POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 8 avril 2012

27 MORTS EN HAITI LA VEILLE DE LA RESURRECTION DU CHRIST

Et je cherchais un peu partout dans ma tête et dans mon entourage, un sujet de réflexion appropriée à ce dimanche de pâques. Ce dimanche que le monde chrétien célèbre la résurrection du Christ. La victoire de la vie sur la mort. La victoire du pardon sur le pêché.

Je me demandais comment intéresser ceux qui d’ordinaire ne s’intéressent pas à ce genre de sujet.
Après quelques clicks, j’ai trouvé la base de ma réflexion. La veille de ce dimanche de résurrection dans un pays aussi croyant que le Christ, en Haïti, un accident de la circulation fait au moins 27 morts. Plaçons le décor pour mieux comprendre. Un camion délabré sans doute, jamais contrôlé par les autorités, comme celui dépeint magistralement par notre correspondante Carlie de Port-au-Prince (De la Sécurité Routière) s’engage vers le sud. Il transporte à son bord des kilos de marchandises, des animaux de plusieurs espèces, 66 personnes entassées comme des sardines, entonnant probablement des chansons de louange à Dieu.
Arrivé à Morne Tapion, une pente réputée dangereuse, les freins du camion cèdent. Et celui-ci s’en en contre bas. Des gens déchiquetés, écrasés et triturés. Là il faut une assistance rapide. En Haïti il n’y a pas de service d’ambulance, il n’y a pas de 911 comme l’avait fait remarqué Carlie dans assistance à Personne en Danger.
Il y a des survivants. Des blessés graves. Le centre hospitalier – là il ne faut pas se fier au nom- est vite débordé. Manque de moyens. Pas de médecins. Pas assez de chirurgiens. Ces blessés graves sont condamnés à mort.
Cette fois, dans le défilé incessant des autorités, il manquera cruellement la présence du Président de la République. Il enverra probablement un message de soutien aux blessés, qui seront amputés dans de mauvaises conditions. Le message ira aussi à ceux qui mourront en choc hypovolémique par manque de sang disponible. Le président n’oubliera pas ceux qui mourront par manque d’antibiotiques ou manque de solutés.
Encore une fois il démontrera que lui il est le président de tous les haïtiens.
Ces messages il les enverra depuis sa chambre d’hôpital de Miami, là ou il est allé se faire opérer de l’épaule.
Pour ne pas mourir en Haïti, il faut être président de la République. A défaut faire parti du gouvernement. Etre un membre du pouvoir législatif.
On se demande à qui il revient la tâche de faire en sorte qu’il y ait un système de santé qui permette l’accès aux soins médicaux de bonne qualité pour tous. Médecins du monde ? Médecins sans Frontières ?
En effet les gouvernements haïtiens ont souvent d’autres priorités et la santé des haïtiens passent toujours après…après.
Bon rétablissement Monsieur le Président ! Reposez en paix les accidentés de Petit-Goave !

Haïti : au moins 27 morts dans un accident de la route


C'est un défi aux normes de la circulation, mais la population n'a pas le choix : en Haïti, des camions transportant des marchandises transportent fréquemment des passagers. C'est ce qui explique le bilan extrêmement lourd d'un accident de la route qui s'est produit samedi sur la route nationale 2, à Petit-Goave, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale Port-au-Prince.
«Le bilan est passé à 27 morts, des blessés graves sont décédés et d'autres personnes sont dans un état critique», explique Joël Charles, l'administrateur de l'hôpital joint au téléphone. La plupart des victimes de l'accident sont des commerçantes qui avaient pris place dans un camion, au milieu de sacs de produits alimentaires.
Un précédent bilan faisait état de 20 personnes tuées et plus de 40 blessés dont plusieurs grièvement ont été transportées au seul hôpital de la ville, dépassé par l'affluence des blessés et la présence de nombreux curieux arrivés sur les lieux.

66 passagers à bord d'un camion de marchandises
«Au total, 66 personnes, peut-être plus, se trouvaient à bord du véhicule qui s'est renversé au sommet d'une pente raide et dangereuse, une route sur laquelle de nombreux accidents sont souvent enregistrés», a témoigné un juge de paix qui a constaté le sinistre.
Selon le responsable de l'hôpital de Petit-Goave, «17 personnes mortes sur place ont été transportées à la morgue de l'hôpital Notre-Dame, à Petit-Goave, et près d'une dizaine de blessés graves sont décédés après avoir été transportés par des ambulances de la Croix-rouge haïtienne». Ce responsable ajoute que «certains blessés sont dans un état critique, il y a des traumatismes craniens et beaucoup de fractures».

L'hôpital manque d'ambulances, de médecins, de chirurgiens
Le responsable de l'hôpital lance un appel urgent aux autres services des villes voisines : «Nous avons besoin d'ambulances et de médecins, il faut transporter les victimes dans d'autres hôpitaux à Port-au-Prince, la capitale. Nous n'avons pas suffisamment de chirurgiens et d'orthopédistes». Sur une station de radio locale, un journaliste a relayé cet appel : «La population de la ville est dépassée par cet accident tragique et nous avons besoin de personnels médicaux sur place».
Plusieurs heures après l'accident, de nombreux blessés ont pu être évacués dans des hôpitaux de la région dont certains sont tenus par des équipes de Médecins sans frontières. MSF est présent en Haïti depuis le séisme de janvier 2010 qui a ravagé le pays le plus pauvre du continent américain. La semaine dernière, un autre accident avait fait 4 morts et une dizaine de blessés dans la même région. Les accidents sont fréquents sur les routes haïtiennes impliquant des autobus bondés roulant à vive allure, en absence de contrôles routièrs.
LeParisien.fr