POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 23 juin 2009

Une maison s’effondre en partie sur une route

Sous une forte pluie, des blocs de béton ayant cédé ont dévalé la pente d’un bidonville pour s’abattre violemment sur un véhicule de transport en commun ; aucune victime, selon la police
lundi 22 juin 2009,
Radio Kiskeya
Une partie d’une construction anarchique s’est effondrée sur un véhicule de transport public à Pèlerin, un quartier de Pétion-Ville (banlieue est de Port-au-Prince), au cours de fortes averses enregistrées lundi soir dans la capitale haïtienne.
Selon la police, cet accident spectaculaire n’a pas fait de victime.
Un pan de mur de la maison située dans un bidonville érigé en flanc de montagne s’est totalement détaché avant d’emboutir une camionnette qui se trouvait en contrebas entre Pèlerin 3 et 5, sur la route de Kenscoff. Des arbres ont été également renversés.
Jusqu’à une heure très avancée de la soirée, l’effondrement a été à l’origine d’énormes embouteillages sur le seul axe routier reliant les communes de Pétion-Ville et Kenscoff.
Aucune intervention des services compétents n’a été constatée. Seuls des agents de la Police Nationale tentaient de dégager la route et de rétablir la circulation.
De fortes pluies se sont abattues une fois de plus lundi soir sur Port-au-Prince et ses environs, provoquant des débuts d’inondations dans certains quartiers qui étaient presqu’impratiquables.
Depuis le début de la saison cyclonique le 1er juin, de fréquentes périodes pluvieuses touchent Haïti où quatre ouragans et tempêtes tropicales avaient fait, en 2008, des centaines de morts et des dégâts colossaux en raison de la dégradation accélérée de l’environnement. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article5981
Les étudiants protestataires observent une pause dans leur mouvement Les étudiants de l'Université d'Etat d'Haïti (UEH) ont observé hier lundi une pause dans la série de manifestation visant à réclamer la publication de la loi sur le salaire minimum.
Les organisateurs du mouvement expliquent qu'il s'agit d'un arrêt visant à revoir la stratégie adoptée depuis 2 mois.
Au cours d'un point de presse hier les étudiants se sont évertués à mettre en évidence la virulence des gaz utilisés par les forces de l'ordre.
Les étudiants de la faculté de médecine font remarquer que l'inhalation de ces gaz peut provoquer le cancer et des mutations en plus de l'aspect lacrymogène.
En dépit de risques sanitaires encourus, les étudiants des facultés de médecine, Ethnologie, Ecole Normale et Sciences Humaines, n'entendent pas lâcher prise dans leur mouvement visant à réclamer la fixation du salaire minimum à 200 gourdes par jour.
Un des chefs de file du mouvement a fait valoir que leur stratégie permet d'alterner les manifestations de rues avec celles des facultés.
Dans le cadre d'une nouvelle méthode, les étudiants se proposent d'attirer l'attention du plus grand nombre en ayant recours à diverses activités dont des marches pacifiques et des concerts de casseroles.
Outre le salaire minimum à 200 gourdes, les étudiants de l'UEH réclament également des réformes au sein de l'université et le départ de la Minustah.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15399

Le Japon accorde un don de 6 millions de dollars à Haïti

Un accord d'échange de note a été signé hier entre le chargé d'affaires du Japon en Haïti, Schoji Otaké, et le ministre des affaires étrangères, Alrich Nicolas relatif à un don de 6 millions de dollars. Ce montant s'inscrit dans le cadre de l'assistance indirecte devant contribuer à la promotion des efforts destiné à l'ajustement structurel économique du gouvernement haïtien.
Le diplomate japonais a indiqué que les autorités haïtiennes pourront identifier le domaine prioritaire pour utiliser ce don. Toutefois il a fait remarquer que le montant servira à l'acquisition de produits essentiels qui seront vendus à un tarif réduit. Les fonds générés par la commercialisation des produits serviront de contrepartie dans le financement de projet de développement.
Le don représente une tranche de l'enveloppe de 50 millions de dollars d'aide promise par le gouvernement du Japon lors de la dernière conférence des bailleurs de fonds.
De son coté, le chancelier haïtien, Alrich Nicolas, a soutenu que les fonds seront utilisés dans 5 grands axes prioritaires. Il précise que les fonds générés par la commercialisation des produits permettront de réaliser des projets susceptibles d'améliorer les conditions de vie de la population notamment les plus vulnérables. Tout en se réjouissant de l'importance la coopération nipponne, M. Nicolas rappelle que cette coopération peut être considérée comme une heureuse tradition.
Une mission de coopération économique du ministère japonais des affaires étrangères est attendue à Port-au-Prince ce mardi. Les hauts fonctionnaires du gouvernement nippon auront des entretiens avec les officiels haïtiens en vue d'analyser les perspectives de coopération.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15398