POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 4 septembre 2011

Is this Minustah's 'Abu Ghraib moment' in Haiti?

Shock video of UN soldiers apparently raping a Haitian teenager raises questions about why these 'peacekeepers' are there at all Mark Weisbrot
guardian.co.uk, Saturday 3 September 2011 13.00 BST
Video, edited by ABC News, showing the alleged sexual assault of a young man in Haiti by Minustah (UN) peacekeeping soldiers
The video is profoundly disturbing. It shows four men, identified as Uruguayan troops from the UN mission in Haiti (Minustah), seemingly in the act of raping an 18-year-old Haitian youth. Two have the victim pinned down on a mattress, with his hands twisted high up his back so that he cannot move. Perhaps the most unnerving part of the video is the constant chorus of laughter from the alleged perpetrators; to them, apparently, it's just a drunken party.
ABC News reports that a Uruguayan navy lieutenant, Nicolas Casariego, has confirmed the authenticity of the video. A medical certificate filed with the court in Port Salut, a southern coastal town where the incident took place, says that the victim was beaten and had injuries consistent with a sexual assault.
The incident is likely to pour more gasoline on the fire of resentment that Haitians have for the UN troops who have occupied their country for more than seven years. There has been a dire pattern of abuses: in December 2007, more than 100 UN soldiers from Sri Lanka were deported under charges of sexual abuse of under-age girls. In 2005, UN troops went on the rampage in Cité Soleil, one of the poorest areas in Port-au-Prince, killing as many as 23 people, including children, according to witnesses. After the raid, the humanitarian group Doctors Without Borders reported: "On that day, we treated 27 people for gunshot wounds. Of them, around 20 were women under the age of 18."
WikiLeaks cables released in the last week reveal that the Timothy Carney, representing the United States government as the top-ranking diplomat in Haiti in 2006, warned that such raids would "inevitably cause unintended civilian casualties given the crowded conditions and flimsy construction of tightly packed housing in Cité Soleil". But Washington – showing its lack of respect for human life in Haiti – offered no objections to further raids, which continued into 2006.
And make no mistake about it: the UN occupation of Haiti is really a US occupation – it is no more a multilateral force than George W Bush's "coalition of the willing" that invaded Iraq. And it is hardly more legitimate, either: it was sent there in 2004 after a US-led effort toppled Haiti's democratically elected government. Far from providing security for Haitians in the aftermath of the coup, Minustah stood by while thousands of Haitians who had supported the elected government were killed, and officials of the constitutional government jailed. Recent WikiLeaks cables also confirm that the US government sees Minustah as an instrument of its policy there.
This latest incident could shed some light on the nature of its mission, just as the photos from Abu Ghraib made plain for most of the world the brutality of the US occupation of Iraq. Images cannot be so easily dismissed or buried as words. And the images from this video are symbolic of what the "international community" has been doing to Haiti since the country won its independence from France in the world's first successful slave-led revolution.
There is no legitimate reason for a military mission of the United Nations in Haiti. The country has no civil war, and is not the subject of a peace-keeping or post-conflict agreement. And the fact that UN troops are immune from prosecution or legal action in Haiti encourages abuses. The occupying troops don't speak the language either, which severely limits their capacity for any positive security role; can you imagine how effective a police force in Washington, DC would be if it spoke only Japanese?
To make things even worse, it is now virtually certain that Minustah brought the cholera bacteria to Haiti that has killed more than 6,000 Haitians and infected more than 400,000 in the last 10 months. This was an act of gross negligence: there should have been supervision to make sure that fecal waste from UN troops was not dumped into the water supply, given the risks of such a deadly contamination and the known incapacity of Haiti's water, sanitation and public health system.
How long can Minustah be allowed to continue to occupy and abuse Haiti?
http://www.guardian.co.uk/commentisfree/cifamerica/2011/sep/03/minustah-un-haiti-abuse#start-of-comments

Haiti serve up a victory for the people

James Montague Sep 5, 2011
It was inevitable that the heavens would open and rain on Haiti's parade.
Dark clouds had swirled, rumbled and flashed portentously around Port au Prince, its shattered capital, for three days without delivering the promised rain to take the sting out of the brutal summer heat.
But it arrived, two hours before kick off as 10,000 Haitians, maybe more, tried and failed to crush through the one open door into the Sylvio Cator stadium.
A police blockade had been thrown around the stadium, such was the fear that Haiti's fragile civil truce would be blown apart by the Haitian national team's first football match since the devastating 7.0 magnitude earthquake reduced most of the city to rubble, for a 2014 World Cup qualifier against the minnows from the US Virgin Islands.
The stadium itself had become a slum for hundreds of families, just one of the ubiquitous, hellish tented cities built on any scrap of open space, football pitches included.
They had now been moved on, their presence erased with a lick of paint and a brand new artificial pitch laid a few days before, with a rumoured US$2,000 (Dh7,340) payment from the government as compensation. They simply joined the swollen numbers in the torn ribbon of blue tents that surround the stadium on all sides.
Creole rap music is played at ear splitting level. The smell is of fresh paint, burning refuse and excrement from the open sewers nearby.
The crowd push forward in the hope of getting in, the police using shields and clubs to beat them back.
It is chaos, but such is the passion for football in Haiti, that a match against a tiny team such as the US Virgin Islands brings the country to a standstill.
"I am very happy, we will have our victory. This will be a victory for all of Haiti," says Johnny, a 28-year-old engineer and translator from the suburb of Petionville waiting in line behind the crowd, which had by now threatened to get out of control.
Children perched on their fathers' shoulders cry as those at the front are pressed up against the blue metal gate. And then the rain comes, slowly at first, growing into a torrential downpour just in time to dampen the anger as the fans run to take cover.
"Life is very hard here," Johnny says. "With God everything is possible. But this is the reason why football can change something. I hope Haiti scores 10 goals."
Haitian football, like virtually every aspect of Haitian society, was almost terminally injured when the earthquake hit in January 2010.
The Haitian Football Federation's headquarters were levelled, killing more than 30 of its staff.
Yves Jean Bart, its president, somehow survived with a broken arm and joined the effort to pull survivors from the rubble with his other working limb. Only one other survivor was found.
Faced with such devastation, many might consider football in Haiti to be of minor importance. But Jean Bart, knowing that the game has such a place in Haiti's heart, went on to rebuild the federation and hired a Brazilian coach to achieve the dream of emulating Haiti's golden generation who qualified for the 1974 World Cup.
They shocked the world back then, taking the lead against the mighty Italy before succumbing in all three matches.
"I arrived in September [2010] five months after the earthquake. My first impression was to take my flight back to Brazil," said the coach Edson Tavares in the team hotel the day before the match.Tavares's previous job was a coach at Al Wasl in Dubai, but he gave up the calm of the UAE for the challenge of Haiti instead.
"You don't realise how strong the situation was here. The country was completely devastated. Today is a paradise compared. You can see the miserable people, but if you compare with last year ... you could be walking the street and find the [amputated] legs of people, the arms of people."
Tavares took a proactive approach to building the team. He paid for his own flight to get to Europe, hired a car and visited the 60 professional players of Haitian descent who play in France, England, Spain and beyond.
Haiti serve up a victory for the people


James Montague

Sep 5, 2011

"I rented a car to travel to five countries to persuade the players to play for his original country. Only one refused. We contacted 20 players. And they are here. Most of them don't speak Creole. One only speaks Italian. One only German."



The squad for the US Virgin Islands game was full of talented new professional players, many of whom had never been to Haiti before in their lives, players such as Jean Eude Maurice, who is on Paris Saint-Germain's books; Kevin Lefrance, who plays for the Czech champions Viktoria Zizkov and who will be playing Champions League football this season. And the goalkeeper Steward Ceus, a New Yorker born and raised who plays for the Colorado Rapids.
"I was in college when I heard a buzz about Haiti being interested in seeing me," said Ceus.
"When I was drafted in to the MLS [Major League Soccer] we had our first official communication. It took a bit of time to get ready playing internationally. But coming here left me speechless.
"The fans come after training, before training, crowding around the bus. My passion for soccer has always been there and I always wished that the people around me shared that passion.
"For the first time I found the passion I've been looking for."
Tavares hopes that the professionalism of his new team will rub off on the local players, players who the Brazilian believes are some of the best in the world.
"I am telling you. My 40 years experience, I have never seen a country with so many talents as here," he said.
"If you put these guys in Manchester United and Barcelona, they would be a great player. The problem is to be a great player you need good food and a good environment. Here is nothing."
His team of local players and foreign born imports has given the Haiti national team a new lease of life, something noticed by those in the corridors of power.
On the morning of the match the country's president, Michel Martelly, a former singer known as "Sweet Mickey", arrives to meet the players. He shakes each by the hand, presents them with a flag and they sing the national anthem together.
"I believe there's a new movement. There's a new will to show a new face of Haiti. We have natural talents here coming from all around the world," he says on the side of the stage, his nervous-looking security guards resting their hands on their guns.
"Haiti is ready to show that new face. In the past we talk about our problems and issues. But today is a chance to prove that, today, Haiti can be a great nation and can be victorious."
His armed guards escort him back to his car, just as he reveals his own World Cup dream.
"I couldn't express in words what Haiti would be like if ..."
He pauses.
"When, not if, we qualify for the 2014 World Cup in Brazil."
In the end, it was no contest. As a band plays incessantly in front of a capacity crowd Johnny's wish for 10 goals is almost granted.
Haiti tear the US Virgin Islands apart, their newly-minted imports striding around the pitch with impunity.
Six goals are scored, the post is hit three times, sending the crowd delirious.
The next day Haiti's main newspaper, Le Nouvelliste, puts the result on the front page: "Haiti stomps on the Virgin Islands 6-0". Steward is a virtual spectator until the final whistle.
"I did touch the ball once," he says with a wink as he comes off the pitch. "But not with my hands."
There is a long way to go, of course. Tomorrow, Haiti play another minnow, Curacao, a team they drew with only a few years ago.
Tougher tests lie ahead. Perhaps Jamaica or Mexico or the dream ticket: the United States.
But, for now, Les Grenadiers brought something to Haiti that has been in short supply for so long: hope.
The team line up and walk the steps to where the president is standing, beaming with happiness.
He greets each and every player, knowing that in a country faced with almost insurmountable problems, this is a rare good day. It wouldn't have hurt him electorally, either.
The president leaves in his motorcade as the thousands of people who had earlier threatened to riot before the rains came now exploded with joy, running down the street and waiving Haitian flags as they mob his car. Several of his aides stand on the sidelines making the most of the situation, handing out campaign stickers that are gleefully peeled and stuck to foreheads, arms, posts and walls.
They read: "Prezidan Martelly: Viktwa pou pep la."
President Martelly: Victory for the people.
sports@thenational.ae
http://www.thenational.ae/sport/football/haiti-serve-up-a-victory-for-the-people?pageCount=2

Haiti shuts out the USVI, 6-0, in Cup prelim

BY AARON GRAY (DAILY NEWS STAFF) Published: September 3, 2011
The second round of the Confederation of North, Central American and Caribbean Association Football qualifying kicked off Friday, and the U.S. Virgin Islands men's soccer team got off to a rocky start.
Jean Alexandre scored twice to lead Haiti to a 6-0 victory over the USVI in Port-au-Prince. James Marcelin, Jean-Eudes Maurice and Kennel Pierre-Louis also found the net for a Haitian team considered to be the top contender in the four-team qualifying group.
"We always knew Haiti would be our toughest challenge, and traditionally, they have strong players playing professionally from all over the world," USVI Soccer Association President Hillaren Frederick said. "We played them in 2001 and lost 11-0. I truly believe we have improved a lot since then. We need to move forward."
For the USVI, it is the first time the team has ever advanced this far in CONCACAF qualifying. The squad is scheduled to play three home-and-away series against Haiti, Antigua and Curaçao. Only one team will advance to the next round and continue its charge toward the 2014 World Cup in Brazil.
The USVI's next match will be against Antigua on Tuesday at 3:30 p.m. at Paul E. Joseph Stadium in Frederiksted.
In a text message, USVI technical director Keith Griffith described the Haitians as "too professional and too organized."
It was the first international soccer match played at Stade Sylvio Cator in Port-au-Prince since a deadly earthquake struck the country on Jan. 12, 2010. The Haitian faithful showed up for the event as Griffith estimated more than 15,000 fans were in attendance.
"There was no disgrace in the defeat," Griffin wrote. "However, there were some serious injuries."
Jaymi Brown came off the pitch in the first half with an ankle injury, and Reid Klopp, who scored two goals for the USVI in its two wins over the British Virgin Islands in July, went down with a groin injury with 10 minutes left to play.
Frederick said two college players on the team couldn't get the time off from school as the USVI only had 15 active players make the trip to Haiti.
Tickets for Tuesday's match
The U.S. Virgin Islands men's soccer team will host Antigua in the next CONCACAF qualifying match on Tuesday at Paul E. Joseph Stadium at 3:30 p.m. Advance tickets can be purchased for $15 at Urban Threadz. Tickets will not be sold at the gate. For more information, call Chantel Bird at 719-9707 or email usvisoccer@vipowernet.net.
- Contact sports writer Aaron Gray at 774-8772 ext. 352 or email agray@dailynews.vi.
Read more: http://virginislandsdailynews.com/sports/haiti-shuts-out-the-usvi-6-0-in-cup-prelim-1.1197577#ixzz1X1NMync5

Riccardo Venturi : « Les Haïtiens perdent espoir »

MONDE CÉLINE GIRARD
2 SEPTEMBRE 2011 À 14 H 44 MIN

HAITI. Démolition d’un bâtiment après son effondrement. Port-au-Prince, 16 janvier 2010. Photo Riccardo Venturi / Contrasto / Réa
 A l’occasion du Festival Visa pour l’image de Perpignan, Le Soir échos vous propose de découvrir une photo par jour, avec l’éclairage de son auteur. Zoom sur le drame haïtien, photographié par Riccardo Venturi.
Vous étiez à Haïti en janvier 2010, juste après le violent séisme, qui a détruit près de 80% de la ville de Port-au-Prince. Quelle a été votre approche pour photographier la situation ?
Je suis arrivé à Haïti trois jours après le séisme. J’étais sous le choc. Je suis habitué à ce genre de reportage, mais je n’avais jamais été face à un tel désastre. Je suis resté deux semaines pour documenter la situation. Ma façon de travailler est toujours la même : après avoir capturé l’actualité, je vais en profondeur, je suis le déroulement de la situation et je reviens sur place pour témoigner des conséquences de l’évènement.

De nombreux photographes et journalistes sont arrivés à Haïti, juste après la catastrophe. Comment les Haïtiens ont-ils réagi à une telle médiatisation ?
En janvier, Haïti était au centre de l’attention des médias. L’île s’est habituée à cette forte présence médiatique. Les gens étaient bienveillants à notre égard. Mais alors que des centaines de photographes étaient là en janvier, très peu ont continué à suivre la situation du pays après. Lorsque je suis revenu, seuls quelques-uns étaient sur place et c’était bien plus facile de travailler. C’est toujours ainsi : les photographes passent toujours d’une grosse actualité à une autre. Pour ma part, j’aime suivre et approfondir les histoires.

En juin puis en novembre 2010, vous êtes donc revenu à Haïti. Comment avez-vous perçu l’évolution de la situation ?
La première fois que je suis revenu, j’ai voulu montré les conditions de vie des Haïtiens, six mois après le séisme. Plus d’un million de personnes étaient sans abri. J’ai voulu être là pendant la saison des pluies, qui représentait un vrai problème pour les habitants. En novembre, je voulais revenir pour les élections, puis je suis arrivé au moment de l’épidémie de choléra que j’ai documentée.

Né en 1966 à Rome, Riccardo Venturi a débuté sa carrière de photojournaliste dans les années 1980, s’intéressant principalement à des thématiques sociales, en Italie et en Europe. Au milieu des années 90, il commence à réaliser des reportages dans les pays en guerre, comme l’Afghanistan pour lequel il remporte le prestigieux World Press Photo Award en 1997, ou le Kosovo qui lui vaut la mention honorable Leica. Ces dernières années, il a couvert des évènements internationaux parmi les plus importants, comme le tsunami au Sri Lanka ou le séisme en Iran en 2004, tout en poursuivant des travaux d’investigations plus personnels. Son travail photographique, sur le tremblement de terre qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010 et ses conséquences, est actuellement exposé au Festival Visa pour l’Image, rendez-vous international du photojournalisme, à Perpignan, en France.

Votre dernière visite à Haïti remonte à juillet dernier. Un an et demi après le séisme, où en est la reconstruction ?
Il n’y a pas eu de véritable grand changement. Le ville est plus calme, les tensions sont retombées et la ville est plus sous le contrôle de la police. A Port-au-Prince, la construction de quelques centaines de nouveaux abris était presqVous travaillez depuis de nombreuses années en tant que photographe, notamment dans des pays en guerre, comme l’Afghanistan. Qu’est-ce qui vous motive à continuer après chaque reportage ? ue finie, mais ce n’est pas suffisant pour la population. Les Haïtiens perdent espoir. Le nouveau président est bien accepté, mais il ne semble pas assez fort pour concrétiser le changement.
Ma motivation s’explique par le fait que je crois profondément que j’ai un rôle à jouer. Mon rôle et mes capacités en tant que photographe et qu’être humain sont de m’approcher au plus près des gens et des émotions que je peux partager avec eux. Je fais de mon mieux pour transmettre ces émotions à travers mes photographies. Je fais cela depuis plus de vingt ans. Ce n’est pas seulement exercer un métier, c’est être humain.◆
Céline Girard
http://www.lesoir-echos.com/2011/09/02/riccardo-venturi%E2%80%89%E2%80%89%C2%AB%E2%80%89les-haitiens-perdent-espoir%E2%80%89%C2%BB/

Une exposition pour reconstruire une école en Haïti

Agence QMI Emmanuel Delacour
03/09/2011 17h06
MONTRÉAL – Une exposition de peintures et d’artisanat se tient jusqu’à lundi, à Montréal, afin de lever des fonds pour la reconstruction d’une école dévastée par le séisme en Haïti, en janvier 2010.

D’anciennes élèves de l’école détruite, l'Institution du Sacré-Cœur de Turgeau, ont organisé cette exposition-vente afin d’amasser 100 000 $ pour la reconstruction de l'établissement, qui devrait débuter en 2012.
Régine Laurant, la marraine de l’événement, a aidé au lancement de la campagne de financement en juillet 2010. Grâce à d’autres événements similaires, celle-ci a réussi à accumuler un montant de 25 000 $ jusqu’à ce jour.
Intitulée « Cœur à cœur », l'exposition se déroule depuis samedi et jusqu’à lundi, de 15 h à 20 h, au Café de Lima, 6409 rue Saint-Hubert à Montréal.
La congrégation des Filles de la Sagesse a créé l’école du Sacré-Cœur à Port-au-Prince en 1904. Avant le séisme du 12 janvier 2010, l’établissement accueillait plus de 1500 d’élèves.
À sa réouverture en avril dernier, environ 30 % d’entre elles n’avaient pas réintégré les classes, soit parce qu’elles avaient quitté la ville ou le pays, soit parce que leurs parents n’étaient plus en mesure de payer les frais de scolarité.
http://fr.canoe.ca/infos/regional/montreal/archives/2011/09/20110903-170600.html

Une comédie musicale et une braderie municipale, pour aider Haïti

Dimanche 04.09.2011, 05:19 - La Voix du Nord Stéphanie Pouillie est la présidente de l'association Haïti 2010 qui, avec la ville, accueille la comédie musicale «Mamma Mia».
LA MADELEINE
Deux temps forts sont prévus au profit de Haïti, via l'association Haïti 2010, présidée par Stéphanie Pouillie. Deux manifestations destinées à augmenter les quelque 8 400 E déjà collectés pour apporter une aide à l'île, éprouvée par le séisme de janvier 2010.
En participant à la reconstruction et l'équipement d'une classe de l'école Charles-Moravia, dans la ville de Jacmel.
> Un spectacle, samedi 10 septembre, à 19 h 30, salle Flandre, rue des Gantois. « Contactés par la troupe Terre tous ensemble, qui oeuvre au profit d'associations caritatives, nous accueillons, en partenariat avec la ville, les comédiens, chanteurs et techniciens bénévoles dans leur comédie musicale adaptée du film Mamma Mia. Au fil de 22 tubes du groupe ABBA, ils vont mettre en scène une histoire ... sur un rythme assuré ", explique Lucette Marécaux, secrétaire de Haïti 2010. Elle ajoute : « Les entrées vont grossir la cagnotte pour Haïti. Une urne permettra les dons. Il y aura aussi une petite restauration sur place. »

 Une braderie municipale, dimanche 11 septembre, de 8 h à 16 h, dans la cour de l'école Rostand. « Après inventaire dans les caves et greniers des bâtiments municipaux, nous vendons des meubles et objets qu'il n'est pas nécessaire de garder au titre du patrimoine de la ville. Il y a des bureaux d'écolier, des encriers, des bouliers, des chaises, fauteuils et armoires... et quelques pièces plus particulières, comme un pèse-personne et sa toise, utilisé autrefois lors des visites médicales scolaires ou encore un guide-chant, des cartes, des gravures, des statues... Le produit des ventes est destiné à augmenter le pécule au profit de Haïti », annonce Christian Janssens, adjoint au maire. • C. L. (CLP)
Prix d'entrée au spectacle : 3 E, gratuit pour les enfants jusqu'à 12 ans. Réservations possibles par téléphone au 06 82 07 28 31 .
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Marcq_en_Baroeul/actualite/Secteur_Marcq_en_Baroeul/2011/09/04/article_une-comedie-musicale-et-une-braderie-mun.shtml

Haïti : l’ONU salue les mesures prises en matière de droits de l’homme et de justice

En marge de la dernière mission à Port-au-Prince de l’expert indépendant de l’ONU sur la situation des droits de l’homme en Haïti, Michel Forst, la MINUSTAH s’est félicitée de l’avancement du processus visant à combler les postes vacants à la Cour de cassation et à instituer le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) Publié le dimanche 4 septembre 2011
2 septembre 2011 – La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a salué vendredi la sélection par le Sénat de la République de 18 candidats pour les six postes de juges à la Cour de cassation, et l’Expert indépendant de l’ONU sur la situation des droits de l’homme en Haïti, Michel Forst, a affirmé « être impressionné » par les annonces faites par les nouvelles autorités d’Haïti dans le domaine de l’Etat de droit.
« Cette sélection permettra au Président Michel Joseph Martelly de nommer les six juges à la Cour de Cassation ainsi que le Président de cette Cour. Cette nomination permettra de mettre sur pied le 3 octobre 2011 le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, comme l’a déclaré le Président Martelly », a déclaré vendredi la MINUSTAH dans un communiqué.
« La décision du Sénat de la République est un premier pas important vers l’accord de bonne gouvernance qui doit présider les relations entre le Président de la République et le Parlement dans l’intérêt supérieur du peuple haïtien », poursuit la Mission.
La MINUSTAH a rappelé « l’importance de l’établissement d’un pouvoir judiciaire indépendant pour le renforcement de l’État de droit en Haïti et la consolidation des acquis démocratiques ».
« Ce Conseil représentera la clé de voute d’un pouvoir judiciaire indépendant », a conclu la MINUSTAH.
« Je vois dans cette annonce les prémisses de la réalisation tant attendue de la nécessaire séparation du pouvoir exécutif et du pouvoir judiciaire qui devrait, à terme, permettre de redonner aux Haïtiens confiance dans l’effectivité de leur justice tellement décriée », a dit Michel Forst, concernant la prochaine nomination de juges par le Président, aux 6 sièges vacants de la Cour de Cassation.
L’Expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Haïti, Michel Forst a également « exprimé son souhait que le futur gouvernement envoie rapidement des signaux clairs concernant l’évaluation de la police nationale haïtienne, et en particulier que le Conseil Supérieur de la Police Nationale écarte les policiers, parfois de rang élevé, qui n’auraient pas passé le processus de certification ».
L’expert a exprimé son inquiétude, quant à la possible réintégration d’ex-policiers au passé « sujet à caution dans la PNH », et il a indiqué souhaité constater « rapidement et complètement dissipées par les nouvelles autorités ».
M. Forst s’est dit perturbé par la situation dans les prisons haïtiennes, et déplore qu’en pleine épidémie du choléra, les latrines de plusieurs prisons ne soient plus vidées, et que l’approvisionnement en nourriture ne soit quasiment plus assuré.
« Il y a là quelque chose de profondément choquant, sans compter le risque d’explosion de violence que cette inaction de l’état porte en germe dès lors que les prévenus et les détenus ne seraient plus nourris », a-t-il déclaré.
Sur les deux dossiers emblématiques de la lutte contre l’impunité, celui de Jean-Claude Duvalier et celui du massacre de la prison des Cayes, l’expert indépendant a indiqué qu’il a « reçu avec une grande satisfaction une assurance au plus haut niveau que la justice suivrait son cours et que la séparation des pouvoirs interdirait toute interférence de l’exécutif dans le traitement judiciaire des procédures engagées ».
La neuvième mission de M. Forst dans le pays s’achèvera le samedi 3 septembre. L’expert indépendant souhaite attirer l’attention de tous, sur le fait qu’Haïti présentera son rapport au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève le jeudi 13 octobre 2011, dans le cadre de la procédure de l’Examen périodique universel.
N.B Dépêche du Centre d’actualités de l’ONU
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article8034

Enquête sur le viol d'un Haïtien par des Casques bleus

Agence France-Presse 02/09/2011 21h03
PORT-AU-PRINCE - Un juge haïtien a ouvert une enquête sur le viol présumé d'un jeune homme de 18 ans par quatre soldats uruguayens de la mission de stabilisation de l'ONU déployée dans le pays, a indiqué vendredi le magistrat.

«Nous avons recueilli les témoignages de la victime (...) et de sa mère, nous avons aussi visionné les images de la scène qui s'est déroulée dans une base des soldats uruguayens», a déclaré le juge Paul Tarte joint par téléphone.
Selon des images prises à l'aide d'un téléphone portable et diffusées sur internet, quatre soldats du bataillon de l'Uruguay, membre de la mission de l'ONU (Minustah) auraient participé au viol du jeune homme.
Selon le juge, un certificat médical émis par un médecin haïtien a révélé des blessures au niveau anal.
«Après avoir constaté les faits, nous avons transmis un dossier au commissaire du gouvernement (procureur)», a ajouté M. Tarte, qui a souligné ne pas avoir pu interroger les Casques bleus mis en cause.
«J'ai reçu le commandant du bataillon des soldats de l'Uruguay, Fernando Perez. Il m'a assuré que les soldats ont été placés à l'isolement et avaient été transférés à Port-au-Prince», a ajouté le magistrat.
Il a par ailleurs indiqué qu'il enquêtait également sur des cas de relations sexuelles entre des soldats et des adolescentes haïtiennes qui seraient tombées enceintes.
http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/2011/09/20110902-210307.html

Viol allégué d'un jeune Haïtien: l'ONU enquête

THE ASSOCIATED PRESS

Publié: 02 septembre 2011 21:53
PORT-AU-PRINCE, Haïti - Les Nations unies enquêtent sur des allégations selon lesquelles cinq casques bleus uruguayens déployés en Haïti auraient abusé sexuellement d'un jeune homme de 18 ans, une agression qui aurait été filmée par la caméra d'un téléphone cellulaire, a déclaré une porte-parole vendredi.

Eliane Nabaa, porte-parole de l'ONU, a indiqué que les cinq soldats mis en cause avaient été confinés à leur caserne en attendant les conclusions de l'enquête.
La mission des Nations unies en Haïti a été informée de ces allégations la semaine dernière.
Si les allégations sont prouvées, les responsables devront être traduits en justice, a écrit Mme Nabaa dans un courriel. Elle a salué l'engagement du ministre uruguayen de la Défense en ce sens.
Dans le cadre de l'enquête, les responsables tentent de déterminer l'authenticité de la vidéo, a indiqué la porte-parole.
Une vidéo de 50 secondes mise en ligne sur le site de la chaîne américaine ABC affirme montrer l'incident allégué.
La vidéo montre plusieurs hommes en train de rire pendant qu'ils retiennent un jeune homme sur un matelas. L'un des hommes est torse nu. Mais la caméra bouge sans cesse et on ne comprend pas bien ce qui se passe. On ne sait pas non plus comment ABC a obtenu ces images.
«Nous ne connaissons pas l'origine ni l'authenticité de la vidéo, a dit Mme Nabaa. Nous enquêtons.»
Les Nations unies ont aussi demandé aux autorités uruguayennes de mener leur propre enquête sur cette affaire.
http://www.journalmetro.com/monde/article/959358--viol-allegue-d-un-jeune-haitien-l-onu-enquete

Haïti-MINUSTAH : Les soldats uruguayens accusés de viol bientôt rapatriés

P-au-P, 2 sept. 2011 [AlterPresse] --- Les militaires uruguayens de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haïti (MINUSTAH) accusés de viol sur un jeune haïtien de 18 ans seront rapatriés la semaine prochaine, selon un site d’information uruguayen consulté par AlterPresse. Cette décision est prise par le ministère de la défense de l’Uruguay, indique le site.
Quatre soldats uruguayens attachés MINUSTAH ont été dénoncés pour avoir agressé sexuellement un jeune haïtien de 18 ans à Port Salut (Sud du pays).
Lors d’un entretien accordé jeudi à AlterPresse, la responsable de la communication et de l’information de la MINUSTAH, Eliane Nabaa parle du rapatriement comme une mesure possible dans le cas où les faits de viol seraient avérés.
« Dans le cas où ces allégations sont fondées, il peut s’agir de rapatriement immédiat, de rupture de contrat afin que les personnes soient jugées par la justice de leur pays, qu’elle soit militaire ou civile », fait t-elle savoir.
Le ministère de la défense en Uruguay avait mercredi demandé une enquête. De son côté la MINUSTAH a indiqué qu’elle conduit elle-même une investigation. Une vidéo montrant le viol « a été versée au dossier », selon Eliane Nabaa.
Nabaa affirme que « l’enquête menée par la Police militaire des Nations Unies devrait être soumise aux autorités du contingent auquel appartiennent les casques bleus ».
Parallèlement des informations circulant dans la presse locale signalent que l’affaire a été menée devant le Parquet des Cayes (Sud). Le viol a été commis il y a un mois et la victime a eu honte d’en parler, selon une radio de la capitale.
Par ailleurs, Montevideo a demandé à l’ONU le retrait progressif de ses troupes présentes en Haïti, selon le site uruguayen.
900 casques bleus uruguayens font partie de la mission onusienne et parmi eux 548 sont déployés dans le grand Sud regroupant les départements du Sud, de la Grand Anse et des Nippes, d’après des données disponibles sur le site de la MINUSTAH. [jep kft gp apr 2/09/2011 13:45]http://www.alterpresse.org/spip.php?article11483

Haïti-Politique : Quête d’une majorité fonctionnelle au parlement


Pourparlers de la présidence pour favoriser la ratification d’un premier ministre

jeudi 1er septembre 2011


P-au-P, 1er sept 2011 [AlterPresse] --- Des pourparlers sont en cours entre la présidence haïtienne (assumée par Michel Joseph Martelly depuis son investiture le 14 mai 2011) et les parlementaires en Haïti, en vue de dégager une majorité fonctionnelle à la chambre des députés et au sénat, susceptible de favoriser la ratification du prochain premier ministre désigné, selon des informations dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.
« Il y a beaucoup de négociations pour que la prochaine personne désignée puisse être ratifiée par le parlement », déclare à AlterPresse Ronald Larêche, vice-président de la chambre des députés, au cours d’une conversation téléphonique.
Le député faisait le point sur l’éventuelle désignation, comme futur chef de gouvernement, du médecin Gary Conille, conseiller de l’ex président américain William Jefferson (Bill) Clinton et fonctionnaire à l’organisation des Nations-Unies (Onu) du pays.
Le bureau de la chambre des députés, qui n’a encore reçu aucune lettre de la part de la présidence, préfère reléguer au rang de « bruit » (de rumeurs) les informations qui laisseraient croire que le Dr. Gary Conille serait le prochain choix de Martelly, précise Larêche.
« Il faut avancer » maintenant, estime, de son côté, le sénateur Joseph Lambert, chef de file de la plateforme “Inite” (parti de l’ancien président René Garcia Préval), qui a constitué, en mars 2011, avec plusieurs autres parlementaires, le groupe des parlementaires pour le renouveau (Gpr, coalition politique aujourd’hui majoritaire dans les 2 branches du parlement).
Le 2 août 2011, le Gpr (branche sénat) a voté contre le choix de Bernard Honorat Gousse comme possible futur premier ministre en Haïti.
Le Gpr ne veut pas passer pour « une structure de blocage », déclare Lambert, en marge d’une rencontre avec le président Martelly.
« L’important est de se mettre ensemble (…) c’est de voir le pays (…) », soutient-il.
La certitude, la présidence n’a pas encore nommé, officiellement, une nouvelle personnalité pour devenir son premier chef de gouvernement depuis sa prise de fonction, il y aura bientôt 4 mois.
Les noms de Gary Conille, actuellement coordonateur humanitaire des Nations Unies au Niger (Afrique Occidentale) et de Wilson Laleau, vice recteurs aux affaires académiques de l’université d’État d’Haïti (Ueh) sont cités dans les milieux politiques de la capitale haïtienne comme probable futur premier ministre désigné.
La lettre de désignation comme prochain premier ministre du pays, de Gary Conille, un familier de la communauté internationale, notamment avec l’ancien président américain Bill Clinton – dont il a dirigé le bureau quand Clinton a été nommé envoyé spécial des Nations Unies sur Haïti - serait déjà rédigée, rapportent des médias de la capitale. [rh rc apr 1er/09/2011 17:15]

ALLEGATION DE VIOL D'UN JEUNE HAITIEN PAR DES SOLDATS URUGUEYEN


Viol allégué d'un jeune Haïtien: l'ONU enquête
THE ASSOCIATED PRESS Les Nations unies enquêtent sur des allégations selon lesquelles cinq casques bleus uruguayens déployés en Haïti auraient abusé sexuellement d'un jeune homme de 18 ans, une agression qui aurait été filmée par la caméra d'un téléphone cellulaire, a déclaré une porte-parole vendredi. 
Eliane Nabaa, porte-parole de l'ONU, a indiqué que les cinq soldats mis en cause avaient été confinés à leur caserne en attendant les conclusions de l'enquête. La mission des Nations unies en Haïti a été informée de ces allégations la semaine dernière. Si les allégations sont prouvées, les responsables devront être traduits en justice, a écrit Mme Nabaa dans un courriel. 
Elle a salué l'engagement du ministre uruguayen de la Défense en ce sens. Dans le cadre de l'enquête, les responsables tentent de déterminer l'authenticité de la vidéo, a indiqué la porte-parole. Une vidéo de 50 secondes mise en ligne sur le site de la chaîne américaine ABC affirme montrer l'incident allégué. 
La vidéo montre plusieurs hommes en train de rire pendant qu'ils retiennent un jeune homme sur un matelas. L'un des hommes est torse nu. Mais la caméra bouge sans cesse et on ne comprend pas bien ce qui se passe. 
On ne sait pas non plus comment ABC a obtenu ces images. "Nous ne connaissons pas l'origine ni l'authenticité de la vidéo, a dit Mme Nabaa. Nous enquêtons." Les Nations unies ont aussi demandé aux autorités uruguayennes de mener leur propre enquête sur cette affaire.
 
Samedi 3 Septembre 2011, 17H42
Enquête sur le viol d'un Haïtien par des Casques bleus uruguayens

PORT-AU-PRINCE - Un juge haïtien a ouvert une enquête sur le viol présumé d'un jeune homme de 18 ans par quatre soldats uruguayens de la mission de stabilisation de l'ONU déployée dans le pays, a indiqué vendredi à l'AFP le magistrat.

Nous avons recueilli les témoignages de la victime (...) et de sa mère, nous avons aussi visionné les images de la scène qui s'est déroulée dans une base des soldats uruguayens, a déclaré le juge Paul Tarte joint par téléphone.

Selon des images prises à l'aide d'un téléphone portable et diffusées sur internet, quatre soldats du bataillon de l'Uruguay, membre de la mission de l'ONU (Minustah) auraient participé au viol du jeune homme.


Selon le juge, un certificat médical émis par un médecin haïtien a révélé des blessures au niveau anal.

 Après avoir constaté les faits, nous avons transmis un dossier au commissaire du gouvernement (procureur, ndlr), a ajouté M. Tarte, qui a souligné ne pas avoir pu interroger les Casques bleus mis en cause.

 J'ai reçu le commandant du bataillon des soldats de l'Uruguay, Fernando Perez. 
Il m'a assuré que les soldats ont été placés à l'isolement et avaient été transférés à Port-au-Prince, a ajouté le magistrat.

Il a par ailleurs indiqué qu'il enquêtait également sur des cas de relations sexuelles entre des soldats et des adolescentes haïtiennes qui seraient tombées enceintes.

Si les faits sont avérés, les auteurs devront être traduits en justice, a réagi un porte-parole de l'ONU, Kieran Dwyer. Les auteurs présumés ont été placés en isolement et une aide a été apportée à la victime, a indiqué à l'AFP M. Dwyer.


Les Nations unis prônent la tolérance zéro en matière d'abus sexuels. Nous prenons ces accusations très au sérieux, a-t-il ajouté.

Créée en 2004, la Minustah était prévue sur le long terme. Son mandat a été renouvelé périodiquement par le Conseil de sécurité de l'ONU, dernièrement en octobre 2010 pour un an.

La présence de la mission, qui compte environ 12.000 hommes en uniforme, avait déjà été mise en cause fin 2010, après une épidémie de choléra que des soldats népalais étaient suspectés d'avoir importé, donnant lieu à des émeutes contre le contingent onusien.