POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 11 octobre 2010

Programará más de 20 programas para sensibilizar a sus espectadores

 lunes 11/10/2010 21:14 horas
Informativos, reportajes y 'magazines' alertarán sobre la pobreza
Creará una mosca específica y se instará a la participación ciudadana

ELMUNDO.es , Mdrid
Televisión Española está dispuesta a demostrar su labor pública en todos los ámbitos que abarca, y para ello la semana que viene, coincidiendo con el Día Mundial de la Alimentación el sábado 16, programará una serie de espacios dedicados a concienciar y sensibilizar a los espectadores sobre este problema.
La propuesta se inciará este 11 de octubre, cuando comenzarán una serie de reportajes en 'Los Telediarios' que tratarán de mostrar las iniciativas llevadas a cabo desde Colombia para que los niños que trabajen lo hagan en las mejores condiciones posibles, o el testimonio de una viuda de Ecuador que contará cómo es la vida de las mujeres en el entorno rural.
Como no podría ser de otra forma, se sumará a esta causa el programa de reportajes 'Informe Semanal', que realizará el sábado 16 un reportaje sobre un proyecto llevado a cabo por FAO en El Salvador. 'La noche temática', por su parte, se centrará en el tema 'Trabajo y miseria', que hablará de los 35 millones de personas que cada año caen bajo el umbral de la pobreza.
'La aventura del saber' incluirá del 11 al 14 de octubre en su sección 'Digitalizaciones' un espacio para esta campaña: reportajes y documentales sobre la pobreza. Entre ellos, el capítulo 'El comercio justo' de la serie 'Para andar por la vida'; también un trabajo dedicado a la labor de la Fundación Vicente Ferrer en la India o 'La Aventura Solidaria: El Salvador' que se centra en el trabajo de varias ONG.
La 2 ofrecerá documentales como 'En las calles sin nombre', que trata sobre la pobreza en Bolivia y que se emitirá el día 11; y 'Can Tunis', un documental que se acerca a Can Tunis, el barrio barcelonés conocido como 'el supermercado de la droga'.

'Magazines' implicados y cambio de mosca
Algunos de los 'magazines' de TVE también se solidarizarán la próxima semana, como 'La mañana de La 1', que contará con la participación de Ana Duato, que hablará de su experiencia en sus viajes con Unicef a países subdesarrollados, o 'Corazón', que mostrará piezas de algunas actividades de famosos nacionales e internacionales en su lucha contra la pobreza.
El magacín 'Para todos La 2', que ya incluye habitualmente contenidos relacionados con problemas de interés social, hará especial hincapié en la miseria y el hambre de los países menos favorecidos. El espacio 'Babel en TVE' de La 2, se centrará en la tragedia de Hai, el terremoto que tuvo lugar el pasado enero.
Esta cobertura se completará con promociones de la campaña y la creación de una mosca específica. Habrá piezas temáticas a lo largo del día con datos sobre la pobreza en el mundo y con el eslogan 'Pobreza cero. Y tú... qué haces', para ayudar a la movilización de la conciencia social. a demostrar su labor pública en todos los ámbitos que abarca, y para ello la semana que viene, coincidiendo con el Día Mundial de la Alimentación el sábado 16, programará una serie de espacios dedicados a concienciar y sensibilizar a los espectadores sobre este problema.
La propuesta se inciará este 11 de octubre, cuando comenzarán una serie de reportajes en 'Los Telediarios' que tratarán de mostrar las iniciativas llevadas a cabo desde Colombia para que los niños que trabajen lo hagan en las mejores condiciones posibles, o el testimonio de una viuda de Ecuador que contará cómo es la vida de las mujeres en el entorno rural.
Como no podría ser de otra forma, se sumará a esta causa el programa de reportajes 'Informe Semanal', que realizará el sábado 16 un reportaje sobre un proyecto llevado a cabo por FAO en El Salvador. 'La noche temática', por su parte, se centrará en el tema 'Trabajo y miseria', que hablará de los 35 millones de personas que cada año caen bajo el umbral de la pobreza.
'La aventura del saber' incluirá del 11 al 14 de octubre en su sección 'Digitalizaciones' un espacio para esta campaña: reportajes y documentales sobre la pobreza. Entre ellos, el capítulo 'El comercio justo' de la serie 'Para andar por la vida'; también un trabajo dedicado a la labor de la Fundación Vicente Ferrer en la India o 'La Aventura Solidaria: El Salvador' que se centra en el trabajo de varias ONG.
La 2 ofrecerá documentales como 'En las calles sin nombre', que trata sobre la pobreza en Bolivia y que se emitirá el día 11; y 'Can Tunis', un documental que se acerca a Can Tunis, el barrio barcelonés conocido como 'el supermercado de la droga'.

'Magazines' implicados y cambio de mosca
Algunos de los 'magazines' de TVE también se solidarizarán la próxima semana, como 'La mañana de La 1', que contará con la participación de Ana Duato, que hablará de su experiencia en sus viajes con Unicef a países subdesarrollados, o 'Corazón', que mostrará piezas de algunas actividades de famosos nacionales e internacionales en su lucha contra la pobreza.
El magacín 'Para todos La 2', que ya incluye habitualmente contenidos relacionados con problemas de interés social, hará especial hincapié en la miseria y el hambre de los países menos favorecidos. El espacio 'Babel en TVE' de La 2, se centrará en la tragedia de Hai, el terremoto que tuvo lugar el pasado enero.
Esta cobertura se completará con promociones de la campaña y la creación de una mosca específica. Habrá piezas temáticas a lo largo del día con datos sobre la pobreza en el mundo y con el eslogan 'Pobreza cero. Y tú... qué haces', para ayudar a la movilización de la conciencia social.

Justice for Haiti, via the Swiss

By MARK V. VLASIC Published: October 3, 2010
Twenty-four years after Jean-Claude “Baby Doc” Duvalier left a champagne-filled party at his presidential palace and boarded a chartered jet to flee Haiti, leaving a chaotic and economically scarred nation behind, a democratically elected government in Haiti now has a chance to recover millions of dollars of stolen assets.
That is because on Friday, the Swiss Parliament passed the “Return of Illicit Assets Act” (R.I.A.A.), an innovative legislative fix to a decades-old problem that, if implemented properly, may give added life to World Bank President Robert Zoellick’s assertion that “there should be no safe haven for those who steal from the poor.”
Taking over as “president-for-life” after his father’s death, Baby Doc Duvalier’s rule was characterized by greed and domestic neglect, resulting in a paralysis of national development. A world-class kleptocrat, for 15 years Duvalier and his associates stole Haitian funds and international aid money while exploiting Haitians for the benefit of sugar companies. Stolen cash was allegedly used to pay for fast cars, shopping vacations, jewelry and posh properties in foreign hotspots.
Only when faced with the near-total breakdown of the Haitian state, rioting, and a potential coup d’état did Duvalier acknowledge that his days were numbered and flee the country. Since then, it has been left to Duvalier’s successors in Haiti and a handful of hard-working officials in Switzerland, aided by the joint World Bank-United Nations Stolen Asset Recovery (StAR) Initiative, to try to recover the stolen assets for the benefit of the Haitian people.
Sadly, as we are reminded almost daily with reports of high-level corruption in Afghanistan and elsewhere, what happened in Haiti is not an isolated occurrence. According to World Bank estimates, corruption among holders of public office accounts for the misappropriation of between $20 and $40 billion each year. This corresponds to 20 to 40 percent of annual global development aid.
For this reason, there has been greater attention focused on combating grand corruption as a critical component in the fight against impunity — and thus a more concerted effort to track down and recover stolen assets. This was one of the reasons Mr. Zoellick made the StAR Initiative, a global partnership to help recover assets from past dictators, his first initiative after joining the World Bank.
With Switzerland’s landmark vote, the country that is traditionally associated with bank secrecy laws — which have been abused in the past to hide stolen assets — is poised to become an example of one of the most forward-leaning countries in the quest to return stolen assets to developing countries.
To be fair, Swiss efforts to return stolen assets are not new. According to Swiss reports, over the last 20 years the government has returned more than $1.5 billion in assets of criminal origin — including assets from some of the most famous kleptocrats in history such as Sani Abacha of Nigeria, Ferdinand Marcos of the Philippines and Carlos Salinas of Mexico. Despite these successes, however, asset recovery cases are not easy. They are governed by complex laws and international treaties, and as in the case of Duvalier, many languish for decades.
This is the reason why Switzerland developed R.I.A.A., which is designed for cases involving assets frozen in Switzerland which have been acquired unlawfully, but which cannot be returned via typical international mutual legal assistance channels due to failures in the victim state’s judicial system.
In such cases, where the country involved renders it impossible to conduct a proper exchange procedure, the new law would enable a unique “burden shift.” In these cases, should R.I.A.A. be implemented as envisioned, the Swiss government would only have to show that the funds held in Switzerland by an alleged corrupt official are significantly larger than what someone could have credibly earned in office, and that the country from which the funds originate was known to be corrupt.
Then the burden of proving that the money came from legal sources would lie with the allegedly corrupt official, rather than the Swiss state. If the official could not prove a legitimate origin of his or her Swiss assets, they would be confiscated by the Swiss state.
With the Swiss Assembly’s passage of R.I.A.A., it is expected that the last barriers to repatriating Duvalier’s frozen assets — an effort that began in 1986 — will finally be removed, and approximately $5.8 million will be soon returned to Haiti, a country desperately in need of good news and money. (Had the law not passed, the Swiss freeze would have expired, and the funds would have been returned to the Duvalier family.)
Let us hope that other major financial centers follow suit, that Haitian officials are emboldened to continue their fight against corruption, and that future dictators and kleptocrats around the world take notice. For it is only by international collective and targeted action that we can ensure that there will be no safe haven for stolen assets.
Mark V. Vlasic, an adjunct professor of law at Georgetown University and partner at Ward & Ward PLLC, worked on the Haiti/Duvalier asset recovery team while serving as head of operations of the World Bank’s StAR Secretariat. He currently serves as international legal adviser to the Charles Taylor/Liberia asset recovery team.
http://www.nytimes.com/2010/10/04/opinion/04iht-edvlasic.html?_r=1&ref=haiti

Le Palais municipal de Delmas

Récemment érigé, le Palais municipal de Delmas est un superbe édifice public. Cette municipalité est enfin dotée de son propre local. Spacieuse et captivante, cette imposante construction issue d'un mélange d'architecture moderne et antique, quasiment achevée, occupe un terrain de près de 18 000 m². Cette oeuvre exclusivement financée avec l'argent des contribuables permettra sans doute à cette institution d'améliorer les difficiles conditions de son fonctionnement et de mieux servir la communauté. Haïti: Financé exclusivement avec les fonds des contribuables de la commune de Delmas, ce bâtiment de deux étages, adapté aux multiples besoins de la municipalité a toutes les apparences d'un véritable palais moderne. Un détail important : le conseil municipal l'a occupé dans la terrible soirée du mardi 12 janvier 2010, qui a dû le transformer en hôpital à ciel ouvert pour accueillir les victimes du tremblement de terre. Auparavant, c'était une mairie sans domicile fixe. Rude rappel au passé pour le visiteur qui croirait naïvement que les réalisations magnifiques sont exclusivement une question de gloire et de politique.
Débutés en 2007 dans des conditions exécrables à partir d'une construction inachevée, qui appartenait à Me Emmanuel D. Klersaint, les travaux d'agrandissement des routes et des terrains et les travaux d'aménagement et de finition se sont échelonnés sans désemparer sur trois exercices fiscaux. L'entreprise était risquée. D'habitude, les initiatives de ce type donnaient lieu à des interventions de l'administration centrale, en la personne d'un ministre tout-puissant ou du chef de l'État lui-même.
Placé au coeur de la commune, le Palais municipal est pourvu de tous les services, avec, entre autres, une grande salle de conférence et d'une cafétéria. Une trentaine de salles dont les bureaux des maires, les bureaux administratifs et financiers, le secrétariat, le service juridique, la comptabilité, le centre technologique, y sont aménagés avec soin et élégance. Tout est soigneusement fait. Quant à la vue, elle a de quoi séduire. Avec une cour complètement adoquinée, bornée de brique rouge, comportant trois parking et des jardins gazonnés, l'immeuble est un bel exemple de réussite et de ténacité. Contrairement aux autres mairies (du département de l'Ouest), engluées dans l'inertie et la crasse, Delmas remet en question l'image désuète qui s'imposait depuis toujours. Que les initiatives du maire de Port-au-Prince n'aient pas abouti, que les deux grands projets de Lydie Parent à Pétion-Ville (le complexe culturel et la gare routière) soient restés au cimetière, que la commune de Carrefour soit toujours engorgée dans la boue, rien de tout cela ne laisse les contribuables indifférents. Ornées par des centaines d'arbres, en majeure partie des palmistes, l'espace offre un cadre agréable et apaisant où règne le calme. Il est entouré d'un mur de clôture fait avec des pierres décoratives.
La prise en compte du contexte urbain et du voisinage immédiat de cette nouvelle construction fait partie des préoccupations des conseillers municipaux. En faisant ressortir leur intérêt croissant pour la modernisation de leur hôtel de ville, mais aussi pour le rôle de l'architecture dans l'aménagement urbain, ils laissent là un héritage exaltant. Quel panache ! C'était le voeu de toute l'équipe qui a travaillé à la réalisation de ce projet afin de doter la municipalité d'infrastructures nécessaires lui permettant de répondre avec efficacité et dignité à sa fonction administrative. C'était toujours le rêve du conseil municipal de disposer de son propre local et de l'aménager selon ses besoins fonctionnels. Guidés par une vision patriotique de leur mission, les conseillers municipaux se réjouissent que ce projet longtemps caressé soit devenu une réalité palpable, digne d'une commune compacte et bouillonnante comme Delmas. Fini le temps des sales bondées et surchauffées aux allures de cachot.
Une visite au Palais municipal nous a permis de découvrir les fastes de l'architecture : grand escalier, paillets en or et argentés, salles aérées et parterre en porcelaine où s'est inscrit sur les blasons et les armoiries avec une légende « une ville, une vision ». L'idée de construire ce Palais municipal est pour le dynamique édile de Delmas Wilson Jeudy une réponse à son homologue de la République dominicaine qui possède un joli Palais qui l'a ébloui lors de son passage à Saint-Domingue. Mais nul ne sait encore si cet effort remarquable sera suivi par d'autres mairies. Une discipline de fer et une ferme volonté sont nécessaires à cet égard. On ne saurait mieux dire que l'organisation et le sens du bien commun sont des outils indispensables de lutte contre la défaitisme et l'impuissance.
Avec son amphithéâtre en construction, les activités culturelles, sociales mondaines trouveront un lieu idéal pour les concerts, les festivals, les spectacles en tous genres. Cet édifice, destiné à l'usage de la population de Delmas et les autres communes de la région métropolitaine, est fait pour accueillir les grandes manifestations artistiques et officielles de la capitale, notamment les nombreuses activités publiques.
Amos Cincir
mcincir@lenouvelliste.com
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=84415&PubDate=2010-10-11

La sénatrice du Centre, Edmonde S. Beauzile, dénonce la circulation d’armes illégales dans son département

Elle met en cause des candidats de la plateforme officielle INITE Dimanche 10 octobre 2010, Radio Kiskeya
La sénatrice du Centre, Mme Edmonde Supplice Beauzile (Fusion), fait état de la circulation d’armes illégales dans au moins deux communes de ce département, Belladère et Lascahobas (non loin de la frontière avec la République dominicaine).
Dans une interview accordée samedi à Radio Kiskeya, Mme Beauzile relate le cas d’un déporté réputé être un bandit notoire à qui un candidat de la plateforme officielle INITE (Unité) a remis à Belladère un fusil de type M-16.
La parlementaire rapporte avoir pratiquement désamorcé un affrontement jeudi dernier en canalisant plutôt vers les média, des gens qui lui avaient fait part de leur intention de désarmer l’individu. Elle souligne que le candidat a dû récupérer l’arme, mais, elle s’interroge sur l’utilisation qui va en être faite. « Va-t-elle être confiée à quelqu’un d’autre alors que, pour faire face à une telle arme de guerre, les policiers ne disposent que de leur petit révolver de calibre 38, sans suffisamment de munitions ? », s’interroge la sénatrice.
Elle signale aussi le cas où, à Lascahobas, un candidat de la même plateforme officielle a lancé sa campagne le 28 septembre dernier au milieu d’une quarantaine de partisans armés, dont certains se félicitaient du fait que leurs armes étaient flambant-neuves. Mme Beauzile déclare disposer des noms des personnes concernées. Elle se demande d’où peuvent bien provenir ces armes. « De la frontière, par les voies maritimes et/ou aériennes » ?
Estimant que la sécurité de la population est menacée, la parlementaire invite le pouvoir à épargner tout risque à celle-ci en procédant, « comme il l’a déjà conçue », à la « sélection » du 28 novembre 2010.
Le candidat à la présidence du Mouvement pour le Progrès d’Haïti (MPH), l’ancien premier ministre Jacques Edouard Alexis, avait, la semaine dernière, attiré l’attention sur le fait que, dans sa stratégie de maintien du pouvoir, le gouvernement avait procédé à la distribution d’armes dans certaines régions du pays. [jmd/Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7116

La circulation dans le système bancaire haïtien de millions de dollars de provenance inconnue, inquiéterait des autorités financières internationales, selon Edouard Paultre du CONHANE

Il réclame le contrôle du financement des partis et candidats et dénonce l’utilisation du programme humanitaire « Cash For Work » à des fins électorales Dimanche 10 octobre 2010, Radio Kiskeya
Huit cent (800) millions de dollars, dont la provenance est inconnue, circulent depuis janvier 2010 dans le système bancaire haïtien, a révélé samedi sur les ondes de Radio Kiskeya M. Edouard Paultre, coordonnateur du Conseil National Haïtien des Acteurs Non Etatiques (CONHANE), un regroupement d’organisations de la société civile.
M. Paultre déclare détenir cette information d’un haut responsable de la communauté internationale qu’il n’a pas identifié et qui aurait exprimé la préoccupation des autorités financières internationales à ce sujet, lors d’une rencontre la semaine dernière avec des représentants d’organismes d’observation électorale.
Le responsable du CONHANE justifie par cette information ses appréhensions face au risque que des secteurs mafieux liés à la criminalité internationale investissent le champ des élections dans un pays aussi vulnérable qu’Haïti. Il estime de ce fait indispensable que le financement de la campagne des partis et candidats soit contrôlé.
« Il faut qu’on sache si le financement de la campagne provient de l’Etat, de Pétro Caribe, du secteur privé ou de l’étranger. Il convient aussi d’en connaitre le montant », ajoute M. Paultre, rappelant en ce sens que la Loi électorale exige qu’une déclaration en bonne et due forme soit faite dès que le montant du financement dépasse cent mille gourdes (100,000.00 Gdes).
Outre le risque de l’introduction de « l’argent sale », M. Paultre dénonce avec véhémence l’utilisation de l’aide humanitaire à des fins électorales, notamment par les candidats officiels. Il fait référence en ce sens au programme « Cash For Work » (argent contre travail) qui aurait été accaparé par ces derniers au profit des organisations qui les supportent.
Le coordonnateur du CONHANE a enfin mis l’accent sur la nette disproportion de moyens entre les candidats officiels et ceux des autres partis, "suffisamment visible à travers les photos affichées dans tout le pays". [jmd/Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7115

Blessé lors d’une manifestation, un enseignant décède à l’hôpital

Très critique vis-à-vis du corps médical de l’HUEH pour le traitement réservé à son membre, Jean Philbert Louis, jusqu’à son décès, l’UNNOH annonce des poursuites judiciaires contre une policière qui aurait commis le meurtre lors d’une manifestation d’enseignants en faveur de la scolarisation universelle brutalement dispersée vendredi, devant le ministère de l’éducation nationale Samedi 9 octobre 2010, Radio Kiskeya
Jean Philbert Louis, un jeune enseignant de 35 ans, est décédé tôt samedi à l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (HUEH) quelques heures après avoir été atteint d’une balle à la tête dans des incidents enregistrés vendredi devant le ministère de l’éducation nationale, lors d’une manifestation en faveur de la scolarisation de tous les enfants.
Selon Jean Willy Bellefleur, secrétaire à l’information de l’Union nationale des normaliens haïtiens (UNNOH), organisation au sein de laquelle militait la victime, une policière appartenant à l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO) aurait ouvert le feu sur les manifestants au moment où cette unité spécialisée de la Police Nationale et la CIMO dispersaient la marche convoquée par la coalition des syndicats d’enseignants.
Le syndicaliste a, par ailleurs, attribué à la négligence des médecins de l’HUEH la mort de Jean Philbert Louis qui était inconscient depuis son admission au service d’urgence de l’établissement.
Avant de succomber à ses blessures, il devait être opéré. Mais, pour des raisons non explicitées, l’intervention chirurgicale n’a pas été réalisée en dépit du fait que des pochettes de sang et des médicaments avaient été remis au personnel médical soignant, a déploré Jean Willy Bellefleur au micro de Radio Kiskeya.
D’un autre côté, l’UNNOH s’apprête à engager des poursuites judiciaires contre la présumée meurtrière, informe le syndicaliste qui précise que le parquet de Port-au-Prince a été déjà saisi du dossier. Une plainte sera également déposée à l’inspection générale de la PNH.
Les matricules de la policière, du chef de peloton et de leur patrouille ont été relevés, a ajouté M. Bellefleur convaincu que des coups de feu ont été tirés alors que d’autres témoignages ont fait état d’une grenade lacrymogène qui aurait été lancée contre la foule.
Professeur de mathématiques et de physique dans des écoles de Port-au-Prince, Jean Philbert Louis était depuis quatre ans un membre actif de l’Union nationale des normaliens haïtiens dirigée par Josué Mérilien.
Une deuxième personne légèrement blessée au cours de la manifestation avait pu regagner son domicile immédiatement après.
Appuyés par quelques lycéens et parents, les enseignants protestaient devant le ministère de l’éducation nationale contre la décision du gouvernement Préval/Bellerive d’effectuer, cette année encore, une rentrée scolaire traditionnelle sans prendre des mesures en vue de permettre à tous les enfants du pays d’avoir accès à l’instruction.
Depuis plusieurs semaines, une coalition de syndicats d’enseignants tente d’introduire dans les priorités gouvernementales post-séisme la prise en compte de la situation de plusieurs centaines de milliers d’enfants haïtiens non scolarisés et condamnés à la marginalisation sociale. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7114

Un milliard d'humains sous-alimentés

Publié le 11 octobre 2010
Agence France-Presse, Washington
La faim dans le monde touche un milliard de personnes et prend des proportions inquiétantes dans près d'une trentaine de pays, en raison de la pauvreté, des conflits et de l'instabilité politique, selon un rapport publié lundi.
Sur 122 pays en développement étudiés, la faim atteint des niveaux «alarmants» dans 25 pays et «extrêmement préoccupants» dans 4 pays d'Afrique sub-saharienne - la République démocratique du Congo (RDC), le Burundi, le Tchad et l'Érythrée - précise ce rapport annuel «l'indice de la faim dans le monde 2010» réalisé par l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires.
La République démocratique du Congo (RDC) est le pays qui a subi la plus forte déterioration de cet indice, souligne le rapport. C'est également le pays qui a le plus fort taux de mortalité infantile au monde.
À l'exception de Haïti et du Yemen, tous les pays dans lesquels cet indice a atteint un niveau «alarmant» se trouvent en Afrique sub-saharienne et en Asie du sud.
Cet indice de la faim dans le monde est calculé à partir de trois indicateurs: la proportion de la population sous-alimentée, l'insuffisance pondérale infantile et le taux de mortalité infantile.
La malnutrition chez les enfants de moins de deux ans constitue l'un des principaux obstacles à la réduction de la faim dans le monde, souligne encore le rapport.
«Les conflits qui perdurent depuis la fin des années 1990 ont provoqué un effondrement de l'économie, des déplacements massifs de population et une situation chronique d'insuffisance alimentaire» en RDC, explique le rapport.
«L'accès à la nourriture et sa disponibilité se sont déteriorés à la suite de la chute de la production agricole et les régions reculées sont devenues encore plus isolées en raison de la grande pauvreté des infrastructures», ajoute le document.
L'indice classe les pays sur une échelle de zéro à 100, zéro représentant le meilleur score et 100 le pire, bien qu'en pratique aucun de ces extrêmes ne soit atteint.
Selon cet indice, la faim atteint un niveau «alarmant» à partir d'un score de 20 et «extrêmement préoccupant» à partir de 30. La RDC se situe au dessus de 40 sur cette échelle.
Les 25 pays où la situation est «alarmante» sont par ordre de gravité croissante, le Népal, la Tanzanie, le Cambodge, le Soudan, le Zimbabwe, le Burkina Faso, le Togo, la Guinée-Bissau, le Rwanda, Djibouti, le Mozambique, l'Inde, le Bangladesh, le Liberia, la Zambie, le Timor oriental, le Niger, l'Angola, le Yemen, la République centrafricaine, Madagascar, les Comores, Haïti, le Sierra Leone et l'Éthiopie.
http://www.cyberpresse.ca/international/201010/11/01-4331401-un-milliard-dhumains-sous-alimentes.php

Les accusations de distributions d'armes se précisent

Les graves accusations de l'ex Premier Ministre Jacques Edouard Alexis, relatives à des distributions d'armes à feu par des proches du gouvernement ont été reformulées par le journaliste Sirus Sibert. Le candidat du MPH et le prestigieux journaliste capois, semblent détenir des preuves de l'organisation de rencontres ayant permis à certaines personnes de distribuer des armes à feu à des groupes proches du pouvoir. Si l'ex Premier Ministre Alexis n'avait pas fourni de détails sur les circonstances de ces distributions, M. Cibert a soutenu qu'au moins deux distributions auraient eu lieu au Cap Haïtien. Citant des officiels des organes de sécurité de l'Etat, M. Sibert révèle qu'une distribution d'armes à eu lieu récemment dans le quartier populeux de Shada.
Des informateurs de la police auraient participé à cette distribution. Les forces de l'ordre seraient impuissantes face à ces distributions qui devraient se poursuivre dans les prochains jours .
Ces deux personnalités entendent alerter l'opinion publique sur les risques d'embrasement du processus électoral.
A l'exception du président de la Commission Nationale de Désarmement Démantèlement et Réinsertion (CNDDR), Alix Fils Aimé, les autorités haïtiennes n'ont pas réagi aux accusations de M. Alexis.
Le juriste Samuel Madistin s'étonne que le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince n'ait pas invité le candidat du MPH à communiquer des informations supplémentaires sur cette affaire. Le président de la CNDDR avait également souhaité que l'ex Premier Ministre fournisse des détails afin qu'une enquête soit diligentée sur ce dossier.
Des leaders politiques et des candidats à la présidence, dont Evans Paul et Wilson Jeudy estiment qu'il s'agit d'une affaire très grave. M. Paul soutient que cette affaire prouve que le CEP n'est pas en mesure d'organiser des élections honnêtes et crédibles le 28 novembre prochain.
Au cours des dernières semaines plusieurs affrontements entre groupes rivaux ont été enregistrés dans les quartiers populeux tels Cité Soleil et Grand Ravine.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18328

Les principaux partenaires d'Haïti obtiennent le feu vert de la CIRH

Lors de la dernière réunion de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d'Haïti (CIRH), , Mme Cheryl Mills, assistante de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, avait annoncé le décaissement de 120 millions de dollars. Le gouvernement américain souhaite que 65 millions de dollars soient dédiés à la construction de logements dans les quartiers détruits par le séisme, 25 millions pour le ramassage des déblais et 10 millions pour la réforme du secteur éducatif. Les Etats-Unis ont également convenu de reconstruire l'hôpital Général et ont récemment signé un accord pour investir dans un park industriel qui permettra de créer environ 18 000 emplois.
Dans le même temps, un projet de l'UNICEF de 10 millions de dollars, qui vise à appuyer le gouvernement haïtien et la société civile dans les efforts déployés pour lutter contre la violence sexuelle à l'égard des femmes et des filles, a été également ratifié par les membres de la CIRH.
Un projet de 25 millions de dollars, appuiera un plan national d'évaluation de l'état des installations de l'école primaire, la remise en état des infrastructures éducatives et le nettoyage des débris et la reconstruction des écoles endommagées ou détruites. Selon l'ONU ce projet permettra également de construire 200 centres semi-permanents d'apprentissage, d'élaborer des normes pour la construction d'écoles primaires permanentes et la construction de 10 écoles primaires pilotes.
D'autre part, l'Union Européenne avait soumis 7 projets estimés à 86 millions de dollars à la commission intérimaire. Le représentant de l'UE, Luther Faber, a indiqué que le projet de reconstruction de 5 ministères et du Bureau de l'Ordonnateur National ainsi que la réhabilitation de la route nationale #8 figurent parmi les principaux projets.
D'autres projets relatifs à la construction de 5 000 logements, sponsoring pour la scolarisation de 250 000 enfants, et une aide à 50 000 filles et femmes victimes de violence ont été également ratifié.
Plus d'un million d'Haïtiens seront des bénéficiaires de ces projets. Les 18 projets ont été sélectionnés sur une liste de 80 soumis au conseil d'administration de la CIRH.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18327

Visite officielle du Premier Ministre en Argentine

Le Premier Ministre haïtien Jean Max Bellerive effectue une visite officielle en Argentine afin de renforcer les relations entre les deux pays. Au cours de la première journée de sa visite M. Bellerive a eu des entretiens avec le chancelier argentin Héctor Timerman, le secrétaire général de l'Unasur, Nestor Kirchner et la présidente argentine Cristina Fernández de Kirchner.
Les autorités argentines ont indiqué que l'assistance à Haïti transite par l'Union des Nations Sud-américaines (Unasur) qui a récemment décaissé un montant de 100 millions de dollars. L'Argentine a apporté une aide de 16 millions de dollars dans le cadre de l'assistance de l'Unasur destinée à la sécurité alimentaire, la prévention des risques et désastres et l'appui budgétaire.
Par ailleurs, le gouvernement argentin a décaissé un million de dollar pour la réalisation d'autres projets bilatéraux. Les autorités argentines soutiennent que leurs principales préoccupations sont le renforcement des institutions et la sécurité alimentaire.
L'Argentine avait offert une assistance humanitaire importante à Haïti après le violent séisme du 12 janvier. Les humanitaires argentins ont apporté une aide dans le secteur sanitaire notamment et dans la distribution d'eau potable aux sinistrés.
LLM / radio Metropole Haiti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18326