POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 15 décembre 2011

Expulsion d'un homme vers Haïti: Vic Toews inflexible

Anabelle Nicoud et Martin Croteau

La Presse
Le gouvernement a confirmé, hier, l'expulsion vers son pays d'origine de Jean-Bernard Devilmé, Haïtien de 37 ans qui est père de quatre enfants.
Cet homme, qui a fait l'objet d'une interdiction de territoire en 2003 à la suite de délits mineurs, a appris son renvoi il y a un mois à peine.
Questionné par la députée néo-démocrate Rosanne Doré-Lefebvre, le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, s'est montré inflexible, hier, au cours de la période des questions.
«La personne n'est pas un résident permanent. Il est ici illégalement. Il a été reconnu coupable de nombreux crimes depuis son arrivée au Canada. Nombre de tribunaux et cours ont révisé son statut et je ne suis pas prêt à interférer avec les décisions du judiciaire dans ce dossier», a dit le ministre.
La femme et les quatre enfants de M. Devilmé sont bouleversés par ce départ soudain, à quelques jours de Noël. M. Devilmé travaille, subvient aux besoins de sa famille et n'a fait l'objet d'aucune poursuite depuis 2003.
Il est arrivé au Québec en 2001, après avoir résidé aux États-Unis. Il n'est jamais retourné en Haïti depuis ses 13 ans.
http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/national/201112/15/01-4478025-expulsion-dun-homme-vers-haiti-vic-toews-inflexible.php

Avant Noël, les évêques d’Haïti critiquent la trop forte emprise des puissances étrangères

« La nouvelle Haïti dont nous rêvons tous ne sera pas un cadeau, mais plutôt le fruit des efforts conjugués de tous indistinctement » : dans leur message de Noël, les évêques d’Haïti s’inquiètent de la part trop importante prise par l’aide étrangère dans l’économie du pays. « Rares sont ceux qui, à la manière de Dieu, donnent en toute gratuité. Nous vous exhortons, poursuivent-ils, à ne pas continuellement tout attendre en cadeau des autres : des routes et des ponts en cadeau, des écoles et des hôpitaux en cadeau, des bâtiments administratifs et religieux en cadeau, des logements et des aliments en cadeau, des forces de sécurité en cadeau. Il n’y a aucune honte à accepter d’être accompagné et aidé (…). Cependant, nous devons assumer notre responsabilité en prenant en charge, de manière résolue, notre présent et notre avenir. »
« Notre pays est en train de fuir entre nos mains »
« Soyez clairvoyants ! ajoute la Conférence épiscopale haïtienne (CEH), Ne voyez-vous pas que par trop d’absence de bonne gouvernance, par trop de manque grave d’organisation, par l’acceptation éhontée de la corruption et par le blocage d’initiatives de développement, notre pays est en train de fuir entre nos mains, ses grands dossiers nous échappent, son unité et sa souveraineté s’effritent ? Sa population ne cherche-t-elle pas à émigrer un peu partout, tandis que d’autres convoitent cette terre de plus en plus et s’y installent en maîtres ? En effet, toute maison non gardée attire les envahisseurs. »
« Si l’homme haïtien ne contrôle pas bien son patrimoine social et historique, son patrimoine culturel et religieux, ses ressources naturelles, s’il abdique son autonomie pour vivre sous le dictamen d’un autre, il concourra à sa propre perte », concluent les évêques.
Misna
http://www.la-croix.com/Religion/Urbi-Orbi/Monde/Avant-Noel-les-eveques-d-Haiti-critiquent-la-trop-forte-emprise-des-puissances-etrangeres-_NP_-2011-12-15-747196

Le festival Étonnants Voyageurs retourne à Haïti en février

Après le festival annulé en raison du séisme en janvier 2010 et la présence de nombreux auteurs haïtiens à Saint-Malo au cours de ces deux dernières années, les organisateurs du festival Étonnants Voyageurs viennent d’annoncer qu’ils retournent en Haïti.

Une nouvelle édition du festival se déroulera à Port-au-Prince, du 1er au 4 février 2012. Elle accueillera environ 45 écrivains, dont 25 Haïtiens, sur le thème « L’encre est ma demeure ».
« Les écrivains ont été, après le séisme, les ambassadeurs de la nécessité de rester debout, les porte-paroles de la population. Ils le sont restés », souligne Michel Le Bris, le directeur du festival, ravis de retrouver ses amis au cœur de la Caraïbe.
http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Le-festival-etonnants-Voyageurs-retourne-a-Haiti-en-fevrier_40828-2022674_actu.Htm

Heineken: va se renforcer sur le marché haïtien

Mercredi 14 décembre 2011 à 10:21 -
Par Cercle Finance

Heineken annonce son intention d'accroitre sa participation dans la Brasserie Nationale d'Haïti, pour la faire passer de 22,5% à 95% du capital. Les termes financiers de cette acquisition, qui sera réalisée auprès d'actionnaires privés, ne sont pas précisés.

'Le marché haïtien de la bière a fait preuve d'une croissance annuelle solide, mais reste relativement sous-développé. Une population croissante et une stabilisation politique et économique grandissante créent de bonnes perspectives', commente John Nicolson, président pour la région Amériques de Heineken.
La transaction reste soumise au feu vert des autorités compétentes et devrait être finalisée en janvier 2012. Elle devrait contribuer positivement aux résultats du brasseur néerlandais dès cette date.
http://votreargent.lexpress.fr/bourse/fiches-valeurs/heineken-va-se-renforcer-sur-le-marche-haitien-depeche_172138.html

Miley Cyrus en duo avec Sean Penn pour la bonne cause

Depuis toute petite, Miley Cyrus est d'une grande générosité et ne manque pas de venir en aide aux plus démunis. Alors, pour les besoins d'une association caritative, la chanteuse n'a pas hésité à s'associer à l'acteur Sean Penn et à aider son organisme Help Haiti Home.

Sur une photo dévoilée par ETonline, on la voit porter un t-shirt du nom de l'association pour rappeler aux gens que leur soutien est important pour pouvoir aider les Haïtiens. Mais, outre cette photo, la chanteuse a également accepté de tourner dans une vidéo aux côtés de Zooey Deschanel, Sean Penn, Edward Norton, Sarah Silverman, Rainn Wilson, LL Cool J, et Eric Dane dans laquelle ils encouragent la population à faire des dons.
Help Haiti Home a été lancé pour soulever des fonds et aider les 23 000 Haïtiens qui vivent encore dans des conditions précaires après le terrible tremblement de terre qui les a frappés.
http://www.ninapeople.com/miley-cyrus-en-duo-avec-sean-penn-pour-la-bonne-cause-a52666.html

Haiti-GARR : Vingt ans de défense des droits des migrants

par Gotson Pierre
Le Groupe d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR), plateforme d'organisations impliquées dans des actions de défense des droits des migrants haïtiens dresse un bilan positif de ses actions à l'occasion de ses 20 ans en ce mois de décembre 2011.

Pour rappeler les moments forts qui ont marqué la vie de cette Plateforme, une exposition de photos présente les diverses étapes franchies.
Le GARR émerge dans un contexte particulier, celui des années 90, soit au moment où 35 mille migrants haïtiens sont déportés, majoritairement des enfants et des vieillards de soixante ans.
Parmi ces rapatriés, on compte aussi des femmes enceintes et des étrangers, détachés de leur famille. Certains d'entre eux sont forcés de prendre la fuite par les autorités dominicaines en laissant tous leurs biens.
En 1994, les responsables de la plateforme du GARR soumettent à l'Etat haïtien une proposition portant sur la création d'une structure d'accueil au profit des migrants haïtiens en République Dominicaine.
A partir de cette proposition, les autorités mettent sur pied l'Office National des Migrants Haïtiens (ONMH) ainsi que le Ministère des Haïtiens Vivant à l'Etranger (MHAVE).
Trois ans plus tard, soit en 1997, sous le gouvernement de Leonel Fernandez les violations des droits des haïtiens refont surface. Les autorités dominicaines rapatrient de nombreux citoyens haïtiens. Fort de ce constat, plusieurs autres organisations pour la défense des droits de l'homme rejoignent le GARR, en visant trois secteurs spécifiques : la plaidoirie, l'accueil et l'insertion.
A partir des années 2000, la frontière devient un axe très important étant donné que les rapatriements s'accentuent. Cette réalité pousse à l'implantation de bureaux dans la région frontalière.
A présent, le GARR compte entreprendre plusieurs activités concernant les droits des femmes parce que lors de la migration, les femmes sont souvent violées.
Selon la coordonnatrice du GARR, Colette Lespinasse d'autres propositions d'obtenir " des accords commerciaux avec les autorités dominicaines pour protéger les ressortissants haïtiens dans les échanges commerciaux " sont envisagées.
http://www.mediaterre.org/caraibes/actu,20111214183017.html