POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 16 août 2011

Editorial Board Opinion: Haiti, stuck in the mud

By Editorial, Published: August 15 THREE MONTHS after his inauguration, the presidency of Michel Martelly, Haiti’s new leader, is dangerously close to running aground. Two of his nominees for prime minister have been rejected by Haiti’s opposition-dominated parliament. In the absence of a fully functioning government, international aid and investment have slowed to a crawl. So have Mr. Martelly’s own top priorities — resettling hundreds of thousands victims of last year’s earthquake still living in tent cities, and reviving the nation’s shattered public schools so that children have access to education.
No one expected miracles from the new president, a political neophyte whose celebrity as a bawdy carnival singer helped catapult him to the presidency. The keys to his elective success were his popularity as a performer and his status as an outsider. But, with no real party structure of his own, he’s also been unable to work his will in parliament. Hence the rejection of his two candidates for prime minister.
Mr. Martelly shares the blame. Rather than seeking reconciliation and new allies following bruising, deeply flawed elections, he has continued to rely on a small circle of friends and advisers. His first pick for prime minister, an intelligent American-educated entrepreneur, had no more political experience than Mr. Martelly. His second, a former justice minister remembered chiefly for reprisals and repression directed at his ideological enemies, stood no chance of confirmation — as Mr. Martelly was repeatedly and publicly warned.
Meanwhile, the president made five overseas trips in his first eight weeks in office — including one to Spain, a country of little significance for Haiti. It’s hard to know whether these rookie mistakes are the product of inexperience, incompetence or both.
Now the president says that it may be another six months before he manages to install a prime minister to lead his government. If that turns out to be the case, it will only compound Haitians’ suffering and confirm the growing international impression of a rudderless, politically querulous nation incapable of helping itself.
Already, reconstruction efforts have been painfully slow. More than 600,000 people, displaced from their homes by the quake, remain in tent-and-tarp cities in and around the capital of Port-au-Prince. Vast fields of rubble remain to be cleared. Of $5.6 billion pledged by international donors for what was to be the original, 18-month recovery period following the earthquake in January 2010, scarcely 40 percent has been disbursed, and far less has actually made its way to projects on the ground.
It’s not that the new president lacks decent ideas or instincts. He has proposed a solid pilot plan for resettling tens of thousands of displaced residents of tent cities, and he has wisely extended the mandate of an interim relief commission led by Bill Clinton and Jean-Max Bellerive, prime minister under the previous government. His program to provide free primary education to children, and to finance it with higher taxes on wire transfers and international calls, is sensible.
But if Mr. Martelly is to have even a slight hope of success, he needs to reach out to his adversaries in parliament, widen his circle of advisers and broaden his base of support. So far, he’s stuck in the mud.
http://www.washingtonpost.com/opinions/haiti-stuck-in-the-mud/2011/08/05/gIQAbK5hFJ_story.html

Vail Valley Voices: What I saw in Haiti

Amy Herron Vail, CO, Colorado
I recently went to Haiti to see Haiti. I wanted to discover if Haiti is as bad and as dangerous as the American news machine would have us believe.
So in spite of the language barrier (I don't speak French or Creole), the protests of friends and family or the fact that I did not know anyone in Haiti, I bought a plane ticket.
I naively thought I would find a way to help. Indeed, almost every Haitian I met, would ask, with identical sarcastic tone and slight role of the eyes: “Are you here to help Haiti?” What was going on here? What did it mean that “help” was viewed as laughable, maybe even ludicrous?
Perhaps the answer lies amid the 10,000 or so non-government organizations working in Haiti. It is as if Haiti is being occupied by NGOs and even though this occupation falls under the umbrella of “doing good,” it still comes with all the humiliations and benefits an occupation brings to a poor, uneducated, indebted people whose strength is sapped by a history of internecine struggles.
Repeatedly NGO workers declared, “Darling, you don't understand.”
But I might. I understand that if you give away food in a tent community, you cripple the local economy by inhibiting vendors from selling their local food.
I understand that a tent school is not a long-term solution, only a short-term logistical problem. After all, if you don't provide the school supplies or the salary for a teacher, you did not actually create a school.
I understand that putting in a water purification system in a rural village that requires purchasing a new filter from a an American company every six months does not just improve the health in a community, it also creates a long-term dependency both financially and morally. And there is nothing clean about that.
I understand that homes damaged from the earthquake should not have to be demolished by hand.
I understand this is dangerous, heart wrenching work -- to return to your own home to dismantle the memories and the concrete without the use of cranes, bulldozers and jackhammers. Yet that is precisely the task people are beginning to undertake throughout Port-au-Prince, and there is no NGO providing the tools, technology or knowledge to do it any other way. The fact that these things are every day occurrences should not be understandable.
All NGOs are not created equal. There are worthwhile organizations doing beautiful, inspiring work in Haiti. I witnessed one: L'Athletique D'Haiti. On the outskirts of Cite de Soleil, Haiti's most notorious slum, a miracle is occurring. kKds are given a safe haven to be kids. It is here, on the only open soccer field left in all of Port-au-Prince, that 2,000 kids come daily to play soccer.
Since L'Athletique D'Haiti's inception 16 years ago, this non-profit has grown into an organization that provides sports training, nutrition, medical and educational assistance to underprivileged youth living throughout Port-au-Prince.
This is what an NGO is supposed to be about: providing opportunity, harnessing hope, teaching life lessons, encouraging education while providing discipline, love, and nourishment for the body and the mind.
Here I saw Universal Children Rights in action -- poor and wealthy kids, side by side participating in the joy of soccer, discovering the truths of teamwork and hard work.
It is amazing how things have returned to normal in Port-au-Prince, but in this case normal is not good. It is a structural failure, a human failure. For things to return to normal, it is a return to the broken.
I reject the notion that the average Haitian's response to immense tragedies are any different than how you or I would act if thrust into those situations. They are simply doing what they must to survive. I do not write that to belittle the Haitian spirit but to overcome the essence of separation within that statement.
The connotation that “we” are somehow different, that Haitians are not “us” but instead a “they.” I reject this.
The resilience to continue living through poverty, earthquake, cholera, camps, political oppression and social distress is not a testament to the Haitian spirit but to the human spirit. We are all connected.
Amy Herron is a Vail resident.
http://www.vaildaily.com/article/20110815/EDITS/110819932/1021&ParentProfile=1065

Haïti-Migration et Coopération : Pourquoi le refus d’hospitalité envers les migrants Haïtiens en Amérique du Sud ?

Au moment où le président haïtien Michel Martelly est en tournée en Amérique du Sud (du mercredi 10 au dimanche 14 août 2011) , ne serait-il pas opportun pour le chef d’État de passer en revue, avec ses homologues, la situation difficile à laquelle font face des dizaines de milliers de compatriotes dans cette région du monde ? « Tout kote nou pase, yo refize nou ospitalite », Tabou Combo, gwoup ayisyen
Par Wooldy Edson Louidor
Bogota, 11 août 2011 [AlterPresse] --- De l’Équateur au Brésil, en passant par le Pérou, la Bolivie, le Chili et le Venezuela, des dizaines de milliers d’Haïtiens sont disséminés partout en Amérique du Sud en quête d’opportunités, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.
Bon nombre d’entre eux ont été forcés de fuir Haïti, suite au séisme du 12 janvier 2010, ou sont empêchés de retourner dans leur pays à cause de la situation humanitaire difficile qui y sévit.
En juin 2011, le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (Hcr) et le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits humains (Hcdh) ont reconnu le caractère précaire des conditions de vie en Haïti.
La république caribéenne ne peut assurer ni une protection ni une prise en charge appropriée pour certains groupes vulnérables dans le cas de rapatriements [1].
Les deux agences spécialisées de l’Organisation des Nations Unies (Onu) ont même demandé aux gouvernements du monde entier de renouveler, pour causes humanitaires, les autorisations de résidence et autres dispositifs permettant aux Haïtiens de rester en dehors de leur territoire.
Cependant, les gouvernements sud-américains se montrent plus déterminés à fermer leurs portes et à durcir leurs politiques migratoires et de refuge envers les Haïtiens arrivant sur leur territoire, au lieu de créer des conditions pour protéger leurs droits humains [2].
Un accueil digne et humain des Haïtiens constitue le talon d’Achille des gouvernements sud-américains, malgré leur volonté de contribuer à la reconstruction d’Haïti depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010.
Les Haïtiens en Amérique du Sud, une présence de plus en plus remarquable
La présence des Haïtiens en Amérique du Sud est de plus en plus remarquable, principalement en Équateur, au Chili et dans l’Amazonie brésilienne, suivant le constat dressé par AlterPresse.
Par exemple, les flux migratoires haïtiens en Équateur et au Chili, les deux principales portes d’entrée des Caribéens en Amérique du Sud, ont considérablement augmenté durant les trois dernières années (entre 2008 et 2011).
Le nombre d’entrées des Haïtiens au Chili est passé de 392 (en 2008) à 477 (en 2009) et à 820 (en 2010), indique le service national du tourisme du pays sud-américain.
Seulement, du premier janvier au 30 juin de cette année 2011, 669 Haïtiens ont atterri au Chili, selon la même source officielle.
D’autre part, 1,258 Haïtiens sont rentrés en Équateur en 2009 contre 1,687 en 2010 et 1,875 du premier janvier au 30 juin de cette année 2011, d’après les statistiques fournies par la direction de migration de la police équatorienne.

Le cas brésilien
Le cas brésilien est symptomatique de l’accroissement des flux migratoires haïtiens et de leur difficile situation en Amérique du Sud.
Au cœur de l’Amazonie, le plus grand fleuve du monde, personne ne peut s’imaginer qu’on rencontrerait des Haïtiens dans cette région si lointaine.
Ce ne sont ni deux ni trois, mais plus de 500 Haïtiens, hommes et femmes, dont une majorité de jeunes, qui se trouvent actuellement bloqués à Tabatinga, ville brésilienne située au milieu du fleuve de l’Amazonie, dans la triple frontière Brésil-Colombie-Pérou. Ils ne peuvent ni continuer leur voyage à l’intérieur du Brésil, ni rebrousser chemin vers leur pays d’origine.
Après le tremblement de terre qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, les Haïtiens ont commencé à arriver à Tabatinga par groupes de 8 à 10 personnes. En juillet 2010, 140 Haïtiens avaient déjà transité par cette petite ville brésilienne en direction de Manaus, la capitale de l’état de l’Amazone.
Au total, le nombre d’Haïtiennes et d’Haïtiens, qui sont arrivés à Tabatinga tout au cours de l’année dernière (2010) s’élève à environ 500.
De janvier jusqu’au 18 juillet 2011, 825 Haïtiens ont été interviewés par la police fédérale de migration de Tabatinga, alors que plus de 500 Haïtiens, actuellement bloqués dans cette contrée brésilienne, sont sur la liste d’attente pour être interviewés ou attendent leur protocoles de réfugiés en vue de continuer leur voyage à l’intérieur du Brésil.

Tout un périple et un grand investissement
Le voyage, réalisé par les Haïtiens de leur pays à Tabatinga, est, dans le sens propre du terme, un périple.
Plusieurs d’entre eux voyagent en bus de Port-au-Prince à Santo Domingo ; ensuite de la capitale dominicaine à Quito ou Lima en avion, et finalement à Iquitos et Santo Rosa jusqu’à Tabatinga en bateau.
Les migrants utilisent tous les moyens de transport : avion, bus, bateau.
Le trajet vers la ville brésilienne peut durer des semaines, voire un mois. Seulement, le voyage à l’intérieur du Pérou peut durer de 5 à 6 jours, considérant le trajet de Lima à Pucallpa en bus, et, de là, à Iquitos et à Santa Rosa en bateau.
Dans tous les points du long voyage, d’Haïti à République Dominicaine, Équateur et Pérou, ils sont reçus par des trafiquants, principalement haïtiens, auxquels ils doivent payer d’importantes sommes d’argent pour tous les services rendus : transport, alimentation, logement et l’aide reçue.
Celles et ceux, qui entreprennent le voyage depuis l’aéroport de Port-au-Prince, racontent qu’ils ont été obligés, sous fortes menaces, de verser entre 200 à 1,000 dollars américains (US $ 1.00 = 41.00 gourdes ; 1 euro = 61.00 gourdes aujourd’hui) à des fonctionnaires d’une ligne aérienne et de la migration haïtienne, depuis le premier check-in en arrivant à l’aéroport jusqu’au dernier qui se réalise juste avant de prendre l’avion.
Pour leur extorquer de l’argent, les fonctionnaires haïtiens menacent de leur faire perdre le vol, sous prétexte que la lettre d’invitation ou la réservation de l’hôtel, présentées par les voyageurs, deux documents supposément requis par les autorités équatoriennes et péruviennes, ne sont pas valides.
Le coût total du voyage d’Haïti à Tabatinga oscille entre 2.500 à 5.000 dollars américains.
En plus d’investir le peu d’argent qui leur reste après le séisme dévastateur, les victimes et leurs parents ont dû vendre et/ou hypothéquer tous leurs biens et propriétés pour payer cette grande somme.
Les parents, qui vivent aux États-Unis d’Amérique, contribuent aussi, de manière généreuse, à payer le coût de ces voyages, en leur envoyant de l’argent en Haïti, ou dans les pays où les victimes se trouvent en transit.

Réactions des gouvernements sud-américains
Face à l’accroissement des flux migratoires haïtiens vers les territoires de différents pays sud-américains, aucun gouvernement sud-américain n’a osé accueillir de façon digne les étrangers.
Nul ne veut être le premier à ouvrir ses portes avec hospitalité, par peur d’être envahi par les Haïtiens.
Immédiatement, suite au tremblement du 12 janvier 2010, des gouvernements sud-américains ont manifesté des gestes d’amitié et de solidarité envers les Haïtiens sur leurs territoires, en régularisant leur situation migratoire ou en facilitant le regroupement familial.

Mais, six mois après ?
Ils ont purement et simplement oublié les Haïtiens présents sur leur territoire, se concentrant davantage sur la coopération avec Haïti en vue de la reconstruction du pays dévasté ou pour le maintien de leurs troupes militaires ou policières au sein de la mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah).
À titre d’exemples, la Bolivie n’a fait que fermer sa frontière aux Haïtiens qui utilisaient son territoire pour transiter de l’Équateur vers le Chili, le Brésil ou la Guyane Française.
L’Équateur et le Chili admettent ,avec de plus en plus de rigueur, la rentrée et le séjour des Haïtiens sur leurs territoires. La discrimination frappe bon nombre d’Haïtiens dans ces deux pays, du fait de leur couleur, de leur nationalité et de leur statut migratoire.
Par exemple, même celles et ceux, qui ont acquis en Équateur le visa humanitaire pour 5 ans ou le statut de réfugiés, sont obligés d’abandonner ce pays, en raison de la discrimination dont ils sont victimes au moment de demander du travail auprès d’employeurs qu’ils qualifient de « racistes ».
Outre la discrimination et la stigmatisation, au Chili, la grande difficulté - à laquelle ils sont confrontés - est l’obtention de leur permis de résidence. Pour régulariser leur situation migratoire, ils n’ont d’autre choix que de solliciter de l’État chilien le visa de résidence sujet à contrat de travail.
Malheureusement, le peu d’employeurs, qui acceptent de leur donner du travail, le font de manière informelle sans contrat de travail, par refus de respecter la loi et les droits des travailleurs.
La chaîne de télévision chilienne Chilevisión [3] a réalisé, en mai 2011, un reportage montrant les conditions infrahumaines, dans lesquelles 16 haïtiens travaillaient dans un champ d’oignons près de la ville chilienne de Santa Cruz.
Ces travailleurs haïtiens « saisonniers », qui étaient traités comme « des esclaves », ne disposaient pas de contrat de travail. rapporte le média chilien.
Puisque les Haïtiens ont besoin du contrat de travail pour solliciter leur visa de résidence, des délinquants profitent de l’occasion pour leur offrir de faux contrats.
Les autorités chiliennes ont finalement découvert et démantelé ces réseaux de délinquants, tout en intimant aux migrants, ayant présenté ces faux documents de contrat de travail pour leur demande de résidence, l’ordre d’abandonner le pays dans un délai de 15 jours.
Plusieurs Haïtiens, frappés par cet ordre d’expulsion, ne savent que faire.
Certains d’entre eux ont abandonné le Chili le plus rapidement possible pour se rendre au Brésil ou en Guyane Française, en vue d’éviter le rapatriement vers Haïti.
Au Brésil, la situation est tout aussi difficile pour les Haïtiens.
Prenons le cas de Tabatinga.
Les autorités policières et migratoires de cette ville brésilienne frontalière sont strictes dans l’application de la loi : elles ne considèrent pas les Haïtiens comme des réfugiés, parce que ceux-ci ne fuient pas leur pays « craignant avec raison d’être persécutés du fait de leur race, de leur religion, de leur nationalité, de leur appartenance à un certain groupe social ou de leurs opinions politiques », selon la définition du terme « réfugié » appliquée par la Convention de Genève de 1951.
Les Haïtiens fuient leurs pays à cause de la misère et d’un ensemble de facteurs liés à des désastres naturels, tels que tremblement de terre, cyclones, intempéries, souligne le responsable de la migration de Tabatinga.
Ils ne sont pas qualifiés comme réfugiés, mais, pour des « raisons humanitaires », le gouvernement brésilien leur fait une « faveur » en leur délivrant, après interview, des protocoles de réfugiés pour qu’ils puissent continuer leur voyage à Manaus, explique le chef de la police fédérale de Tabatinga.
Ce document, dont rêvent les Haïtiens, autorise le séjour légal des demandeurs d’asile, jusqu’à ce que l’État brésilien prenne une décision finale, après l’examen du processus d’éligibilité - au cas par cas - et sous la coordination du Comité national (brésilien) pour les réfugiés (Conare), organisme du ministère de la justice.
Cependant, les autorités brésiliennes tardent, de plus en plus, à octroyer les protocoles de réfugiés aux Haïtiens, qui peuvent durer de 2 à 3 mois en attente de ce document.
Sans argent dans cette région si isolée du reste du monde, les Haïtiens doivent chercher du travail - dans un contexte où la majorité des habitants de Tabatinga sont en chômage -, en vue de se payer leur nourriture, les frais de logement et de transport en bateau vers Manaus, la capitale de l’Etat de l’Amazone.
Ni les autorités brésiliennes ni les organisations internationales ne leur viennent en aide. Ils ne survivent que grâce à la solidarité entre eux et à la charité des fidèles catholiques du diocèse de Tabatinga.
Au regard de la difficile situation de dizaines de milliers d’Haïtiens en Amérique du Sud, une question s’impose : Pourquoi ces gouvernements refusent d’accueillir de manière humaine et digne les migrants haïtiens arrivant sur leur territoire ? Pourquoi ce refus d’hospitalité ? [wel rc apr 11/08/2011 14:00]
[1] Voir Communiqué du HCR-HCDH sur Haïti en date du 9 juin 2011 : http://www.unhcr.fr/4e03086f6.html
[2] .Voir l’article intitulé Haití-Migración : El sentido de la trascendental petición del ACNUR y la OACDH a gobiernos para suspender las repatriaciones de los Haitianos : http://www.alterpresse.org/spip.php...
[3] http://www.chilevision.cl/home/cont...
http://www.alterpresse.org/spip.php?article11387

Le Plateau central pense déjà à la rentrée scolaire de septembre 2011

C’est le doute, au Plateau central (Haut et Bas Plateau), à moins de trois semaines de la réouverture des classes de début septembre 2011, quant à la concrétisation, dans ce département géographique, des promesses de scolarisation de 500,000 enfants (non encore scolarisés) par le président Michel Joseph Martelly durant son quinquennat (14 mai 2011 – 7 février 2016).

Des milliers d’enfants ne sont pas encore capables de fréquenter une salle de classes, dans les villes comme dans les campagnes du Plateau central.
Étant privatisée à plus de 90%, l’école semble devenir de plus en plus un luxe.
Durant l’année académique 2010-2011, un nombre incalculable d’enfants en âge de scolarisation sont restés chez eux, faute de moyens financiers adéquats chez leurs parents.
A Hinche, des jeunes de moins de 12 ans se sont lancés dans la mendicité, tandis que des jeunes filles de moins de 17 ans se sont retrouvées dans la prostitution ou victimes de proxénétisme.
Nombreux, également, sont les enfants, orphelins de pères ou de mères, qui, abandonnés à eux-mêmes, n’arrivent pas encore à bénéficier du pain de l’instruction.

Correspondance : Ronel Odatte
Hinche (Haïti), 06 août 2011.[AlterPresse] --- Pour une deuxième année consécutive, la prochaine rentrée scolaire de septembre (année académique 2011-2012) risque d’être difficile au Plateau central, selon les témoignages recueillis par l’agence en ligne AlterPresse.
De nombreux parents se plaignent de ne pas pouvoir ramener leurs enfants à l’école, le mois prochain, par manque de moyens financiers.
« Tous mes enfants vont rester à la maison. Il m’est vraiment difficile de les offrir quotidiennement un plat chaud. Comment pourrai-je les envoyer à l’école, alors que mon mari ne travaille pas ? », se désole Mireille Odius, 38 ans, originaire de la 3e section communale de Hinche et mère de trois enfants.
Même cas de figure à Thomassique et à Cerca Carvajal, où des paysans se sont donnés à outrance dans la coupe des arbres et la préparation du charbon de bois dans la perspective de trouver des revenus devant leur permettre de s’acquitter des frais scolaires de leurs enfants.
« Mais, cette année, il n y a plus d’arbres à abattre », explique Raoul Jean, un jeune paysan de la section communale de Juanaria (Hinche).
Aîné d’une famille de 7 membres, Jean, qui a été admis en classe de Seconde, a décidé d’abandonner l’école. Aujourd’hui, il chercherait à partir à la recherche d’un emploi en République Dominicaine afin de pouvoir subvenir aux besoins de sa famille.
« Nous voulons aller à l’école, mais nous ne savons pas quoi faire », déclarent Exius Marcelin, Nicolas Pierre et Fednol Jacques, tous trois cireurs de bottes, qui ne cachent pas leur soif d’apprendre.

Situation scolaire actuelle au Plateau Central
Le taux brut de scolarisation (Tbs) dans le département géographique du Plateau central est de 43%, le taux net de scolarisation 50.28%, le taux de réussite 49%, le taux de redoublants 48%, le taux d’abandon 3%, suivant les données fournies par l’unité de planification, de statistiques et d’analyse au sein de la direction départementale de l’éducation du Centre (Ddec) du ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp).
Pour l’année académique 2010-2011, les écoles publiques étaient au nombre de 110 (contre 1,038 écoles privées) pour les 1er et 2e cycles du niveau fondamental.
Pour la même période, on comptait 46 écoles publiques (contre 123 écoles privées) dans le 3e cycle fondamental, 13 écoles publiques (contre 169 écoles privées) au niveau secondaire.
En 2008-2009, la population scolarisée était de 153,010 écolières et écoliers (50.28%) contre une population non scolarisée de 151,277 enfants (49.72%) sur une population scolarisable de 304,287 enfants et une population totale de 702,180 habitants.
Quid des écoles dites au rabais (lekòl bòlèt) ?
Pour l’heure, il manque des données pertinentes sur le mode de fonctionnement des écoles recensées dans le Centre d’Haïti. D’aucuns évoquent le caractère « plutôt commercial » de certains établissements scolaires dans ce département géographique.
« Des arrangements auraient eu lieu, lors d’examens d’État, entre les établissements scolaires légalement reconnus et les écoles dites au rabais pour garantir une participation pleine et entière de certains élèves », dénoncent plusieurs secteurs.
Des appels sont lancés aux responsables départementaux concernés pour mettre un frein à la privatisation informelle de l’éducation dans le Plateau central. [ro rc apr 06/08/2011 0:00]
http://www.radiotelevisioncaraibes.com/nouvelles/haiti/le-plateau-central-pense-deja-a-la-rentree-scolaire-de-septembre.html

Météo : Une onde tropicale influe sur le Sud d’Haïti

P-au-P, 15 août 2011 [AlterPresse] --- Une onde tropicale, située à 325 kilomètres des petites Antilles, influe sur les conditions météorologiques dans le sud d’Haïti, selon les dernières prévisions dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse. Des départements géographiques, tels le Nord, les hauts reliefs du Centre sont aussi concernés par cette perturbation.
Ce système entraîne une zone importante de pluies, de vents et d’orages.
Les principales manifestations seront remarquées « d’ici mercredi (17 août) et jeudi (18 août 2011) », précise le centre national de météorologie haïtien (Cnm).
Toutefois, tôt dans la matinée du lundi 15 août, des averses ont eu lieu dans des localités proches de la ville des Cayes, à environ 200 km au sud de Port-au-Prince. Dans l’après-midi du même jour, des précipitations ont été enregistrées dans la zone métropolitaine de la capitale.
Pendant la journée du 15 août, le ciel de la capitale haïtienne était marqué par des passages nuageux et un soleil plutôt timide.
Entre le samedi 13 et le dimanche 14 août, des pluies, accompagnées de vents et d’orages, se sont abattues sur plusieurs départements géographiques, dont l’Ouest (où se trouve la capitale Port-au-Prince). Provoquées par un creux en surface (excroissance d’une dépression), ces précipitations ont charrié une quantité importante d’alluvions, de gravats, d’immondices et d’autres débris remarqués notamment au bas du centre-ville de Port-au-Prince.
Quoi qu’il en soit, l’onde tropicale, qui sera ressentie d’ici la fin de la semaine, ne présente que 10% de chances pour devenir une tempête tropicale, informe le centre national des ouragans (National hurricane center / Nhc) de Miami. [rh rc apr 15/08/2011 16:25]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article11398

Haiti, politique renforcement de la Gauche, Une nouvelle Plateforme politique est née

Par Pierre-Paul ANCION Une bonne partie des dents dures de la Gauche politique haïtienne a lancé ce week-end à Jacmel la Plateforme Politique Régionale Progressiste (PPRP)
Manno Charlemagne, John Steve Brunache, Camille Charlmers, Serge Pierre-Louis ont manifesté clairement leur volonté à travailler sérieusement pour permettre au pays de retrouver son air de jeunesse.
Emmanuel Charlemagne dit Manno n’écarte pas la possibilité de venir s’installer définitivement à Jacmel pour mieux renforcer sa politique au profit des progrès d’Haïti.
PPRP réclame un état dynamique, pouvant améliorer les conditions de vie de la masse populaire en créant des emplois. Elle exige une transformation sociale passant par la création d’université, et d’écoles professionnelles, du développement de l’agriculture et de l’industrie nationale.
Elle réclame de l’Etat la liberté des religions dans le pays sans officialiser aucunes d’entre elles présentes en Haïti.
PPRP se prononce contre l’exploitation économique de la masse populaire par une minorité.
Elle compte redynamiser la création de coopératives dans le pays, pour, selon elle renforcer la production nationale.
PPRP demande une démocratie participative.
Notons que plusieurs milliers de citoyens ont participé à ce lancement à Ballade NC. La PPRP est une nouvelle force politique dans le pays.
Source:bonzouti.com
http://bonzouti.com/actualite/actualite-No1056-Haiti-politique-renforcement-de-la-Gauche-Une-nouvelle-Plateforme-politique-est-nee-.html

MARTELLY EN AMERIQUE DU SUD ET LES HAITIENS DE FLORIDE FONT L'ACTUALITE

Le Président Martelly revient d'une tournée inachevée en Amérique du Sud

De retour dimanche d'une visite officielle au Chili, le président haïtien devait se rendre aussi en Argentine. Mais la visite en Argentine a été annulée par la présidente Cristina Kirchner pour des raisons familiales. Donc le seul pays visité par Michel Martelly a été le Chili, tandis qu'une délégation conduite par son conseiller Daniel Supplice, candidat pressenti au poste de ministre des Affaires étrangères - quand le pays aura un premier ministre et un nouveau gouvernement - s'est rendue en Argentine pour rencontrer des officiels de ce pays, dont le ministre des affaires étrangères qui a voyagé récemment en Haïti. De retour en Haïti, le chef de l'Etat a donné une conférence de presse au salon diplomatique de l'aéroport Toussaint Louverture. Les questions on roulé sur les résultats de cette visite et sur la prochaine désignation d'un 3e candidat pour le poste de Premier ministre, les deux premiers ayant été rejetés par le Parlement. Michel Martelly a rencontré le président chilien Sebastian Piñera. La visite s'est soldée par une offre d'appui du Chili pour la reconstruction de maisons parasismiques pour les victimes du séisme du 12 janvier 2010 en Haïti. Concernant l'éducation, le président Martelly a réaffirmé son intention d'envoyer des enfants haïtiens en classe gratuitement, sans toutefois donner un chiffre. Il a dit que la commission en charge des questions d'éducation se penchait activement sur toutes ces questions et que toutes les promesses faites seront suivies de résultats. Cependant on n'a pas pu tirer grand chose concernant les membres de la commission chargée de rencontrer les parlementaires pour s'entendre avec eux sur le choix du prochain premier ministre.


USA-Immigration: Des Haïtiens du Sud de la Floride réclament l'équité
Lundi, 15 Août 2011 13:20 HPN Des centaines d'Haïtiens du Sud de la Floride ont protesté le 11 aout dernier pour réclamer l'équité de l'administration américaine en matière d'immigration, a appris HPN. Tout en qualifiant de "mots creux" certaines promesses du président Barack Obama, des centaines d'Haïtiens du Sud de la Floride ont manifesté pour critiquer une politique de deux poids et deux mesures en matière d'Immigration, rapporte Defendhaiti. ?"Après le séisme du 12 janvier 2010, le président Obama que nous aimons tellement a dit que secourir Haïti serait sa priorité. Mes amis, je suis très déçue de vous dire aujourd'hui que ces promesses n'étaient que des mots creux ", a déclaré l'activiste Marleine Bastien s'adressant à la foule qui manifestait jeudi à Miami devant les bureaux de la Naturalisation et de l'Immigration (USCIS). ?La directrice de l'organisation Fanm Ayisyen nan Miami (FANM) a appelé à une réforme de l'immigration qui permettrait aux Haïtiens d'avoir des avantages similaires à ceux dispensés aux Cubains, qui ont un programme de réunification familiale. ?Les Haïtiens [sans papiers] sont rapatriés, déplorent les manifestants, tandis que les Cubains sont autorisés à rester dans le pays, en vertu de la politique gouvernementale. La loi américaine permet aux Cubains qui parviennent à atteindre la terre ferme de rester aux USA et d'obtenir la résidence après une année. ?En janvier 2011, plusieurs organisations des droits humains ont demandé au gouvernement américain de suspendre les expulsions d'Haïtiens. ?Les Etats-Unis ont établi le statut de protection temporaire (TPS) pour les Haïtiens qui se trouvaient aux Etats-Unis avant le séisme et jusqu'à un an après. ?D'autres représentants d'organisations d'Haïtiens en diaspora se sont joints à Fanm Ayisyen nan Miami dans cette manifestation.
http://www.haitienmarche.com/nouvellesenbref.php?id=1313454188