POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 20 août 2010

Wyclef Jean exclu de la présidentielle haïtienne

Publié le 20 août 2010
Wyclef Jean ne pourra pas se présenter à l'élection
présidentielle d'Haïti en novembre.
PHOTO: RAMON ESPINOSA, AP
Clarens Renois, Agence France-Presse
Port-au-Prince
La star internationale du hip-hop Wyclef Jean ne pourra pas se présenter à l'élection présidentielle d'Haïti en novembre pour succéder à l'actuel président René Préval, a indiqué vendredi soir le conseil électoral provisoire (CEP) aux journalistes réunis sur place à Port-au-Prince.
L'annonce a été faite après de longues heures d'attente toute la journée de vendredi et après que le Conseil ait renoncé une première fois mardi à publier la liste des candidats qui pourront se présenter le 28 novembre pour succéder à René Préval.
Outre Wyclef Jean, de loin le plus connu des candidats et très populaire parmi la jeunesse, 32 autres personnalités étaient sur les rangs.
Le scrutin pour élire le prochain président d'Haïti, ravagé par le séisme du 12 janvier, est prévu le 28 novembre mais des doutes persistent sur la capacité des autorités à maintenir cette échéance.
La police haïtienne et les Casques bleus de la mission de l'ONU étaient déployés devant les bureaux du Conseil électoral pour éviter tout débordement.
Annoncée mardi, la publication de la liste définitive des candidats a été reportée au dernier moment à vendredi par le CEP, soupçonné de vouloir écarter certaines candidatures dont celle du chanteur, très populaire en Haïti.
Jeudi soir, la star internationale du hip-hop a lancé un appel au calme à ses partisans, après que près de 300 jeunes aient manifesté sans incident dans les rues et devant le siège du Conseil électoral à Pétion-ville, banlieue de la capitale, pour lui apporter leur soutien.
«Nous sommes venus défendre une cause juste, Wyclef est un Haïtien d'origine, il a le droit de participer à l'élection et nous voulons l'élire président», a déclaré un jeune manifestant sous une forte pluie.
Wyclef Jean a rencontré jeudi le président Préval à l'invitation de ce dernier dans la résidence privée du chef de l'État dans les hauteurs de Port-au-Prince, et les deux hommes ont évoqué «les menaces de mort» reçues ces derniers jours par le chanteur, a-t-on appris dans l'entourage de M. Jean.
Outre Wyclef Jean, qui vit aux États-Unis, un autre chanteur populaire haïtien, Michel Martelly, alias Sweet Micky, s'est porté candidat, de même que l'ambassadeur d'Haïti à Washington, Raymond Joseph. Un ancien premier ministre de l'ex-président Jean-Bertrand Aristide -en exil en Afrique du Sud- s'est enregistré, tandis que son parti La Fanmi Lavalas n'a pas été admis à présenter de candidat.
Empêché par la Constitution de solliciter un nouveau mandat, René Préval n'a pas réussi à imposer à sa formation politique INITE (unité en créole) son ex-premier ministre Jacques-Edouard Alexis, finalement soutenu par un autre parti.
Des rumeurs accusent le pouvoir de chercher à évincer Wyclef Jean pour non respect de certains critères légaux et des questions relatives au fisc américain.
Mais pour Me Joël Petit-Homme, l'un des avocats de la star, «aucune influence politique ne devrait empêcher M. Jean de briguer la présidence d'Haïti».
«Nous avons prouvé que M. Jean possédait une résidence en Haïti, où il est en plus actionnaire majoritaire d'une chaîne de télévision. Ses déclarations fiscales aux États-Unis ne peuvent pas être traitées en Haïti», a-t-il ajouté.
Depuis son retour au pays la semaine dernière, le chanteur -qui a mis sa carrière en veilleuse pour briguer la présidence- ne s'est pas prononcé publiquement dans la presse.
Il fait par ailleurs face à des critiques reprises dans les médias haïtiens sur la gestion douteuse de sa Fondation Yélé Haïti, mise sur pied pour venir en aide à ses compatriotes frappés ces dernières années par de nombreuses catastrophes naturelles.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201008/20/01-4308512-wyclef-jean-exclu-de-la-presidentielle-haitienne.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS2

19 candidats habilités à participer à la présidentielle

Les noms des candidats ont été communiqués ce soir à 10 heures PM
Abellard Axan Delson Konbit Nasyonal pour Devlopman (KNDA)
Alexis Jacques-Edouard Mobilisation pour le Progrès d'Haïti (MPH)
Anacacis Jean-Hector Mouvement Démocratique de la Jeunesse Haitienne (MODEJHA)
Baker Charles Henry Jean-Marie ( Respè )
Bijou Josette ( Indépendant )
Blot Gérard ( Platfòm 16 Désanm )
Céant Jean Henry ( Renmen Ayiti )
Célestin Jude ( INITE )
Charles Eric ( Penh)
Christallin Yves (LAVNI)
Jeudy Wilson ( Fòs 2010 )
Jeune Jean Chavannes ( Acra)
Jeune Léon (KLE)
JOSEPH Génard ( Solidarité )
Laguerre Garaudy ( Mouvman Wozo )
Manigat Mirlande Hyppolite (RDNP)
Martelly Michel ( Repons peyizan )
Neptune Yvon ( Ayisyen pou Ayiti )
Lesly Voltaire ( Ansanm Nou Fò )
LLM / Radio Métropole Haïti

Tension dans certaines villes de province et incidents sur la route de l’aéroport international à Port-au-Prince en relation avec le probable rejet de la candidature à la présidence de Wyclef Jean

La star du Hip-hop lance un appel au calme mais à la « mobilisation » jusqu’à la publication de la liste des candidats à la présidence agréés Vendredi 20 août 2010, Radio Kiskeya
Des manifestants pro-Wyclef Jean en provenance de Cité Soleil et portant un T-Shirt de couleur verte avec l’inscription « Face à Face » ont été dispersés vendredi par la police en début de soirée sur la route menant à l’aéroport international de Port-au-Prince alors qu’ils se dirigeaient vers le siège, à Delmas, du Conseil Electoral Provisoire (CEP).
Dans la panique qui a suivi l’intervention policière, des manifestants s’en sont violemment pris à des passants, dépouillant plusieurs d’entre eux de certains objets.
Un « sound truck » qui accompagnait les manifestants diffusait de la musique d’animation et des slogans hostiles au Chef de l’Etat, René Préval, et dénonçant à l’avance toute éviction du candidat Wyclef Jean de la course électorale.
Dans la matinée, des barricades enflammées étaient constatées à Jérémie (Sud-Ouest) et aux Gonaïves (Artibonite, Nord). Dans cette dernière ville, des manifestants interrogés aux abords des barricades ont clairement fait savoir qu’il n’y aurait pas d’élections si la star du Hip-hop est écartée de la course présidentielle.
Dans une brève déclaration faite à partir de son hôtel à Pétion Ville, Wyclef Jean a lancé un appel au calme à la population et à ses partisans leur demandant toutefois de rester « mobilisés » jusqu’à la publication par le CEP de la liste définitive des candidats à la présidence. [jmd/Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6962
Commentaires:
J'ai envie d'envoyer un message a Wyclef Jean. J'ai envie de lui dire de faire très attention car son futur se joue aujourd'hui. S'il veut réellement faire quelqeu chose, il faut qu'il soit capable de se montrer digne de la confiance de beaucoup de ses propres adversaires. Il faut qu'il soit capable de représenter la vraie rupture et surtout faire en sorte de ne pas recopier certaines pratiques et attitudes d'autres citoyens qui du jour au lendemain se sont vus investis de la plus noble tache que celle de diriger un peuple qui croyait en eux.
La seule démonstration de Leadership qu'il puisse exhiber aujourd'hui c'est de rapopeler tout le monde au calme et que la publication d'une liste électorale ne constitue pas un prétexte pour de désordres incontrôlables dans le pays.
Il faut qu'il soit capable de maîtriser ses foules. Après il faudra qu'il revoie sa stratégie. Il faudra qu'il soit mieux conseillé et mieux entouré. La politique n'est pas un espace pour "battles " entre rappeurs de mauvaises renommées sociales.
Qu'il choisisse mieux ses "bras droits" tenant compte de critères qui exclueraient automatiquement des gens de l'acabit de "kinn kino" et autres types du même genre.
Qu'il reconstruise une force politique qui efface le mouvement face à face quia tout l'air d'un groupe de pseudo makouts et pseudo chimères en versions non corrigées.
Wyclef your futur is NOW..It's all up to you...

La reconstruction doit être au centre des discussions en cette période électorale estime la minustah

La MINUSTAH accueille, positivement le nombre élevé des candidatures aux élections présidentielles et législatives qui représentent selon un très large éventail de l'opinion nationale. Dans un communiqué publié, la mission onusienne informe qu'elle note aussi l'intérêt accru des électrices et des électeurs à participer aux prochains scrutins et encourage le Conseil Electorale Provisoire à poursuivre et à compléter son travail conformément aux prescrits de la Constitution et de la Loi électorale.
« La MINUSTAH fait appel aux candidats et aux partis politiques, qui ont la responsabilité d'encourager leurs partisans à respecter les règles du processus démocratique, et les invite à s'engager activement dans la refondation du pays comme le demande le peuple d'Haïti. », peut –on lire dans ce communiqué.
Le communiqué précise, que l'un des éléments essentiels de l'effort de reconstruction est de résoudre les problèmes de logement, d'emploi, d'éducation et de sécurité qui affectent le quotidien de millions d'Haïtiens. Le sort des sans-abris affectés par le séisme devrait être la préoccupation première des dirigeants politiques, au dessus des intérêts personnels et partisans.
« C'est dans ce sens que la MINUSTAH encourage les Haïtiens à poursuivre les efforts déjà entrepris, dans le même esprit de solidarité, d'entraide, de patience courageuse, de tolérance et de maturité qui caractérisent la population haïtienne. », conclut le communiqué
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18156

Beaucoup de bruit pour rien

Publié le 20 août 2010 à 14h
«Beaucoup de bruit pour rien» (Much ado for nothing). Le titre de la célèbre pièce de Skakespeare décrit avec aplomb le coup de tonnerre provoqué sur l'échiquier politique d'Haiti et dans le monde entier la candidature surprise de Wyclef Jean à la présidence de ce pays politiquement corrompu jusqu'à la moëlle. Simplement parce que tout ce tintamarre médiatique, ces bavardages, engueulades, coups de griffe de tous genres, pour ou contre, et au premier chef la colossale trouille que cette candidature a donnée à l'ensemble des politiciens haitiens responsables de la faillite du pays amplifiée par le séisme du 12 janvier dernier ne riment finalement à rien et ne mènent Wyclef Jean nulle part : sa candidature n'a aucune chance, mais absolument aucune, d'être agréée par le Conseil Électoral Provisoire (CEP).
Même au risque de déclencher du riffifi et des convulsions politiques et sociales sans nom, souvent arrosés de sang, auxquels les présidentielles en Haiti nous ont malheureusement habitués, pour que Wyclef Jean comprenne bien le message, cette institution électorale opposera en plusieurs langues et patois un «Non, No, Never, No way, No sir, No thanks, Nein, Niet» sans appel à sa candidature. Parce qu'il n'a pas «résidé au pays pendant cinq années consécutives avant la date des élections». Aussi simple que çà.
À cette enseigne, le nouveau «Messie» attendu par les masses populaires haitiennes surtout depuis l'exil forcé de leur «Titid» en Afrique du sud ou l'auto-proclamé «Barak Obama d'Haiti» se trompe éperdûment en comptant sur sa notoriété de mégastar pop, sur l'énorme capital de sympathie dont il jouit en Haiti et à l'étranger et plus particulièrement sur son titre d' «Ambassadeur honoraire d'Haiti» que lui avait conféré le président sortant René Préval lui-même, pour combler son déficit résidentiel. Et obliger le CEP à faire une entorse bienveillante aux exigences de l'éligibilité présidentielle pour lui octoyer un billet de faveur. Somme toute, une présidentiabilité nonobstant.
Rien n'est plus impossible. Sinon autant dire que la candidature de Jean-Bertrand Aristide aurait pu être recevable et agréée nonobstant... En effet, dans ce jeu de «Chins mangé chins» (Chiens mangé chiens) personne ne doit rien à personne et ne fera cadeau à qui que ce soit. Préval, pour un, qui a veillé à ses propres intérêts et à ceux de sa plateforme Inité (Unité) en nommant personnellement les neufs membres du CPE au grand dam des principaux partis d'opposition qui boycottent les prochaines élections, serait bien «niaiseux», un vrai «Tonton BouKi», de vouloir absolument laisser ou lancer Wyclef Jean dans les pattes de Jude Célestin, son fils spirituel, bras exécutif robuste, discret mais archi-connu partout au pays comme directeur du Centre national des équipements (CNE) et candidat officiel de sa Plateforme Inité! C'est par le truchement de ce jeune loup président-ingénieur politiquement encore vert que le président sortant compte garder avec Jean-Max Bellerive, son actuel premier ministre, co-directeur avec Bill Clinton de la Commission intérimaire de la reconstruction d'Haiti (CIRDH), une main haute et pesante sur la première phase du plan de reconstruction, un programme évalué à 10 milliards $ et accepté par les pays donateurs. Somme toute, un «pain de patate douce» alléchant, convoité par presque trois douzaines de candidats, qu'il ne lâchera pas si facilement en invitant aux portillons de la présidence Wyclef Jean ou encore Fanmi Lavalas d'où il émane originellement comme ex-frère jumeau de Titid. Certains le voient déjà René Garcia Préval premier ministre (à la Poutine) du gouvernement Célestin. Laisser passer Wyclef Jean nonobstant un déficit résidentiel qui le disqualifie sans coup férir surprendrait énormément, en l'occurrence.
De plus, sans cesser de contester la légitimité du CPE et de crier que les dés sont pipés d'avance en faveur de Jude Célestin, candidat officiel de la plateforme Inité, d'où la multiplication passée et annoncée des manifestations pour le renvoi du CPE et la démission de Préval, les boycotteurs des prochaines présidentielles et l'ensemble des politiciens haitiens, toutes allégeances confondues, publiquement démasqués, interpellés, dénoncés et gifflés par le simple fait de la candidature de Wyclef Jean comme de celle de Michel Martelly, un autre chanteur populaire en Haiti, ne verseront aucune larme sur le rejet de cette candidature, pour dire le moins. «Alea jacta est», le sort de Wyclef Jean est d'ores et déjà fixé : No pasara! Il ne peut pas passer, l'échiquier politique haitien étant ce qu'il est.
Quelle sera la réaction de ceux très nombreux qui voient en lui sinon le Messie attendu, mais au moins l'incarnation d'un espoir de changement de la donne politique en Haiti? Elle risque d'être orageuse. Au diapason de l'acuité de la frustration que le rejet de Wyclef provoquera. Malheureusement, il faut prévoir un risque de nuages de feu et de sang à la météo des prochaines présidentielles. Entre autres, parce que Wyclef Jean n'y figurera pas.
Yvon Valcin, Montréal
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201008/20/01-4308362-beaucoup-de-bruit-pour-rien.php
Note de Haiti Recto Verso:
Un texte un peu lourd à lire. Un style fleuve pour un discours fait de déjà-dits.
Mais Haïti Recto Verso reste ouvert à tout le monde à tous les styles et à tous les courants d'opinion.
Tout ça pour dire que la candidature de Wyclef ne sera pas recevable!

Haïti/présidence: Wyclef attend de savoir s'il peut entrer dans la course

Haïti: La star internationale du hip-hop Wyclef Jean et 33 autres Haïtiens attendaient avec appréhension vendredi le verdict des autorités électorales pour savoir s'ils peuvent entrer dans la course à la succession de l'actuel président René Préval.

Le scrutin pour élire le prochain président d'Haïti, ravagé par le séisme du 12 janvier, est prévu le 28 novembre mais des doutes persistent sur la capacité des autorités à maintenir cette échéance.
Annoncée mardi, la publication de la liste définitive des candidats a été reportée au dernier moment à vendredi par le Conseil électoral provisoire (CEP), soupçonné de vouloir écarter certaines candidatures dont celle du chanteur très populaire en Haïti.
Outre Wyclef Jean, qui vit aux Etats-Unis, un autre chanteur populaire haïtien, Michel Martelly, s'est porté candidat, de même que l'ambassadeur d'Haïti à Washington, Raymond Joseph. Un ancien Premier ministre de l'ex-président Jean-Bertrand Aristide -- en exil en Afrique du Sud -- s'est enregistré, tandis que son parti La Fanmi Lavalas n'a pas été admis à présenter de candidat.
Empêché par la Constitution de solliciter un nouveau mandat, René Préval n'a pas réussi à imposer à sa formation politique INITE (UNITE en créole) son ex-Premier ministre Jacques-Edouard Alexis, finalement soutenu par un autre parti.
"On pourrait rire de la plupart des candidats, les presque faillis, les corrompus notoires, les têtes à claques, les illuminés, les +entertainers+ (ceux qui font le spectacle, ndlr), les grincheux et les bêtes de cirque..., mais se joue le destin d'un pays dont la majorité des citoyens n'a que trop souffert de l'injustice sociale", écrit le romancier Lyonel Trouillot.
Des rumeurs accusent le pouvoir de chercher à évincer Wyclef Jean, l'un des candidats les plus populaires, pour non respect de certains critères légaux et des questions relatives au fisc américain.
Mais, jeudi, le chanteur a été reçu par René Préval. Rien n'a filtré de l'entretien, si ce n'est une photo des deux hommes se serrant la main tout sourire, diffusée par M. Jean sur le site de microblogs Twitter.
Et pour Me Joël Petit-Homme, l'un des avocats de la star, "aucune influence politique ne devrait empêcher M. Jean de briguer la présidence d'Haïti".
"Nous avons prouvé que M. Jean possédait une résidence en Haïti, où il est en plus actionnaire majoritaire d'une chaîne de télévision. Ses déclarations fiscales aux Etats-Unis ne peuvent pas être traitées en Haïti", a-t-il ajouté.
Dans l'entourage du chanteur on évoque des menaces de mort et de persécutions qui contraignent l'ex-membre des Fugees à rester reclus dans son fief de Croix-des-Bouquets, au nord de la capitale.
Depuis son retour au pays la semaine dernière, le chanteur -- qui a mis sa carrière en veilleuse pour briguer la présidence -- ne s'est pas prononcé publiquement dans la presse.
En même temps, il doit faire face à des critiques reprises dans les médias haïtiens sur la gestion douteuse de sa Fondation "Yélé Haïti", mise sur pied pour venir en aide à ses compatriotes frappés ces dernières années par de nombreuses catastrophes naturelles.
"Wyclef président d'Haïti, ce serait une insulte au pays, que Wyclef reste dans la musique", ont réagi des étudiants qui estiment que le chanteur n'avait pas l'expérience nécessaire pour diriger un pays en crise.
"Il a déjà beaucoup fait pour Haïti", jugent en revanche d'autres Haïtiens qui le croient "parfaitement capable" et se préparent à voter pour lui.
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=82696&PubDate=2010-08-20

Jean Enel Desir cité à comparaitre devant la justice ce vendredi

Le conseiller démissionnaire Jean Enel Desir, pointé du doigt dans une affaire de détournement de fonds, par l'Unité de lutte contre la corruption est cité à comparaitre, par le parquet de Port-au-Prince, ce vendredi. Le commissaire du gouvernement prés du tribunal civil de Port-au-Prince , Aristidas Auguste a indiqué avoir lancé un mandat d'invitation au docteur Désir, afin qu'il puisse s'expliquer sur les faits, qui lui sont reprochés.
Il a fait remarquer que, le parquet se réserve le droit de donner suites légales à cette affaire.
Notons que le parquet a pris cette décision quelques jours après que le conseiller eut accepté de démissionner de son poste de conseiller électoral.
Rappelons que, le docteur Jean Enel Desir avait été désigné par l'église catholique au sein de l'institution électorale.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18155

HAITI: Wyclef Jean insists he's eligible for Haitian presidency

BY NANCY SAN MARTIN AND JACQUELINE CHARLES JCHARLES@MIAMIHERALD.COM
LASSER, Haiti -- A somber Wyclef Jean held firm Friday that there was nothing in his conversation with Haitian President Rene Préval to indicate that he would not be among the final list of candidates allowed to compete in the Nov. 28 presidential ballot.
The conversation ``was not about stepping down,'' Jean told The Miami Herald during a morning visit to his rural hideaway.
Jean met with Préval Thursday afternoon, and said afterward, ``We feel we are going to be OK.''
The president, he said, was concerned about alleged death threats against him and asked if he needed more security. Préval said he wanted clean elections, and at one point put Jean on the phone with his presidential pick, Jude Celestin, the former head of the government's road-building outfit.
Jean said he asked Celestin to make good on a new road for his rural hometown and challenged the avid drag racer to a duel.
Asked why he thought Préval arranged the call, Jean said, he believed it was the president's way of showing that he didn't want any ``ugliness'' in the upcoming elections.
Préval has met with or intends to meet with some of the other nearly three dozen presidential hopefuls. He met with former Prime Minister Jacques-Edouard Alexis, who was passed over for Celestin as his INITE platform pick, and also planned to meet with others.
On Thursday night, supporters of Jean protested in front of the Provisional Electoral Council headquarters.
Jean said at least three of the eight sitting members of the country's electoral council are holding fast and are refusing to declare him ineligible.
But sources familiar with the debates of the council have told The Miami Herald that only the president of the council, Gaillot Dorsinvil, has been pushing Jean's candidacy, despite 20 pages of legal documents submitted as proof that he is not eligible to run.
Dorsinvil's staunch support has triggered rumors of possible payoffs. Dorsinvil told The Miami Herald that ``it is not true'' and the rumors are from people trying to destabilize the process.
Jean denied that he or anyone associated with him have made any payments.
He also said he had heard three members of the electoral council are trying to get exile because ``they are being pressured from all sides.''
Earlier this week, Haitian police tightened Haiti's porous borders with the Dominican Republic.
http://www.miamiherald.com/2010/08/20/1784883/wyclef-jean-insists-hes-eligible.html

Haiti Awaits Ruling on Wyclef Jean’s Eligibility for Office

By DEBORAH SONTAG Published: August 20, 2010
Haiti waited anxiously on Friday for an announcement on whether Wyclef Jean, the hip-hop star, will be allowed to run for president of the country that he left as a child for the United States.
Haiti’s electoral commission was expected to publish a list of candidates deemed to have met the eligibility requirements on Friday, but the release was not certain. The commission had delayed its publication of the list earlier this week, and some Haitian news reports said the announcement would be made “by the weekend at the latest.”
But with reports already circulating that he been barred from running, some tensions were evident. On Thursday night, Mr. Jean’s fans demonstrated in front of the electoral commission building in the Delmas area of Port-au-Prince, chanting, “We want Clef, Clef is Haiti and Haiti is for Clef.”
The Haitian Press Association reported that the United Nations peacekeeping forces were ready and waiting in case of any unrest after the announcement.
Mr. Jean, who was reported to be holed up in his home in Laserre, outside the capital, has been considered a potential front-runner from moment he announced his candidacy for the presidency of the earthquake-battered country in first week of August.
Reuters, citing an unidentified member of the electoral commission, reported that Mr. Jean had been excluded from the race because he did not meet eligibility requirements of living in Haiti for five consecutive years before the Nov. 28 vote.
The electoral commission’s spokesman would not confirm the Reuters report, and a message posted on Mr. Jean’s Twitter feed on Friday morning suggested that he, too, was still waiting.
“We await the decision of the Electoral Council, to see if I made the list as a candidate,” the message said. “As it is written So Shall it be Done!”
The Haitian newspaper Le Nouvelliste reported Friday that an electoral commission member met with several local journalists on Thursday and said that Mr. Jean would not be among the eligible candidates. Le Nouvelliste quoted the unnamed member of the commission as saying that there have been several meetings on the subject with members of electoral commission, representative of the president’s office and of several embassies.
Mr. Jean has said that he goes back and forth between United States and Haiti and that because he is a good-will ambassador, he is supposed to rove. Mr. Jean has also said he remains a Haitian citizen and holds a Haitian passport, and has a green card granting American residency.
Mr. Jean was summoned to see President René Préval on Thursday afternoon, prompting speculation that the departing president was giving him advance notice of the electoral commission’s decision to reject him and asking him to prevail upon his followers to accept the decision calmly.
Mr. Jean put out a statement on Thursday night saying he was “cautiously optimistic” about the electoral panel’s decision.
“Wyclef Jean puts the needs for health, wellness, and future prosperity of Haiti’s citizens first and foremost,” the statement said. “He will be focused on this tomorrow, and hopes that he’ll be accepted as a candidate for president. He looks forward to five productive years of public service to his homeland and the people he loves, and to building bridges to the rest of world, as he leads his country in rebuilding.”
http://www.nytimes.com/2010/08/21/world/americas/21haiti.html?_r=1&ref=haiti

Polémique / Dette Indépendance Haïti : La France évoque son apport post-séisme

P-au-P, 19 août 2010 [AlterPresse] --- Le ministère des affaires étarngères et européennes (Maee) de la France tient à souligner l’engagement de l’ancienne métropole, depuis le séisme du 12 janvier 2010, envers Haïti, comme réponse aux demandes sans cesse réitérées de remboursement des 90 millions de francs, estimée actuellement à 17 milliards d’euros [US $ 1.00 = 41.00 gourdes ; 1 euro = 55.00 gourdes], apprend l’agence en ligne AlterPresse.
« Cette demande n’est pas nouvelle », déclare Christine Fages, porte-parole du Maee, ajoutant que « depuis le séisme, la France a consacré 24 millions d’euros à la réponse humanitaire […] et annulé la dette d’ Haïti estimée à 56 millions d’euros ».
Dans une pétition adressée au président français Nicolas Sarkozy, le lundi 16 août 2010, une centaine d’intellectuels et de militants politiques exigent le remboursement des 17 milliards d’euros, versés au gouvernement français au XIX e siècle (entre 1820 et 1883).
« Considérant les besoins financiers criants de ce pays, dévasté par le terrible séisme du 12 janvier dernier, nous vous pressons donc, monsieur le Président, de restituer à Haïti, la première république noire de l’histoire, la dette historique de son indépendance », soutiennent les signataires.
Aux médias en France, la porte-parole du Quai d’Orsay indique que « l’aide de la France à la reconstruction Haïti s’élèvera à 326 millions d’euros pour 2010-2011 ».
Tel n’est pas l’avis des signataires de la pétitions à Sarkozy, aux yeux de qui « cette indemnité [du XIX e siècle] a fait ployer des générations d’Haïtiens sous le poids d’une dette illégitime, dette que la nation haïtienne n’a fini de payer qu’en 1947 ».
Publiée sous le couvert du comité pour le remboursement immédiat des milliards envolés d’Haïti (Crime), une organisation établie au Canada, la pétition du 16 août 2010 porte la signature de plusieurs personnalités, dont Eva Joly et Amir Khadir, respectivement député européen et québécois, Noël Mamère, membre de l’Assemblée nationale de France, Pierre Rousset d’Europe solidaire sans frontières (Essf), William I. Robinson, de l’Université de Californie Santa Barbara, Karen Orenstein des Amis de la terre des États-Unis d’Amérique, Cécile Winter, médecin et membre du Collectif Politique Sida en Afrique, ainsi que de Walden Bello, écrivain et membre élu de la Chambre des représentants des Philippines, entre autres.
Le 14 juillet 2010, jour de la fête nationale de la France, le comité pour le remboursement immédiat des milliards envolés d’Haïti (Crime) avait utilisé un faux site du gouvernement français (« un canular », dira le gouvernement du premier ministre François Fillon) pour annoncer (solennellement) « une décision » de remboursement à Haïti des 90 millions de francs, que le roi Charles X, surnommé Roi des Français, avait réclamé en 1825, pour dédommager les anciens colons français, sous peine d’envahir l’île d’Haïti à nouveau.
Honorée sous forme de versement jusqu’en 1883, cette dette serait l’une des causes de l’état de sous-développement que connaît actuellement Haïti, affirment certains historiens caribéens. [rh rc apr 19/08/2010 0:30]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9855

Wyclef Jean n'est pas sur la liste des candidats à la présidentielle en Haïti

Wyclef Jean rencontre ses soutiens à Port-au-Prince,
le 5 août.
AFP/THONY BELIZAIRE
LEMONDE.FR avec Reuters et AFP
11h47 • Mis à jour le 20.08.10

La star internationale du hip-hop Wyclef Jean n'a finalement pas obtenu l'autorisation d'être candidat à l'élection présidentielle en Haïti, a annoncé vendredi 20 août un membre du Conseil électoral provisoire du pays. "Il n'est pas sur la liste" a déclaré cette source à Reuters, en expliquant que la candidature de l'ancien membre des Fugees n'avait pas respecté certains critères légaux.
Wyclef Jean, ainsi qu'une trentaine d'autres Haïtiens ont passé la journée à attendre le verdict des autorités électorales, pour savoir s'ils peuvent entrer dans la course à la succession de l'actuel président, René Préval. Annoncée mardi, la publication de la liste définitive des candidats a été reportée au dernier moment à vendredi par le Conseil électoral provisoire (CEP), soupçonné de vouloir écarter certaines candidatures dont celle du chanteur très populaire en Haïti.
Le scrutin pour élire le prochain président d'Haïti, ravagé par le séisme du 12 janvier, est prévu le 28 novembre mais des doutes persistent sur la capacité des autorités à maintenir cette échéance.

RUMEURS DE MENACES CONTRE WYCLEF JEAN
Depuis son retour au pays la semaine dernière, le chanteur, qui a mis sa carrière en veilleuse pour briguer la présidence, ne s'est pas prononcé publiquement. Des rumeurs accusaient le pouvoir de chercher à évincer Wyclef Jean, l'un des candidats les plus populaires pour ces élections, pour non-respect de certains critères légaux et des questions relatives au fisc américain.
L'entourage du chanteur évoque même des menaces de mort et de persécutions qui contraignent l'ex-membre des Fugees à rester reclus dans son fief de Croix-des-Bouquets, au nord de la capitale, Port-au-Prince. Jeudi, le chanteur avait été reçu par le président René Préval, mais rien n'a filtré de l'entretien. Wyclef Jean fait également face à des critiques, reprises dans les médias haïtiens, sur la gestion douteuse de sa fondation Yélé Haïti, mise sur pied pour venir en aide à ses compatriotes frappés ces dernières années par de nombreuses catastrophes naturelles.
Me Joël Petit-Homme, l'un des avocats de la star, avait affirmé qu'"aucune influence politique ne devrait empêcher M. Jean de briguer la présidence d'Haïti. (...) Nous avons prouvé qu'il possédait une résidence en Haïti, où il est en plus actionnaire majoritaire d'une chaîne de télévision. Ses déclarations fiscales aux Etats-Unis ne peuvent pas être traitées en Haïti".

"ON POURRAIT RIRE DE LA PLUPART DES CANDIDATS"
Outre Wyclef Jean, qui vit aux Etats-Unis, un autre chanteur populaire haïtien, Michel Martelly, s'est porté candidat, de même que l'ambassadeur d'Haïti à Washington, Raymond Joseph. Un ancien premier ministre de l'ex-président Jean-Bertrand Aristide s'est aussi enregistré.
Empêché par la Constitution de solliciter un nouveau mandat, René Préval n'a pas réussi à imposer à sa formation politique (Inite) son ex-premier ministre, Jacques-Edouard Alexis, qui est finalement soutenu par un autre parti.
"On pourrait rire de la plupart des candidats, les presque faillis, les corrompus notoires, les têtes à claques, les illuminés, les 'entertainers' [ceux qui font le spectacle], les grincheux et les bêtes de cirque..., mais se joue le destin d'un pays dont la majorité des citoyens n'a que trop souffert de l'injustice sociale", a réagi le journaliste et romancier Lyonel Trouillot, connu pour ses critiques contre le gouvernement actuel.

Une synthèse des projets soumis

Pour sa 2e réunion extraordinaire tenue le 17 août au Karibe Convention Center, la CIRH a un peu ravivé l'espoir et fait taire les critiques concernant la lenteur et l'abstraction qui caractérisent ses activités. La CIRH a touché du concret ce jour-là en approuvant 29 projets relatifs au processus reconstruction économique et social d'Haïti d'un montant total de 1,6 milliard de dollars. Le texte qui suit présente une synthèse des dits projets



Haïti: AGRICULTURE
Titre: Agriculture - Mettre en place les conditions nécessaires pour permettre une croissance durable du secteur agricole
Description du projet: Augmentation du revenu agricole dans les zones ciblées et de réduction des pertes attendues dans les infrastructures, en améliorant les chaînes de valeur agricoles, l'intensification de l'agriculture, l'adoption de technologies parmi les petits agriculteurs, et la régularisation foncière.
Agence d'exécution: Ministère de l'agriculture, Ressources Naturelles et Développement Rural (MARNDR)
Budget total: $200 millions sur 5 années/Financé: $200 millions
Donateur: Banque Interaméricaine de Développement (BID), Banque mondiale.

Titre: Agriculture - Développer l'irrigation et l'entrepreneuriat rural
Description du projet: Développer et préserver la production alimentaire en se concentrant essentiellement sur les zones irriguées, qui jouent un rôle important dans l'approvisionnement alimentaire à Port-au-Prince et aux micro entreprises dans le Plateau Central.
Agence d'exécution: Ministère de l'Agriculture, Ressources Naturelles et Développement Rural (MARNDR), AIPA, AIPM.
Budget total: $11.3 millions sur 22 mois / Financé: $11.3 millions
Donateur: Agence française de développement (AFD), Union européenne (UE).


Titre: Agriculture - Renforcement de la capacité de production dans les ménages ruraux et préparation de la saison des ouragans.
Description du projet: 1) Soutien à la production de cultures vivrières 2) Soutien à la production locale de semences, 3) soutien à l'agriculture urbaine et suburbaine, 4) la création d'emplois dans le secteur de l'élevage, 5) une aide d'urgence de la pêche et 6) Améliorer la capacité de réponse locale à des ouragans.
Agence d'exécution: FAO
Budget total: $29 millions sur 18 mois/Financé: Ø
Donateur: À déterminer.

EAU ET ASSAINISSEMENT
Titre: Couverture en eau/ assainissement-Développement du réseau d'eau potable et d'assainissement à Port-au-Prince et en augmenter la couverture
Description du projet: Financer 70 000 nouveaux embranchements d'eau individuels, 385 nouveaux kiosques à eau, et 385 nouvelles installations sanitaires collectives; Renforcer la CAMEP, le service d'eau à Port-au-Prince, et DINEPA, la Direction nationale de l'eau.
Agence d'exécution: CAMEP, DINEPA
Budget total: $200 millions sur 5 years/Financé: $115 millions
Donateur: Banque Interaméricaine de Développement (BID), Espagne.

EDUCATION
Titre: Éducation - Retour à l'école 2010
Description du projet: Préparation pour la prochaine année scolaire par: a) La construction de bâtiments scolaires de transition, b) Fourniture de manuels scolaires subventionnés pour les étudiants, c) Octroi de subventions aux écoles privées, d) Fourniture de repas chauds à 70 000 étudiants
Agence d'exécution: Ministère de l'Éducation
Budget total: $94.2 millions / Financé: $26 millions
Donateur: Banque Interaméricaine de Développement (BID)

Titre: Éducation - Étendre les programmes nationaux d'alimentation scolaire.
Description du projet: Passage a l'échelle du programme existant qui a 3 composantes principales:
1) Fourniture de repas scolaires gratuits;
2) Fourniture d'eau potable et d'assainissement;
3) Vermifugation;
Agence d'exécution: Ministère de l'Education, PAM, UNICEF, la Banque mondiale.
Budget total: $80 millions sur 12 mois/Financé: Ø
Donateur: À déterminer.

ENLEVEMENT DES DEBRIS
Titre: L'enlèvement des débris - Enlevez les débris à Port-au-Prince pour faciliter le retour des personnes affectées dans leur quartier
Description du projet: Retirer 234.000 m3 de débris dans au moins 6 districts de Port-au-Prince; Enlever et traiter les débris et réduire les risques associés avec des débris non contrôlés; Mettre en place un système de recyclage des débris
Agence d'exécution: Consortium d'agences des Nations Unies (UNDP, UN-HABITAT, ILO)
Budget total $17 millions sur 12 mois / Financé: Ø
Donateur: À déterminer.

SANTE
Titre: Santé - Renforcer le système de santé et de surveillance épidémiologique en Haïti.
Description du projet: Renforcer la surveillance du système de santé haïtien par la formation des ressources humaines; organisme de gestion des soins de santé, les infrastructures (4 unités de soins de santé, ambulances).
Agence d'exécution: Brésil, Haïti et le Ministère de la Sante de Cuba; le Ministère de la Population
Budget total: $70 millions sur 2 ans / Financé: $70 millions
Donateur: Brésil.

Titre: Santé - Construction d'un centre national de référence santé à Mirebalais pour offrir des services médicaux de qualité et un centre de formation.
Description du projet: Fournir 320 lits et de traiter 450-550 par jour; Offrir un service de réanimation, bloc opératoire, le contrôle des infections compliquées et un centre de formation professionnelle.
Agence d'exécution: Partners in Health (PIH).
Budget total: $15 millions sur 12 mois / Financé: $10 millions
Donateur: Partners In Health (PIH).

Titre: Santé - Reconstruction de l'hôpital de l'Université d'État d'Haïti (HUEH) à Port-au-Prince.
Description du projet: Améliorer l'accès aux soins et la santé de la population résidente de Port-au-Prince;
Reconstruire et développer les normes d'infrastructure; mise à niveau des principaux équipements et définir l'organisation des services de santé
Agence d'exécution: Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP).
Budget total: $40 millions sur 40 mois / Financé: $17 millions
Donateur: Agence française développement (AFD).

Titre: Santé - FNUAP reconstruction et le renforcement des services de santé intégrés pour les filles et les femmes touchées par le séisme.
Description du projet: Aider le ministère de la Santé publique dans ses efforts pour réduire la mortalité maternelle.
Reconstruire l'Ecole nationale des sages-femmes; Amélioration de l'accès aux services de santé reproductive dans 10 sites.
Agence d'exécution : UNFPA, UNICEF, UNOPS, UNV/PNUD, MSPP
Budget total $8.7 millions / Financé: $4.2 millions.
Donateur: UNFPA, UNICEF.

Titre: Santé - Accroître l'accès aux services de santé au moyen de contrats fondés sur le rendement.
Description du projet: Fournir un accès gratuit à un paquet de base des services de santé (y compris les services de prévention) à toute la population, mais en mettant l'accent sur les 3 millions d'Haïtiens les plus touchés par le tremblement de terre.
Agence d'exécution: Ministère de la Santé Publique et de la Population, Organisation mondiale de la santé (OMS).
Budget total: $20 millions sur 18 mois / Financé: Ø
Donateur: À déterminer.

LOGEMENT
Titre: Logement - Développer des vieux quartiers de Port-au-Prince, en se concentrant d'abord sur Martissant et Baillergeau (Programme AIQIP)
Description du projet: Réhabiliter les quartiers de Martissant et Baillergeau. Soutenir la mairie de Port-au-Prince.
Soutenir le Comité Inter-ministériel sur l'Aménagement Territorial (CIAT)
Agence d'exécution: Maire de Port-au-Prince; GRET, Fondation Connaissance et Liberté (Fokal), CIAT
Budget total: $26 sur 4 ans / Financé: $8.4 millions.
Donateur: Agence française de développement (AFD).

Titre: Logement - Fournir une assistance technique d'urgence et un appui au Gouvernement d'Haïti en matière de logement.
Description du projet: Fournir une assistance technique d'urgence et un appui au Gouvernement d'Haïti en matière de logement et de nouveaux quartiers en offrant un soutien technique et l'accès à la diaspora haïtienne.
Agence d'exécution: Habitat for Humanity International (HFHI), Development Innovations Group (DIG), Build Change.
Budget total: $3 Millions pour 6 mois / Financé: $3 Millions.
Donateur: United States Agency for International Development (USAID).

Titre: Logement - Fournir un support en cartographie pour retourner les personnes déplacées dans leurs quartiers.
Description du projet: Mettre en place un tableau de bord pour identifier et hiérarchiser les besoins liés au retour des personnes déplacées et permettre un suivi de la réintégration des personnes déplacées dans leurs foyers d'origine Agence d'exécution: UN-Habitat, UNITAR, UNOSAT
Budget total $1 millions sur 18 mois / Financé: Ø
Donateur: À déterminer

Titre: Logement - Créer l'intérêt pour la reconstruction d'Haïti à long terme et mettre en évidence les meilleures solutions pour les futurs projets d'habitation.
Description du projet: Organiser une exposition "Building Back Better Communautés de logement" en octobre 2010 afin de démontrer les meilleures solutions pour des projets d'habitation et les développements futurs.
Agence d'exécution: Gouvernement d'Haïti, avec le soutien de la Fondation Clinton, John McAslan & Partners, architectes pour l'humanité
Budget total: $2 millions sur 7 mois / Financé: $2 millions.
Donateur: Digicel, Banque Interaméricaine de Développement (BID).

INFRASTRUCTURE
Titre: Infrastructure - Construction et réhabilitation de la route entre Port-au-Prince et la Croix des Bouquets/Malpasse
Description du projet: Réhabiliter quarante-trois (43) kilomètres de route goudronnée entre les villes de Port-au-Prince et Malpasse
Agence d'exécution: Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC), Unité Centrale d'Exécution (UCE)
Budget total: $104.5 millions sur 28 mois / Financé: $36.3 millions
Donateur: Banque Interaméricaine de Développement (BID), Union européenne

Titre: Infrastructure - Construction d'une route entre Petit-Trou de Nippes et Carrefour Charles
Description du projet: Construction de soixante-et-onze (71) kilomètres de route goudronnée entre les villes de Petite Rivière et Carrefour Charles
Agence d'exécution: Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC), Unité Centrale d'Exécution (UCE)
Budget total: $86 millions sur 36 mois / Financé: $22.4 millions
Donateur: Banque Interaméricaine de Développement (BID).

Titre: Infrastructure - Réhabiliter la Route nationale # 1 entre Gonaïves et Ennery
Description du projet: Réhabiliter trente-trois (33) kilomètres de route goudronnée entre les villes de Gonaïves et d'Ennery. Ce segment de route fait partie de la Route nationale #1 qui relie Port-au-Prince à Cap-Haïtien.
Agence d'exécution: Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC), Unité Centrale d'Exécution (UCE)
Budget total: $47.8 millions sur 18 mois / Financé: $47.8 millions
Donateur: Banque Interaméricaine de Développement (BID).

Titre: Infrastructure - Réhabiliter la Route nationale # 1 entre Ennery et Cap-Haïtien
Description du projet: Réhabiliter soixante-dix (70) kilomètres de route goudronnée entre les villes d'Ennery et de Cap-Haïtien. Ce segment de route fait partie de la Route nationale 1 qui relie Port-au-Prince à Cap-Haïtien
Agence d'exécution: Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC), Unité Centrale d'Exécution (UCE)
Budget total: $63 millions sur 20 mois / Financé: $63 millions
Donateur: Banque Interaméricaine de Développement (BID).

Titre: Infrastructure - Réhabiliter la Route nationale # 5 entre Gonaïves-Port-de-Paix.
Description du projet: Réhabiliter (73) kilomètres de route goudronnée entre les villes de Gonaives et Port-de-Paix. Cette portion de route fait partie de la route nationale # 5
Agence d'exécution: Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC), Unité Centrale d'Exécution (UCE)
Budget total: $79 millions sur 28 mois / Financé: $79 millions
Donateur: Banque Interaméricaine de Développement (BID)

Titre: Infrastructure - Réhabiliter la route entre Hinche, St-Raphaël, et Cap-Haïtien.
Description du projet: Réhabiliter (74) kilomètres de route goudronnée entre les villes de Hinche et de Cap-Haïtien en passant par St-Raphaël
Agence d'exécution: Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC), Fonds Européen de Développement (FED)
Budget total: $125 millions sur 30 mois / Financé: $125 millions
Donateur: Union européenne (Commission européenne, AFD).

Titre: Réhabiliter la Route entre Petite Rivière de Nippes et Petit-Trou de Nippes.
Description du projet: Réhabiliter vingt cinq (25) kilomètres de route goudronnée entre les villes de Petite Riviere de Nippes et Petit -Trou de Nippes.
Agence d'exécution: Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC), Unité Centrale d'Exécution (UCE)
Budget total: $26.3 millions sur 12 mois / Financé: $26.3 millions
Donateur: Banque Interaméricaine de Développement (BID).



CREATION D'EMPLOIS
22. Titre: Création d'emplois - « Cash for work » pour la réhabilitation des infrastructures sociales et économiques.
Description du projet: Permettra de créer 300.000 emplois temporaires à travers le pays, mettant l'accent sur les populations touchées par le tremblement de terre. Le travail se concentrera sur la réhabilitation des routes et d'autres activités économiques et des infrastructures sociales.
Agence d'exécution: Consortium agences des Nations Unies et ONG
Budget total: $65 millions sur 12 mois / Financé: Ø
Donateur: À déterminer.

ENERGIE
6. Titre: Énergie - Réhabiliter les sous-stations électriques prioritaires dans la zone de Port-au-Prince
Description du projet: Remettre en état ou réparer 5-6 postes critiques dans la région de Port-au-Prince
Obtenir une plus grande génération d'énergie (~ 40 MW par an 2)
Agence d'exécution: À déterminer
Budget total: $8 millions sur 18 mois / Financé: $8 millions.
Donateur: United States Agency for International Development (USAID).

23. Titre: Énergie - Générer énergie hydroélectrique: 4C Artibonite
Description du projet: Construire le barrage hydro-électrique 'Artibonite C-4 près de Mirebalais; Installer une puissance de 32 MW, qui fournira de l'énergie à 213.000 ménages, pour atteindre environ 1 million de citoyens haïtiens.
Agence d'exécution: À déterminer
Budget total $191 millions sur 40 mois / Financé: $2.5 millions
Donateur: Brésil.

24. Titre: Énergie - Connectez Haïti au réseau d'électricité de la République dominicaine.
Description du projet: Créer une ligne de transmission 55km, 138 kV pour relier la grille électrique d'Haïti au réseau d'électricité de la République dominicaine; La ligne irait de Péligre à Port-au-Prince d'une capacité de 20-60MWs
Agence d'exécution: À déterminer
Budget total estimé $8-14 millions / Financé: Ø
Donateur: À déterminer
Haïti Recto Verso commente:
La République Dominicaine fait face à un déficit énergétique monstrueux qui remonte à des années. Je ne suis pas certain que les voisins puissent nous ravitailler en électricité dans l'état actuel des choses.

INSTITUTIONNEL
27. Titre: Institutionnel - Évaluation des bâtiments publics dans les 10 départements: Phase 1
Description du projet: Fournir de l'information au gouvernement d'Haïti sur l'état actuel des bâtiments du gouvernement (infrastructures, équipements, organisation) dans les dix départements
Agence d'exécution: UNOPS
Budget total $1 millions sur 5 mois / Financé: Ø
Donateur: À déterminer

FINANCE ET INVESTISSEMENT
28. Titre: Finance et investissement - Mettre en place un fond de garantie partiel pour le développement des entreprises.
Description du projet: Contribuer à la réhabilitation du secteur de la production haïtienne, en fournissant des garanties sous formes de d'appuis aux entreprises touchées par le tremblement de terre qui ont besoin de soutien pour la restructuration de prêts encore viables (avant le 12 janvier).
Agence d'exécution: FDI
Budget total $35 millions sur 5 ans / Financé: $24.5 millions
Donateur: Banque Interaméricaine de Développement (BID), la Banque mondiale.

Recours réguliers ou mise en scène ?

Haïti: Toute l'attention est tournée cette semaine sur les moindres faits qui se rapportent au Conseil électoral provisoire (CEP). Le contact d'un conseiller électoral avec n'importe qui provoque des suspicions qui soulèvent des interrogations de part et d'autre. En attendant la publication de la liste des candidats habilités à prendre part aux présidentielles du 28 novembre, le bureau du Contentieux électoral national (BCEN) met les bouchées doubles sur les contestations soulevées devant le Bureau du Contentieux électoral départemental (BCED) à l'occasion du dépôt des candidatures. Comme pour toutes les élections présidentielles réalisées après le départ des Duvalier, la publication de la liste des candidats provoque toujours un vent de panique et plonge souvent la population dans l'inquiétude depuis l'incendie du magasin d'Emmanuel Ambroise, membre du CEP de l'époque (1987), suite au fameux « Carnet » donné par le Conseil électoral à certains candidats. Les recours exercés cette année au BCED et au BCEN, comme tribunaux de premier et dernier ressort, devraient permettre aux candidats de connaître leur sort à partir de la décision prononcée par le BCEN. Cependant, le retard et le manque de transparence de l'institution électorale sur cette procédure autorisent toutes sortes de conjectures. Car aux élections de 2006, le BCED et le BCEN avaient les compétences de tribunaux de première et dernière instance seulement après les résultats des élections.
En 2005, le candidat à la présidence Dumarsais Mécène Siméus avait été écarté de la course électorale par le Conseil électoral provisoire érigé en tribunal de dernière instance, sans qu'il y ait eu auparavant la saisine d'une autre instance. Dans le cas actuel, la liste qui sera publiée par le BCEN dans la matinée de vendredi sera sans doute une liste définitive. Elle doit être affichée au siège de l'institution. Cela semble vouloir dire que ce ne sera un secret pour personne.
Quel recours pourra exercer dans ce cas un candidat s'il ne figure pas sur la liste des candidats agréés alors qu'il n'est pas contesté et que ses pièces sont conformes ?
Lemoine Bonneau
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=82691&PubDate=2010-08-20

Des conteneurs-maisons construits par Vilaj Vilaj

Haïti: Lors d'une conférence de presse qu'il a donnée hier jeudi au centre de presse du ministère de la Culture et de la Communication, l'acteur, chanteur et compositeur canadien d'origine haïtienne, Luck Mervil, a annoncé le lancement du projet de construction baptisé « Vilaj Vilaj ». Une initiative de la fondation Vilaj Vilaj récemment fondée par cet artiste haïtiano-canadien, ce projet consiste en la construction de maisons à base de containeurs pour 25 000 personnes.
Monsieur Luc Mervil
Dans l'immédiat, Luck Mervil a annoncé la construction de 900 maisons devant loger 5 000 personnes, pour un montant d'environ 25 millions de dollars américains, dont le financement proviendra réseaux sociaux ou des « sept milliards de bailleurs de fonds de la planète ».
Par ailleurs, le chanteur s'est gardé de révéler l'endroit où ces maisons seront construites pour, souligne-t-il, « éviter que des gens ne viennent squattériser les domaines et y construire de manière anarchique ». Mais, la pose de la première pierre aura lieu au mois d'octobre prochain, a indiqué Luck Mervil.
Ces maisons en containeurs seront construites selon les normes parasismiques et paracycloniques. Des études pour déterminer les conditions sismiques et les risques catastrophiques de la zone seront réalisées avant le démarrage des travaux de construction.
Le projet « Vilaj Vilaj » vise à construire des demeures selon les normes pouvant loger cinq à sept personnes. Ces maisons seront aussi dotées de panneaux solaires, de système de récupération des eaux de pluies et usagées que les responsables projettent de purifier pour la consommation. Les déchets provenant des ménages pourront aussi être transformés en biogaz, en méthane. Le prix de location annuelle sera en dessous de 2 000 dollars américains.
Luck Mervil présentant une maquette
d'une des maisons du projet Vilaj Vilaj

(Photo: Chenald Augustin)
Les travaux de construction seront assurés par des spécialistes haïtiens et étrangers. Les mains-d'oeuvre locales recevront des formations de la part de techniciens compétents, chevronnés et expérimentés « afin qu'elles puissent à leur tour construire leurs propres maisons ». Mis à par les containeurs, matériel de base, les maisons seront construites à partir de matériaux locaux, précise Luck Mervil, voulant respecter et préserver l'environnement.
Dans le cadre du projet, des infrastructures de base (routes, électricité, communication téléphonique) seront également mises en place. Il est également prévu la construction de marchés, d'écoles, de terrains de sport, de centres de santé... Lors de son séjour dans le pays, le directeur-fondateur de la Fondation Vilaj Vilaj s'est entretenu avec les autorités, qui, rapporte-t-il, apportent leur plein soutien à ce projet.
Le projet Vilaj Vilaj est, selon son initiateur, loin d'être une utopie. C'est une réalité à laquelle croit Luck Mervil. Le chanteur convie tous les Haïtiens à s'allier autour de ce projet qui sera basé sur la transparence dans les dépenses et le paiement des salaires du personnel.
Maquette d'une des maisons
du projet Vilaj Vilaj.
(Photo: Chenald Augustin)
Vilaj Vilaj, pour Luck Mervil, sera « le premier modèle de ce type au monde ». Son initiateur projette de construire d'autres villages un peu partout, en Afrique du Sud et en Amérique latine... Construits à partir des techniques modernes, ces villages différeront de ceux de France, de New York et d'autres grandes villes du monde, s'est vanté le promoteur.
Avec la construction de ces villages, Luck Mervil compte apporter sa pierre dans la reconstruction de son pays d'origine. En tant que porte-parole du Centre d'études et de coopération internationales (CECI), le promoteur avait collecté, suite au séisme du 12 janvier, près de 13 millions de dollars, offerts dans 26 pays soit par des personnes, soit par des organisations. Actuellement, Luck Mervil s'est démis de son poste au CECI pour se consacrer à sa fondation et à son projet de Vilaj Vilaj. Il a mis entre-temps en veilleuse sa carrière artistique. Toutefois, il n'écarte pas la possibilité de se produire en vue de collecter des fonds pour son organisation.
Chenald Augustin
kabbaledessonges@yahoo.fr
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=82686&PubDate=2010-08-19

Certains candidats ont été très actifs durant la période de contestation

La majorité des candidats à la présidence étaient relativement silencieux au cours de cette période d'analyse des dossiers des candidats par les juges électoraux. Cependant certains candidats se sont fait remarqués dans la presse par des prises de positions relatives au fonctionnement de l'organisme électoral. M. Paul Fleurival Arthur ( Voizinaj) aurait fait retrait de sa candidature afin de réclamer le remplacement du conseiller électoral Enel Désir. Il a fait valoir qu'un nouveau conseil pourrait être nommé puisque le départ d'un membre pourrait mettre un terme à l'existence de cet organisme.
De son coté, le candidat de PSH, Jean Bertin, a également fait des interventions dans les medias afin de réfuter les motifs des contestations présentées par devant les juges électoraux. Il révèle qu'il a bénéficié de l'appui des nouveaux dirigeants authentiques du PSH ayant reçus l'investiture après le décès du secrétaire général lors du séisme du 12 janvier.
M. Bertin soutient que la publication de la liste des candidats habilités à prendre part aux élections sera le résultat de décisions juridiques et politiques.
Par ailleurs, Wyclef Jean est de loin le candidat ayant le plus attiré l'attention durant cette période. Outre la présence de ces fans manifestant devant le local du CEP, le star du Hip hop a révélé avoir été l'objet de menaces de mort. Il aura été le seul candidat à s'entretenir avec le chef de l'Etat haïtien René Préval, lequel lui aurait assuré de la mise en place de disposition pour garantir sa sécurité.
Plusieurs medias internationaux ont rapporté ce vendredi les déclarations d'un conseiller électoral à l'agence de presse Reuters faisant état de l'exclusion de l'artiste de la course à la présidence. Ces informations n'ont jusqu'à présent pas été confirmées officiellement.
Les autorités électorales envisagent de publier la liste des candidats ce vendredi 20 août 2010.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18154

Confusion autour du décès d'un jeune homme dans un baraquement onusien

Les responsables de la mission onusienne envisagent de réaliser une enquête sur le décès d'un jeune homme dans la base UNpol de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah) au Cap Haïtien. Le cadavre de Gerald Jean Gilles a été retrouvé dans la matinée du mercredi 18 août sur la cour du camp des militaires népalais. Les casques bleus népalais ont indiqué qu'ils n'ont aucune responsabilité dans le décès du jeune homme. Ces militaires ont fait valoir qu'ils ont constaté le corps pendu à l'aube. Cette version des faits est contesté par des parents de la victime.
Une tante de la victime, Myrlande Jean Gilles, interrogée par un journaliste de radio Métropole a révélé que les casques bleus ont refusé de permettre aux parents de voir le cadavre.
Le juge de paix section Nord du Cap Haïtien qui fait dressé le constat du décès s'est gardé de faire des déclarations aux journalistes. Entre temps des membres d'une commission spéciale dépêchés par le commandement la Mission de l'ONU sont arrivés sur place afin de lancer une investigation autour de ce décès.
Alors que la confusion règne les autorités haïtiennes se sont gardés de réagir sur ce sujet.
On ignore si les autorités locales se sont saisies du dossier ou si des représentants du gouvernement ont été dépêchés sur place.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18153

Le CEP s’apprête à dévoiler les noms des présidentiables

"Seules la constitution et les lois" du pays serviront de boussole au CEP, lors de la publication fiévreusement attendue vendredi de la liste des candidats agréés, estime le secrétaire général de l’institution, Leonel Raphaël, qui anticipe cependant des protestations en cascade Jeudi 19 août 2010, Radio Kiskeya
Le secrétaire général du Conseil électoral provisoire, Leonel Raphaël, a promis jeudi que la liste définitive des candidats autorisés à participer aux prochaines élections présidentielles sera rendue publique impérativement vendredi alors que rumeurs et informations font état de l’invalidation quasi-certaine de la candidature de plusieurs grosses pointures.
Président du Bureau du contentieux électoral national (BCEN), le pasteur Raphaël n’était pas en mesure de préciser l’heure à laquelle les noms retenus seront communiqués.
Il a tenté de justifier le temps interminable mis par le CEP à traiter les recours exercés après le rejet d’une série de contestations qui avaient été précédemment portées par-devant le Bureau du contentieux électoral départemental (BCED).
Le conseiller électoral laisse entendre que "le CEP va livrer un travail normal, acceptable et accepté par la majorité”.
Tout en disant que l’institution électorale va décider du sort des candidats "dans la transparence, l’objectivité et en conformité avec la constitution et les lois de la république", Leonel Raphaël déclare s’attendre dès vendredi à des vagues de protestations parce que, répète-t-il, "nous sommes en politique et en Haïti”.
Outre les neuf candidats visés par des recours ultimes au BCEN, parmi eux la star du hip-hop Wyclef Jean (Viv Ansanm), les anciens Premiers ministres Jacques-Edouard Alexis (MPH) et Yvon Neptune (Ayisyen pou Ayiti), le Conseil électoral rappelle que les autres candidats ne sont pas non plus sûrs d’être dans la course électorale si des failles sont relevées dans leur dossier.
34 prétendants se sont fait inscrire en vue des présidentielles du 28 novembre.
Toutefois, à trois mois de cette échéance constitutionnelle cruciale pour l’avenir du pays et de la démocratie, le processus électoral bat de l’aile et le CEP, vivement contesté par une partie de l’opposition, projette de plus en plus l’image d’une institution totalement inféodée à l’Exécutif. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6959

Préval reçoit Wyclef Jean avant le "carnet"

Le chef de l’Etat promet la sécurité au chanteur vedette "menacé de mort" et qui se dit "prêt à mourir" alors que son nom pourrait ne pas figurer sur la liste officielle des admis Jeudi 19 août 2010, Radio Kiskeya
Le Président René Préval a eu jeudi après-midi un entretien de plus de deux heures avec Wyclef Jean au moment où le rappeur mondialement connu serait en passe d’être écarté de la course à la présidence d’Haïti et évoque des menaces de mort contre sa personne.
Selon une dépêche d’Associated Press, lors de cette rencontre intervenue à la veille de la publication vendredi de la liste des candidats agréés, les deux hommes ont abordé différents sujets notamment la sécurité de M. Jean et les relations haïtiano-dominicaines.
Qualifiant l’entrevue de "positive", la mégastar haïtienne établie aux Etats-Unis avec sa famille depuis l’âge de neuf ans a fait savoir que le chef de l’Etat lui a proposé d’assurer sa sécurité après avoir exprimé ses préoccupations face aux menaces dont l’artiste serait l’objet.
Contacté par Radio Kiskeya, le secrétariat général de la Présidence s’est pour sa part contenté de confirmer la tenue de la rencontre sans en révéler le contenu.
Parallèlement, dans une interview à l’agence britannique Reuters, Wyclef Jean s’est déclaré "prêt à mourir pour son pays" plutôt que de capituler devant les menaces.
"Avant moi, beaucoup de gens ont été tués. Si je dois mourir pour le peuple haïtien, pour la jeunesse, je suis prêt à mourir pour eux", a martelé le chanteur de 40 ans en soulignant avoir reçu des appels anonymes menaçants l’enjoignant à quitter Haïti.
"Il y a des gens qui croient que je représente une menace pour leur pouvoir et leurs ambitions", a poursuivi la célébrité sans citer de nom avant d’ajouter "Je ne vais pas me rendre. Ma volonté est de servir le peuple haïtien et les menaces de mort et intimidations ne me feront pas reculer".
Wyclef Jean, dont la candidature a été contestée pour n’avoir pas résidé cinq années consécutivement au pays ni s’être acquitté de ses obligations fiscales, avait eu gain de cause au Bureau du contentieux électoral départemental (BCED).
Mais, les avocats des contestataires ont décidé de poursuivre leur action contre lui au BCEN.
Vainqueur en 1997 de trois Grammy Awards, récompense suprême de l’industrie musicale américaine, l’ancien leader des Fugees avait été nommé en 2007 ambassadeur de bonne volonté d’Haïti par le Président René Préval qu’il avait soutenu lors de sa campagne électorale de 2006. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6960

Présidentielle 2010 :Wyclef JEAN est t'il toujours en course ?

Le bureau de bureau de communication du candidat à la présidence Jeannel Wyclef JEAN, dément les informations faisant croire que la candidature du chanteur n'aurait pas été retenue par le CEP. « Le bureau de communication du candidat Jeannel Wyclef JEAN tient à mettre en garde la presse haïtienne ainsi que l'opinion publique sur des rumeurs concernant son éventuelle éviction de la course électorale alors que la liste des candidats agréés n'est pas encore publiée », peut on lire dans un communiqué publié par cette entité.
Selon ce communiqué, le candidat inscrit à la présidentielle Jeannel Wyclef JEAN a rencontré le chef de l'Etat, René PREVAL, en la résidence privée de celui-ci, hier jeudi 19 aout. Les deux hommes se sont entretenus pendant plus d'une heure.
Il précise que le Président de la République voulait s'informer personnellement des menaces de mort dont M. JEAN fait l'objet ces derniers jours. Il lui a promis que le gouvernement va tout mettre en œuvre pour assurer sa sécurité ainsi que celle de ses concurrents à la course présidentielle.
« Le président PREVAL a donné au candidat la garantie qu'il fera tout pour que de bonnes élections, honnêtes et transparentes, se réalisent dans le pays tout en souhaitant que le candidat vainqueur, des prochaines joutes, travaille avec les autres pour que le prochain quinquennat soit profitable à tous les haïtiens. », poursuit le communiqué.
Rappelons que l'Agence de presse, Reuters a publié une information selon laquelle, le nom du chanteur et compositeur hip-hop Wyclef Jean ne figure pas sur la liste des candidats éligibles en vue de l'élection présidentielle du 28 novembre.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18152

Wyclef Jean plus près de l'entrée ou de la sortie?

« Jeannel Wyclef JEAN tient à mettre en garde la presse haïtienne ainsi que l'opinion publique sur des rumeurs concernant son éventuelle éviction de la course électorale alors que la liste des candidats agréés n'est pas encore publiée. Le candidat appelle la population au calme et attend avec confiance la liste officielle du CEP pour ce 20 août 2010 », indique une note du bureau de communication du candidat Jean publiée jeudi en fin de soirée. Cette note vient clôturer une journée riche en rebondissements : rencontre avec le président René Préval, fuites dans la presse venant du CEP sur le rejet de la candidature de Wyclef, annonce de la Minustah qu'elle est prête à parer à tout dérapage dans le cadre du processus électoral.
Haïti: Le candidat Wyclef Jean était inaccessible jeudi soir en dépit de nombreuses tentatives du Nouvelliste de rentrer en contact avec lui pour avoir son opinion sur les rumeurs qui circulent sur son éviction de la course électorale par le CEP.
« Wyclef se repose chez lui à Lassère, près de Croix-Des-Bouquets, après une très longue journée », a indiqué au Nouvelliste un de ses proches. Dans son entourage, personne n'était en mesure de confirmer les informations non officielles reprises par toute la presse internationale qui font état de l'annonce imminente du rejet de sa candidature par le Conseil Electoral Provisoire (CEP).
«Cela sent la combine, la manipulation et le marchandage »
Wyclef Jean sera exclu de la liste des 34 candidats à la présidence pour cause de non résidence consécutive en Haïti ces cinq dernières années comme le stipule la loi électorale et la Constitution de la République, avait appris Le Nouvelliste d'un des membres du Conseil Electoral Provisoire qui a rencontré ce jeudi des journalistes.
Notre source a aussi fait état de divergences graves entre les Conseillers électoraux et de tractations intenses autour de la liste définitive qui devrait être publiée au plus tard ce week-end. « Oui, les rumeurs sont avérées, il y a eu plusieurs rencontres », a aussi admis notre source qui n'a pas voulu préciser qui a rencontré qui, alors que la clameur publique rapporte plusieurs rendez-vous entre l'exécutif, des ambassadeurs accrédités en Haïti et les membres du CEP.
Dans une dépêche de l'agence de presse Reuters, l'éviction de Wyclef de la course électorale a été aussi annoncée sans plus de détail. L'agence cite, elle aussi, un membre du CEP.
C'est la première fois que le verdict d'un CEP est ainsi connu d'avance, font cependant remarquer des analystes de l'histoire des élections en Haïti.
« Cela sent la combine, la manipulation et le marchandage », estime un historien interrogé par le journal.

Préval rencontre Wyclef
Dans un communiqué publié en fin de soirée ce jeudi, le bureau de communication du candidat à la présidence Jeannel Wyclef Jean a dévoilé la tenue d'une rencontre entre le président de la République René Préval et le candidat, ce jeudi, en la résidence privée du président à Laboule.
Selon cette note, « à l'invitation de la présidence, le candidat inscrit à la présidentielle Jeannel Wyclef Jean a rencontré le chef de l'Etat, René Préval, en la résidence privée de celui-ci, ce jeudi 19 août. Les deux hommes se sont entretenus pendant plus d'une heure.
« Le Président de la République voulait s'informer personnellement des menaces de mort dont M. Jean fait l'objet ces derniers jours. Il lui a promis que le gouvernement va tout mettre en oeuvre pour assurer sa sécurité ainsi que celle de ses concurrents à la course présidentielle », poursuit la note.
« Le président Préval a donné au candidat la garantie qu'il fera tout pour que de bonnes élections, honnêtes et transparentes, se réalisent dans le pays tout en souhaitant que le candidat vainqueur des prochaines joutes travaille avec les autres pour que le prochain quinquennat soit profitable à tous les Haïtiens.»
« A cette rencontre empreinte de convivialité, le candidat à la présidence Jeannel Wyclef Jean s'était fait accompagné d'un membre de sa famille, de ses équipes politique et juridique. Le président et le candidat, qui se sont quittés sur une poignée de main chaleureuse, n'écartent pas la possibilité de se rencontrer à nouveau lors des prochaines phases du processus électoral », conclut la note.

Le pacte de Laboule ?
Plusieurs observateurs analysent cette rencontre et les fuites savamment orchestrées autour de son exclusion comme un test pour le candidat qui doit prouver qu'il a le contrôle de ses émotions et de ses troupes. Cet échange paraît être aussi un gage de bonne foi et de collaboration entre deux hommes qui s'estiment et qui ont eu dans le passé de bonnes relations.
« Préval et Wyclef préparent l'avenir. Les deux sont des hommes intelligents qui veulent, dans tous les cas de figure, avoir un rôle à jouer en Haïti », a estimé un journaliste senior interrogé sur le sens de cette rencontre inusitée entre un président, chef de parti, qui a son propre poulain dans la course et un candidat à la présidence.
« Un jour on saura s'il a été scellé un Pacte de Laboule entre les deux hommes», avance notre interlocuteur.
Personne au Palais ne peut confirmer quoi que ce soit
"Il est actuellement avec Préval", a déclaré à l'AFP en début d'après-midi un membre de l'entourage de Wyclef Jean. La même source a indiqué quelques heures plus tard que la rencontre avait pris fin et que le chanteur avait regagné son domicile.
Wyclef Jean a diffusé une photo de lui, tout sourire, aux côtés du président, sur le site de microblogs Twitter, sans fournir davantage de précisions sur le contenu de l'entretien.
Les principaux conseillers du président René Préval interrogés par Le Nouvelliste n'ont pas voulu confirmer la tenue de la rencontre de ce jeudi. « Cela ne s'est pas passé au Palais national où je travaille, et je ne suis pas tenu informé des rencontres que le président tient hors de ses bureaux », a déclaré au Nouvelliste un des conseillers.
Depuis quelque temps, il est impossible de trouver une source officielle pour vérifier les informations qui concernent l'agenda présidentiel et le président n'organise plus de conférences de presse.
L'AFP fait remarquer que la rencontre a eu lieu à la veille de la publication, par le Conseil électoral, de la liste des candidats retenus pour participer au scrutin présidentiel du 28 novembre.
Trente-quatre personnalités se sont inscrites pour obtenir le droit d'entrer dans la course. Neuf de ces candidatures, dont celle de Wyclef Jean, sont contestées devant un tribunal électoral.
La candidature du chanteur très populaire auprès des jeunes a notamment été contestée pour des raisons de déclarations fiscales aux Etats-Unis et la question de sa résidence en Haïti. La publication de la liste électorale, qui était initialement attendue pour mardi, a été repoussée à vendredi.
Dans l'entourage du chanteur, on affirme que Wyclef Jean a fait l'objet de menaces de mort qui l'ont contraint à rester reclus ces derniers jours dans son fief de Croix-des-Bouquets, au nord de la capitale.
Des rumeurs circulant dans le pays accusent le pouvoir de chercher à évincer Wyclef Jean de la course électorale. Le chanteur, rentré récemment dans le pays après une brillante carrière internationale, fait face à des critiques reprises dans les médias haïtiens sur la gestion douteuse de sa Fondation humanitaire "Yéle Haïti" mise sur pied pour venir en aide à ses compatriotes frappés par divers catastrophes.
Empêché par la Constitution de solliciter un nouveau mandat, René Préval n'a pas réussi à imposer à sa formation politique INITE (UNITE en créole) son ex-Premier ministre Jacques-Edouard Alexis, finalement soutenu par un autre parti, poursuit l'AFP.
Les élections présidentielles et législatives du 28 novembre seront les premières à se dérouler en Haïti depuis le séisme du 12 janvier qui a dévasté Port-au-Prince et tué au moins 250.000 personnes. Les élections avaient été reportées à la suite de la catastrophe.

La MINUSTAH parée à toute éventualité
D'autre part, l'Agence Haïtienne de Presse (AHP) rapporte les propos du porte-parole de la police des Nations Unies en Haïti (Unpol), Jean-François Vézina. Ce dernier a averti jeudi que les casques bleus de l'ONU sont prêts à intervenir dans le cas où la publication de la liste des candidats agréés pour prendre part aux prochaines présidentielles devrait s'accompagner de mouvements de foule.
Nous allons réagir en fonction de la situation qui se présentera devant nous, a dit M, Vézina, faisant savoir que les casques bleus sont prêts à faire face à toute éventualité.
Jean-François Vézina a indiqué que depuis le 15 juillet dernier, les soldats onusiens assurent la sécurité des locaux du Conseil Electoral Provisoire (CEP) à Delmas et à Pétion-Ville, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.
Des travaux sont également entrepris pour évaluer les risques qui pèsent sur les centres de vote afin d'ajuster la sécurité aux nouvelles réalités.
Par ailleurs, plus de 4 000 agents de sécurité électoraux vont bientôt être recrutés pour suivre une formation pendant le mois de novembre en vue d'assurer la sécurité des opérations électorales, notamment le jour du vote. Cette formation sera donnée par un groupe d'officiers de la Unpol, a indiqué M. Vézina.
F.D avec AFP, Reteurs et AHP
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=82692&PubDate=2010-08-19

Manifestation de soutien à Port-au-Prince...La candidature de Wyclef Jean en péril

Publié le 19 août 2010
Le Droit
Wyclef Jean pourrait devoir mettre une croix sur son ambition d'accéder à la présidence de son pays natal.
Des rumeurs indiquaient, au moment de mettre sous presse, que la candidature du chanteur pop serait refusée par le Conseil électoral haïtien.
« Peu importe ce qui arrive avec ma candidature, je sens qu'il est de mon devoir de rappeler au monde que le 12 janvier dernier, ma terre natale d'Haïti a souffert le pire désastre naturel de ses 200 ans d'histoire. Ce n'est pas seulement une crise haïtienne ; ceci est une crise internationale », écrit Wyclef Jean dans un communiqué reçu hier soir par LeDroit.
« Les Haitiens sont peut-être résilients, et ils ont un puits sans fond d'espoir, mais ils ne peuvent reconstruire Haiti tout seul », poursuit-il, ajoutant qu'il demanderait, s'il était élu, à chaque Haïtien de la diaspora d'investir 10 $ pour reconstruire l'île qui a été durement touchée par le séisme du 12 janvier dernier.
Une manifestation réunissant environ 300 personnes a été organisée devant le Conseil électoral quelques heures après que les médias haïtiens eurent évoqué une éventuelle éviction du chanteur de la liste des candidats agréés.
« Nous sommes là pour défendre une cause juste, Wyclef Jean c'est un Haïtien de naissance, c'est le candidat du peuple, nous le voulons comme notre président, il doit être dans la course électorale », a déclaré un jeune manifestant.
Les équipes de policiers de l'ONU se tiennent prêtes à toute éventualité en cas de débordements, alors que la liste officielle des candidats autorisés par le Conseil électoral doit être connue demain.
L'ONU a d'ailleurs déplacé des troupes dans des endroits stratégiques de Port-au-Prince et surveille déjà étroitement les locaux du Conseil électoral.
Trente-quatre candidats aux présidentielles attendent de connaître la liste officielle des candidatures autorisées à entrer dans la course à la succession du président René Préval.
Avec l'Agence France-Presse