POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 3 mai 2010

L’écrivain mexicain Carlos Fuentes pour un "protectorat" onusien en Haïti

Sans nuancer ses propos, ni prendre la mesure des aspirations profondes du peuple haïtien, l’immense auteur latinoaméricain soutient que les efforts internationaux de reconstruction du pays sont voués à l’échec si les "élites locales corrompues" ne sont pas mises à l’écart dimanche 2 mai 2010, Radio Kiskeya
Le célèbre écrivain mexicain Carlos Fuentes, considéré comme l’un des nobelisables potentiels, a proposé dimanche à Santo Domingo qu’Haïti devienne un "protectorat" dont la direction serait confiée aux Nations Unies afin, dit-il, d’éviter que ses "élites corrompues" fassent perdre au pays l’occasion de se relever des effets dévastateurs du séisme grâce aux efforts de la communauté internationale.
"Pour pouvoir reconstruire Haïti, il est nécessaire que les Nations Unies s’associent à la communauté internationale pour créer un protectorat capable de gouverner ce pays. Sinon, dans le cas contraire, les efforts déployés seraient vains", a estimé un tantinet condescendant M. Fuentes lors d’une conférence de presse relayée par EFE.
A son avis, la "corruption traditionnelle" sévisant en Haïti constitue un obstacle majeur à la réalisation des objectifs de relance et de développement du pays.
"Le problème est qu’en Haïti il existe une élite corrompue qui ne permettra pas que ce pays puisse progresser", a martelé l’illustre auteur latinoaméricain avant de conclure "la restauration ne sera possible que de cette façon avec un protectorat assumant la direction et le contrôle de ce qui doit être fait en vue d’aider cette nation".
A mots couverts ou sans détours diplomatiques, plusieurs voix étrangères ont, ces derniers temps, sollicité la "mise sous tutelle d’Haïti", une formule rejetée par de nombreux compatriotes qui, parallèlement, critiquent sévèrement l’attitude jugée rétrograde des élites du pays.
Invité spécial de la foire internationale du livre de Santo Domingo, Carlos Fuentes s’est aussi exprimé devant les journalistes sur différents thèmes d’actualité relatifs à son pays, le Mexique, et à la marche du monde. Tour à tour, il a rejeté la loi de l’Etat américain d’Arizona criminalisant l’immigration illégale et qui vise directement plusieurs millions de sans-papiers mexicains, appelé les autorités mexicaines à faire appel aux forces spéciales françaises et israéliennes pour combattre les narcotrafiquants avant de dénoncer une "globalisation partiale et injuste".
Fuentes, qui affirme ne pas penser au Prix Nobel de littérature, est devenu docteur honoris causa d’une université dominicaine et sera décoré par le Président Leonel Fernàndez lors d’une cérémonie prévue lundi au Palais présidentiel.
Romancier, dramaturge et essayiste de renommée mondiale, Carlos Fuentes, 82 ans, compte parmi ses principales publications La volonté et la chance et Une limpide région. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6743

De nouvelles manifestations anti-gouvernementales en province

Pour la première fois, les opposants au gouvernement ont organisé une manifestation à Jacmel dans le Sud'Est contre la loi d'urgence. Plusieurs milliers de personnes avaient pris part à ce mouvement de protestation réalisé par la Coordination Régionale des Organisations du Sud-est (CROS). Le chef de l'Etat et les parlementaires de la majorité étaient dans le collimateur des protestataires. Ils dénoncent la loi d'urgence comme un complot visant à favoriser un enrichissement illicite des proches du pouvoir.
La marche a été organisée à l'occasion de la célébration de la fête de l'agriculture et du travail ce samedi premier mai. Aucune présence policière n'a été remarquée lors de cette manifestation qui s'est déroulée sans aucun incident.

En réaction à la manifestation, la ministre de la culture et de la communication, Marie Laurence Jocelyn Lassègue a indiqué que manifester est un droit garanti par la démocratie pourvu que cela se fasse selon des normes et dans le respect de tous.

Parallement au Cap Haïtien dans la deuxième ville du pays, des partisans et des sympathisants de Fanmi Lavalas ont gagné les rues pour dénoncer la mauvaise gestion du gouvernement Préval /Bellerive. Mais un autre groupe de manifestants se réclamant d'une autre branche de Fanmi Lavalas ont attaqué à coup de pierres et de tessons de bouteilles les premiers manifestants.

Dans le même temps à, Port-au-Prince, plusieurs dizaines de membres de l'opposition avaient également gagné les rues pour critiquer les actions gouvernementales.

Ces dernières semaines des manifestations ont eu lieu à Miragoane, Léogane, Hinche, Cayes, Saint Marc, et aux Gonaïves. Des dizaines de militants des partis de l'opposition n'ont cessé de réclamer le départ du président Préval et le retrait de la loi d'urgence qu'ils qualifient d'inconstitutionnelle.

EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17665

Haïti- Reconstruction : La BID accorde un appui budgétaire de 50 millions de dollars

Les responsables de la Banque interaméricaine de développement ont annoncé l'octroi d'un don d'appui budgétaire de 50 millions de dollars à Haïti. Cette assistance pour la restauration des institutions budgétaires est importante en raison de la chute des recettes fiscales après le séisme.
Un communiqué de la BID précise que les ressources aideront le gouvernement haïtien à rétablir certaines des fonctions essentielles des institutions fiscales importantes, comme la Direction générale des impôts (DGI), dont le siège a été complètement détruit. Ce don accordé en une seule tranche permettra également de couvrir des dépenses courantes telles que le paiement des salaires des fonctionnaires, les subventions aux hôpitaux, aux écoles et aux services publics, et l'appui au secteur agricole et aux programmes de prévention des catastrophes.
Le programme d'appui budgétaire de la BID, réalisé en collaboration avec les pays donateurs et d'autres organisations multilatérales, soutiendra les réformes fiscales qui étaient engagées avant le tremblement de terre, de même que la préparation d'un plan de modernisation de la DGI et un plan de réforme globale du service des douanes (AGD). 

D'autres initiatives telles la réforme de la gestion des dépenses et de la dette publiques et l'amélioration de la transparence budgétaire et de lutte contre la corruption bénéficieront également de cette assistance. 
LLM / Radio Métropole Haïti

Fin de la Mission d'évaluation de l'ONU sur la tenue prochaine des élections

Les membres de la commission d'évaluation électorale de l'ONU dirigée par Tadjoudine Ali-Diabacté, se sont entretenus le jeudi 29 avril avec le chef de l'Etat, René Préval. Au cours d'une mission de 10 jours, les membres de la commission ont rencontré les membres du gouvernement, l'ensemble des acteurs politiques, les membres de plusieurs partis politiques, les différentes branches de la société civile et des représentants de la communauté internationale. 

Durant leur séjour, les experts onusiens se sont rendus dans plusieurs localités affectées par le séisme du 12 janvier dernier (Jacmel, Léogane, St-Marc, etc) pour évaluer la machine électorale et se rendre compte de l'ampleur du désastre. 
Suite aux différentes rencontres et visites sur le terrain, la Mission d'évaluation a étudié les conditions qui permettront la réalisation des élections d'ici la fin de l'année 2010.
Selon le chef de la délégation onusienne, Tadjoudine Ali-Diabacté, des conclusions et recommandations seront formulées dans le rapport qui sera bientôt soumis au Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon. La rencontre d'environ d'une heure avec le président de la république a été très fructueuse, affirme le chef de la Mission.
LLM / Radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17663