POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 6 mars 2013

Emilia Raila: Une Volontaire engagée pour un changement social en Haïti

5 mars 2013 | Publié dans la catégorie : À La Une, Quoi de neuf ? Volontaire des Nations Unies originaire de Tanzanie, Emilia Raila mène son combat contre la pauvreté en Haïti dans son travail, mais aussi au sein d’une fondation locale. « Je déborde d’énergie et de plaisir en travaillant avec la communauté car changer la vie des autres me rend heureuse », confie-telle. Recrutée à la MINUSTAH en tant que Volontaire des Nations Unies (VNU), chargée du recyclage et de la gestion des biens usagés de la mission, elle consacre depuis juin 2011 ses jours de repos au renforcement des capacités des membres du Palais de l’Encadrement des Défavorisés du Tiers Monde (PENDEFATIM), une fondation haïtienne qui œuvre pour l’éradication totale de la pauvreté dans le pays. « Elle nous donne les techniques appropriées pour développer nos communautés sur le plan sanitaire et économique », souligne le Président du Conseil d’Administration de PENDEFATIM, Louis Jeune Michelet. Son implication a aussi permis à la fondation de nouer des liens avec d’autres organisations, et ainsi d’obtenir un appui en matériels, bancs, tables de bureaux ou encore chaises, comme le souligne son responsable des ressources humaines, Edouard Henry. Dans le cadre de l’assainissement et de la lutte contre la pauvreté, elle a par exemple permis à PENDEFATIM d’obtenir plus de 300 brouettes, 400 pelles, des râteaux et des toitures de maison qui ont par la suite été mis à la disposition de personnes vulnérables de Croix des Bouquets, Ganthier et Thomazeau, des communes de Port-au-Prince, la capitale haïtienne. « Avec ce matériel que j’ai obtenu grâce à Emilia, je contribue à l’assainissement de mon quartier car je les prête à mes voisins pour le nettoyage de leurs maisons et des rues », confie Gathia Brice, une habitante de Croix des Bouquets. Pour Michel Wilner, un autre habitant de Croix des Bouquets, l’impact de cette aide a été économique : « Avec ma brouette, je transporte des boissons gazeuses que je vends et ça me permet de gagner un revenu pour subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille », explique-t-il. Motivée malgré le manque d’électricité Tous les samedis matins, Emilia se rend dans les locaux de l’organisation, bravant la chaleur due à l’absence d’électricité, pour donner des cours de gestion aux membres de la communauté. « A travers ces cours, j’essaye de montrer aux membres de PENDEFATIM que leur développement doit d’abord commencer par eux-mêmes», dit-elle. Selon Edmond Yolitha, bénéficiaire de cette formation, bien qu’Emilia soit anglophone, elle parvient à se faire comprendre facilement car elle se base sur des exemples concrets. « Emilia est très explicite pendant les cours et même un analphabète peut comprendre car elle nous fait faire des cas pratiques et elle est très assidue à la formation », souligne-t-il. Emilia n’en oublie pas moins son travail au sein de la Mission, qu’elle a rejointe en novembre 2008 après plusieurs années passées dans le secteur de la santé et de l’assainissement en Tanzanie. Unique femme au sein de l’unité de recyclage et de gestion des biens usagés de la MINUSTAH, cette mère de trois enfants contribue à l’élimination des matières générées par la mission. Pour Charles Etienne René, Officier environnemental de la MINUSTAH, il faut faire preuve d’une grande détermination pour concilier ses tâches au bureau avec l’appui à la communauté. « J’admire l’amour pour le partage de cette Volontaire et en tant qu’Haïtien, je lui suis très reconnaissant de sa disponibilité pour appuyer gratuitement les communautés pour un changement social positif dans mon pays », confie-t-il. Tahirou Gouro Soumana http://minustah.org/?p=40590

Aucun commentaire: