POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 24 octobre 2012

Marcher pour Haïti...

Pour la deuxième année, les sentiers des Barthes ont vu se déployer un nombre impressionnant de promeneurs qui marchaient pour la Solidarité en faveur d’Haïti. Cent dix adultes, accompagnés de très nombreux enfants ont parcouru dans la bonne humeur le circuit préparé par les bénévoles du Collectif « Edé Ayiti ». Les uns se montraient sérieux et appliqués à répondre au questionnaire, les autres profitaient de l’instant pour admirer le paysage et bavarder. De grands moments de la journée marqueront les mémoires : les lancers organisés par Hélène et son équipe -notamment le lancer d’espadrille, ignoré jusque là comme discipline sportive-, le goûter à la Maison de la chasse, les belles récompenses remises à chaque équipe grâce aux généreux dons des commerçants, les magnifiques jeux en bois prêtés par Gilbert….Et puis, il y a eu aussi le partage de la balade avec les jeunes handicapées en joëlettes , de l’association �

�l’Autruche sur un fil de Soi».
Impossible de se quitter au bout de ces si beaux moments, et, après le pot de l’amitié offert par les organisateurs, beaucoup ont prolongé la soirée par des grillades.
Ainsi cette belle journée, grâce à l’engagement de tous, participants enthousiastes, organisateurs, municipalité aura permis de récolter plus de 1000 euros. Les fonds recueillis serviront à poursuivre les actions déjà engagées en faveur de Pilate et de son Hôpital.
Dès le lendemain de cette manifestation, Michel Dombriz reprenait le chemin d’Haïti avec du matériel médical ainsi que les messages des collégiens de Saint Martin.
Le Collectif « Edé Ayiti » poursuit ses actions et donne rendez-vous le vendredi 26 octobre à 20 heures pour le repas des chasseurs salle Abbé Camiade.
http://seignanx.blogs.sudouest.fr/archive/2012/10/22/marcher-pour-haiti.html

Ligue 2. Kervens Belfort espère voir le bout du tunnel


Football mercredi 24 octobre 2012
L’attaquant haïtien du Mans FC n’a été que deux fois titulaire cette saison. La faute à une blessure mal soignée qui aujourd’hui le met en retard.
14 matches, 5 buts : Kervens Belfort s’était révélé sur le front de l’attaque mancelle la saison dernière. Avec Sylla, l’Haïtien constituait même une paire d’attaquants attendue. Et puis plus rien. Le néant ou presque. Aujourd’hui, après onze journées de championnat, Kervens Belfort n’est plus dans les petits papiers de Denis Zanko. En tout et pour tout, il n’a joué que 171 minutes.
Comment peut-on passer ainsi de la lumière à l’ombre ? « Lors du dernier match de la saison dernière face à Bastia, où je marque, je me suis blessé à la cuisse. Je n’y ai pas spécialement apporté attention, les vacances arrivaient, je devais partir aux Etats-Unis, je m’étais dit que je me ferais soigner là-bas. »

« Kervens, trois mois que je l’attends »
L’escapade américaine n’a pas permis à Belfort de se soigner correctement. Il est rentré en France pour aborder la préparation d’avant-saison avec ce souci collé à la cuisse. « Je souffrais encore. Ma préparation a été perturbée par ce problème. Or c’est une période décisive qui conditionne beaucoup de choses. J’ai été contraint de manquer des séances. » Le train était passé et Belfort l’a manqué.
Aujourd’hui, il court après. « J’avais joué comme titulaire en Coupe de la Ligue à Laval puis face à Châteauroux mais j’ai souffert à nouveau de la cuisse. » Rebelote. Direction l’infirmerie. Il n’est pas en mesure d’honorer ses sélections avec Haïti. Le cœur est lourd pour celui dont toute la famille est restée au pays. Son cœur est chargé de désarroi à la hauteur de sa possible joie de revoir les siens, eux qui vivent grâce au fils prodigue parti en Europe.
L’envie de revenir, d’être à 100 % transpire. Il en est malade de ne pas jouer. « Je sens que je ne suis pas loin. Le coach, il connaît Kervens ; il connaît mes capacités. » Zanko n’est pas tendre. « Kervens, cela fait trois mois que je l’attends. » L’Haïtien ne s’offusque pas de la réplique. L’éducateur sait que son attaquant a besoin d’être boosté et le joueur accepte sans rechigner la remontrance.

Saint-Etienne, Jeff Louis
Annoncé à Saint-Etienne, Belfort est finalement demeuré au Mans. « C’est vrai qu’il y a eu des discussions. Dans un premier temps, on a parlé d’un achat puis d’un prêt en faveur du Mans, cette option m’intéressait car j’avais encore de l’expérience à acquérir en L2. Je n’avais qu’une saison derrière moi. Cela ne s’est pas fait. » Il ne s’appesantit pas sur l'épisode.
Le départ du grand frère Jeff Louis a plus marqué l’attaquant. « Aux vestiaires, il me manque beaucoup. On échangeait énormément, on parlait d’Haïti. C’est grâce à lui si j’ai signé au Mans, j’étais allé faire un essai au Benfica auparavant. » Le vide est perceptible, un repère est parti « mais je l’ai toujours au téléphone. Et puis Jean-Eudes Maurice est arrivé. Un autre Haïtien, un attaquant qui m’apporte son expérience, sa maturité aussi. C’est bénéfique. » Kervens veut vraiment la voir cette lumière au bout du tunnel.
Stéphane BOIS.
http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Ligue-2.-Kervens-Belfort-espere-voir-le-bout-du-tunnel_44096-2126143-fils-tous_filDMA.Htm

Haïti-Agriculture : S.O.S. des paysans de Baptiste à l’État


Correspondance Shella Chauvette
Belladère, 23 oct. 2012 [AlterPresse] --- Des cultivatrices et cultivateurs du quartier Baptiste, zone située dans la commune de Belladère (bas Plateau central, au nord-est de la capitale), réclament, du ministère de l’agriculture, un accompagnement institutionnel en vue de relancer la production agricole de la zone, affectée par le passage de la tempête d’Isaac, les vendredi 21 et samedi 22 août 2012, selon les témoignages recueillis par AlterPresse.
Près de 2 mois après le passage d’Isaac, aucun suivi n’est encore assuré pour leur permettre de se relever de la grave situation économique, dans laquelle ils se trouvent.
95 % des cultures ont été détruites, à Baptiste, par Isaac.
Le maire de Belladère, Roselor Alcide, préconise une prise en charge de ces paysannes et paysans, en situation précaire dans ce quartier.
« Je ne peux pas nourrir convenablement mes trois enfants, ni les envoyer à l’école jusqu’à date. Toutes mes plantations ont été balayées dans la tempête d’août 2012 », se lamente une habitante, Rosalie Fleuri.
Des membres de l’organisation pour le développement de Baptiste (Odb) souhaitent une action urgente des autorités en vue de remédier à cette crise conjoncturelle, qui affecte cette zone essentiellement agricole.
« Nous réclamons une recapitalisation des paysans », recommande le commerçant Charles Price, rappelant combien le quartier Baptiste était considéré, de 1960 à 1986, comme le grenier et le poumon du Plateau central, grâce à sa capacité à fournir, à lui seul, six à sept mille (6 – 7,000) sacs de café à un centre d’acquisition de la production caféière à Croix-Des-Bouquets (municipalité au nord-est de Port-au-Prince)
Le quartier Baptiste représenterait 45% de la production totale du café en Haïti, selon des chiffres avancés par Price.
Cette zone produit une diversité de légumes, comme les choux, la betterave, la carotte, le poivron, le mirliton, les épices, les tomates, des produits vivriers, dont le manioc, les patates et les ignames.
« L’irrigation ne constitue pas un obstacle à la production de ces denrées agricoles, tant sur le plan qualitatif et quantitatif. La forte teneur en eau de la zone permet de faire face à la période annuelle de sécheresse » signale un habitant, Sal Dormevil.
Aussi, la grande capacité de production du quartier Baptiste serait-elle étroitement liée à la fertilité du sol et à des conditions climatiques favorables.
Considéré comme une zone riche en produits agricoles, le quartier Baptiste a une population de 30,000 habitants, dont 65% de femmes et filles et 35% d’hommes et de garçons, selon les récentes estimations avancées par l’administration communale de Belladère. [sc emb rc 23/10/2012 12:15]

http://www.alterpresse.org/spip.php?article13591

Clifford Brand envisageait de créer un climat de terreur indique Reginald Delva


Le gouvernement haïtien n'a pas réagi après l'arrestation de l'homme d'affaires Clifford Brandt, accusé d'être membre d'un gang ayant réalisé de nombreux enlèvements dans la région métropolitaine.
Le secrétaire d'Etat a la sécurité publique, Reginald Delva, a révélé que le Premier Ministre, qui est le président du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN), a passé des instructions en vue de l'octroi de nouveaux matériels à la cellule contre enlèvement de la DCPJ. L'opération ayant conduit a la libération des otages a été réalisée par les policiers de la cellule contre enlèvement.
M. Delva s'était rendu sur place lors de la perquisition réalisée au domicile de M. Brandt par le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince. Selon le secrétaire d'état, M. Brandt avait planifié de créer un climat de terreur en assassinant plusieurs personnalités au cours des dernières semaines de 2012. Dans un message enregistré M. Brandt avait indiqué que le réseau pourra déstabiliser le pays avec les nombreux enlèvements prévus en décembre révèle M. Delva. Il s'était préparé à faire régner la terreur pour faire payer la société haïtienne, s'indigne M. Delva qui s'interroge sur les motifs de la haine contre la société.
Dans des documents saisis au domicile de M. Brandt le nom de M. Delva figurait sur une liste de personnes à abattre ou enlever. Le secrétaire d'Etat confirme que les membres du gang avaient déjà identifié l'endroit où il devrait être abattu. Outre enlèvement et séquestration, M. Brandt sera également accusé de tentative d'assassinat avec début d'exécution.
L'étau s'était resserré autour de M. Brandt dimanche et lundi grâce aux indices collectés par les enquêteurs de la DCPJ en charge de l'enquête sur l'enlèvement de Coralie et Nicolas Moscosso.
Quelques membres de la famille Brandt dont Fritz et David Brandt ont collaboré avec les enquêteurs qui s'étaient rendus au local de la compagnie Mazda à Delmas 2. L'enquête doit révéler les mobiles du crime, soutient M. Delva qui écarte la possibilité de mobile financier.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=21539



Clifford Brandt tombe dans le filet de la police

Par C.G
Clifford Brandt, fils d’une riche famille industrielle en Haïti, est tombé, lundi, dan le filet de la Police nationale pour activité de kidnapping.
Le jeune concessionnaire a été appréhendé à son bureau dans le quartier de Delmas 2 pour son implication présumée dans le kidnapping Coralie et de Nicolas Moscoso, deux enfants d’un autre riche entrepreneur. « Cliford Brand est détenu à la Direction centrale de la police judiciaire », a confirmé Frantz Lerebours, porte-parole de la police haïtienne.
Le prévenu, a révélé le porte-parole, n’a pas nié son implication dans l’enlèvement le 16 octobre dernier des deux enfants de la famille Moscoso. 2,5 millions de dollars américains ont été exigés comme rançon par les ravisseurs en échange à libération des deux jeunes, selon des chiffres cités par Reginald Delva, secrétaire d’Etat à la sécurité publique. Les otages, dit-il, ont été libérés à la faveur de l’arrestation de M. Brandt.
Quatre personnes qui seraient membres du réseau de kidnappeur aussi arrêtées par les policiers qui ont mené l’opération très médiatisée. Un ancien policier, Edner Comé, qui serait mêlé dans l’enlèvement de Coralie est activement recherché, a fait savoir le porte-parole de l’institution policière.
Des parlementaires qui saluent cette importante opération menée par la police nationale redoutent un quelconque deal pour éviter le jugement et la condamnation du fils de cette riche famille haïtienne. Le député Jean Acklush Louis-Jeune souhaite que la frontière entre Haïti et la République dominicaine pour éviter que les autres membres du réseau de Clifford Brandt puissent laisser le pays. M. Brandt aurait, selon le parlementaire, des ramifications tant à la police que dans les banques commerciales.
Le président de la commission Justice et Sécurité du Sénat Francky Exius, pour sa part, demande à la direction de la Police nationale d’Haïti de prendre les mesures nécessaires démanteler les réseaux de kidnappeurs.
http://www.maximini.com/fr/news/haiti/faits-divers/clifford-brandt-tombe-dans-le-filet-de-la-police-19967.html

Haiti – Insécurité : Clifford Brandt arrêté pour implication dans un réseau de kidnappeur

Clifford Brandt, fils d’une riche famille haïtienne a été arrêté par la police nationale dans une affaire de kidnapping où il aurait participé à l’enlèvement de deux enfants de deux membres de la famille Moscosso (Coralie et Nicolas) en octobre dernier, selon une source policière.
« Oui Clifford Brandt a été arrêté. Il est actuellement en detention à la Direction de la Police Judiciaire (DCPJ) », a indiqué mardi le porte-parole de la police nationale annonçant l’ouverture d’une enquête.
Selon Frantz Lerebours joint au téléphone, Clifford Brandt n’a pas nié son implication dans l’enlèvement le 16 octobre dernier de Coralie et de Nicolas Moscoso, deux enfants d’un entrepreneur haïtien.
Le kidnapping a été effectué sur la route de Bourdon, a informé la police.
« Les mobiles de l’enlèvement des enfants Moscoso ne sont pas connus, mais il pourrait être fait dans le but de gagner de l’argent. De toute facon une enquête criminelle est en cours », a déclaré Frantz Lerebours peu bavard sur cette affaire.
Selon Réginald Delva, secrétaire d’État à la Sécurité publique, le présumé Kidnappeur est passé aux aveux et a reconnu d’avoir joué un rôle de premier plan dans ces enlèvements.
Des hauts gradés de la police et d’anciens policiers dont l’ex-inspecteur Edner Comé activement recherché, font partie de ce puissant réseau de malfaiteurs qui opérait sur tout le territoire national, a indiqué Réginald Delva.
HaitiNews509
http://www.haitinews509.net/2012/10/haiti-insecurite-clifford-brandt-arrete-pour-implication-dans-un-reseau-de-kidnappeur/

Haïti–ONU-Genre : Onu-Femmes préconise une meilleure participation des femmes à la vie politique

P-au-P, 23 oct. 2012 [AlterPresse] --- L’organisme onusien de lutte pour l’égalité des sexes (Onu-Femmes) annonce ce 23 octobre la mise sur pied d’un programme sur « le leadership féminin et la participation politique » en Haïti, dans la perspective de l’organisation des prochaines élections municipales et sénatoriales.

En visite en Haïti, Michelle Bachelet, directrice de Onu-Femmes a souhaité « la création d’une nouvelle génération de femmes leaders, « capables de participer aux activités politiques à tous les niveaux ».

La lecture du discours de la directrice a été faite par sa représentante Kathy Mangonèse, Michelle Bachelet étant pressé par le temps, a-t-on expliqué à la presse.

Le but de cette initiative est de « permettre la participation des femmes aux prises de décisions » politiques, notamment leur participation au processus électoral.

Le respect de leurs voix, leur épanouissement économique et la transformation des stéréotypes sexuels relatifs au genre, sont d’autres souhaits émis par la responsable de Onu-Femmes, dans un esprit d’égalité.

Dans une rencontre qu’elle a eu avec le président haïtien Michel Martelly, l’ancienne présidente du Chili a abordé des sujets comme le renforcement de la Police nationale d’Haïti en sorte qu’elle puisse « fournir les services et les supports nécessaires » pour permettre aux femmes de faire face à la violence.

La situation des filles et des femmes sous les tentes dans les camps qui servent encore d’abris provisoires à quelques familles victimes du tremblement de terre du 12 janvier 2010, la bonne gouvernance et la sécurité ont aussi été au cœur des échanges entre le chef d’Etat haïtien et Michelle Bachelet.

Onu-Femmes promet de continuer de travailler avec les organisations de femmes haïtiennes et le gouvernement haïtien. [srh gp apr 23/10/2012 17 :25]

http://www.alterpresse.org/spip.php?article13592

Haïti-Sécurité : Le dossier de l’homme d’affaires, Clifford Brandt, appréhendé pour kidnapping, bientôt transféré au parquet

P-au-P, 23 oct. 2012 [AlterPresse] --- Le dossier de l’entrepreneur Clifford Brandt, issu d’une riche famille haïtienne, et accusé d’implication dans l’enlèvement et la séquestration de deux enfants, va être transféré rapidement au parquet de Port-au-Prince pour les suites nécessaires, indique le porte parole de la police nationale d’Haïti (Pnh), Frantz Lerebours, dans une interview accordée à AlterPresse ce mardi 23 octobre 2012.
Actuellement, Brandt se trouve en détention à la direction de la police judiciaire (Dcpj) et son dossier en train d’être préparé pour soumission au parquet du tribunal civil de la capitale, Port-au-Prince.
Son arrestation a eu lieu, dans l’après-midi du lundi 22 octobre 2012, au bureau d’une entreprise Mazda de cet homme d’affaires, située à Delmas 2, suite à une enquête ouverte par la Dcpj dans le cadre de l’enlèvement de Nicolas et Coralie Moscoso perpétré le mardi 16 octobre 2012 sur la route de Bourdon.
Après son arrestation, l’appréhendé, dans la même journée, a conduit la police dans l’endroit où il avait retenu les deux otages pour leur libération, précise Lerebours.
Le présumé kidnappeur a été arrêté en compagnie d’une dame, dont l’identité n’a pas encore été révélée, fait- il savoir, sans donner d’autres précisions.
Il y a 5 ans, les noms de deux membres de la famille Brandt, Fritz Patrick Louis Brandt et son fils David, ont été cités dans une affaire de fraudes douanières, rappelle la station privée Radio Kiskeya.
L’arrestation de ces deux Brandt a été ordonnée par le chef du parquet de Port-au-Prince d’alors, Claudy Gassant, le 26 juillet 2007 à l’issue d’une audition qui portait sur l’utilisation présumée de bordereaux falsifiés lors du dédouanement d’un camion d’une valeur de 100,000.00 dollars commandé par Jean-Marc Larco, un autre homme d’affaires. Ils avaient trouvé leur libération peu de temps après. [emb rc apr 23/10/2012 15:40]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article13590



Haïti-Météo : Vigilance orange décrétée à l’approche de la tempête tropicale Sandy

P-au-P, 23 oct. 2012[AlterPresse] --- En prévision du passage de la tempête tropicale Sandy, l’alerte orange a été décrétée par le Centre national de météorologie (Cnm) de concert avec la Protection civile et le Système de gestion des risques et des désastres.
Les autorités haïtiennes appellent les citoyennes et les citoyens à observer les consignes de sécurité face aux menaces de forts vents, fortes pluies et de grosses mers avec risques d’éboulements, de glissements de terrains et d’inondations sur les départements de l’Ouest, du Sud, du Sud-est, des Nippes et de la Grand-anse (Sud-ouest).
Elles exhortent la population vivant dans les zones à risque dont les bords de mer, ravines, rivières, flancs des montagnes, à se préparer pour toute éventuelle évacuation, à ne pas traverser les rivières en crue et à ne pas s’abriter près des fenêtres et en zone boisée.
La tempête Sandy a une forte capacité pluviométrique et pourrait déverser entre 100 à 200mm de pluie sur les plaines et les terrains montagneux, avertit le Cnm dans un communiqué transmis à AlterPresse.
Quasiment stationnaire, Sandy se déplace à une vitesse de 6km/h. Elle était localisée en début de la matinée de ce mardi 23 octobre 2012 près de la capitale de Jamaïque, Kingston.
Lors du passage de la tempête précédente Isaac, dans la nuit du 24 au 25 août 2012, au moins 4 personnes ont été tuées, deux autres blessées et d‘immenses dégâts enregistrés, dans plusieurs départements géographiques d’Haïti. [emb gp apr 24/10/2012 13 : 45]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article13589

Le couple Clinton voudrait voir naître un «rêve haïtien»

Nicolas REVISE

Agence France-Presse
Caracol
La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton et son mari, l'ex-président Bill Clinton, ont passé quatre heures lundi à Haïti pour saluer la reconstruction d'un pays dévasté par un séisme il y a trois ans, espérant voir naître «un rêve haïtien» inspiré du «rêve américain».
Le couple Clinton a inauguré un immense parc industriel à peine sorti de terre, à Caracol, dans l'extrême nord d'Haïti. Une zone industrielle en gestation qui a bénéficié de 224 millions de dollars d'investissements financés par le gouvernement américain, la Banque interaméricaine de développement (BID), la fondation caritative de l'ancien président Clinton et le gouvernement haïtien.
Le couple Clinton a été accueilli par le président haïtien Michel Martelly, son prédécesseur René Préval et une brochette de «people» très impliqués dans le développement d'Haïti, comme les acteurs américains Sean Penn et Ben Stiller ou de l'homme d'affaires britannique Richard Branson.
Ce parc industriel, qui se vante d'être sans précédent à Haïti et même dans les Caraïbes, compte employer à terme 37 000 personnes, dont les familles seront logées sur place dans de petites maisons colorées dont quelques dizaines d'exemplaires ont été tout juste bâties, alimentées en eau et en électricité.
Le principal employeur est une entreprise de textile sud-coréenne SAE-A qui compte créer à l'horizon 2016 quelque 20 000 emplois dans ce pays de dix millions d'habitants avec un taux de chômage qui flirte avec les 60%.
Dans des entrepôts flambant neufs le couple Clinton y a dédicacé plusieurs T-shirts tissés sur place, se faisant photographier avec des dizaines d'employés hilares, sur fond de hauts-parleurs diffusants des chansons françaises.
«Ouvert aux affaires de manière irréversible»
Le parc abrite également la première entreprise de peintures d'Haïti, une centrale thermique de production d'électricité et une station d'épuration.

A terme, Caracol espère attirer des entreprises d'agro-alimentaire, d'artisanat, de petite industrie, d'énergie et de tourisme.
En inaugurant ce site, Mme Clinton y a vu l'aube d'un «nouveau jour en Haïti», l'un des pays les plus pauvres du monde et qui se relève très difficilement du terrible séisme du 12 janvier 2010, qui avait tué au moins 250 000 personnes.
«Il y a trois ans, les Haïtiens ont entendu le sol trembler, les immeubles s'effondrer, les gens crier de douleur. Aujourd'hui, on peut entendre des machines à coudre et des marteaux-piqueurs», s'est félicitée la chef de la diplomatie américaine.
Mme Clinton a même espéré qu'Haïti puisse s'inspirer du «rêve américain»
«Beaucoup d'Américains d'origine haïtienne ont réalisé le rêve américain. Les Haïtiens ici en Haïti ont le même dynamisme et nous voulons créer un rêve haïtien», a lancé la secrétaire d'État, très applaudie.
Le président haïtien Martelly lui a répondu que son pays était «ouvert aux affaires de manière irréversible» et que pour ce pays des Caraïbes dépendant encore très largement de l'aide internationale «l'heure n'était plus à l'assistanat mais à l'investissement durable».
Moins de 18 mois après son arrivée au pouvoir, M. Martelly, un ancien chanteur, fait face à un important mouvement de contestation qui se concentre sur la flambée des prix et la corruption.
«C'est un président populaire», a souligné un responsable du département d'État. «Et je n'ai pas le sentiment que ce gouvernement ait des difficultés différentes de celles rencontrées par beaucoup de gouvernements, et certainement pas différentes de celles rencontrées par les précédents gouvernements haïtiens», a-t-il estimé, en référence aux multiples crises politiques graves qui ont émaillé l'histoire d'Haïti.

http://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/201210/22/01-4585922-le-couple-clinton-voudrait-voir-naitre-un-reve-haitien.php

Haïti – Economie : Le Parc Industriel de Caracol officiellement inauguré

Le Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, a procédé, ce lundi 22 Octobre, à l’inauguration officielle du Parc Industriel de Caracol, situé dans la région nord du pays, plus exactement dans le département du Nord-est.
La cérémonie s’est déroulée en présence du Premier Ministre haïtien, M. Laurent Salvador Lamothe, de la Secrétaire d’Etat américaine, Hillary R. Clinton, de l’ancien Président haïtien, M. René Préval, de l’ancien Président américain William J. Clinton, du maire de la ville de Caracol, M. Césaire Lamour, du Président de la Banque Interaméricaine de Développement, Luis Alberto Moreno, de quelques membres du Gouvernement, des parlementaires de la région et de certains membres du Corps Diplomatique.
Le projet de Parc Industriel du Nord soutenu par le gouvernement haïtien, le gouvernement des Etats-Unis et la BID, se concrétise 11 mois après la pose de la première pierre. La première partie des travaux est achevée et le coup d’envoi des activités donné ce 22 Octobre 2012. Le projet global sera achevé dans cinq (5) ans.
Le maire de la ville de Caracol, Césaire Lamour, fraichement installé, a exprimé au nom de la population caracoloise, sa reconnaissance envers le gouvernement haïtien et dit espérer que cette population saura comment en profiter :
« Président Martelly, Président Préval, la population de Caracol est fière et reconnaissante du fait que vous avez désigné sa ville pour accueillir le plus grand parc industriel de la région », a-t-il dit.
Le Président Clinton, Co-Président du Conseil consultatif présidentiel sur le développement économique et l’investissement (PACEGI), a profité de l’occasion, en présence des bailleurs et investisseurs présents, pour faire une promotion positive pour les sites touristiques du pays. M. Clinton plaide pour la participation de tous les haïtiens dans les projets qui les concernent.
« Ce parc ne va pas créer que des emplois directs, mais aussi ce sera un angle économique qui profitera à tous les haïtiens», a déclaré l’ancien Président américain.
Le Président de la BID, M. Luis Alberto Moreno quant à lui, promet de continuer à travailler aux côtés des gouvernements haïtien et américain pour venir en aide à la population haïtienne.
« Travaillons ensemble pour le développement de cette zone, Caracol va bénéficier des travaux d’infrastructures, d’écoles, d’hôpitaux et autres »
Madame Hilary Clinton, de son côté, considérant le Président Martelly comme le chef des rêveurs haïtiens, promet de faire d’Haïti une priorité en matière de politique étrangère. Elle a promis de travailler beaucoup plus près du peuple haïtien et de son gouvernement.
« On est ici pour fêter le bonheur d’Haïti avec trois Présidents (Président Martelly, Président Préval et Président Clinton). Je félicite le Président Martelly pour son leadership, sa volonté et son engagement dans sa campagne d’ouvrir le pays aux affaires ».
Le Chef de l’Etat, qui a remercié les partenaires tant nationaux qu’internationaux et les investisseurs, a une fois de plus repris le crédo « Haïti is open for business ». Le Président Martelly promet de supporter tous les projets visant à créer beaucoup plus d’emplois au profit de la population.
Le Président Martelly se félicite pour ce premier grand pas accompli et se dit conscient que le travail n’est pas encore terminé, car le Parc Industriel de Caracol demeure un chantier actif.
« Le succès qu’ensemble nous avons connu à date n’est qu’un premier pas. Nous sommes conscients de la nécessité, qu’à terme, nous devons doter la zone des compléments d’infrastructures nécessaires pour exploiter intégralement son potentiel. », a-t il soutenu.
Le Chef de l’Etat envisagerait la construction d’un port maritime, d’augmenter l’offre et la qualité des logements, de construire des institutions éducatives, en plus d’implanter des espaces commerciaux. « Le parc de Caracol est donc un projet évolutif que l’Etat haïtien et les investisseurs continueront à rentabiliser», a renchéri le Président Martelly.
Malgré son potentiel de créer 65 000 emplois, pour l’administration Martelly-Lamothe, le Parc Industriel de Caracol n’est qu’un projet pilote. De cette expérience, le gouvernement veut tirer des leçons qu’il entend appliquer pour mettre en place d’autres parcs dans d’autres régions du pays. Le Parc Industriel de Caracol marque la transition vers les investissements.
Le Président de la République reste persuadé que la stabilité politique est la condition indispensable au développement économique et à la création d’emplois. Le Chef de l’Etat invite les investisseurs à saisir le moment pour investir en Haïti.
HaitiNews509
http://www.haitinews509.net/2012/10/haiti-economie-le-parc-industriel-de-caracol-officiellement-inaugure/