POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 18 mars 2008

Un complot pour le bien d'Haïti

Au Ranch Le Montcel, Frankétienne annonce le cycle du réveil, du renouveau d'Haïti. Le calvaire de ce pays a trop duré. Le temps est venu pour Haïti, terre de liberté, de se redresser.
« On a souvent parlé de complots et de conspiration pour les choses négatives. Pour tuer quelqu'un, pour renverser un chef d'Etat. Nous allons tous comploter et conspirer pour le bien d'Haïti », a déclaré Frankétienne, le prolifique écrivain haïtien.

Il a plaidé, hier dimanche, au Ranch Le Montcel, pour un vaste complot pour le développement d'Haïti. Frankétienne regarde la République comme un malade que les médecins refusent de guérir. « Le malade ne recouvre la santé ni ne meurt. C'est la permanence de l'assistanat qui devient une source de revenu ».
Il qualifie cette attitude malsaine de la part de ceux qui crient sous tous les toits qu'ils aident Haïti. Il a annoncé qu'Haïti est arrivée au cycle du réveil et du salut d'une terre qui a payé pendant des millénaires. « Ce calvaire a trop duré ! », a martelé Frankétienne.
Ces dernières années, a-t-il confié, il a remarqué l'émergence de plusieurs groupes de réflexions. Il souhaite que les membres de ces groupes partagent leurs réflexions et continuent à s'affirmer positivement afin que cesse la culture de l'échec. « Depuis plus de deux siècles, nous connaissons le syndrome de l'échec et du ratage » qui fait qu'on a cessé d'être fier d'être Haïtien, se désole-t-il. Citant l'écrivain martiniquais, Aimé Césaire, il a rappelé qu' «Haïti est la terre où la liberté s'est mise debout pour la première fois. »

L'écrivain estime que la restitution d'Haïti dans une sphère de dignité, de productivité et de rentabilité arrivera à casser cette tradition d'échec. La logique du chaos
« On a toujours dit qu'Haïti représente l'archétype essentiel du chaos. Or, pendant longtemps, l'enseignement académique nous a appris à avoir peur du chaos. Nous avons grandi dans une culture de la peur », a critiqué l'écrivain pour qui « le chaos est la matrice invisible des profondeurs essentielles. » Aussi a-t-il considéré l'exposé du couple Mathurin sur le thème « Patrimoine géologique d'Haïti, les richesses de son sous-sol et de ses eaux territoriales » comme une approche moderne où tout est saisi avec art et rationalité.
Cheminant dans la logique du chaos, Frankétienne considère qu'Haïti est une terre énigmatique qui a la forme de sphinx. Pour l'écrivain, le sphinx tient en lui, les germes du doute qui suscite la réflexion, une activité intellectuelle qui porte le citoyen « à retrouver la lumière à travers même des forêts ténébreuses.


« Haïti est terre de lumière malgré ce qui nous arrive », soutient-il. Partageant les mêmes idées que le couple Mathurin, Frankétienne invite les gens à « une prospection des cavernes de l'imaginaire haïtien qui constituent la source première de toutes les richesses. "
Claude Bernard Sérant
h
ttp://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=55608

Pour la sauvegarde du Lac Azuei

Protéger le lac Azuei et promouvoir la culture haïtienne, tels sont les objectifs fixés par le comité organisateur de la 21e édition du « Rara Naval». Cette manifestation culturelle organisée depuis plus de deux décennies à Fonds-Parisien se déroulera cette année autour du thème «Ann pote kole pou sove lac Azuei.»
« Le Rara Naval, organisé depuis plus deux décennie à Fonds-Parisien, est un événement culturel important pouvant contribuer à une économie rentable », a affirmé Jean Manfred Siméon, secrétaire général du comité de pilotage du Rara Naval 2008.

La cérémonie du lancement officiel de l'édition 2008 a eu lieu la semaine écoulée, au local du Centre culturel Pont Haïti, à l'avenue Charles Summer.
Les festivités du Rara Naval auront lieu les 22 et 23 mars 2008. « Elles se feront, selon le secrétaire général, sur fond musical. Elles ont pour mission de rentabiliser le Rara Naval et de restituer le lac Azuei exploité de façon anarchique par des particuliers afin de parvenir à un environnement régénéré. »De son côté, Néré Pierre Garot, membre du comité, a indiqué que le thème «Ann pote kole pou sove lac Azuei» répond aux préoccupations des autorités de Fonds-Parisien en ce qui a trait aux problèmes liés à l'environnement. « Le Rara Naval doit être l'occasion de sensibiliser la population fonds-parisienne sur l'importance de la protection de l'environnement, en particulier le lac Azuei qui constitue un patrimoine national. Il entend également promouvoir l'éducation civique pendant et après le festival», a-t-il soutenu. « A cette 21e édition, la nature sera au centre des festivités par le biais des décors artistiques, des groupes déguisés, des chars allégoriques », a dit Néré Pierre Garot. Il a fait savoir que la culture peut apporter des solutions aux problèmes environnementaux auxquels Haïti fait face.Les responsables ont, du même coup, annoncé la mise en place d'une structure permanente pour la préparation et la réalisation des festivités.
Ils affirment que les préparatifs vont bon train. Les déguisements traditionnels basés sur la faune et la flore ainsi que la protection du lac Azuei rehausseront les images projetées au cours de ces festivités. « Cette année quelque 70 000 participants sont attendus à cette édition; nous avons 75 chambres d'hôtels et 250 hébergements en famille disponibles pour la pleine réussite du festival », a ajouté M. Garot.

Pour sa part, Polynice Johnny, responsable de la sécurité, a expliqué que l'évènement sera organisé avec un énorme dispositif de sécurité impliquant des agents de la police nationale d'Haïti de Ganthier, de Croix-des-Bouquets et de Malpasse. « Quelque 150 jeunes brigadiers formés au sein de la communauté de Fonds-Parisien sont prêts à collaborer avec les autorités policières pour la bonne réussite des activités», a ajouté M. Polynice.


Le budget pour la réalisation de cette édition, selon Jean Nolex Volcy, coordonnateur général du comité, est estimé à 300 mille gourdes. Ces festivités qui, chaque année, réunissent des milliers de festivaliers, ont vu le jour le dimanche 19 avril 1987.


Amos Cincir
cincir2005@yahoo.fr
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=55455&PubDate=2008-03-17

Quatre cadavres récupérés dans les eaux des Bahamas

Les autorités de l’archipel convaincues qu’il s’agit de boat people haïtiens qui se sont noyés
lundi 17 mars 2008,
Radio Kiskeya

Quatre corps, qui pourraient être ceux de boat people haïtiens, ont été découverts ces derniers jours dans les eaux bahaméennes de South Beach, a indiqué la police locale citée par le quotidien bahaméen The Nassau Guardian.
En raison de l’état de décomposition avancée des cadavres, la nationalité et l’âge des personnes décédées n’ont pu être établis scientifiquement. Mais, les autorités policières croient qu’il s’agissait de clandestins haïtiens qui cherchaient à entrer illégalement aux Bahamas à bord d’un voilier.
Avant la découverte du quatrième, trois autres corps avaient été retrouvés dans les mêmes circonstances.
Une enquête a été ouverte sur ces étranges cas de décès restés sans explication.
Des embarcations de fortune en provenance d’Haïti sont régulièrement arraisonnées par les autorités bahaméennes et leurs occupants arrêtés avant d’être rapatriés. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article4823

L’otage française toujours en captivité en Haïti

Une nouvelle offensive des policiers haïtiens et onusiens n’a pas permis de libérer Anne Delorme ; en captivité depuis plus d’une semaine, elle n’a donné aucun signe de vie au cours des quatre derniers jours
lundi 17 mars 2008,
Radio Kiskeya

Une ressortissante française d’origine antillaise, Anne Delorme, était toujours séquestrée à Port-au-Prince lundi soir, dix jours après son enlèvement, malgré une nouvelle opération conjointe des polices haïtienne et onusienne en vue de la retrouver.
Des unités spécialisées de la PNH et de la UNPOL avaient tôt dans la matinée bouclé le quartier de Delmas 40B (est de la capitale) que des hélicoptères survolaient incessamment. Des informations laissaient croire que l’otage serait séquestrée dans ce secteur, mais son supposé lieu de captivité n’a pu être repéré.
Une précédente opération menée la semaine dernière dans le même quartier s’était soldée par l’arrestation de trois présumés kidnappeurs et la confiscation de deux armes de poing.
Anthropologue de profession, Anne Delorme avait été kidnappée en compagnie de son mari péruvien, Pablo Vivar, le 8 mars à Delmas 64 au moment où le couple revenait d’une soirée.
Les individus armés ayant commis le rapt avaient, quelques heures plus tard, libéré l’époux, un fonctionnaire de la délégation de la Commission européenne (UE) en Haïti.
"Nous avons pu établir un contact avec Mme Delorme par le biais d’un interlocuteur qui est en train de négocier avec les ravisseurs", a déclaré sous le couvert de l’anonymat une source diplomatique contactée par l’AFP
"Nous avons pu parler avec l’otage à trois reprises, cependant depuis quatre jours nous sommes sans nouvelles, sans preuve de vie, ce qui est inquiétant", a poursuivi la même source en soulignant que les exigences financières des preneurs d’otage au départ très élevées avaient diminué.
De nombreux rapts apparemment crapuleux ciblant en particulier des enfants ont été enregistrés ces dernières semaines à Port-au-Prince. Cette nouvelle recrudescence du phénomène a porté divers secteurs à remettre en cause la politique sécuritaire du gouvernement Préval/Alexis et à le presser de juguler le kidnapping. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article4822

Moonlight chante Haïti

Fidèle aux cris de sa terre natale, la chanteuse haïtienne Moonlight Benjamin nous propose un nouveau disque constitué d'une sélection de chants inédits qui parlent de ses expressions personnelles et de ses racines historiques. Ce disque de dix morceaux met en exergue des musiques traditionnelles et des musiques inédites du groupe Dyaoulé Pemba.
Le morceau «Vyewo », texte de Jean-Claude Martineau, raconte la vie des Haïtiens vivant dans les « Batey ». Il nous transporte dans «l'enfer raciste» de la république voisine. «Nago » ne saurait passer inaperçu dans cette récolte musicale de Moonlight.

Cette fleur créole qui n'a pas perdu sa sève, avec ses cris et soupirs, interpelle les esprits les plus lointains sommeillant dans la profondeur argileuse du «govi » ou cruches.Toto Bissainthe est aussi présente dans le travail de Moonlight, qu'elle interprète dans la chanson «Dey ».

Dans sa marche musicale, elle s'exprime parfois dans un langage un peu codé.
Moonlight Benjamin est partie pour la France en 2002 où elle a été, admise en deuxième année à une école de danse (Musique Hall / Ecole de Musique Vivante de Toulouse). Grâce à ses performances, elle a participé à de nombreuses manifestations culturelles, notamment le festival autour du continent africain en 2002 et celui de Toulouse en juillet 2003.

Danticat lauréate du "National Book Award" 2008

L'écrivain haïtiano-américaine Edwigde Danticat a été sacrée lauréate du National Book Award 2008, catégorie autobiographie, pour son dernier livre « Brother, I'am dying ».
Le prix lui a été attribué le jeudi 6 mars 2008, lors des récentes assises de la production littéraire américaine organisées par du prestigieux National Book Award. « Brother, I'am dying », raconte la vie et surtout la fin tragique de son oncle Joseph Danticat, un pasteur baptiste philanthrope décédé en 2004 dans des conditions assez troublantes dans les bureaux de l'immigration américaine à Miami.
Le ministère des Haïtiens Vivant à l'Etranger, dans une note envoyée au journal, salue « la remarquable performance de l'écrivain et exhorte les nouvelles générations à s'inspirer de la vie de cette compatriote que le New York Times considéra en 2002 comme l'une des 30 artistes américaines appelés à bouleverser le paysage culturel de l'Amérique au cours des trente prochaines années. »Emigrée à Brooklyn (N. Y. Etats-Unis) à 12 ans, Edwidge Danticat a publié très tôt des textes très prisés dans des magazines américains, tout en poursuivant une carrière de nouvelliste et de romancière. Son premier roman « Le cri de l'oiseau rouge », publié à 25 ans, a connu un énorme succès en librairie.
Son recueil de nouvelles « Krik Krak » avait déjà retenu l'attention du jury du National Book Award en 1995. L'année suivante, elle figura sur la liste des 20 meilleurs jeunes romanciers américains et fut consacrée parmi les « 33 femmes les plus en vue du XXIe siècle par le Harper's Bazaar Magazine.
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=55602&PubDate=2008-03-17

Sponsor (Foire satisfait, rendez-vous 2010

A la grande surprise de Laurence Girault, directrice marketing à Tropic SA, les Haïtiens ont timidement participé à la troisième foire binationale écotouristique et de production organisée du 1er au 16 mars 2008 à Belladère.
Cependant, pour elle, cet espace d'échanges entre Haïtiens et Dominicains a constitué un sérieux créneau où les producteurs s'assurent de la promotion de leurs produits.« Il est difficile de trouver la raison de cette faible participation des gens de la capitale et d'autres villes, mais la distance peut constituer un facteur dans tout ça », doute-t-elle.
Belladère se situe à quelque 110 kilomètres de Port-au-Prince. Cependant, le fait que la foire est largement dominée par la participation dominicaine et des habitants de l'espace frontalier ne dérange pas trop la distribution des produits offerts par la brasseuse de Mégawat, vedette de l'édition 2006, détrônée cette année par Ragaman. « Nos produits sont très bien vus par les Dominicains, explique la responsable de Tropic SA, sponsor officiel de cette foire biennale. La foire constitue pour nous un lieu d'échanges comme elle l'est pour les autres secteurs. » D'autant que des gens des universités et des écoles dominicaines ont visité le site et pris connaissance de nos produits, qu'ils ont d'ailleurs très appréciés.


La responsable de Tropic SA distributrice également de l'eau de boisson Aquafine, très demandée sur le site de la foire, de Fiesta et du jus Tropic, estime que les quinze jours d'exposition, d'interaction culturelle et d'échanges commerciaux pourraient être considérés comme une bouffée d'oxygène pour les entreprises des deux Etats de l'Ile d'Haïti si le projet était exploité à bon escient.

« Qu'il s'agisse du commerce, de la culture ou de l'environnement, la foire binationale est une idée géniale et exploitable à tous les points de vue », fait remarquer Laurence Girault qui encourage les autres compagnies de production à s'engager dans le parrainage de cette activité.« Elles n'auront rien à perdre, dit-elle.

Au contraire, elle leur ouvrirait d'autres marchés potentiels. » La responsable Marketing de Tropic SA voit également dans cette démarche une possibilité de redistribution des revenus de sa compagnie pour le bien-être d'Haïti. « La prise en charge de l'environnement longtemps négligé et les échanges des produits et des éléments culturels sur l'île ne sont pas une affaire d'Etat », déclare Mme Girault qui plaide pour la revalorisation de cette foire un peu prise à la légère.
Organisée autour du thème : « Les petites entreprises écotouristiques et la gestion rationnelle des bassins versants frontaliers », la troisième édition de la foire écotouristique et de production a été l'occasion pour Tropic SA de s'imposer un peu plus dans le Plateau Central, le seul des dix départements d'Haïti où ses produits se vendent en petite quantité. « Les gens du département du Centre connaissent nos produits, dit-elle. Cependant, ceux des neuf autres départements les connaissent mieux. »

Ragaman, approuvé par la Food and Drug Agency (FDA), se vend actuellement dans plusieurs Etats de l'Amérique du Nord et des Caraïbes.« On est présent à Miami, New York, Jamaique, Surinam et bien d'autres Etats des petites Antilles », affirme, pour sa part, Carine Dumas François, assistante à la direction générale de Tropic SA qui vante la qualité de ses produits.Placée côte à côte des deux tentes de Brugal, meilleur rhum du côté dominicain, les boissons énergisantes Ragaman et Mégawat de Tropic SA, mélangées avec ce rhum, ont provoqué beaucoup d'admiration chez les Dominicains.
Ayant participé à titre d'exposant à la deuxième édition de la foire binationale en 2006, Tropic SA s'est hissée toute seule au rang de sponsor officiel de cette activité internationale qui donne rendez-vous, dans le sud-Est d'Haïti à Pedernales en 2010.

Haïti détient-elle une richesse atomique naturelle?

Si les considérations du docteur Mathurin laissent de l'espace à de plus larges considérations linguistiques sur l'origine judaïque des populations carïbéennes, ses approches au sujet de la Révolution haïtienne ont soulevé des interrogations nationalistes tandis que ses approches au sujet de Christophe Colomb, qui connaissait où il venait (l'Ile de Bensalem) en cherchant la pierre philosophale, énergie naturelle et supraconductrice, ont trouvé l'approbation enthousiaste de l'assistance.

Madame Michèle Villedrouin s'inquiétait la veille. Pourtant, le dimanche 16 mars, très tôt, l'hôtel Le Montcel commençait à recevoir des personnalités venues en voitures privées ou laissant leurs véhicules à l'angle de la route de Kenscoff et de Belot pour arriver au site de l'événement par des bus mis à la disposition des participants.Le thème de la journée de réflexion et les travaux des conférenciers sont pour beaucoup dans l'intérêt des uns et des autres. Mais il a fallu compter sur le savoir-faire en relation publique de Michèle et Stéphanie Villedrouin qui se sont dépensées à fond pour la réussite du premier événement du Club Rencontre et Découverte.
« Patrimoine géologique d'Haïti, les richesses de son sous-sol et de ses eaux territoriales » était présenté devant une assistance évaluée à près de 150 personnes par le docteur Daniel Mathurin et l'ingénieur Ginette Pérodin Mathurin. Dans des interviews données à la presse locale, les conférenciers avaient amplement parlé du sujet, de son importance et du réveil national qu'il peut susciter chez les citoyens haïtiens.
C'est dans un site paradisiaque, entre brume et soleil, qu'un parfait protocole a été mis sur pied pour recevoir les hôtes. Du petit buffet, thé, café, chocolat, pomme et raisin, au dîner à l'haïtienne où le poisson blanc gros sel rivalisait avec le griot servi sur plat d'argent accompagné de vin rouge, le patrimoine de la gastronomie locale a été comme une découverte du « palais interne » avant celle des richesses physiques de notre environnement. La conférence a commencé à midi.Les mots de bienvenue ont été prononcés par Michèle Villedrouin.


L'initiatrice du Club Rencontre et Découverte a brièvement parlé du but poursuivi : mettre ensemble diverses personnalités de notre société et partir à la découverte du pays et de soi. « L'objectif du Club, lit-on dans un feuillet distribué en la circonstance, est de créer un espace rassembleur, ouvert au dialogue, à l'échange et au partage afin de bâtir et construire la solidarité entre les citoyens du monde à travers des rencontres enrichissantes de personnalités, de cultures, de sites naturels et d'expériences. »
Dans ses propos d'introduction, le modérateur du jour a affirmé : « maintenant que nous entrons dans l'ère de la technologie, il est urgent pour les élites intellectuelles et économiques du pays de dépasser les vielles valeurs et de s'engager résolument dans l'époque de l'illustration et de la défense du patrimoine haïtien.»Le docteur Daniel Mathurin est médecin interniste. Il a fait ses études médicales à l'Université d'Etat d'Haïti. Il s'est beaucoup intéressé à l'Energie. S'étant rendu au Canada pour se perfectionner dans le domaine de la fusion nucléaire, il aurait été conseillé par un éminent physicien que c'est en Haïti qu'il pourra parfaire, dans la bibliothèque naturelle de l'île, ses connaissances dans les divers aspects de la culture haïtienne.
L'ingénieur Ginette Pérodin Mathurin a étudié le génie civil à l'Université d'Etat d'Haïti. Elle s'est spécialisée dans le domaine hydraulique et de l'eau potable dans le milieu rural. En 1994. Daniel et Ginette Mathurin ont publié le livre : « Le rêve d'Albert Einstein et la super symétrie ».
La conférence était divisée en deux partie : «Le contexte climatologique et l'évolution des populations précolombiennes», puis :«Le sous-sol d'Haïti, son importance exceptionnelle du point de vue scientifique, retombées et perspectives».Une histoire inédite, avec projections d'images, a été faite de la population de l'île d'Haïti de même que des considérations géologiques avancées au sujet des roches volcaniques de la zone et de leur champ magnétique. Selon le docteur Mathurin, les populations de la zone connaissaient déjà le symbole mathématique PI, le rapport constant de la circonférence du cercle à son diamètre.
Si les considérations du docteur Mathurin laissent de l'espace à de plus larges considérations linguistiques sur l'origine judaïque des langues de la région qui n'auraient aucun rapport à voir avec le continent africain, ses approches au sujet de Christophe Colomb qui connaissait d'où il venait, l'Ile de Bensalem, dans sa quête de la pierre philosophale ont trouvé l'approbation enthousiaste de l'assistance.
Le concept d'Haïti comme « laboratoire naturel » a été avancé. Le docteur Mathurin a soutenu l'idée qu'il faut une autre « compréhension scientifique et une nouvelle philosophie humaniste » pour maîtriser les immenses richesses d'Haïti. Les richesses dues à l'esclavage cacheraient-elles d'autres moins denses et plus élaborées ? Le docteur Mathurin affirme qu'après avoir « appauvri le peuple il ne faut pas qu'on appauvrisse les élites. »
A la suite des données avancées par le docteur Mathurin sur la vraie signification de la pierre philosophale, une pile atomique très résistante à des impacts d'astéroïdes qui détruiraient la planète, des précisions ont été articulées sur les sites géologiques haïtiens contenant les richesses du sol qui peuvent produire un appareil supraconducteur pouvant protéger la planète des dangereuses collisions annoncées.

A une question au sujet de savoir si l'homme peut réunir aussi le potentiel atomique d'un supraconducteur physique, le docteur Mathurin a avancé des données anatomiques et culturelles pour prouver que le corps humain détient aussi, dans des conditions idéales, les possibilités de télécommunication, de transportation et de défense atomique.
La Primature et autres ministères ont envoyé leurs représentants à la conférence. Le long exposé des Mathurin n'a pas laissé le temps nécessaire à des spécialistes de se prononcer sur les données avancées. Maître Osner Févry a posé une importante question sur la fuite de nos cerveaux vers des centres de recherches étrangers. Le Dr Mathurin a répondu par un détour historique selon lequel un mensonge n'est pas encore mis en lumière sur ceux qui ont fait la Révolution haïtienne...
Le romancier Frankétienne a été invité par le modérateur à se prononcer comme travailleur de l'imaginaire du chaos. Il a affirmé avoir été « abasourdi par les informations données par les spécialistes. » Il souligne que les précisions des chercheurs « confirment ses travaux personnels de romancier et qu'il n'y a pas de rupture entre les recherches scientifiques et la vision poétique du monde. A sujet du chaos, l'écrivain précise qu'il y a « une peur du noir et des ténèbres qui sont pourtant la matrice de la lumière ». Le romancier pense qu'il faut sortir du syndrome de l'échec et de l'hégémonie du prédateur. Il souligne que la dernière utopie qui s'offre à nous est celui du réveil contre l'accumulation du malheur et du calvaire.
Une plaque d'honneur a été remise aux Mathurin pour leurs travaux scientifiques en Haïti. Michèle Villedrouin, visiblement satisfaite de la journée, a été très émue en la circonstance.