POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 4 octobre 2010

Wilson Jeudy: un bilan à défendre

Haïti: Il y a à peine trois ans, il n'était rien sur la scène politique. Un maire, fraîchement élu, mais un inconnu et si seul, au milieu de la bruyante faune port-au-princienne. Un jeune adulte, actif à coup sûr, mais une voix couverte par tant d'autres, plus tapageuses et plus lancinantes que la sienne. Sa candidature à la présidence n'est pas née uniquement après ces trois années fructueuses passées, dans des condition épouvantables, à la tête de la mairie de Delmas qu'il a jumelé avec deux villes resplendissantes: North Miami et Santo Domingo. Pour beaucoup de ses collègues, la mairie est un bâton de maréchal. Pour lui, c'était bien davantage: la première étape vers de nouvelles conquêtes. Qui l'a compris à l'époque? Le Directeur administratif et financier de la Mairie, Emmanuel Ménard, son bras droit, certainement.
Né aux Gonaïves, le 10 octobre 1963, il a fait une grande partie de ses études à Port-au-Prince. Marié et père de trois enfants, comptable, diplômé en Droit, certifié en Psychologie et Relations Humaines, il a été tour à tour Juge de Paix (Gonaïves, 1990-1991), Directeur de douane (Saint-Marc et Miragoâne, 1992-1994), Superviseur de Projets (MTPTC, 1988) et Chargé de Mission (TNH, 2002).

Un parcours professionnel placé sous le signe du respect de la loi
Un parcours exemplaire dans l'administration publique. Pourtant, tout avait commencé m al pour Wilson Jeudy, fils de paysans analphabètes. Ses parents étant des cultivateurs de profession, il a dû travailler très jeune lui aussi la terre et élever des animaux. Homme d'intuition et d'action, il a gardé la certitude que le travail et la discipline sont des atouts majeurs. Proche de sa mère, son premier rêve était de "devenir quelqu'un", de trouver un djob pour construire une maison pour elle : «Mon père battait couramment ma mère, se souvient-il avec beaucoup de peine. Je ne l'ai jamais pardonné de l'avoir frappé jusqu'à entraîner un jour la fracture d'un membre inférieur. Pourtant, jusqu'à la mort de mon père, j'ai rempli mon devoir de fils. Je l'ai aidé, soigné lorsqu'il était malade, logé, nourri mais je ne l'ai jamais adressé la parole.» Enfant traumatisé, adolescent orgueilleux, adulte toujours en colère, il a mis des années à se défaire de cette blessure sanglante.
Toujours bien mis, élégant, d'un impeccable bon goût, fier de son énergie de jeune loup, Wilson Jeudy incarne aujourd'hui un homme politique ambitieux et motivé, hostile à toutes les formes de sectarisme idéologique et de clivage politique (macoute, lavalas, GNB). Un maire dont le bilan est à défendre:

Construction Place Gaou Guinou
Construction Marché Delmas 32 Phase I
Construction Marché Delmas 32 Phase II
Construction de route (rue Charbonnière)
Réaménagement écoles communales (Pierre Labitrie, Pierre Maurice et Cité Aux Cayes)
Construction Pont Georges
Construction Pont Lafontant
Construction garage municipal
Construction de la route Delmas 49
Construction de la route Delmas 47
Clôture Terrain pour Bibliothèque Municipal et Cimetière Delmas 75
Monument signalétique Palais Municipal
Réparation Commissariat Delmas 33
Construction du Palais Municipal et Théatre Municipal
Réhabilitation Place Delmas 3

Avec son amphithéâtre, ses trois parkings spacieux (Visiteurs - Officiels - Employés), son cafeteria, ses magnifiques jardins et son théâtre, le superbe Palais Municipal, situé à Delmas 33 (rue Charbonnière prolongée) aménagé après le 12 janvier 2010, est un bel exemple de dynamisme et de réussite! Malgré d'innombrables difficultés, les réalisations remarquables du maire de Delmas montrent très opportunément que Haïti n'est pas condamnée à la logique tétanisante de défaitisme et de la régression. «Qu'il nous soit permis de dire aux Delmassiens et aux Gonaïviens, à travers ma voix reconnaissante, mon immense fierté de les voir impliquées, de m'avoir soutenu, inébranlablement, dans ce combat-là», souligne-t-il. En briguant la Présidence de la République, Wilson Jeudy, ce jeune magistrat courageux, optimiste et plein d'idées de changement, vient nous rappeler avec force illustrations qu'il existe une autre voie, la seule voie constructive: celle de la rupture.
Pourquoi un tel choix? Son mandat n'a pas pris fin et selon tous les sondages réalisés, le Maire JEUDY, contrairement aux autres élus, pourraient aisément se succéder à lui-même. Tout n'est pas perdu. Tout est à refaire. Mais, il a choisi le difficile pari d'aller au niveau national pour continuer le travail commencé au sein d'un gouvernement local et reconnu par ses détracteurs mêmes.
Jeune, fougueux, armé d'un courage et d'une ferme volonté, Wilson JEUDY qui caresse le rêve de devenir le Premier président de souche gonaïvienne depuis 1804 tire sa popularité, des classes bourgeoises et moyennes et surtout au sein de la jeunesse haïtienne dont il en défend la cause sans désemparer. C'est une problématique transversale. La jeunesse représente à ses yeux tout un programme. Il faut canaliser toutes les ressources et énergies possibles dans le cadre de la mise en exécution de politiques publiques en faveur de cette catégorie sociale jusque-là délaissée.
Dans la " Lettre à la Nation" annonçant officiellement sa désignation comme candidat à la Présidence, le Coordonnateur Général de la Plate-forme politique FORCE 2010, Emmanuel MENARD présente Wilson JEUDY comme le candidat de la rupture, et affirme qu'il est "le représentant de la jeunesse qui assurera à la présidence de la République, avec la participation effective de tous les Haïtiens sans exclusivité, le passage à la modernité, à travers des réformes profondes, pour mettre fin à "cette transition qui n'en finit pas".
"A l'heure de cette grande dérive nationale où les tenants du pouvoir ont échoué et face à la situation désastreuse dans laquelle se débat le peuple pour sa survie, ma candidature a fait renaître l'espoir, précise-t-il avec enthousiasme.»
Vif, direct, déterminé, il propose une réforme en profondeur des structures de l'Etat pour la rédynamisation des secteurs de la production nationale en renforçant l'économie par des mesures concrètes visant au redressement général pour un accompagnement social viable en vue d'une société rééquilibrée dans la Paix et la Justice. L'Administration Publique étant extrêmement inefficace et démobilisée, il importe d'en redresser vigoureusement les ressorts. C'est une nécessité pour lui. Continuer >

Sa vison programmatique tient en un slogan:
" Jeunesse au pouvoir
Jeunesse au travail
Faisons la différence
Oui Nou Kapab
Avec Dieu, nous ferons des exploits!"
Avec la candidature de Wilson JEUDY, pour reprendre l'expression heureuse du Professeur Grégoire Eugène : "Le miracle haïtien est possible", clame-t-il. Il est animé par un optimisme serein. Cette image vivifiante qu'il projette est vraiment stimulante pour notre jeunesse.
En racontant avec minutie son parcours professionnel et ses origines familiales, en prenant soin de clamer sa foi religieuse, Wilson Jeudy nous livre en vrac, dans une langue dépouillée et chatoyante, ses vues sur les grandes réformes qu'il préconise. Pas d'homme politique qui n'aspire à la magistrature suprême qui ne se dote d'une sorte de projet de société, qui ne formule en substance, à l'usage des électeurs et à celui de ses partisans, un cadre d'action et de réflexion.
« -Une réforme institutionnelle sera mise en oeuvre pour doter l'Etat d'outils légaux lui permettant de moderniser l'administration publique.
« -L'éducation aura une place prépondérante dans l'action gouvernementale, en prime, la scolarisation universelle, la réforme de l'Université.
«Un programme de santé priorisant la médecine préventive et la construction de centres de santé modernes pour répondre efficacement aux besoins primaires de la population. Le gouvernement sera sensible au sort des personnes atteintes du VIH/SIDA et les autres M.S.T. Dirigé par des cadres compétents et honnêtes, il travaillera de concert avec les organisations internationales afin de doter le pays de centres spécialisés de traitement et de garantir une prise en charge effective des victimes de ce fléau. La réduction du taux de mortalité materno-infantile, la planification familiale, la lutte contre la tuberculose, la malaria, entre autres, constitueront les axes importants de ma politique sanitaire.
«Le système judiciaire haïtien sera réformé. Trop d'abus résultant du dysfonctionnement des institutions, de la corruption, de la lenteur mise dans le traitement des dossiers, de l'incompétence de la plupart des acteurs du système contribuant aux violations systématiques des droits humains surtout des couches les plus vulnérables de la population. L'accent sera mis sur l'indépendance du pouvoir judiciaire, la formation des magistrats et des officiers de justice, l'amélioration de leur condition de travail, la refonte des codes; la construction de bâtiments devant loger nos cours et tribunaux, la réforme générale du régime pénitentiaire, l'implantation d'un programme d'assistance légale en faveur des démunis pour répondre aux problèmes épineux de la détention préventive prolongée.
« Une action concrète sera menée pour la protection de la cellule de base de la société, la famille, qui, malheureusement, tend à perdre l'essence de son être à travers le monde. Le gouvernement devra investir de façon significative dans des programmes sociaux afin de préserver l'unité de la famille et de sauvegarder les valeurs morales qui s'effritent face aux fléaux innombrables tels : la drogue, la prostitution, la délinquance, la violence et j'en passe. Des maisons d'accueil seront construites partout dans nos villes afin d'encadrer les enfants de rues et favoriser leur insertion sociale. Les couches vulnérables de la société haïtienne auront une attention particulière ; les enfants, les femmes, les personnes âgées. Les handicapés bénéficieront de programmes sociaux adaptés à leurs besoins spécifiques.
« Il faut relancer l'économie nationale. Réduction du déficit budgétaire. Lutte contre la fraude et l'évasion fiscales. Renforcement de la législation et des capacités de la Direction Générale des Impôts et de l'Administration Générale des Douanes. Mise en place de structures favorisant l'augmentation de la production nationale.
« Réduction des procédures pour la formation des sociétés commerciales et industrielles. Attirer l'investissement des multinationales par des avantages fiscaux dans ces secteurs porteurs de l'économie comme le tourisme, l'agriculture bio, l'artisanat.
« La création d'emplois massifs permettra de relever le pouvoir d'achat des citoyens, et assurera une confiance auprès des acteurs économiques et renforcera du coup la monnaie nationale. Ce qui aura rapidement une incidence heureuse sur les prix des produits de première nécessité.
« -Le pays est à désenclaver. Un programme routier, comprenant les grands axes qui relient les régions et les routes de pénétration, les routes agricoles et les routes menant vers les sites touristiques et historiques, sera rapidement mis en oeuvre. Il faudra compter dans un premier temps sur les ressources nationales et les institutions techniques étatiques et ensuite préparer les grands projets d'infrastructures avec le financement des grands bailleurs.
« -Un choix clair du programme énergétique est à faire. Le pays devra se pencher sur l'énergie renouvelable, comme l'éolien, le solaire et l'hydro.
« -Les Haïtiens de la diaspora doivent s'impliquer dans les actions de développement du pays. Le gouvernement mettra les structures nécessaires pour leur intégration. La question épineuse de la nationalité sera définitivement réglée par la loi. »`
Difficile d'être plus explicite. Il y a là matière pour un vote responsable et argumenté, lance-t-il en dénonçant les candidats sans programmes, sans bilans, sans expériences. Reconnaissant la valeur des débats contradictoires, il soutient, par ailleurs, que l'argent et les trompe-l'oeil para-médiatiques (banderoles, affiches, spots, posters) ne suffisent pas. Ils ne peuvent pas se substituer aux valeurs et aux idées, à l'honnêteté et aux vertus.
Si Wilson Jeudi évoque un ensemble de problèmes nationaux récurrents, s'il esquisse avec un luxe de détails des solutions et des réformes, il égrène lui-même quelques vérités bien connues, il enfonce quelques portes ouvertes et en vient au volet capital de sa personnalité, celui des convictions et des actions. La brutalité des rapports de forces et le jeu éternellement classique des intérêts ne laissent guère ouverte qu'une mince brèche pour l'action, mais Wilson Jeudy n'aura eu de cesse de l'exploiter à bon escient. Sa foi ardente en Dieu et en Jésus-Christ et sa foi dans les vertus de l'action constructive, voilà les moteurs de sa vie et les raisons de sa réussite dans sa carrière administrative et politique.
Pierre-Raymond Dumas
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=84168&PubDate=2010-10-01

Commentaires:
Ce n'est que de l'euphemisme pur et simple que de dire que Haïti est un pays réellement pathétique. Et quand certains citoyens se parent d'un angélisme idiot on comprend que notre pays ne puisse se retrouver que dans son état actuel. Les peuples n'ont-ils pas les dirigeants qu'ils méritent?
Il m'est arrivé de me demander quelle serait la motivation d'un candidat à la présidence qui sait avec une certitude absolue qu'il ne pourra jamais gagner les élections. Si à côté des élections présidentielles il y avait des élections législatives on aurait pu se dire qu'au moins certains partis politiques récupéreraient des voix au senat ou à la chambre des députés.
Mais une caractéristique de le politicaillerie haïtienne c'est que justement les candidats et les élus n'appartiennent souvent à aucun regroupement politique.
En ce qui concerne le candidat dont la vie est retracée à travers les lignes de cet article, son visage circule sur une video bidon sur you tube ou il se pavane disant qu'il est un grand maire.
Pour une ville comme Delmas sans doute la ville qui brasse le plus d'argent après Pétion-Ville et ses hauteurs
un bilan famélique comme celui du maire devrait inciter à rire à gorge deployée. Comme dans une comédie guignolesque.
Cependant il faut reconnaître à défaut d'avoir fait effectivement quelque chose de bien, qu'au moins il a fait quelque chose....Donc...!

Nouvelle réunion mercredi de la CIRH

A l’ordre du jour de cette téléconférence, l’approbation de nouveaux projets et l’évaluation de ceux antérieurement validés Samedi 2 octobre 2010,Radio Kiskeya
Le Conseil de la Commission intérimaire mixte pour la reconstruction d’Haïti (CIRH) tiendra mercredi prochain par téléconférence sa troisième réunion au cours de laquelle seront approuvés de nouveaux projets en vue de "satisfaire les besoins du peuple haïtien", informe un communiqué.
Tous les membres haïtiens et étrangers de la CIRH ainsi que son directeur exécutif, Gabriel Verret, également conseiller économique du Président René Préval, prendront part à cette réunion qui se déroulera sous la direction du Premier ministre Jean-Max Bellerive et de l’ex-Président américain Bill Clinton, tous deux co-présidents de cette structure restée controversée en Haïti.
Le communiqué souligne que les participants s’attacheront à travailler en fonction des "réponses immédiates et à long terme" que le gouvernement haïtien souhaite apporter dans le cadre du processus de reconstruction post-séisme.
La téléconférence permettra d’autre part de faire le point sur l’état d’avancement des projets déjà approuvés et censés être en cours d’exécution.
Lors de sa première grande réunion plénière à Port-au-Prince, en juillet dernier, la CIRH avait validé un paquet de projets multisectoriels dépassant largement un milliard dollars afin d’insuffler une nouvelle énergie à un pays qui peine à se relever de la catastrophe l’ayant sévèrement frappé le 12 janvier.
Cependant, près de six mois après sa création, en avril dernier, la CIRH accuse un très maigre bilan, nettement en deçà de sa mission portant sur la planification, la coordination et la mise en œuvre des projets de développement et des priorités du pays alors que les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux ont versé à peine 10% des montants promis.
Rivalisant de générosité et de bonnes intentions proclamées, les principaux partenaires d’Haïti s’étaient engagés à accorder une aide à la reconstruction de dix milliards de dollars sur cinq ans en réponse à une tragédie gigantesque qui a fait 300.000 morts, 300.000 blessés, 1,5 million de sans-abri et ruiné l’économie locale. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7096

Réouverture officielle des classe ce lundi

Les élèves ont repris le chemin de l'école, dans le cadre d'une nouvelle année scolaire, 9 mois après le violent séisme, qui a fait plus de 200 mille morts selon les autorités haïtiennes. Dans un message diffusé sur les ondes de plusieurs stations de radio de la capitale, le ministre haïtien de l'éducation, Joël Desrosiers Jean Pierre invite tous les secteurs impliqués dans le système éducatif à jouer leur rôle pour une pleine réussite de cette nouvelle année scolaire.
Monsieur Desrosiers rappelle, que toutes les dispositions on été prises par son administration de concert avec les partenaires internationaux, en vue de réparer certains bâtiments scolaires qui ont été endommagés par le tremblement de terre du 12 janvier.
Le titulaire de l'éducation, a indiqué que son ministère a déjà mis en place, un programme de subvention en faveur de 180 mille enfants.
Sur le plan sécuritaire, la Police Nationale annonce un renforcement de sa présence au niveau de la région métropolitaine de Port-au-Prince.
Selon le porte-parole de la PNH, Frantz Lerebours a fait remarquer qu'un plan a été élaboré en vue de garantir la sécurité, aux abords des établissements scolaires.
Monsieur Lerebours a précisé que des mesures seront adoptées afin de rendre plus fluide la circulation dans les grandes artères.
EJ/Radio Métropole Haïti
Commentaires:
Reprenons cette fameuse idée prêtée au ministre de l'éducation nationale : "Monsieur Desrosiers rappelle, que toutes les dispositions on été prises par son administration de concert avec les partenaires internationaux, en vue de réparer certains bâtiments scolaires qui ont été endommagés par le tremblement de terre du 12 janvier."
En voilà un de ces ministres qui prennent les gens pour des billes. J'ai failli dire pour des cons. Neuf mois après le tremblement de terre, une rentrée de classe programmée depuis et voici l'autre qui annonce que des dispositions sont prises en vue de la refection de certains batiments. N'est ce pas un peu tôt monsieur le Ministre. A votre palce j'attendrai les vacances scolaires pour reocnstruire les écoles dont les immeubles ont été réduits en ruines et poussières. L'été prochain il n'y aura pas d'élèves ce sera plus facile de reconstruire. Non?
Il est évident que le ridicule ne tue pas.

Des membres de l'UE sont attendus en Haïti ce lundi

Une mission du service de l`aide humanitaire et de la protection civile de la Commission européenne (ECHO), doit arriver ce lundi en Haïti. L'annonce a été faite par l'Union Européenne, dans un communiqué. Cette délégation conduite par Monsieur Esko Kentrschynskyj, responsable de ce service pour l'Amérique latine, les Caraïbes, l`Asie et le Pacifique, séjournera dans le pays pendant 4 jours.
L`objectif de cette mission est d'effectuer un suivi de l'aide humanitaire fournie par la Commission européenne au cours des derniers mois.
La mission visitera des projets financés par ECHO à Port-au-Prince et en divers endroits du pays.
Elle rencontrera les responsables des ONG, agences des Nations-Unies et Mouvement de la Croix Rouge en charge de l'aide sur le terrain, ainsi que de nombreux bénéficiaires de l'aide européenne.
Rappelons que L'Union européenne a fourni une aide humanitaire de première urgence à Haïti immédiatement après le séisme. Plus de 315 millions d'euros ont été apportés par la Commission européenne et les États membres de l'Union européenne (UE) en faveur d'opérations de secours dans le pays.
Selon les responsables de la délégation, L'engagement européen en Haïti est massif et prend en compte tous les aspects de la situation difficile dans laquelle se trouve le pays.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18300

Les candidats retardataires de la campagne électorale

Une semaine après le coup d'envoi de la campagne électorale certains candidats à la présidence tardent à faire apparaître leurs posters dans les rues de la capitale. Ancacis Jean Hector ( Modejha), Genard Joseph (Solidarité) et Josette Bijou ( indépendant) entre autres sont pratiquement invisibles. Genard Joseph refuse d'évoquer des problèmes financiers comme la principale cause de son retard dans la campagne. Il dit être précautionneux pour que ses photos ne soient pas détériorées par les averses qui s'abattent sur la région métropolitaine.
Le sénateur Anacacis Jean Hector lui n'attend pas le bon temps pour lancer sa campagne. Il avoue qu'il n'a pas encore reçu un support financier appréciable de la part des hommes d'affaires.
Entre temps le parlementaire a reçu un coup de pouce de certains de ses homologues et hommes d'affaires dominicains qui l'ont aidé à préparer un premier stock de photos. Dans les prochains jours le sénateur Jean Hector disposera de 36 billboards dans les principales artères de la capitale.
Tout en poursuivant sa collecte de fonds auprès de ses partisans de la classe moyenne, le sénateur Jean Hector s'interroge sur la provenance des fonds énormes utilisés par certains candidats. Il y a des hommes d'affaires proches du pouvoir, qui ne lésinent pas sur les moyens afin d'assurer une continuité, révèle le sénateur Jean Hector qui envisage d'enquêter sur certains contrats entre les secteurs privé et public.
Anacacis Jean Hector et Genard Joseph, contrairement à docteur Josette Bijou, ont reçu une subvention de 2 millions de gourdes du Trésor Public. L'ancienne ministre de la santé Publique avoue qu'elle ne dispose pas de ressources financières pour réaliser une campagne électorale sur 2 mois.
Se présentant comme une citoyenne honnête, Mme Bijou assure qu'elle n'a pas en sa possession d'énormes ressources de provenance douteuse.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18298

Les Etats-Unis apportent une assistance permettant à la BID d'annuler la dette d'Haïti

Les responsables de la Banque Interaméricaine de développement (BID) ont annoncé le 29 septembre dernier l'annulation de la dette d'Haïti évaluée à 484 millions de dollars. Cette décision a été prise suite au versement d'une avance de la contribution des Etats-Unis dédiée aux prêts du Fonds pour les opérations spéciales (FSO) de 204 millions d´USD. L'accord a été paraphé par le président de la BID, Luiz Alberto Moreno et Lael Brainard, responsable du département du Trésor du Secrétariat pour les affaires internationales des Etats-Unis en présence du Chef de mission à l´Ambassade Haïtienne, William Exantus.
M. Moreno a affirmé que cette contribution permettra de soulager Haïti de toutes ses obligations de dette envers la BID. " Cela permettra de libérer des millions en aide pour le développement à Haïti, sans créer aucune charge future pour un pays qui fait face à d'énormes défis", a-t-il insisté.
De son coté, Mme Brainard a assuré que les Etats-Unis sont en train de fournir de l'aide en effectif pour améliorer les conditions de vie du peuple Haïtien.
En conformité avec l'accord d'augmentation de capital de la BID, le gouvernement des Etats-Unis apporte une contribution à hauteur de 237,4 millions de dollars au Fonds pour opérations spéciales. Les 204 millions de dollars débloqués favoriseront l´annulation de la dette Haïtienne.
La contribution permettra aussi à la BID de convertir en subventions environ 144 millions en prêts concessionnels non déboursés approuvés avant 2007 (date à laquelle Haïti est devenu un pays à ne plus recevoir que des subventions). De plus, l´avance du paiement des Etats-Unis laissera disponibles 60 autres millions de dollars pour de nouvelles subventions en faveur d'Haïti.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18299

Anabelle Langlois participera à la nouvelle saison de Battle of the Blades

Publié le 02 octobre 2010
Serge L'Heureux,  Le Nouvelliste
(Trois-Rivières) Après avoir mis un terme à sa carrière compétitive après la dernière saison et les Jeux de Vancouver, Anabelle Langlois se trouvera impliquée dans une compétition d'un autre genre à compter de demain. La patineuse originaire de Grand-Mère a, en effet, accepté de participer à la série Battle of the Blades, diffusée sur les ondes de CBC.
Conçue sur le modèle des téléréalités à la sauce Star Académie, l'émission jumelle un ancien joueur de la LNH avec une patineuse artistique. «J'avais prévu de reprendre mes études après avoir pris ma retraite, mais ils ont pensé à moi, raconte-t-elle. Ça avait vraiment l'air intéressant; j'ai beaucoup d'amies qui l'ont fait, l'an dernier, et elles avaient beaucoup aimé.»
Dès le début, une première surprise attendait Anabelle Langlois, jumelée avec... Georges Laraque! «J'avoue que c'était un peu difficile à croire au début, ajoute-t-elle. Comme je suis la plus petite des patineuses, je m'attendais à être jumelée avec le plus petit joueur. Au lieu de ça, je suis avec le plus gros!»
«Les gens me disent qu'on est comme la Belle et la Bête, lui et moi. Et je dois dire que c'est vrai!» s'amuse-t-elle de son nouveau partenaire, avec qui elle travaille depuis près d'un mois. «En partant, ce n'est pas le plus gracieux! reconnaît-elle. Mais Georges m'impressionne à tous les jours; c'est un gars vraiment comique et très travaillant. Il veut vraiment être un patineur.»
Après de premiers entraînements à Montréal, les deux patineurs ont poursuivi leur préparation à Edmonton en vue de la première émission, qui sera diffusée dimanche. «Je lui ai montré beaucoup de choses au début, avec d'autres personnes qui nous ont aidés. Depuis que nous sommes à Edmonton, on nous a assigné David Pelletier comme entraîneur, avec mon ancien partenaire Cory Hay comme assistant.»
Et Laraque s'améliore, selon elle. «Il s'améliore à tous les jours. De tous les joueurs de hockey, c'est le seul qui a conservé les vrais patins de patinage artistique, avec les dents au bout. Tous les autres sont retournés aux patins de hockey. Pour lui, c'est plus difficile de s'adapter, mais c'est vraiment un gros travaillant. Je ne sais pas ce qu'il trouve le plus dfficile: un camp d'entraînement au hockey ou le camp des Battle of the Blades. Mais en tout cas, il sue!» s'amuse-t-elle à nouveau.
«Avec sa force physique, c'est étonnant tout ce qu'il peut faire avec moi. On travaille sur des numéros qui sont axés sur sa force», ajoute-t-elle.
En plus d'hériter d'un partenaire inattendu, Langlois a découvert un personnage attachant. « J'ai trouvé un ami. Je le connaissais de réputation, mais je ne m'attendais pas du tout à rencontrer la personne que j'ai vue. Il est comme un gros ourson en pluche! Ce n'est pas du tout l'image que j'avais de lui. On a vraiment du fun ensemble», assure-t-elle.
La patineuse espère bien que cette bonne entente permettra à son équipe de franchir toutes les étapes de la compétition. «Georges a vraiment le coeur à la bonne place, surtout que nous amassons de l'argent pour une bonne cause: la construction d'un hôpital à Haïti. Je ne sais pas si on va se rendre jusqu'au bout, mais en tout cas, le monde va se souvenir de nous! On ne passera pas inaperçus!» prévoit la patineuse. Elle et Laraque porteront le numéro 57. Avis à ceux qui voudraient voter pour eux...
http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/sports/201010/02/01-4328928-anabelle-langlois-participera-a-la-nouvelle-saison-de-battle-of-the-blades.php

Une touche magique

Publié le 02 octobre 2010.-
Aoua Bocar Ly-Tall
L'auteure est sociologue et chercheure associée à l'Institut des Études des femmes à l'Université d'Ottawa.
Quand certains trouvaient dommage le fait qu'une militante progressiste comme Michaëlle Jean ait accepté le poste de gouverneure générale du Canada, craignant que cette fonction plutôt conservatrice ne la change, j'avais alors déclaré à Radio-Canada que ce serait elle qui changerait cette institution, «car Michaëlle apporte une touche particulière à tout ce qu'elle touche».
Maintenant qu'elle quitte Rideau Hall, je peux dire que l'histoire m'a donné raison: mené avec grâce, elle achève son mandat en beauté. Cinq ans, c'est peu de temps. Mais, c'est suffisant pour faire des erreurs. Loin de ça, son Excellence Michaëlle Jean a mis à profit cette fonction jugée sans pouvoir réel, pour mettre en oeuvre ses convictions, appliquer ses principes et pourquoi pas, réaliser ses rêves.
Sincère dans son engagement pour la justice sociale et pour le progrès humain, elle a d'abord tendu la main aux communautés et aux couches défavorisées du pays. Elle a dirigé en premier lieu son attention vers les Premières Nations en guise de reconnaissance de leurs contributions à la société canadienne. Elle a consacré sa toute première sortie internationale à l'accompagnement des anciens combattants autochtones au cimetière de guerre canadien à Bény-sur-mer, en France.
C'est dans ce même esprit de réparations des injustices subies qu'elle ira leur témoigner son soutien dans leur lutte pour la préservation de leurs traditions, dont la chasse au phoque. Elle affirmera son appui par le geste spectaculaire d'une bouchée de coeur de phoque suintant de sang. Michaëlle Jean quitte en beauté, couverte d'éloges tant par la société civile que le milieu politique. Elle a marqué les consciences par sa sensibilité et son don de partager les joies et peines de l'autre. C'est ce que déclarait Della Morley, représentante des mères du Canada ayant perdu leurs enfants dans les combats en Afghanistan, à l'occasion de l'hommage que les Forces armées ont rendu à leur commandante: «J'étais anxieuse et bouleversée ce matin, mais après avoir passé quelques minutes au téléphone avec vous, j'ai eu l'impression de parler à une amie qui partageait ma douleur.»
Le ministre de la Défense du Canada, Peter MacKay, qui a partagé avec elle la douloureuse tâche d'accueillir les dépouilles de nos soldats tués en Afghanistan, lui a rendu aussi hommage: «Vous avez transporté la compassion du pays sur vos épaules. Vous avez personnifié l'émotion sincère.»

Ajouter une légende

On ne mesure pas suffisamment l'influence positive de la nomination de Mme Jean. Pour la communauté des Afro-Canadiens, largement discriminée, elle a été un symbole d'encouragement des parents à leurs enfants. Les propos d'une mère noire sont très révélateurs: «Quand mon fils a tendance à se laisser aller au découragement, je lui dis: regarde Michaëlle Jean, elle est arrivée ici avec sa mère et sa soeur comme réfugiées, aujourd'hui, elle la chef d'État du Canada. Travaille fort et bien comme elle, tu y arriveras toi aussi.» «Michaëlle Jean a su présenter une autre image des Haïtiens, trop souvent associés aux gangs de rue», estime Jean-Ernest Pierre, avocat et animateur à la radio CPAM.
Témoin oculaire de sa première visite d'État en Afrique comme membre de sa délégation d'experts, je peux affirmer que Mme Jean a impressionné partout et donné une belle image du Canada.
Par ces réalisations et surtout son caractère profondément humain, Michaëlle Jean a modifié l'image de l'institution de gouverneur général, peu connue de beaucoup de citoyens jusqu'à son arrivée. Sans affirmer qu'elle lui a rendu ses lettres de noblesse, avec une touche magique et gracieuse qui lui est propre, elle l'a sorti de l'ombre et a accru l'aura du Canada dans le monde.
Souhaitons-lui le même succès éclatant dans ses fonctions d'envoyée spéciale de l'UNESCO auprès d'Haïti.
http://www.cyberpresse.ca/opinions/201010/01/01-4328657-une-touche-magique.php

Des spécialistes de l'éthique

Publié le 02 octobre 2010
Publié le 02 octobre 2010
Annie Morin,
Le Séminaire Saint-Alphonse, où le père Lavoie aurait commis
 les gestes reprochés, a cédé sa place à une nouvelle
institution depuis.
PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL, LAETITIA DECONINCK
Le Soleil
(Québec) L'importance des Rédemptoristes dans la région de Québec tient beaucoup à leur rôle de gardiens du sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré et à leur engagement dans l'enseignement.
Les Rédemptoristes sont environ 6000 à travers le monde actuellement, mais ils ne seraient plus que quelques dizaines dans leur fief de la Côte-de-Beaupré. Comme bien d'autres, la communauté est victime de la désaffection des Québécois à l'égard de la religion et les recrues viennent aujourd'hui d'aussi loin que le Viêtnam, raconte Marc Pelchat, doyen de la faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval, qui l'a constaté lors d'une récente visite.
Les Rédemptoristes se sont installés au Canada en 1878, à l'invitation de l'évêque de Québec qui leur avait demandé de prendre en charge le sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré. Encore aujourd'hui, le lieu attire des fidèles du monde entier, particulièrement pendant la neuvaine de juillet. Dans leur site Internet, les Rédemptoristes se présentent comme «des missionnaires de l'amour de Dieu».
La province rédemptoriste de Sainte-Anne couvre très large. Elle inclut cinq résidences au Québec et deux au Nouveau-Brunswick, mais aussi les communautés rédemptoristes d'Haïti et du Japon.

Académie pontificale
Leur qualité d'enseignants a permis aux Rédemptoristes de rayonner auprès de la population de Québec, au séminaire Saint-Alphonse, bien sûr, mais aussi à l'Université Laval. Le groupe possède d'ailleurs sa propre académie pontificale à Rome - l'Alfonsianum, du nom de saint Alphonse, fondateur des Rédemptoristes -, sorte d'université spécialisée dans la théologie morale. Ils s'intéressent donc aux questions d'éthique chrétienne, individuelle et collective.
Selon Marc Pelchat, les nouvelles accusations portées contre un deuxième père rédemptoriste causent «un grand tort et pas seulement à eux. Ça rejaillit sur toute l'Église, sur les religieux et les gens qui sont dans la prêtrise».
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201010/01/01-4328866-des-specialistes-de-lethique.php

Le fédéral fait un don de 3 millions à la Fondation Michaëlle-Jean

Publié le 01 octobre 2010
Le mandat de Michaëlle Jean à titre de gouverneure générale
du Canada a pris fin plus tôt cette semaine.

PHOTO: ADRIAN WYLD, PC
La Presse Canadienne, Ottawa.-
Le gouvernement du Canada a annoncé, vendredi, l'octroi d'un don de trois millions de dollars à la fondation créée par l'ancienne gouverneure générale Michaëlle Jean.
Le premier ministre Stephen Harper a aussi indiqué que le gouvernement versera aussi une contribution équivalente pour chaque dollar de financement privé, jusqu'à concurrence de 7,0 millions $ sur une période de dix ans.
Dans un communiqué, M. Harper a noté que Mme Jean s'était distinguée par son engagement envers tous les Canadiens ainsi que par sa compassion et le leadership dont elle a fait preuve à la suite du tremblement de terre en Haïti en janvier 2010.
La Fondation Michaëlle-Jean «utilise les arts et la créativité pour encourager et appuyer des jeunes à l'échelle du Canada en vue de stimuler et d'accroître leur participation civique et d'améliorer leur bien-être». Cet organisme sans but lucratif, basé à Ottawa, a été mis sur pied en 2010.
Depuis 1960, le gouvernement du Canada rend hommage aux anciens gouverneurs généraux en soutenant des initiatives qu'ils ont appuyées durant leur mandat.
Mme Jean a été nommée envoyée spéciale en Haïti de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).
David Johnston a été officiellement installé à titre de 28e gouverneur général du Canada vendredi matin.
http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201010/01/01-4328792-le-federal-fait-un-don-de-3-millions-a-la-fondation-michaelle-jean.php

«Mosquée de Ground Zero»: une construction futuriste

Publié le 02 octobre 2010.-
Associated Press, New York.-
Cette ébauche virtuelle du futur centre musulman
dévoile un bâtiment aux allures futuristes.

PHOTO: AP
Les esquisses du futur centre musulman qui devrait être construit à deux coins de rue de Ground Zero montrent un bâtiment futuriste enveloppé d'alvéoles aux formes abstraites et occupé par bien plus d'espaces séculiers que de lieux de culte.
Les plans sont encore au stade préliminaire, mais reflètent tout de même la volonté de l'équipe d'ériger un immeuble urbain et amusant.
La plus grande partie de l'édifice, soit quatre étages sur seize, accueillera un centre de conditionnement physique et une piscine. Un autre étage sera monopolisé par un service de garde et une salle de jeu.
Le reste de l'édifice sera entre autres utilisé par un restaurant, une école culinaire, des studios d'artistes, un espace d'exposition et un auditorium. M. El-Gamal explique que l'idée était de mettre sur pied un espace qui attirerait les voisins grâce à son centre sportif et les banlieusards musulmans qui cherchaient un lieu romantique au centre-ville.
L'espace de prière occuperait deux paliers du sous-sol. Au 12e étage de l'édifice se trouverait un mémorial à la mémoire des victimes des attentats du 11-Septembre, ouvert aux individus de toutes les confessions.
Le groupe qui fera construire le centre culturel espère recevoir 27 millions de dollars américains grâce à une campagne nationale de financement dirigée vers les musulmans américains. Le reste de l'argent nécessaire à la construction du centre, soit environ 100 millions, sera obtenu grâce à un prêt bancaire.
Le premier coup de pelle aura probablement lieu d'ici deux ou trois ans, selon Sharif El-Gamal, le gestionnaire du projet.
http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201010/02/01-4329022-mosquee-de-ground-zero-une-construction-futuriste.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_etats-unis_286_section_POS4