POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 3 août 2010

In Postquake Haiti, an Influx of Dominican Prostitutes

By Jessica Desvarieux / Port-au-Prince Monday, Aug. 02, 2010 Read more: http://www.time.com/time/world/article/0,8599,2007131,00.html#ixzz0vaEViAid

On any given Friday night, as you pass the gated nightclubs of the Port-au-Prince suburb of Pétionville, you will hear reggaeton and bachata — musical styles from Puerto Rico and the Dominican Republic respectively — blasting out into the streets. Inside the gentlemen-only clubs, cross-border commerce is taking place, but the trade is not in music but human flesh. The clients of these clubs — members of Haiti's elite and businessmen both local and foreign — can pay for sex with women from the country on the other side of the island of Hispaniola.

Sex workers have always traveled to Haiti from the Dominican Republic, but the astonishing thing is that even after Haiti's devastating Jan. 12 earthquake, the network of prostitution continued to grow, according to a recent U.N. report. In fact, its expansion may have been encouraged by all the reports of overseas aid raised to help with disaster relief in Haiti. (In March, for example, an aid conference announced pledges totaling more than $5 billion.) Juanita, 22 (her name has been changed to protect her identity), says she decided to take a two-month contract to work in Port-au-Prince, leaving her hometown of Santiago de los Caballeros. A friend had convinced Juanita that she could make a sizable income because of the influx of foreigners and the huge amount of financial assistance headed toward Haiti. A June 2010 "Trafficking in Persons Report" by the U.S. State Department found forced prostitution of Dominican women in brothels in Haiti allegedly frequented by peacekeeprs in the U.N. Stabilization Mission in Haiti. The U.N. forbids peacekeepers from patronizing brothels and is currently investigating the cases. (See a TIME cover story on the global sex trade.)
Meanwhile, although Haitian prostitution does exist, Dominican prostitutes have a certain cultural cachet, supposedly because of their more racially mixed appearance — a factor that makes them more desirable to Haitian men who are willing to pay more for their services.
"But there wasn't a lot of money," Juanita says of her experience. (Indeed, in the larger perspective, of the billions of dollars pledged by donors, perhaps only 2% has actually reached Haiti.) Customers ordinarily pay $150 a night. She (and her pimp) would keep two-thirds, with the rest going to the club owner. However, after room and board, Juanita says she rarely has enough to send back to her 2-year-old son in the Dominican Republic. She also says the living conditions are cramped, with 25 women sharing one room. She says she often has to sleep with three women in a single bed. "More and more keep coming to the club every day." (See why human trafficking rises during recessions.)
Juanita says when she first arrived she had thought of running away since she felt unsafe and overworked by her Haitian pimp. She says he would take her at night to stake out casinos and restaurants, and on the weekend go to the beach to find customers. She says she was tempted to leave, especially after a few of the girls she crossed the border with found a way back home. (Comment on this story.)
Many of the Dominican women in the same situation feel trapped. Maribel, 25 (her name has also been changed to protect her identity), says when she arrived in Haiti her employers "told me I would work at a bar as a waitress, not that I would be doing this kind of work. I don't like it here, and I miss home. But I don't have a choice." Often, Dominican women's passports are confiscated by their employers when they arrive in Haiti. Maribel says she was told that she wouldn't be able to return until she finished at least a month of her contract. And then there is the threat of violence, says Luis CdeBaca, the U.S. State Department ambassador at large with the Office to Monitor and Combat Trafficking in Persons, referring to reports of women threatened by pimps to make them work and incidents of physical abuse.
CdeBaca adds that although prostitution is illegal in Haiti, it's often difficult to prosecute offenders. "Haiti doesn't have a law to prosecute people. That's a big gap in the penal code," says CdeBaca. He recommends tighter control of the Dominican-Haitian border on both sides as a solution.
Dominican women rank fourth in the world — behind women from Thailand, Brazil and the Philippines — in the number of prostitutes working abroad, according to a report by the International Organization for Migration (IOM). Zoe Stopak-Behr, an IOM operations official in the Dominican Republic, says the typical trafficked Dominican woman is under the age of 25 with a low level of education and low socioeconomic status yet carrying the economic burden of her family. "In many cases the victims have been lured by attractive offers of high-income employment and find themselves in a trafficking situation upon arrival," says Stopak-Behr.
Maribel made her way back to the Dominican Republic with the help of a benefactor who paid the rest of her contract. But Juanita says she's looking to stay until her contract expires in a month. She feels that she knows how to leave if she decides to: "Many of the girls don't realize that they could just go to the [Dominican] embassy and leave." "No one in my family knows I'm here," Juanita says. "I hope I can save enough money to give my son a better life."
Read more: http://www.time.com/time/world/article/0,8599,2007131,00.html#ixzz0vaDShRrR
http://www.time.com/time/world/article/0,8599,2007131,00.html

Haïti: la prostitution profite du séisme

Ce n'est pas un séisme, aussi violent fût-il, qui aura raison du plus vieux métier du monde. Le terrible tremblement de terre qui a dévasté Haïti le 12 janvier dernier n'a pas freiné l'industrie de la prostitution dans l'île, bien au contraire. L'afflux de travailleurs étrangers, nantis, l'aurait même favorisée.
Le Time rapporte en effet qu'un nombre important de travailleuses du sexe de la République dominicaine voisine ont migré en Haïti dans les semaines qui ont suivi la catastrophe pour offrir leurs services aux centaines d'étrangers dépêchés sur place pour assurer la reconstruction du pays.
L'ONU confirme d'ailleurs la tendance dans un récent rapport et une enquête a été ouverte sur des allégations voulant que des casques bleus fréquentent des bordels offrant les services de travailleuses dominicaines.
Un reportage à lire sur time.com
http://www.cyberpresse.ca/actualites/ailleurs-sur-le-web/201008/03/01-4303507-haiti-la-prostitution-profite-du-seisme.php

Elections : A quand le vote de la diaspora ?

A quatre mois des élections présidentielles prévues fin novembre, le ministre des Haïtiens Vivant à l'Etranger déplore le fait que la diaspora ne pourra pas voter lors des prochaines élections pour des raisons technique et juridique. Lors d'une intervention à la clôture du 37e congrès de l'Association des médecins haïtiens de l'étranger, le Ministre Edwin Paraison, a indiqué qu'il avait eu des rencontres des membres du Conseil Electoral Provisoire, autour de la possibilité d'un projet pilote autorisant le vote des haïtiens de l'étranger dans 4 grandes villes de la diaspora.
Selon le titulaire du MHAVE « Le principal obstacle à la concrétisation du projet, c'est le retard enregistré, dans la reforme de la loi électorale permettant l'installation de bureaux de vote à l'étranger.
Monsieur Paraison a précisé qu'il avait multiplié les contacts afin d'assurer l'approbation par la 49eme législature des deux dossiers politiques les plus importants de la diaspora, à savoir le vote à l'étranger et la double nationalité.
Il a fait remarquer qu'un projet de réforme de la loi électorale avait été préparé par le MHAVE et transmis aux instances concernées. Mais les données ont été interrompues par le séisme du 12 janvier. Toutefois, il se dit convaincu que les autorités qui résulteront des futures élections, auront à cœur de se saisir de ces dossiers pour y apporter des solutions.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18070
Commentaires:
Monsieur le ministre fait lexperience d'être du bon côté. Ou du mauvais côté. Selon d'ou on se place. Il y a un peu plus d'un an, comme président de la Fondation Zile et éternel fervent défenseur de la cause des haïtiens résidant en République Dominicaine, au cours du forum de la diaspora, Monsieur Paraison avait défendu du poing et des pieds le vote des haïtiens de la diaspora en particulier des haïtiens de République Dominicaine.
Aujourd'hui, il fait partie de l'équipe qui doit apporter une solution, il se montre assez "compréhensif et cool". Il reprendra surement la lutte avec l'énergie d'avant quand il aura perdu son fauteuil de ministre...

Les Etats-Unis vont contribuer au renforcement des capacités de la PNH

Le Secrétaire Adjoint pour le Bureau International de Narcotiques et des Affaires relatives à l'Application de la Loi, David T. Johnson, a effectué une visite à Port-au-Prince ce lundi. Le haut responsable américain qui était accompagné du Commissionnaire du Département de Police de New York, M. Raymond Kelly, s'est entretenu, avec le président de la République, le directeur de la Police Nationale Mario Andrésol ainsi que le ministre haïtien de la justice Paul Denis.
La nécessité de réformer le système judiciaire, en particulier le code pénal et civil a été évoquée, durant la rencontre entre le secrétaire Johnson et le garde des sceaux de la République.
Monsieur Johnson a annoncé que l'administration américaine envisage d'accompagner la Police Nationale dans le cadre la lutte contre le trafic de la drogue et des crimes organisés.
Pour sa part le responsable de la police Newyorkaise a fait remarquer que les Etats Unis vont dépêcher dans les prochains mois 4 à 6 officiers américains d'origine haïtienne du Département de Police de New York en vue d'aider à rétablir les capacités de la PNH.
Les Etats-Unis se sont engagés à débloquer une enveloppe de 2.9 milliard de dollars, en faveur de la reconstruction d'Haïti.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18069
Commentaires:
On verra si cette visite rentre dans le cadre d'une vraie réflexion visant à résoudre un problème réellement majeur qui  rend et rendra toujours très difficile et compliquée tout effort de redressement du pays vers une stabilité sociale et économique.
L'insécurité a contribué à l'exode d'une bonne partie de notre classe moyenne emportant avec elle, cadres et investisseurs potentiels.
Les différentes approches de nos dirigeants du passé n'ont pas donné les résultas escomptés à tel point que les haïtiens ont du intégrer les risques dans leur mode de vie. On souveint surtout de la politique de "la Carotte et le bâton" de l'ancien premier ministre renvoyé, aujourd'hui sur la liste des "candidatables"...Nous gardons un oeil ouvert sur l'implication de  l'administration de la NYPD!!!!!

Le parc Levelt de St-Marc tout en lumière

Le parc Levelt de St-Marc est doté maintenant d'un système d'éclairage permettant le déroulement des rencontres de football en soirée. En effet, le lancement du championnat national de football a été fait dans la cité Nissage Saget, au parc Levelt fraîchement électrifié. Doté d'une pelouse relativement acceptable depuis les travaux de rénovation entrepris par le gouvernement provisoire dirigé par Gérard Latortue, le parc Levelt a déjà accueilli plusieurs rencontres internationales, dont les matches joués par les clubs st-marcois engagés dans la Concacaf des clubs champions et vice-champions.
« l'électrification du parc Levelt est une très bonne chose pour le football st-marcois, le football haïtien en général », a déclaré le président de la Fédération haïtienne de football Yves Jean-Bart, présent lors de la cérémonie de lancement de la première journée du championnat national de football, dont Digicel est le sponsor officiel.
Le match prévu pour cette inauguration, mettait aux prises le Baltimor de St-Marc qui fêtait ses 36 ans et l'Association sportive de Carrefour. La confrontation entre les deux équipes s'est soldée sur le score nul de un but partout.
Plusieurs personnalités ont pris part à cet événement au parc Levelt, dont le maire de St-Marc Baunard Charles, Yves Jean Bart, Président de la FHF, un représentant de la compagnie Digicel Jean Ronald Eliacin, des représentants du ministère des sports et un nombre important de dirigeants du football haïtien.
Guyto Rivière
guytoriviere@yahoo.fr
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18068

Le CEP fait machine arrière et réintègre Forces 2010 dans la course électorale

Les militants de Forces 2010 ont organisé hier la première manifestation en faveur d'un parti politique dans le cadre du processus électoral. Ce regroupement, dirigé par l'administrateur de la Mairie de Delmas, Emmanuel Menard, a pu enfin obtenir sa réintégration dans le processus électoral. Les autorités électorales ont admis avoir commis une erreur dans l'analyse des dossiers de ce regroupement. Plusieurs centaines de militants de Forces 2010, s'étaient massés devant la local de la Direction des Opérations Electorales du CEP afin de dénoncer selon eux une manœuvre visant à empêcher la participation de ce regroupement aux présidentielles du 28 novembre.
Cette formation nouvellement constituée ne pourra pas participer aux législatives. Wilson Jeudi, maire de Delmas et candidat à la présidence de Forces 2010 obtient ainsi une victoire face à l'organisme électoral. Les militants estiment que la victoire a été obtenue grâce à leur mouvement de protestation.
Tel n'est pas l'avis du directeur des opérations électorales. Louiner Jean Mary, assure que les autorités électorales avaient depuis vendredi dernier autorisé la réintégration de Forces 2010 dans la course. Il révèle que la mise à l'écart de ce regroupement était due à une faute de certains employés de sa direction. La direction générale du CEP a décidé d'infliger des sanctions aux employés fautifs révèle M. Jean Mary.
L'intégration de Forces 2010 porte à 75 le nombre de partis et regroupements autorisés à participer aux présidentielles et législatives de novembre.
Elu maire sous la bannière du Mochrena, Wilson Jeudi estime que son bilan positif à la municipalité de Delmas l'autorise à briguer la magistrature suprême de l'Etat.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18066
Commentaires:
On cherchait pour savoir un peu plus sur le Maire de Delmas et actuel candidat déclaré à la présidence pour les prochaines élections ont est tombé sur un site ouil existe au moins un semblant de biographie. Une biographie assez simple et succinte pour ne pas dire "simplette". On a été frappé par la façon dont le maire présente la conversion de son palais municipal en un refuge pour protestants convertis, excluant de fait les citoyens haïtiens professant une autre foi.
Le "must" de l'administration municipale de Monsieur Jeudy aura été, selon les données publiées sur le site en question d'avoir augmenté les recttes fiscales de 60.000 gourdes (un peu plus de 1.000 dollars US) à 300.000 gourdes (un peu plus de 5.000 dollars). Pour une commune comme Delmas c'est vraiment exploit.
C'est vrai que avec un tel succès, il peut largement diriger et présider un pays comme Haïti.

Haïti continue à mettre en place les mécanismes pour l'intégration à la Caricom

Le directeur du bureau de la Caricom en Haïti, Earl Stephen Huntley, réitère l'engagement de l'organisation caraïbeenne à contribuer à la reconstruction et au développement d'Haïti. Il révèle que les dirigeants de la Caricom ont autorisé l'entrée des produits haïtiens sur le territoire des pays membres sans frais de douane après le violent séisme du 12 janvier. Cette disposition, qui sera appliquée jusqu'en 2013, permettra à Haïti de préparer dans les meilleures conditions son intégration dans le marché unique de la caraïbe.
Dans les prochains mois les autorités haïtiennes devront franchir des étapes notamment une hausse des tarifs externes. Cette disposition pourra à court terme entraîner une hausse des prix de certains produits alimentaires.
Les autorités haïtiennes envisagent d'intégrer graduellement les nouveaux tarifs afin d'éviter une flambée des prix. M.Huntley a soutenu que ces dispositions comportent également des avantages entre autres la protection de la production nationale.
Intervenant à la rubrique " Le Point sur le 100.1 " de radio Métropole, le directeur du bureau de la Caricom à Port-au-Prince a attiré l'attention sur les aspects positifs de l'intégration d'Haïti au marché commun de la caraïbe. Les produits artisanats haïtiens très recherchés pourront s'écouler rapidement dans les marchés caraïbeens, insiste M. Huntley révélant que les mangues haïtiennes sont très prisées au Bahamas.
Toutefois les haïtiens ne pourront pas bénéficier à court terme de la libre circulation des personnes à travers la région. Les gouvernements régionaux ont peur que la population pauvre d'Haïti emigre clandestinement vers leurs territoires. Haïti, avec 9 millions d'habitants, représente une mastodonte dans cette région dont la population totale avoisine les 3 millions de personnes.
Les leaders de la Caricom acceptent toutefois d'autoriser la libre circulation d'une certaines catégories de citoyens, les officiels du gouvernement, les hommes d'affaires et ceux qui ont obtenu un visa américain ou shengen.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18065

In Haiti, a Lesson for U.S. Health Care

By JAMES WILENTZ
Published: July 28, 2010
In February, a month after Haiti’s earthquake, I went down to Port-au-Prince as part of a team that was helping to reactivate cardiac care in the city’s public hospital. For several months since, I have observed how the earthquake and its aftermath profoundly changed Haiti’s health care system. Over that time, I have come to the unorthodox conclusion that Haiti’s tragic experience may show us a way to improve health care in the United States.
Let me explain. The sudden availability in Haiti of free high-quality care from foreign doctors put enormous competitive pressure on the private local doctors, who had already been working under difficult conditions. Watching this situation unfold, I found myself wondering if the same would happen to private medical services back in the United States were our government to suddenly provide high-quality, low-cost health care.
Haiti, with the worst health care record in the Western Hemisphere — the infant mortality rate is nine times that of the United States and the maternal mortality rate is 50 times as high — was ill prepared to help disaster victims. For the public hospital in Port-au-Prince, earthquake damage only made things worse. Into this vacuum surged hundreds of international doctors and nongovernmental health care organizations.
In the beginning, of course, those with immediate injuries were treated first. But even after the earthquake victims had been taken care of, lines more than a quarter-mile long still formed at the hospital entrance. There were mothers carrying babies with swollen bellies, prematurely old men and women with waterlogged legs and labored breathing, people with painful sores and lots of people coughing. These were Haitians who’d had no access to medical care in a long time and who suddenly saw hope in a hospital full of foreign doctors eager to help at no charge.
This humanitarian aid came with a downside though: it caused many of Haiti’s local private clinics to lose business. One such clinic is Michel Théard’s cardiac practice, near the public hospital where I worked. Before the earthquake and during the immediate aftermath, Dr. Théard did echocardiograms (ultrasound images of the beating heart) for cardiac patients, because the public hospital lacks the equipment to do them. His ultrasound pictures, and those done by other private Haitian cardiologists, often at charity rates, enabled us to diagnose many conditions for patients in the public hospital.
But because Dr. Théard, and the private hospital with which he is affiliated, cannot compete with free foreign doctors, there is a danger that he will no longer be able to stay in business and provide echocardiograms for the poor.
There are many other services that only private doctors provide in Haiti, because the public hospitals are so poorly financed. The rudimentary intensive care unit at the public hospital has no heart monitors, oxygen sensors or any other kind of modern medical equipment. The only thing “intensive” about the I.C.U. is that a health care worker (doctor, nurse or nurse-anesthetist) is present at all times. A CT scanner donated to the hospital in the early ’90s lies rusting outside one of the buildings, sad evidence of the public medical system’s failure to provide adequate care.
Patients who can afford it get specialized procedures like CT scans and echocardiograms at private clinics and then return to the public hospitals for free care. This is also the case for many medicines: family members buy them at a pharmacy and bring them back to be kept under the patient’s hospital pillow for dispensing at the prescribed times.
Perversely, by shoring up the capacity of the normally dysfunctional public health system during this crisis, the foreign doctors may be further damaging Haiti’s fragile medical sector. Once they leave, who will be left with the will and the capital to adequately care for Haitians?
James Wilentz is a cardiologist at the Lenox Hill Heart and Vascular Institute.
---------------

A Font of Ideas From a ‘Nomadic’ Humanitarian Architect

This time last week, Nathaniel Corum was on a Navajo reservation in Arizona where three elders’ families were moving into new solar-powered homes that he’d designed to be built from straw bales. Next came the news that the Plastiki, a boat made from 12,500 recycled plastic bottles for which he’d designed the cabin, had docked safely in Sydney after a 130-day voyage across the Pacific to protest against plastic waste.
Matthew Grey
Nathaniel Corum, a designer for Architecture for Humanity, in the Plastiki, a boat made from 12,500 recycled plastic bottles, for which he designed the cabin.An earlier version of this caption misstated Nathaniel Corum’s role in the Plastiki’s design.

Blog

ArtsBeat
The latest on the arts, coverage of live events, critical reviews, multimedia extravaganzas and much more.Join the discussion.
The Plastiki crew
Exterior of the Plastiki cabin.
Nathaniel Corum
A Navajo solar straw bale home in Arizona, designed by Mr. Corum.
He’s starting this week in San Francisco, where he is helping Architecture for Humanity, the volunteer network, to plan a reconstruction program in Haiti. Now 43, Mr. Corum has worked on humanitarian design projects like these for a decade, helping people living on the margins of society, such as the Navajo elders, or those whose lives have been shattered by the Haiti earthquakeand other disasters.
He doesn’t have a partner, kids or even a home in the conventional sense. “AfH is my hub,” he explained. “I have a place in the Bay Area, but I consider myself nomadic.” Traveling from place to place, he communicates with collaborators, family and friends on social networking sites and on AfH’s Open Architecture Network from a portable workstation containing a military standard computer, which is waterproof, shockproof and so crush proof that a car could drive over it.
An obscure field when he joined it, humanitarian design is now one of the most dynamic — and controversial — areas of design. Bruce Nussbaum, an influential American design commentator, recently posted a blog entitled: “Is humanitarian design the new imperialism?” in which he accused some humanitarian designers of imposing well-meant, but inappropriate solutions on developing countries.
Unsurprisingly, Mr. Corum rebuffs the charge. “The richer the dialogue you have with the people you’re working with the better,” he said. “I spend lots of time with them, and learn so much, especially from people living close to the land. Humanitarian design isn’t the new imperialism, it’s the new compassion.”
Born in Boston, and raised in Vermont, he studied product design at Stanford University, then went into commercial design. “I worked with some great firms, but found we were shopping for gold-plated fixtures,” he recalled. “I felt like a personal shopper or glorified manicurist. The work wasn’t as meaningful as I wanted it to be.”
What he wanted was to experiment with the sustainable lifestyle he’d experienced as child living on a farm in Vermont with his English professor father and social worker mother. After taking an architecture degree at the University of Texas, he won a Fulbright Scholarship to research in Morocco, where he spent time with Berber tribal groups. Returning to the United States, he worked with tribal groups in Montana and North Dakota on a Rose Architectural Fellowship, and experimented with building homes for them from straw bales, compressed sunflower seeds and other local materials.
He also taught at Montana State University, where he met Cameron Sinclair and Kate Stohr, the co-founders of AfH. “They were taking a year out in the mountains to write a book, and bumped into me when they were recruiting students as volunteers,” he recalled. “When they set up AfH’s office in the Bay Area, I was finished with my fellowship, so I went with them.”
While they expanded AfH’s volunteer network, which now includes 40,000 architects, designers and engineers, and raised funding for its projects, Mr. Corum developed the education program and continued his experiments with sustainable housing by working with Navajo elders in New Mexico and Arizona.
He also participated in AfH design projects, including the work on the Plastiki cabin. “David came to the office to see Cameron in early 2008,” he recalled, referring to David de Rothschild, the expedition leader. “I’d been doing a rafting trip, a floating classroom in the Grand Canyon, so we had this boat thing to talk about. We went out for a curry and hatched this idea that AfH could work on a shelter and communications hub to sit on the catamaran, which would be a useful model for our other projects.”
This time last year, Mr. Corum was in Arizona working on the Navajo homes. By early fall, much of his time was taken up by the Plastiki, for which he was cabin architect and sustainability consultant. The cabin design was finessed throughout the construction process as the Plastiki team learned more about how the specially developed form of srPET, the plastic used in water bottles, would respond to the voyage. “We also relocated the portholes and ventilators to give good ambient light throughout the cabin, but so the crew would take naps in daytime after crazy 20 hour shifts,” he said. “And my friend, Paul Giacomantonio, put a very sophisticated vegetable garden on board.”
By mid-December, the Plastiki was completed, and Mr. Corum joined one of its first voyages in San Francisco Bay. Much of the winter and spring was spent running student workshops in the United States, Australia and New Zealand for the Pacific Rim Studio, an AfH program linked to the Plastiki. He’d planned to join the boat in Hawaii after a workshop there in May, but it was blown south and stopped at Easter Island instead, so he returned to San Francisco.
Since then, he has worked on more Navajo homes in Arizona and New Mexico, and a new series of student workshops on indigenous architecture, which will succeed the Pacific Rim Studio. As part of AfH’s reconstruction program in Haiti, he is also collaborating with scientists and engineers on developing environmentally responsible ways of recycling concrete to use there.
“Up until this point, I’ve been a little bit religious about using natural materials, but figuring out how to use plastic for the Plastiki got me thinking about being less picky and working with whatever’s available,” he said. “It’s a question of looking at what’s piling up around you, in the ocean it’s plastic, and in Haiti it’s concrete. We’re discussing options now, but when the right eco-concrete build project comes along in Haiti, I’d be keen to get down there.”http://www.nytimes.com/2010/08/02/arts/design/02iht-design2.html?_r=1&ref=haiti

In Haiti, a Lesson for U.S. Health Care (I/II)

Published: July 28, 2010 What may be needed, some have suggested, is for key nongovernmental organizations now offering health care in Haiti to work alongside the government’s Ministry of Health to rebuild destroyed facilities and to better train Haitian doctors and other providers. If the organizations could also cooperate financially by directing some of their budget into accounts run jointly with Haiti’s Ministry of Health, the government could reimburse providers like Dr. Théard for their work, thus removing competition between the foreign doctors and local private doctors. In time, as the Haitian government took control of health care delivery and education, the nongovernmental organizations would fade from the scene.
HAITI’S crisis — and its possible solution — provides a mirror for understanding our own difficulties delivering good health care in the United States. After all, it was a similar tension between private and public medical care that made it impossible for Congress, in passing reform legislation this year, to create a single-payer public health system. Many private health-care organizations — primarily for-profit insurance companies — strenuously resisted it, fearing that if the government suddenly provided high-quality, low-cost care for a significant part of the population, they would lose profits or go out of business. Worries about competition between public and private medicine, in other words, are universal.
It is clear that the American health care system functions at a much higher level than its Haitian counterpart does, but that’s mostly a matter of national wealth. Our healthier economy has allowed us to have a relatively viable private-sector health care system, though there remains tremendous disparity from one economic class to another in infant and maternal mortality and access to basic care. And now, because the growing cost of our health care system is unsustainable, we are faced with the need to consider an alternative.
The Haitian situation also suggests a solution — a way to provide health care for all in the United States without destroying our private medical sector. (This, by the way, was always President Obama’s goal, no matter how the right tried to defame his proposals.)
A public-private partnership like the one contemplated for Haiti could be created here. The government, through the Centers for Medicare and Medicaid Services, could team up with health care systems that provide high-quality care to people of all income levels — Kaiser-Permanente, in California, comes to mind, as does the Mayo Clinic network; the Geisinger Health System, in Pennsylvania; Partners HealthCare, in Boston; and Intermountain Healthcare, in Utah — to provide a public option. Private doctors could be paid for the work they did for the new public entity. People who did not want to join such a health plan could remain with their current private insurers.
Health care systems wishing to be part of the new partnership would have to demonstrate competence as well as fiscal responsibility. Those that did not provide good care at a reasonable price might fail, but in the long run the system could serve the broadest cross section of America, and it could do so without undermining private doctors — or at least not those who are motivated by care itself rather than by mere profit.
Although it is unrealistic to expect Congress to rewrite the health care law to allow for this proposal, there is room within the law for a state or regional pilot project to experiment with public-private medical partnerships.
Dr. Théard’s clinic in Port-au-Prince has not yet closed, but he tells me it is now fighting for its life, with little or no money for salaries, equipment or rent. “We are still open but without any help from any sector,” he said in an e-mail last week. “Equipment needs repair, buildings need repair and we are doing the best we can.”
Haiti’s need to fix its health care system is, if anything, more urgent than ours. But its best solution, a public-private partnership, is one that could easily work for America, too.
James Wilentz is a cardiologist at the Lenox Hill Heart and Vascular Institute.
http://www.nytimes.com/2010/07/29/opinion/29wilentz.html?pagewanted=2&_r=1&sq=Haiti&st=cse&scp=4

Haïti-Rép. Dominicaine : Relance des travaux de la commission mixte bilatérale, après 10 ans d’interruption

Leonel Fernandez décoré de l’ordre panaméricain Simon Bolivar P-au-P, 31 juillet 2010 [AlterPresse] --- La commission mixte bilatérale Haïti/RD a tenu, le samedi 31 juillet 2010, sa première session de travail depuis 10 ans, dans la zone franche située entre les villes de Ouanaminthe (département géographique du Nord-Est) et de Dajabon, au parc industriel de la compagnie de développement industriel (Codevi), a observé l’agence en ligne AlterPresse.
Les présidents haïtien et dominicain, René Garcia Préval et Leonel Fernandez en compagnie des membres de leur gouvernement respectif, ont procédé à la relance des travaux de la commission bilatérale dans une fabrique du parc de Codevi appartenant au Groupe M, compagnie dominicaine, employant 4 500 travailleurs haïtiens.
Préval a pris ce parc industriel comme un exemple de coopération entre Haïti et la République Dominicaine, et invité la commission bilatérale à discuter autour des échanges commerciaux et de l’investissement dominicain sur le marché haïtien.
Le chef de l’État haïtien a déploré que les produits haïtiens, même de qualité, se voient imposer des barrières à la frontière dominicaine, contrairement aux produits en provenance de la république voisine.
La question des échanges commerciaux doit être abordée avec la « perspective d’harmonisation des tarifs douaniers, la recherche de la parité et l’élimination de la contrebande », a-t-il incité.
Outre les questions liés à la santé, l’éducation, le développement scientifique et technologique, la commission bilatérale a également pour tâches de toucher des « sujets d’agacement », comme la situation des travailleurs haïtiens en république voisine et la migration, selon Préval.
De son côté, Fernandez a dit s’accorder parfaitement avec son homologue haïtien sur la nécessité pour la commission de travailler sur ces sujets.
« Nous percevons cette commission comme une force de dialogue entre les deux pays, un forum qui permettra d’analyser les problèmes entre les deux pays...[Ainsi] nous pourrons aller vers des solutions durables » a-t-il déclaré.
Des sous-commissions, mises en place par la commission bilatérale, auront, dans les prochains mois, à approfondir ces différents thèmes, anticipe le président haïtien.
René Préval a profité de la relance officielle des travaux de la commission mixte bilatérale pour décorer le président dominicain de la distinction « Ordre panaméricain Simon Bolivar », en guise de la solidarité manifestée envers le peuple haïtien depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010.
Leonel Fernandez affirme recevoir la distinction « avec beaucoup d’honneur, mais pas à titre personnel, plutôt au nom de tout le peuple dominicain », soulignant que c’est le peuple dominicain dans son ensemble qui est venu en aide au peuple haïtien.
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9781

Haïti/Post-séisme : 300 mille dollars de mobilier pour des écoles détruites ou endommagées

P-au-P, 02 Aout 2010[AlterPresse]--- Hosean international ministries (Him), une organisation non gouvernementale basée à Pignon (une commune dans le Nord d’Haïti), a entamé, la semaine dernière, une distribution de mobilier dans plusieurs écoles de la capitale et de ses environs. Evaluée à environ trois cent mille dollars américains (US $ 1.00 = 41.00 gourdes ; 1 euro = 55.00 gourdes), l’aide en matériel scolaire est destinée à des écoles durement touchées par le séisme du 12 janvier, a confié à AlterPresse le pasteur Caleb Lucien, directeur général de Hosean international ministries.
Les écoles privées Jardin Fleuri de Yolène, l’école primaire Thérèse Rouchon et le collège du Canapé-Vert, figurent parmi les établissements, à avoir bénéficié de ces matériels lors de la première journée de distribution le 27 juillet 2010.« Ce don de mobilier permettra aux écoles bénéficiaires de se doter d’infrastructures scolaires avant la nouvelle rentrée académique prévue début octobre 2010 », indique le pasteur Lucien.
Le directeur général de Him prévoit également de financer la reconstruction de certains bâtiments scolaires, dont celui abritant l’école Thérèse Rouchon.
La directrice de l’établissement, Astrid Rouchon, se réjouit à l’idée que son école, détruite dans la tremblement de terre du 12 janvier 2010, attire l’attention de l’organisation humanitaire Him.
Hosean international ministries a déjà secouru plusieurs milliers de personnes sinistrées en leur fournissant des abris provisoires, de la nourriture, de l’eau et des ustensiles de ménage.
L’organisation continue de porter une attention particulière au sort des sans-abris, assure le pasteur Caleb Lucien.
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9779

Haiti-Education : Pour changer l’actuel système éducatif haïtien

P-au-P, 2 aout 2010 [AlterPresse] --- L’ecrivaine et chercheure Myrtha Gilbert appelle à l’unité des secteurs démocratiques et populaires en vue de défaire l’actuel système éducatif haïtien axé sur l’exclusion. « Pour rompre avec ce système, il faut que les secteurs revendicatifs, les paysans, les jeunes, les ouvriers s’unissent », déclare-t-elle lors d’une conférence donné le 30 juillet dernier à Port-au-Prince.
Cette conférence, réalisée autour du thème : « l’éducation dans le système sociopolitique et économique d’Haiti avant et après le 12 janvier », a eu lieu dans le cadre des débats de la Plateforme des Organisations haïtiennes de droits humains (POHDH).
« C’est à travers une solidarité sociale que les hommes peuvent faire respecter leur droit spécialement le droit à l’éducation », souligne Myrtha Gilbert.
« Le système est malade et corrompu, il ne répond à aucun projet de société et n’est guidé par aucun projet économique », ajoute t-elle.
Elle estime que « l’éducation haïtienne a toujours été victime de la vision de l’élite aliénée par ses préjugés économiques et culturels et le 12 janvier n’a fait qu’empirer la situation ».
2 700 000 élèves sont reçus dans près de 17 000 écoles et environ 375 000 enfants entre 6 et 11 ans (soit un tiers de ce groupe d’âge) ne sont pas scolarisés, suivant les données de l’Unesco
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9783

Haïti-Éducation : Les filières au campus universitaire du Nord seront liées aux potentialités départementales

P-au-P, 2 août 2010 [AlterPresse] --- Des filières, liées aux potentialités des départements géographiques du Nord et du Nord-Est d’Haïti, seront offertes par le futur « campus Henry Christophe du Nord », dont les présidents haïtien René Garcia Préval et dominicain Leonel Fernandez Reyna ont posé la première pierre de la construction, le samedi 31 juillet 2010, à Limonade, commune du département du Nord, située à 260 kilomètres de la capitale Port-au-Prince. C’est ce qu’indique le vice-recteur à la recherche de l’université d’État d’Haïti (Ueh), Fritz Deshommes, dans une interview accordée, ce lundi 2 août 2010, à l’agence en ligne AlterPresse.
Comme exemples de filières, Deshommes cite l’agriculture, le patrimoine et le tourisme.
Mais, c’est une étude plus pointue [qui viendra nous fixer] sur les potentialités [exactes] du Nord et du Nord-Est, considère le professeur d’économie à l’Ueh. . Deshommes évoque un plan d’établissement, sur lequel travaille, pour le moment, le rectorat de l’Ueh, et qui, outre le bâtiment et les filières, concerne le matériel didactique et de bureau, de même que le mobilier.
Interrogé sur la date du démarrage effectif des travaux de construction du campus – qui seront financés par la République Dominicaine à hauteur de 50 millions de dollars américains (US $ 1.00 = 41.00 gourdes ; 1 euro = 55:00 gourdes aujourd’hui) -, le vice-recteur à la recherche de l’Ueh invite à attendre les pourparlers prévus, à cet effet, avec des officiels dominicains.
Relié à l’Université d’État d’Haïti, le « campus Henry Christophe du Nord » sera construit sur deux terrains totalisant 60 hectares, cédés par les mairies de Limonade et de Trou du Nord, villes situées à la frontière des départements géographiques Nord et Nord-Est, dont le campus desservira, en priorité, les populations.
Pouvant accueillir 10 000 étudiants par jour, le campus devrait comprendre quatre bâtiments de trois étages, 72 salles de classe, incluant un centre de documentation moderne, des salles de réunions, des laboratoires ainsi que des installations académiques, administratives et récréatives, a annoncé le président dominicain, qui s’exprimait à la cérémonie de pose de première pierre des travaux le samedi 31 juillet dernier.
Leonel Fernandez a souligné, dans son discours, « un geste fraternel et de solidarité de la République Dominicaine envers le peuple haïtien ».
René Préval a loué « la vision et l’engagement » du chef de l’État dominicain. Lesquels permettront à la population du Nord d’Haïti d’avoir une université, appelée à stimuler le développement dans les départements géographiques du Nord et du Nord-Est.
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9782

Présidentielles : les candidats tardent à s’inscrire, d’autres têtes surgissent

Jean Hector Anacacis, Sénateur de l’ouest et proche du Président Préval, se lance contre toute attente dans la course ; l’ancien Premier ministre Lavalas Yvon Neptune, candidat désigné de son parti Lundi 2 août 2010,
Radio Kiskeya
Comme c’est le cas depuis le début des opérations jeudi dernier (29 juillet), le processus d’inscription des candidats aux présidentielles de 2010 s’est poursuivi lundi sans qu’aucun aspirant n’ait fait le dépôt de ses pièces à la direction des opérations électorales alors qu’un Sénateur proche du pouvoir a annoncé sa candidature et qu’un ex-Premier ministre Lavalas devrait lui emboîter le pas.
Le directeur des opérations électorales, Jean-Marie Louiner, exhorte les candidats à s’inscrire au plus vite en leur rappelant qu’ils peuvent courir inutilement le risque de se faire exclure du processus si le dépôt tardif de leurs pièces n’est pas conforme aux exigences de la loi électorale.
A ce propos, M. Louiner rappelle qu’aucun délai supplémentaire ne sera accordé aux intéressés à l’expiration de la date-butoir du samedi 7 août.
Sur la scène politique, c’est l’agitation et le temps des manœuvres en coulisse dans les camps de ceux qui, à tort ou à raison, se croient promis à un destin présidentiel.
Le dernier coup de théâtre en date, c’est la candidature annoncée du Sénateur Jean Hector Anacacis.
Le très atypique parlementaire, connu pour ses relations privilégiées avec le Président René Préval et des déclarations tonitruantes ou rocambolesques dont lui seul a le secret, est arrivé à la conclusion que seule sa présence dans la course électorale est de nature à tirer le chef de l’Etat d’un sérieux "embarras politique".
La formule made in Anacacis consisterait à se présenter au nom de INITE, mais sous une autre bannière politique comme le MRN ou MODEJHA, afin de libérer M. Préval empêtré depuis trois semaines dans des négociations interminables avec différents protagonistes en lice pour décrocher l’investiture de la plateforme au pouvoir INITE.
Egratignant au passage ceux qui, au sein de INITE, sèment la discorde ou professent l’hypocrisie, le Sénateur de l’ouest reproche à tous, y compris l’ancien Premier ministre Jacques-Edouard Alexis, de ne pas jouer cartes sur table en refusant d’assumer leurs ambitions présidentielles.
Jean Hector Anacacis, qui n’hésite pas à ratisser large en faisant un clin d’œil à l’électorat Lavalas, assure René Préval et son épouse, Elisabeth Débrosse, que sous sa présidence à lui, ils n’auraient pas à "s’inquiéter" et pourraient "vivre tranquillement" en Haïti.
Référence à peine voilée aux allégations de leaders de l’opposition selon lesquelles le chef de l’Etat aurait fait part, en privé et à maintes reprises, de sa peur "d’aller en prison ou en exil" au terme de son mandat constitutionnel, le 7 février 2011.
La ronde des candidats est loin de se terminer. Outre les faire-valoir traditionnels, la campagne 2010 pourrait donner l’occasion de découvrir de nouveaux acteurs comme les artistes Wyclef Jean et Michel Martelly dit "Sweet Micky" et d’autres compétiteurs pas tout à fait nouveaux, mais dans un registre inhabituel sur l’échiquier politique, à l’image d’un Yvon Neptune.
L’ex-Premier ministre Lavalas (2003-2004), dont le divorce avec Jean-Bertrand Aristide est pratiquement consommé a, en effet, confirmé sa désignation par "Ayisyen pou Ayiti" au poste de candidat à la présidence de ce parti très récent. Contacté par Radio Kiskeya, M. Neptune a fait savoir qu’il s’est donné un temps de réflexion avant de se prononcer dans la semaine sur ce choix.
Parmi les membres de l’état-major de Ayisyen pou Ayiti figurent les anciens députés, Jonas Coffy, un lavalassien connu, et Joël Costumé ainsi que le militant Ronald St-Jean. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6913

Ouverture de la période d'inscription des candidats à la présidentielle de 2010

Les inscriptions pour les candidats à l'élection présidentielle du 28 novembre prochain ont débuté depuis jeudi 29 juillet, contrairement a ce qui a été annoncée par le CEP. Dans un communiqué rendu, public, les responsables de l'organisme électoral, les candidats pourront passer déposer leurs pièces à la direction du bureau des affaires électorales.
Selon le calendrier électoral, la date du 1er aout a été retenue pour la période d'inscription des candidats à la magistrature, mais le CEP a décidé d'avancer la date, une façon selon l'organisme électoral de répondre aux revendications de certains partis politiques qui réclamaient plus de temps pour inscrire les candidats.
Parallèlement le CEP a déjà publié la liste des partis et regroupements politiques pouvant envoyer des candidats à la présidentielle de 2010. 65 formations politiques ont été agréées par l'institution électorale.
Trois jours après le coup d'envoi des inscriptions, aucun candidat ne s'est inscrit.
Toutefois pour cette journée, plusieurs manifestants étaient visibles ce lundi aux abords du CEP. Les protestataires exigeaient l'intégration au processus électoral d'une formation politique dénommée Force 2010, écartée par le CEP.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18064

Nicole Kidman : à la rencontre des femmes d'Haïti six mois après le séisme !

Par Première, le 31/07/2010 Nicole Kidman est en visite depuis quelques jours à Haïti en tant qu'ambassadrice de bonne volonté pour l'UNIFEM, un fonds des Nations Unies pour la défense des femmes. Elle témoigne aujourd'hui de ce qu'elle a observé, et il y a beaucoup de travail !
Après Angelina Jolie, qui a voyagé à Haïti peu après le violent séisme du 12 janvier dernier qui a touché l'île, voici que Nicole Kidman s'est rendue cette semaine dans le pays caribéen dévasté. En tant qu'ambassadrice de bonne volonté pour l'UNIFEM (Fonds de développement des Nations unies pour la femme), la sublime actrice australienne de 43 ans a incité les officiels à augmenter la sécurité autour des femmes haïtiennes pour enrayer les agressions sexuelles.
"Pendant ce voyage, j'ai vu de mes propres yeux à quel point ce désastre humanitaire affectait les femmes et les filles du pays. Le manque d'abris et de sécurité les rend plus vulnérable à la violence, en particulier les violences sexuelles. Malgré tout, j'ai tout de même remarqué la détermination et la résilience des hommes et des femmes d'Haïti pour reconstruire leur pays. J'ai visité un abri pour femmes et filles qui ont été victimes de violences sexuelles, où d'autres femmes se battent pour être sûres qu'elles aient un suivi médical et légal, du conseil. Mais ceci doit être élargi et elles ont besoin de notre aide", a déclaré Nicole Kidman dans un communiqué de presse.
L'actrice a été très impliquée pour aider Haïti depuis la catastrophe de janvier, en fondant notamment une nouvelle école dans une zone pauvre avec son mari Keith Urban .
http://www.lepost.fr/article/2010/07/31/2170308_nicole-kidman-a-la-rencontre-des-femmes-d-haiti-six-mois-apres-le-seisme.html

Haîti, la catastrophe oubliée.

Par reporter sans frontières
Le 02/08/2010
A Port- au Prince aussi, des dizaines de milliers de gens campent en ce mois de juillet à la météo capricieuse. En france, parfois l'orage gronde. La bas, c'est la saison des cyclones et des pluies.

En France on monte des tentes ultra-moderne, en riant dans des beaux campings dotés des meilleurs infrastrucutres.

Là-bas, ce sont des campements de fortunes, ou ont été bricolés à la hate, avec des baches de l'Unicef, parfois des morceaux de taule, des taudis, infames et infamants, pour une population toute entière à laquelle la communeauté internationale avait promis "une reconstruction totale et un renouveau du pays". Pas d'eau potable, pas d'électricité, plus de distribution massive de nourriture, près de 50 ° à l'ombre...

Et la désolation et le fatalisme pour un peuple abonnée depuis trop longtemps au mallheur.
Pourtant, aucune agressivité. Pas de violence. En dehors du quartier "Cité Soleil", les haitiens vous recoivent avec une gentillesse infinie. Les enfants ne mendient pas.
Les damnés de la terre sont dignes. C'est aussi peut-être cela qui fait que les médias et l'Occident ont oublié Haîti. Pas de guerre civile, point de milices kalachnikovs au poing, s'attaquant aux rutilants 4X4 des ONG, dont on se demande ce qu'elles font, à l'heure ou tout manque, ou des épidémies se propagent, ou des milliers d'orphelins survivent dans des "crèches", plus ou moins bien entretenues.
Au dela d'un fatalisme reccurent; dans ce pays qui semble maudit, c'est la foi chrétienne, très répandue, qui permet aux haîtiens de tenir. Souvent l'on entend ici et la, la même formule: " Désormais, seul Dieu peut nous sauver".
Les rues de Port-au-prince restent encombrées de millions de mètres cubes de gravats. Et pas une pelleteuse à l'Horizon. Bison futé y verrait noir Corbeau tous les jours, tant les embouteillages dantesques encombrent une ville qui semble avoir tout juste subi un bombardement massif.

Sous les ruines de ce batiment, une ancienne crèche, ou une soixantaine d'enfants sont morts, seuls quelques haitiens, avec des moyens de fortune, déblaient ce qu'ils peuvent. Parfois ce sont encore des petits squelettes qui sont extraits des gravats.
A ce rytme là, dit un expert européen, "il faudra plus de 20 ans pour reconstruire Haïti". les belles promesses formulées après le séisme se sont envolées.

Et la mort rode toujours emportant, faute de médecins, de soins et de matériel médical approprié, des centaines de personnes par jour. Il y a même un businness sordide qui s'est "monté" depuis le séisme nous raconte notre guide.

Des touristes viennent à Haîti, pour s'offrir à bon marché, quelques frissons, et sensations indécentes, sur cette terre de catastrophe.

Frédéric Helbert.
http://www.lepost.fr/article/2010/08/01/2171202_haiti-la-catatrope-oubliee.html
Commentaires:
Après l'effervescence des "SIX MOIS PLUS TARD" l'actualité réelle des haïtiens s'est encore essoufllée. Les dépêches et les "dépêcheurs" tapis dans l'ombre, attendent patiemment les 12 mois pour refaire la une de l'actualité. Je les relis dans ma tête , dans ma chair et dans mes entrailles. "HAITI, UN AN PLUS TARD", HAITI APRES UN AN"...Les bras croisés les regards volontairement tournés loin de ce coin de terre, nous attendons la prochaine catastrophe, ou les nouvelles décrivant l'inactivité des acteurs et la situation plus que miséreuse des haïtiens.
Pourtant tout le monde a eu son mot à dire. Certains sont sur le terrain et on de quoi faire quelque chose. Certains en font. certains n'en font pas assez. Les grosses 4x4 font la queue le soir devant "Le café de l'Europe". Le coopérant décontracté observe sa secrétaire grossièrement endimanchée, livrée une bataille ouverte contre les fourchettes de formes et de tailles différentes, avant d'affronter la "SOURIS D'AGNEAU" dont l'âme exilée se morfond et se pose des questions sur ce qu'elle peut bien fouttre dansune assiette en Haïti...
Merci "REPORTERS SANS FRONTIERES" de rappeler que la tragédie haïtienne n'appartient toujours pas au passé. Elle est sous notre nez et surtout devant nous. Alors on fait quoi?
Je vais suggérer à RSF de se lancer dans une campagne ressemblant a celle qui a été montée contre les jeux de PEKIN pour protester contre l'invasion du TIBET.
Les jeux Olympiques sont plus "classes" que le sort des Haïtiens, certes. Mais ce qui se passe en Haïti est loin d'être un jeu....