POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 9 mars 2013

Mort de Chavez: Haïti craint pour son avenir

Par RFI
Caracas avait bâti un solide lien avec l’Etat haïtien. Et avec la disparition de Hugo Chavez, les Haïtiens craignent en effet de perdre le pétrole vénézuélien.
Cette interdépendance économique et financière, via notamment le programme Petrocaribe, pourrait donc avoir des conséquences politiques.
 Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron Effectivement, les Haïtiens ont peur sur le plan économique car la pérennisation du programme Petrocaribe focalise les inquiétudes haïtiennes.
C’est une alliance qu’avait créée le Venezuela en 2005, qui permet à 18 pays de la Caraïbe d’acheter du pétrole à prix préférentiel.
Pour sa part, Haïti ne paye que 40% de sa facture à Caracas. Les 60% restants sont à disposition des autorités haïtiennes pour financer par exemple des programmes sociaux. Et ces sommes conséquentes ne doivent être remboursées que sous 18 ans.
Une aide à la reconstruction
Des fonds qui servent bien sûr à reconstruire le pays après le séisme. En décembre, le gouvernement Martelly-Lamothe a lancé trois grands chantiers dans Port-au-Prince grâce aux fonds Petrocaribe. Il s’agit de la construction des ministères de l’Intérieur, du Commerce et des Affaires étrangères. Le coût de ces travaux s’élève à plus de 52 millions de dollars.
Autre exemple : les maisons implantées au nord de la zone métropolitaine, à Morne Cabrit, ont été aussi réalisées grâce à l’argent prêté par le Venezuela, soit 48 millions de dollars pour 3 000 logements.
 Le programme Petrocaribe en question
Les Haïtiens redoutent que ce programme Petrocaribe ne soit révisé si l’opposition venait à gagner les élections vénézuéliennes.
Début janvier, le Premier ministre haïtien Laurent Lamothe s’était rendu à Caracas. Le vice-président Nicolas Maduro lui avait alors garanti que le programme Petrocaribe allait continuer pour tous les pays bénéficiaires.
Mercredi 6 mars, le ministre haïtien des Affaires étrangères déclare que la « coopération va se poursuivre ». Une confiance que ne partagent pas tous les politiciens à Port-au-Prince. Si la droite arrive au pouvoir au Venezuela, Haïti pourrait ne plus bénéficier d’autant d’aides, via notamment ce programme Petrocaribe justement.
http://www.rfi.fr/ameriques/20130307-chavez-haiti-petrole-petrocaribe

Haïti-Éducation-PSUGO : Le MENFP s'attaque à la corruption

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, M. Vanneur Pierre, accompagné des directeurs général et adjoint du ministère, respectivement Denis Cadeau et Ecclésiaste Télémaque, ainsi que le responsable de la Direction d’appui à l’enseignement privé et du partenariat (DAEPP), Wilnor Pierre, s'est dit déterminé vendredi à combattre la corruption dans le Programme de scolarisation universelle, gratuite et obligatoire (PSUGO).
Dans cette perspective, le MENFP a entamé depuis deux semaines, une campagne visant à identifier les écoles non publiques impliquées dans le PSUGO pour lesquelles le gouvernement a fait des débours en faveurs les élèves de conditions modestes.
D’après le directeur général de l’institution, M. Denis Cadeau, cette opération qui entre dans le cadre de la lutte contre la corruption dans le système, permettra aux parents de pouvoir bien identifier les écoles non publiques impliquées dans le programme.
Au total, 7606 établissements scolaires du secteur non public sont à identifier dans tous les départements du territoire national, précise pour sa part, Wilnor Pierre, indiquant que cette démarche vise particulièrement à résoudre le dilemme lié à des tentatives de malversation.
Toutes les écoles impliquées dans le PSUGO sont identifiées par un autocollant placé à vue d'oeil sur la façade de l’institution, a-t-il fait savoir.
Aussi, le MENFP en appelle-t-il les parents à ne pas payer pour leurs enfants en première et deuxième année fondamentale, ou en première jusqu’à la sixième année fondamentale, suivant le contrat signé par le MENFP avec le directeur de l’établissement concerné.
Pour le directeur général adjoint du ministère, M. Ecclésiaste Télémaque, c’est une opération qui entend aller au-delà d’une simple question d’identification d’établissements scolaires. Elle tend, poursuit-il, surtout vers l’amélioration du Programme de scolarisation universelle, gratuite et obligatoire (PSUGO), duquel le gouvernement a préoccupation particulière.
Selon les responsables, l'identification des écoles constitue un aspect important dans la lutte contre la corruption au sein du PSUGO, en permettant de vérifier l'existence réelle de l'école pour toute la communauté.
De plus, les parents seront bien informés des écoles impliquées dans le PSUGO et de la prise en charge des enfants par l'État pour les classes concernées.
 Texte et photo : Alix Laroche alix.l@hpnhaiti.com
http://www.hpnhaiti.com/site/index.php/societe/8906-haiti-education-psugo-le-menfp-fonce-dans-ses-attaques-anti-corruption

Haïti: premiers témoignages de victimes devant la Cour d’appel sans Duvalier

Par AFP
 Des opposants politiques à l’ancien président haïtien Jean-Claude Duvalier ont témoigné jeudi matin devant la Cour d’appel de Port-au-Prince, affirmant avoir été arbitrairement arrêtés et torturés sous les ordres de «Baby Doc», toujours hospitalisé.
L’ancien président, visé par des plaintes d’anciens opposants pour arrestation arbitraire, torture et détention illégale, est hospitalisé depuis le 28 février après avoir été entendu pendant près de cinq heures par les juges.
Jeudi matin, son avocat Aurélien Jeanty a expliqué qu'«il ne se présenterait pas» car «il est toujours hospitalisé».
Après trois absences consécutives aux convocations des juges, l’ancien dictateur, âgé de 61 ans et qui souffre d’arthrose cervicale, était apparu faible et amaigri au tribunal la semaine dernière. Les premières victimes, qui réclament que l’ancien dictateur rende compte devant la justice de ses actes durant ses années au pouvoir (1971 à 1986), ont commencé à témoigner jeudi devant la cour d’appel.
«J’ai été arrêté sans motif le 26 avril 1976 et je porte plainte pour crime contre l’humanité commis par le régime», a déclaré l’ancien député Alix Fils-Aimé.
 «J’ai été torturé puis interrogé par la police secrète puis enfermé dans une cellule pendant 18 mois en solitaire. Je pouvais entendre les cris des autres détenus».
«Pendant mon séjour de 8 mois en prison, on a compté 180 décès dans les cellules», a raconté une autre victime, l’ancien footballeur Robert Duval, qui a raconté son interrogatoire en 1976 dans une caserne militaire avant d’être transféré dans une prison civile.
«Quand un détenu décédait, son corps était jeté dans une fosse commune», a-t-il poursuivi, expliquant qu’il devait sa vie à l’intervention de Jimmy Carter. «Baby Doc», fils de l’ancien dictateur François «Papa Doc» Duvalier, avait pris le pouvoir en 1971 à 19 ans, perpétuant une longue dictature dans ce pays qui est l’un des plus pauvres du continent américain.
Chassé du pouvoir en 1986 par une révolte populaire, Jean-Claude Duvalier avait effectué un retour spectaculaire en Haïti en janvier 2011 après 25 ans d’exil en France.
En janvier 2012, un juge d’instruction avait ordonné son renvoi devant un tribunal correctionnel pour détournements de fonds.
Mais il n’avait en revanche pas retenu des poursuites pour crimes contre l’humanité, estimant que les faits étaient prescrits.
Un groupe d’anciennes victimes a fait appel de la décision du juge. http://www.liberation.fr/monde/2013/03/07/haiti-premiers-temoignages-de-victimes-devant-la-cour-d-appel-sans-duvalier_887062

Haïti-Choléra : Me Jaccéus Joseph : « L’ONU doit dédommager les victimes »

Haïti-Choléra : Me Jaccéus Joseph : « L’ONU doit dédommager les victimes »
SFD/HPN
Nouvelles - Haiti :
Choléra Les récentes déclarations du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, qualifiant d'irrecevables des réclamations faites par des Haïtiens auprès de l'ONU contre la Minustah pour avoir introduit le choléra en Haiti, n’ont pas mis fin au débat.
Le spécialiste en droit international, Me Jaccéus Joseph, avec des arguments juridiques ‘fondés’, veut aller jusqu’au bout dans la lutte. Avocat au barreau de Port-au-Prince et celui du Canada, Jaccéus Joseph, auteur de l’ouvrage « La Minustah et le choléra, procédure pour dédommager les victimes », a insisté sur le principe du droit international exigeant l’ONU à dédommager les victimes.
 « L’immunité n’est pas un obstacle à la réparation civile. Toute immunité a ses limites… », a réagi Me Jaccéus Joseph, rejetant la thèse « d’immunité » évoquée par Ban Ki-Moon pour nier la plainte desvictimes du choléra en Haïti.
 Certes, a admis Me Jaccéus Joseph « la plainte qui a été déposée contre la Minustah n'a pas respecté les procédures... ».
 Le 21 février, Ban Ki-Moon avait, dans un communiqué, informé les avocats des plaignants de l'« irrecevabilité de leur plainte, au titre de la section 29 de la Convention sur les privilèges et les immunités des Nations Unies ».
 Ban Ki-Moon en a également profité de l’occasion pour informer directement le président de la République, Michel Joseph Martelly (qui depuis lors n’a pas réagi), face à cette décision. Pour combattre les arguments de Ban Ki-Moon, l’avocat des victimes Jaccéus Joseph, dans son ouvrage de 128 pages, a démontré la responsabilité pénale de la Minustah dans la propagation du choléra, qui a fait des milliers de morts dans le pays.
 « La Cour internationale de justice prévoit des limites à l’immunité quand l’action porte sur des affaires à caractère civil ou sur les réparations des dommages causés par le personnel onusien sur le terrain », a écrit Jaccéus Joseph.
 Dans un chapitre consacré à l’immunité de juridiction de la Minustah et ses limites selon les instruments juridiques internationaux, Me Joseph a fait savoir : « la question de l’immunité de juridiction est distincte de celle de réparation de tout préjudice subi du fait d’actes accomplis par l’ONU ou par ses agents dans l’exercice de leurs fonctions officielles.
L’organisation peut certes amenée à supporter les conséquences dommageables de tels actes ». Selon l’auteur de « La Minustah et le choléra, procédure pour dédommager les victimes », il est reconnu l’absence de l’immunité – pour l’ONU ou ses membres –, pour des réclamations à caractère civil, même dans le cadre des forces coercitives.
 À propos du titre de la section 29 de la Convention sur les privilèges et les immunités des Nations Unies, avancée par Ban Ki-Moon pour justifier l’irrecevabilité de la plainte, Jaccéus Joseph a rappelé l’affaire de Dato Param Cumaraswamy comme exemple.
Ce dernier, juriste malaisien et rapporteur spécial de l’ONU, avait fait l’objet d’un procès en diffamation en Malaisie pour des propos qui avaient été publiés, en novembre 1995, dans la revue International commercial mitigation.
 Malgré les démarches, sans succès, du secrétaire général de l’ONU pour faire respecter l’immunité du rapporteur spécial, la Cour international de justice (CIJ), en 1998, a refusé l’application de cette Convention pour ce cas particulier.
 En tout état de cause, a signalé Jaccéus Joseph, l’immunité n’empêche pas la poursuite au civil pour réparation au cas où la responsabilité de l’organisation internationale aurait été établie. Me Jaccéus Joseph, qui a consacré une partie de son livre au cas des victimes de l’Opération des Nations Unies au Congo (ONUC) de juillet 1960 à juin 1964, a appelé l’État haïtien à se positionner aux côtés des milliers de victimes pour qu’ils puissent être dédommagé.
 « Le gouvernement haïtien doit exercée une protection diplomatique en faveur des victimes du choléra. C’est à l’État seul qu’il revient de le faire », a précisé Me Joseph.
 Les gouvernements de Belgique, de Grèce, d’Italie, du Luxembourg et de Suisse avaient exercé la protection (ou pressions ou protestations) diplomatique auprès des Nations Unies au nom de certains de leurs ressortissants ayant subis des dommages en raison d’activités illicites des forces de l’ONUC.
Les procédures ont aboutis au point que le secrétaire général de l’ONU a reconnu la responsabilité de son organisation pour « actes illicites » et offert des compensations aux États requérants.
 Depuis la position adoptée par Ban Ki-Moon, des organisations de défense des droits humains, des avocats et des citoyens ne cessent de dénoncer le silence du gouvernement dans cette affaire.
Sylvestre Fils Dorcilus
sylvestref.d@hpnhaiti.com
Twitter : @hpnhaiti / @sfdorcilus
http://hpnhaiti.com/site/index.php/nouvelles/19-haiti--cholera/8899-haiti-cholera-me-jacceus-joseph-l-lonu-doit-dedommagee-les-victimes-r

Haïti-Choléra : Me Jaccéus Joseph : « L’ONU doit dédommager les victimes »

SFD/HPN Nouvelles - Haiti : Choléra Les récentes déclarations du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, qualifiant d'irrecevables des réclamations faites par des Haïtiens auprès de l'ONU contre la Minustah pour avoir introduit le choléra en Haiti, n’ont pas mis fin au débat.
Le spécialiste en droit international, Me Jaccéus Joseph, avec des arguments juridiques ‘fondés’, veut aller jusqu’au bout dans la lutte. Avocat au barreau de Port-au-Prince et celui du Canada, Jaccéus Joseph, auteur de l’ouvrage « La Minustah et le choléra, procédure pour dédommager les victimes », a insisté sur le principe du droit international exigeant l’ONU à dédommager les victimes.
 « L’immunité n’est pas un obstacle à la réparation civile. Toute immunité a ses limites… », a réagi Me Jaccéus Joseph, rejetant la thèse « d’immunité » évoquée par Ban Ki-Moon pour nier la plainte desvictimes du choléra en Haïti. Certes, a admis Me Jaccéus Joseph « la plainte qui a été déposée contre la Minustah n'a pas respecté les procédures... ».
 Le 21 février, Ban Ki-Moon avait, dans un communiqué, informé les avocats des plaignants de l'« irrecevabilité de leur plainte, au titre de la section 29 de la Convention sur les privilèges et les immunités des Nations Unies ». Ban Ki-Moon en a également profité de l’occasion pour informer directement le président de la République, Michel Joseph Martelly (qui depuis lors n’a pas réagi), face à cette décision. Pour combattre les arguments de Ban Ki-Moon, l’avocat des victimes Jaccéus Joseph, dans son ouvrage de 128 pages, a démontré la responsabilité pénale de la Minustah dans la propagation du choléra, qui a fait des milliers de morts dans le pays.
 « La Cour internationale de justice prévoit des limites à l’immunité quand l’action porte sur des affaires à caractère civil ou sur les réparations des dommages causés par le personnel onusien sur le terrain », a écrit Jaccéus Joseph.
 Dans un chapitre consacré à l’immunité de juridiction de la Minustah et ses limites selon les instruments juridiques internationaux, Me Joseph a fait savoir : « la question de l’immunité de juridiction est distincte de celle de réparation de tout préjudice subi du fait d’actes accomplis par l’ONU ou par ses agents dans l’exercice de leurs fonctions officielles.
L’organisation peut certes amenée à supporter les conséquences dommageables de tels actes ». Selon l’auteur de « La Minustah et le choléra, procédure pour dédommager les victimes », il est reconnu l’absence de l’immunité – pour l’ONU ou ses membres –, pour des réclamations à caractère civil, même dans le cadre des forces coercitives. À propos du titre de la section 29 de la Convention sur les privilèges et les immunités des Nations Unies, avancée par Ban Ki-Moon pour justifier l’irrecevabilité de la plainte, Jaccéus Joseph a rappelé l’affaire de Dato Param Cumaraswamy comme exemple.
 Ce dernier, juriste malaisien et rapporteur spécial de l’ONU, avait fait l’objet d’un procès en diffamation en Malaisie pour des propos qui avaient été publiés, en novembre 1995, dans la revue International commercial mitigation. Malgré les démarches, sans succès, du secrétaire général de l’ONU pour faire respecter l’immunité du rapporteur spécial, la Cour international de justice (CIJ), en 1998, a refusé l’application de cette Convention pour ce cas particulier.
 En tout état de cause, a signalé Jaccéus Joseph, l’immunité n’empêche pas la poursuite au civil pour réparation au cas où la responsabilité de l’organisation internationale aurait été établie. Me Jaccéus Joseph, qui a consacré une partie de son livre au cas des victimes de l’Opération des Nations Unies au Congo (ONUC) de juillet 1960 à juin 1964, a appelé l’État haïtien à se positionner aux côtés des milliers de victimes pour qu’ils puissent être dédommagé. « Le gouvernement haïtien doit exercée une protection diplomatique en faveur des victimes du choléra.
C’est à l’État seul qu’il revient de le faire », a précisé Me Joseph. Les gouvernements de Belgique, de Grèce, d’Italie, du Luxembourg et de Suisse avaient exercé la protection (ou pressions ou protestations) diplomatique auprès des Nations Unies au nom de certains de leurs ressortissants ayant subis des dommages en raison d’activités illicites des forces de l’ONUC.
Les procédures ont abouties au point que le secrétaire général de l’ONU a reconnu la responsabilité de son organisation pour « actes illicites » et offert des compensations aux États requérants. Depuis la position adoptée par Ban Ki-Moon, des organisations de défense des droits humains, des avocats et des citoyens ne cessent de dénoncer le silence du gouvernement dans cette affaire.
Sylvestre Fils Dorcilus
sylvestref.d@hpnhaiti.com
Twitter : @hpnhaiti / @sfdorcilus
 http://hpnhaiti.com/site/index.php/nouvelles/19-haiti--cholera/8899-haiti-cholera-me-jacceus-joseph-l-lonu-doit-dedommagee-les-victimes-r

Haïti-SONAPI: Premier centre de restauration au gaz propane inauguré à la SONAPI

Vendredi, 08 Mars 2013
La Société Nationale des Parcs Industriels (SONAPI) en partenariat avec le programme Recho Paw’ de l’USAID et la Sodigaz ont inauguré vendredi au Parc Industriel Métropolitain, le centre de restauration [zone de cuisson] du parc, doté désormais d’une installation de gaz propane, d’un kiosque de vente d’eau, et d’un espace qui accueille les marchands et consommateurs, a constaté Haïti Press Network.
 Cette cérémonie d’inauguration a été déroulée en présence du ministre chargé de la sécurité énergétique, René Jean Jumeau, et celui du commerce et de l’industrie, Wilson Laleau ainsi que des Maires des communes de Delmas, Wilson Jeudi, et de Port-au-Prince, Marie Joseph René.
Initié en avril 2012, ce projet d’aménagement du centre de restauration, permettra aux 52 marchandes de cuisiner au gaz propane pour les 10 milles ouvriers du parc industriel dans de meilleures conditions de travail, d’hygiène et de sécurité plus qu’avant.
 « A partir d’aujourd’hui au parc, il n’y aura plus de charbon de bois », a déclaré le directeur général de la SONAPI, Georges B. Sassine, tout en espérant que cette initiative, qui leur a couté plus de 10 millions de gourdes, aura un effet d’émulation et servira d’exemple à d’autres installations de même type.
« Cet espace est non seulement attrayant mais fournit aussi un environnement plus sain et plus sûr pour les cuisinières et les 10 milles ouvriers qui achètent leur repas tous les jours ici », a indiqué une représentante de l’Aide du peuple américain (USAID).
Pour la réalisation de cette zone de cuisson, la Sodigaz a investi près de 40 milles dollars en équipements, a expliqué à HPN, Jean Reynald Boyer, Directeur général de la Sodigaz. « Nous avons installé des bombonnes, extincteurs, et offert une formation durant 2 semaines aux marchandes sur l’utilisation du propane, les risques qu’il encourent et comment réagir face un éventuel incident », a-t-il ajouté. Les marchandes, principales bénéficiaires du centre, n’ont pas resté indifférentes. Ils ont manifesté leur gratitude envers les initiateurs du projet.
Evens Prosper evens.p@hpnhaiti.com

"Chavez est la Caraïbe, Chavez est Haïti"

MAXImini.com | Politique - Publié le 08/03/2013 à 18:35:21
En Haïti Plusieurs dizaines d’Haïtiens vêtus des couleurs nationales ont manifesté dans les rues de Caracas, dans la matinée des funérailles du président vénézuélien, Hugo Chavez, décédé le 5 mars dernier d’un cancer. "Chavez est la caraïbe, Chavez est Haïti", scandaient les Haïtiens qui entonnaient l’hymne national de leur pays.
Rouge d’émotion, le président haïtien Michel Martelly, accompagné de son Premier ministre, Laurent Lamothe, et du chancelier Pierre-Richard Casimir, assistait aux obsèques de Chávez. Arrivés la veille de la cérémonie rassemblant une trentaine de dirigeants mondiaux et des dizaines de milliers de Vénézuéliens, Martelly et Lamothe arboraient la fameuse chemise rouge caractérisant le style vestimentaire du leader et la révolution bolivarienne. Hommage unanime au "Comandante"
Les deux dirigeants haïtiens, selon des images retransmises en direct par une télévision vénézuélienne, portaient chacun une chemise rouge grenat et étaient assis côte à côte, près du cercueil de Chàvez. Des veillées symboliques ont été organisées dans la soirée du jeudi 7 mars au Cap-Haïtien et aux Gonaïves, à la mémoire de Chàvez.
Le sénateur du Nord Wesner Polycarpe, qui s’exprimait à l’occasion de la veillée symbolique tenue devant la centrale électrique Jose Marti du Cap-Haïtien, construite grâce à coopération tripartite (Haïti-Cuba-Venezuela), a salué le courage de ce celui qu’on appelle affectueusement Comandante.
 "Chavez signifie l’effacement d’une dette de 395 millions de dollars pour Haïti ! Chavez signifie 60 mégawatts de courant électrique pour Haïti", a martelé le sénateur Polycarpe.
Haïti a décrété, depuis mercredi, trois jours de deuil national pour saluer la mémoire d’Hugo Chavez, dont le corps sera embaumé et exposé dans un cercueil de cristal. « Pour que le peuple vénézuélien puisse l’avoir avec lui pour l’éternité », a déclaré le vice-président, Nicolas Maduro.
En attendant, la dépouille mortelle du charismatique leader de l’Amérique latine sera veillée en chapelle ardente pendant au moins sept jours, à la caserne de la Montaña (la "montagne"), dans le quartier populaire 23 de Enero. http://www.maximini.com/fr/news/haiti/politique/chavez-est-la-caraibe-chavez-est-haiti-21309.html

mercredi 6 mars 2013

HUGO CHAVEZ...MORT DE LÉGENDE DU ISECLE

Par SIMON PELLET-RECHT
Depuis quelques jours, l'issue ne faisait guère de doute. En dépit de communiqués "officiels" rassurants, le Venezuela s'était préparé à la mort de son héros. Les allers et retours de Hugo Chávez entre Caracas et La Havane ne trompaient plus personne.
L'état de santé du Comandante était désespéré. Fin février, on apprenait que "son insuffisance respiratoire n'évoluait pas favorablement".
Le 1er mars, le vice-président Nicolás Maduro estimait : "Notre président lutte pour sa vie." La semaine dernière, des rumeurs affirmaient qu'il était cliniquement mort. Qu'à cela ne tienne, les Vénézuéliens sont sous le choc. "Un mythe est mort", explique, les larmes aux yeux, Johan Novoa, un jeune commerçant coiffé d'une casquette Fidel Castro-Che Guevara-Hugo Chávez, tout en priant pour "rendre l'amour [qu'il a] reçu". "Chávez, coeur du peuple"
Il existait, et il existera sûrement encore longtemps, une connexion passionnelle entre Hugo Chávez et des millions de Vénézuéliens. Intitulé "Chávez, coeur du peuple", le dernier slogan de campagne du leader latino a mis dans le mille. "C'est le premier président à s'être réellement préoccupé des pauvres", commente le journaliste révolutionnaire Miguel Ángel Pérez Pirela en évoquant les programmes sociaux impulsés par Chávez pendant ses 14 ans de pouvoir, qui ont permis de réduire drastiquement la pauvreté.
 Carlos Vargas, militant du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), avance avec nostalgie une autre explication : "Chávez était un homme du peuple, il le connaissait et savait lui parler." Lui-même avait pris l'habitude d'affirmer : "Chávez, ce n'est pas moi, Chávez, c'est vous. Chávez est un peuple, un concept : le chavisme."
Né en 1954 dans une famille très modeste des grandes plaines vénézuéliennes, deuxième d'une fratrie de six garçons, Hugo Chávez Frías a vécu une enfance difficile, "mais heureuse", selon ses propres mots. Il vendait des sucreries dans la rue pour aider sa famille et, comme des milliers d'autres jeunes, il jouait au base-ball en sortant de l'école. Au point d'avoir espéré devenir joueur professionnel.
Cette légende dorée, Hugo Chávez l'a entretenue des années pendant son émission dominicale Aló Presidente, dans un style jugé "populiste" par l'opposition. Durant plusieurs heures, le Comandante exposait ses idées dans un langage simple ponctué de chansonnettes, de blagues et de petites histoires moralisatrices. "Chávez est un as de la communication directe, [c'est aussi] un affabulateur", concède l'écrivain Orlando Oramas León dans la préface des Cuentos del arañero (Contes du tisseur de toile), la compilation officielle des centaines de discours de Hugo Chávez.
El Comandante 
Pour le grand public, le mythe de Hugo Chávez est né le 4 février 1992, le jour de son coup d'État manqué contre Carlos Andrés Pérez. En costume militaire, le commandant Chávez assume ses responsabilités en direct et engage ses compagnons à déposer les armes, leur expliquant que les objectifs poursuivis n'ont pas été atteints, "pour l'instant".
Le président Rafael Caldera, à la tête de l'État de 1969 à 1974, et de nouveau de 1994 à 1999, reconnaîtra que ce dernier lui avait "donné une excellente impression, comme à tout le monde. Ces quelques secondes qu'il a utilisées à la télévision montraient un homme équilibré, sensé." Jeté en prison durant deux ans, Hugo Chávez continue d'éponger une soif de lecture qui ne l'a jamais quitté et peaufine son projet politique. C'est ici, loin des projecteurs, que sa popularité grandit. Progressivement, il fait naître le rêve d'une patrie nouvelle, "bolivarienne", du nom du "libérateur" historique du Venezuela face à la couronne espagnole, Simón Bolívar.
 C'est aussi pendant cette période qu'il prend goût au pouvoir. La professeur Herma Marksman, sa deuxième femme, explique l'avoir quitté à cette période pour cette même raison : "La popularité l'a changé, il est devenu une figure messianique."
 Un démocrate aux manières de dictateur 
Vingt ans plus tard, le Venezuela est couvert, des murs aux montagnes, du portrait de cet homme qui se croyait la réincarnation de Simón Bolívar. Le culte de la personnalité, mais aussi les atteintes aux droits de l'homme, les attaques répétées contre les médias d'opposition et la conception centralisée du pouvoir de Hugo Chávez en ont fait l'épouvantail de toute une partie des Vénézuéliens.
Les deux dernières années de sa vie, le Comandante gouvernait essentiellement par décrets, laissant une très faible marge de manoeuvre à son gouvernement. "Sa gestion est devenue beaucoup plus autoritaire après le coup d'État dont il a souffert en 2002 et surtout à partir de sa seconde réélection, en 2006-2007, au moment de lancer le concept flou de socialisme du XXIe siècle", explique l'historienne Margarita Lopez Maya.
 Surfant sur l'immense manne pétrolière, renationalisée en 2002 au prix d'un long conflit social, Hugo Chávez veut alors construire "un nouveau socialisme", basé sur "l'amour, la liberté et l'égalité". Il expérimente de nouvelles formes de production et relance la démocratie directe.
À droite, dans un pays plus polarisé que jamais, les opposants hurlent au clientélisme et dénoncent les écueils de la révolution, principalement l'explosion de l'insécurité.
 Bolívar et le "monde multipolaire"
Ce deuxième mandat, phase de radicalisation de la révolution socialiste, est aussi une période d'approfondissement du projet "bolivarien" de Chávez, celui d'unifier les peuples d'Amérique latine face à "l'empire américain". L'Alliance bolivarienne pour les Amériques, une alternative à la zone de libre-échange promue par les États-Unis, créée en 2006, est la première concrétisation du rêve de toute une vie.
S'ensuit l'intégration à d'autres institutions régionales, comme le Marché commun du Sud (Mercosur), la Communauté d'États latino-américains et caraïbes (Celac) et la Banque du Sud. Sa perception d'un "monde multipolaire" conduit Hugo Chávez à développer de nombreux partenariats avec Cuba, la Chine et la Russie, mais aussi à soutenir des dirigeants critiqués par les démocraties occidentales, comme le Libyen Muammar Kadhafi et le Syrien Bachar el-Assad.
Son cancer, dont il est opéré une première fois en juin 2010, met un frein à ses ambitions de gouverner "jusqu'à 2021", date qu'il s'est donnée pour faire aboutir le projet socialiste. Il remet sa survie entre les mains des médecins cubains, mais aussi de Dieu. Lors de sa dernière apparition à la télévision, le 11 décembre 2012, le révolutionnaire embrasse de nouveau l'effigie du Christ.
"Le semeur" désigne alors un successeur, son vice-président Nicolás Maduro, dans l'espoir de sauver la révolution.
Converti en martyr par les uns, détesté et honni par les autres, Hugo Chávez a laissé une marque indélébile dans le paysage politique vénézuélien, américain et mondial. Les restes du Comandante vont désormais reposer aux côtés de son inspirateur, au mausolée Simón Bolívar.
 Dates-clés :
⁃ 28 juillet 1954 - Naissance à Sabaneta, État de Barinas, Venezuela.
⁃ 4 février 1992 - Tentative de coup d'État avortée contre le président Carlos Andrés Pérez.
⁃ 6 décembre 1998 - Élu à la présidence vénézuélienne avec 56 % des voix, réélu en 2006 et 2012.
 ⁃ 19 décembre 1999 - Les Vénézuéliens acceptent la Constitution de la Ve République proposée par l'Assemblée constituante pro-Chávez, la "meilleure au monde", selon le leader latino.
⁃ 13 avril 2002 - Revient triomphant à Caracas après avoir contré un coup d'État.
 ⁃ 15 février 2009 - Les Vénézuéliens votent "oui" à une réforme de la Constitution permettant à Hugo Chávez de gouverner jusqu'à 2021. 
⁃ 5 mars 2013 - Mort au Venezuela.
http://www.lepoint.fr/monde/hugo-chavez-mort-de-la-legende-du-siecle-05-03-2013-1636416_24.php

ANALYSE - Le Venezuela avait préparé l'après-Chávez

Le Point.fr - Publié le 16/12/2012 à 10:10 - Modifié le 06/03/2013 à 09:22
La longue agonie du chef de l'État avait permis à ses "enfants putatifs" de compter leurs soutiens. Mais, attention, succession à haut risque !
Depuis l'annonce en 2010 qu'il était atteint d'un cancer, la succession d'Hugo Chávez ne cessait d'occuper ses collaborateurs, ministres et alliés. En décembre dernier, le vice-président, Nicolás Maduro, avait endossé un costume blanc pour informer que le processus postopératoire serait "long et dur". Au bord des larmes, la voix chevrotante, le successeur désigné de Chávez avait alors admis que l'opération avait été "délicate". Cet aveu officiel a transformé pendant quelques semaines cet homme de 50 ans en principal favori pour le pouvoir suprême. Aucune des trois précédentes interventions chirurgicales qu'avait subies le président depuis 18 mois n'avait été annoncée.
Mais cette fois, Hugo Chávez avait pris soin d'appeler à voter pour son vice-président en cas d'élection présidentielle anticipée, avant de partir en catastrophe pour Cuba. Un samedi soir de décembre, lors de sa dernière allocution télévisée officielle, ses habituelles blagues n'avaient pas fait diversion. Au moment où il embrassait une effigie du Christ, son regard transpirait la détresse.
Les orphelins du "Comandante"
Depuis lors, les chaînes publiques, comme nostalgiques avant l'heure, passaient en boucle des spots glorifiant les 14 ans que Chávez a passés au pouvoir. Pendant ce temps, les chavistes essayent coûte que coûte de prouver la cohérence du processus socialiste. En campagne pour les élections régionales du 16 décembre dernier, les représentants du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) ont serré les rangs pour sauver la révolution.
Conformément aux dernières recommandations du président malade, ils appelaient à l'unité contre la menace d'un retour de la droite "qui profiterait des circonstances" pour installer de nouveau "l'ordre néolibéral". Tout en évitant soigneusement d'envisager le décès de leur leader, les candidats socialistes aux régionales clôturent dorénavant leurs meetings par un nouveau slogan : "À genoux devant vous, Chávez. Aujourd'hui, demain et pour toujours."
Nicolás Maduro, le successeur Le chantre du "socialisme du XXIe siècle" n'a jusque-là laissé aucune place à d'autres têtes d'affiche du parti. Il a tissé des liens passionnels avec les six millions de militants et militantes du PSUV, qui clament à qui mieux mieux qu'ils préfèrent Chávez à leur père ou à leur mari. L'un des slogans à la mode dans les rues de la capitale, Caracas, depuis samedi est d'ailleurs : "Tout avec Chávez, rien sans lui !" Quelques leaders émergent cependant, et en premier lieu le vice-président, Nicolás Maduro. Cet ancien conducteur de bus autodidacte, dirigeant syndical, est parfois comparé à l'ex-président brésilien Lula da Silva.
À 50 ans, homme-clé du processus politique engagé depuis 1998, Nicolás Maduro a été en tant que ministre des Affaires étrangères "l'un des principaux architectes de la souveraineté du continent latino-américain", selon le politologue chaviste Luis Delgado Arria. Idéologue du parti, l'homme à l'épaisse moustache noire reste très discret. La sociologue Maryclen Stelling commente : "Il n'a pas le charisme de Chávez, mais Simón Bolívar ou Napoléon non plus..." L'expérience du vice-président lui a valu le sobriquet de "muy maduro" (très mature). Mais Nicolás Maduro a d'autres atouts. Parmi eux, son épouse, Cilia Flores, une femme de poids chez les chavistes, actuellement procureur général de la République. Luis Vicente León, président de l'institut de sondage Datanalisis, avance un autre argument : "Nicolás Maduro est un homme populaire et attractif politiquement, parce qu'il appartient à l'aile modérée." Au niveau international, il dispose de la confiance des frères Castro.
D'autres dirigeants d'Amérique latine semblent intéressés par son curriculum. Mercredi, le conseiller en relations internationales de la présidente brésilienne Dilma Rousseff a annoncé que son gouvernement avait pris contact avec le vice-président vénézuélien dans le contexte de la succession de Chávez. "Guerre de succession" Le principal rival de Nicolás Maduro dans ce que certains cadres de l'opposition appellent déjà une "guerre de succession" se nomme Diosdado Cabello.
Compagnon d'armes de Chávez lors du coup d'État manqué de 1992, il est considéré comme l'homme le plus puissant du Venezuela après Hugo Chávez. Très critiqué pour les liens qu'il entretient avec le monde économique capitaliste et pour quelques scandales de corruption, le président de l'Assemblée nationale dispose aussi de larges soutiens dans l'armée.
Sans conséquence, selon Maryclen Stelling, qui explique que "les réserves du peuple contre les militaires ne sont pas aussi fortes que dans d'autres pays d'Amérique latine. À part la marine, l'armée vénézuélienne est historiquement formée par les couches populaires." Mercredi, lors d'une messe de soutien au président donnée par les forces armées, Diosdado Cabello a tenu à mettre en garde ses opposants contre toute "guerre de contre-information visant à diviser" le camp chaviste. D'après Luis Delgado Arria, "Diosdado Cabello est avant tout loyal à Chávez, il connaît bien Maduro et ne s'opposera pas à la volonté du Comandante de le voir président".
Le troisième homme fort du régime sans Chávez se nomme Elías Jaua. L'ancien vice-président est actuellement en campagne pour les régionales dans l'État-clé de Miranda face au candidat de la droite à la présidentielle, Henrique Capriles. À la fin de ses meetings, il suscite le même engouement révolutionnaire, les mères de famille se jetant sur lui pour lui glisser des papelitos, ces bouts de papier sur lesquels sont inscrites toutes sortes de requêtes.
Il faudra aussi compter sur l'influence du ministre de l'Énergie et président de l'entreprise pétrolière d'État PDVSA, Rafael Ramírez, et sur les contacts d'Adán Chávez, le frère du président malade, gouverneur de la région de Barinas. En juin 2011, les médecins donnaient au président vénézuélien un ou deux ans de vie ; 21 mois plus tard, leur pronostic s'est confirmé. http://www.lepoint.fr/monde/le-venezuela-commence-a-penser-a-l-apres-chavez-16-12-2012-1587828_24.php
Hugo Chávez victime de ses "ennemis" ? Le vice-président du pays Nicolás Maduro accuse "les adversaires historiques" du Venezuela d'avoir provoqué le cancer du président. Le vice-président vénézuélien Nicolás Maduro s'est exprimé à l'issue d'une réunion des hauts responsables politiques et militaires du pays. "Nous n'avons aucun doute, arrivera un moment dans l'histoire où nous pourrons créer une commission scientifique (qui révélera) que le commandant Chávez a été attaqué avec cette maladie. (...)
Les ennemis historiques de cette patrie ont cherché un point faible pour atteindre la santé de notre commandant", a-t-il déclaré. Réunion des dirigeants vénézuéliens/ Au lendemain de l'annonce par le gouvernement de l'aggravation de l'état de santé du président, le successeur désigné de Hugo Chávez a également admis que le pays vivait "ses heures les plus difficiles" depuis la quatrième opération du président, le 11 décembre dernier. Peu avant la mi-journée, les autorités avaient convoqué une réunion des plus hauts dirigeants politiques et militaires vénézuéliens au palais présidentiel de Miraflores à Caracas. Étaient notamment présents M. Maduro, plusieurs hauts gradés et les 20 gouverneurs d'États membres du parti socialiste au pouvoir. Expulsion de deux attachés militaires/
Dans la foulée, Nicolás Maduro a annoncé l'expulsion de deux militaires de l'armée de l'air américaine à l'ambassade des États-Unis. L'un d'entre eux, David Delmonico, est accusé de "rechercher des militaires actifs au Venezuela, d'abord pour se renseigner sur la situation des forces armées et (ensuite) pour leur proposer des projets déstabilisateurs".
 Le Venezuela doit également expulser un deuxième fonctionnaire de l'ambassade des États-Unis pour avoir entretenu des contacts non autorisés avec des responsables de l'armée vénézuélienne, a indiqué mardi le ministre des Affaires étrangères Elias Jaua.
 Le Pentagone confirme l'expulsion
Un porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Todd Breasseale, a déclaré que David Delmonico était en route mardi pour les États-Unis. "Nous sommes au courant des allégations proférées par le vice-président vénézuélien (Nicólas) Maduro à la télévision d'État à Caracas et pouvons confirmer que notre attaché de l'Air, le colonel David Delmonico, est en route pour les États-Unis", a déclaré le porte-parole dans un communiqué.
 "Nouvelle et grave infection"
 Lundi soir, le ministre de la Communication Ernesto Villegas avait ravivé l'angoisse des partisans du Comandante en annonçant "une détérioration de la fonction respiratoire (du président) en relation avec son état d'immunodépression, propre à son état clinique". "Actuellement, il présente une nouvelle et grave infection", avait également précisé le ministre.
 Prières pour sa santé
Devant l'hôpital militaire Carlos Arvelo de Caracas, où Hugo Chávez a été admis le 18 février, des dizaines de partisans ont participé mardi à des prières pour sa santé, répondant à un appel lancé sur la télévision d'État. "Je suis venue prier après la nouvelle d'hier, qui était choquante. Notre manière (de tenir) est de ne pas perdre la foi, l'espérance", a confié à l'AFP Marta Rodriguez, une femme au foyer de 50 ans. Autour d'elle, certains sanglotaient entre deux incantations.
Au pouvoir depuis 1999
Hugo Chávez, au pouvoir depuis 1999 et réélu pour six ans en octobre mais empêché de prêter serment en janvier, devait respirer à l'aide d'une canule, après avoir subi une trachéotomie à la suite de complications respiratoires survenues à l'issue de sa quatrième opération, le 11 décembre à Cuba. Il a du mal à parler, avait indiqué le gouvernement.
Si depuis le dernier rapport médical datant de 11 jours le gouvernement admettait que l'évolution de son état de santé "n'a pas été favorable", il affirmait toutefois régulièrement que le patient continuait de diriger le pays disposant des plus importantes réserves de pétrole au monde. Mais il ne parvenait pas à étouffer les rumeurs qui couraient sur l'état de santé réel de M. Chavez, en l'absence de véritables bulletins médicaux.
56 % des Vénézuéliens pensaient que Chávez allait revenir
Pour le politologue Luis Vicente Leon, l'annonce de l'aggravation de l'état du président devait surtout être observée par le "filtre politique". "La politique décidera de ce qui pourra être dit, et quand cela pourra être dit", a-t-il assuré à l'AFP. Selon une récente enquête de l'institut Datanalisis, plus de 56 % des Vénézuéliens pensaient encore que le président se remettrait et reviendrait aux commandes, contre 30 % qui estimaient qu'il ne reviendrait pas.
 http://www.lepoint.fr/monde/venezuela-le-gouvernement-accuse-les-ennemis-du-pays-d-avoir-provoque-le-cancer-de-chavez-05-03-2013-1636376_24.php

Nicolás Maduro, un modéré désigné successeur par Hugo Chávez

Le gouvernement a annoncé mardi soir que le vice-président serait président pendant l'intérim menant à des élections anticipées, d'ici à trente jours. Le vice-président du Venezuela Nicolás Maduro, un ancien chauffeur d'autobus désigné comme héritier politique du président Hugo Chávez décédé mardi des suites d'un cancer, est à 50 ans un vétéran du chavisme qui a endossé ces derniers mois le costume du président. Avant de s'envoler pour Cuba pour une nouvelle opération, Hugo Chávez, 58 ans, avait demandé début décembre aux Vénézuéliens de faire de Nicolás Maduro leur président si lui-même devait quitter le pouvoir, assurant qu'il était "un révolutionnaire à part entière" ainsi qu'"un homme plein d'expérience malgré sa jeunesse".
Le gouvernement a annoncé mardi soir que Nicolás Maduro serait président pendant l'intérim menant à des élections anticipées d'ici trente jours, pour lesquelles il sera sans nul doute le candidat du parti au pouvoir. "C'est l'un des jeunes dirigeants ayant les meilleures capacités" pour diriger le pays "avec sa main ferme, avec sa vision, avec son coeur d'homme du peuple, avec son talent avec les gens (...), avec la reconnaissance internationale qu'il s'est acquise", avait ajouté le président.
 "Le chauffeur de bus Nicolás"
Ministre des Affaires étrangères depuis 2006, Nicolás Maduro a été nommé vice-président par Hugo Chávez dans la foulée de sa victoire à la présidentielle du 7 octobre 2012. Il a même cumulé les deux fonctions durant quelques mois. Auparavant, cet ancien chauffeur de bus et dirigeant du syndicat du métro de Caracas à la haute stature arborant une épaisse moustache sombre avait brièvement été président de l'Assemblée nationale (2005-2006).
En 1999, il avait décroché son premier mandat de député, sous la bannière du Mouvement 5e République, fondé par Hugo Chávez, arrivé au pouvoir la même année. Les destins des deux hommes s'étaient déjà croisés au sein du Mouvement révolutionnaire bolivarien 200 (MBR-200), également créé par Hugo Chávez, à la tête duquel il avait mené son coup d'État manqué contre le président Carlos Andrés Pérez en 2002.
"Regardez où va Nicolás, le chauffeur de bus Nicolás. Il était chauffeur de bus, et comme ils se sont moqués de lui !" s'était exclamé Hugo Chávez en le nommant vice-président. Hugo Chávez, son mentor Son nom avait été cité avec de plus en plus d'insistance à l'heure des pronostics sur le nom du successeur du président malade. Et dès le début des allers-retours médicaux de Hugo Chávez à Cuba, il avait été l'un de ses visiteurs les plus assidus.
La haute silhouette de ce membre de l'aile modérée du chavisme est également devenue familière dans les rendez-vous internationaux depuis qu'il a remplacé à plusieurs reprises un Hugo Chávez affaibli lors de grands sommets.
Des analystes soulignent également son ton conciliant et sa grande capacité à négocier ainsi qu'à naviguer parmi les différentes tendances du chavisme. Mais depuis qu'il exerce de fait le pouvoir, en l'absence prolongée du président Chávez, il a durci le ton à l'égard de l'opposition, notamment de son principal représentant, le gouverneur Henrique Capriles, qualifié de "prince de la bourgeoisie parasite".
À l'instar de son mentor, il multiplie également les apparitions publiques et les discours-fleuve. Et c'est au bord des larmes qu'il a annoncé son décès mardi après-midi. "Anti-impérialiste" "Il est évident que Maduro veut consolider son pouvoir".
 Il a adopté "une stratégie de radicalisation et d'intimidation visant des rivaux internes et externes", estime l'analyste politique Luis Vicente Leon. Pour le politologue et professeur de l'université Ricardo Sucre, "c'est (en outre) le choix des (dirigeants cubains Fidel et Raul) Castro", très proches de Hugo Chávez.
L'historienne Margarita Lopez Maya souligne pour sa part "la fidélité" du "meilleur porte-parole" international du gouvernement Chávez, dont il a parfaitement adopté la rhétorique "anti-impérialiste" et le soutien à des régimes controversés, comme en Iran, en Libye ou en Syrie. Élevé dans le quartier de classe moyenne de
Los Chaguaramos, à Caracas, où il a milité dès le lycée, Nicolás Maduro a également suivi une année de sciences politiques à Cuba. Il est marié à Cilia Flores, autre figure du chavisme et procureur général de la République. http://www.lepoint.fr/monde/nicolas-maduro-un-modere-designe-successeur-par-hugo-chavez-06-03-2013-1636523_24.php
La « révolution bolivarienne » survivra-t-elle à Hugo Chavez ?
 Pierre Haski | Cofondateur
 Le cancer aura eu raison de Hugo Chavez. A 58 ans, le président vénézuelien a succombé mardi à sa maladie. Sa « révolution bolivarienne » lui survivra-t-elle ? C’est le cancer qui aura eu raison de Hugo Chavez. Le président vénézuelien a succombé ce mardi à sa maladie à l’âge de 58 ans, sans avoir pu prêter serment pour son troisième mandat après sa réélection en octobre dernier.
C’est le vice-président, son successeur-désigné, Nicolas Maduro, qui a annoncé le décès de « notre commandant président » : « Nous avons reçu l’information la plus dure et la plus tragique que nous pouvions annoncer à notre peuple. » Hugo Chavez était rentré à Caracas il y a deux semaines après avoir été hospitalisé pendant plus de deux mois à La Havane, où il a subi en décembre une quatrième intervention chirurgicale pour un cancer diagnostiqué en 2011 dans la région pelvienne.
A la tête de la « République bolivarienne » du Venezuela depuis 1999, Hugo Chavez a été un leader charismatique controversé, figure révolutionnaire pour les uns, dictateur en herbe pour les autres, en particulier pour les classes moyennes du pays et pour Washington.
 Pour Human Rights Watch, l’organisation de défense des droits de l’homme basée à New York, le règne de Chavez aura été marqué par une « dérive autoritaire » : « Une extrême concentration du pouvoir et un mépris affiché pour les droits humains fondamentaux. » « Il a derrière lui la majorité de la population »

RÉACTION NUANCÉE DE HOLLANDE
Dans un message diffusé par l’Elysée peu après minuit, François Hollande exprime ses condoléances nuancées à l’annonce de la mort de Hugo Chavez. Il écrit : « Le président défunt exprimait, au-delà de son tempérament et de ses orientations que tous ne partageaient pas, une volonté indéniable de lutter pour la justice et le développement. Je suis convaincu que le Venezuela saura surmonter cette épreuve dans la démocratie et l’apaisement ».
L’ancien putschiste revenu dans le chemin de la démocratie formelle avait néanmoins réussi à gagner toutes les élections depuis son accession au pouvoir, malgré ces accusations d’autoritarisme (menaces sur la liberté de la presse, sur l’indépendance de la justice, etc). Il s’était acquis le soutien des couches populaires du pays par son programme de redistribution sociale que lui permettait la rente pétrolière du pays.
Pour Janette Habel, enseignante à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (Iheal) : « Il a derrière lui la majorité de la population, à savoir les plus pauvres. Notamment dans les Ranchos, des bidonvilles où les enfants ont désormais droit à l’éducation, à la santé. Il a aussi fait construire ces derniers mois quelque 200 000 logements neufs pour les plus démunis. »
En politique internationale, Chavez s’était clairement positionné comme chef de file d’une Amérique latine anti-américaine, dans les pas de Fidel Castro, l’ex-leader cubain qu’il admirait et qui, paradoxalement, lui survit après avoir lui aussi affronté l’épreuve de la maladie et avoir abandonné le pouvoir à son frère Raul. Il n’a toutefois pas réussi à fédérer derrière son leadership, comme il l’espérait, le continent latino-américain contre l’impérialisme américain.
Derrière les gestes d’amitié, des hommes comme le Brésilien Lula ont choisi une autre voie, moins confrontationnelle.
Successeur désigné
Son successeur est Nicolas Maduro. Hugo Chavez l’a désigné en décembre, alors qu’il se savait sans doute condamné à courte échéance. Il avait été clair : « Nicolas Maduro est en situation non seulement d’assumer ma charge… mais vous élirez Nicolas Maduro président de la République bolivarienne du Venezuela. » Maduro n’aura toutefois pas la tache aisée : comme Rue89 l’écrivait début janvier, le successeur du « commandant président » n’a ni la légitimité naturelle, ni le charisme de son mentor.
 Mais l’actuel vice-président, qui sera soumis au vote populaire d’ici trente jours, bénéficiera néanmoins de l’« effet Chavez », comme le faisait observer Alain Musset, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales(Ehess) : « Même si Maduro n’est pas charismatique, il bénéficiera du “martyr Chavez”, dont il est l’héritier. »
Economie de rentes
Le chercheur Alain Musset faisait observer que si Hugo Chavez s’est présenté comme le représentant du « socialisme du XXIe siècle », il n’a jamais initié les changements structurels nécessaires à la réalisation de son ambition, ce que lui reprochent ses détracteurs de gauche. Et il n’a pas réellement préparé le pays à l’entrée dans la « nouvelle ère socialiste » qu’il prétendait incarner : « Avant Chavez, le Venezuela avait une économie de rentes, issue des hydrocarbures, qui bénéficiait aux élites. Les bénéfices vont désormais ailleurs. Mais c’est encore et toujours une économie de rentes.
Chavez n’a pas utilisé l’argent du pétrole pour transformer la production et le tissu économique du pays, ce qui aurait du même coup transformé le tissu social. Certes, il y a plus de justice redistributive, mais elle est soumise au bon vouloir de l’Etat.
Si la droite revient au pouvoir, ces mécanismes disparaîtront et les classes populaires n’auront rien gagné dans l’affaire.
Car le Venezuela est extrêmement dépendant de ses importations. Sur le long terme, une telle économie de rentes n’est pas viable. Le successeur de Chavez aura certainement à affronter une crise économique, politique et sociale. »
La question est donc posée dès ce mardi soir, au-delà du deuil : la révolution bolivarienne survivra-t-elle réellement à son chef disparu ? En France, son supporter numéro un, le leader du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon, a répondu à sa manière à cette question sur son compte Twitter : « Ce qu’il est ne meurt jamais ».

Au Venezuela, l’après-Chavez a commencé. Atteint d’un cancer, le Président réélu a annoncé sa rechute, et désigné son successeur.

« Une page se tourne pour le Venezuela »
Depuis deux ans, il entretient le mystère autour de lui. On ne connaît ni la nature, ni la gravité de son cancer. Dimanche 30 décembre, le vice-président Nicolas Maduro, seul habilité à communiquer sur son état de santé, annonce que Hugo Chavez « souffre de nouvelles complications ».
Elles découlent apparemment d’une infection respiratoire contractée à la suite de cette dernière opération intervenue à Cuba. Les médecins mandatés par le pouvoir castriste tentent une nouvelle fois de remettre sur pied la figure du socialisme sud-américain. Mais la venue à son chevet de Nicolas Maduro et de ses proches ne rassure guère sur l’état de santé préoccupant de Hugo Chavez. Pour Janette Habel, enseignante à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL), c’est un bouleversement : « Une page se tourne pour le Venezuela.
Mais aussi pour l’Amérique latine. » Pendant plus d’une décennie, Hugo Chavez a transformé la politique et la géopolitique d’Amérique latine. Aucune personnalité politique du continent n’a aujourd’hui la légitimité ou le charisme pour prendre le relais.
1 Hugo Chavez n’est pas encore réinvesti président du Vénézuela Réélu, Hugo Chavez n’a pas encore été officiellement reconduit à la tête du Venezuela. La cérémonie d’investiture doit intervenir le 10 janvier. Selon la constitution, la succession s’organiserait différemment si elle intervenait avant ou après cette date.
Deux solutions sont envisageables :
Hugo Chavez est investi mais ne peut pas aller au bout de son mandat de six ans : des élections doivent être organisées sous trente jours, un délai court qui ne laisse quasiment aucune place à un renversement de l’équilibre politique du pays. Ayant désigné son successeur, c’est Nicolas Maduro qui héritera du pouvoir ;

Hugo Chavez n’est pas en mesure d’être investi : jusqu’à ce qu’un nouveau président soit élu, c’est Diosdado Cabello, le président du Parlement, qui sera aux commandes. Ecarté par Hugo Chavez, qui lui reproche de traîner quelques casseroles (des soupçons de corruption pèsent sur lui), Cabello pourrait avoir du mal à quitter le fauteuil après trente jours.
Il redeviendrait aussi une alternative crédible. Mais la probabilité d’assister à une guerre de succession est faible selon Alain Musset, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales(EHESS), qui a dirigé « Géopolitique des Amériques » (éditions Nathan, 2006) : « Le successeur est désigné, c’est Nicolas Maduro. Cabello n’a pas été désigné car Chavez ne lui fait pas confiance. A la disparition du leader, des distensions au sein du parti vont apparaître, mais plus tard. Je ne suis pas sûr que quelqu’un ose s’opposer à la dernière décision du chef. Ça serait presque vu comme un sacrilège – j’utilise volontairement le mot. Même si Maduro n’est pas charismatique, il bénéficiera du “martyr Chavez”, dont il est l’héritier. » Il aurait trente jours pour convaincre. Au-delà des personnes, l’héritage politique de Hugo Chavez sera autrement plus compliqué à assumer. C’est ce que confirme Janette Habel : « Même s’il a dépassé cette tradition en mettant en œuvre une politique sociale radicale et un projet d’alliance latino-américaine, Chavez s’inscrit dans le courant des militaires nationalistes réformistes de gauche d’Amérique latine. Ces derniers n’ont rien en commun avec les gorilles et dictateurs d’Argentine ou du Chili. Chavez respecte la démocratie, même si, ancien militaire, il a cette culture du chef, très autoritaire. Ce qui explique qu’il puisse être vu comme un caudillo. »
 2 Un bilan national contrasté
LES INQUIÉTUDES D’AMNESTY
Dans son rapport annuel de 2012, Amnesty International dresse la liste de ses inquiétudes pour l’état des droits de l’Homme au pays d’Hugo Chavez : « Des défenseurs des droits humains ont reçu des menaces et les détracteurs du gouvernement faisaient toujours l’objet de poursuites engagées pour des motifs politiques. Les mécanismes mis en place pour garantir le respect de l’obligation de rendre des comptes afin d’assurer la bonne marche de la justice et pour contribuer à la prévention des brutalités policières demeuraient insuffisants. De graves épisodes de violences survenus au sein de prisons extrêmement surpeuplées se sont soldés par la mort d’un certain nombre de détenus. »
Les réussites sociales d’Hugo Chavez sont incontestables. Janette Habel rappelle qu’elles lui ont assuré le soutien indéfectible des Vénézuéliens : « J’ai été observatrice au Venezuela lors de deux élections. Je vous assure qu’à chaque fois, il a été élu sans contestation possible. Il a derrière lui la majorité de la population, à savoir les plus pauvres. Notamment dans les Ranchos, des bidonvilles où les enfants ont désormais droit à l’éducation, à la santé. Il a aussi fait construire ces derniers mois quelque 200 000 logements neufs pour les plus démunis. »
Mais en œuvrant sans compter pour obtenir l’adhésion de la frange populaire, Hugo Chavez s’est mis à dos une partie de la classe moyenne. Et les élites traditionnelles – les libéraux et conservateurs ont longtemps gouverné –, lui ont définitivement tourné le dos.
Elles critiquent la démagogie, l’autoritarisme (voir ci-contre les inquiétudes d’Amnesty International) et le clientélisme du pouvoir, comme l’explique Alain Musset : « Les classes populaires lui sont redevables, car Hugo Chavez est à l’origine d’avancées sociales. Il a multiplié les investissements sociaux avec l’argent du pétrole qu’il a aussi transformé en arme diplomatique, rompant les liens entre le Venezuela, les Etats-Unis et l’économie de marché entretenue par les élites. Mais l’opposition considère que cette politique revient à acheter les voix des plus pauvres. Et dénonce la verticalité du pouvoir vénézuelien. » « Le socialisme du XXIe siècle est un échec » Mais c’est en fait sur sa gauche que Hugo Chavez pourrait être le plus critiqué, car il doit en grande partie son ascension politique à son idéologie socialiste, inspirée des Fidel Castro, Salvador Allende, Juan Velasco Alvarado, Omar Torrijos...
Lors de son accession au pouvoir, il s’est ainsi présenté comme le représentant du « socialisme du XXIe siècle ». Selon Alain Musset, malgré sa politique volontariste, Hugo Chavez n’a pourtant jamais initié les changements structurels nécessaires à la réalisation de son ambition. Et à l’entrée dans une nouvelle ère socialiste : « Avant Chavez, le Venezuela avait une économie de rentes, issue des hydrocarbures, qui bénéficiait aux élites. Les bénéfices vont désormais ailleurs.
Mais c’est encore et toujours une économie de rentes. Chavez n’a pas utilisé l’argent du pétrole pour transformer la production et le tissu économique du pays, ce qui aurait du même coup transformé le tissu social.
 Certes, il y a plus de justice redistributive, mais elle est soumise au bon vouloir de l’Etat. Si la droite revient au pouvoir, ces mécanismes disparaîtront et les classes populaires n’auront rien gagné dans l’affaire. Car le Venezuela est extrêmement dépendant de ses importations. Sur le long terme, une telle économie de rentes n’est pas viable.
Le successeur de Chavez aura certainement à affronter une crise économique, politique et sociale. »
3 Chavez, militant de l’intégration sud-américaine 
Même ambivalence sur la scène internationale.
Si Hugo Chavez bénéficie à l’étranger d’une indéniable stature, il le doit en partie à son charisme, à sa rhétorique et à ses positions tranchées. Il a endossé le rôle de chef de file des opprimés, des pays émergents, des nations du Sud. Avec un discours hargneux à l’égard des Etats-Unis pour incarner son propos. Toutefois, selon Janette Habel, le leader socialiste a connu bien des « conquêtes régionales », faisant de l’unification sud-américaine son cheval de bataille : « Il a consolidé l’indépendance nationale de son pays en se revendiquant deBolivar, héros de l’indépendance des colonies espagnoles d’Amérique latine.
C’est dans cette optique qu’il a nationalisé les compagnies pétrolières.
Mais il a aussi porté la voix des pays voisins (Bolivie, Equateur, certaines îles des Caraïbes, certains pays d’Amérique centrale) en leur fournissant du pétrole, parfois à des taux extrêmement préférentiels (à l’image de Cuba), avec la seule ambition de consolider l’intégration latino-américaine. Cela lui a apporté un soutien de poids, notamment à l’ONU, où de nombreuses nations l’ont suivi. »
Dès son arrivée au pouvoir, Hugo Chavez a ainsi fait de la scène régionale sa priorité en matière de politique étrangère. Nicolas Maduo cumule d’ailleurs les rôles de vice-président et de ministre des Affaires étrangères. La diplomatie chaviste s’articulait autour de trois institutions, qu’il a contribué à créer, puis à renforcer : L’Alliance bolivarienne pour les Amériques (Alba) L’Union des nations sud-américaines (Unasur) La Communauté d’Etats latino-américains et Caraïbes (Celac) En organisant politiquement une communauté des Etats latino-américains, en assumant le leadership de ces organisations, Hugo Chavez a fait reculer très largement l’influence des Etats-Unis sur ce territoire, explique Janette Habel : « Derrière tout cela, il y a une chose : le déclin relatif de la puissance américaine sur le sol sud-américain. A sa mort, l’enterrement sera un événement. Tous les chefs d’Etat de la zone seront là, c’est certain. »
 Bras dessus bras dessous avec Ahmadinejad Hugo Chavez allie souvent la parole aux actes. Critiquant l’impérialisme des Occidentaux, il a amorcé un rapprochement avec la Russie, la Chine, et surtout l’Iran – membre influent de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), comme le Venezuela –, au risque de basculer dans « l’axe du mal » de l’ancien président George Bush, selon Alain Musset : « On l’a ainsi vu prendre le président iranien Ahmadinejad par l’épaule pour énerver les Etats-Unis. »
Même scepticisme pour Janette Habel : « Je ne suis pas sûre que c’était la meilleure solution pour manifester son désaccord [avec les Occidentaux, ndlr]. “ Pas certain que Nicolas Maduro ou qu’un successeur prochain pousse jusque-là l’effronterie. L’héritage de Hugo Chavez sera bien difficile à assumer. http://www.rue89.com/2013/01/02/la-succession-dhugo-chavez-un-heritage-difficile-prolonger-238236

Haïti-États-Unis : Échec d’un programme d’emprunts de l’Usaid à travers des institutions financières haïtiennes

P-au-P, 5 mars 2013 [AlterPresse] --- Un programme de l’Agence américaine pour le développement international (Usaid), en coopération avec plusieurs institutions financières haïtiennes, en vue de stimuler l’économie du pays, a échoué, selon les résultats d’un récent audit relayés par le Miami Herald. Le programme visait à offrir des prêts à des entreprises dans les secteurs de la construction, l’agriculture, l’artisanat, la gestion des déchets et le tourisme. La majorité des prêts, qui devaient aller aux femmes, aux nouveaux préteurs, aux petites et moyennes entreprises, n’a pas atteint ces cibles, démontre l’audit, qui a été conduit en février dernier (2013). En revanche, des entreprises - listées comme inéligibles, à cause de leurs activités touchant notamment au jeu, au tabac ou à l’alcool - ont, tout de même, obtenu des prêts. Des emprunteurs, qui auraient pu obtenir des sommes plus importantes dans d’autres institutions financières, ont aussi bénéficié du programme. Les prêts devaient aussi aller vers trois « corridors de développement », identifiés, par les États-Unis d’Amérique, dans le cadre de la stratégie de reconstruction d’Haïti, suite au séisme du 12 janvier 2010. Mais, cela n’a pas été fait, selon l’article qui signale, de plus, que le programme est resté centralisé, car l’argent n’a pas quitté l’aire de la capitale, Port-au-Prince. Cela est particulièrement remarquable dans le cas de Sogebank qui a concentré 90% de ses prêts dans la capitale. Sogebank est l’une des institutions financières, impliquées dans le programme à côté de la société financière haïtienne de développement (Sofhides) et de Le Levier (une fédération de coopératives financières). L’Usaid n’a pas non plus formé suffisamment les préteurs qui, dans certains cas, n’ont pas compris les objectifs du programme ni été en mesure de les articuler avec les pratiques de prêts, révèle Miami Herald. Le journal souligne, en même temps, des paiements tardifs, allant jusqu’à 90 jours, dans le cas de Sofihdes. Des recommandations ont été adressées à l’issue de l’audit, et l’agence américaine se dit disposée à les suivre. En tout cas, fin février 2013, l’ambassade américaine a annoncé fièrement, dans une note, la signature d’un accord entre Overseas Private Investment Corporation (Opic) et une société de Maryland aux États-Unis, Developpement innovations group, pour l’octroi de prêts à « des familles économiquement faibles en Haïti ». Dans ce projet, l’Opic a engagé 17 millions de dollars américains (US $ 1.00 = 44.00 gourdes ; 1 euro = 60.00 gourdes aujourd’hui). On ne sait pas s’il existe des garanties que les failles du programme de l’Usaid ne se répéteront pas avec ces deux institutions. En juillet 2012, le Miami Herald avait révélé des problèmes de gestion des fonds attribués par les États-Unis à des organismes humanitaires au profit d’Haïti. Le manque de transparence de l’information est un élément notoire dans les défaillances du financement américain, indiquait le journal. Cette situation favoriserait la corruption et le gaspillage, et formerait un processus fermé, réduisant la concurrence et empêchant l’évaluation des projets. [kft gp apr 05/03/2013 16:00] http://www.alterpresse.org/spip.php?article14188

Haïti-Coopération : le navire français Dumont D’Urville a livré 16 tonnes de fret humanitaire

Mardi, 05 Mars 2013 16:26 WJL/HPN Nouvelles - Reconstruction Le navire de transport léger de la Marine française, « Dumont D’Urville », a livré mardi sur le quai Sud de Port-au-Prince 16 tonnes de fret humanitaire au profit d’un ensemble d’institutions haïtiennes dont l’Hôpital de l’Université d’Haïti (HUEH) qui bénéficiera d’un lot de matériel médical pour sa section de maternité, a constaté Haiti Press Network. Le capitaine de corvette Cyril Rey, commandant du Dumont d’Urville, a remis officiellement mardi le fret humanitaire au 1er conseiller et chargé d’affaires a.i.de l’ambassade de France en Haïti Dominique Delpuech en faveur de plusieurs institutions telles des écoles, orphelinats, et l’HUEH. Le Directeur de l’HEUH, Mainville Maurice Fils qui était venu recevoir ces dons, n’a pas caché sa satisfaction. Selon M. Mainville, ce lot de médicaments va contribuer à renforcer les soins au niveau de la santé de reproduction à l’HUEH « afin que les femmes haïtiennes cessent de mourir en donnant la vie ». Ce don humanitaire est arrivé à point nommé dans la mesure où, il survient deux jours avant l’inauguration de la section de maternité de l’HUEH le 8 mars prochain qui coïncide avec la journée mondiale de femmes. « Ce n’est pas de la charité », a précisée M. Dominique Delpuech ajoutant que ce don est un engagement qui a été pris au plus haut niveau de l’état français pour la reconstruction de l’HUEH aux côtés des USA et de l’état haïtien. Quatre véhicules ont été également remis à la municipalité des Palmes, dans le cadre de sa coopération décentralisée avec la communauté d'agglomération du centre de la Martinique (CASEM) Un partenariat soutenu par la France, le Canada, la France et la Hollande a été établi en 2010 entre cette région presqu’identique avec la Martinique tant par leur superficie et leur population la CASEM. L’objectif est de mutualiser les ressources et les moyens pour que les communes (Petit-Goave, Grand-Goave, Miragoane) formant cette région puissent fonctionner ensemble. Le président de la communauté des municipalités de la région des palmes (CMRP) Joseph Jean Pierre Salam, a accueilli avec beaucoup de satisfaction ces véhicules. « Ils vont renforcer l’activité en facilitant la concrétisation des différentes les différentes initiatives entamées dans le cadre de ce projet d’intercommunalité », s’est réjoui M. Salam Depuis le séisme du 12 janvier, c’est pour la troisième fois que ce bâtiment militaire des Antilles françaises de 80 m de long et de 1500 tonnes est venu apporter lson soutien à Haïti. Texte et photos de : Wilner.jl@hpnhaiti.com http://www.hpnhaiti.com/site/index.php/reconstruction/8866-haiti-cooperation-le-navire-francais-dumont-durville-a-livre-16-tonnes-de-fret-humanitaire

Haïti: l'ex-président Préval témoin dans le meurtre d'un célèbre journaliste

Par LEXPRESS.fr, publié le 04/03/2013 à 23:49, mis à jour à 23:49 L'ancien président haïtien René Préval a été convoqué comme témoin par un juge d'instruction dans le cadre d'une enquête sur l'assassinat en avril 2000 du journaliste Jean Dominique. Farouche opposant au régime des Duvalier, le directeur de Radio-Haïti Inter avait été tué par balles par des inconnus dans la cour de la station de radio qu'il dirigeait. Nouveau rebondissement dans l'affaire Jean Dominique en Haïti. L'ancien président René Préval a été convoqué comme témoin par un juge d'instruction dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat en avril 2000 du célèbre journaliste. "M. Préval sera entendu à titre de témoin. C'est important qu'il se présente en personne car il était au pouvoir quand le meurtre a été perpétré, il pourrait détenir des informations importantes", a précisé le juge d'instruction Ivikel Dabrésil. L'ex-président a confirmé lundi au média Haïti Press Network qu'il se présenterait "le 7 mars, au tribunal, accompagné de ses avocats". René Préval a dirigé Haïti à deux reprises, de 1995 à 2001 après avoir servi comme Premier ministre du président Jean-Bertrand Aristide, puis de 2006 à 2011 avant de transmettre le pouvoir à l'actuel chef de l'Etat Michel Martelly. Le journaliste Jean Dominique, farouche opposant au régime des Duvalier, exilé pendant la dictature de 1980 à 1986, a été tué par balles le 3 avril 2000 par des inconnus dans la cour de la station Radio Haïti-Inter qu'il dirigeait. Le gardien de la station de radio a également été assassiné. Une "démarche non-politisée", selon le juge "C'est un travail complexe par rapport à la politique, mais ma démarche n'est pas politisée", s'est défendu le juge d'instruction face aux critiques des proches des anciens chefs d'Etat Préval et Aristide, qui assimilent la convocation de René Préval à de la "persécution politique". Le juge Dabrésil a rappelé qu'il avait hérité du dossier sous le gouvernement de René Préval en 2010, mais que les recherches s'étaient arrêtées à la suite du séisme du 12 janvier 2010 qui avait détruit les tribunaux d'Haïti. "Depuis que nous avons été chargés de cette affaire en 2010, nous avons entendu une quinzaine de personnes, dont la veuve de la victime Michèle Montas (ancienne porte-parole du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, ndlr) et un ex-chef de la police haïtienne", a indiqué le juge. Un ancien ministre de l'Intérieur de Jean-Bertrand Aristide, qui pourrait lui aussi être entendu dans l'affaire, a été convoqué le 14 mars par la justice. Depuis 2000, pas moins de 12 juges se sont succédés dans l'instruction de cette affaire qui défraie la chronique en Haïti. Depuis son retrait du pouvoir en 2011, René Préval a quant à lui rarement été vu en public. Il est retourné vivre dans sa province natale au nord d'Haïti, selon ses proches. Avec http://www.lexpress.fr/actualite/haiti-l-ex-president-preval-temoin-dans-le-meurtre-d-un-celebre-journaliste_1226933.html

Haïti- Reconstruction : Lancement officiel d’un projet contre les constructions anarchiques

Mardi, 05 Mars 2013 14:19 MEA/HPN Societe & Loisirs - Societe La Mairie de Port-au-Prince a lancé officiellement mardi, à Bourdon, un projet en vue d’adopter des mesures contre les constructions anarchiques du pays, notamment à la Vallée de Bourdon, a constaté un reporter d’Haiti Press Network. La mairie de Port-au-Prince a annoncé des mesures devant aboutir à la destruction de quelques maisons situées au bord de la ravine. En effet, toutes les constructions sont interdites pour le moment présent, selon ce qu’a indiqué Gérald Junior Estimé, membre de la commission communale de Port-au Prince. « Nous allons travailler ensemble pour qu’enfin la Ville de Port-au-Prince soit libérée », a-t-il lancé. M. Estimé a affirmé la volonté et la détermination de la mairie pour sortir la Vallée dans cette situation critique, et a rassuré que la mairie procédera à des constructions durables, afin que la population ne soit plus victime au moment des catastrophes naturelles. Le représentant de la commission communale de Port-au-Prince a informé qu’il va travailler de concert avec le SMCRS, le CNE et plusieurs organisations non gouvernementales pour rendre la tâche plus facile. « Il faut que la Vallée s’en sorte de ce marasme. Nous avons la volonté de le faire», a-t-il déclaré, avant de soutenir que la mission de la commission communale est d’assainir la Ville de Port-au-Prince. «Nous avons les moyens politiques de réaliser ce rêve. Il suffit d’avoir d’abord la détermination et ensuite les possibilités arriveront », a-t-il avancé en guise de conclusion. Mackendy Emmanuel Alexis alexismackendyemmanuel@yahoo.fr http://www.hpnhaiti.com/site/index.php/societe/8862-haiti-construction-lancement-officiel-dun-projet-contre-les-constructions-anarchiques

Haïti: l'ex-président Duvalier hospitalisé

AFP Publié le 05/03/2013 à 07:01 L'ancien président haïtien Jean-Claude Duvalier, 61 ans, poursuivi par la justice pour crimes contre l'humanité et détournement de fonds, a été hospitalisé jeudi juste après avoir comparu devant un tribunal, a-t-on appris hier d'une source proche de "Baby Doc". "La journée (du 28 février, ndlr) a été éprouvante pour lui. Il a été hospitalisé tout de suite après avoir été interrogé pendant près de cinq heures par des juges d'une cour d'appel de Port-au-Prince", a confié à l'AFP un proche de Jean-Claude Duvalier qui a requis l'anonymat. L'ex-dictateur, qui a été entendu en présence d'un groupe d'anciennes victimes de son régime (1971-1986), devrait être questionné à nouveau lors d'une audience prévue jeudi. "S'il bénéficie de l'exéat de son médecin, il se mettra à disposition du tribunal", a déclaré à l'AFP l'un de ses avocats. Jeudi dernier, lors de sa première comparution devant le juge Jean-Joseph Lebrun, Jean-Claude Duvalier dit "Baby Doc", qui souffre également d'arthrose cervicale, était apparu amaigri et semblait avoir du mal à s'exprimer. Ses réponses aux questions du tribunal avaient été répétées par le greffier de la cour d'appel. Le 21 février dernier, après sa troisième absence, le juge avait ordonné que "Baby Doc" Duvalier soit "amené" devant la justice, pour répondre à plusieurs plaintes pour arrestations arbitraires, tortures et détentions illégales. Revenu en Haïti en 2011 après 25 ans d'exil en France, un juge d'instruction avait recommandé en 2012 de ne pas poursuivre Duvalier pour les crimes de sang, mais avait décidé de le renvoyer devant un tribunal correctionnel pour corruption et détournement de fonds. Un regroupement d'anciennes victimes de son régime ont décidé de faire appel de la décision du juge. Jean-Claude Duvalier, qui est détenteur d'un passeport diplomatique et est libre de ses déplacements, est remarqué de temps en temps dans les rues de Port-au-Prince au volant d'un véhicule tout terrain. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/03/05/97001-20130305FILWWW00258-haiti-l-ex-president-duvalier-hospitalise.php

Emilia Raila: Une Volontaire engagée pour un changement social en Haïti

5 mars 2013 | Publié dans la catégorie : À La Une, Quoi de neuf ? Volontaire des Nations Unies originaire de Tanzanie, Emilia Raila mène son combat contre la pauvreté en Haïti dans son travail, mais aussi au sein d’une fondation locale. « Je déborde d’énergie et de plaisir en travaillant avec la communauté car changer la vie des autres me rend heureuse », confie-telle. Recrutée à la MINUSTAH en tant que Volontaire des Nations Unies (VNU), chargée du recyclage et de la gestion des biens usagés de la mission, elle consacre depuis juin 2011 ses jours de repos au renforcement des capacités des membres du Palais de l’Encadrement des Défavorisés du Tiers Monde (PENDEFATIM), une fondation haïtienne qui œuvre pour l’éradication totale de la pauvreté dans le pays. « Elle nous donne les techniques appropriées pour développer nos communautés sur le plan sanitaire et économique », souligne le Président du Conseil d’Administration de PENDEFATIM, Louis Jeune Michelet. Son implication a aussi permis à la fondation de nouer des liens avec d’autres organisations, et ainsi d’obtenir un appui en matériels, bancs, tables de bureaux ou encore chaises, comme le souligne son responsable des ressources humaines, Edouard Henry. Dans le cadre de l’assainissement et de la lutte contre la pauvreté, elle a par exemple permis à PENDEFATIM d’obtenir plus de 300 brouettes, 400 pelles, des râteaux et des toitures de maison qui ont par la suite été mis à la disposition de personnes vulnérables de Croix des Bouquets, Ganthier et Thomazeau, des communes de Port-au-Prince, la capitale haïtienne. « Avec ce matériel que j’ai obtenu grâce à Emilia, je contribue à l’assainissement de mon quartier car je les prête à mes voisins pour le nettoyage de leurs maisons et des rues », confie Gathia Brice, une habitante de Croix des Bouquets. Pour Michel Wilner, un autre habitant de Croix des Bouquets, l’impact de cette aide a été économique : « Avec ma brouette, je transporte des boissons gazeuses que je vends et ça me permet de gagner un revenu pour subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille », explique-t-il. Motivée malgré le manque d’électricité Tous les samedis matins, Emilia se rend dans les locaux de l’organisation, bravant la chaleur due à l’absence d’électricité, pour donner des cours de gestion aux membres de la communauté. « A travers ces cours, j’essaye de montrer aux membres de PENDEFATIM que leur développement doit d’abord commencer par eux-mêmes», dit-elle. Selon Edmond Yolitha, bénéficiaire de cette formation, bien qu’Emilia soit anglophone, elle parvient à se faire comprendre facilement car elle se base sur des exemples concrets. « Emilia est très explicite pendant les cours et même un analphabète peut comprendre car elle nous fait faire des cas pratiques et elle est très assidue à la formation », souligne-t-il. Emilia n’en oublie pas moins son travail au sein de la Mission, qu’elle a rejointe en novembre 2008 après plusieurs années passées dans le secteur de la santé et de l’assainissement en Tanzanie. Unique femme au sein de l’unité de recyclage et de gestion des biens usagés de la MINUSTAH, cette mère de trois enfants contribue à l’élimination des matières générées par la mission. Pour Charles Etienne René, Officier environnemental de la MINUSTAH, il faut faire preuve d’une grande détermination pour concilier ses tâches au bureau avec l’appui à la communauté. « J’admire l’amour pour le partage de cette Volontaire et en tant qu’Haïtien, je lui suis très reconnaissant de sa disponibilité pour appuyer gratuitement les communautés pour un changement social positif dans mon pays », confie-t-il. Tahirou Gouro Soumana http://minustah.org/?p=40590

Haïti-ASHAPS-ballon d’Or : Wisline Dolcé, la modeste gagnante

Mardi, 05 Mars 2013 14:04 EV/HPN Nouvelles - Sport Wisline Dolcé, milieu de terrain de l’AS Tigresses a été nommée meilleure joueuse de l’année 2012, jeudi, par 210 journalistes sportifs de l'ASHAPS en devançant Manouchka Pierre-Louis (Valentina) et Nerlande Emmanuel (Essentiel). Dolcé est la deuxième a remporté ce trophée, a appris Haïti Press Network. Wisline Dolcé qui a inscrit 11 buts l’année dernière, s’est donnée corps et âme pour donner un second titre consécutif à son club favori l’AS Tigresses pour la saison 2012. « Ouf…, je ne trouve vraiment pas les mots exacts pour expliquer ma joie. Je suis très contente car je ne m’attendais pas à un trophée. Je profite de cette occasion pour dédier ce trophée à Manoucheka et Nerlande ainsi qu’à mes coéquipières, aux dirigeants des Tigresses et j’espère être présente l’année prochaine», a fait savoir Dolcé. Le milieu offensif formé depuis l’âge de 11 ans à l’AS Tigresses a remporté six titres avec ce club et a été élue 3 fois meilleure joueuse du championnat national féminin de première division. Wisline Dolcé, 26 ans a intégré la sélection U-19 à l’âge de 16 ans et à 20 ans elle a joué pour la sélection nationale féminine senior de foot et a marqué environ 15 buts. Auparavant, Wisline avait joué au sein des Tigresses comme milieu récupérateur ou défensif en portant le dossard 6 mais actuellement, elle mène le jeu sur le terrain avec son nouveau dossard 10. Wisline Dolcé, deuxième enfant de sa famille (jumeau avec son frère Wislin Dolcé), a passé 6 mois sous les couleurs de l’université Indiana, l’année dernière et n’a inscrit aucun but lors du championnataméricain. Manouchka Pierre-Louis du Valentina FC a remporté deux fois le titre de meilleure joueuse de l’ASHAPS, elle reste la seule sportive a gagné deux fois un titre. Esther Versière esther.v@hpnhaiti.com
http://hpnhaiti.com/site/index.php/sport/8858-haiti-ashaps-ballon-dor-wisline-dolce-la-modeste-gagnante

Confusion et contradictions au sein de la commission bicamérale

La commission bicamérale chargée de designer les représentants du Législatif au Conseil Electoral est caractérisée par la confusion et les contradictions. Alors que le délai est arrivé à expiration les commissaires continuent d'émettre des points de vue divergents sur tous les dossiers touchant les activités de cette commission. Au cours d'une rencontre tenue le dimanche 3 mars 2013, certains membres de la commission ont envisagé de soumettre les noms des ex députés Pierre Simon Georges et Marie Cluny Dumay Miracle et d'un cadre du Parlement, Nelie Boyer. Le député Danthon Leger indique qu'il n'avait pas pris part à cette rencontre tout en confirmant que les noms de ces personnalités avaient été évoqués. Le sénateur Andrice Riché, présent à cette rencontre, justifie la démarche par la nécessité pour les parlementaires de designer des personnalités proches du Parlement. Il ne faut pas uniquement penser à des personnalités de la société civile mais surtout à des gens ayant un sentiment d'appartenance au Parlement, lance t-il. De son coté le sénateur Melius Hyppolite a fait une autre lecture de la situation. Il juge que la commission doit analyser tous les dossiers soumis au Parlement. Admettant que la commission est confrontée à de grandes difficultés, il espère que les commissaires auront la capacité de transcender pour trouver une solution au problème. M. Hyppolite appelle les commissaires à analyser dans la sérénité les dossiers de tous les candidats. Cependant un autre commissaire Steven Benoît assure que la commission est inexistante. Depuis trois semaines les membres de la commission n'ont pas tenu une réunion, rappelle M. Benoît pour qui il faut abandonner la formule de Conseil Electoral Permanent. Selon le premier secrétaire du Sénat le président Martelly n'a pas d'autres choix que de former un conseil électoral provisoire s'il veut réaliser des élections au cours de cette année. Il préconise la désignation des 9 conseillers électoraux par le chef de l'Etat à partir du liste de 27 personnalités soumises par les organisations de la société civile. LLM / radio Métropole Haïti

lundi 4 mars 2013

Affaire Duvalier: nouvel espoir pour les victimes

La présence au tribunal de l’ancien «président à vie» Jean-Claude Duvalier apporte une lueur d’espoir aux familles des victimes. Parmi les crimes présumés, figurent des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées et des tortures perpétrées pendant les années où il était au pouvoir.
«Le fait que Jean-Claude Duvalier se soit bel et bien présenté cette fois-ci redonne un peu d’espoir quant à la capacité du système judiciaire haïtien à traiter des affaires sensibles, a estimé Javier Zuñiga, conseiller spécial d’Amnesty International. Mais la route vers la justice sera longue.»
Le 21 février 2013, lorsque Jean-Claude Duvalier avait pour la troisième fois refusé de répondre à la convocation de la justice, la cour d’appel avait demandé au procureur de faire venir l’ancien chef d’État lors de la prochaine audience et menacé de l’incarcérer s’il n’obtempérait pas.

Les plaignants enfin entendus
Ayant finalement accepté de se présenter devant la justice, il s’est retrouvé face aux plaignants – les familles des victimes d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées et les victimes d’actes de torture commis lorsqu’il était au pouvoir. Pour la première fois, l’ancien président haïtien a eu à répondre aux questions de la cour et des avocats des plaignants.
«Il est désormais capital que la cour entende les témoignages des victimes et se penche sur l’énorme quantité de preuves éclatantes qui ont été recueillies», a indiqué Javier Zúñiga.
Selon les normes internationales relatives aux droits humains, aucune prescription ne s’applique aux crimes tels que la torture, les exécutions, la détention arbitraire et les disparitions forcées.
«Ce que nous demandons, c’est que Jean-Claude Duvalier ait à répondre de ces crimes horribles qui constituent des crimes contre l’humanité, commis sous son régime, tout en veillant à ce que son droit de bénéficier d’un procès équitable soit respecté», a conclu Javier Zúñiga.
http://www.amnesty.ch/fr/pays/ameriques/haiti/docs/2013/affaire-duvalier-nouvel-espoir-pour-les-victime



Haïti-Mexique;présence d’Haïti au 6e Festival des Communautés étrangères de Querétaro

Dimanche, 03 Mars 2013 19:57
C’est à travers la peinture et la gastronomie qu’Haïti s’est démarqué au milieu de 60 autres pays au Festival des Communautés étrangères qui s’est déroulé du 1er au 3 mars 2013 au Parque Bicentenario dans la ville de Querétaro à environ 200 kilomètres de Mexico.
Bien que le nombre de compatriotes à Querétaro n’atteigne pas la vingtaine, Haïti a été bien représenté, et c’est le peintre Charles Steven Franklin qui a dirigé la participation du pays avec le soutien de l’ambassade d’Haïti à Mexico.
M. Franklin a profité de cette opportunité pour promouvoir Haïti à travers des œuvres d’art et des plats traditionnels que les milliers de festivaliers n’ont pas manqué d’apprécier.
Le vaudou était également à l’honneur. M. Franklin a en effet prononcé une conférence autour du thème « magie et vaudou » à l'auditorium du centre de communication de l'Université del Valle, devant un public curieux d’en savoir plus sur Haïti.
Le président municipal (maire), Roberto Loyola Vera, a tenu à visiter personnellement le stand d’Haïti, où il a été accueilli par l’ambassadeur Guy Lamothe et le directeur du stand, Franklin Charles.
L’officiel n’a pas caché son admiration devant la splendeur des œuvres exposées.
Tout en saluant la présence de l’ambassadeur Guy Lamothe à ses cotés, M. Franklin a déploré le fait que le groupe TOP CONNECTION du Cap Haïtien, dont la performance était prévue au programme, n'ait pu participer au festival".
Il a expliqué que l’ambassade du Mexique en Haïti avaient refusé d’octroyer les visas sollicités par les musiciens attendus à Querétaro.
Pour sa part, l'ambassadeur Guy Lamothe a salué la participation du pays à cet événement qui a attiré la grande foule. "La présence de notre diaspora aux différentes manifestations dans leur pays d'accueil est révélatrice d'un fait : au delà de l’apport financier, la diaspora haïtienne recèle de ressources humaines de qualité, de compétences techniques et intellectuelles pleines d'initiative comme Franklin. Pour Haïti et son développement, l’heure est à la diaspora positive" a déclaré M. Lamothe.
De son coté, le maire Roberto Loyola Vera a vanté l’aspect multiculturel de sa ville. Chaque année, pendant les trois premiers jours du mois de mars, toutes les communautés étrangères vivant à Querétaro, ont l'opportunité de présenter leur culture à travers la gastronomie, la musique, la peinture, la danse et les traditions. Selon les chiffres avancés par l’édile, plus de 10.000 étrangers ont choisi Querétaro comme terre d’accueil.
"La communauté étrangère fait partie intégrante de ma ville" a clamé M. Loyola Vera.
http://www.hpnhaiti.com/site/index.php/societe/8840-haiti-mexiquepresence-dhaiti-au-6e-festival-des-communautes-etrangeres-de-queretaro

La Cour des comptes s’offre un local à 1,5 million de dollars

MAXImini.com | Justice - Publié le 03/03/2013 à 21:01:15 en Haïti La Cour supérieure des comptes et du Contentieux administratif s’est offerte des locaux flambants neufs, estimés à plus d’un million et demi de dollars américains.
 Le nouveau local a été inauguré le vendredi 1er mars 2013, en présence du président de la République, Michel Martelly. Pour la première fois depuis sa création en 1823, la Cour supérieure des comptes et du Contentieux administratif (CSC/CA) s’installe dans des locaux neufs, s’est réjouit Me Nonie Mathieu, présidente de l’institution. La première femme aux commandes de l’institution considérée comme "la gendarme des finances publiques", a rappelé les moments difficiles endurés par la CSC/CA, depuis l’effondrement de son ancien bâtiment lors du séisme du 12 janvier 2010.
La CSC/CA a besoin de matériels et d’équipements nécessaires et également d’un budget approprié pour lui permettre de mieux répondre à sa mission, a lancé la présidente lors de la cérémonie d’inauguration des nouveaux locaux, situés à l’Avenue Christophe, centre-ville de Port-au-Prince.
Pour un meilleur contrôle des fonds publics "C’est le premier bâtiment public érigé dans le cadre de la politique de reconstruction élaborée par le président de la République, a indiqué le bureau de communication de la présidence. L’inauguration des locaux flambants neufs qui vont abriter la CSC/CA s’inscrit dans la lignée des actions du président de la République visant la reconstruction des édifices publics."
Le bâtiment, qui compte dans le palmarès des constructions post séisme, coûte soixante deux millions deux cent mille gourdes ( 62,200,000.00) à l’Etat haïtien. Il a été réalisé par une firme locale : BUGECA S.A. Le Chef de l’Etat a souligné les prouesses des responsables de la CSC/CA, en vue d’assurer un meilleur contrôle des fonds publics.
"Nous avons le devoir moral de garantir la bonne marche de nos institutions. La CSC/CA doit sévir contre les fonctionnaires peu scrupuleux et jouer pleinement son rôle de gendarmes de nos finances publiques", a déclaré le président Martelly qui invite, par ailleurs, les dirigeants de cette institution à agir sans état d’âme. Il a en outre affirmé que la CSC/CA est un outil important dans la lutte contre la corruption. http://www.maximini.com/fr/news/haiti/justice/la-cour-des-comptes-s-offre-un-local-a-1-5-million-de-dollars-21229.html

vendredi 1 mars 2013

Haïti-Duvalier : Une seconde séance fixée à la huitaine, après des heures « historiques » à la cour d’appel

P-au-P, 28 févr. 2013 [AlterPresse] --- L’audience en appel de Jean Claude Duvalier a été levée après environ cinq heures d’interrogatoire et doit se poursuivre à la huitaine, ont décidé les juges évoquant « l’état de santé » de l’inculpé, constate AlterPresse. Durant l’audience, suspendue durant quinze minutes, Jean Claude Duvalier a répondu à plusieurs questions relatives notamment aux victimes de son régime. Il a dit connaitre seulement deux parmi les victimes, Michèle Montas et Robert Duval. Il affirme que ce dernier aurait été arrêté pour possession illégale d’arme à feu et que c’est lui-même qui l’aurait gracié. Ce que Duval dément. « C’est une véritable fumisterie (plaisanterie) », lance Duvalier aux juges après une question concernant précisément Robert Duval. Usant de détours, Duvalier frôle l’arrogance et le mépris, avec le soutien de ses partisans dans la salle qui l’ont applaudit quant il rétorque : « A mon tour je peux leur demander : qu’ont-ils fait de mon pays ? » Interrogé sur des violations de droits humains durant son régime, il renverse le propos pour parler de viol et dit avoir protégé certaines personnes à leur insu. « Les viols existent partout dans le monde…quant à moi j’ignore complètement cette histoire de viol », déclare t-il avant que les juges ne lui précisent que violations de droits humains ne concernent pas uniquement le viol. L’audience s’est déroulée en présence de plaignants, de défenseurs de droits humains nationaux et internationaux ainsi que de diverses personnalités. Une demande de huis clos formulée par les avocats de la défense a été rejetée. A l’issue de l’audition, le Collectif contre l’impunité, qui regroupe plusieurs plaignants, affirme sa satisfaction. Danièle Magloire, la coordonnatrice, parle d’une audience « historique », d’ « un premier pas » et ajoute qu’il s’agit d’une bataille à poursuivre. Un des plaignants, l’entrepreneur et militant Robert Duval, estime que « c’est un bon exercice pour le public. On voit bien que c’était un criminel ». Pour Reed Brody de l’organisation internationale Human Right Watch, « il s’agit d’ores et déjà d’une victoire historique dans un pays où les riches et les puissants ont toujours été au-dessus de la loi ». « Qui aurait pensé que Duvalier serait contraint un jour à faire face à ses victimes devant un tribunal, à subir un interrogatoire sur ses crimes présumés, et à devoir écouter les noms de personnes ayant subi des tortures », s’interroge Brody. « Quelle que soit la prochaine étape, les Haïtiens se souviendront de l’image de leur ancien dictateur, obligé de répondre à des questions au sujet de la répression menée sous son règne », ajoute-t-il. Durant l’audience, de nombreuses personnes ont témoigné leur soif de justice, pendant que des dizaines de partisans de Duvalier se sont massés devant le tribunal, scandant des slogans favorables à l’ancien tyran. Depuis le 24 janvier, date à laquelle la séance a été fixée initialement, les victimes ont du faire face à l’hostilité de la défense qui a tenté d’écarter la cour d’appel du processus judiciaire. Alors que beaucoup parlent d’un rendez-vous d’Haiti avec son histoire, le pouvoir actuel de Michel Martelly, pointé pour une eventuelle accointance avec les figures de la dictature, est scruté. [jep kft gp apr 28/02/2013 16:00] http://www.alterpresse.org/spip.php?article14173