POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 26 septembre 2010

Humani Terra International, un apport concret dans le secteur santé en Haïti

Haïti: Le tremblement de terre du 12 janvier a amené dans le pays une flopée d'organismes étrangers d'aide humanitaire. Si tous affirment leur volonté de se porter au secours des populations sinistrées, il en est certains qui brillent particulièrement par la qualité de l'assistance apportée.
Parmi eux, on compte HumaniTerra International. Cette ONG, qui a son siège à Marseille, fonctionne grâce à des dons privés et des soutiens publics (EUROPAID, AFD, Coopération japonaise, italienne, etc...). Elle a déjà fait ses preuves en Asie (Afghanistan, Bengladesh, Cambodge). Presque tout de suite après le séisme, elle s'est manifestée, selon sa tradition d'efficacité et d'excellence, en Haïti.
HumaniTerra International regroupe plus de 300 membres actifs et donateurs dont plus de 200 professionnels de santé, de logistique, du secteur ingénierie qui y travaillent bénévolement. Elle a pour objectif d'aider les populations et pays émergeant de graves crises politiques, économiques, humaines à reconstruire leur système de santé.
Présente sur le terrain national depuis le 16 janvier, HumaniTerra International a envoyé 6 missions, soit 17 équipes au total, qui ont à leur actif 1500 consultations et près de 400 interventions chirurgicales. Ces équipes ont oeuvré à la Clinique CDTI pour la chirurgie orthopédique et réparatoire et à la Clinique Adventiste de Diquini pour la gynécologie-obstétrique. Dans l'immédiat post-séisme, près d'une tonne de matériel chirurgical fut acheminé par ses soins vers Haïti. L'équipement fourni aux équipes permit à celles-ci de jouir d'une certaine autonomie dans leurs prestations.
Cette ONG n'entend pas se substituer aux structures autochtones mais s'emploie plutôt à en accroitre l'efficacité et établit en priorité des contacts avec les autorités locales du secteur santé. Les rapports de HumaniTerra International avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population se sont avérés des plus fructueux.
Des protocoles d'accord ont ainsi été conclus portant sur la maîtrise d'oeuvre de la reconstruction de l'Ecole Nationale des Infirmières de Port-au-Prince, la formation professionnelle en soins infirmiers, et l'assistance, en appui au MSPP, à la maîtrise d'ouvrage et études préliminaires relatives à la restructuration de l'ensemble du pôle urgence et poly traumatologie de l'HUEH avec renforcement des compétences du personnel spécialisé.
De même la Faculté de Médecine et de Pharmacie tirera profit de l'expertise de l'ONG dans sa reconstruction et la mise en place de partenariats pédagogiques.
Outre ces aspects d'intervention ponctuelle, HumaniTerra International travaillera à doter Haïti d'unités chirurgicales mobiles qui seront livrées à l'HUEH à partir de janvier 2011. Ces unités, aux normes internationales d'asepsie indispensable à l'Orthopédie, construites sur la base de containers modulables et repositionnables, munis de matériel biomédicaux de pointe, permettront à l'institution de reprendre une activité chirurgicale dans des conditions optimales en attendant sa restructuration définitive. Par la suite, les dites unités pourront être déplacées et conduites là où leur besoin se fera sentir.
Le travail déjà effectué en Haïti a permis à l'ONG de prendre la mesure de certaines carences qui affectent le système de santé haïtien. L'expérience a révélé une pénurie en personnel infirmier spécialisé en anesthésie et en bloc opératoire. Ces carences, HumaniTerra International travaille déjà à les combler, en accord avec les autorités compétentes. Aussi, est-il mis sur pied un projet de formation et de mise à niveau d'infirmiers de bloc opératoire et d'infirmiers anesthésistes. Ce projet englobera également la formation de cadres de santé formateurs en ces spécialités. Des sessions de téléenseignement sont envisagées.
Il est à noter que HumaniTerra International entretient des relations privilégiées avec le Lions Club International. Plus d'un tiers des dirigeants de l'ONG font partie de cette association citoyenne internationale. Les Lions de France se sont investis dans l'envoi d'une partie du matériel chirurgical et, dans une mesure significative, soutiendront financièrement le programme de formation du personnel médical spécialisé. Et on ne dira jamais assez l'appui facilitant son implantation apporté par les Lions Clubs d'Haïti à HumaniTerra International qui, en sus des soins dont ont bénéficié des victimes du tremblement de terre, est résolue à s'impliquer dans l'amélioration du système de santé haïtien sur le long terme.
Deux personnalités, Claude Musset, Vice-Président Desk Afrique & Cellule Haïti de HumaniTerra International, et Pierre Richard Duchemin, du Lions Club de Delmas, parlent de l'ONG, des actions qu'elle a eu à entreprendre en Haïti et des projets programmés.
C.L. - Pourquoi HumaniTerra International est venue en Haïti ?
C.M. - HumaniTerra International est arrivée en Haïti en janvier 2010 portée par un pont humanitaire lancé par la Région Provinciale de la Côte d'Azur pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre. Il fallait sortir les gens de sous les décombres et prodiguer les premiers soins d'urgence. A partir de février, des missions HumaniTerra ont été dépêchées, 6 au total groupant 17 équipes chirurgicales qui, à elles seules, ont effectué 1500 consultations et près de 400 interventions chirurgicales.
Nous avons travaillé en gynécologie-obstétrique à la Clinique Adventiste de Diquini et en chirurgie réparatrice à la Clinique CDTI que nous avons trouvé être le seul centre offrant des conditions de travail et d'asepsie conformes aux exigences des opérations d'orthopédie. Ceci nous a amené à concevoir un projet de blocs opératoires mobiles.
Nous formerons des formateurs en partenariat avec l'Université de la Méditerranée et le Ministère de la Santé français soutiendra un programme de téléenseignement de haut niveau. Nous devons tout faire afin que les réalisations et les projets de HumaniTerra en Haïti se pérennisent même après notre départ.
Nous nous sommes aperçus que beaucoup d'interventions que nous avions à effectuer n'avaient pour objet que de corriger des actes chirurgicaux réalisés antérieurement dans des conditions inadéquates. Notre expérience sur le terrain nous a révélé un besoin dramatique en infirmiers anesthésistes et en infirmiers de bloc opératoire. C'est pourquoi nous avons monté un programme de formation dans ces spécialités.
Nous mettons notre expertise en poly traumatologie et grands brûlés à la disposition du Ministère de la Santé Publique et de la Population qui a également agréé notre programme de formation de personnel et notre concept de bloc opératoire mobile.
Le MSPP nous a confié la reconstruction physique et pédagogique de l'Ecole Nationale des Infirmières de Port-au-Prince. Nous assumons aussi la maîtrise d'oeuvre de la reconstruction de la Faculté de Médecine et de Pharmacie. Nous aurons à rénover et à rendre plus efficients la section poly traumatologie et grands brulés de l'HUEH et nos blocs opératoires mobiles, lesquels, pourvus de tout le matériel idoine en chirurgie et asepsie, seront livrés à cet hôpital universitaire à partir de janvier 2011.

P.R.D. - HumaniTerra est une institution qui a une histoire d'intervention dans plusieurs pays pour améliorer leur système de santé après des catastrophes et des problèmes majeurs.
Vous me demanderez sur quoi se basent mes relations avec cet ONG. Je vous répondrai deux choses. D'une part, je fais partie du Lions Club de Delmas et comme les dirigeants de HumaniTerra sont en majorité des Lions, il s'est établi des rapports quasi naturels avec la section haïtienne.

Les Lions d'Haïti ont trouvé l'approche de HumaniTerra extrêmement intéressante. Car, en sus des soins ponctuels qui répondent à l'urgence, elle propose des programmes de formation visant à accroitre les connaissances du personnel haïtien pour que celui-ci soit à même de prendre la relève dans les secteurs où elle est intervenue ou aura à intervenir.
D'autre part, mon vécu personnel m'a porté tout des suite à m'impliquer dans les démarches qu'entreprend HumaniTerra en Haïti.
J'ai été victime d'un accident majeur qui m'a conduit à être évacué à l'étranger pour subir plusieurs interventions chirurgicales. J'ai touché du doigt les limites du système et ce qu'on endure en Haïti en cas de poly traumatisme. Favoriser la réussite des missions d'HumaniTerra en Haïti me tient particulièrement à coeur, car plus que beaucoup d'autres, je mesure tout le bien que le pays peut tirer d'un transfert de connaissances et de technologies qui, grâce à cette ONG, est susceptible d'être opéré à destination d'Haïti.
D'autant plus que leur approche est pragmatique. A partir d'elle, se dégagent des moyens de rendre rapidement fonctionnels des services de santé qui font défaut à la population, dans les meilleures conditions d'exercice de la chirurgie, d'accueil et de travail.
Ce n'est donc pas sans raison que le Ministère de la Santé Publique et de la Population a chargé HumaniTerra de la remise sur pied de l'Ecole Nationale des Infirmières de Port-au-Prince. Le ministère s'appuie aussi sur l'expertise d'Humani Terra pour la reconstruction de la Faculté de Médecine et de Pharmacie et lui confie la section poly traumatologie et grands brulés de l'Hôpital de l'Université d'Etat d'Haïti.

C.L. - Vous avez parlé de blocs opératoires mobiles, qu'entendez-vous par là ?
P.R.D. - Les blocs opératoires mobiles sont comme les ponts de l'armée. Ce sont des blocs opératoires complets munis de tout l'équipement nécessaire mais qui offrent l'avantage de pouvoir être mis en place rapidement avant que les structures définitives soient restaurées. La mobilité de ces unités leur permet de servir là où le besoin se fait sentir en de multiples endroits successifs.

C.M. - Ces blocs qui seront opérationnels à l'HUEH à partir de janvier 2011 raccourciront le temps de remise en service le secteur chirurgie de cet hôpital, en conditions de haute sécurité sanitaire et d'efficacité.
P.R.D. - Les Lions d'Haïti ont particulièrement apprécié le concept de transfert de compétences au personnel local et la flexibilité offerte par ces unités mobiles grâce auxquelles des services seront quasi immédiatement opérationnels, quelle que soit l'approche de reconstruction adoptée.

C.M. - Je tiens à remercier l'Ambassade de France qui a appuyé nos démarches et nous a facilité les contacts avec les autorités haïtiennes. Je tiens aussi à dire mon estime pour le Ministre de la Santé Publique et de la Population, le Dr Larsen, qui a démontré une grande ouverture d'esprit. Nous sommes impressionnés par le dynamisme et le sens civique de nos frères Lions d'Haïti.
Carl Labossière
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=83962&PubDate=2010-09-24

JEUX DE MAUX....DES MOTS ENJOUES

Je porte en bandoulière
Tes illusions passées, serties de jours de crainte
Je porte appendue à mon essence
Les effluves incandescents
De tes nuits agitées, tissées d’angoisse

Je traîne comme un fardeau sobre et fragile
Haut le front, léger le cœur, le regard altier
Ton lègue, mon héritage, ma fierté…

Je façonne tes vallons bosselés et abrupts
En horizons paisibles
Entre regards perdus et immensités lumineuses

Je jalonne tes limites déphasées
Tes remparts tumultueux
De lignes nettes et de pentes douces

 
Je filtre tes souffrances
Au creuset éternel des élixirs divins
Je range tes rares allégresses
Dans les replis interminables des tamis princiers

Je berce tes nuits pétries d’insomnie
Au rythme de Choucoune , de fleur de mai
De you needed me et Amor eterno...

Je couve tes envies d’extase
De brises fraîches
Je berce tes peines au gré du vent
De jets d'étoiles incrustés de grain de lune pleine
Et de poussières de soleil

Je te peins des couchers de soleil
Au reflet argenté
Pour simuler tes cicatrices subies
Tes escarres profondes

J'annonce tes jours de vue illuminées
De sporadicités gaies et de prémonitions joyeuses

Je parfaits les imperfections sur toi projetées
De figures rondes et carrées
De clair de lune aux rayons dorés et perçants

Je comble tes vides avérés et difformes
D’espaces évanescents
De fumées colorées et d’aromes inconnus

Je devance tes ombres oisives et inattendues
Au-delà du prolongement
Des nocturnes folles
Vers les temps insaisissables
Et des laps infinis en fuite

Je partage tes rêves de joie
Ta joie de vivre et de caresser la vie
Je vis ma vie, accrochée à la tienne

Et je refonde tes exploits
Avec des mots enjoués...



Jonas Jolivert 26/09/2010



Maradona: Je donnerais ma vie pour être entraineur de la sélection d’Argentine

Buenos Aires, 24 /09/2010 (EFE).- Diego Maradona a affirmé aujourd’hui qu’il « donnerait sa vie pour être entraîneur » De L’Argentine ? poste qu’il a occupé depuis les derniers mois de l’année 2008 jusqu’à l’élimination de la sélection Albiceleste lors des quarts de finale de la coupe du monde d’Afrique du Sud 2010 par la sélection allemande. « Je suis désespéré, mais il y a quelque possibilité » de récupérer le poste, a dit l’entraineur au cours d’une entrevue accordée à la chaîne de télévision Fox Sports, quoiqu’il ait indiqué que « c’est pas clair » en ce qui concerne les raisons qui ont poussé Julio Grondona, président de la Fédération Argentine de Football (AFA), après la coupe du monde, a lui demander de se débarrasser de ses collaborateurs.
Maradona n’a pas accepté et Grondona désigna comme entraîneur par intérim Sergio Batista, jusqu’alors entraineur des jeunes.
« J’ignore ce qui est arrivé a Grondona d’un jour à l’autre. Après la coupe du monde, il me parla de la Copa America de l’année prochaine et après il voulut que je laissasse sans emploi des gens qui ont répondu très bien à mes attentes au sein de travail de la sélection. Peut être il a pensé que je voulais lui enlevé le vedettariat, que j’ai voulu le déplacer du centre d’attraction », a-t-il interprété.
« au niveau de l’AFA, il n’existe pas de commission de dirigeants, ou un comité exécutif, il y a un patron, qui est Gondrona » a-t-il ajouté.
« Je m’assiérais pour discuter avec lui, c’est clair, mais j’aimerais qu’il m’appelle comme il m’a appelé plusieurs fois. Carlos Bilardo (directeur des sélections) ne m’a pas rappelé non plus », il a commenté.
« Ma priorité a été est et restera la sélection » a assuré « Pelouse » qui manifesta que la présidente d’Argentine, Christina Fernandez et son époux, Nestor Kirchner, à qui il a rendu visite la semaine dernière, veulent que je continue à la tête de la sélection.
En ce qui concerne la possibilité de renvoyer ses collaborateurs Alejandro Mancuso et Hector Enrique pour pouvoir récupérer le poste, il a dit « qu’il faudrait en parler ».
Maradona confessa ne pas avoir vu à la télévision les matchs amicaux remportés 0-1 à Dublin et 4-1 à Buenos Aires, respectivement.
« il s’agit de mon équipe, je l’ai en moi, je meurs pour être avec la sélection. Impossible de pouvoir dépasser ça. J’ai été en deuil parce qu’une grande illusion était morte », quand la sélection Albiceleste a été corrigée par l’Allemagne en Afique du Sud, a-t-il commenté.
« On devait jouer la finale contre l’Espagne, c’était l’objectif. On pensait bien au-delà de l’Allemagne. Cette équipe ne méritait pas de sortir ainsi de la coupe du monde », ajouta-t-il.
Maradona a affirmé qu’il a toujours eu une excellente relation avec Messi. Leonel a été très heureux avec moi en sélection, il est facile de bien se sentir avec lui », a-t-il dit.
« A la coupe du monde à Messi il a manqué le cl (la chance) que j’ai eu en 1986. Les gardiens de but ont été très efficaces, seul Iniesta a été meilleur que Messi à al Coupe du monde. La percussion qu’a eu Forlan, Leonel ne l’a pas eu, mais Messi a fait jouer toute l’équipe », a-t-il assuré.
Finalement Maradona a dit qu’il espère qu’on le rappelle pour occuper le poste de sélectionneur. (EFE)

Sources: http://elnuevodiario.com.do/app/article.aspx?id=214751
Traduction : Jonas Jolivert pour Haïti Recto Verso http://haitirectoverso.blogspot.com

Le ministre haïtien de la jeunesse rejette l’accusation de violation sexuelle.

EFE, Port-au-Prince Le ministre haïtien de la Jeunesse et des Sports, Monsieur Evans Lescouflair, a rejeté les accusations dirigées contre lui par un haïtien qui porte plainte et qui l’accuse d’abus sexuel contre deux individus.
« Je rejette ces accusations » a déclaré le ministre dans une déclaration faite à des journalistes, un jour après son retour d’un voyage de l’étranger.
Lescouflair a qualifié de « tourbillon médiatique » les informations diffusées par les médias à travers lesquelles Willo Dor déclare avoir été violé par le ministre.
Monsieur Dor s’est identifié comme un employé de l’organisme gouvernemental Centre d’Appui aux Jeunes (CEDAJ) que dirige le ministre.
L’autre victime des abus, selon la plainte concerne un jeune de 16 ans qui aurait été « embrassé sur la bouche » par Lescouflair.
« Ce n’est qu’une accusation » a dit Lescouflair qui a annoncé sa disposition de répondre par devant la justice.
Il a indiqué avoir déjà rédigé un courrier qu’il enverra au président de la République, René Préval, lundi prochain pour exprimer son désir d’être entendu par le procureur fiscal.
Cinq sénateurs de l’opposition ont exercé de la pression toute la semaine sur le président Préval pour que celui-ci autorise la Justice à interroger le ministre Lescouflair.
La loi haïtienne oblige le procureur fiscal à solliciter l’autorisation du chef de l’Etat pour interroger et dans ce cas, entreprendre des actions en justice contre un membre du pouvoir exécutif.
Lescouflair a affirmé son intention de constituer un conseil d’avocats pour travailler sur cette « affaire juridique ».
Le ministre s’est déclaré aussi « gêné » par le fait que quatre des sénateurs ont essayé de transformer l’affaire en une « question politique »pour attaquer le gouvernement et « résoudre leurs propres différends ».
Le Réseau National de défense des droits humains (RNDDH) a appelé cette semaine la Justice à poursuive l’affaire pour faire le point sur l’affaire » et a considéré que le titulaire de la Jeunesse, Sports et Action civique devrait comparaître devant le tribunal, sans que les formalités administratives puissent constituer un obstacle à atteindre les résultats de la procédure.
Sources : http://www.listin.com.do/las-mundiales/2010/9/25/160245/Ministro-de-Juventud-de-Haiti-rechaza-acusacion-de-violacion-sexual
Traduction : Jonas Jolivert Pour Haïti Recto verso

Al menos cinco muertos y 57 heridos por lluvias torrenciales en Haití

Efe , Puerto Príncipe
 sábado 25/09/2010 15:33 horas
Las autoridades de Haití confirmaron este sábado que cinco personas murieron y 57 resultaron heridas debido a las torrenciales lluvias caídas el viernes sobre la capital del país y otras regiones.

La coordinadora técnica de la Dirección de Protección Civil (DPC), Nadia Lochard, dijo en una rueda de prensa que, además de los muertos y los heridos, 2.000 carpas de los damnificados del seísmo de enero pasado resultaron dañadas o destruidas.
El fenómeno afectó no solo a Puerto Príncipe sino a otras regiones cercanas, como Thomazeau, Ghantier, Fond Verettes, Gressier y las zonas de Petit Goave y Iles Cayimites, en el sur.
La funcionaria explicó que un equipo de 50 personas evalúa la situación en las regiones afectadas con el apoyo de la Cruz Roja Haitiana.
También informó de que se establecerá una "estructura" para acoger a los damnificados de las lluvias mientras que se toman las disposiciones para distribuir 15.000 carpas.
El Centro Nacional de Meteorología (CNM) anunció que las lluvias, que duraron unos treinta minutos y no fueron pronosticadas, continuarán los próximos cuatro días y que podrían intensificarse el lunes y el martes.

Vents, pluies et pagaille

Le bilan partiel des vents violents et des pluies diluviennes qui se sont abattus sur la zone métropolitaine dans l'après-midi du vendredi 24 septembre 2010 fait état de 5 morts et d'importants dégâts matériels.


 Haïti: « La météo ne l'avait pas prédit », répète apeurée et surprise une jeune femme adossée à un pan de mur de l'ambassade de France, au Champ de Mars, le vendredi 24 septembre 2010, à 3 heures 17 p.m. « Mon Dieu ! Mon Dieu ! » crie cette marchande de poulet barbecue tandis les rafales de vents et de grosses gouttes de pluies balaient tentes, cahutes et autres ''construction'' de bric et de broc sur la plus grande place publique de la capitale transformée en un gigantesque camp où s'entassent des milliers de sinistrés du tremblement de terre du 12 janvier.
A quelques mètres d'elle, en face de l'Auditorium Adventiste de la Bible, un arbre cède. D'autres le suivent. La rue Capois devient méconnaissable. Elle et les rues St-Cyr et Ducosse deviennent le lit où dévalent les eaux de pluie en furie et les immondices. En face de l'hôtel Le Plaza, non loin du Kiosque Occide Jeanty, une mère se couche sur ses deux enfants. « Dieu merci, c'est le ciel qui nous tombe sur la tête et non la terre qui danse sous nos pieds ! »
Le flash-back. Le souvenir traumatisant de Goudougoudou est là. Certains objets ont des ailes. La pluie, vrombissante, s'intensifie. On se planque. Le risque d'être décapité est énorme. Au terme d'une demi-heure, cela se tasse. La pluie s'arrête de tomber. On souffle. C'est le premier bilan, les premières scènes de désolation. « Un homme, musclé, regard abattu, soulève un morceau de plywood et tente de sauver ce qui peut encore l'être, à un jet de pierre de la statue de Christophe. Le Roi bâtisseur et les autres Pères de la patrie restent silencieux. Ils n'entendent pas les supplications, les lamentations. Dans le mausolée, à la rue Monseigneur Guilloux, où l'on honore leur mémoire tous les 2 janvier, c'est aussi la pagaille. Une grosse bosse sur le front, une fillette de 4 ans, accrochée à la jupe de sa mère, a eu la vie sauve grâce à la Providence. « Un arbre gigantesteque s'est effondré. Des tentes sont détruites mais on ne déplore aucune victime », confie un jeune homme trempé, occupé à aider deux autres femmes encore sous le choc.
« Quelqu'un est mort à Poste-Marchand dans l'effondrement d'une maison, des pylônes électriques, d'imposants billboards publicitaires ont été renversés », informe une jeune femme scotchée à son poste de radio, tandis que les premiers bouchons de circulation se forment à cause de ce coup de vent inattendu accompagné de pluies, en pleine heure de pointe.
Immobilisé dans leur véhicule, un couple écoute la radio. Brégard Anderson de Caraïbes FM confie que plusieurs artères sont bloquées à Delmas, Nazon, Lalue.... Des citoyens de bonne volonté mettent la main à la pâte, informe l'animateur.
« Pas de pompiers, pas de policiers ! Ce pays ! », crache dépité un automobiliste.
Ce n'est pas qu'une pluie sectorielle. Certains se rendent compte à peine. Delmas, Aéroport, Pétionville, Carrefour, Croix-des-Bouquet, le centre-ville et les camps n'ont pas été épargnés par ce phénomène météorologique. Les bourrasques enregistrées pendant 55 minutes avaient au moins une vitesse de 55 à 65 km/heure selon certaines estimations.

Bilan partiel
Dans les camps c'est la catastrophe.

« Le premier bilan partiel fait état de cinq (5) morts. Deux enfants au camp de l'Eglise de Dieu de la Paix, un autre au Pétionville Golf Club, une femme au camp de Accra, à Delmas 32, et une personne à Poste-Marchand », rapporte quelques heures après l'événement Mme Rachelle Elien, chargée de l'information pour le bureau des affaires humanitaires (OCHA) des Nation unies. 280 tentes ont été inondées à Corail Cesseless, 30 à Caradeux, 100 à Tabarre Issa, 135 à Santo 17, ajoute Mme Elien qui informe de la tenue d'une réunion d'urgence entre l'OCHA, la DPC et d'autres autorités en vue d'évaluer la situation dans le but de donner la réponse appropriée.

Des préparatifs déjà annoncés
Début juillet 2010, M. Mulet et son second, M. Nigel Fischer, en conférence de presse, avait évoqué les préparatifs effectués en vue de faire face à la saison cyclonique 2010 susceptible d'être plus mouvementée qu'en 2008. Le PAM a pré-positionné 20 000 tonnes métriques de denrées alimentaires dans 31 localités à travers le pays en vue de fournir une aide à plus d'un million de personnes. L'UNICEF, l'OIM et la Fédération Internationale de la Croix-Rouge ont stocké des articles non alimentaires sur le territoire, avait confié M. Fischer. Cette assistance humanitaire, avait-il poursuivi, sera gérée et distribuée par des ONG opérant sur le terrain.
Au niveau logistique, une barge est déjà sur les lieux pour effectuer la livraison rapide des articles humanitaires dans les régions dont l'accès par voie routière pourrait être coupé. Une flotte de 70 camions est aussi disponible. Les centres opérationnels ont été multipliés avec une plus grande présence des agences dans les régions afin de répondre plus efficacement à un désastre naturel, avait expliqué le second du représentant Mulet.
Les casques bleus sont prêts à effectuer des opérations de secours et sauvetage dans toutes les régions du pays. Les forces armées américaines participeront au besoin à des opérations de secours. Un bateau de la marine américaine (USS JIMA) doté d'hélicoptères et de capacités médicales navigue déjà dans les eaux des Caraïbes. Nous attendons aussi l'arrivée d'un navire canadien, avait annoncé Nigel Fischer.
« Les capacités de réponse de la communauté internationale et du système des Nations unies sont nettement supérieures qu'en 2008. Nous sommes prêts à répondre à une catastrophe de la même envergure. Mais, avait-il nuancé, personne ne sait comment mère nature va se présenter cette année.
« 26 camps vulnérables sont bénéficiaires de projets de mitigation, c'est-à-dire de création de système de drainage, distribution de cordes pour sécuriser les tentes. Nous avons identifié 5 camps à haut risque dont la population devra être relocalisée. L'UNOPS est en train de construire 6 écoles dans les camps de Corail qui seront terminées au début de septembre et qui pourront servir de refuge en cas de cyclone », avait informé M. Fischer.
A Léogâne, 8 abris communautaires seront construits avec un financement de la Fondation Clinton. Les efforts continuent pour trouver des solutions afin d'abriter les populations vulnérables durant le passage d'un cyclone. Mais, malheureusement, il n'y aura pas assez de lieux sûrs pour tous. Ainsi, nous travaillons avec la Direction de la Protection Civile (DPC) sur la sensibilisation pour la prévention et la vie sauve et afin de repérer des abris communautaires et des endroits sécuritaires comme refuges durant le passage d'un cyclone. Nous prévoyons qu'un système d'alerte précoce sera prêt, avec des avertissements émis par radios et par cellulaires, SMS, avait-il ajouté.

Mal en pis et grogne
Peu avant les événements de ce vendredi 24 septembre 2010, des sinistrés dans divers camps de la zone métropolitaine avaient dénoncé la détérioration de leurs conditions de vie alors que l'on est en plein dans la période active de la saison cyclonique. Ils ont menacé de bouder les élections du 28 novembre 2010.
Roberson Alphonse
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=83990&PubDate=2010-09-24

Bishops plan rebirth for Haiti's church

Catholic leaders, meeting in Miami, announced plans to rebuild the church in quake-devastated Haiti.


TDANIEL@MIAMIHERALD.COM
Catholic leaders in Miami unveiled long-term plans on Friday to help rebuild the Catholic Church and its shattered infrastructure in Haiti after the powerful institution took a massive drubbing in the January earthquake.
``They are faced with incredible difficulties,'' Archbishop Thomas Wenski said at a news conference at Miami's Notre Dame d'Haiti just before a special evening mass attended by bishops from Haiti and beyond. ``At the same time . . . the bishops and clergies have tremendous hope.''
The announcement underscores how the Catholic Church around the world stepped forward to help Haiti after the Jan. 12 quake. Catholic officials recently met for several days in Miami and Port-au-Prince to figure out ways to rebuild the church.
Catholic leaders at the Miami meeting came from throughout Latin America and also France and Germany.
The reconstruction effort will take shape as the Program for the Reconstruction of the Church in Haiti, or by the acronym PROCHE, and seeks to establish a commission that studies and approves parish projects while ensuring that the building ``process is as efficient as possible, as transparent as possible,'' said Wenski, who has traveled to Haiti several times since becoming archbishop of Miami.
The program also will make sure that building plans follow construction standards and appropriate codes. Both Haitian and international members would be at the helm.
The plan is scheduled to go before the United States Conference of Catholic Bishops for approval in November.
In a deeply faithful country where three out of five people are Catholic and most others are Protestant, the church took a huge hit in the Jan. 12 tremor. With damage estimates running in the tens of millions of dollars, the church saw at least 60 of its churches -- including the Notre Dame Cathedral in downtown Port-au-Prince -- collapse. It's estimated that seven out of every 10 Catholic churches were lost.
The quake claimed an estimated 300,000 lives. Among them were more than 100 nuns, priests, and top church leaders, including the archbishop and vicar general of Port-au-Prince. Almost nine months later, the scale of destruction is still evident. Mass is held under tarps at some of the churches.
Since then, the church, Caritas Internationalis and other Catholic partners say they have raised approximately $300 million. Caritas Haiti and others say they used the money to distribute food to more than 900,000 people and also provide water, sanitation, and shelter materials to some of the 1.5 million Haitians made homeless in the quake.
The church isn't just focused on reconstruction. It also plans to reinstate a program that would help train priests. Church officials are trying to purchase a 650-acre stretch of land northeast of Port-au-Prince. The site would house two seminaries, housing, an elementary school and a parish.
``The Pope knows of course about this important meeting for the church in Haiti, and so he sent us a message -- above all, it 's a message of encouragement . . . to continue helping the church in Haiti to rebuild its infrastructure, and to continue the formation programs of future priests,'' said Bernardito Auza, the Pope's representative to Haiti.
Miami Herald staff writer Jaweed Kaleem contributed to this report.
http://www.miamiherald.com/2010/09/24/1841455/bishops-plan-rebirth-for-haitis.html
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/09/24/1841455/bishops-plan-rebirth-for-haitis.html#ixzz10cnQmm7I
TRENTON DANIEL

La France signe trois conventions avec Haïti

Publié le 25 septembre 2010 
Agence France-Presse, Port-au-Prince
Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner est arrivé samedi en visite officielle en Haïti où il a signé le même jour trois conventions avec les autorités haïtiennes.
L'une des conventions porte sur une aide budgétaire directe de 10 millions d'euros qui permettront au gouvernement de payer ses fonctionnaires.
«La France fait partie de nos partenaires qui ont bien réagi au plaidoyer que nous avons fait pour obtenir de l'appui budgétaire. Elle a contribué en 2010 pour 20 millions d'euros au budget du pays ravagé en janvier par un violent séisme», s'est réjoui le ministre haïtien des Finances Ronald Beaudin.
Les deux autres conventions portent sur une aide alimentaire de 1,4 millions d'euros et un support de 1 million d'euros pour la réorganisation du territoire haïtien et pour la sécurisation foncière, a indiqué M. Beaudin.
M. Kouchner a également posé samedi en Haïti la première pierre de la reconstruction de l'hopital universitaire de Port-au-Prince dont l'essentiel des travaux sera cofinancé, par la France et les États-Unis.
«Je remercie la France pour l'aide qu'elle nous a donnée et qui nous permet de terminer l'année dans des conditions raisonnables», a ajouté M. Beaudin après la signature des documents avec le ministre français des Affaires étrangères.
«C'est promesse tenue. Comment ne pas tenir ses promesses après des événements aussi catastrophiques que ceux que nos amis haïtiens ont vécus», a répondu M. Bernard Kouchner qui a assuré le gouvernement haïtien d'une autre tranche de 20 millions d'euros d'aide budgétaire pour 2011.