POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 20 novembre 2010

Aucun lien entre Elisabeth Préval et la Sanco S.A

Haïti: « Je ne connais pas les responsables de la Sanco S.A. Je ne suis pas actionnaire de cette entreprise. Je n'ai jamais eu aucune relation d'affaires avec la Minustah, non plus. »

C'est en ces termes que madame Elisabeth Débrosse Préval a catégoriquement récusé un article d'un journal mexicain en ligne.
Dans son édition du 12 novembre dernier, sur le site www.ultimapalabra.mx , un article avait fait état de liens entre la Première dame de la République et cette entreprise d'assainissement responsable de l'évacuation des fosses septiques du camp des soldats népalais de la Minustah dans le département du Centre.
L'article non signé de cette publication en ligne assurait reprendre des rumeurs dans un pays de rumeurs.
« Je nie toute connaissance des propriétaires et responsables de la Sanco. Je ne connais pas ses gens. Je ne suis actionnaire en aucune sorte de cette compagnie », a indiqué au Nouvelliste la Première dame au cours d'un entretien téléphonique accordé au journal ce jeudi 18 novembre.
Quelques jours auparavant, sur les ondes de Radio Caraïbes, l'un des responsables de la compagnie Sanco S.A avait déjà démenti tout lien entre l'entreprise et la Première dame de la République d'Haïti.
Contactée ce jeudi par Le Nouvelliste, Marguerite Léonie Jean-Louis, Vice-présidente de la Sanco S.A, a aussi affirmé qu'il n'existe aucun type de rapport entre Elisabeth Préval et son entreprise.
« Tout ce que dit le site www.ultimapalabra.mx est faux. Non, non, non ! nous n'avons rien à voir avec madame Préval », a martelé celle qui détient 43% des actions de la Sanco et qui est en première ligne dans les médias depuis que des accusations contre son entreprise et le camp népalais circulent au sujet de la source d'introduction et du point de propagation du choléra en Haïti à partir de la contamination du fleuve Artibonite par des déchets humains issus du camp de la Minustah.
« Nous sommes en consultations avec nos conseillers pour préparer une mise au point officielle, et un communiqué sera publié dans les prochaines heures pour démentir correctement les déclarations de ce site internet », affirme madame Jean-Louis.
Ces mises au point de madame Préval et de la vice-présidente de Sanco font suite à un article publié sur le site internet du Nouvelliste.
Dans une première version de « Le choléra et la loi de l'Omerta », un article signé Nancy Roc sur le sujet, les rumeurs relayées par le site mexicain avait été reprises. Dans la dernière version, ces rumeurs ont été enlevées et ne sont pas dans la version papier du journal.
« De concert avec le rédacteur en chef du Nouvelliste, Frantz Duval, et après vérification, j'ai enlevé de mon texte les allégations du journal mexicain qui n'étaient étayées d'aucune preuve et ne citaient aucune source. C'est une erreur informatique qui a provoqué leur publication», a indiqué Nancy Roc, grand reporter qui collabore avec Le Nouvelliste.
« Je présente mes excuses et celles du journal pour cette malencontreuse erreur infographique. Le devoir du Nouvelliste est de faire la lumière sur les informations et de se rétracter quand il le faut », a déclaré de son côté Frantz Duval, rédacteur en chef du Nouvelliste, depuis Santo Domingo.
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=85790&PubDate=2010-11-20

Voici l'article du journal mexicain:
MINUSTAH y su apoyo a Jude Celestin a través de Elisabeth Preval

Haití es un país de rumores. Es la manera como los ciudadanos se enteran de las noticias. Toma tiempo acostumbrarse, pero al rato de estar visitando Haití, uno se da cuenta de que estos rumores en su gran mayoría son hechos concretos y verdaderos, que merecen ser difundidos en medios de comunicación formales.
No es ningún secreto que el actual Presidente René Preval apoya al candidato oficialista Jude Celestin. Lo apoya para dar continuidad a la ineficacia y corrupción de su gobierno.
Celestin era un político desconocido en Haití hasta hace pocas semanas; de hecho, en la primera encuesta del 5 de septiembre, no llegaba ni al 8% de intención de voto. Muy lejos de donde las encuestas manipuladas lo colocan el día de hoy, con el 24% de intención de voto.
Antes de ser candidato a Presidente, el Sr. Celestin era el encargado de la reconstrucción de la infraestructura en Haití. Cualquiera que visita Puerto Príncipe y sus alrededores, muy rápidamente se da cuenta que el trabajo de Jude Celestin en el gobierno fue un gran fracaso. En la capital de Haití no sólo no se ve ningún signo de reconstrucción, sino de cualquier proyecto de infraestructura.
Después de que miles de millones de dólares fueron entregados por la Comunidad Internacional al gobierno de Haití, para la reconstrucción, al no ver ningún indicio de progreso uno tiene que preguntarse a dónde fue a parar todo ese dinero.
Una de las respuestas, a la que se le dedican muchos rumores y también algunas noticias concretas, es la esposa del Presidente René Preval: Elisabeth Delatour Preval. Analicemos el por qué…
La Primera Dama es la principal accionista en SANCO Haití, una empresa que presta servicios a la MINUSTAH (contingente de la ONU a cargo de mantener la paz en Haití).
Es a través del jugoso contrato que esta empresa tiene con la MINUSTAH, que la Sra. Preval está llenado de millones de dólares sus cuentas bancarias personales, a costa del empobrecido pueblo de Haití.
Se rumora también muy fuertemente que el año pasado, la Primera Dama de este país con millones de familias viviendo en la miseria, pagó en efectivo una casa de $2 millones de dólares en la ciudad de Miami.
Esta “riqueza inexplicable” no se limita a la Sra. Preval, el candidato oficialista Jude Celestin también ha adquirido propiedades multimillonarias en la Florida, donde en recientes semanas, el Miami Herald ha dado a conocer los problemas financieros de Celestin, presumiblemente a partir de que dejó de controlar los presupuestos millonarios que se le otorgaban a la agencia gubernamental para la reconstrucción del infraestructura en Haití, bajo su administración. (http://www.miamiherald.com/2010/10/20/1883603/preval-protege-faces-s-fla-financial.html).
Con estos antecedentes, es muy fácil concluir que Celestin se quedó sin el importante ingreso personal que le generaban los actos de corrupción.
En las últimas semanas se han estado cuestionando acciones por parte de SANCO Haití, la empresa de la Primera Dama, por la irresponsable descarga de excrementos humanos de una base de soldados nepaleses, al Río Artibonite. Se sospecha que ésta pudo ser la causa de la terrible epidemia de Cólera en el país.
Según estos cuestionamientos, SANCO Haití simplemente habría arrojado estos heces fecales, sin tratamiento químico alguno, contrario a lo establecido en los contratos de servicio.
Y todavía más preocupante que el enriquecimiento desmedido de la Primera Dama, o la gravedad de esta alerta de salud por negligencia, son los rumores de que la MINUSTAH está apoyando de manera extraoficial al candidato oficialista, Jude Celestine.
Existe un fuerte temor por toda la corrupción que hay en juego entre SANCO Haití, la empresa de la Primera Dama, y funcionarios de la MINUSTAH, quienes temen que si un candidato de la oposición llegara al Palacio de Gobierno, todo esta red de corrupción se haría pública.
Es por esta razón que la preocupación de que las elecciones sean verdaderamente transparentes y justas es una enorme duda, como lo es también la presencia contundente de la OEA/CARICOM para fiscalizar de cerca el desarrollo del proceso electoral.
No se sabe si a los rangos más altos en la MINUSTAH estén al tanto de estos inadmisibles niveles de corrupción, ya que podrías ser principalmente los oficiales locales de la MINUSTAH quienes estuvieran mayormente involucrados en este masivo acto de corrupción y fraude que, a fin de cuentas, a quien más daña es al tan golpeado pueblo haitiano.
http://www.ultimapalabra.mx/2010/11/12/minustah-y-su-apoyo-a-jude-celestin-a-traves-de-elisabeth-preval/#comment-5660

La mise au point de l'avocat de la Compagnie SANCO
Robert 20 noviembre 2010 en 11:31 #

Yo soy Robert Laforest, abogado de Sanco Haiti S.A.
Conozco los dos actionistas mayoritarios de Sanco, quienes son Clifford Baron y Marie Marguerite Jean Louis, su esposa.
La informacion publicada por ustedes sobre SANCO Haiti S.A.no refleja la realidad de la situacion de esta sociedad anonima.
Mme Elisabeth Delatour, esposa del Presidente Preval, no es accionista de esta sociedad anonima. Si ustedes quieren, le podemos comunicar copia del periodico oficial en el cual se publico los documentos relativos a la formacion de la compania.
SANCO ademas acaba de modificar sus estatutos y le aseguro, por haber estado presente a esta asamblea general, que Mme Delatour ni estuvo presente y nadie tampoco la representaba por la simple razon que ella no tiene nada que ver con la compania.
En lo que concierne el contrato obtenido por SANCO, esta compania tuvo que participar a una oferta publica y hasta tuvo que pagar a alguien para preparar su oferta. Hubo una oferta publica que SANCO gano en contra de JEDCO y no se quienes eran las otras companias locales quienes participaban en esto.
SANCO pertenece a dos jovenes haitianos, muy trabajadores y sus actividades fueron financiadas con sus propios fondos y por el FDI. Estas son informaciones que ustedes pueden verificar.
Ojala que ustedes tengan la honestidad de publicar las informaciones reales y tendran la furerza de caracter para reconocer que se equivocaron y que debieron de haber verificado su informacion antes de publicarla.
En Haiti, varias veces en el pasado, cuando tuvimos cambios de gobierno la gente ha destruido cosas que pensaban pertenecer a los del poder anterior.
Lo que ustedes hicieron es muy irresponsable y muy poco profesional.
De todas maneras, quisiera encontrar su representante en Haiti si es que tienen uno para por lo menos contestar a sus preguntas y entregarle documentos apoyando lo que le he dicho.
Attentamente,

Robert LAFOREST
Cabinet Laforest
Delmas, Haiti
------------------------------
Nos commentaires:
Ces déclarations ne suffiront pas à élucider le mystère ni a donner la communion sans se confesser à Madame Preval. Les rumeurs de la maison coûtant 2.000.000 de dollars fit le tour des sites de discussions en ligne sans jamais avopir été ni confimée ni infirmée.
Le Nouvelliste a récemment fait écho des démélées fiscales qui touchent le candidat officialiste autour de ses investissements dans l'immobilier aux USA. Il a été blanchi par un de ses partenaires en affaires et son camp a répondu par le silence.
Nous savons sciemment que la vérité restera au fond de ce puits ou personne se décidera à aller quêrir la vérité.

Manigat : « Soyez prêts à vous battre pour votre vote ! »

En campagne à Lascahobas, dans le Plateau central, Mirlande H. Manigat invite ses électeurs à voter en masse en vue de déjouer les complots ourdis contre elle sur son chemin vers la présidence. Métaphorique, elle appelle aussi « les hommes à se serrer la ceinture et les femmes à enfiler des sous-vêtements en fer ». Récit. Haïti: 18 novembre 2010. Jour J-10 avant la présidentielle et les législatives. Le soleil est au zénith mais il fait encore frais. Sans alizé. Sans mistral. Sur le pont jeté sur la rivière Lescahob, à l'entrée de la ville, un supporter de Mirlande H. Manigat ratisse large : « Une grande dame visite Lascahobas aujourd'hui », lance-t-il sur un air de campagne. « On sait. On sait », répond volontaire une femme dans la vingtaine, le visage rond, les cheveux gominés, les pieds dans le courant dont les échos rythment le quotidien de ce bourg du Bas Plateau central où la morphologie des habitants témoigne d'un riche brassage ethnique entre les Amérindiens, les Espagnols et les Africains des derniers centenaires. « Je finis ma lessive et j'y vais », promet-elle avant de se laisser entraîner par la conversation avec d'autres femmes au bord de la rivière, véritable liant dans les communautés rurales.
Comme une traînée de poudre, la nouvelle continue de se répandre et des percussionnistes ambulants guidés par un jeune homme longiligne portant un t-shirt à l'effigie de la candidate du RDNP, sillonnent les quartiers populeux dans les environs du marché. « Oui au changement, non à la continuité du choléra », scandent-ils en se rendant au meeting. Le temps file. Au coeur de la ville, sur la Place de l'église dominée par le buste de feu « Père Block » et par des photos d'autres candidats, tout est fin prêt. Le son, les banderoles, les militants et les curieux dont une majorité de jeunes des deux sexes. « Elle arrive! Elle arrive!» , crie soudain un motard un peu après 14 heures.
Turban crème autour de la tête, chemise gris cendre à rayures dorées quelque peu délavée, le visage fatigué mais illuminé par un large sourire, Mirlande H. Manigat, accompagnée des sénateurs Youri Latortue, Evalière Beauplan, de Me Reynold Georges... se fraie un passage vers l'estrade. Maternelle, le contact un peu plus facile qu'avant avec le commun des mortels, Mirlande H. Manigat, dévorée par des yeux admiratifs montre des signes de tendresse à l'égard d'une demi-douzaine d'enfants. La posture de la grand-mère...
« Laissez les enfants venir à moi », lâche-elle tandis que « Maître Boltaire », candidat à la députation sous la bannière du RDNP, harangue la foule avec un mélange de dénonciation de la médiocrité et d'étalage des différentes revendications des lascahobassiens : électricité, « décentralisation de l'université... ». « Nous sommes pour le changement, contre la continuité », lance-t-il sous les vivats, en invitant les électeurs à voter pour lui. « Un homme capable de les représenter valablement, de défendre leurs intérêts au Parlement », clame M. Boltaire, suivi au micro par Evalière Beauplan, Reynold Georges et Youri Latortue dont les messages, critiques à l'égard de la gestion du pouvoir et de la continuité made in Préval, mettent l'emphase sur Mirlande Manigat, une « femme capable », « la chance qui passe », selon eux.
Le bras droit en l'air, Mme Manigat, entraînée par la mélodie de sa chanson de campagne danse et s'introduit. Elle casse le tempo. Professoral, elle explique, au terme d'une conversation avec un jeune en classe terminale quelque peu empêtré et hué qui confie qu'il souhaite étudier l'agronomie en vue de valoriser la production de ses parents agriculteurs, « que le pays a besoin d'agronomes. C'est la science. Nous devons coupler cette science avec l'expérience du paysan agriculteur».
« Le pays a besoin d'être modernisé », lance la candidate qui promet qu'elle fera appel aux gens les plus capables aux postes de responsabilités. « Je ne gouvernerai pas le pays toute seul. Je serai entourée des meilleurs dans tous les domaines afin de résoudre les problèmes », poursuit-elle, sans électriser la foule inerte, visiblement assoiffée de slogans, de formules électorales lapidaires. Flop ?
« Je sais comment diriger un pays avec honnêteté, sérieux et efficacité. Je suis préparée pour », garantit l'épouse de l'ex-président Leslie Manigat, qui promet aussi de lutter contre l'injustice sociale. « Je ne promets pas la lune en cinq ans, mais je vous promets de l'action », enchaîne la candidate, détentrice d'un doctorat en sciences politiques de la Sorbonne, qui annonce une croisade contre la corruption, la haine, le chômage.
Plus vigoureuse, plus persuasive, elle appelle les électeurs à voter massivement. « J'ai besoin d'un vote massif pour éviter les problèmes avec les méchants qui ourdissent des complots afin de voler le vote du peuple ». Plus incisive, plus combative, Mirlande Manigat qui souligne qu'elle ne tombera pas malade, qu'elle n'a pas de problèmes aux pieds comme on le prétend, invite ses supporteurs à lutter pour faire respecter leur volonté. « Les hommes doivent se serrer la ceinture et les femmes prêtes à enfiler des sous-vêtements en fer », lance-t-elle sous les applaudissements, avant de remercier son public et se frayer difficilement un passage vers un véhicule tout-terrain en direction de Mirebalais. Et laisser dans le coeur de ses partisans un enthousiasme non contenu."C'est l'ère des femmes, car les hommes ont échoué", plaisante Mirna, une Lascahobassiene qui "attend le jour du vote avec impatience"...
Roberson Alphonse
ralphonse@lenouvelliste.com

Le choléra et la loi de l'Omerta

Haïti: Le dernier bilan de l'épidémie du choléra qui sévit en Haïti depuis la mi-octobre s'élève à 1.100 morts et 18.832 hospitalisations depuis le début de l'épidémie. Le choléra traverse désormais les frontières : le premier cas officiel a été détecté mardi en République Dominicaine et un autre, mercredi à Miami. Les deux patients étaient d'origine haïtienne. Depuis plusieurs semaines le gouvernement dominicain a mis en oeuvre de sévères mesures de contrôle pour prévenir le développement de cette maladie, extrêmement contagieuse. La République dominicaine a notamment renforcé sa présence militaire à la frontière et limité le commerce avec Haïti, ainsi que l'entrée des Haïtiens sur le territoire dominicain. Quelques 170 personnes ont déjà été arrêtées et le commerce de vêtements usagés est interdit depuis lundi sur les marchés binationaux (Dajabon, Jimani et Elías Piña) dans le cadre des mesures préventives contre l'épidémie de choléra. (1)

Comme en témoigne la couverture du plus grand journal du Québec, La Presse de Montréal du 10 novembre dernier, Haïti ''Au pays du choléra'', nous sommes désormais considérés, au pire, comme des pestiférés, au mieux, stigmatisés à travers cette grave épidémie qui s'étend à travers les dix départements du pays. Dès le début de cette crise sanitaire majeure, plusieurs observateurs aguerris avaient vu venir l'ampleur de la catastrophe. Mais les autorités se voulaient rassurantes et les candidats à la présidence étaient trop occupés à mener campagne pour tirer la sonnette d'alarme ou mesurer l'étendue dévastatrice de cette épidémie. Quant aux journalistes qui l'ont fait, leurs voix se sont évaporées tel un verre d'eau dans le désert.
Depuis, la flambée du choléra s'est propagée partout et de nombreux travailleurs humanitaires estiment que les chiffres officiels, sous-estiment l'ampleur de l'épidémie. À ce sujet, la déclaration, le 15 novembre, de Nigel Fisher, coordinateur de l'action humanitaire pour les Nations Unies en Haïti est éloquente : '' Nous avons des cas dans tous les départements bien que les autorités haïtiennes (...) disent que seulement six des dix départements ont été touchés par la maladie '', a-t-il déclaré lundi dernier en soulignant que ''selon les épidémiologistes, le nombre de cas va augmenter de manière significative ''. (2) La MINUSTAH n'ait eu de cesse de se défendre contre les allégations faisant croire que les fosses septiques d'un camp situé près de Mirebalais, où beaucoup de soldats népalais sont basés, seraient la cause de la propagation du choléra dans le pays. Des manifestations antigouvernementales et anti-MINUSTAH ont éclaté le lundi 15 novembre au Cap Haïtien, faisant deux morts et au moins 19 personnes blessées, dont une quinzaine par balles. Cet apparent ''mouvement de colère'' s'est aussi répandu à Hinche. Au Cap-Haïtien, deuxième ville du pays, des manifestants ont incendié un commissariat et des véhicules qui s'y trouvaient. Le même jour à Hinche, des casques bleus népalais, ont été la cible de jets de pierre lors d'une manifestation, qui a rassemblé quelques 400 personnes. Mardi et mercredi, la situation restait tendue dans ces deux villes où des tirs sporadiques ont été entendus et des barricades enflammées ont été érigées.
"Ce qui s'est passé lundi n'est en rien spontané", a estimé le patron de la Minustah dans un courriel adressé à Reuters mardi. Il a ajouté que selon l'Onu, les violences qui se sont déroulées à Cap-Haïtien avaient été "bien planifiées et concertées"."Des empêcheurs de tout acabit, d'anciens membres de l'armée haïtienne, certains responsables politiques, des criminels, des groupes hostiles aux élections se cachent derrière ces incidents", écrit le Chef de la MINUSTAH à Reuters. "L'épidémie de choléra est tombée à point nommé pour ces gens-là, qui ont créé ce genre de situation".M. Edmond Mulet croit néanmoins que les élections peuvent toujours être un succès."Nous nous attendions à ce genre d'incidents, qui ont déjà eu lieu dans le passé avant une consultation. Mais la vaste majorité des Haïtiens souhaitent des élections, et ce malgré des initiatives de dernier ressort de la part de forces anti-démocratiques". (3)
Pour l'historien et analyste politique Michel Soukar, '' il est certain qu'il y a des secteurs qui ne souhaitent pas la tenue de ces élections parce que leur candidat n'a pas décollé dans les sondages'', déclare-t-il. Pour lui, il sera très compliqué d'imposer le candidat de l'Unité, Jude Célestin : '' pour des raisons que tout le monde peut constater, il (Jude Célestin) est difficilement vendable. Pour faire avaler cette pilule, le pouvoir devra appliquer trois tactiques : renvoyer les élections à la mi-janvier afin que les autres candidats soient épuisés tant physiquement que financièrement, attendre que le choléra fasse davantage encore de victimes et démobilise la population et, troisièmement, le pouvoir remplacera les maires, dont le mandat s'achève, par les membres du parti UNITÉ'', affirme-t-il tout en mettant le pouvoir en place en garde contre ces pratiques ''d'apprentis sorciers'' : '' Il ne faut pas sous-estimer à quel point le peuple est mécontent de la gestion des autorités haïtiennes or, lorsqu'il y a ce genre de sous-estimation, on ne peut plus contrôler les mouvements de rue. D'ailleurs, j'ai l'impression que c'est déjà ce qui s'est passé ces jours-ci. Dans un tel contexte, il faut faire très attention car le ras-le-bol est ressenti à travers le territoire et jouer avec cette frustration reviendrait à allumer une allumette devant un gallon de gazoline'', avertit-il. Pour le professeur Michel Soukar, il est clair que le pouvoir a joué sa partition dans ces manifestions. Rappelons qu'il y a trois semaines, le candidat à la présidence, Jacques Édouard Alexis, qui était Premier ministre lors des émeutes de la fin en avril 2008 avait reconnu sur l'émission Métropolis de Radio Métropole il y a trois semaines, que lesdites émeutes avaient été '' politiquement manipulées'' à l'époque. Pourtant, lorsqu'il était du côté de Préval, il n'en avait pipé mot.
48h après les manifestations, M. Préval a prévenu que son gouvernement utilisera tous les moyens légaux pour sanctionner les auteurs d'actes de violence. Dénonçant l'attaque et le pillage de plusieurs entrepôts, René Préval estime que ces secteurs veulent semer la discorde entre le gouvernement, la population et la MINUSTAH. Le président Préval déplore ce qu'il considère comme une tentative de déstabilisation et averti que la violence ne fera qu'aggraver l'épidémie de choléra. Paroles de pacotille.
Un silence lourd de conséquences
En Haïti, le silence de ceux qui savent alimente la propagation du choléra. Lors d'une entrevue téléphonique accordée mardi soir à Le Nouvelliste, Michel Soukar souhaite que, si la société civile haïtienne est incapable de prendre ses responsabilités dans l'enquête à mener sur les origines de l'épidémie, qu'elle fasse appel à des groupes de la société civile internationale. Il suggère que Greenpeace, par exemple, puisse faire la lumière sur cette tragédie nationale.
Non seulement les autorités ne nous ont vraisemblablement pas dit la vérité mais, le Premier ministre Jean Max Bellerive, dans une interview exclusive accordée à Métropolis et à Le Nouvelliste le week-end écoulé a demandé de ne pas '' stigmatiser une population comme étant responsable directement de l'importation de cette maladie en Haïti(...) Tant que nous n'avons pas des preuves très claires, au-delà des rumeurs et des suspicions, tant le gouvernement que les Haïtiens doivent se garder (de le faire)'', a-t-il déclaré. (4)
L'attitude du Chef de gouvernement quant à sa gestion de la crise du choléra et de l'enquête à mener sur ses origines a été qualifiée de ''lâche'' par le professeur Soukar. Mais que dire comportement du président Préval, qui lors d'une réunion organisée le 14 novembre écoulé par le gouvernement pour pallier au manque d'éducation et d'information face à l'aggravation de l'épidémie du choléra a, une fois de plus, choqué Haïti et sa diaspora en déclarant : '' Nous connaissons une crise sérieuse. Je ne veux pas défendre ma tête contre l'État, mais l'État n'a pas fait son travail. Ce n'est pas de votre faute, ce n'est pas de la mienne. Nous sommes dans une situation telle que nous recommandons à tout le monde de ne boire aucune eau, sans la traiter préalablement''? (5)
Pour Michel Soukar, les propos de René Préval sont '' typiques de son irresponsabilité et démontrent qu'il n'y a eu aucune éducation à la citoyenneté dans notre pays..'', souligne l'historien et analyste politique. '' En effet, un citoyen est responsable des actes qu'il pose or, un président qui déclare que ce n'est pas sa faute...alors, c'est la faute à qui ? À Dieu, au Diable ?'', questionne Soukar. ''Pour se présenter à la fonction présidentielle, faut-il bien avoir des solutions à proposer aux problèmes; peut-être pas à tous les problèmes, mais vous devez pouvoir faire face aux problèmes fondamentaux du pays parce que vous avez des solutions. Qu'on ne vienne pas me dire que Préval n'avait pas fait de promesses : il avait promis la décentralisation, un Parlement avec qui il pourrait travailler, entre autres. Aujourd'hui, où sont les résultats ? C'est justement parce que le Parlement n'a pas fait son travail que la Cour de Justice n'a pas encore interpellé René Préval '', déclare Michel Soukar. '' L'exemple de la Cour de Cassation, qui jusqu'à ce jour n'a pas de président, est un exemple patent. Si Préval n'est pas responsable, qui est responsable ? Si c'est ainsi, ce pays n'a ni besoin de président, de Parlement ou de dirigeants, Nous n'avons plus besoin de ces gens-là (au pouvoir) et c'est tout'', s'indigne l'analyste politique.
De son côté, Mme Mirlande Manigat, qui caracole dans les sondages, a déclaré cette semaine au magazine français L'Express que '' Le gouvernement a tenté d'utiliser la crise du choléra pour retarder les élections. Mais ce ne serait pas raisonnable. Rien ne dit que nous n'aurons pas dans un mois davantage de décès et de malades. Différer jusqu'à quand? Six mois? Un an? C'est peut-être le mauvais moment, mais il n'y en aura pas de bon dans les années à venir.''(6) Le professeur Soukar partage cette thèse et en a profité pour interpeller les candidats à la présidence à 10 jours du premier tour des présidentielles : '' il faut que les candidats ''déshabillent'' les actes de ce gouvernement devant les yeux de la population pour lui montrer dans quel état les ''responsables'' ont mis ce pays, quels sont les intérêts qu'ils défendent, la corruption qu'ils ont installé en se partageant des contrats juteux basés sur des monopoles qui font l'affaire de quelques familles'', a-t-il souhaité. Pour l'analyste politique, le silence ou le demi-silence des candidats à ce propos l'inquiète : '' je me demande parfois si nous ne sommes pas en face d'une certaine complicité de la part de la classe dominante. Tout le monde est victime du silence de la mafia. Il faut que les candidats disent aux électeurs voilà dans quel état votre pays est; voilà comment l'on fait de l'argent sur votre misère et démontrer comment, après 20 ans, ceux qui se disaient les défenseurs du peuple, sont les mêmes qui l'ont déplumé '', a-t-il conclu.

Une continuité morbide et inacceptable
''On ne fait pas de politique avec de la morale, mais on n'en fait pas davantage sans '', disait André Malraux. Or M. Préval a révélé la perversité de ses réflexes - en témoigne la polémique autour d'un pseudo pacte passé avec Mme Manigat et de la voiture offerte à l'ex-président Leslie Manigat- mais s'avère immoral et surtout sans aucune éthique. Sa prestation inoubliable devant les caméras de CNN suite au séisme vient d'être surpassée par sa déclaration publique face au choléra : '' Je ne veux pas défendre ma tête contre l'État, mais l'État n'a pas fait son travail. Ce n'est pas de votre faute, ce n'est pas de la mienne '' ! Préval aurait-il oublié que lui et son jumeau politique Jean-Bertrand Aristide ont été au pouvoir pendant 20 ans ? Pendant ces deux dernières décennies qu'est-ce qui a été fait pour traiter les eaux usées, gérer les détritus, augmenter les réseaux d'eau potable ? Rien ! Préval préférait construire des routes alors que la population mangeait à côté d'égouts à ciel ouvert et des immondices. Des routes qui aujourd'hui favorisent le déplacement des populations atteintes de la maladie. Quant aux eaux usées et à l'insalubrité, même Pétion-Ville, autrefois appelée ''La Coquette', est couverte de fatras et la puanteur qui s'en dégage est pestilentielle. Mais la Mairesse, Lydie Parent du même mouvement idéologique qu'Aristide et Préval, s'est présentée sans aucune honte comme candidate à la présidence...
C'est dans ce contexte morbide que le poulain de Préval, M. Jude Célestin, a déclaré lors du débat présidentiel ''Anvann' voté' : '' Je représente la continuité, je le dis et je l'assume ''. La continuité de quoi ? De la corruption, de l'insalubrité, de l'absence de gestion, de l'immoralité, du mépris et du silence de l'Omerta ? Car, de fait, mis à part ce débat où les thèmes et les questions étaient préparés, M. Célestin à l'instar de Préval en 2006, fuit tous les micros de la presse.
Au moment où nous parachevons ce texte, l'Envoyé spécial de Radio Canada à Port-au-Prince, Frédéric Nicoloff, vient d'annoncer que les spécialistes de la santé en Haïti craignent que le choléra explose dans les bidonvilles et en particulier à Cité Soleil. Le choléra pourrait ainsi atteindre son pic...au moment du scrutin. Or, la méconnaissance de la maladie et de sa transmission demeure très problématique dans un pays au taux d'analphabétisme de 70%. Sans compter les croyances locales. La majorité des électeurs accepteront-ils d'être dans des files pendant de longues heures à côté de potentielles personnes infectées ? Le tour n'est vraiment pas jouer et tout peut basculer dans les jours à venir.
'' Toute nation a le gouvernement qu'elle mérite'', disait François de Maistre. Mais il est clair aujourd'hui, que le peuple haïtien ne mérite pas d'être abandonné dans une telle fange politique et environnementale. Le 28 novembre prochain, il fera face, une fois de plus à son destin. Qu'il choisisse bien cette fois-ci car tout peuple forge son destin. Il y a deux formes de destin : un vertical et un horizontal. (7) Nous avons trop longtemps accepté d'être à l'horizontal. Espérons que la semaine prochaine, le peuple haïtien rassemblera ses dernières forces pour choisir un destin à la verticale !
(1) Romandie News, Un premier cas de choléra en République Dominicaine, 16 novembre 2010.
(2) Haïti Libre, Haïti - Épidémie : 16,799 cas déclarés, 1,034 morts, la riposte s'intensifie, 16 novembre 2010.
(3) Reuters, L'Onu incrimine des agitateurs à Haïti, 16 novembre 2010
(4) Nancy Roc, le Premier ministre Jean Max Bellerive confirme la tenue des élections le 28 novembre, Le Nouvelliste, 10 novembre 2010.
(5) Haïti Libre, Haïti - Épidémie : Préval rejette les responsabilités sur le gouvernement, 15 novembre 2010.
(6) Vincent Hugeux, Mirlande Manigat : "Les causes du choléra sont politiques", 16 novembre 2010.
(7) Amin Maalouf, Les Identités meurtrières.
Nancy Roc, Montréal, le 17 novembre 2010.
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=85757&PubDate=2010-11-17

UN worries its troops caused cholera in Haiti

By JONATHAN M. KATZ

The Associated Press
Friday, November 19, 2010; 11:49 PM
PORT-AU-PRINCE, Haiti -- It began as a rumor that farmers saw waste from a U.N. peacekeeping base flow into a river. Within days of the talk, hundreds downstream had died from cholera.
The mounting circumstantial evidence that U.N. peacekeepers from Nepal brought cholera to Haiti was largely dismissed by U.N. officials. Haitians who asked about it were called political or paranoid. Foreigners were accused of playing "the blame game." The World Health Organization said the question was simply "not a priority."
But this week, after anti-U.N. riots and inquiries from health experts, the top U.N. representative in Haiti said he is taking the allegations very seriously.
"It is very important to know if it came from (the Nepalese base) or not, and someday I hope we will find out," U.N. envoy Edmond Mulet told The Associated Press.
The answer would have implications for U.N. peacekeeping missions around the world, he said.
A young woman suffering cholera symptoms is carried
by a relative to St. Catherine hospital, run by Doctors
Without Borders, in the Cite Soleil slum in Port-au-Prince,
Haiti, Friday Nov. 19, 2010. Thousands of people
 have been hospitalized for cholera across Haiti with
symptoms including serious diarrhea, vomiting and
 fever and at least 1,100 people have died.
(AP Photo/Emilio Morenatti) (Emilio Morenatti - AP)


It would affect the relationship between the U.N. and Haiti: If its peacekeepers misled, it could lose credibility for tasks such as helping oversee next week's election. It could affect the job of U.N. humanitarian workers, who work separately from the peacekeepers.
It would help answer scientific questions: Is the source still out there? How does this cholera strain spread? Does it pose a threat to the region, including the southern United States?
When riots broke out across northern Haiti this week, the U.N. blamed them on politicians trying to disrupt the upcoming vote. But observers say the U.N.'s early stance fanned the flames.
"If the U.N. had said from the beginning, 'We're going to look into this' ... I think that, in fact, would have been the best way in reducing public anger," said Brian Concannon, director of the Institute for Justice & Democracy in Haiti. "The way to contribute to public anger is to lie."
Before last month, there had never been a confirmed case of cholera in Haiti.
In March, the U.S. Centers for Disease Control and Prevention said cholera was "extremely unlikely to occur" in Haiti. There were no cholera bacteria there. Most foreigners were relief workers with good sanitation who come from countries where cholera is not an issue.
Then it did happen. There are now more than 1,100 dead; experts say hundreds of thousands will fall ill as the disease haunts Haiti for years.

Even more surprisingly, it did not first appear in a major port, an earthquake tent camp or an area where foreigners are concentrated, but instead along the rural Artibonite River.
Speculation keeps returning to that river and a base home to 454 U.N. peacekeepers from Nepal. They are perched on a babbling waterway called the Boukan Kanni, part of the Meille River that feeds into the Artibonite.
People living nearby have long complained about the stink in the back of the base and sewage in the river. Before the outbreak began they had stopped drinking from that section of the river, depending instead on a source farther up the mountain.
A young man suffering cholera symptoms is pushed
 in a wheelbarrow to St. Catherine hospital, run by Doctors
 Without Borders, in the Cite Soleil slum in Port-au-Prince,
 Haiti, Friday Nov. 19, 2010. Thousands of people have
been hospitalized for cholera across Haiti with symptoms
including serious diarrhea, vomiting and fever and at least
1,100 people have died. (AP Photo/Emilio Morenatti)
 (Emilio Morenatti - AP)
The latest Nepalese deployment came in October, after a summer of cholera outbreaks in Nepal. The changeover at the base, which guards the area south of the central plateau town of Mirebalais, was done in three shifts on Oct. 9, 12 and 16.
The U.N. says none of the peacekeepers showed symptoms of the disease. But 75 percent of people infected with cholera never show symptoms but can still pass on the disease for two weeks - especially in countries like Nepal where people have developed immunity.
The CDC has said the strain of cholera in Haiti matches one found most prevalently in South Asia.
"It very much likely did come either with peacekeepers or other relief personnel," said John Mekalanos, Harvard University microbiology chair. "I don't see there is any way to avoid the conclusion that an unfortunate and presumably accidental introduction of the organism occurred."
Haiti runs on rumors, like a 10 million-player game of broken telephone. Last year it was the local woman said to have given birth to a fish. This year it was cholera - all too true, even if the news came from the same places: in a group taxi, from a cousin, from the guy on the next farm over.
On Oct. 20, the news crackled over Haitian radio: 19 people had died after fever, vomiting and severe diarrhea at a hospital in St. Marc near the mouth of the Artibonite River. Most were children.
A day later, the disease was confirmed to be cholera.
Tele-djol - "the mouth channel" - lit up. Some said helicopters had dropped a black powder in the river, or that they heard poison was poured into a dam in the Dominican Republic. Others said the epidemic was linked to the Nepalese base.

The rumors were easy to ignore. Mulet said the U.N. did not address them right away because it did not know the situation would turn into a crisis.
"It was such a minor thing, like we have every day," Mulet said. "We didn't know this was going to be an epidemic."
But the rumors got stronger in the mouths of politicians. Even the health minister, whose government depends on the U.N. for protection, told the nation it was suffering from an "imported disease."
A man pulls the body of a woman who died of cholera
in Cap Haitian, Haiti, Friday Nov. 19, 2010. Thousands
of people have been hospitalized for cholera across Haiti
with symptoms including serious diarrhea, vomiting
and fever and at least 1,100 people have died.
(AP photo/Dieu Nalio Chery) (Dieu Nalio Chery - AP)


On Oct. 26, U.N. spokesman Vincenzo Pugliese put out a short statement saying that the base's septic tanks are built to U.S. Environmental Protection Agency standards, that the waste is dumped 820 feet (250 meters) from the river, and that the U.N. unit for environmental compliance periodically checks waste management.
Sanitation at the base is handled by a private company, Sanco Enterprises SA, which won the contract over the summer by underbidding a rival. The U.N. said the septic tanks were to be emptied once a week.
But when the AP visited on Oct. 27, a tank was clearly overflowing. The back of the base smelled like a toilet had exploded. Reeking, dark liquid flowed out of a broken pipe, toward the river, from next to what the soldiers said were latrines. U.N. military police were taking samples in clear jars with sky-blue U.N. lids, clearly horrified.
At the shovel-dug waste pits across the street sat yellow-brown pools of feces where ducks and pigs swam in the overflow. The path to the river ran straight downhill.
The U.N. acknowledged the black fluid was overflow from the base, but said it contained kitchen and shower waste, not excrement.
The U.N. said it is up to the private contractor and local mayor to ensure its dump sites are safe. Sanco Vice President Marguerite Jean-Louis said it is up to the mayor and the U.N. Mirebalais Mayor Laguerre Lochard, who is running for Senate on Sunday, said he complained several times to the U.N. that the site was not safe but never received a response.
Jean-Louis said her company emptied the septic tanks on Oct. 11, after the first shift of Nepalese troops arrived, and did not return again until after the outbreak began. At some point in mid-October, neighbors said a new Sanco driver they did not recognize came one day and dumped outside of the usual pits.
Sanco returned to the base after the AP had been there for hours. There was more waste than usual, Jean-Louis said, possibly because the soldiers overlapped during their rotations.
Following protests at the base days later, the U.N. opened the compound to the AP. The Nepalese soldiers acknowledged, after repeated questions and revised statements, that the base had undergone an extensive clean-up and that they had replaced the broken pipe. Aboveground pipes from uphill latrines ran over a drainage canal to the river. The U.N. spokesman acknowledged what looked like human waste at the bottom.

The U.N. is now reviewing all sanitation systems at its military, police and civilian installations, officials told the AP this week.
The U.N. said none of the Nepalese soldiers had shown signs of cholera, which some news outlets misreported as saying the soldiers had specifically tested negative for it. Pugliese confirmed on Oct. 30 that they had not been tested for the disease.
The U.N. also tested environmental samples the soldiers took from the base. It says they came out negative at an independent laboratory in Santo Domingo.
A man suffering cholera symptoms is pushed in a wheelbarrow
 to St. Catherine hospital, run by Doctors Without Borders,
in the Cite Soleil slum in Port-au-Prince, Haiti, Friday
 Nov. 19, 2010. Thousands of people have been hospitalized
for cholera across Haiti with symptoms including serious
diarrhea, vomiting and fever and at least 1,100 have died.
(AP Photo/Emilio Morenatti) (Emilio Morenatti - AP)


But the Santo Domingo lab, Cedimat, has been under contract to MINUSTAH, the U.N. mission's name in French, since 2004, said Dr. Maximo Rodriguez, the doctor whose name appears on the tests. Rodriguez is a general medicine doctor whose specialty is treating obesity. Cedimat is a patient-treatment facility. In fact, the test results were written on forms meant for people: The results provided to the AP by the U.N. had the "patient's" name listed as "Minustha Minustha (sic)" - age 40, male.
Rodriguez said "any well-equipped laboratory" can do tests for cholera. But epidemiologists say examining environmental samples for cholera takes extra expertise, because the disease can be hard to isolate.
"A positive test is informative, a negative test doesn't really prove anything," said Dr. Arthur Reingold, chairman of Global Public Health and Infectious Diseases at the University of California-Berkeley School of Public Health. He is an adviser to the World Health Organization and a former CDC epidemiologist.
The idea that cholera was imported to Haiti by the U.N. carries unique implications.
For decades, and especially since the Jan. 12 earthquake, Haiti has depended on foreign governments, aid groups and the U.N. for everything from rebuilding to basic services. The U.N. has had five peacekeeping missions in Haiti since 1993, the current one arriving six years ago.
Some Haitians see the peacekeepers as the only hope for security in a nation where towns are ruled by drug lords and coups d'etat are more common than elections. Others resent heavily armed foreign armies on their soil and see the soldiers as a threat to national sovereignty and pride.
The peacekeepers have saved lives in floods and defeated kidnapping gangs. They have also killed people in protests and accidents and had an entire unit dismissed for paying for sex, many with underage Haitian girls.

Earlier this month, Dr. Paul Farmer, who founded the medical aid group Partners in Health and is U.N. deputy special envoy for Haiti, called for an aggressive investigation into the source of the cholera, saying the refusal to look into the matter publicly was "politics to me, not science."
The CDC acknowledges politics played a role in how the investigation unfolded.
"We're going to be really cautious about the Nepal thing because it's a politically sensitive issue for our partners in Haiti," said CDC commander Dr. Scott Dowell.
The CDC agrees that the movement of pathogens from one part of the world to another is an important public health issue. Its scientists are working on samples of bacteria from 13 infected Haitians to sequence the cholera strain's genome, the results of which will be posted on a public database.
But the U.S. government agency has several caveats. First, it has not taken environmental samples or tested the Nepalese soldiers. Second, it will not go public with its analysis until all its studies are complete. And third, it may not get enough information to say exactly how cholera got into the country.
"The bottom line is we may never know," Dowell said.

The WHO has repeatedly said the same.
"At some time we will do further investigation, but it's not a priority right now," WHO spokeswoman Fadela Chaib said this week.
But Mulet now says Farmer was right all along, and that he is consulting with experts, including a French epidemiologist who met with him this week to discuss how to investigate the Nepalese base.
A woman covers the body of Kervin Francois, 7, lying dead
 in the street in Cap Haitian, Haiti, Friday Nov. 19, 2010.
According to Francois' mother, her son died of cholera en
route to the hospital. Thousands of people have been
 hospitalized for cholera across Haiti with symptoms including
serious diarrhea, vomiting and fever and at least
1,100 people have died. (AP photo/Dieu Nalio Chery)
(Dieu Nalio Chery - AP)


"We agree with him there has to be a thorough investigation of how it came, how it happened and how it spread. ... There's no differences there with Dr. Paul Farmer at all."
As recently as Nov. 10, the mission's spokesman told Haitian reporters that the U.N. was not undertaking any other investigations because the concerns were not "well-founded." The head of the mission said that is not the case today.
"One thing I can assure you: There has been no cover up - there has been no cover up from our side - and we have done everything we can to investigate," Mulet said. "Eventually we will find out what happened and how it happened."
Associated Press writers Michael Stobbe in Atlanta and Edith Lederer at the United Nations contributed to this report.
http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/11/19/AR2010111905427_5.html

Une aide supplémentaire contre le choléra

Agence QMI .- Dominique La Haye OTTAWA - Les libéraux fédéraux accusent le gouvernement Harper de se tourner les pouces au sujet d’Haïti, même si une aide additionnelle de 4 millions $ vient d’être annoncée pour combattre l’épidémie de choléra qui ravage actuellement le pays.

La ministre fédérale de la Coopération internationale, Bev Oda, a indiqué aux Communes, vendredi, qu’un total de 5 millions $ sera acheminé en Haïti pour combattre cette maladie hautement contagieuse qui, à ce jour, a causé le décès de 1186 personnes et a forcé l’hospitalisation de 18 000 autres.
Le député libéral d’Honoré-Mercier, Pablo Rodriguez, estime que le gouvernement fait du sur place dans le dossier d’Haïti, soutenant que les millions de dollars promis à la suite du tremblement de terre en janvier dernier se font en grande partie toujours attendre.
«Ils s'engagent à s'engager. Ils promettent de promettre. Ils annoncent qu'ils vont annoncer. Toutefois, une annonce, même si on la répète 1000 fois, cela n'amène pas des médicaments, cela ne donne pas des médecins ni de l'eau potable. Une annonce ne sauve pas des vies», a-t-il soutenu durant la période de questions.
Le député libéral de Bourassa, Denis Coderre, estime pour sa part que le gouvernement fédéral «manque le bateau» dans tout ce dossier.
«Le Canada manque encore l’occasion d’assumer pleinement son leadership au niveau de cette situation», a-t-il déploré.

http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2010/11/20101119-165533.html

Oui, il y a de l'espoir en Haïti

Publié le 19 novembre 2010
Éveline Ferland, Montréal

Je reviens d'Haïti où j'ai passé deux semaines de vacances. Oui, vous avez bien lu, des vacances, cette période si précieuse de notre société, phénomène de rareté oblige. Je suis arrivée sur l'île une semaine après le bacille cholérique et une semaine avant l'ouragan Tomas. Bref, tout pour décrocher du quotidien!
La couverture médiatique générale au Québec n'avait rien pour rassurer mes proches. Pour certains, j'aurais dû choisir une destination plus reposante, comme le Mexique, mais j'ai préféré la Perle des Antilles à toutes les autres destinations tropicales et je ne regrette pas mon choix.
Aujourd'hui, j'ai envie de dire qu'on peut être heureux dans ce pays, malgré tout ce que l'on nous répète dans les médias, donc grâce à tout ce que l'on ne nous dit pas. Je ne veux pas critiquer les journalistes (courageux, il faut l'admettre) et les rédactions pour leurs choix de couverture, mais je veux plutôt démontrer qu'Haïti peut aussi rimer avec bonheur. Je crois que partager ses bons coups alimentera l'espoir, ingrédient de base essentiel au développement d'une société.
Ainsi, si on me mandatait comme journaliste en Haïti, j'en profiterais - entre deux statistiques sur le choléra - pour présenter des organisations haïtiennes et des histoires de personnes que j'ai rencontrées qui m'ont grandement inspirée durant mon séjour.
D'abord, la rencontre avec le Kolektif Atis Jakmèl (KOLAJ), un regroupement d'artistes peintres et sculpteurs de Jacmel. Lors de la Gédé (version vaudou de la fête de la Toussaint), ces artistes ont organisé une exposition nocturne de statuettes fabriquées à partir de débris du séisme et de matériel récupéré. Il fallait les voir préparer le lieu en nettoyant l'escalier de la place publique, enseveli sous les immondices, afin de pouvoir accueillir les visiteurs locaux et internationaux venus pour souligner la première fête des Morts depuis l'événement. Les gens du voisinage leur offraient de l'eau potable, trop heureux de cette corvée improvisée.
Ce collectif d'artistes inspire aussi les jeunes qui habitent le camp de sinistrés sur cette même grande place en organisant des ateliers de création spécialement pour eux. KOLAJ est très actif dans la ville. Il possède un atelier-galerie et un site internet (www.atisjakmel.org/). Oui, il y a de l'espoir en Haïti.
Ensuite, j'ai aussi eu la chance de visiter le centre Kay Fanm à Port-au-Prince (cf. article publié dans La Presse du samedi 13 novembre 2010). J'y ai rencontré certaines intervenantes et même eu la chance d'accompagner l'une d'entre elles à la Saline, un gigantesque bidonville situé en plein coeur de la capitale, alors qu'elle rencontrait des femmes prêtes à se lancer dans la grande aventure du micro-crédit. Moi-même gestionnaire d'une entreprise d'économie sociale, j'ai été interpellée par ce soutien en vue de développer l'autonomie financière des femmes du pays. Beaucoup d'autres programmes de cette teneur sont menés par le centre (www.kayfanm.info/). Oui, il y a de l'espoir en Haïti.
Je pourrais aussi parler du vernissage de l'artiste Garibaldi à Jacmel, présenter les jeunes propriétaires du bistro-bar Le 4-14 de Port-au-Prince ou encore interviewer Antoine, qui préfère rester en Haïti en travaillant à la distribution d'eau potable pour aider plutôt que de partir habiter aux États-Unis. Bref, il y a beaucoup d'espoir en Haïti. Le saviez-vous?
À tous les journalistes de nos médias québécois, si vous prévoyez couvrir les élections présidentielles à venir en Haïti (le 28 novembre, si bon Dié vlé) rappelez-vous qu'il y a aussi du beau à montrer. Haïti ne s'anime pas que de catastrophes naturelles et de drames humains. Si vous avez besoin de suggestions d'histoires, contactez-moi, c'est avec plaisir que j'y retournerais.

http://www.cyberpresse.ca/opinions/201011/19/01-4344469-oui-il-y-a-de-lespoir-en-haiti.php

ÉLECTIONS EN HAÏTI...Wyclef Jean exhorte les Haïtiens à aller voter

Cédric Bélanger, 19-11-2010 QUÉBEC — À huit jours d’une élection cruciale à Haïti, la star du hip-hop Wyclef Jean, qui a dû retirer à contrecoeur sa candidature à la présidence, exhorte le peuple haïtien à se rendre aux urnes.
«Vous devez voter», a répété à de nombreuses reprises, sans prendre position pour ni l’un ni l’autre des candidats, l’ex-Fugees au cours d’un entretien téléphonique qu’il a accordé au Journal de Québec, vendredi.
Jean, qui s’envolera pour Haïti lundi, est catégorique : l’épidémie de choléra qui sévit actuellement dans son pays d’origine n’empêchera pas les Haïtiens d’exercer leur droit de vote.
«Ils ont définitivement la tête tournée vers l’élection. Malgré le choléra, ils vont sortir et voter. L’épidémie n’a pas eu pour effet d’inciter les gens à ne pas voter. Mais elle leur a fait réaliser que beaucoup d’argent est dépensé pour de mauvaises choses plutôt que pour aider avec le choléra.»
La tentative de Wyclef Jean de faire campagne a tourné court quand le Conseil électoral provisoire l’a déclaré inéligible parce qu’il n’avait pas résidé au pays pendant les cinq années précédentes. Certains ont même soutenu qu’il n’était pas qualifié pour la présidence, étant donné qu’il parle anglais et non l’une des deux langues officielles du pays.
Foutaise, soutient le chanteur, qui rappelle que ces gens ne sont sûrement pas des fans puisqu’il a déjà chanté en créole.
Quant à la question de la résidence, il s’agit «d’un acte de propagande puisque je possède une maison à Haïti».
«Tout ceci est de la propagande de l’opposition pour discréditer un candidat légitime», clame-t-il.
Ce n’est donc pas un hasard si Wyclef Jean mettra en vente, le 7 décembre, un mini-album de cinq chansons intitulé «If I Were President : The Haitian Experience», prélude à un album complet qui paraîtra en 2011.
Le premier extrait, «Election Time», est un appel aux urnes à tous les Haïtiens, tandis que certains autres titres ont été écrits en réaction au rejet de sa candidature, a-t-il admis. «La dernière chanson est en créole. Elle s’appelle «Prison From the K» et c’est une contestation de la décision de m’exclure de la course à la présidence», dit celui qui n’abandonnera pas la politique pour autant.
«Notre parti continue ses activités afin de s’assurer que nous ferons partie de la nouvelle structure gouvernementale pour les 25 prochaines années.»

De retour au Québec à l’été
Par ailleurs, d’un point de vue artistique, Wyclef Jean a révélé qu’il partirait en tournée en 2011, avec un spectacle qui célébrera l’art et la culture haïtiens. Une tournée qui devrait nous le ramener chez nous et peut-être, pourquoi pas, au Festival d’été, où il avait rempli les plaines d’Abraham il y a trois ans. «Si Wyclef Jean ne va pas à Montréal et Québec, beaucoup de gens seront fâchés. Définitivement, l’été prochain, j’irai chez vous», a-t-il promis.
http://fr.canoe.ca/divertissement/musique/nouvelles/2010/11/19/16232276-qmi.html

Le choléra devrait s'étendre d'Haïti à la République dominicaine

L'épidémie de choléra qui sévit en Haïti s'étendra inévitablement à la République dominicaine voisine mais devrait y faire moins de ravages, a estimé vendredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans un hôpital de Port-au-Prince. L'épidémie de choléra qui sévit en Haïti s'étendra inévitablement à la République dominicaine voisine mais devrait y faire moins de ravages, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). (Reuters/St-Felix Evens)
De nombreux Haïtiens travaillent en République dominicaine et comme il est fréquent que la bactérie du choléra ne provoque pas de symptômes apparents, cette maladie propagée par l'eau peut aisément franchir la frontière, a noté Gregory Hartl, porte-parole de l'OMS, lors d'un point de presse à Genève.
"On s'attend à ce qu'il y ait des cas en République dominicaine. Nous en observons les premiers signes et coopérons avec le gouvernement de la République dominicaine pour y faire face", a-t-il dit en jugeant probable que le nombre de personnes contaminées reste faible.
Le choléra a fait plus de 1.110 morts en Haïti et plus de 18.000 autres y sont contaminées.
Christian Lindmeier, autre porte-parole de l'OMS, a noté que les meilleures conditions d'hygiène de la République dominicaine devraient y rendre les affections diarrhéiques moins dangereuses.
http://www.lexpress.fr/actualites/2/le-cholera-devrait-s-etendre-d-haiti-a-la-republique-dominicaine_938476.html

Haïti : l'épidémie est "inhabituelle"

AFP 20/11/2010 Mise à jour : 09:08 Réagir Le docteur français Gérard Chevallier travaille avec les autorités haïtiennes pour lutter contre le choléra. Il juge que l'épidémie est "inhabituelle et sévère" et que la question de savoir si les soldats népalais l'ont introduit en Haïti n'aidera pas à régler le problème. Le choléra a fait au total 1.186 morts et provoqué l'hospitalisation de 19.646 personnes en Haïti depuis le début de l'épidémie à la mi-octobre, selon le bilan officiel communiqué par les autorités haïtiennes hier.
"La mécanique épidémique est inhabituelle, rapide et sévère", estime Gérard Chevallier qui travaille avec le professeur français Renaud Piarroux, épidémiologiste spécialiste du choléra, pour conseiller le ministère de la santé. "Tout le pays n'est pas touché mais l'épidémie va se répandre", dit-il. "Comme toujours dans ce type d'épidémie", le docteur juge les bilans des autorités haïtiennes "sous-évalués". "Les notifications sont imparfaites, il y a des zones où des personnes meurent et personne ne le sait" affirme-t-il en précisant que les "deux tiers du territoire ne sont accessibles qu'à pied".
MM Chevallier et Piarroux cherchent à mettre en place avec les autorités haïtiennes des outils qui permettent d'avoir une photo plus fiable de l'épidémie. "L'enjeu c'est de savoir exactement chaque jour ce qui s'est passé la veille. Il est fondamental de savoir combien il y a de cas, de morts, de personnes soignées" dans chaque zone pour donner une réponse adaptée et rapide. "Dès lundi, nous devrions avoir un outil beaucoup plus fiable", promet-il.
Après avoir rencontré vendredi le ministre haïtien de la santé, Gérard Chevallier indique que l'idée de vacciner les Haïtiens n'a pas été retenue. Une campagne de vaccins nécessiterait d'importantes infrastructures et "trois fois 12 millions de doses". "Cela prendrait des mois avant d'avoir des résultats et retarderait la réponse sanitaire".
"La priorité c'est de sécuriser les points d'eau potables des zones où il y a des excréments", déclare-t-il. Une fois qu'on est malade, "il faut se réhydrater en absorbant jusqu'à 15 litres d'eau en 24 heures". Avec la maladie, des quantités énormes d'eau sont parties: "il faut combler".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/11/20/97001-20101120FILWWW00286-haiti-l-epidemie-est-inhabituelle.php
Commentaires:
Je veux bien accepter et croire que le fait de savoir si les Népalais ont introduit le choléra en Haïti ne va pas éider à endiguer  le mal. En reéalité on est conscient que dans la pratique cela ne servira à rien. Cependant, s'il s'avérait confirmé que la maldie a été importée par des soldats de l'ONU cela permettrait d'exiger à l'ONU de revoir la configuration de ses pratiques en Haïti.
Car jusqu'à présent je trouve choquant le sort que les soldats de l'ONU réserve à leurs excréments.
Cette terre a connu des dispartiions de populations dues en partie à des maladies importées.
Jusqu'à présent dans des fiches épidémiologiques de certains centre de santé français qui traitent le SIDA la "qualité " d'Haïtien tient une place de choix.
Maintenant je voudrais que l'on me dise comment la communauté internationale va s'y prendre pour protéger les haïtiens résidant en république Dominicaine qui seront non seulement stigmatisés mais la cible de malveillance volontaire sui jamais l'épidémie traversait la frontière.
Les vérités il faut les dire. Et il faut avoir le même poids et la même mesure dans tous les cas.

Haiti : l'ONU s'alarme de la paralysie engendrée par les manifestations

2010-11-20 11:00:13 xinhua
L'ONU a tiré vendredi la sonnette d'alarme face aux manifestations en Haïti paralysant le fonctionnement de l'Etat, les qualifiant d'"actes criminels et irresponsables" qui empêchent l'acheminement de l'assistance médicale et sanitaire aux milliers de patients frappés par le choléra et menacés par la mort.
"Chaque seconde qui passe peut sauver ou briser des milliers de vies", a déclaré jeudi-soir le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Haïti, Edmond Mulet, quatre jours après le début des manifestations qui continuent de paralyser certaines villes du nord du pays.
Les auteurs de ces actes "criminels et irresponsables" empêchent l'acheminement de l'assistance médicale et sanitaire aux milliers de patients récemment frappés par l'épidémie du choléra, les condamnant ainsi à une mort certaine, a souligné M. Mulet.
"Si cette situation perdure, de plus en plus de patients dans l'attente désespérée de soins risquent de mourir ; de plus en plus d'Haïtiens dans l'attente désespérée d'accès à des soins préventifs risquent d'être rattrapés par l'épidémie", a-t-il averti.
Malgré les appels pressants de la communauté humanitaire, des routes, des aéroports et des ponts sont toujours bloqués, des barricades sont toujours érigées dans la région de Cap Haïtien, une des régions les plus affectées par la propagation du choléra.
Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie de choléra a fait pour l'instant plus de 1.100 morts. Plus de 18.000 personnes infectées par le choléra ont été hospitalisées. Trois agences des Nations Unies, l' OMS, le Programme alimentaire mondiale (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) ont aussi appelé à la fin des manifestations violentes qui ont débuté le 15 novembre dans le Nord d' Haïti car cette violence compromet la réponse face à l' épidémie de choléra.
L'ONU coordonne actuellement un appel à l' aide internationale d' urgence pour lever des fonds d' un montant de 164 millions de dollars pour financer la réponse face au choléra en Haïti.
Les manifestations ont éclaté lundi dernier dans diverses villes en Haïti, ciblant la base des Nations unies dans le pays, à un moment où certains médias colportent des rumeurs suspectant le contigent des casques bleus venus de l'étranger d'être à l'origine de l'épidémie.
http://french.cri.cn/781/2010/11/20/441s232868.htm

Le choléra a-t-il été importé en Haïti?

En Haïti, une folle rumeur circule: les soldats de l'ONU d'origine asiatique seraient à l'origine de l'épidémie de choléra qui ravage l'île. Ces derniers jours, les casques bleus ont été violemment pris à partie par la population. La bactérie a-t-elle été importée ou était-elle présente dans le pays? Pour leJDD.fr, Guillaume Constantin de Magny, chercheur spécialiste du choléra à l'Institut de recherche pour le développement, analyse les différentes hypothèses.
En Haïti, la folle rumeur à l'origine de violences contre les soldats de l'ONU est partie d'une information du Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) selon laquelle la souche responsable de l'épidémie de choléra est liée à une souche d'Asie du Sud…

Les violences sont parties d'amalgames par rapport à la déclaration du CDC. Avec une méthode classique mais relativement sommaire de microbiologie, le CDC a fait des prélèvements chez les patients atteints par la bactérie et caractérisé la souche de choléra pathogène en Haïti. Il s'avère qu'elle présente des caractéristiques identiques ou similaires à celle qui circule actuellement en Asie. Mais les techniques employées ne permettent absolument pas de faire le lien strict géographique avec une zone précise. Pour ce faire, d'autres recherches sont en cours de réalisation.

Comment une souche peut-elle voyager?
Cela s'appelle un cas d'importation. Il faut d'abord que la bactérie soit ingérée dans une certaine quantité. Puis elle s'installe au niveau de l'intestin et provoque des symptômes. Mais ceux-ci peuvent être muets entre 12 et 72 heures après la contamination. En 72 heures, vous avez largement le temps de passer d'une zone endémique - comme l'Afrique ou l'Asie - à Haïti par exemple, où il n'y a pas de choléra. C'est ensuite par les vomissements et les rejets liquides du corps humain que se transmet la bactérie.

«Nouveau variant ou souche identique?»
Il n'y avait pas eu d'épidémie de choléra en Haïti depuis un siècle. Cela signifie-t-il que la souche actuelle a forcément été importée?
Les techniques moléculaires vont permettre de répondre à cette question. Si cette souche est génétiquement identique à une autre souche déjà observée ailleurs dans le monde, on pourra faire un lien de confiance entre la circulation, via l'importation, de personnes qui ont contracté la bactérie mais qui ne l'ont pas déclaré tout de suite en terme de symptômes, et l'apparition de l'épidémie. Si elle présente des caractéristiques génétiques assez différentes et marquées, cela permettra de dire qu'on ne l'a pas vu circuler ailleurs et qu'il s'agit d'un nouveau variant. On pourra alors conclure à une émergence locale de la maladie.

Quelles sont les conditions qui favorisent l'émergence locale d'une telle épidémie?
La bactérie est très bien adaptée à l'environnement. Elle se trouve dans les rivières, les estuaires, le long des côtes ou dans les nappes phréatiques. En général, elle s'y trouve en quantité minime ou les populations n'utilisent pas directement ces points d'eau et cela ne suffit pas à faire démarrer une épidémie. Mais si les conditions de l'environnement (température, etc) deviennent extrêmement favorables au développement de la bactérie dans l'environnement, cela va entraîner une augmentation de la probabilité de contact avec la population humaine. Il faudra toutefois atteindre un certain seuil pour que les premiers cas apparaissent. L'épidémie peut aussi se développer en raison de l'état de santé des populations, en cas de déficience immunitaire liée à la malnutrition par exemple.
«Cela laisse penser que la bactérie n'était pas présente»
Dans le cas d'Haïti, les conditions de vie précaires depuis le séisme du 12 janvier ont donc favorisé le développement de l'épidémie?
En général, dans le cas de déplacements de population dans des conditions extrêmement précaires liés à une catastrophe naturelle, le délai pour que l'épidémie démarre est court: entre quelques semaines et deux-trois mois. Les personnes plus précaires - les enfants et les personnes âgées - sont rapidement contaminées. Or, dans le cas d'Haïti, le séisme a eu lieu le 12 janvier et l'épidémie n'a démarré que récemment. Cela laisse penser que la bactérie n'était pas présente - ou en tout cas pas en quantité suffisante - dans l'île.

Ce démarrage tardif laisse donc penser que la bactérie a été importée…
Vraisemblablement, si elle avait été présente et si le choléra avait déjà circulé en Haïti dans les dernières années, on aurait pu s'attendre à ce que le démarrage épidémique intervienne beaucoup plus tôt après le séisme. Mais pour l'instant, aucun élément formel ne permet de dire qu'il s'agit d'un cas d'importation. On a un faisceau d'arguments en ce sens. Mais il ne vise personne et il ne faut accuser personne tant qu'on n'a pas les éléments nécessaires.
http://www.lejdd.fr/International/Ameriques/Actualite/Le-cholera-a-t-il-ete-importe-en-Haiti-ou-existait-il-avant-dans-l-ile-234841/?sitemapnews