées dans ces distributions.






LLM / Radio Métropole Haïti

Haïti-Reconstruction: Des ONG aident à reconstruire la vie des victimes de traumatismes

Ce 12 mai 2010, 4 mois après la plus grande catastrophe du monde, les victimes du violent tremblement de terre en Haïti peinent à tourner la page. Les nouveaux handicapés, dont des écoliers ont repris tant bien que mal leurs activités. De nombreux amputés ont pu regagner leurs domiciles, tandis que d'autres victimes sont gardés dans les hôpitaux gérés par des ONG dont Médecins du Monde et Médecins sans Frontières. Dans un hôpital de Médecins du Monde à Port-au-Prince, une jeune mère paraplégique tente d'envisager l'avenir grâce à l'appui des psychologues et psychiatres haïtiens et étrangers.
Grâce à cette assistance cette jeune femme commence à accepter sa situation et ne réfléchi plus à la possibilité de se suicider. 4 mois après le choc du 12 janvier, elle envisage de réaliser un petit commerce afin de prendre soin de son enfant et d'un bébé auquel elle donnera naissance avant la fin de cette année.
Les psychologues nationaux et étrangers apportent une assistance à plusieurs centaines de personnes victimes de traumatismes. Des enfants dont les parents ont été tués sous leurs yeux ont repris récemment les activités scolaires.
Plus que les blessures physiques, l'appui aux jeunes et enfants victimes de traumatismes mentaux représente un défi pour les médecins. Interrogée par une journaliste de RFI, la psychologue Roselyne Benjamin a mis l'accent sur l'ampleur de cette tache.
Plusieurs ONG dont CBM et Handicap International apportent un appui aux victimes en vue de favoriser une réintégration sociale. Avec de maigres ressources la secrétairerie d'Etat aux handicapés et d'autres ONG, présentes avant le 12 janvier, intensifie l'effort dans le cadre de la lutte pour la reconstruction de vies.
LLM /Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17706

Le Brésil inaugure le Fonds pour la reconstruction d’Haïti avec 55 millions de dollars

Les premiers projets commencent à être financés, selon la Banque mondiale qui ne fournit aucune précision sur le retard des autres donateurs dans une annonce coïncidant avec le quatrième mois du séisme destructeur du 12 janvier mardi 11 mai 2010, Radio Kiskeya
Le Brésil a versé un montant de 55 millions de dollars au Fonds pour la reconstruction d’Haïti, devenant le premier des pays donateurs à concrétiser ses engagements, a annoncé mardi dans un communiqué la Banque mondiale (BM) chargée de la gestion du Fonds.
Cette structure, qui réunit la BM, la Banque interaméricaine de développement (BID) et les agences des Nations Unies, constitue un guichet unique pour la canalisation de l’aide internationale à Haïti dévastée par le violent tremblement de terre du 12 janvier.
La propre contribution de la Banque mondiale se chiffre à 189 millions de dollars.
Le mois dernier, l’institution financière internationale avait indiqué que les premiers décaissements étaient effectifs et assuraient le financement de projets publics et privés répondant à des besoins à court terme tels que le déblaiement, le logement, les structures sanitaires et les réseaux d’eau et à plus long terme comme l’agriculture, les infrastructures routières et l’électricité.
Sans additionner l’ensemble des engagements des donateurs d’Haïti, le mois dernier, la Banque mondiale soutenait avoir reçu des promesses de 14 pays tandis que d’autres Etats se montraient également intéressés à participer au processus de reconstruction.
A la conférence internationale organisée fin mars à New York, les engagements des différents partenaires bilatéraux et multilatéraux du pays, Etats-Unis et Union européenne en tête, avaient totalisé près de dix milliards de dollars sur cinq ans, dont 5,3 milliards devant couvrir les interventions à réaliser dans différents domaines au cours des 18 prochains mois.
Une Commission intérimaire pour la reconstruction (CIRH), très contestée en Haïti et co-présidée par l’ancien Président américain et émissaire de l’ONU, Bill Clinton, et le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, détiendra tous les leviers du processus annoncé de refondation sociale, économique, institutionnelle et territoriale.
La tragédie du 12 janvier, dont mercredi marquera le quatrième mois, a fait officiellement entre 250.000 et 300.000 morts, 300.000 blessés et 1,2 million de sinistrés. spp/Radio Kiskeya.
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6756