POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 6 août 2010

Alexis attend encore d'être officiellement désigné

Haïti: Une nouvelle réunion de la coordination de la plateforme Inite doit se tenir ce vendredi a appris le Nouvelliste. Celle de ce jeudi n'ayant pas pu statuer sur l'officialisation du choix de Jacques Edouard Alexis comme candidat de Inite pour les présidentielles de novembre prochain. Ce nouveau contretemps arrive à moins de deux jours de la clôture du délai de dépôt des candidatures. 48 heures après l'annonce par le chef de l'État lors d'une réunion au Palais national qu'il avait fait choix de l'ancien Premier ministre Jacques Edouard Alexis comme candidat de la plateforme Inite (Unité) pour la présidentielle du 28 novembre, aucune note de l'organisation politique n'est venue officialiser ce choix, selon une dépêche de l'Agence Haïtienne de Presse.
Entre-temps, malgré les raisons avancées par le chef de l'État pour expliquer son choix, dont la grande fidélité de l'ancien Premier ministre, plusieurs figures connues de Inite comme les sénateurs Jean Hector Anacacis et Joseph Lambert, sont montées au créneau pour s'en désolidariser. Cela a comme effet de fragiliser la candidature de M. Alexis.
Il est même bruit que plusieurs cadres de Inite pourraient faire acte de candidature parallèle à Alexis.
Dans la foulée, une rencontre du directoire de la plateforme est convoquée pour ce jeudi au Palais national. Et l'ancien Premier ministre n'aurait pas été invité, selon des sources proches de la présidence.
Et comme pour donner un sens aux rumeurs, des informations laissent croire que la Cour supérieure des Comptes aurait été pressée de fournir dans le meilleur délai un rapport sur la gestion d'un haut cadre de Inite dont le nom avait déjà été cité comme potentiel candidat de la plateforme.
Selon des sources proches du pouvoir, il s'agirait du patron du Centre national des Équipements, Jude Célestin, un proche du chef de l'État.
Et à l'AHP de poser la question : Inite, peut-elle revenir en arrière sans s'affaiblir davantage ?
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=82120&PubDate=2010-08-05

Wyclef Jean explique son plan de match pour Haïti

Jonathan Katz.- Associated Press
Wyclef Jean, l'ancien musicien des Fugees, explique comment il entend redresser l'économie haïtienne s'il est élu à la présidence de son pays d'origine le 28 novembre prochain. «L'éducation, la création d'emplois et l'investissement pour Haïti», résume-t-il dans un entretien accordé à l'Associated Press.
L'artiste, qui est né en Haïti mais a grandi à New York, a tenu jeudi soir son premier grand meeting électoral à Port-au-Prince, près de sept mois après le tremblement de terre qui a fait 300 000 morts et 1,6 million de sans-abri.
«On peut leur donner un moyen de se sortir du pétrin dans lequel ils se trouvent», a dit Wyclef Jean de ses compatriotes. Il recevait l'AP après le meeting, dans sa chambre d'hôtel, entouré de conseillers, de son épouse et de leur fille de cinq ans. «Et ça passera par l'éducation, la création d'emplois et l'investissement pour Haïti».
Le musicien assure qu'il est d'accord avec le projet économique défendu par l'émissaire spécial de l'ONU en Haïti Bill Clinton. Sur place cette semaine, l'ex-président américain a prôné le développement de l'industrie textile, du tourisme mais aussi de l'agriculture afin que le pays ne dépende plus des importations.
«Le président Clinton se focalise sur l'industrie du vêtement et tout ça. Je trouve ça très bien. Mais l'agriculture est aussi concernée», note Wyclef Jean. «Nous pouvons travailler sur les deux éléments en même temps». Et d'évoquer d'autres domaines d'investissements possibles, dont l'industrie minière - une activité pourtant très contestée en République dominicaine voisine.
Wyclef Jean a déposé jeudi sa candidature officielle au scrutin présidentiel. En passant du statut d'artiste à celui d'homme politique, il a non seulement troqué ses tenues hip-hop pour le costume-cravate mais il a aussi gagné soudainement en maturité, son âge déclaré passant d'un coup d'un seul de 37 ans à 40 ans.
À peine candidat déclaré, Jean décrit déjà la campagne comme un «sport de combat». La star médiatique a déjà essuyé quelques coups.
Le site Internet américain The Smoking Gun a ainsi rapporté cette semaine qu'il devait des impôts au fisc américain. «Que Wyclef Jean doive 2,1 millions de dollars à l'IRS montre combien il gagne par an», a commenté le chanteur, en parlant de lui-même à la troisième personne. Il a promis de publier ses comptes sur Internet et de payer les impôts qu'il doit.
L'acteur américain Sean Penn, qui gère depuis le printemps un camp pour les rescapés du séisme à Port-au-Prince, a par ailleurs accusé Wyclef Jean d'avoir détourné 400 000 dollars collectés par son association Yéle Haïti et de ne pas passer assez de temps dans le pays.
«Je veux que Sean Penn comprenne bien que je suis Haïtien, né en Haïti, et que je viens dans mon pays depuis que je suis enfant», a-t-il réagi. «Il pourrait peut-être prendre son téléphone et me rencontrer pour comprendre vraiment qui je suis».
Wyclef Jean a démissionné jeudi de la présidence de Yéle Haïti, une association soupçonnée d'avoir commis des irrégularités financières au profit du chanteur avant le séisme. Après le tremblement de terre, elle a collecté environ 9 millions de dollars (6,8 millions d'euros).
La candidature du chanteur doit être validée par le conseil électoral. Parmi les conditions à remplir pour briguer la présidence: n'avoir jamais renoncé à sa citoyenneté haïtienne pour obtenir un autre passeport (dans ce cas: américain) et avoir résidé en Haïti ces cinq dernières années. Wyclef Jean est loin de remplir cette condition mais fait valoir que le poste d'«ambassadeur itinérant pour Haïti», auquel il a été nommé en 2007, l'en dispense.
Haranguant la foule de ses partisans jeudi à Port-au-Prince, il s'est comparé au président des États-Unis: «L'Amérique a Barack Obama et Haïti a Wyclef Jean!» Ses supporters ont chanté une chanson rappelant un autre président, haïtien celui-là, Jean-Bertrand Aristide, qui vit en exil en Afrique depuis le coup d'État sanglant de 2004. Dans les paroles, ils ont changé le nom d'Aristide par celui de Jean.
Interrogé ensuite sur cette chanson, le candidat a dit que ce n'était pas lui qui l'avait choisie.
Wyclef Jean se présente sous les couleurs du parti Viv Ansanm (vivre ensemble) mais met surtout en avant son mouvement Fas a Fas (face à face) qui défend les jeunes en difficultés. «Même si je perds, je gagne», philosophait-il jeudi soir lors de l'entretien. «Ca nous donne l'occasion d'être une voix qui dit au gouvernement ce qui se passe».

Yves Christalin, Ministre en fonction des Affaires sociales et du Travail, candidat à la Présidence

Des organisations populaires et des artistes pro-Préval lui apportent leur soutien Vendredi 6 août 2010, Radio Kiskeya
Des organisations issues de la base du parti de l’ancien président Jean Bertrand Aristide et des membres de l’association dénommée « Artistes pour la Paix » qui avait accompagné René Préval lors de la campagne électorale de 2006, ont apporté officiellement jeudi leur appui à l’actuel Ministre des Affaires sociales et du Travail, Yves Christalin, dont ils ont annoncé la candidature à la Présidence.
M. Christalin devrait formellement s’inscrire ce vendredi au Conseil Electoral Provisoire (CEP) comme candidat à la Présidence du parti « L’avenir », selon ses partisans. Au nombre de ceux-ci, le chanteur Jean Raynald Bruno dit « Ti Pay » du groupe musical REV, a lancé un appel à la coordonnatrice de Fanmi Lavalas, Mme Maryse Narcisse, et au chef d’Organisation populaire René Civil pour qu’ils les rejoignent dans leur mobilisation en faveur de M. Christalin.
Les membres de la base de Lavalas, dont Rony Thimotée, chef de la Plateforme de résistance du Bel-Air, ont clairement exprimé leur refus d’appuyer l’ancien Premier Ministre Jacques Edouard Alexis qui aurait été désigné candidat à la Présidence par la plateforme présidentielle INITE (Unité).
Ancien président de la Chambre des députés, Yves Christalin est connu pour être proche à la fois du chef de l’Etat, René Préval, et de son épouse Elizabeth Débrosse Préval. On le dit également proche de l’ancien président Jean Bertrand Aristide réfugié en Afrique du Sud.
Le fait que M. Christalin soit encore membre du gouvernement au moment où il se présente aux élections suscite déjà des commentaires dans les milieux politiques où l’on croit qu’il devrait au préalable démissionner de son poste. Dans l’entourage du concerné, il se dit qu’il devrait y être contraint à partir de l’ouverture de la campagne électorale.
La question de la décharge de sa gestion risque aussi de se poser pour M. Christalin au moment où le CEP est mis sur la sellette pour avoir délibérément mis de côté les exigences y relatives de la Constitution et de la Loi électorale. [jmd/ Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6925

L’opposition expose ses griefs contre le CEP et Préval au Département d’Etat américain

Rencontre à Port-au-Prince avec une envoyée spéciale de Mm Hillary Clinton Vendredi 6 août 2010, Radio Kiskeya
Des dirigeants de partis et plateformes de l’opposition ont été reçus en audience jeudi en la résidence privée de l’Ambassadeur des Etats-Unis à Port-au-Prince par Mme Cherryl Mills, chef de cabinet de la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Roddham Clinton.
Ce fut l’occasion pour l’opposition d’articuler ses critiques contre le Conseil Electoral Provisoire (CEP) et le président René Préval et de mettre en garde Washington contre le financement des élections qui, selon elle, seront frauduleuses. Les dirigeants de l’opposition ont donné pour preuve la décision prise mercredi par le CEP de mettre en veilleuse un article de la Constitution reproduit dans la loi électoral en vigueur concernant la décharge de leur gestion de deniers publics réclamée aux hauts commis de l’Etat qui briguent la présidence.
Qualifiant les élections d’opération diabolique, Evans Paul, responsable de la Konvansyon Inite Demokratik et porte-parole de la Plateforme politique Alternative, a indiqué que la majorité des dirigeants politiques présents ont réclamé la dissolution du CEP.
Il n’a pas voulu révéler les propos tenus lors de la réunion par la représentante du Département d’Etat américain, estimant n’être pas son porte-parole et indiquant que la rencontre était somme toute à caractère privé.
L’ancien député de Pétion Ville, Stiven Benoît, qui a pris part à la rencontre à titre de membre du Collectif pour le Renouveau d’Haïti (COREH), a précisé que, suite à celle-ci, l’opposition devrait incessamment adopter une position commune face aux élections.
Outre l’Alternative, le COREH et d’autres secteurs de l’opposition, le parti de l’ancien président Jean Bertrand Aristide , Fanmi Lavalas, était également représenté aux discussions en la personne de la porte-parole de sa coordonnatrice, le Dr Maryse Narcisse. [jmd/Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6924

De nombreux sénateurs sont révulsés par l'attitude des conseillers électoraux

Le président du sénat Kelly C. Bastien, est très remonté contre les autorités électorales qui ont décidé de faire l'impasse sur les certificats de décharge. Il estime que les prérogatives du sénat haïtien sont foulées aux pieds par les conseillers électoraux. Le CEP a récemment autorisé les ex ordonnateurs de l'Etat, dont Jacques Edouard Alexis et Yvon Neptune, à s'inscrire avec uniquement un document de la Cour des Comptes. Le sénateur Bastien espère que cet affront au grand corps permettra de réconcilier les sénateurs.
Admettant que la commission bicamérale n'a pas soumis un rapport en vue d'accorder le certificat de décharge, le sénateur Bastien soutient que ceci n'autorise pas les autorités électorales à violer la constitution.
Aucune séance en assemblée n'a pu être organisée depuis le vote de la loi d'urgence, en raison du boycottage des sénateurs minoritaires. Les 7 sénateurs de l'opposition dont Youri Latortue et Evalière Beauplan exigeaient la démission de Kelly Bastien afin de participer aux séances.
Le sénateur Evalière Beauplan salue le geste de Kelly Bastien faisant valoir que le pouvoir avait la possibilité de délivrer les certificats de décharge puisqu'il est majoritaire dans les deux chambres.
Il souhaite une mobilisation générale contre l'exécutif et les conseillers électoraux qui continuent de fouler aux pieds les intérêts de la nation.
Le sénateur Anacacis Jean Hector (Inité) répond favorablement à l'appel du président du grand corps. Il s'indigne que les conseillers électoraux puissent s'arroger le droit d'amender un article de la constitution. Candidat à la présidence, Anacacis Jean Hector appelle le chef de l'Etat à assumer ses responsabilités en renvoyant certains conseillers.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18091

La Banque Mondiale accorde un appui budgétaire de 30 millions de dollars à Haïti

Les administrateurs de la Banque mondiale ont approuvé hier un don de 30 millions de dollars qui permettra à Haïti d'éliminer son déficit budgétaire et soutiendra les efforts du Gouvernement visant à renforcer la transparence et la responsabilisation dans le secteur public. Le ministre haïtien des finances Ronald Beaudin s'est réjoui de cet appui budgétaire. « Ces fonds vont nous aider à éliminer le déficit budgétaire et à répondre à des besoins urgents en termes de gestion efficace et transparente des ressources publiques », a-t-il précisé.
Le don pour la politique de développement d'urgence soutient la transparence budgétaire dans le secteur de l'électricité, renforce les contrôles budgétaires et la passation des marchés publics, et contribue aux mesures de lutte contre la corruption.
Cette opération est cofinancée par un don de 25 millions de dollars du Fonds de Reconstruction d'Haïti (FRH), auquel ont contribué le Brésil, la Norvège, l'Australie, la Colombie et l'Estonie.
La Directrice de la Banque mondiale pour les Caraïbes, Yvonne Tsikata, a mis l'accent sur la nécessité de mettre en place des mesures de contrôle pour s'assurer que les fonds sont alloués correctement . « Ce don va dans ce sens en fournissant au Gouvernement d'Haïti l'appui budgétaire dont il a urgemment besoin pour financer les activités liées à la bonne gouvernance », a-t-elle ajouté.
Cette opération vient compléter les réformes de la gouvernance économique entamées avant le tremblement de terre et elle est conforme au Plan d'action pour le Relèvement et le Développement du Gouvernement d'Haïti et au programme de gouvernance à court terme présenté à la communauté internationale en mars 2010.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18090
Commentaires:
Si quelqu'un y comprends une bite de cette dépêche qu'il partage avec moi sa brillante explication. D'ou viennent réellement ces sous? Des fonds préposés à la reconstruction? Pour couvrir des déficit budgétaire et financer la bonne gouvernance? Et comment?

Wyclef Jean est officiellement candidat à la présidence d'Haïti

Wyclef Jean s'était présenté au Bureau des Opérations Electorales du CEP en compagnie des ses conseillers juridiques, de sa femme et de sa fille. « Le monde entier nous regarde aujourd'hui, je représente tous les Haïtiens, a-t-il martelé en direction de ses partisans rassemblés sur la route de Delmas. Nous devons vivre ensemble, travailler ensemble pour changer Haïti, ouvrir plus d'écoles. Je ne vous demande pas d'argent, mais votre énergie mise au service du changement. » Mon père est originaire de l'Arcahaie et ma mère de la Croix-des-Bouquets a lancé Wyclef a l'attention de la foule appelant à l'unité entre tous les secteurs de la vie nationale. Plusieurs supporteurs de Wyclef lançaient des slogans favorables à l'ancien président Jean Bertrand Aristide. Il ont comparé Jean au président lavalas en exil.
Devant une foule enthousiaste Wyclef s'est comparé au président des Etats-Unis: "L'Amérique a Barack Obama et Haïti a Wyclef Jean!"
Dans le cadre de cette procédure M. Jean a démissionné de la présidence de son organisation Yélé Haïti. La candidature du chanteur doit être validée par le conseil électoral. Emigré aux Etats-Unis depuis l'age de 9 ans, Wyclef Jean affirme n'avoir jamais renoncé a sa nationalité. La nationalité haïtienne et la résidence durant 5 années consécutives en Haïti figurent parmi les conditions imposées aux candidats à la présidence. Il rétorque que cette conditionnalité ne le concerne pas puisqu'il est depuis 2007 ambassadeur itinérant pour Haïti.
LLM / Radio Métropole Haïti

Les candidats à l'élection présidentielle commencent à défiler

Près d'une dizaine de candidats à la prochaine présidentielle sont désormais inscrits : les plus connus : Wyclef Jean, Michel Martelly, Charles Henri Baker et Gérard Blot.

On estime à une trentaine le nombre de personnalités ayant manifesté dans les medias leur intention de briguer la magistrature suprême de l'Etat.
Au nombre des prétendants, Charles Henry Baker, 3e lors des présidentielles de 2006, a fait dépôt de ses documents hier mercredi à la direction des opérations électorales du Conseil Electoral Provisoires (CEP). Chef de file du parti Respect, M. Baker a qualifié d'inconstitutionnelle la décision du Cep d'autoriser l'inscription sans certificat de décharge. Toutefois il fait remarquer que selon des juristes cette décision ne serait pas illégale puisque la chambre basse n'existe pas.
Pour sa part la super star du hip-hop, Wyclef Jean , accompagné de sa famille a fait le dépôt de ses pièces ce Jeudi au bureau des opérations électorales.
Le chanteurs qui s'est présenté sous la bannière de la plateforme politique " Asanm nou fò", promet de travailler afin de changer les conditions de vie des haïtiens notamment, les plus démunis Outre M. Baker, 4 autres candidats ont déposé leurs dossiers au CEP. Olicier Pieriche ( Reconstruire Haïti), Gérard Blot ( 16 décembre), Garaudy Laguerre (Wozo) et Kesner Dalmatie.
Le sénateur Anacacis Jean Hector de l'Inité annonce qu'il se présentera sous la bannière de Mouvement Démocratique de la Jeunesse Haïtienne (Modejha).
Rappelons que le directeur des opérations électorales du CEP, Louiner Jean Mary, avait lancé une mise en garde aux candidats les exhortant à soumettre rapidement leurs dossiers
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18087

Pierre Eric Jean Jacques très critique vis-à-vis du CEP.

Le président, de la plateforme politique « Asanm nou fò » Pierre Eric Jean Jacques voit d'un mauvais œil la décision du Conseil Electoral Provisoire d'inscrire comme candidat, d'anciens comptables des deniers publics sans certificats de décharge. L'ancien député de la 48e législature, qualifie d'acte d'arbitraire cette décision de l'institution électorale qui selon lui risque d'avoir de graves conséquences démocratiques du pays.
Monsieur Jean Jacques appelle les membres de l'organisme électoral à revenir sur cette décision.
Notons que plusieurs membres de la classe politique, avaient qualifié la décision du CEP de forfaiture et d'insulte
Par ailleurs l'élu de Pétion Ville a confirmé le choix de Wyclef Jean comme potentiel candidat à la présidence sous la bannière de son regroupement.
Il a fait remarquer que le nom de la super star du hip-hop figure parmi ceux les trois personnalités susceptibles d'être choisies par cette plateforme
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18086

Une crise nutritionnelle a été évitée en Haïti selon l'UNICEF

Le rapport préliminaire d'une récente enquête nutritionnelle conduite par le Ministère `de la Santé et de la Population (MSPP), en partenariat avec l'UNICEF et d'autres organisations, révèle qu'une crise nutritionnelle a été évitée en Haïti en dépit de la situation difficile qui sévit actuellement dans le pays. L'annonce a été faite par le Fonds des Nations unies pour l'enfance, dans un communiqué rendu public.
Selon le document, malgré la situation de crises dans laquelle vivent les communautés au niveau des camps et les zones de résidence, la situation nutritionnelle des enfants ne s'est pas aggravée et cela grâce aux interventions opportunes et efficaces de certaines organisations.
Cette enquête a été réalisée entre le 29 avril et le 7 juin 2010 dans des camps installés dans les communes de l'Ouest et du Sud-Est affectées par le séisme du 12 janvier ainsi que dans certaines du département de l'Artibonite, elle visait à évaluer l'impact de la situation postséisme sur le statut nutritionnel des enfants de moins de cinq ans.
Elle révèle entre autres choses, une stabilisation de la situation nutritionnelle dans toutes les zones affectées par le séisme, vu que ses résultats sont similaires à ceux des enquêtes précédentes au séisme, effectuées en 2006, 2008 et 2009. De plus, la prévalence de la malnutrition aiguë des enfants de moins de cinq ans est en dessous du seuil d'urgence selon les standards de l'OMS.
« L'assistance humanitaire octroyée aux populations vulnérables vivant au niveau des camps a grandement contribué à prévenir une dégradation de la situation nutritionnelle durant les six derniers mois. », peut –on lire dans ce communiqué
L'UNICEF et ses partenaires de terrain se sont engagés à continuer à accompagner le Ministère de la Santé Publique dans ses efforts contre les carences nutritionnelles. Ils reconnaissent qu'en plus des activités nutritionnelles au niveau des camps, il est nécessaire de mettre en place un arsenal complet d'interventions nutritionnelles qui permettrait de prévenir la malnutrition; tout en restant vigilants des possibles chocs futurs pour la sécurité alimentaire. » , conclut le rapport.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18085

Le FIDA octroie 10 millions de dollars à Haïti pour renforcer le secteur agricole

 Le président du Fonds de développement agricole (FIDA), M. Kanayo Nwanze vient d'effectuer une visite de 48 heures dans le pays, durant laquelle, il a indiqué que le FIDA va décaisser 18 millions de dollars pour financer un projet de développement de filière et de commercialisation de produits agricoles.
Monsieur Nwanze a fait remarquer également, qu'une partie de cette somme mise à la disposition du gouvernement haïtien financera, un projet d'accès au crédit agricole en faveur des petits producteurs pour leur permettre de renforcer leur production.
Il a souligné que le FIDA supportera un projet visant à réhabiliter des infrastructures d'irrigation sérieusement touchées par le tremblement de terre du 12 janvier. Le haut responsable de l'agence onusienne a précisé que l'institution qu'il dirige va financer des programmes de protection de l'environnement, susceptibles, de créer plusieurs milliers d'emplois.
Rappelons qu'au lendemain de la catastrophe du 12 janvier, le FIDA avait annoncé l'annulation totale de la dette d'Haïti à son égard, évaluée à 50 millions de dollars.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18084

Sport/Post-séisme : 17 jeunes footballeurs d’Haïti en stage au Real Madrid

Port-au-Prince, 05 août 2010 [AlterPresse] --- Dix-sept (17) jeunes joueurs haïtiens, entre 13 et 15 ans, faisant partie de “Haïti Opération 2018”, participent à un stage de deux semaines au club merengue de football espagnol, le Real Madrid (encore appelé “la maison blanche), indique un article paru le 5 août 2010 dans la presse espagnole dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.
Ce séjour de 2 semaines, dont les conditions de stage ne sont pas précisées, entre dans le cadre d’un accord signé entre le conseil supérieur du club professionnel de football, Real Madrid, et le ministère haïtien de la jeunesse, des sports et de l’action civique (Mjsac), dans le cadre d’un projet de solidarité « Projet Haïti : bâtir l’avenir », lancé par la fondation Real Madrid après le séisme du 12 janvier 2010.
C’est pour les jeunes footballeurs haïtiens l’occasion de fouler la pelouse du stade fétiche madrilène Santiago Bernabéu, inauguré en 1947, où ils ont fait le vœu de jouer un jour en tant que footballeurs professionnels.
Les jeunes joueurs haïtiens se disent ravis, surpris et heureux d’effectuer cette tournée de deux semaines.
Le projet « bâtir l’avenir » de la fondation Real Madrid permettra également la construction d’une académie de football, selon les déclarations faites par le président du Real Madrid, Florentino Perez, lors du lancement du projet le 22 janvier 2010 à Madrid.
L’initiative du ministère haïtien des sports, baptisée “Haïti Opération 2018”, vise à recruter de nombreux talents en vue de constituer, sur le long terme, une équipe représentative de footballeurs qui pourront se qualifier pour la coupe du monde de football en 2018. [rh rc apr 05/08/2010 16:20]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9801

Wyclef Jean officiellement dans la cour des présidentiables

Le célèbre rappeur se présente comme "l’homme du changement" dans une course électorale folle qui attire également une autre vedette de la chanson, Michel Martely dit "Sweet Micky" Jeudi 5 août 2010, Radio Kiskeya
La mégastar haïtienne du hip-hop établie aux Etats-Unis, Wyclef Jean, 40 ans, s’est posée jeudi en "symbole du changement", lors du dépôt de sa candidature à la présidence qui a drainé plusieurs centaines de sympathisants enthousiastes et nécessité un imposant dispositif de sécurité.
"Contrairement à ce qu’on dit, je ne suis pas le candidat de la diaspora. Le premier document que j’ai soumis (aux autorités électorales) est mon passeport haïtien", a déclaré quelque peu enflammé le chanteur qui s’adressait à la foule du haut d’un camion qui diffusait de la musique rap avec des hauts-parleurs.
Auparavant, le candidat, entouré de son épouse Claudinette, de leur fille Angelina, et d’un conseil juridique de quatre membres conduit par le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Gervais Charles, avait fourni ses pièces à la direction des opérations électorales conformément aux exigences de la loi électotrale.
Candidat officiel du parti Viv Ansanm (Vivre Ensemble) de l’ancien président de la Chambre des Députés, Pierre Eric Jean-Jacques, le chanteur soutient qu’il incarne le changement à travers "Fas a Fas" (Face à Face) présenté comme un mouvement d’intégration sociale au service de la jeunesse et qui caresse l’ambition de pousser Haïti vers l’unité nationale grâce à une politique basée sur la création d’emploi, la promotion de l’éducation universelle et la lutte contre l’insécurité.
Haranguant volontiers ses supporters vêtus de t-shirts portant l’inscription "Fas a Fas", l’ex-leader des Fugees, dont un portrait géant était exhibé, a eu droit à son petit bain de foule avant de regagner son véhicule.
A son arrivée en jet privé à l’aéroport international Toussaint Louverture, celui qui, parmi les aspirants au fauteuil présidentiel, défraie le plus la chronique depuis quelques jours, avait été reçu par un comité d’accueil. Puis, il s’était engouffré dans un véhicule hautement sécurisé et placé au milieu d’un cortège qui comprenait également des dizaines de motocyclistes.
Avant une quelconque déclaration dans la presse haïtienne, c’est sur CNN que Wyclef Jean avait choisi d’annoncer officiellement sa candidature. Invité jeudi soir de l’émission très prisée de la chaîne américaine "Larry King Live", il a fait savoir qu’il "représente plus de 50% de la population" et entend au nom des aspirations du peuple haïtien au changement contribuer à tourner la page de 200 ans d’histoire tourmentés caractérisés par la corruption, les coups d’Etat et l’exclusion sociale.
"M se yon ayisyen ki pale kreyòl", a lancé la vedette depuis Port-au-Prince au journaliste américain Wolf Blitzer tout en cherchant à évacuer les questions portant sur sa non-maîtrise du créole et du français, les deux langues officielles du pays, ou encore ses difficultés présumées avec le fisc aux Etats-Unis (ARS).
Né le 17 octobre 1969 à la Croix-des-Bouquets (banlieue nord-est de Port-au-Prince), Wyclef Jean a émigré à New York à l’âge de 9 ans en compagnie de ses parents.
La journée de jeudi était décidément celle des artistes à la direction des opérations électorales. Avant le rappeur, huitième prétendant à se faire inscrire à deux jours de la fin des opérations samedi, c’était autour du "Président du Compas", Michel Martelly, surnommé "Sweet Micky" de faire acte de candidature.
Le très original chanteur se présente sousl les couleurs de la plateforme dénommée Repons Peyizan (Réponse des paysans).
La même journée a vu le maire de Delmas (est de la capitale), Wilson Jeudi, représentant de Force 2010, faire son entrée dans la course en présence de plusieurs centaines de partisans.
Des élections présidentielles et législatives, jusqu’ici vivement contestées par une partie de l’opposition, doivent se tenir le 28 novembre prochain. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6919

Nouvelle visite de Bill Clinton en Haïti

Le co-président de la CIRH tente de relancer un processus de reconstruction post-séisme plombé Jeudi 5 août 2010, Radio Kiskeya
L’ancien Président américain Bill Clinton qui, à titre d’émissaire spécial du Secrétaire général de l’ONU co-préside la Commission intérimaire mixte pour la reconstruction d’Haïti (CIRH), est arrivé jeudi à Port-au-Prince pour une mission de 48 heures.
En quête d’une nouvelle dynamique susceptible de porter les donateurs à honorer leurs engagements financiers de 10 milliards de dollars sur cinq ans vis-à-vis du pays, plus de six mois après le séisme dévastateur du 12 janvier, M. Clinton a rencontré le secteur privé des affaires.
Il devait aussi avoir des discussions avec le Président René Préval, le Premier ministre Jean-Max Bellerive, co-président avec lui de la CIRH, et les représentants de la communauté internationale.
Vendredi, avant son départ, l’ex-numéro un américain est attendu à Léogâne où il doit visiter un centre d’hébergement qui accueille des sinistrés du séisme sur le site de l’école communautaire Sainte-Thérèse de Darbonne.
La visite d’un projet agricole et d’énergie alternative dans la même localité figure également au programme.
Malgré des pouvoirs étendus et extra-constitutionnels, la CIRH bat de l’aile plusieurs mois après sa création et n’arrive toujours pas à mettre en marche le processus de reconstruction annoncé depuis la catastrophe du 12 janvier qui s’est soldée par un bilan de 300.000 morts, 300.000 blessés et 1,5 million de sans-abri. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6923

Haïti: Wyclef Jean entre en scène

Caroline Touzin et Judith Lachapelle - La Presse -
«Wyclef a des airs de sauveur. Et les masses populaires haïtiennes ont tendance à croire au messie.»
Comme plusieurs de ses compatriotes, le comédien et écrivain Dominique Batraville croit aux chances du chanteur Wyclef Jean d'être élu à la présidence d'Haïti. «Le bilan politique des hommes au pouvoir depuis Jean-Bertrand Aristide (ancien président) est un échec. Un artiste à la tête d'Haïti, ce serait surprenant, mais peut-être représente-t-il le vent de changement dont le pays a besoin», a dit l'artiste, que La Presse a joint par téléphone à Port-au-Prince.
Le chanteur de renommée internationale devait rentrer en Haïti, hier, pour régler les derniers détails administratifs avant de faire la grande annonce aujourd'hui à l'émission Larry King Live sur le réseau américain CNN.
Le scrutin aura lieu le 28 novembre dans ce petit pays des Antilles qui se relève péniblement du tremblement de terre dans lequel plus de 200 000 personnes ont trouvé la mort le 12 janvier dernier.
«C'est une population très religieuse, qui croit au messie. Wyclef Jean apparaîtra auréolé de sa popularité internationale et de ce qu'il a tenté de faire à Haïti», renchérit Daniel Holly, Haïtien d'origine et professeur au département de sciences politiques de l'UQAM.
«Mais il est beaucoup trop tôt pour faire un pronostic», avertit le politologue. Tout dépend des gens qui l'entoureront, croit-il. Sa méconnaissance de certains dossiers pourrait lui nuire. «Mais ses adversaires ne sont peut-être pas plus au courant, glisse M. Holly. Je suis toujours sidéré de voir à quel point la réalité haïtienne est mal connue de la classe politique.»
Le principal intéressé a indiqué au magazine américain Time qu'il n'aurait pas posé sa candidature s'il n'y avait pas eu le séisme. «J'aurais probablement attendu encore 10 ans. Le tremblement de terre m'a fait prendre conscience qu'Haïti ne peut pas attendre encore 10 ans avant qu'on l'aide à faire son entrée dans le XXIe siècle.»
Celui qui chante If I Was President croit que sa carrière d'artiste est compatible avec ses ambitions politiques. «Si je ne peux pas consacrer cinq ans à mon pays comme président, tous les sujets que j'aborde dans mes chansons, comme l'égalité des droits, ne voudraient rien dire», a dit l'artiste de 37 ans au magazine américain.
Des jeunes qui n'ont jamais vu l'intérêt de voter seront tentés de le faire, estime l'écrivain haïtien Dominique Batraville. Cela pourrait faire une différence dans un pays où plus de la moitié des 9 millions d'habitants ont moins de 25 ans. Les intellectuels et les gens d'affaires pourraient être plus difficiles à convaincre. «Wyclef n'a pas fait les grandes écoles et a déjà ridiculisé la bourgeoisie dans une chanson», rappelle l'artiste.
Originaire de Croix-des-Bouquets, près de Port-au-Prince, Jean a quitté Haïti à 9 ans pour s'installer avec sa famille dans un quartier défavorisé de New York. Son créole rouillé et son français approximatif pourraient nuire à sa candidature, selon certains. Autre obstacle: la star risque d'affronter son propre oncle, l'actuel ambassadeur d'Haïti à Washington, Raymond Joseph.
La coalition de Wyclef Jean porterait le nom de Ansanm Nou Fo, ce qui signifie «ensemble nous sommes forts» en créole. Sa candidature pourrait toutefois être rejetée par le conseil électoral. Le chanteur doit notamment démontrer qu'il a habité à Haïti pendant cinq années consécutives, qu'il y possède une propriété et qu'il détient uniquement la citoyenneté haïtienne.
Or, certains pensent que les exigences liées au domicile seront laissées de côté puisque Jean a été nommé ambassadeur global par le président René Préval en 2007. La star a d'ailleurs fondé un organisme de charité, Yélé Haïti, qui a recueilli des millions de dollars après le séisme. Des allégations de mauvaise utilisation des fonds sont toutefois venues jeter une ombre au tableau. Un site d'informations américain a lancé qu'une partie de l'argent servait à financer ses projets artistiques. De simples «erreurs de comptabilité» qui ont été corrigées depuis, a répondu la vedette.
Dans la communauté haïtienne de Montréal, la candidature de Wyclef Jean suscite de l'espoir, mais aussi du scepticisme. Comme Haïti ne reconnaît pas la double citoyenneté, ceux qui ont la citoyenneté canadienne ne pourront toutefois pas exprimer leur opinion dans l'isoloir.
L'ex-hockeyeur Georges Laraque n'hésite pas un seul instant à lui prédire la victoire. «Wyclef en a déjà fait beaucoup pour le pays, peut-être même plus que ceux qui ont été élus. Je suis certain qu'il va gagner et que ça fera une grosse différence», a dit l'ancien homme fort du Canadien.
«Wyclef Jean aime son pays, mais il reste du domaine de l'énigme. On connaît l'artiste et sa sensibilité pour Haïti, mais est-ce que ça suffit? Certainement pas», dit de son côté le responsable de la station CPAM, Pierre Emmanuel.
- Avec AP, AFP, Time et PC
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201008/04/01-4303808-haiti-wyclef-jean-entre-en-scene.php

Présidence d'Haïti: Wyclef Jean officiellement candidat


Des dizaines de partisans ont accueilli 
Wyclef Jean à son arrivée dans un cortège de voitures.
Photo: AP
Associated Press, Port-au-Prince.-
Le chanteur Wyclef Jean a rempli, jeudi à Port-au-Prince, les documents nécessaires au dépôt de sa candidature à la présidence d'Haïti, se lançant officiellement dans ce qui devrait être une course très compétitive.
Des dizaines de partisans ont accueilli la vedette hip-hop à son arrivée dans un cortège de voitures, vêtu d'un costume sombre et d'une cravate. Wyclef, qui était accompagné de sa femme et de leur fille, est monté sur le toit d'un véhicule utilitaire sport et s'est incliné devant la foule.

«C'est un moment dans le temps et dans l'histoire», a dit le chanteur à l'Associated Press alors qu'il s'apprêtait à remettre son dossier de candidature, dix minutes avant la fermeture du bureau du conseil électoral.

«C'est très émouvant.»

En quittant l'édifice, il a rapidement été entouré par des partisans et a tenu un rassemblement dans la rue.

«Les États-Unis ont Barack Obama et Haïti a Wyclef Jean», a-t-il scandé à la foule en liesse, où plusieurs personnes portaient des t-shirts blancs avec le slogan de campagne «Face-à-Face» distribués par des alliés du chanteur devenu politicien.

Le gagnant de l'élection du 28 novembre devra notamment présider l'affectation de milliards de dollars en aide internationale destinés à la reconstruction du pays après le séisme du 12 janvier, qui a tué quelque 300 000 personnes et détruit des milliers d'édifices, dont la plupart des bâtiments des ministères.

Si sa candidature est approuvée, Wyclef Jean affrontera plusieurs candidats qui n'ont certes pas sa célébrité internationale, mais qui ont davantage d'influence politique. Parmi ses adversaires les plus sérieux figure l'ancien premier ministre déchu Jacques-Édouard Alexis, qui a obtenu cette semaine l'appui du nouveau parti du président René Préval, Unité. En vertu de la Constitution, M. Préval ne peut se présenter pour un nouveau mandat.

Un comité de huit membres étudiera les dossiers des aspirants candidats et vérifiera s'ils répondent à toutes les exigences constitutionnelles pour briguer la présidence, notamment celles d'avoir résidé en Haïti pendant cinq années consécutives avant l'élection et de ne jamais avoir été citoyen d'un autre pays.

La liste officielle des candidats sera publiée le 17 août. Wyclef Jean affirme que sa nomination en tant qu'ambassadeur itinérant d'Haïti par le président René Préval, en 2007, le dispense de l'exigence liée à la résidence.

Wyclef Jean est né dans la banlieue de Port-au-Prince mais a quitté Haïti alors qu'il était enfant et a grandi à Brooklyn, à New York. Il est devenu célèbre en tant que membre du groupe The Fugees et a ensuite poursuivi avec succès une carrière solo. Dans les dernières années, il a été actif dans son pays natal avec l'organisme qu'il a fondé, Yele Haïti, réactivant les spéculations de longue date sur son éventuelle candidature à la présidence du pays.

Plus tôt dans la journée, Wyclef Jean a annoncé qu'il quittait la direction de Yele Haïti, qui a dû faire face à des critiques au sujet d'irrégularités financières alléguées.

Wyclef Jean a participé à la fondation de Yele Haïti il y a cinq ans afin d'amasser de l'argent et attirer l'attention sur les problèmes qui affligent sa terre natale. Il a amassé 9 millions $ au lendemain du tremblement de terre du 12 janvier.

De ce montant, il aurait dépensé 1,5 million $ pour fournir de la nourriture, de l'eau, des tentes, des vêtements et d'autres produits essentiels pour les survivants du séisme, selon ce qu'a indiqué la porte-parole de l'artiste, Cindy Tanenbaum.

«Je ne renonce pas à mon engagement envers Haïti. Au contraire, peu importe le chemin que j'emprunterai dans l'avenir, une chose est certaine: mon objectif d'aider Haïti à franchir une nouvelle étape ne deviendra que plus fort», a dit Wyclef Jean dans un communiqué.

L'ex-membre des Fugees n'est pas la seule célébrité à entrer dans la course à la présidence. Le populaire musicien haïtien Michel «Sweet Mickey» Martelly est arrivé juste avant Wyclef Jean pour remettre son dossier de candidature. Il était accompagné du chanteur Pras Michel, lui aussi un ancien membre des Fugees, qui appuie sa candidature à la présidence.

Sweet Mickey a souhaité bienvenue dans la course à Wyclef, un ami de longue date. «J'espère que la politique ne nous divisera pas», a-t-il dit.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201008/05/01-4304196-presidence-dhaiti-wyclef-jean-officiellement-candidat.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4304233_article_POS1

Sean Penn tacle la candidature de Wyclef Jean

Agence France-Presse.-
Los Angeles
L'acteur américain Sean Penn a fait part de ses réserves, jeudi soir, sur la candidature du chanteur Wyclef Jean à la prochaine élection présidentielle en Haïti, mettant en doute les motivations du musicien et de ses soutiens.
Sean Penn, très impliqué dans l'aide à Haïti, après le séisme dévastateur du 12 janvier, qui a fait plus de 250 000 morts et jeté à la rue environ 1,5 million d'Haïtiens, a affirmé sur la chaîne CNN que Wyclef Jean n'avait pas été présent pendant les mois qui ont suivi la catastrophe.
«Il a été pratiquement muet pour nous autres en Haïti, une non-présence», a déploré l'acteur, oscarisé à deux reprises.
Reconnaissant que le chanteur était «une voix importante», Sean Penn l'a cependant accusé d'avoir détourné 400 000 dollars de dons dans le cadre de levées de fonds pour son ONG.
M. Jean avait co-fondé en 2005 l'ONG «Yéle Haïti» une association très active après le séisme, qui a récolté quelque 9 millions de dollars mais a aussi été mise à l'index pour malversations.
Le chanteur a reconnu que les déclarations d'impôts de l'ONG n'avaient pas été faites dans les règles de l'art, mais a réfuté les autres accusations.
«Je veux quelqu'un qui veuille vraiment, mais vraiment, se sacrifier pour son pays et pas juste quelqu'un que j'ai vu personnellement dans un convoi de voitures de luxe, exhibant une richesse qui me semble déplacée à Haïti», a ajouté l'acteur.
Juste avant l'intervention de Sean Penn, M. Jean a déclaré sur CNN qu'il voulait être «la voix de la jeunesse» dans un pays qui «souffre depuis 200 ans».
Huit autres candidatures ont déjà été enregistrées pour l'élection présidentielle prévue le 28 novembre.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201008/05/01-4304233-sean-penn-tacle-la-candidature-de-wyclef-jean.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_aujourdhui-sur-cyberpresse_267_accueil_ECRAN1POS2

Haïti/élection: Wyclef Jean candidat

AFP
06/08/2010
Le chanteur de hip-hop Wyclef Jean s'est rendu hier au bureau du Conseil électoral pour y déposer sa candidature à l'élection présidentielle haïtienne, a constaté l'AFP. Arrivé un peu plus tôt à bord de son jet privé, le chanteur s'est présenté en compagnie de sa femme et de leur fille au milieu d'une manifestation de joie de quelques 500 jeunes supporters portant des T-shirts rouge et blanc frappés du logo "Fas a Fas" (Face à Face en créole) rassemblés sur une avenue devant le bureau du Conseil électoral.

"Les Etats-Unis ont Obama, ici vous allez avoir Wyclef", a lancé le chanteur lors de sa première déclaration publique à sa sortie du bureau électoral. "Le monde entier nous regarde aujourd'hui, je représente tous les Haïtiens", a-t-il ajouté, sous les applaudissements de ses supporters.

"Nous devons vivre ensemble, travailler ensemble pour changer Haïti, ouvrir plus d'écoles", a encore déclaré Wyclef Jean qui a encouragé les jeunes à venir chercher leurs cartes électorales. "Je ne vous demande pas de l'argent mais votre puissance pour le changement", a répété la star, qui a promis de faire venir le rappeur 50 Cent en Haïti.

Huit autres candidatures ont déjà été enregistrées pour l'élection présidentielle prévue le 28 novembre en Haïti, pays frappé le 12 janvier par un violent séisme qui a jeté à la rue près de 1,5 million de personnes et fait plus de 250.000 morts. Le président René Préval ne peut briguer de troisième mandat.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/08/06/97001-20100806FILWWW00242-haitielection-wyclef-jean-candidat.php