POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 5 novembre 2009

Dany Laferrière, Prix Médicis 2009 !

Au sommet de sa carrière littéraire, le lauréat de cette prestigieuse distinction française, qui récompense un roman sublime "L'Enigme du retour", savoure avec une intense émotion ce moment unique qui apporte de nouveaux gallons à la littérature haïtienne

Le Prix Médicis 2009, l'un des cinq grands prix littéraires français, a été attribué mercredi à l'écrivain haïtien vivant au Québec Dany Laferrière pour son dernier roman "L'Enigme du retour", récit intimiste et improbable d'une rencontre douloureuse avec le pays natal à l'occasion de la disparition d'un père ayant longtemps symbolisé le drame de l'exil et de la séparation familiale.

Les délibérations du jury ont été largement favorables à Laferrière qui l'a emporté dès le premier tour de scrutin par quatre voix contre une à Justine Lévy auteure de Mauvaise fille et Alain Blottière qui vient de publier Le tombeau de Tommy.

Dans ses premières réactions recueillies à chaud par RDI, le réseau d'information en continu de la télévision de Radio-Canada, le romancier haïtien a fait part de sa "grande émotion". Il a dédié ce prix "aux jeunes écrivains du Québec et d'Haïti qui doivent pouvoir exprimer librement tout ce qu'ils ont sur le cœur".

Publié chez Grasset, L'Enigme du retour apporte à cette grosse pointure de l'édition française sa deuxième récompense de la saison des prix littéraires après le Renaudot décerné au français Frédéric Beigbeder pour Un Roman français.

Cependant, la moisson n'est peut-être pas encore terminée. Toujours en course pour le Prix Femina, Dany Laferrière pourrait, en effet, en cas de succès, signer un doublé historique qui donnerait fière allure à la littérature haïtienne sur la scène internationale.

Après René Depestre, lauréat en 1988 du Prix Renaudot pour son roman Adriana dans tous mes rêves, le Médicis 2009 constitue la deuxième plus grande consécration française pour une œuvre haïtienne. spp/Radio Kiskeya

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6302

 



Nouveau Windows 7 : Trouvez le PC qui vous convient. En savoir plus.

Football féminin-Eliminatoires U-17 : Haïti en bonne position après son succès sur les Bahamas

jeudi 5 novembre 2009

P-au-P, 04 nov. 09 [AlterPresse] --- Les joueuses de la sélection nationale d'Haïti U-17 de football féminin ont battu, mercredi soir 04 novembre 2009 à Port-au-Prince, celles des Bahamas sur le score de 5 buts à zéro (mi-temps 3-0), dans le cadre de la première phase des éliminatoires pour la coupe du monde 2010 de cette catégorie d'âge, a observé l'agence en ligne AlterPresse.

Dès la première minute de jeu, Yolande Méroné ouvrait la marque pour les siennes, donnant l'impression que l'équipe d'Haïti allait survolter la rencontre. Ses coéquipières ont raté plusieurs occasions franches de scorer, Méroné allait inscrire un troisième but peu avant la mi-temps, quelques minutes après un deuxième but de Roselord Borgella (son 8 e en 2 matches).
En deuxième mi-temps, les joueuses U-17 d'Haïti se sont contentées de gérer l'avantage acquis en première période. Mais, elles ont marqué 2 autres buts par l'intermédiaire de Yolande Méroné (son 7e but en deux matches) et de Ayana Jean-François (son 4e en deux matches).
Cette nouvelle victoire des joueuses U-17 de football met Haïti en première position de cette phase éliminatoire (6 points sur 6), à la différence de buts (+29 pour Haïti) devant celles des Îles Caïmans (également 6 points pour 2 matches) qui ont pulvérisé les Îles vierges britanniques 13-0 (+14 pour les Îles Caïmans).
Dans la rencontre du 2 novembre, les buteuses pour Haïti étaient : Roselord Borgella (7 buts), Yves Laure Jean (6 buts), Yolande Méroné (4 buts), Ayana Jean-François (3 buts), Cyndie Jeune (2 buts), Clarène Rateaau et Yvrose Gervilé (1 but chacune).
Les Îles vierges britanniques, qui avaient perdu le 2 novembre (0-24) contre Haïti, et les Bahamas, qui avaient cédé pavillon (1-2) devant les Îles Caïmans, sont éliminées et s'affronteront le vendredi soir 6 novembre, en lever de rideau du match pouvant être considéré comme la grande finale entre Haïti et les Îles Caïmans.
La sélection U-17 de football féminin d'Haïti n'aura pas droit à l'erreur et devra ou l'emporter sur les Îles Caïmans ou obtenir un match nul, qui lui permettra de se qualifier pour la prochaine phase de la compétition, une seule équipe étant retenue à ce niveau des éliminatoires pour la coupe du monde 2010 U-17 de football féminin de la fédération internationale des associations de football (Fifa). [rc apr 04/11/2009 20 :30]

http://www.alterpresse.org/spip.php?article8956



Nouveau Windows 7 : Simplifiez votre PC ! Trouvez le PC qui vous convient.

Dossier de Amaral Duclona : le député de Pétion Ville, Steven Benoît, s’étonne du silence de la Présidence haïtienne sur une rencontre entre le Chef de l’Etat, René Préval, et le Procureur de la République Dominicaine, Rhadamès Jimenez Peña

Il s'interroge également sur le fait que l'ex-chef de groupe armé a pu disposer de documents officiels pour fuir le pays

Le député de Pétion Ville (Est de Port-au-Prince), Steven Benoît, s'est dit choqué mercredi d'avoir appris par la presse dominicaine la présence samedi dernier au Palais National du Procureur de la République Dominicaine, Rhadamès Jimenez Peña dans le cadre du dossier de Amaral Duclona, alors que la Présidence haïtienne n'en a soufflé mot.

Le parlementaire juge par ailleurs anormal le fait que l'ex-chef de groupe armé de Bélékou (Cité Soleil) a pu disposer de documents officiels pour laisser le pays. Steven Benoit pense que le Sénat devrait convoquer les autorités judiciaires haïtiennes afin que toute la lumière soit faite sur ce dossier.

Interrogé mercredi autour de la rencontre du Président Préval et du Procureur de la République Dominicaine, l'ambassadeur de ce pays à Port-au-Prince, Ruben Silié Valdez, a précisé que celle-ci s'inscrivait dans le cadre de la coopération normale entre les deux pays.

Le diplomate qui a personnellement pris part à la rencontre a refusé d'indiquer le type de pièces que le Chef de l'Etat haïtien, René Préval, a remises au Procureur dominicain, afin de faciliter l'extradition en France de Amaral Duclona. Il a enfin précisé que le Chef de l'Etat haïtien voulait s'assurer que la justice suive effectivement son cours dans le cadre du traitement du dossier de l'ex-chef de gang.

Jusqu'à récemment, Amaral Duclona continuait à nier sa véritable identité en tentant de se faire passer pour Berthony Jolicoeur. Il doit être incessamment extradé en France pour répondre de son implication dans les meurtres perpétrés en 2004 et en 2005 à Port-au-Prince sur deux ressortissants français, dont l'un d'origine haïtienne. [jmd/Radio Kiskeya]

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6304



Nouveau Windows 7 : Simplifiez votre PC ! Trouvez le PC qui vous convient.

La R. Dominicaine rejette en bloc des protestations d’intellectuels haïtiens

Le vice-président Rafael Alburquerque, le procureur général de la république, Radhamés Jiménez Peña et le Cardinal Nicolàs Lòpez Rodrìguez montent tous au créneau pour minimiser les préoccupations exprimées au Président Leonel Fernàndez par les signataires d'une lettre ouverte relative aux violences anti-haïtiennes idéologiquement entretenues en République Dominicaine

Les autorités dominicaines ont rejeté mercredi une lettre ouverte adressée cette semaine par des intellectuels et professionnels haïtiens, dont l'ancien Premier ministre Rosny Smarth, au Président Leonel Fernàndez pour dénoncer des pratiques discriminatoires et violentes à l'encontre de compatriotes vivant en territoire voisin.

Selon une dépêche d'EFE diffusée jeudi, le vice-président dominicain, Rafael Alburquerque, le procureur général de la république, Radhamés Jiménez Peña et le cardinal Nicolàs Lòpez Rodrìguez ont appelé les signataires de la lettre à se préoccuper davantage du contrôle qu'Haïti doit exercer sur son flux migratoire vers la République Dominicaine.

"Les autorités haïtiennes doivent assumer leurs responsabilités en ce qui a trait au contrôle du flux migratoire à la frontière", a lancé M. Alburquerque dans un entretien à la presse locale en marge d'un forum interaméricain sur la sécurité organisé à Santo Domingo.

Parlant d'incidents à répétition dont ont été victimes ces derniers mois de nombreux haïtiens établis de l'autre côté de la frontière, le numéro deux dominicain les a qualifiés de "problèmes isolés". Il a ajouté qu'en "aucune manière", il n'existe une politique de l'administration Fernàndez visant à infliger de mauvais traitements à nos compatriotes.

"C'est tout le contraire", a martelé Rafael Alburquerque précisant que "lorsque ces faits isolés se produisent, ils sont toujours suivis de condamnations énergiques et de poursuites judiciaires contre des citoyens ayant agressé un haïtien, un dominicain ou n'importe quel autre citoyen".

Pour sa part, le procureur général Radhamés Jiménez Peña, qui vient de séjourner à Port-au-Prince dans le cadre du processus d'extradition vers la France de l'ex-chef de gang haïtien Amaral Duclona, a indiqué que le point de vue du Président René Préval était "différent" de celui contenu dans la lettre ouverte envoyée au chef de l'Etat dominicain.

"Le Président René Préval n'a pas la même vision des choses, il a nous fait part de ses remerciements et de sa satisfaction pour l'accueil que nous autres dominicains réservons aux frères haïtiens", a déclaré Peña.

Le magistrat dominicain a enfin fait savoir que dans son pays tous les ressortissants haïtiens sont traités de façon égale, incluant ceux qui sont en prison.

Quant au cardinal Nicolàs Lòpez Rodrìguez, voix par excellence de l'aile conservatrice de l'église catholique dominicaine, il a appelé les intellectuels haïtiens à "reconnaître l'hospitalité du peuple dominicain" envers leurs compatriotes.

Le prélat a expliqué que jamais il n'acceptera qu'aucune personne soit maltraitée arguant que si des abus sont enregistrés, ils doivent être investigués et des sanctions appropriées adoptées.

"Mais, si les signataires de cette lettre veulent faire pareilles allégations, ils doivent également dire : nous reconnaissons, à côté de ces dénonciations, que grâce à la République Dominicaine, nos compatriotes vivent aujourd'hui dans de bien meilleures conditions", a conclu le cardinal dominicain avec une pointe de condescendance.

Une trentaine d'intellectuels et de professionnels, parmi eux l'ancien Premier ministre Rosny Smarth (1996-1998), l'ex-ambassadeur d'Haïti à Santo Domingo, Guy Alexandre, ont protesté contre une campagne médiatique haineuse anti-haïtienne pas du tout étrangère aux violences en cascade ayant culminé avec l'assassinat, il y a deux semaines, de quatre compatriotes qui fabriquaient du charbon de bois dans une province dominicaine.

Tout en se montrant conscients de la nécessité pour Haïti d'avoir une stratégie face au problème migratoire, les signataires de la lettre ont également exhorté le chef de l'Etat dominicain à promouvoir une politique d'apaisement propice au dialogue, à la compréhension mutuelle et à la coopération entre les deux peuples.

Contacté par Radio Kiskeya, l'ambassadeur dominicain à Port-au-Prince, Ruben Silié Valdés, s'est refusé à tout commentaire sur cette initiative dont la presse dominicaine s'est fait l'écho.

Malgré la multiplication de meurtres et agressions diverses commis en République Dominicaine contre des haïtiens, dont certains à caractère collectif dans des lieux publics, les autorités haïtiennes sont restées passives et ont limité leurs réactions à de rares notes diplomatiques de protestation.

Le collège des médecins dominicains a enfoncé le clou cette semaine en accusant les haïtiens d'être à l'origine de la propagation de maladies infectieuses comme la malaria qui auraient été auparavant éradiquées en territoire voisin.

Un élément de plus de la campagne idéologique haïtianophobe dont se nourrissent les ultranationalistes dominicains au mépris des relations de bon voisinage nécessaires entre les deux seuls peuples du monde vivant sur la même île. spp/Radio Kiskeya

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6306



Nouveau! Découvrez le Windows phone Samsung Omnia II disponible chez SFR. Cliquez ici

Les sénateurs entre espoir et inquiétudes

Les sénateurs semblent avoir tourné définitivement la page en ce qui a trait au gouvernement de Michèle Pierre Louis.
Une commission spéciale constituée sur la base du consensus, a été mise en place hier afin de lancer le processus de ratification du choix du Premier Ministre, Jean Max Bellerive. Les avis des sénateurs sont partagés sur la capacité du chef du gouvernement à améliorer les conditions de vies de la population.
Les membres du groupe majoritaire, Lespwa, continuent d'exécuter leur plan et espèrent boucler la première étape du processus de ratification dans le meilleur délai.
Le sénateur Maxime Roumer(Lespwa) espère l'avènement d'un groupe de techniciens pouvant créer des solutions et non uniquement gérer des dossiers. « Il faut des gens qui puissent développer la créativité du peuple «, martèle t-il.
D'autre part, les sénateurs minoritaires, qui s'étaient opposés au renvoi de Michèle Pierre Louis, se sont impliqués dans le processus d'analyse des dossiers de M. Bellerive. Des élus de l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL), de l'Union et de l'AAA sont représentés au sein de la commission spéciale.
Le sénateur Mélius Hypolithe justifie sa présence au sein de la commission par le souci de faire avancer les affaires républicaines. Il croit qu'il est indispensable que le sénat planche sur le choix du chef de l'Etat
De son coté, le sénateur William Jeanty (Konba) refuse de s'impliquer dans le processus arguant qu'il n'y a rien de nouveau qui puisse aider à améliorer les conditions de vies de la population. Le sénateur Jeanty, élu dans les Nippes, a refusé une offre de participer à la commission spéciale de ratification.
LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16022



Nouveau Windows 7 : Trouvez le PC qui vous convient. En savoir plus.

13ème anniversaire du parti politique Fanmi Lavalas

Plusieurs centaines de partisans et sympathisants de Fanmi Lavalas se sont réunis mardi 3 novembre 09 autour des dirigeants de la fondation Aristide pour célébrer le 13ème anniversaire de cette formation politique.
Les dirigeants de Fanmi Lavalas ont affirmé à cette occasion que le parti est prêt pour les élections toutefois, ils appellent à la « consolidation et la restructuration des bases du parti Fanmi Lavalas aux fins de remporter les prochaines joutes électorales.
La commission permanente de Fanmi Lavalas en a profité pour lancer un appel à la solidarité en vue du retour du leader du parti, l'ancien président Jean Bertrand Aristide exilé en Afrique du Sud.
RD

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16023



Nouveau! Découvrez le Windows phone Samsung Omnia II disponible chez SFR. Cliquez ici

De hauts fonctionnaires dominicains dénoncent la prise de position d'un groupe de professionnel haïtiens

Le vice-président Dominicain Rafael Albuquerque et le procureur général Radhamés Jiménez Peña ont affirmé jeudi que les Haïtiens reçoivent un bon traitement en République dominicaine.
Les deux hauts fonctionnaires dominicains selon une dépêche de l'agence EFE réagissaient à la lettre envoyée au président Léonel Fernandez par un groupe de professionnel haïtiens pour dénoncer le traitement inacceptable infligé aux haïtiens et une campagne odieuse menée contre eux dans les medias
Au lieu de lancer des accusations à tort et à travers contre la République dominicaine, les autorités et des personnalités de la société civile haïtienne devraient d'abord se préoccuper du contrôle du flux migratoire à la frontière ont-ils précisé.
Il faut une responsabilité et un effort du côté des autorités haïtiennes pour contrôler le flux migratoire à la frontière, a dit le vice-président
Pour sa part le procureur général Radhamés Jiménez Peña Radhamés soutient, qu'il y a une politique claire de tolérance zéro contre les violations des droits de l'homme quelque soit la nationalité du citoyen qui les commet.
Il affirme ne pas penser que le président Préval qu'il a rencontré récemment partage cette position.
Selon lui, lors de sa rencontre au palais national avec René Préval ce dernier a exprimé sa satisfaction pour l'accueil réservé aux citoyens haïtiens, tout en exprimant son admiration pour le président Fernández.
Une trentaine d'intellectuels et de professionnels, parmi eux l'ancien Premier ministre Rosny Smarth (1996-1998), l'ex-ambassadeur d'Haïti à Santo Domingo, Guy Alexandre, Le journaliste Hérold jean François ont protesté contre une campagne médiatique haineuse anti-haïtienne en république voisine
RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16025


Nouveau Windows 7 : Trouvez le PC qui vous convient. En savoir plus.

Jean Max Bellerive, vieux briscard de la fonction publique

Le premier ministre désigné Jean Max Bellerive, refuse de se présenter comme un technocrate assurant qu'il comprend les problèmes auxquels la majorité de la population haïtienne. M. Bellerive qui a effectué ses études classiques et universitaires en Suisse, en France et Belgique est diplômé en sciences politiques et relations internationales.
A son retour au pays en 1986, M. Bellerive s'occupe d'une coopérative de pêche à Aquin (sud) financée par l'Union Européenne.
Deux ans plus tard il est nommé chef de service au ministère de l'Intérieur et des collectivités territoriales qu'il quitte en 1990 avec le rang de directeur général.
Entre 1990 et 1999 M. Bellerive consacre la majeure partie de son temps à sa société, Sibel Consult, spécialisée dans l'élaboration et la gestion de projets de développement. Il acquiert ainsi une grande notoriété en collaborant avec plusieurs institutions importantes des secteurs privé et public.
Il s'implique dans la politique à partir de 1999, en occupant le poste de président du Bureau électoral de l'Ouest. Entre 2000 et 2006 M. Bellerive collabore avec les 3 premiers ministres Cherestal, Neptune et Latortue. Chef de cabinet de Jean-Marie Cherestal puis conseiller technique principal de Yvon Neptune, M. Cherestal est nommé coordonnateur de la Cellule de coordination et de suivi des politiques publiques (CCS), rattaché au Bureau du Premier Ministre Gérard Latortue.
Depuis 2006 Jean Max Bellerive occupe les fonctions de ministre de la Planification et de la Coopération Externe.
L
LM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16028



Nouveau Windows 7 : Simplifiez votre PC ! Trouvez le PC qui vous convient.

Jean Max Bellerive fait le dépôt de ses pièces au parlement

Le premier ministre désigné, Jean Max Bellerive, a fait mercredi 4 novembre2009 le dépôt de ses pièces au sénat de la république de même qu'à la chambre des députés conformément aux prescrits de la constitution.
Après vérification par la commission de, ratification du sénat de la république, les copies des pièces seront ensuite acheminées à chambre des députés, a fait savoir le président du grand corps, Kély C. Bastien soulignant que le sénat pourrait trancher dès ce vendredi. .
Pour sa part, M. Bellerive, a déclaré avoir déposé un lot de 18 pièces au sénat de la République.
"Mes pièces confirment que je suis éligible et je suis confiant, a dit M. Bellerive, ajoutant qu'il saura se montrer à la hauteur de sa tâche en cas de ratification.
On notera que La commission chargé d'analyser le dossier du premier ministre désigné est composée de Semephise Gilles (Lespwa), Laurent Fequiere Mathurin ( Lespwa), Fritz Carlos Lebon (Union), Mélius Hypolithe (OPL) et Jean Willy Jean Baptiste (AAA).
RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16024


Nouveau Windows 7 : Trouvez le PC qui vous convient. En savoir plus.

DANNY LA FERRIERE ...LAUREAT DU PRIX MEDICIS 2009

Il est récompensé pour un magnifique roman, L'Enigme du retour.

Le jury du Médicis a choisi de récompenser cette année le livre de Dany Laferrière, L'Enigme du retour. Ce récit, présenté sous la forme d'une succession de haïkus, raconte le retour de l'auteur dans son pays natal, Haïti, à l'occasion de la mort de son père. Laconique mais extraordinairement précis dans ses observations, c'est un hommage au père absent - activiste haïtien, il est mort en exil aux Etats-Unis, où il vivait après avoir coupé les ponts avec sa famille - qui permet à Dany Laferrière de faire une bouleversante redécouverte de son histoire, de ses racines et de son pays.

http://www.lexpress.fr/culture/livre/dany-laferriere-recoit-le-prix-medicis-2009_826189.html



Nouveau Windows 7 : Trouvez le PC qui vous convient. En savoir plus.