POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 20 octobre 2010

Myrlande Manigat marquera une rupture d'avec le gouvernement Préval

La candidate à la présidence du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), Myrlande Manigat, promet une rupture d'avec la politique du gouvernement Préval. L'ex sénatrice envisage une modification du plan de reconstruction, le retrait de la Minustah et la dissolution du CNE. Intervenant à l'émission " Face au public " de Télé Métropole, Mme Manigat a critiqué le plan de reconstruction à ses yeux trop émotionnel. Rejetant la formule celui qui paie commande, la secrétaire générale du RDNP préconise une attitude basée sur le sérieux, la compétence et la préservation de la dignité nationale.
Cependant elle met en garde contre toute confrontation avec la communauté internationale. Dans ce contexte Myrlande Manigat entend négocier le retrait progressif des casques bleus de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah).
Tout en rappelant que la présence de ces soldats étrangers est anormale, la candidate précise qu'un retrait trop rapide peut déboucher sur un chaos.
Interrogé sur le fonctionnement du Centre National des équipements (CNE) Myrlande Manigat a déploré l'instrumentalisation de cette entreprise publique. Elle envisage de dissoudre le CNE qui fonctionne comme un état dans l'état.
Considérant le CNE comme une duplication des TPTC, Mme Manigat croit qu'il faut transférer les matériels au ministère des travaux publics.
Un audit du CNE et de plusieurs organismes de l'Etat devra être réalisé par la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Adminstratif (CSCCA). Un renforcement du CSCCA est un préalable à la clarification des finances publiques insiste Mme Manigat.
LLM / radio Métropole Haïti

La Sous Secrétaire Générale de l'Onu aux Affaires Humanitaires effectue une visite d'évaluation en Haïti

La Sous Secrétaire générale aux affaires humanitaires (ASG) et Coordonnatrice adjointe des secours d'urgence, Catherine Bragg, a entamé hier une visite de 72 heures en Haïti. Au cours de son séjour Mme Bragg devra établir un bilan de la réponse humanitaire en cours depuis le séisme du 12 janvier. En rendant visite à des personnes déplacées dans des sites d'hébergement à Maïs Gaté et Tabarre Issa (IDP), Mme Bragg a pu s'entretenir avec les acteurs humanitaires internationaux, les membres de la police des Nations Unies (UNPOL) ainsi que des organisations communautaire des camps.
Lors des échanges avec les membres du comité de femmes du site elle a abordé plus particulièrement la question de la violence sexiste (GBV). "Nous prenons cette question très au sérieux et voulons faire en sorte que les auteurs seront tenus pour responsables. Nous continuerons à fournir une aide à ces victimes tandis que les Casques bleus intensifient à l'heure actuelle leur présence pour décourager de tels actes", a-t-elle souligné.
Selon des statistiques disponibles environ 12 % des femmes vivant dans les camps d'hébergement sont enceintes
Ce mercredi la Sous Secrétaire générale aux affaires humanitaires effectuera une visite à Léogane où elle rencontrera les autorités locales.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18366

Francesco Gosseti boucle sa mission en Haïti

Convalescent après une crise cardiaque Francesco Gossetti en poste depuis 4 ans devra dans les prochains jours être transféré vers une autre représentation de l'Union Européenne. Le diplomate qui s'est attaché au pays se dit triste à l'idée de partir. En larme il s'est dit peiné d'abandonner ce pays confronté à d'énormes difficultés depuis le violent séisme du 12 janvier. Dans sa dernière interview sur radio Métropole avant son départ, M. Gosseti a tout de même salué des progrès accomplis dans le cadre de la coopération de l'Union Européenne. Connu pour son franc parler le diplomate a une nouvelle fois exhorté les autorités haïtiennes à œuvrer dans le cadre de la bonne gouvernance politique, sociale et économique. Il préconise également l'implication des élites haïtiennes dans la vie politique.
Le chef de la représentation de l'UE à Port-au-Prince soutient que la communauté internationale ne doit pas réaliser des projets pour les haïtiens mais privilégier l'appui budgétaire. " Nous ne devons pas remplacer le gouvernement et la société insiste t-il.
Interrogé sur le fonctionnement des ONG, M. Gosseti déplore que ces grandes organisations ne réalisent que de petits projets. Les ONG sont souvent dans la charité business, martèle le diplomate européen estimant que peu d'ONG peuvent réaliser des projets durables et viables.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18364

Quand Paul Raymond bombarde le pouvoir et l’opposition

Le chef d’OP Lavalas sort de ses gonds pour dénoncer l’utilisation de l’argent public dans la "campagne extravagante" de Jude Célestin et accuser Mirlande Manigat d’avoir reçu de Préval un véritable trésor de guerre, "8 millions de dollars et un véhicule blindé" Mardi 19 octobre 2010,Radio Kiskeya
Le chef d’OP Lavalas Paul Raymond, dirigeant de l’organisation Bare Yo Saint-Jean Bosco, a décoché mardi des flèches à la fois contre le pouvoir et les candidats de l’opposition, s’en prenant en particulier à la candidate du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes aux présidentielles, Mirlande Hyppolite Manigat.
Lors d’une conférence de presse annonçant la décision officielle d’une aile de Fanmi Lavalas de se rallier à la candidature du notaire Jean Henry Céant, M. Raymond a accusé la dirigeante du RDNP d’avoir "reçu du Président René Préval huit millions de dollars et un véhicule blindé" pour sa campagne.



Selon sa lecture de la conjoncture électorale livrée à l’appréciation de l’opinion publique, Paul Raymond, fidèle à son discours politique au vitriol, a fait savoir que le chef de l’Etat ferait de Mme Manigat l’un de ses atouts majeurs pour remporter les élections. Cette nouvelle stratégie serait la conséquence du pessimisme qui régnerait dans les rangs de INITE devant l’amenuisement des chances de son poulain, Jude Célestin, de triompher le 28 novembre, a poursuivi le représentant de la base Lavalas sans avancer la moindre preuve.
Toujours au chapitre du financement de la campagne électorale, il a estimé à plus de 20 millions de dollars le montant qu’aurait déjà utilisé Célestin pour financer l’impressionnante campagne de propagande orchestrée à travers la république en vue de promouvoir son image omniprésente. Cette caisse noire proviendrait des fonds publics, selon les mêmes accusations.
Enfin, sans passer par quatre chemins, Paul Raymond qualifie "d’ennemis du peuple haïtien" les 18 autres candidats que M. Jean Henry Céant devra affronter dans la course au fauteuil présidentiel. "Il s’agira de 18 contre 1", a-t-il renchéri en dénonçant des "sondages programmés" qui ne viseraient qu’à discréditer celui qu’endosse Fanmi Lavalas.
"Le vote du 28 novembre symbolisera la fin de l’exclusion, de la trahison, de l’exil et de la liquidation d’Haïti", conclut le chef d’OP qui dit s’attendre à une victoire massive à l’aide de "l’arme pacifique" de la carte électorale.
Aucune réaction pour l’instant des candidats visés par les propos fielleux de M. Raymond, dont Mirlande Hyppolite Manigat qui dispose depuis lundi du soutien actif du Collectif pour le renouveau haïtien (COREH), un regroupement de parlementaires de l’opposition en fonction et d’anciens législateurs en quête de réélection.
Ces déclarations fracassantes constituent l’attaque la plus virulente lancée depuis l’ouverture, il y a moins d’une semaine, de la véritable campagne électorale placée par le CEP sous le signe du fair-play, de la tolérance et du respect mutuel. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7143

Jean Henry Céant, favori d’une aile de Fanmi Lavalas

En pleine implosion du parti de l’ex-Président Jean-Bertrand Aristide, plusieurs têtes de pont comme René Civil, Paul Raymond et Jacques Mathelier appuient, entre les salves de diatribes contre René Préval, la candidature du notaire public présenté comme un "homme de compromis" et un "champion de la réconciliation" Mardi 19 octobre 2010, Radio Kiskeya
Le notaire Jean Henry Céant, candidat à la Présidence sous la bannière de Renmen Ayiti, a reçu mardi le soutien déclaré d’un groupe de membres de Fanmi Lavalas ayant à leur tête l’ancien délégué du sud, Jacques Mathelier, l’ex-leader de JPP, René Civil, Paul Raymond de Bare Yo St-Jean Bosco, la prêtresse vodoue Evonie Auguste et le père Yvon Massac.
Dans une ambiance surchauffée ayant transformé une conférence de presse en meeting électoral, les orateurs ont justifié cet endossement annoncé "au nom de Fanmi Lavalas et en signe de fidélité à leur leader" en soulignant la transversalité politique et sociale de la candidature de Céant jugé apte à "porter les revendications des masses populaires" et à réunir tous les secteurs d’un extrême à un autre de l’échiquier politique et économique du pays.
"Le notaire Céant n’est pas seulement l’ami de Lavalas, il entretient aussi de bonnes relations avec les macoutes, les GNBistes, les paysans, les bourgeois et les représentants des classes moyennes", a répété sur un ton énergique René Civil pour qui le prétendant saura redonner leur dignité aux pauvres.
Faisant assaut d’images sous les applaudissements de l’assistance, il a prédit qu’avec une victoire de son candidat préféré au scrutin présidentiel "le bateau du retour flottera sur l’Océan Pacifique", allusion à peine voilée au projet de ses partisans de mettre fin à l’exil de Jean-Bertrand Aristide en Afrique du Sud, vieux déjà de six ans.
Sur la même lancée, l’activiste Lavalas croit que la mobilisation populaire en faveur de Me Céant "transformera une sélection en élection" et en appelle à tous les secteurs pour que le 28 novembre une leçon démocratique soit administrée au Président René Préval. Ce dernier a été décrit comme "le traître et le corrompu par excellence".
Reprenant à son compte les critiques de ses collègues contre le régime en place, Jacques Mathelier a rappelé que Fanmi Lavalas a été arbitrairement écarté de la course électorale. Il soutient que le si le CEP avait autorisé le parti à s’inscrire, Jean Henry Céant serait son candidat à la Présidence. Il ne "trahira" pas la cause du peuple comme l’a fait Préval qui avait été porté au pouvoir pour faire revenir Aristide, a estimé l’ex-délégué départemental du sud.
Il invite aussi les citoyens à user de leur bulletin de vote pour sanctionner l’équipe Préval/Bellerive qui n’a jamais songé à soulager les souffrances des rescapés du tremblement de terre de janvier.
Même tonalité chez Evonie Auguste. La prêtresse vodoue a fustigé l’administration Préval qui, affirme-t-elle, se livre à la dilapidation du trésor public dans le seul dessein d’imposer au pays son candidat, Jude Célestin.
La population doit se rendre massivement aux urnes pour barrer la route à INITE et se prononcer en faveur du représentant de Fanmi Lavalas, a ajouté Mme Auguste.
Présent également dans la salle, le père Yvon Massac n’a pas voulu s’exprimer arguant qu’il doit se soumettre aux instructions des autorités ecclésiastiques.
Avant de se ranger derrière Jean Henry Céant, René Civil et Paul Raymond avaient tout fait pour obtenir le boycott des élections, n’hésitant pas à participer à des manifestations de rue qui réclamaient le départ du Président René Préval et du Conseil électoral provisoire accusés de piloter ensemble un processus électoral partisan et anti-démocratique.
Il faut aussi rappeler que ce positionnement d’une branche de Fanmi Lavalas sur l’échiquier électoral consacre l’éclatement du parti de Jean-Bertrand Aristide dont les membres dispersés mènent campagne sous plusieurs labels politiques y compris celui du pouvoir. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7145
Commentaires:
Les représentant du Black Caucus devraient lire cette dépêche pour s'informer que les secteurs Lavalas sont entrain de sez ranger derrière les candidats. S'il n' y a pas eu de consensus derrière un seul candidat c'est du au fait du morcellement de ce mouvement qui aujourd'hui n'existe que de nom.
Pour Monsieur Céant, il peut ne pas vouloir cracher sur des votes potentiels mais bon là il doit avoir conscience que des soutiens "PONGONGON" sont entrain de rallier sa cause...

Visite en Haïti de la sous-secrétaire générale de l’ONU aux affaires humanitaires

Durant trois jours, Catherine Bragg souhaite pouvoir évaluer l’efficacité de la réponse onusienne aux problèmes humanitaires nés de la tragédie du 12 janvier Mardi 19 octobre 2010, Radio Kiskeya
La sous-secrétaire générale de l’ONU aux affaires humanitaires et coordonnatrice adjointe des secours d’urgence au Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Catherine Bragg, se trouve à Port-au-Prince depuis lundi dans le cadre d’une visite d’évaluation de la situation en Haïti, neuf mois après le séisme dévastateur du 12 janvier.
Un communiqué de l’OCHA indique que dès son arrivée elle s’est rendue auprès des sinistrés installés dans des camps d’hébergement.
Mme Bragg qui, pendant son séjour de trois jours, doit établir un bilan de la réponse humanitaire depuis la catastrophe, a effectué mardi un déplacement à Léogâne (35 km au sud de la capitale) où elle s’est entretenue avec les autorités locales avant de visiter un camp pour personnes déplacées.
A Port-au-Prince, dans les camps de Maïs-Gaté et Tabarre Issa, où vivent respectivement 1.500 et 526 familles, elle a pu rencontrer des survivants du séisme, les acteurs humanitaires internationaux, les membres de la police des Nations Unies (UNPOL) ainsi que des organisations communautaires.
Catherine Bragg a d’autre part rencontré les membres du comité de femmes des sites visités avec lesquelles elle a abordé plus particulièrement la question de la violence sexiste. "Nous prenons cette question très au sérieux et voulons faire en sorte que les auteurs seront tenus pour responsables. Nous continuerons à fournir une aide à ces victimes tandis que les Casques bleus intensifient à l’heure actuelle leur présence pour décourager de tels actes", a-t-elle déclaré. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7141

Préval encourage les électeurs à faire de bons choix

Le chef de l'Etat René Préval exhorte les haïtiens à opter pour la continuité synonyme de stabilité lors des prochaines joutes. Tout en attirant l'attention sur les progrès accomplis au cours des 5 dernières années, le président Préval appelle ses compatriotes à exercer leur droits de vote dans le souci de consolider les résultats probants obtenus dans les domaines de l'énergie, des infrastructures et de la production nationale notamment. Visiblement en campagne pour les candidats du regroupement au pouvoir, M. Préval a mis en garde contre le choix de leaders qui envisagent d'abandonner les chantiers actuels.
Dans son premier discours, quelques jours après le coup d'envoi de la campagne électorale, René Préval a préconisé une entente entre les acteurs politiques à l'issue du scrutin du 28 novembre.
Tandis que des leaders de l'opposition prédisent que les résultats du scrutin seront contestées, le chef de l'Etat espère qu'elles conduiront à un consensus. Il souhaite que les élus et les candidats malheureux s'accordent en vue d'œuvrer au progrès et à la stabilité.
Le président haïtien est également préoccupé par la détérioration du climat sécuritaire au cours de ces dernières semaines. Il exhorte ses compatriotes à ne pas avoir recours à la violence durant le processus électoral et après la publication des résultats.
M. Préval a rappelé à plusieurs reprises, dans son discours à Marchand Dessalines le 17 octobre, les 3 éléments précurseurs du progrès, les bons choix, une entente entre les acteurs et un processus électoral pacifique.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18356

Le taux de natalité est à la hausse en Haïti selon le FNUAP

Une enquête menée, par le Fond des Nations-Unies pour la Population(FNUAP), révèle que le taux de natalité est en nette augmentation en Haïti depuis le séisme du 12 janvier Selon les resultats de cette etude, 12% de femmes vivant sous les tentes sont tombées enceintes après le 12 janvier . Cette meme enquete montre que le taux de viol n'a pas subi d'augmentation, toutefois il avoisine 1%.
Apres la publication des resultats de cette enquete, le ministre haitien de la santé publique, Alex Larsen se dit preocuppé.Il annonce que son ministere envisage d'organiser des rencontre dans le but d'améliorer la situation sanitaire des femmes enceintes.
Par ailleurs, concernant les cas de viol, le Dr Larsen se montre critique à l'endroit de la presse internationale qui laisse croire que le taux de viol est nettement supérieur en Haïti que dans les autres pays.
De son coté, la ministre à la condition féminine, Marjorie Michel s'est dite préoccupée par les problèmes de santé auxquelles font face les femmes enceintes sous les tentes.
Marjorie Michel a indiqué que ces réultats n'ont pas laissé indifférent le ministère. En ce sens, des prises en charge sont envisagées pour freiner ces problèmes.
EJ/Radio Métropole Haiti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18362

Oxfam a célébré la journée mondiale de l'alimentation à Liancourt

L'organisation internationale, Oxfam, a célébré le week-end écoulé la journée mondiale de l'alimentation, en organisant une grande foire agro-alimentaire à Liancourt dans le département de l'Artibonite. Des représentants du ministère de l'agriculture, de la FAO, d'associations de planteurs et d'autres institutions locales et internationales ont pris part à cette activité, qui s'inscrit dans le cadre des actions de plaidoyer initiées par Oxfam depuis le début du mois visant à sensibiliser la communauté internationale et le gouvernement haïtien à faire de l'agriculture un des domaines prioritaires dans la reconstruction de ce pays.
Les responsables de l'organisation internationale en ont profité pour lancer un vibrant appel aux différentes institutions locales, gouvernementales et internationales de soutenir le plan national d'investissement agricole du gouvernement haïtien.
L'organisme souhaite que tout programme visant à accroitre la production nationale agricole du pays prenne en compte ce dit plan.
Sous le thème « Planter maintenant, défis et opportunités pour la reconstruction d'Haïti », cette célébration été aussi marquée par des rencontres-débats entre tous les acteurs intervenant dans le domaine agricole en Haïti : agriculteurs et agricultrices, bailleurs de fonds, gouvernements et organismes internationaux dont Oxfam.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18360

Les intempéries provoquent des glissements de terrains et inondations

Les fortes averses enregistrées le week end écoulé ont causé d'importants dégâts dans plusieurs quartiers dont Fontamarra, Mariani. La directrice départementale de la Protection civile, Nadia Lochard, affirme que 8 personnes ont été tuées lors d'éboulement de terrain dans les quartiers de Madan Gano, Mapou et Route Sable à Fontamarra le samedi 16 octobre. Ces personnes ont été tuées sous les décombres de leurs résidences construites dans le flanc de la montagne. Les secouristes de la Protection civile poursuivent les recherches afin de retrouver les corps d'autres victimes.
Un riverain attire l'attention sur la vulnérabilité de cette région notamment en raison de l'obstruction des canalisations par des tonnes d'alluvions.
Dans le quartier de Mariani deux autres personnes ont été tuées par la ravine en crue.
Les averses ont charrié des tonnes d'alluvions sur la chaussée dans plusieurs quartiers de Carrefour tels Thor et Martissant.
La directrice départementale de la protection civile informe que 3 personnes sont portées disparues à Fontamarra et Mariani.
A Léogane, les précipitations ont une nouvelle fois provoqué l'inondation de plusieurs maisons et des sites d'hébergement. Plus de 4 000 familles ont passé les dernières 48 heures dans des espaces inondées.
Dans son dernier bulletin le Centre National de Météorologie alerte sur les risques de débordement des rivières en crues.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18359

Plusieurs rassemblements publics ont eu lieu dans le cadre de la campagne électorale

4 candidats à la présidence ont lancé leur campagne électorale moins de 72 heures après le coup d'envoi du CEP. Le chanteur populaire Michel Martelly a pris part à une marche entre le Champ de Mars et Fontamarra vendredi dernier afin dit-il de mieux comprendre les souffrances quotidiennes de la population. Le candidat de Répons Peyizan se propose d'œuvrer en vue de faciliter l'accès aux services sociaux de base aux couches défavorisées.
De son coté, l'industriel Charles Henry Baker a préféré lancer sa campagne par un grand rassemblement sur place publique de la Croix-des-Bouquets. Plusieurs milliers de supporters ont assisté à ce premier meeting du chef de file de Respè. Il s'est engagé à réhabiliter les forces armées d'Haïti (Fad'h) dans les premières heures de sa présidence. Cette annonce a reçu un accueil chaleureux des personnes présentes.
Le candidat promet également d'encourager la relance de la production nationale par la réouverture de la Banque Nationale de Crédit Agricole. La construction de logements pour les sinistrés du séisme est également une priorité de M. Baker.
Dans le même temps, le candidat de Ansanm Nou Fò, Lesly Voltaire, a organisé une grande réunion avec ses sympathisants à Djoumbala. Ancien membre d'une commission présidentielle et récemment représentant d'Haïti à l'ONU, M. Voltaire veut prendre ses distances vis-à-vis du gouvernement. Il dénonce le refus du chef de l'Etat de favoriser l'indépendance du pouvoir judiciaire et la décentralisation. L'architecte Leslie Voltaire assure qu'il partagera le pouvoir avec les élus des régions selon les prescrits de la constitution.
Par ailleurs, le pasteur Chavannes Jeune a pu s'entretenir avec des membres de la communauté haïtienne en République Dominicaine au cours d'une visite de 3 jours.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18358
Commentaires:
Paroles de candidats. Ce qui serait intéressant c'esdt de savoir comment ils comptent s'y prendre pour faire réalité ces promesses électorales. En espagnol on dit "una cosa dice el burro  y otro el que lo parea"...ET à celui qui promet de rétablir l'armée...zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz!
Reveillez-moi quand ce sera fait!

Les sénateurs de l'opposition appuient Myrlande Manigat

Les sénateurs de l'opposition regroupés au sein du Collectif pour le Renouveau d'Haïti (Coreh), Youri Latortue et Evalière Beauplan en tête, n'ont d'yeux que pour Myrlande Manigat. Il s'agit d'un choix bienséant sur le plan moral et politique assurent les chefs de file de Coreh L'annonce de l'appui à Mme Manigat est intervenu alors que le candidat de Remen Ayiti, Jean Henry Céant, était sur le point de conclure un accord avec les responsables de ce mouvement sociopolitique. L'ex sénatrice bénéficie de l'appui des sénateurs du groupe minoritaire ainsi que des ex sénateurs et ex députés, majoritaires au sein de ce regroupement. Le Coreh est considéré comme une frange importante de l'opposition en raison de l'impact global que peuvent produire les sénateurs dans leurs départements respectifs.
Mme Manigat est en mesure de dialoguer et de coopérer en vue definir une stratégie qui permettra d'affronter les défis, insiste Youri Latortue. Dans la même veine, Evalière Beauplan convie tous les secteurs de la vie nationale à endosser la candidature de Mme Manigat afin d'œuvrer pour le changement.
Coreh appuie un groupe de candidats hétéroclites aux prochaines élections. Les dirigeants de ce mouvement devront communiquer aux électeurs potentiels les noms des candidats ( membres de plusieurs partis politiques) bénéficiant de l'appui de Coreh.
La souveraineté nationale thème cher aux sénateurs de l'opposition, figure parmi les principaux points de l'accord entre le RDNP et le Coreh.
Mme Manigat a promis de promouvoir le dialogue afin préparer les actions communes du nouveau regroupement. Elle rappelle que le RDNP est engagé à œuvrer au renforcement de la démocratie et au développement économique.
La secrétaire générale du RDNP préconise une révolution pacifique afin de provoquer le changement et faire disparaître les injustices sociales.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18357
Commentaires:
Madame Manigat est de loin voire très loin la meileure option pour l'avenir d'Haïti. Son mari l' a été aussi lors des élections qui ont vu arrivezr au pouvoir René Preval. Tout compte fait, on doit reconnaître certains acquis au gouvernement actuel. Si Preval n'a pas bien dirigé le pays on peut admettre quu'ila dirigé autrement. La situation s'est prêtée plusieurs fois à des dérives etn au lieu de se faire voir sur la scène dans un jeu de popularité et de force il a fait preuve d'uen discrétion proche de l'absenteisme.
Bref on ne voulait pas parler de Preval sinon de Madame Manigat.
En effet selon les sondages qui semblent faire intervenir des secteurs de la nation qui traditionnellement ne font pas gagner les élections, Madame Manigat mène la tête de la course dans la sympathie des gens. Mais avec le suffrage universel dans un pays sous développé et sous alimenté, les critères pour choisir les candidats ne correspondent pas toujours à des choix de raison.
Tout le monde est conscient que lesgens qui vont se déplacer massivement voteront pour un candidat ayant le même profil que Preval.
C'est un aspect qui est pris en compte par tous les secteurs de la vie nationale. Il suffit pour ce faire de voir dans quel sens et vers quel candidat se font les adhésions et les marques de sympathie.
Nous espérons un jour que l'éducation des haïtiens permettra une meilleure compréhension de l'utilisation du suffrage universel!

Projet de jumelage entre Limbé et St-Sylvestre: une aide originale pour un village haïtien

Publié le 20 octobre 2010
Parmi les projets mis en place à Limbé,
les élèves du Village de l'Espoir ont fondé une coopérative
d'élevage de chèvres pour apprendre à être responsables.

COLLABORATION SPÉCIALE YVES THERRIEN
Yves Therrien, Le Soleil
(Québec) Si l'argent ne fait pas le bonheur, comme le dit l'adage populaire, il existe parfois des moyens originaux d'apporter de l'aide à une communauté dans le besoin sans devoir investir des milliers de dollars tout en étant efficace et surtout pratique.
Soumise par Michel Gendreau, un citoyen de Saint-Sylvestre qui connaît bien Haïti à cause des projets qu'il pilote pour l'UPA-DI (la division internationale de l'Union des producteurs agricoles), l'idée d'un jumelage avec le Village de l'Espoir, à Limbé en Haïti, prend forme et se concrétisera vraisemblablement au cours de la prochaine année.
Des citoyens de Saint-Sylvestre, dans la Chaudière-Appalaches, le conseil municipal, les professeurs et la direction de l'école primaire l'Astral regarderont de plus près comment concrétiser ce projet plutôt original d'aide à Haïti touchée par un tremblement de terre majeur en janvier.
«Le projet consiste à développer une solidarité sociale à long terme entre les gens d'ici et ceux d'Haïti, non d'envoyer de l'argent, explique M. Gendreau. Le partage d'expertise et les échanges culturels amèneront les gens à mieux se connaître et à développer des liens de part et d'autre. C'est une réponse originale d'aide quand une communauté songe à s'impliquer dans une démarche de solidarité de cette nature.»

Échange envisageable
Pour Mario Grenier, le maire de Saint-Sylvestre qui compte quel que 1200 citoyens, l'échange d'expertise entre les agriculteurs est un moyen envisageable. «Ici, nous avons des fermes de production de grande culture, précise-t-il. Si des Haïtiens venaient en stage ici pour apprendre ou pour travailler, ça serait intéressant pour eux et pour nous. Ils prendront de l'expérience et pourront aussi faire des sous pour leurs projets.»
M. Gendreau souligne que les liens entre l'agriculture et l'alimentation sont évidents comme solution aux problèmes de malnutrition pour permettre à la communauté haïtienne de développer une plus grande autosuffisance alimentaire. Même si le projet de jumelage est encore dans ses prémisses, tous ceux à qui il a soumis le projet trouvent l'idée emballante.
Laurent Boutin, directeur de l'école l'Astral, précise que les gens ont été impressionnés et touchés par l'expérience racontée par Elvie Maxineau. Toutefois, ni le personnel ni la direction de l'école ne sont en mesure de prendre une décision quant à la forme que prendront les échanges entre l'école de Saint-Sylvestre et celles du Village de l'Espoir à Limbé.
«Au plan humain, il y a de l'intérêt, précise M. Boutin, mais l'école est déjà engagée dans des projets en marche actuellement. Il s'agissait d'une rencontre exploratoire sur laquelle l'équipe de l'école n'a pas encore pris position. Nous avons de l'intérêt, mais pas encore d'engagement. Nous analyserons les options et les possibilités de projet dans les prochaines semaines.»
Elvie Maxineau, coordonnatrice des projets au Village de l'Espoir que Le Soleil avait rencontrée à Limbé en août, voit d'un bon oeil les possibilités de jumelage entre les 225 élèves des deux écoles primaires du Village de l'Espoir et avec ceux de l'école l'Astral.

Découvertes mutuelles
De passage dans la région pour établir les bases des échanges entre les deux communautés et participer à une soirée-bénéfice de l'Aide internationale à l'enfance (L'AMIE), Mme Maxineau croit qu'une première étape entre les deux écoles pourrait passer par les échanges de courrier. «Des jeunes qui parlent d'eux-mêmes, de leur milieu de vie, c'est une bonne manière de découvrir des cultures différentes», ajoute-t-elle.
Les réalités des deux pays sont à l'opposé, mais elle rêve d'échanges qui permettraient de sensibiliser les jeunes Québécois à des situations particulières, comme le man que d'eau. «Nous manquons d'eau potable depuis que notre puits est à sec, poursuit celle qui a mis en oeuvre de nombreux projets dans son village natal pour que le sort des enfants de sa communauté s'améliore. Nous n'avons pas le choix d'économiser l'eau pour les besoins essentiels, mais ici on peut gaspiller de l'eau en laissant couler le robinet pour se brosser les dents. Des choses aussi simples que celle-là peuvent permettre à des jeunes de découvrir des réalités très différentes.»
En plus de découvertes mutuelles, selon elle, les échanges entre les deux groupes de jeunes pourraient avoir un effet marquant sur la diminution du racisme et l'augmentation de la solidarité.
En même temps, les échanges de services et le partage des connaissances entre les agriculteurs d'ici et les paysans haïtiens lui paraissent une approche gagnante. En plus, il y a un manque de main-d'oeuvre en agriculture au Québec que des paysans haïtiens pourraient combler comme le font les travailleurs mexicains qui viennent travailler chaque année sur les fermes du Québec.
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/vivre-ici/societe/201010/19/01-4334121-projet-de-jumelage-entre-limbe-et-st-sylvestre-une-aide-originale-pour-un-village-haitien.php